Vous seul devez décider ce que constitue une offre alléchante

Le 20 août 2018

Par Lucie Tedesco, commissaire, Agence de la consommation en matière financière du Canada  

Il est arrivé à la plupart d’entre nous de nous voir proposer des produits ou des services financiers que nous n’avions pas l’intention d’acheter. Ceux-ci étaient peut-être sous forme d’une assurance supplémentaire associée à notre carte de crédit ou prêt hypothécaire, ou bien d’une augmentation préapprouvée de notre limite de crédit sur notre carte lorsque nous avons appelé la banque pour parler d’autre chose.      

On m’a proposé moi-même des points de récompense, des cadeaux ou des rabais spéciaux pour m’inciter à prendre une carte de crédit. Vous avez peut-être eu des expériences similaires sur le campus, lors d’un événement sportif ou au supermarché. De plus, étant donné que de plus en plus de Canadiennes et de Canadiens effectuent des opérations bancaires en ligne, les vendeurs arrivent aussi à nous trouver à l’aide de nos téléphones.   

Peu importe la façon dont l’offre vous est présentée, vous devez vous renseigner et être avisé. 

Il est tellement facile et convivial de devenir membre d’un réseau social, de télécharger des applications ou d’utiliser des services en ligne - souvent, il ne faut que cocher une case - que nous ne prenons pas même le temps de lire les conditions avant de les accepter. Une étude menée en 2016 visant plus de 500 étudiants d’institutions postsecondaires (en anglais seulement) a révélé que seulement un quart des participants avaient pris la peine de lire toutes les conditions avant d’accepter de devenir membre d’un réseau social fictif. Dans les clauses portant sur la vie privée et les ententes de service, les membres avaient l’obligation de donner leur premier né à l’entreprise!

Heureusement, ce n’était qu’une expérience sociologique. Nous sommes chanceux, car les banques canadiennes doivent suivre des règles qui ont été mises en place pour veiller à ce que les renseignements qu’elles vous communiquent soient clairs, simples et n’induisent pas en erreur. Cependant, vous avez aussi la responsabilité de comprendre les modalités que vous acceptez. Si vous avez besoin de précision, il faut en demander. Si vous n’arrivez toujours pas à comprendre les conditions, je vous conseille de vous renseigner davantage et de poser des questions à vos amis ou aux membres de votre famille avant de prendre une décision. 

S’informer avant d’emprunter, c’est payant

Lorsque votre avenir financier est en jeu, il est préférable de prendre les commandes. Même dans les cas où les risques ne semblent pas être très élevés, vous ne devriez jamais vous sentir obligé de prendre une décision sur le champ. 

Il est utile d’être au courant des conditions normalisées avant d’accepter de nouveaux produits et services bancaires. Par exemple, même si les banques doivent vous donner un préavis, elles peuvent : 

  • fermer votre compte à tout moment;  
  • augmenter votre taux d’intérêt à tout moment; 
  • réduire votre limite de crédit à tout moment; 
  • augmenter le montant du paiement minimum à tout moment; 
  • imposer un taux d’intérêt de pénalité si vous manquez des paiements; 
  • vous facturer des frais pour fermer votre compte. 

Si vous avez une carte de crédit, il est important de savoir qu’on peut vous proposer des produits ou des services supplémentaires comme l’assurance de solde de carte de crédit. Ce type de produit d’assurance, qu’il est possible d’acheter en payant des frais mensuels, couvre une partie ou l’ensemble du solde de votre carte de crédit si vous tombez malade, perdez votre emploi ou décédez. Cependant, tout le monde ne peut pas bénéficier de cette couverture. Par exemple, les étudiants qui ont un emploi à temps partiel peuvent ne pas être admissibles aux prestations en cas de perte d’emploi.    

En fin de compte, les banques doivent obtenir votre autorisation avant de vous vendre ou fournir tout produit ou service financier. Magasinez pour trouver la meilleure offre qui correspond à vos besoins. Vous pouvez utiliser les calculatrices et les outils financiers en ligne de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) pour faciliter vos recherches. 

Si vous pensez que vos droits en tant que consommateur de produits ou de services financiers n’ont pas été respectés, déposez une plainte auprès de votre banque et communiquez avec nous à l’Agence de la consommation en matière financière du Canada.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :