Le Canada annonce l’octroi d’un nouveau financement à l’organisme Journalistes pour les droits humains afin de favoriser des reportages objectifs, crédibles et fondés sur des faits en matière de droits des femmes et des filles dans les pays en développement

Communiqué de presse

Le 3 mai 2019 - Ottawa (Ontario) - Affaires mondiales Canada

Une presse libre est indispensable à la vie démocratique. Elle contribue à définir les questions d’intérêt public, offre une tribune pour débattre de façon éclairée et exerce un rôle de surveillance relativement aux processus de gouvernance et aux violations des droits de la personne.

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, la ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, l’honorable Maryam Monsef, a annoncé le versement de 11,7 millions de dollars sur quatre ans afin d’aider l’organisme Journalistes pour les droits humains à protéger les droits des citoyens, plus particulièrement ceux des femmes et des filles, en République démocratique du Congo, au Kenya,et au Moyen-Orient.

En partenariat avec des organisations médiatiques canadiennes respectées, le projet Le Canada dans le monde : Une voix pour les femmes et les filles offrira une formation aux journalistes, aux autorités publiques et aux groupes de la société civile sur l’inclusion éthique et responsable d’une approche axée sur la problématique hommes-femmes dans les activités médiatiques. Ce projet favorisera un dialogue public plus éclairé, crédible et factuel sur les questions touchant les femmes et les filles en ce qui concerne les droits de la personne.

Le projet s’harmonise avec la Politique d’aide internationale féministe du Canada et complétera d’autres initiatives canadiennes visant à renforcer les organisations de défense des droits des femmes, notamment l’initiative Voix et leadership des femmes.

Citations

« Pour parvenir à une véritable égalité des genres, les femmes doivent se sentir habilitées à faire entendre leur voix. Les femmes apportent une perspective et une voix uniques à tout ce qu’elles font, y compris dans le secteur des médias. Lorsque les voix des femmes sont entendues, différentes histoires commencent à être racontées. Nous sommes plus près de connaître toute l’histoire. »

- Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres

Faits en bref

  • En 2014, un seul des 95 médias en République démocratique du Congo était dirigé par une femme et, en 2013, seulement 16 % des journalistes de la presse écrite étaient des femmes.

  • En 2015, le Conseil des médias du Kenya a constaté que seulement 7 % des articles de presse étaient écrits exclusivement par des femmes. Une étude effectuée en 2016 a conclu que la couverture des questions relatives aux femmes demeure largement négative et stéréotypée, dépeignant les femmes comme des victimes.

  • Une étude de l’UNESCO publiée en 2018 sur le genre et les médias en Jordanie a révélé que le pourcentage de représentation des femmes dans les médias (imprimés, audiovisuels et en ligne) était inférieur à 10 %.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @DevCanada
Aimez-nous sur Facebook : Le développement international du Canada - Affaires mondiales Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :