Bulletin de la littératie financière - février 2018

De : Agence de la consommation en matière financière du Canada

Faites fondre vos dettes!

Mot de la chef du développement de la littératie financière

J’ai le plaisir de vous présenter le numéro de février 2018 du Bulletin sur la littératie financière. Comme il s’agit du premier bulletin de l’année, j’aimerais faire le point sur les progrès réalisés et discuter des prochaines étapes pour continuer à renforcer la littératie financière des Canadiens.

Depuis ma nomination en 2014, il y a eu de grands progrès dans l’élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la littératie financière, Compte sur moi, Canada, à laquelle beaucoup d’entre vous ont contribué. La stratégie comporte trois priorités, à savoir aider les Canadiens à :

  • gérer leur argent et leurs dettes judicieusement;
  • planifier et épargner pour l’avenir;
  • prévenir la fraude et l’exploitation financière, et s’en protéger.

Nous avons décomposé ces objectifs pour nous concentrer sur les comportements que nous espérons influencer à court terme : établir un budget, épargner pour se préparer aux situations d’urgence et aider les Canadiens à mieux comprendre leurs droits et leurs responsabilités en tant que consommateurs de produits financiers.

Les membres de mon deuxième Comité directeur national, qui m’appuie dans la mise en œuvre de ce plan, ont été nommés en février 2017. Ses 15 membres ont déjà défini 113 initiatives sur lesquelles ils travaillent pour soutenir la stratégie. Ce nombre en soi montre la quantité de travail en cours. Le comité joue un rôle essentiel dans la progression de ces projets.

Nous avons également constaté une croissance phénoménale des réseaux de littératie financière l’an dernier. Il existe désormais 13 réseaux à travers le Canada, représentant plus de 500 organisations qui travaillent pour atteindre nos objectifs en matière de littératie financière.

De plus, nous pouvons mesurer nos progrès grâce à une étude renommée de l’OCDE sur l’évaluation de la littératie financière : le Programme international pour le suivi des acquis des élèves, ou PISA, dont les résultats ont été publiés l’an dernier. L’étude a révélé que les jeunes Canadiens se classent au deuxième rang mondial, à égalité avec les Belges, parmi les 15 pays et économies ayant participé. Plus particulièrement, nous avons appris de cette étude que les jeunes Canadiens qui réussissent bien discutent de l’argent à la maison, ont gagné de l’argent en travaillant à temps partiel ou ont reçu des cadeaux en argent et possèdent un compte bancaire.

Nous avons donc plusieurs raisons d’être fiers, mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir.

Le Comité directeur se penche actuellement sur deux volets de travail, dont le premier est axé sur les peuples autochtones. Nous travaillons avec les communautés autochtones du Canada pour mieux comprendre leurs besoins en matière de littératie financière afin d’être en mesure d’y répondre ensemble.

Le deuxième volet est axé sur le renforcement de la littératie financière des adultes en milieu de travail. De la même manière que les écoles nous permettent de transmettre de l’information aux enfants, le lieu de travail est un endroit idéal où communiquer avec les adultes.

À l'Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), nous avons donc mis au point un projet pilote sur la littératie financière en milieu de travail en utilisant le populaire programme « Vos outils financiers ». En outre, nous avons collaboré avec une société appelée BestLifeRewarded Innovations pour créer le « Défi ma santé financière ». Il s’agit d’une initiative éducative sans frais visant à aider les Canadiens à en apprendre davantage sur les questions d’argent et à prendre d’importantes mesures pour améliorer leur propre bien-être financier. Les participants peuvent accumuler des points en vue d’obtenir des prix lorsqu’ils terminent leurs activités d’apprentissage sur le budget, l’épargne, l’emprunt, les dettes et leurs droits et responsabilités en tant que consommateurs de produits financiers. On peut en apprendre davantage sur le défi en consultant le site Défi ma santé financière.

Bien entendu, le Sous-comité de recherche est à la base de tout le travail du Comité directeur national et de ses volets de travail. L’année dernière, ses membres ont lancé le Plan national de recherche, qui sert d’orientation pour le vaste réseau de chercheurs dans le domaine de la littératie financière. J’ai le plaisir d’annoncer que le Sous-comité de recherche publiera bientôt un rapport provisoire sur la façon dont le plan se réalise.

La Conférence nationale sur la littératie financière a été un franc succès, tout comme le Mois de la littératie financière 2017. Nous publierons le rapport de la conférence dans le prochain numéro. Restez à l’affût!

Comme toujours, nous continuons de mener nos propres recherches sur les nouvelles questions et les nouvelles tendances. J’attends avec impatience les développements de cette année concernant la recherche en littératie financière et les initiatives de première ligne visant à mettre en œuvre les résultats.

Ce numéro du Bulletin contient d’excellents articles sur des sujets tels que l’accès à l’aide pour produire une déclaration de revenus, la guérison d’une gueule de bois causée par l’endettement et les discussions avec ses enfants au sujet de l’argent. Si ce bulletin contient quelque chose qui vous plaît, n’hésitez pas à le partager.

Bonne lecture!

Jane Rooney

Chef du développement de la littératie financière du Canada

Si vous avez reçu ce bulletinl de la part d’un ami et que vous l'avez aimé, veuillez vous abonner.

Quoi de neuf?

  • Des réseaux régionaux sur la littératie financière se réunissent partout au pays (certains le font pour la première fois, comme ceux de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador) pour discuter de la littératie financière dans leurs communautés;
  • FuturFund, une organisation dirigée par des étudiants qui vise à rendre la littératie financière intéressante pour les jeunes, lance sa nouvelle initiative : le Financial Literacy Youth Network, ou « Réseau des jeunes sur la littératie financière », en français, qui rassemble les voix d’autres organisations passionnées;
  • L’outil You Can Benefit (disponible en anglais seulement) qui a été créé par la ville d’Edmonton, offre un accès facile à des renseignements sur un éventail d’avantages financiers et de subventions;
  • Le rapport sur le projet pilote de l’application Petit CHANGEment présente les résultats du projet pilote de l’application mobile Petit CHANGEment lancé par Centraide Ottawa en collaboration avec l’ACFC;
  • Ressources de l’ACFC :
    • Le 2 novembre 2017, l’ACFC a fait le lancement de ses outils de comparaison de comptes et de cartes de crédit qui ont été améliorés afin de permettre aux consommateurs de choisir un compte de banque ou une carte de crédit qui répond le mieux à leurs besoins;
    • L’ACFC vient tout juste de publier un nouveau document intitulé Quoi faire quand vous recevez un remboursement d’impôt
    • En janvier, l’Agence de la consommation en matière financière du Canada a lancé à nouveau la campagne publicitaire « Prenez vos finances en main » afin de continuer à sensibiliser la population à l’importance de gérer et de réduire ses dettes.
  • Activités à venir :

Programme communautaire des bénévoles en matière d’impôt (PCBMI)

La saison des impôts est à nos portes, ce qui signifie qu’il est temps de parler du Programme communautaire des bénévoles en matière d’impôt (PCBMI), un programme géré par des organismes communautaires et l’Agence du revenu du Canada.

Le PCBMI est un programme conçu pour les particuliers et les familles qui ont un revenu modeste et une situation fiscale simple. Il les jumelle avec des bénévoles de leur communauté qui peuvent les aider à produire leur déclaration de revenus. Le PCBMI vise à aider les personnes incapables de produire elles-mêmes leur déclaration de revenus et qui n’ont pas les moyens de rémunérer un professionnel pour le faire. Il les aide également à demander les prestations et les crédits auxquels ils ont droit.

La force de ce programme réside dans les communautés qui travaillent ensemble et les milliers de bénévoles qui font don de leur temps et de leurs efforts.

En 2016-2017 :

  • Plus de 2 500 organisations ont établi un partenariat avec le PCBMI;
  • Plus de 16 500 bénévoles ont donné de leur temps;
  • Plus de 765 000 déclarations ont été évaluées grâce au PCBMI;
  • Plus de 1,5 milliard de dollars en remboursements et en prestations ont été calculés à la suite des déclarations remplies dans le cadre du PCBMI.

Toutefois, les résultats ne se limitent pas à ces statistiques. Le programme améliore réellement la vie des gens, comme l’illustre cette anecdote d’une organisation du Canada atlantique :

« Un de nos bénévoles a préparé une déclaration de revenus pour deux conjoints qui la préparaient eux-mêmes par le passé. Ils ont été surpris lorsque le bénévole leur a montré le montant de leur remboursement. Il s’avère qu’ils étaient admissibles à la prestation fiscale pour le revenu de travail! Le bénévole les a ensuite aidés à apporter des ajustements à leurs déclarations de revenus des années précédentes. Ils étaient très heureux et reconnaissants de l’aide du bénévole! »

Vous souhaitez participer?

Découvrez qui est admissible au PCBMI.

Les personnes admissibles trouveront de l’aide à un comptoir de préparation des déclarations près de chez elles.

Trouvez plus de renseignements sur la manière de participer en tant que bénévole au PCBMI.

Trouvez plus de renseignement sur la manière de participer pour les résidents du Québec.

Campagne de Credit Canada sur la gueule de bois causée par l’endettement

Êtes-vous déprimé en raison des dettes que vous avez encourues pendant le temps des Fêtes? Il y aurait eu une augmentation de 8 % des dépenses des Fêtes en 2017; le Canadien moyen ayant prévu dépenser 643 $ en cadeaux et 300 $ en divertissements et en décorations, et il n’est donc pas étonnant d’apprendre que la « gueule de bois causée par l’endettement » est un véritable problème pour de nombreux Canadiens.

Une enquête nationale commandée par le Conseil relatif aux standards des planificateurs financiers (FPSC) et Credit Canada a été menée du 2 au 5 janvier. Elle posait notamment aux Canadiens la question suivante : Quand il s’agit de vos finances, qu’est-ce qui vous déprime à cette période de l’année?

Voici certains des résultats :

  • 25 % n’ont pas les moyens de partir en vacances pour échapper à la morosité de l’hiver;
  • 21 % ont trop dépensé pendant les Fêtes;
  • 20 % ont un solde de carte de crédit supérieur au solde de leur compte d’épargne;
  • 6 % ont déjà rompu leurs résolutions financières du Nouvel An;
  • Les jeunes adultes âgés de 18 à 44 ans sont particulièrement déprimés par leurs finances à cette période de l’année (68 % contre 41 % pour les 45 ans et plus).

C’est pourquoi la Campagne de Credit Canada sur la gueule de bois causée par l’endettement (en anglais seulement), y compris son remède en cinq étapes, est si intéressante. Jetons-y un œil pour vérifier si cela pourrait vous convenir ou être utile à l’une de vos connaissances.

Remède en cinq étapes de Credit Canada à la gueule de bois financière causée par l’endettement

Étape 1 – Accepter sa situation

Il peut parfois être difficile de regarder ses relevés de carte de crédit et son compte bancaire après les Fêtes et de constater avoir dépensé plus que son budget ne le permettait. Nous comprenons qu’il est facile de se laisser emporter par la frénésie des Fêtes, mais, malheureusement pour plusieurs, il n’est pas toujours aussi facile de s’en remettre. Sachez que vous n’êtes pas seul et que vous pouvez vous remettre sur les rails, même si le temps vous semble plutôt gris à l’heure actuelle.

Étape 2 – Établir la plus grande cause du problème

Établissez quelles dettes vous causent le plus de tort en examinant votre situation financière. Prenez la pile de factures de cartes de crédit sur le comptoir de la cuisine, assoyez-vous (et respirez profondément) et parcourez-les pour établir lesquelles sont les plus problématiques. Ce sont probablement celles qui vous empêchent de dormir. Faites une liste en commençant par la plus inquiétante et terminez par la moins inquiétante.

Étape 3 – Remiser ses cartes de crédit

L’idée derrière cette étape est de cesser d’utiliser des cartes de crédit pendant que vous remboursez vos dettes et d’utiliser plutôt de l’argent comptant ou votre carte de débit. En n’utilisant pas le crédit, vous vous limitez uniquement aux fonds dont vous disposez. Autrement dit, vous contrôlez vos dépenses afin de ne pas vous endetter davantage tout en remboursant vos dépenses supplémentaires du temps des Fêtes. Cela signifie généralement changer vos habitudes de consommation, ce qui peut être difficile, mais ça en vaut vraiment la peine.

Étape 4 – Traiter les symptômes à l’aide d’un budget

C’est la partie amusante. Déterminez combien d’argent votre budget vous permet d’utiliser pour commencer à rembourser votre dette. Il est essentiel que vous sachiez combien d’argent vous gagnez par rapport à ce que vous dépensez chaque mois est indispensable si vous voulez connaître le montant consacré au remboursement de votre dette. C’est pourquoi il est important d’établir et de suivre un budget. Si vous vous demandez par où commencer, vous pouvez consulter la page Comment créer un budget mensuel (en anglais seulement). Vous devriez également consulter la calculatrice budgétaire de l’ACFC. Vous n’avez qu’à y inscrire vos données (vos revenus et dépenses, etc.) et la calculatrice fait le calcul pour vous!

Étape 5 – Rembourser la dette (parce que, malheureusement dans ce cas, le sommeil ne sera pas réparateur)

Se débarrasser de sa gueule de bois causée par l’endettement signifie se débarrasser de sa dette. Il est important, dans la mesure du possible, de payer plus que le paiement minimum inscrit sur vos factures de carte de crédit. Vous pouvez également effectuer plusieurs paiements par mois. Credit Canada recommande deux approches possibles :

La méthode de la boule de neige : Concentrez-vous d’abord sur le remboursement des petits prêts ou dettes, puis appliquez ces versements au plus petit solde de carte, et ainsi de suite, tout en effectuant vos paiements mensuels minimums sur toutes vos autres dettes. Cette stratégie accumule l’élan et fait « boule de neige » avec vos paiements dès que vous commencez à rembourser les petites dettes, puis appliquez ces paiements à d’autres dettes. Donc, si vous avez cinq cartes de crédit, commencez par payer celle dont le solde est le plus bas et passez ensuite à la suivante. Répétez ce processus jusqu’à ce que vous ayez remboursé votre dette la plus importante.

La méthode de l’avalanche : Déterminez quelle dette a le taux d’intérêt le plus élevé et commencez à rembourser celle-ci en premier, tout en continuant à effectuer les paiements minimums sur vos autres dettes. Une fois cette première dette remboursée, passez au solde de la dette suivante ayant le taux d’intérêt le plus élevé. Cette stratégie ralentit le rythme auquel votre dette actuelle augmente en raison des intérêts que vous économisez.

Les deux méthodes comportent des avantages et des inconvénients. Il est donc important pour vous d’établir quelle approche convient le mieux à votre situation financière.

Enfin, pour ceux qui recherchent une approche plus agressive, il y a beaucoup d’options, notamment :

  •  trouver un deuxième emploi;
  •  vendre des choses dont vous n’avez plus besoin ou que vous n’utilisez plus;
  • rejoindre l’économie à la demande (Uber, Airbnb, etc.);
  • vous renseigner sur les programmes de consolidation et de gestion des dettes.

Peu importe à quoi ressemble votre gueule de bois causée par l’endettement, vous vous sentirez mieux une fois que vous aurez un plan en place et commencerez à réduire la dette qui vous pose problème. Reprenez le contrôle!

Voici quelques conseils utiles pour vous aider à assurer votre bien-être financier : les conseils de Laurie Campbell et de Credit Canada pour vaincre la déprime financière (en anglais seulement).

Les résultats complets de l’enquête sur la déprime financière (en anglais seulement) sont maintenant disponibles.

Parlons argent avec nos enfants

On dit que la première étape pour renforcer la littératie financière consiste à parler d’argent. Bien que tous les jours conviennent pour discuter d’argent avec les enfants, afin de lancer la discussion, la Fondation canadienne d’éducation économique (FCEE) invite les enseignants et les parents canadiens à déclarer le troisième mercredi d’avril la journée Parlons argent avec nos enfants. Cette année, c’est le 18 avril. L’intention est d’attirer l’attention sur l’importance de parler d’argent avec nos enfants, et ce, en commençant dès le plus jeune âge.

Selon Gary Rabbior, président de la Fondation canadienne d’éducation économique, la Fondation voulait que ce programme soit un catalyseur pour lancer des conversations sur l’argent avec les jeunes et ne souhaite pas que ces conversations soient perçues comme une lourde tâche. Elle voulait montrer que tous peuvent le faire, qu’on peut commencer facilement, constater à quel point les enfants sont intéressés et ensuite ouvrir la porte à d’autres bons programmes.

Maintenant qu’il en est à sa sixième année, le programme Parlons argent avec nos enfants de la FCEE s’étend vers le nord et couvre maintenant tout le pays. Plus de 6 000 écoles sont inscrites (et d’autres devraient s’inscrire prochainement) aux activités de cette année.

Offrant des programmes en anglais et en français adaptés aux programmes d’études de chaque province, la FCEE a commencé à produire du matériel pour les classes de niveau 1re secondaire. Elle a l’intention d’adapter ce matériel à tous les groupes d’âge, de la 3e année du primaire à la 3e année du secondaire, et de créer des programmes spécialement conçus pour les communautés autochtones du pays.

Gary Rabbior affirme que la Fondation tente de renforcer le confort, la confiance et la capacité en matière d’argent. Elle croit que lancer la conversation risque d’être facile et naturel avec les jeunes. Puis, une fois la discussion entamée, les enfants posent des questions et, ce faisant, ils apprennent des choses sur l’argent et comment prendre et garder le contrôle de leurs avoirs afin de prendre des décisions financières dans leur propre intérêt à l’avenir.

Nous avons tous entendu parler des foires scientifiques, mais qu’en est-il des foires de l’argent? Les foires de l’argent représentent une initiative populaire issue du programme Parlons argent avec nos enfants. Elles fonctionnent selon le même principe que les foires scientifiques : les enfants choisissent un sujet en rapport à l’argent qui les intéresse, comme la comparaison des coûts d’un repas au restaurant ou à la maison, les CELI et les moyens d’épargner, la protection de son identité ou le coût d’avoir un animal de compagnie, ou d’aller au bal des finissants, puis rassemblent leurs constatations sous forme de présentation ou de panneau d’exposition créatif. En plus d’aider les enfants à mieux se renseigner sur ces sujets importants, les foires de l’argent intéressent souvent les parents. De plus, lorsqu’elles sont organisées sous forme de compétitions, ces activités font appel à des juges de la communauté et sensibilisent les jeunes à l’importance de l’argent et à la manière dont ils peuvent en apprendre davantage. 

La programmation de la FCEE ne se limite pas aux écoles. Reconnaissant qu’il est important de tenir des discussions sur l’argent à la maison et que la relation entre un parent et un enfant est différente de celle entre les enseignants et les élèves, la FCEE a créé un programme à la maison pour compléter le cursus scolaire. Ce programme se base sur des situations quotidiennes d’une relation parent-enfant pour déclencher une discussion sur l’argent, ce qui entraîne souvent, pour les parents et leurs enfants, l’apprentissage de nouvelles choses.

Comme le montre le programme Parlons argent avec nos enfants, il n’est pas difficile de lancer ces discussions avec les enfants et il n’est jamais trop tard pour vous impliquer!

Les parents et les enseignants peuvent s’inscrire au programme Parlons argent avec nos enfants et recevoir gratuitement des outils et des ressources conçus et adaptés pour les aider à avoir des conversations pertinentes et adaptées à leur âge sur des questions financières.

Le site Web de « Parlons argent avec nos enfants » est accessible toute l’année pour soutenir tous ceux qui souhaitent aider les jeunes en leur parlant d’argent et en les aidant à préparer leur avenir financier.

Défi ma santé financière : une étape vers le bien-être financier

L’automne dernier, l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) a collaboré avec BestLifeRewarded Innovations et Economic Club of Canada pour lancer le défi ma santé financière, une initiative éducative gratuite ayant pour objectif d’aider les Canadiens à en apprendre davantage sur les questions d’argent et à poser de petits gestes pour améliorer leur bien-être financier.

Ce défi, qui est offert gratuitement, cible le milieu de travail, les particuliers et les étudiants ainsi que les universités et les collèges. Pour obtenir des récompenses, les employés, les particuliers et les étudiants peuvent accumuler des points en exécutant des activités d’apprentissage sur le budget, l’épargne, l’emprunt et la dette ainsi que sur leurs droits et responsabilités en matière d’argent. Le matériel, offert en français et en anglais, est présenté dans un format attrayant et comprend des vidéos, des outils et des documents écrits ainsi qu’une mine de renseignements complémentaires pour les utilisateurs souhaitant en apprendre davantage sur un sujet précis. Les participants peuvent utiliser les points de récompense qu’ils obtiennent pour participer à une vente aux enchères afin de gagner des prix.   

L’initiative permet aux organisations d’offrir une éducation financière gratuite à leurs employés sans devoir y consacrer beaucoup de ressources, puisque le défi s’accompagne de ressources promotionnelles clés en main. Par ailleurs, lorsqu’une organisation s’inscrit, elle figure au tableau d’affichage accessible sur la page d’accueil, et elle accumule des points en administrant le défi et en effectuant certaines activités, comme la promotion du défi auprès de ses participants.   

Le défi vise à renforcer les connaissances, les compétences et la confiance en matière de finances des participants. Le défi permettra de recueillir des données agrégées, d’en assurer le suivi et de réaliser des enquêtes avant et après évaluation. Ces dernières permettront d’étudier tout changement dans les connaissances, la confiance et les attitudes liées à la gestion de l’argent à la suite de la participation au défi. 

Faites-nous part de vos nouvelles et événements

Le bulletin de l'Agence de la consommation en matière financière du Canada a pour objectif de faire connaître les initiatives qui sont menées partout au Canada afin de promouvoir les pratiques exemplaires et de faire naître de nouvelles initiatives ou nouveaux partenariats qui nous permettront de progresser sur la voie menant vers un Canada plus instruit en matière financière.

Si vous désirez partager vos succès en matière de littératie financière avec l​’ACFC, envoyez un courriel à leader-chef@fcac-acfc.gc.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :