Faites attention aux offres qui semblent trop belles pour être vraies

 femmes regardant l'ordinateur, préoccupées par la fraude numérique

Le 16 mars 2020

C'est le Mois de la prévention de la fraude, et le thème de cette année est la fraude numérique. Plus tôt ce mois-ci, nous avons discuté du transfert de cartes SIM et de la « fraude par identité synthétique », donc cette fois-ci nous avons décidé de nous pencher sur certaines fraudes numériques qui ciblent fréquemment les jeunes. Nous avons parlé à Jeff Thomson, un expert du Centre antifraude du Canada. Jeff est analyste principal du renseignement à la GRC et responsable par intérim de l’Unité de prévention de la fraude et de réception des plaintes. Ce qui suit est une version révisée de notre conversation.

ACFC : Qu’observez-vous en matière de fraudes numérique visant les jeunes?

Jeff Thomson : Nous voyons beaucoup d'arnaques sur les marchandises générales, qui incluent la commercialisation de produits contrefaits. Les jeunes achètent ces marchandises en ligne, qu'il s'agisse de clubs de golf, de bottes, de sacs à main, de manteaux et de vestes. Toutes les grandes marques sont là, et les gens trouveront à tout coup une offre trop belle pour être vraie. 

De nombreux fraudeurs créent un site Web et une publicité qui ressemblent à ceux de la marque réelle. Vous faites votre achat et il s'avère que ce n'est pas ce que vous avez commandé. C'est un énorme marché (de fraude).

ACFC : Quels autres types de fraudes de marchandises voyez-vous en ligne?

Jeff Thomson : Il y a ce qu'on appelle la facturation continue ou l'abonnement piégé. C'est lorsque vous voyez une fenêtre d'offre sur Facebook ou ailleurs sur Internet. On peut proposer des produits tels que des crèmes pour le visage ou des produits pour la perte de poids qui sont facturés comme un essai gratuit. Par exemple, on vous dira qu'il suffit de payer 3,99 $ pour l'expédition. On prend les informations relatives à votre carte de crédit et vous informe que vous pouvez être facturé 3,99 $ pour un mois, mais le mois suivant, ce montant passe à 100 $ ou à 300 $. Parfois, les gens se voient facturer plusieurs frais en un seul mois. 

ACFC : Vous avez également mentionné les « fraudes liées à l'achat et à la vente » – de quoi s'agit-il?

Jeff Thomson : Cela se produit lorsque des personnes essaient de vendre des choses en ligne. (Par exemple) J'ai affiché quelques commodes à vendre (faisant partie d'un ensemble de chambre) et le premier contact que j'ai eu était quelqu'un à l'étranger qui voulait vraiment les acheter. Il m'a offert 1 000 $ de plus que le prix demandé. C'est là que le modus operandi (des fraudeurs) devient délicat. Autrefois, ils vous envoyaient un faux chèque d'un montant supérieur au prix demandé et vous disaient d'utiliser l'argent supplémentaire pour payer l'expéditeur. Mais maintenant, ils envoient des courriels qui ressemblent à un transfert PayPal de disons 1 800 $. Mais vous ne pouvez pas accéder au transfert immédiatement. Ils disent qu'ils doivent voir le code d'expédition pour pouvoir débloquer les fonds. Bien sûr, une fois que vous avez expédié le produit, le paiement ne se matérialise jamais. Les fonds semblaient être là, mais ils ne l'étaient pas.

ACFC : Donc, en gros, il faut se méfier de ceux qui vous offrent plus que le prix demandé?

Jeff Thomson : C'est exact. 

ACFC : Merci encore d’avoir pris le temps de nous faire part de votre expertise.

Jeff Thomson : Je vous en prie.

Conseils pour se protéger des fraudes numériques

Le Centre antifraude du Canada offre aux jeunes les conseils suivants :

  • Si cela semble trop beau pour être vrai, ça l’est probablement. 
  • Méfiez-vous des fenêtres contextuelles qui vous font sortir du site Web que vous consultez. 
  • Les consommateurs doivent vérifier l’URL et les coordonnées du vendeur. 
  • Faites une recherche d’avertissements affichés en ligne et lisez les commentaires avant d’effectuer un achat. 
  • Les fautes d’orthographe et les erreurs grammaticales sont des signes d’un site Web frauduleux.
  • Utilisez une carte de crédit lorsque vous faites des achats en ligne. Les consommateurs bénéficient d’une protection contre la fraude et peuvent recevoir un remboursement. Si vous avez reçu autre chose que le produit que vous avez commandé, contactez votre société de carte de crédit pour contester la transaction. 

Le Centre antifraude du Canada est l’organisme canadien qui recueille des informations et des renseignements sur la criminalité relatifs aux fraudes de toutes sortes. Il s’agit d’une collaboration entre la GRC, la Police provinciale de l’Ontario, et le Bureau de la concurrence Canada. Si vous pensez avoir été victime d’une fraude, voici quelques étapes que vous devriez suivre. Vous pouvez également communiquer avec le Centre antifraude du Canada en composant le numéro sans frais 1-888-495-8501.

Pour en savoir plus sur la façon de vous protéger contre les fraudes et les arnaques, consultez le site Web Canada.ca/argent.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :