Bulletin de la littératie financière - novembre 2017

De : Agence de la consommation en matière financière du Canada

En ce Mois de la littératie financière, prenez vos finances en main!

Un mot de la chef du développement de la littératie financière

Voici le numéro spécial du bulletin de la littératie financière qui est publié dans le cadre du Mois de la littératie financière (MLF) 2017. Cette année, le thème du Mois de la littératie financière est : Prenez vos finances en main – S’informer, c’est payant!

Je suis heureuse d’annoncer que nous nous plongeons dans le MLF 2017 à pleine vitesse. Le 1er novembre, l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) a lancé la Conférence nationale sur la littératie financière de 2017 à Montréal, au Québec. Cette année, la conférence a pour thème: Mesurons les progrès, bâtissons l’avenir – Tout compte!  

Et ce n’est que le début de l’ambiance fébrile qui régnera ce mois-ci! Nous avons une vaste gamme de thèmes à aborder et d’activités prévues aux quatre coins du pays. Si vous souhaitez faire partie de notre liste de distribution pour recevoir des mises à jour sur les événements du MLF, veuillez envoyer un courriel à litteratie.financiere@acfc.gc.ca.

En 2012, le Parlement du Canada a proclamé novembre le Mois de la littératie financière. Ainsi, chaque année, nous collaborons dans le but de sensibiliser la population et d’inspirer les Canadiens à engager des discussions sur la littératie financière, et de les informer de toutes les activités et les ressources qui sont à leur disposition pour les aider à prendre des décisions financières éclairées.

Nous explorerons un thème différent chaque semaine, à savoir :

  • Semaine 1 : Atteindre le bien-être financier
  • Semaine 2 : Vivre selon vos moyens 
  • Semaine 3 : Gérer un budget d’étudiant 
  • Semaine 4 : Sensibiliser vos enfants aux questions d’argent 
  • Semaine 5 : Connaître vos droits et vos responsabilités financières

Je vous encourage à en apprendre davantage sur le MLF et à vous informer de la façon dont vous pouvez y participer. Ce mois-ci, aidez-nous à faire passer le message alors que nous célébrons la littératie financière! Nous avons mis à votre disposition une multitude de ressources, notamment notre trousse de matériel promotionnel gratuite qui vous aidera à promouvoir la littératie financière dans votre collectivité.

Comme nous le savons tous, c’est payant de surveiller de près ses finances. Je vous invite, comme toujours, à utiliser et à partager nos nouveaux outils de comparaison des comptes et des cartes de crédit améliorés, afin de vous aider à gérer votre argent et à planifier votre avenir. Il n’est jamais trop tard pour commencer, car s’informer, c’est payant! 

Quoi de neuf?

La littératie financière en milieu de travail

À l’occasion du Mois de la littératie financière, nous aimerions mettre en lumière le rôle que joue la littératie financière dans le contexte de la santé mentale en milieu de travail. Il existe un lien important entre la littératie financière et la santé mentale en milieu de travail. 

La recherche établit clairement que l’argent est une des principales causes de stress. 

  • 42 % des Canadiens affirment que l’argent est leur principale source de stress.
  • 47 % des travailleurs canadiens vivent d’une paie à l’autre.
  • 35 % croulent sous le poids de leurs dettes.
  • 67 % ont reconnu qu’ils traitent de questions financières au travail.

Il est important de noter que les problèmes financiers ne sont pas limités à certains types d’emplois, d’industries ou d’échelles salariales. Tout le monde peut être aux prises avec des problèmes financiers. Tout ce stress a une incidence financière sur les employeurs. Selon une étude canadienne, les coûts liés au stress financier en milieu de travail au Canada sont évalués à 16 milliards de dollars par année. Nous savons que la réduction du stress financier des employés se traduit par une meilleure dynamique dans le milieu de travail. 

La bonne nouvelle, c’est que la littératie financière peut aider. L’ACFC définit la littératie financière comme le fait de posséder les connaissances, les compétences et la confiance en soi requises pour prendre des décisions financières réfléchies. Les programmes de littératie financière peuvent aider les gens à se sentir plus maîtres de leur situation financière. Ils peuvent aussi leur apprendre à faire un budget pour qu’ils puissent rembourser leur dette et mettre de l’argent de côté en cas d’urgence. Le milieu de travail est un excellent endroit pour animer des ateliers, offrir des outils et communiquer de l’information sur la littératie financière. 

L’ACFC a récemment mis sur pied un groupe de travail sur la littératie financière en milieu de travail. Celui-ci est composé de membres de partout au pays et provenant de l’ensemble des secteurs, et il a deux objectifs, soit :

  • exécuter les programmes durables en matière de littératie financière en milieu de travail qui sont offerts par des employeurs de partout au Canada; et
  • accomplir cette tâche en effectuant des recherches et en mettant au point des programmes pilotes qui éclaireront l’élaboration d’un cadre de pratiques exemplaires.

L’approche du groupe de travail consiste à établir des liens et à travailler en collaboration, de sorte que les milieux de travail canadiens n’aient pas à partir de zéro lorsque vient le temps pour eux de commencer à renforcer leur littératie financière à l’interne.

Conseils pour intégrer la littératie financière au milieu de travail :

  • Ayez recours aux programmes, aux outils et aux ressources en ligne de l’ACFC :
    • Utilisez gratuitement les calculatrices et les outils financiers;
    • Trouvez des renseignements impartiaux sur la gestion de l’argent, des dettes et des emprunts, ou sur l’épargne et la fraude financière;
    • Ajoutez un lien vers le programme d’autoapprentissage en ligne « Vos outils financiers » sur votre page intranet.
  • Encouragez les employés à faire un budget. Dirigez les employés vers la calculatrice budgétaire de l’ACFC.
  • Invitez les employés à visiter la page Web de l’ACFC sur la littératie financière en milieu de travail. 
  • Ajoutez aux talons de paie des conseils sur la gestion financière et des renseignements sur les régimes de pension et les avantages sociaux.
  • Organisez des ateliers sur la littératie financière. Utilisez les documents de l’atelier de l’ACFC intitulé « Finances personnelles – Notions de base ». Trouvez d’autres ressources pour votre milieu de travail dans la Base de données canadienne sur la littératie financière.

Avantages potentiels pour les employeurs 

  • Productivité accrue 
  • Baisse de l’absentéisme 
  • Réduction des distractions et du présentéisme 

Avantages potentiels pour les employés

  • Bien-être financier accru
  • Meilleure santé – moins de stress 
  • Meilleures relations avec leur famille et leurs collègues 

La CSFO encourage la génération du millénaire à s’informer sur l’assurance-vie et l’assurance-maladie

De: La comission des services financiers de l'ontario 

La Commission des services financiers de l’Ontario (CSFO) participe au Mois de la littératie financière afin que la tranche plus âgée de la génération du millénaire en Ontario soit davantage sensibilisée à l’assurance-vie et à l’assurance-maladie, et les comprenne mieux, en particulier pour ce qui a trait à l’évaluation et au choix des options correspondant aux besoins de chacun et aux différentes étapes de la vie, ainsi qu’aux règles régissant la vente de polices d’assurance-vie et d’assurance-maladie en Ontario. La campagne met l’accent sur ce public du fait, entre autres, que les personnes de cette génération sont dans une période où ils vivent des étapes essentielles de leur existence (mariage, enfants, etc.) et qu’elles recherchent donc des produits financiers pour se protéger et protéger leur famille et leurs placements.

La CSFO a mis au point un site Web réactif sur l’assurance-vie et l’assurance-maladie qui contient des vidéos, de l’infographie, des fiches-conseils, des listes de vérification et un questionnaire permettant aux personnes de la génération du millénaire de s’interroger sur les a priori qui les empêchent de prendre les meilleures décisions financières pour eux mêmes – y compris leur optimisme et la priorité accordée au temps présent. La CSFO interagira avec la génération du millénaire par l’entremise de médias sociaux non commandités, un groupe d’experts prêt à répondre aux questions en ligne pendant tout le mois et de la publicité dans les médias sociaux et numériques, notamment une campagne sur Spotify. Visitez le site Web de la CSFO pour accéder à leurs ressources et en apprendre davantage sur la campagne du Mois de la littératie financière.

Apprendre les rudiments : La littératie financière dans les écoles

Les élèves et les enseignants du Québec ont vu quelque chose de nouveau et d’excitant s’ajouter à leur programme scolaire cette année : la littératie financière. 

L’Autorité des marchés financiers (AMF), la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), l’Office de la protection du consommateur (OPC) et Revenu Québec ont travaillé en partenariat à l’élaboration d’activités pédagogiques complémentaires au Programme d’éducation financière au secondaire.

Ce matériel vise à développer la compétence principale du programme, soit « Prendre position sur un enjeu financier ».

Les activités suggèrent aux enseignants des situations d’enseignement-apprentissage variées, adaptées à la réalité des jeunes et visant le développement de cette compétence et de ses composantes clés, à savoir :

  • cerner la situation;
  • examiner les options; 
  • considérer les aspects légaux; 
  • relativiser sa position.

Ces activités s’inscrivent dans le plan d’action de la Stratégie québécoise en éducation financière, un projet entrepris par l’AMF en 2014 avec le soutien du Réseau québécois de l’éducation financière.

À compter de cet automne, les étudiants de secondaire 5 (âgés de 16 et de 17 ans) devront suivre un programme d’éducation financière obligatoire. Ce nouveau cours vise à aider les étudiants à acquérir une bonne base de connaissances sur les finances personnelles qui leur sera utile à toutes les étapes de leur vie. Il comprend trois modules, à savoir : 

  • Consommer des biens et des services;
  • Intégrer le monde du travail;
  • Poursuivre des études.

Le cours est axé sur les besoins des jeunes d’aujourd’hui, notamment leur premier emploi, leur premier budget et leur première carte de crédit. Les étudiants auront la chance d’aborder en profondeur ces « premières expériences » très pertinentes, tout en recevant des conseils sur le processus décisionnel associé à la protection de leurs intérêts financiers. Ils apprendront également à faire des choix judicieux en se fondant sur leurs besoins, leurs désirs, leurs budgets personnels, leur condition sociale et économique, ainsi que sur les risques, les avantages et les incitatifs inhérents.

Les étudiants se pencheront également sur certains des aspects comportementaux de la prise de décisions, dont le fait de comparer leurs choix à ceux des autres et de reconnaître les divers facteurs influençant leurs choix. Il se peut ensuite qu’ils fassent des choix différents. 

En dernier lieu, le cours abordera les principaux aspects légaux associés au fait d’être un consommateur. Il traitera aussi des droits et des responsabilités des consommateurs, et encouragera les étudiants à bien connaître les processus juridiques et à savoir comment faire valoir leurs droits.

Les étudiants devraient tirer d’énormes avantages de cette possibilité de découvrir comment gérer leurs finances et se positionner pour réussir, alors qu’ils apprennent à évoluer dans le monde complexe et en constante évolution des services financiers. Nous profitons tous de la promotion d’une meilleure littératie financière chez les plus jeunes générations!

Cliquez ici pour obtenir de plus amples renseignements de même que des ressources.

Semaine de l’épargne-études 2017 : Commencez dès maintenant à épargner pour leur avenir!

De: Emploi et Développement social Canada

Les recherches indiquent que les enfants bénéficiant d’un régime d’épargne-études sont plus susceptibles de suivre et de terminer des études postsecondaires. 

La Semaine de l’épargne-études 2017 a lieu du 19 au 25 novembre au Canada. Cette semaine vise à encourager les familles canadiennes à commencer à épargner pour les études postsecondaires de leurs enfants. Elle a également comme objectif de promouvoir les avantages de commencer tôt à épargner et d’offrir une multitude de possibilités à la prochaine génération.

On encourage les Canadiens à ouvrir un régime enregistré d’épargne-études (REEE) afin d’épargner en vue de l’éducation postsecondaire d’un enfant. Quiconque peut ouvrir un REEE pour un enfant et y cotiser, que ce soit un grand-parent, un oncle, une tante, un voisin ou un ami. L’enfant peut retirer des fonds du REEE pour assumer les coûts de logement et de transport, ainsi que pour couvrir les autres dépenses liées aux études, comme les manuels scolaires et les outils. 

En plus du REEE, deux incitatifs d’épargne-études sont offerts par le gouvernement du Canada pour aider les familles à épargner pour l’avenir de leurs enfants, soit la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et le Bon d’études canadien (BEC). 

La SCEE consiste en une subvention de base de 20 % pour la première tranche de 2 500 $ versée annuellement dans un REEE (offerte à tous les Canadiens, peu importe leur revenu familial). Cette subvention ajoute un supplément de 10 % pour la première tranche de 500 $ versée annuellement pour un enfant d’une famille dont le revenu net se situe entre 45 916 $ et 91 831 $, ou de 20 % pour la première tranche de 500 $ versé annuellement pour un enfant d’une famille ayant un revenu net de 45 916 $ ou moins. 

Le BEC est offert à un enfant d’une famille à faible revenu qui est né en 2004 ou plus tard, et consiste en un paiement initial de 500 $ et en un supplément de 100 $ pour chaque année où l’enfant demeure admissible, jusqu’à l’année civile au cours de laquelle il atteint 15 ans et jusqu’à concurrence de 2 000 $. Il n’est pas nécessaire de verser des cotisations personnelles pour recevoir le BEC.

Apprenez-en davantage sur les incitatifs d’épargne-études offerts et aidez-nous à informer les Canadiens sur la façon dont ils peuvent commencer à épargner pour leur avenir dès aujourd’hui! 

Démystifier les marges de crédit hypothécaires (MCH)

Vous avez probablement beaucoup entendu parler des marges de crédit hypothécaires, ou MCH, récemment. Étant donné que les taux d’intérêt fluctuent et que les marchés immobiliers (surtout à Toronto et à Vancouver) subissent une transformation spectaculaire, de nombreux Canadiens prennent part à la discussion. 

Pour commencer, un aperçu : Les marges de crédit hypothécaires sont des produits de crédit renouvelables, généralement non amortis, garantis par un privilège sur le bien immobilier résidentiel de l’emprunteur. Qu’est-ce que cela signifie? En bref, il s’agit d’un prêt garanti par la valeur de votre maison. Les produits de MCH ont fait leur apparition dans les années 1970 et ont beaucoup évolué depuis. 

Aujourd’hui, la plupart des MCH sont vendues comme une composante des prêts hypothécaires sur valeur domiciliaire, ces prêts combinent une hypothèque traditionnelle et une marge de crédit. Il s’agit d’une transformation importante de la manière dont les marges de crédit hypothécaires sont vendues et dont les consommateurs canadiens financent l’acquisition de logements. Dans les faits, les prêts hypothécaires sur valeur domiciliaire sont proposés par défaut aux consommateurs qui disposent, à l’achat de leur maison, d’une mise de fonds de 20 % ou plus. 

Ces prêts combinent une marge de crédit hypothécaire et un prêt hypothécaire amorti, et parfois d’autres produits de crédit et services bancaires (p. ex. prêts personnels, prêts à l’entreprise, comptes-chèques, protection de découvert et cartes de crédit), qui sont assujettis à une limite de crédit globale garantie au moyen d’une charge accessoire sur le bien immobilier de l’emprunteur. 

Il y a environ trois millions de comptes de marge de crédit hypothécaire au Canada et, en moyenne, le solde impayé de ces comptes est de 70 000 $. 

Pourquoi, comme consommateur, pourriez-vous vouloir une MCH? Les MCH répondent aux besoins des consommateurs individuels et atténuent certains risques grâce aux traits distinctifs suivants : souplesse, financement ouvert, caractère abordable et complexité.

Cependant, comme pour tous les produits, les consommateurs peuvent être confrontés à certains problèmes qui peuvent leur causer certaines difficultés, comme le surendettement, l’endettement persistant, l’érosion de la richesse et la prise de décisions non éclairées.

Il est donc important que les consommateurs connaissent leurs droits et leurs responsabilités. Comme avec tout contrat, le consommateur a la responsabilité de lire et de comprendre les modalités avant de poser des questions sur tous les éléments qu’il ne comprend pas.

Si un consommateur estime qu’une institution financière sous réglementation fédérale ne respecte pas ses droits, il est encouragé à communiquer avec l’Agence de la consommation en matière financière du Canada. Obtenez plus d'information sur l'obtention d'une marge de crédit hypothécaire.. 

Le Canada au sommet du classement en matière de littératie financière

Comme vous l’avez peut-être entendu, en mai, un rapport mondial publié par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) plaçait le Canada à égalité au deuxième rang mondial pour la littératie financière des jeunes. Il s’agit de la première participation du Canada à la composante de littératie financière du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), une enquête mondiale auprès des jeunes de 15 ans. Cette participation représente, en soi, une excellente nouvelle.

Mais elle n’arrête pas là. Ce rapport a été suivi par le rapport du Réseau international sur l’éducation financière du G20/OCDE sur la littératie financière des adultes dans les pays du G20 (G20/OECD INFE report on adult financial literacy in G20 countries) (en anglais seulement), publié en juillet. Les adultes canadiens se sont également classés sur le podium du G20 pour la littératie financière, à égalité au deuxième rang avec le pays invité, la Norvège. 

Les adultes canadiens ont obtenu 14,6 points sur une possibilité de 21 (7 points pour les connaissances, 9 points pour le comportement et 5 points pour les attitudes). La partie de l’auto-évaluation de l’enquête a montré que les Canadiens comprennent bien les concepts financiers clés tels que les intérêts payés sur les prêts, le risque et le rendement, et la définition de l’inflation. 

L’enquête a mesuré des comportements comme l’établissement d’un budget, la capacité de joindre les deux bouts, les dépenses à long terme, le choix des produits et des institutions financières, et la définition d’objectifs financiers. 

Si vous voulez réviser vos connaissances en matière de finances, consultez la section sur les services et l’information de l’ACFC, où vous trouverez de l’information sur de nombreux sujets comme vos droits et vos responsabilités en tant que consommateur, sur les dettes et les emprunts et sur la planification pour l’avenir. Vous êtes également invités à consulter les outils, les calculatrices et les programmes d’éducation de l’ACFC, car ils vous permettent d’améliorer vos compétences en planification et en gestion financières. 

Les Canadiens en conviennent, la littératie financière est une compétence de vie essentielle! 

La valeur de la culture dans l’éducation financière

Comme l’a souligné Helen Bobiwash, DFAA, CPA, CMA, dans son article « Developing the Skills to Face Financial Events in One’s Life » (Acquérir les compétences pour répondre aux besoins financiers du quotidien) dans le Journal of Aboriginal Management (Journal de la gestion autochtone), l’intégration des connaissances et des pratiques culturelles dans l’éducation financière peut contribuer à rendre cette éducation plus accessible aux collectivités autochtones. Dans son article, elle explique la manière d’utiliser des références culturelles familières pour simplifier le transfert de connaissances.

« Le cadre national de littératie financière pour les Autochtones est fondé sur une approche axée sur le cycle de vie, comme l’illustre la roue médicinale [figure 1]. La roue médicinale est un outil d’enseignement utilisé dans les collectivités autochtones pour illustrer la continuité, l’interdépendance et l’équilibre. Elle est conforme à l’approche du cycle de vie utilisée par les économistes pour examiner les habitudes de consommation et les comportements d’épargne qui contribuent au maintien de modes de vie stables. Elle reconnaît les événements et les besoins vécus à chaque étape de la vie. La figure [1] illustre la roue médicinale et la tranche d’âge de chaque stade. 

Des recherches indiquent que la prestation de programmes d’éducation financière est plus efficace quand le sujet est le plus pertinent pour l’individu. Confrontés à un événement assorti d’une décision financière, les apprenants assimilent mieux les leçons apprises juste avant, pendant et juste après l’exercice. L’apprenant a le plus de facilité à appliquer les enseignements à sa situation.

Les enfants occupent la pointe de droite. Les enfants acquièrent des compétences de base en mathématiques. Ils apprennent des concepts financiers tels que la monnaie, l’épargne, l’achat et l’emprunt. Ils peuvent vivre des événements tels que l’ouverture d’un compte bancaire, l’obtention d’un petit boulot, et la hiérarchisation des dépenses. Les enfants apprennent principalement la littératie financière de leurs familles.

Les jeunes occupent la pointe du bas. Les jeunes font la transition vers l’indépendance. Ils approfondissent leur compréhension des achats. Ils apprennent des concepts comme le coût de la vie, les prêts et l’accès à des avantages financiers. Les jeunes s’exposent à des événements financiers tels que l’achat d’un téléphone mobile, le déménagement dans un logement, la gestion des dépenses d’un ménage, les études postsecondaires, les demandes d’emploi à temps plein, le début d’une relation et la fondation d’une famille. Les jeunes élargissent leurs sources d’apprentissage afin d’y intégrer les pairs, les établissements scolaires et les médias.

Les adultes occupent la pointe de gauche. Les adultes sont responsables d’eux-mêmes et de leur famille. Ils acquièrent une compréhension approfondie du coût associé aux finances d’un ménage et d’une famille; des coûts et des conséquences associés aux prêts; et des possibilités d’investissement. Ils comprennent les besoins financiers représentés par la retraite et les assurances. Les adultes peuvent être confrontés à des événements financiers tels que l’achat d’une maison, l’épargne pour la retraite, la perte d’un emploi, la rupture d’un mariage, la maladie, une blessure ou un handicap. Les adultes continuent à perfectionner leurs compétences grâce à la famille, à d’autres adultes, à des établissements scolaires et aux médias. 

Les aînés occupent la pointe du haut. Les aînés font la transition vers la retraite et approchent la fin de vie. Ils apprennent à vivre avec un revenu réduit pendant la retraite, à assumer les coûts personnels d’une mauvaise santé ou de blessures, et à prendre des dispositions pour le décès. Les aînés s’exposent à des événements financiers tels que la retraite et la perte d’un être cher. »

Figure 1: la roue médicinale

La roue médicinale est décrite dans le texte ci-dessus.  Elle est divisée par âge:   aînés de 65 ans et plus, enfants âgés de 0 à 12 ans, jeunes âgés de 13 à 25 ans, adultes âgés de 26 à 54 ans.

Faites-nous part de vos nouvelles et événements

Le bulletin de l'Agence de la consommation en matière financière du Canada a pour objectif de faire connaître les initiatives qui sont menées partout au Canada afin de promouvoir les pratiques exemplaires et de faire naître de nouvelles initiatives ou nouveaux partenariats qui nous permettront de progresser sur la voie menant vers un Canada plus instruit en matière financière.

Si vous désirez partager vos succès en matière de littératie financière avec l​’ACFC, envoyez un courriel à leader-chef@fcac-acfc.gc.ca.
​​.​​

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :