Bulletin de la littératie financière - novembre 2018

De : Agence de la consommation en matière financière du Canada

Investir dans votre bien-être financier

Un mot de la chef du développement de la littératie financière

Voici l’édition 2018 du Bulletin de la littératie financière qui est publié dans le cadre du Mois de la littératie financière (MLF)! Cette année, novembre marque le 8e Mois de la littératie financière, et notre thème est « Investir dans votre bien-être financier ». C’est le moment de l’année où nous nous mobilisons et travaillons avec les intervenants pour organiser des activités et sensibiliser les gens à l’importance de la littératie financière.

Je vous encourage à consulter la page Web du MLF 2018 pour en savoir plus et y prendre part. Cette page sera régulièrement mise à jour tout au long du mois. Vous pouvez également jeter un coup d’œil à nos sous-thèmes hebdomadaires pour suivre le déroulement des activités.

  • Semaine 1 (du 1er au 3 novembre) ‒ Investir dans votre bien-être financier
  • Semaine 2 (du 4 au 10 novembre) ‒ Établir un plan pour rembourser vos dettes
  • Semaine 3 (du 11 au 17 novembre) ‒ Prendre des décisions éclairées
  • Semaine 4 (du 18 au 24 novembre) ‒ Prendre de bonnes habitudes tôt dans la vie
  • Semaine 5 (du 25 au 30 novembre) ‒ Prendre le contrôle de vos finances

Ce numéro du bulletin renferme des articles sur le Régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI), la Subvention canadienne pour l’épargne-invalidité et le Bon canadien pour l’épargne-invalidité, et le Petit livre noir de la fraude. Il contient aussi un article sur la relation continue des Canadiens avec leur dette et un autre sur un programme pour les enseignants et les étudiants du secondaire géré par l’Université de Waterloo.  

Si un article de ce bulletin vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec les membres de votre réseau et n’oubliez pas de nous suivre sur les médias sociaux par l’entremise de nos comptes Facebook et Twitter. Nous sommes également présent YouTube, Instagram et LinkedIn.

Comme toujours, je vous encourage à consulter l’éventail d’outils et de ressources accessibles sur notre site Web!

Jane Rooney
Chef du développement de la littératie financière

Si vous avez reçu ce courriel de la part d’un ami et que vous souhaitez vous abonner à notre liste d’envoi, cliquez ici.

Quoi de neuf

Ressources de l’ACFC

L’ACFC est sur Instagram, suivez-nous pour des conseils pour mieux gérer votre argent!

Billets de blogue récents :

À inscrire à votre calendrier :  

Investissez dans votre bien-être financier à l’aide du Régime enregistré d’épargne-invalidité et de la Subvention canadienne pour l’épargne-invalidité et du Bon canadien pour l’épargne-invalidité

Saviez-vous que plus de 177 000 Canadiens bénéficient d’un régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI)? Depuis 2008, les REEI aident les Canadiens ayant une invalidité grave et prolongée, de même que leurs familles, à épargner pour l’avenir.

Le Mois de la littératie financière met l’accent sur les activités et les événements visant à aider tous les Canadiens à apprendre à gérer efficacement leurs finances personnelles. Si vous avez un handicap, c’est le moment idéal pour en apprendre davantage sur la façon dont le gouvernement du Canada peut vous aider à faire fructifier votre argent et à épargner pour votre avenir à l’aide d’un REEI.

Si vous faites partie de l’entourage d’une personne ayant une invalidité grave et prolongée, c’est l’occasion idéale pour vous renseigner vous aussi. Apprenez comment aider cette personne, ou son tuteur légal, à ouvrir un REEI en son nom pour améliorer sa sécurité financière à long terme.

Ce qu’il faut savoir

Pour souscrire à un REEI, vous ou la personne que vous aidez devez :

  1. être résident canadien;
  2. être admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées;
  3. avoir un numéro d’assurance sociale valide;
  4. être âgé de moins de 60 ans.

En souscrivant à un REEI, les Canadiens peuvent recevoir jusqu’à 3 500 $ par année, pour un montant maximal à vie de 70 000 $, dans le cadre de la Subvention canadienne pour l’épargne-invalidité. Cette dernière est une subvention de contrepartie fondée sur le revenu familial du bénéficiaire et le montant des cotisations personnelles versées au régime. De plus, le gouvernement verse aux Canadiens à revenu faible ou modeste jusqu’à 1 000 $ par année sous forme d’une contribution au titre du Bon canadien pour l’épargne-invalidité, pour un montant maximal à vie de 20 000 $. Il n’est pas nécessaire de cotiser à un REEI pour avoir droit au Bon.

La période d’admissibilité à la Subvention ou au Bon du gouvernement prend fin le 31 décembre de l’année au cours de laquelle le bénéficiaire atteint l’âge de 49 ans. Toutefois, les Canadiens peuvent investir jusqu’à 200 000 $ (sans compter la subvention ou le bon du gouvernement) dans un régime jusqu’à la fin de l’année civile où le bénéficiaire atteint l’âge de 59 ans.

En plus des cotisations personnelles, le fait d’épargner dans le REEI permet aux bénéficiaires de recevoir de l’argent du gouvernement fédéral, soit jusqu’à concurrence de 90 000 $ à vie en subventions et bons. Au 30 juin 2018, le gouvernement du Canada avait versé un total de 2,89 milliards de dollars en subventions et bons aux bénéficiaires de REEI au cours de la dernière décennie.

Que ce soit pour vous ou pour une personne handicapée dont vous êtes légalement responsable, en novembre prochain, passez à la prochaine étape de votre projet d’améliorer vos connaissances financières et ouvrez un REEI. Les fonds gouvernementaux et personnels investis dans un REEI peuvent améliorer la qualité de vie d’une personne handicapée et avoir une incidence positive importante sur son avenir.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les REEI, la Subvention canadienne pour l’épargne-invalidité ou le Bon canadien pour l’épargne-invalidité, consultez le site : Canada.ca/REEI.

Familiarisez-vous avec le premier billet canadien orienté à la verticale

Le nouveau billet canadien de 10 $ commencera bientôt à circuler et à s’échanger au cours de transactions au comptant.

Le premier billet vertical émis par la Banque du Canada sera mis en circulation vers la fin de novembre. Cette nouvelle coupure de 10 $ sera introduite graduellement et circulera en parallèle avec les autres billets de 10 $ déjà en circulation.

Voici ce que vous devez savoir à propos de ce nouveau billet.

Vérifier ses billets, c’est payant

Tout comme les autres billets canadiens, la nouvelle coupure de 10 $ comporte des éléments de sécurité robustes, de manière à ce que les Canadiens puissent l’utiliser en toute confiance. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Banque émet de nouveaux billets : faire échec à la contrefaçon et suivre les progrès de la technologie.

Mais, ne l’oubliez pas, les billets ne sont sûrs que si l’on prend la peine de les examiner.

Voici les façons simples et rapides de vérifier les éléments de sécurité du billet vertical de 10 $ :

  • Touchez la texture lisse et unique du billet. Celui-ci est fait d’un seul morceau de polymère dont certaines parties sont transparentes.
  • Passez vos doigts sur le recto du billet. Vous pouvez sentir l’encre en relief sur le portrait, le mot « Canada » et le gros chiffre 10 au bas du billet.
  • Examinez les détails des symboles et images à reflets métalliques à l’intérieur et autour de la bande transparente.
  • Examinez le motif dans la plume d’aigle. Inclinez le billet et observez le motif passer du doré au vert.
  • Regardez au verso du billet pour vous assurer que les éléments dans la bande transparente ont les mêmes couleurs et détails qu’au recto.

Pour en savoir plus, regardez la vidéo sur les éléments de sécurité ou consultez le site Web de la Banque du Canada.

L’histoire des droits de la personne, d’hier à aujourd’hui

Le nouveau billet de 10 $ souligne les efforts qui ont été et qui continuent d’être déployés pour assurer l’égalité des droits et la justice sociale pour tous les Canadiens. Le recto du billet est orné du portrait de Viola Desmond, une Canadienne emblématique. Il s’agit de la première Canadienne mise à l’honneur sur un billet de circulation courante.

Le verso du billet lie l’histoire de Viola Desmond au présent : les illustrations comprennent une image du Musée canadien pour les droits de la personne – le premier musée au monde consacré exclusivement à l’évolution des droits de la personne, à leur avenir et à leur célébration.

Pour en savoir plus sur le graphisme de ce billet, rendez-vous au www.banqueducanada.ca/billets/10vertical. Gardez l’œil ouvert : le nouveau billet de 10 $ sera mis en circulation plus tard ce mois-ci!

Suivez la Banque sur Twitter (@banqueducanada) pour connaître les dernières nouvelles sur les billets de banque.

Le Musée de la Banque du Canada présente la nouvelle exposition Une femme de valeur du 30 novembre 2018 au 12 mai 2019. Cette exposition en l’honneur de Viola Desmond met en lumière la vie et le travail de la première Canadienne à figurer sur un billet de circulation courante. L’exposition explore aussi le thème du nouveau billet canadien de 10 $ et présente les images qui y figurent.

Entrée libre
Ouvert de 10 h à 17 h
Du mardi au dimanche

Musée de la Banque du Canada
30, rue Bank, Ottawa (ON)
613 782-8914
@BdCMusee

Apprenez à déjouer les fraudeurs

Vous protéger de la fraude n’a pas à être difficile. Ce peut être amusant et instructif. La toute première étape est de bien vous renseigner pour que vous puissiez détecter les signes annonciateurs d’une fraude. 

Le petit livre noir de la fraude est l’outil parfait pour vous informer. C’est une mine d’or de renseignements au sujet de 12 des escroqueries les plus courantes qui visent les Canadiens aujourd’hui. Vous en apprendrez davantage sur les fausses pharmacies en ligne, les faux remèdes miracles, la fraude de la situation d’urgence et bien d’autres.

La fraude de la situation d’urgence vise surtout les grands-parents en profitant de leur affection envers leurs petits-enfants. Dans ce type d’arnaque, vous recevez généralement un appel d’une personne qui affirme être votre petit-fils ou votre petite-fille et prétend se trouver dans une situation problématique qui nécessite de l’argent immédiatement. La personne peut prétendre avoir eu un accident d’auto, avoir des problèmes avec la police ou avoir des difficultés à revenir de l’étranger. La personne qui appelle vous fait également jurer de ne rien dire, parce qu’elle est embarrassée et qu’elle ne veut pas que le reste de la famille apprenne ce qui s’est produit. Les fraudeurs comptent sur votre désir d’aider rapidement l’un de vos proches dans le besoin.

Il est facile de tomber dans le piège. Mais si vous savez de quoi il en retourne, vous pourrez vous en protéger en faisant preuve de méfiance.

Si vous recevez un appel de ce genre, prenez le temps de vérifier que l’histoire est vraie. Appelez les parents ou les amis de la personne pour savoir où elle se trouve, et posez des questions auxquelles elle seule pourra répondre.

Les fraudeurs s’enrichissent en créant des pièges élaborés. Prenez quelques minutes pour apprendre à vous protéger.

Vous trouverez des conseils au sujet d’autres arnaques courantes dans Le petit livre noir de la fraude. Commandez votre exemplaire gratuit en ligne.

De nombreux travailleurs canadiens en situation financière précaire

Même si les deux tiers des Canadiens ont l’impression d’être dans une meilleure situation financière qu’il y a un an, bon nombre d’entre eux sont encore aux prises avec des niveaux d’endettement élevés et ont encore un long chemin à parcourir pour atteindre leur objectif de bien être financier. C’est ce qu’indique le dixième sondage annuel de l’Association canadienne de la paie (ACP) mené auprès de travailleurs canadiens et publié en septembre dernier.

Le sondage, auquel ont répondu plus de 5 000 travailleurs canadiens de tous les secteurs, a révélé des résultats surprenants. Malgré certains gains positifs dans les revenus globaux des ménages et l’emploi à temps plein, environ 44 % des travailleurs canadiens déclarent qu’il leur serait difficile de s’acquitter de leurs obligations financières si leur chèque de paie était retardé d’une seule semaine.

L’endettement continue d’être un défi de taille pour les Canadiens, 40 % d’entre eux ayant indiqué qu’ils étaient dépassés par leur niveau d’endettement. Ce chiffre est en hausse de 5 % par rapport à l’année dernière. En outre, plus du tiers des répondants au sondage affirment que leur niveau d’endettement a augmenté au cours de l’année (jusqu’à 34 % par rapport à 31 % l’année précédente).

La hausse des frais de subsistance (27 %) et les dépenses imprévues (20 %) demeurent les deux principales raisons de l’augmentation des dépenses, et la plupart des répondants (96 %) prévoient que le coût de la vie augmentera au cours de la prochaine année.

Malgré les risques à long terme d’une épargne insuffisante, d’un endettement élevé et de la perception d’une amélioration de la situation financière, les travailleurs canadiens ne se rendent pas compte de la dure réalité de ce qui pourrait se produire si leur situation financière changeait soudainement.

Des changements importants, comme un ralentissement économique ou une hausse des taux d’intérêt par la Banque du Canada, pourraient avoir une incidence considérable sur la capacité des travailleurs à épargner, gérer leurs dettes et planifier leur retraite. Ce risque grave continue d’être renforcé par l’inaction des travailleurs canadiens qui ne profitent pas de la vigueur de l’économie et de l’amélioration des conditions financières pour alléger leur dette et prendre leur situation financière en main.

On constate aussi un évitement surprenant lorsqu’on évalue le degré d’aisance des répondants à discuter de finances. Pas moins de 47 % d’entre eux indiquent qu’ils ne seraient pas à l’aise de parler de dettes avec un collègue ou un pair.

Cette situation financière difficile devrait aussi être un signal d’alarme pour les employeurs canadiens. En effet, 46 % des employés affirment que le stress financier a une incidence sur leur rendement au travail. Ce pourcentage pourrait augmenter encore plus si les employés sont soumis à des contraintes financières supplémentaires.

Les Canadiens et les employeurs peuvent prendre de nombreuses mesures pour améliorer leur bien être financier global ou celui de leurs employés. L’ACP offre un éventail de ressources pratiques, dont des vidéos et des lignes directrices, conçues pour aider les Canadiens à faire le point sur leur situation financière, à mieux comprendre les options financières qui leur sont offertes et à prendre des mesures d’amélioration. Rendez-vous à l’adresse http://www.npw snp.ca/fr/  pour consulter d’autres résultats du sondage mené auprès des employés de l’ACP, ainsi qu’une foule d’excellentes ressources gratuites pour assurer le bien être financier.

La littératie financière en classe : favoriser la littératie financière des étudiants

L’École de comptabilité et de finance de l’Université de Waterloo a mis sur pied son programme de littératie financière en classe et le concours de littératie financière en 2012 pour mieux faire connaître et promouvoir la responsabilité financière auprès des élèves du secondaire.

Le programme, imaginé par le professeur Grant Russell (retraité) qui travaillait alors à l’École de comptabilité et de finance, a commencé sous forme de partenariat à petite échelle avec des enseignants de 9e et 10e années de la région de Waterloo. Élaboré en collaboration avec des enseignants en études commerciales de la région de Waterloo et le Waterloo Catholic District School Board, le programme vise à permettre aux élèves d’acquérir la confiance et les compétences nécessaires pour prendre des décisions financières et se préparer à un bel avenir financier.

Le concours de littératie financière :

  • incite les élèves du secondaire à en apprendre davantage sur les finances personnelles et commerciales;
  • aide les écoles secondaires à offrir un programme éducatif en littératie financière et à l’intégrer dans le programme d’études de l’Ontario;
  • promeut auprès des élèves du secondaire les domaines des finances, de la comptabilité et des affaires;
  • permet de créer un bassin d’élèves talentueux du secondaire qui auront confiance en leur sécurité et leur bien-être financiers dans un monde financier de plus en plus complexe.

Le programme, qui en est maintenant à sa cinquième année, continue de prendre de l’ampleur et le concours est maintenant ouvert aux élèves de 9e, 10e et 11e années inscrits dans les écoles secondaires de partout au Canada. Le concours se tiendra maintenant deux fois par année, en mai et en décembre aux semestres d’automne et du printemps. Le prochain concours aura lieu le 5 décembre 2018.

Bien que le concours demeure l’élément fondamental du programme, les ressources sur la littératie financière sont maintenant accessibles à tous, et pas seulement aux participants, et les responsables veulent accroître ces ressources au cours des prochains mois. Ces ressources en libre accès portent sur des sujets financiers des domaines des services bancaires, des placements, du crédit, de la gestion du revenu et de la budgétisation, de l’économie, de la comptabilité, de l’accession à la propriété, du financement des études postsecondaires ainsi que sur la sensibilisation à l’éthique et à la fraude, et elles sont offertes en ligne  en deux principaux formats :

  1. des jeux-questionnaires;
  2. des cahiers d’exercices.

« Nous sommes ravis de voir le programme d’études de l’Ontario intégrer un volet de littératie financière dans le cours Carrières et éducation civique offert aux élèves de 10e année, mentionne Tracy Hilpert, directrice, Éducation financière en classe. Jusqu’à présent, le programme s’est surtout associé à des professeurs de commerce en raison du lien évident, mais maintenant, grâce au soutien financier de notre commanditaire, nous avons hâte d’établir de nouveaux liens dans les écoles pour aider à offrir ces ressources et possibilités à plus d’enseignants et d’élèves que jamais auparavant. » [TRADUCTION]

Vous souhaitez en savoir plus? Rendez-vous à La littératie financière en classe (en anglais seulement) pour explorer les ressources du programme (sans obligation de s’inscrire au concours). 

Si vous avez des questions sur la littératie financière en classe et le concours de littératie financière, veuillez écrire à l’adresse saf-flc@uwaterloo.ca ou consulter le site Web de l’École de comptabilité et de finance (en anglais seulement).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :