Enseigner la littératie financière aux adultes

Les résidants du Canada veulent être mieux informés sur la gestion des finances personnelles, mais leurs connaissances et leurs compétences sont restreintes. La plupart d’entre eux n’acquièrent que peu de connaissances financières à l’école, et ont peu confiance en leurs capacités financières. Et pourtant ils sont appelés à prendre des décisions difficiles qui peuvent être lourdes de conséquences sur leur santé et leur sécurité financières. Ils admettent qu’ils doivent accroître leurs connaissances, mais plusieurs facteurs limitent leur capacité à acquérir davantage de compétences financières, entre autres le manque de temps, de confiance, et de possibilités d’apprentissage valables et accessibles.

Recherche sur l’enseignement aux adultes

Ron et Susan Zemke ont fait un résumé de la recherche qui est largement utilisé comme guide pratique pour les instructeurs pour adultes. (Voir « 30 Things We Know For Sure About Adult Learning » Innovation Abstracts, Vol. VI, No 8, 9 mars 1984) Ron et Susan Zemke en arrivent à la conclusion suivante :

  • Les adultes ont tendance à s’inscrire à des programmes d’apprentissage pour acquérir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour atteindre un but donné ou résoudre un problème grave. Dans le domaine de l’éducation financière, il peut s’agir de résoudre un problème lié au crédit ou au budget, ou de préparer un événement important de la vie, par exemple acheter une maison ou planifier la retraite. L’apprentissage doit servir à établir des liens forts et directs pour résoudre les problèmes qui ont incité les apprenants à s’inscrire au programme.
  • L’estime de soi et le plaisir sont d’importants facteurs de motivation secondaires pour les apprenants adultes, qui les aident à maintenir un intérêt, en particulier lorsqu’il existe un lien avec leur objectif principal. L’éducation financière qui procure aux apprenants un sentiment d’accomplissement et de maîtrise de compétences utiles maintiendra leur enthousiasme et renforcera leur apprentissage. Il est bon de donner aux apprenants la possibilité de démontrer leurs compétences et d’évaluer ce qu’ils ont appris. L’estime peut aussi être une source de démotivation si les apprenants se sentent idiots ou ignorants; par conséquent, les interactions doivent permettre aux apprenants de se sentir en sécurité et respectés, et ce même lorsqu’ils font des erreurs. Ils pourraient en faire une affaire personnelle.
  • Les adultes préfèrent une approche concrète, axée sur une chose à la fois, et qui s’accompagne d’exemples concrets et de points de pratique. Il pourrait être inefficace de couvrir trop de matière ou d’aller trop vite. Chaque point important devrait s’accompagner d’un exemple concret, et chaque sujet devrait donner aux apprenants l’occasion de mettre leur apprentissage en pratique grâce à des simulations, des feuilles de travail ou des discussions, et d’intégrer les nouvelles idées à leurs connaissances déjà acquises.
  • Vu que les adultes veulent acquérir des connaissances précises, ils s’attendent à ce qu’un programme d’apprentissage leur permette de le faire, et ils deviendront frustrés ou inintéressés s’ils ne voient pas comment le programme répond à leurs attentes. Il est utile d’avoir une idée claire des attentes et d’expliquer comment le programme y répondra (ou n’y répondra pas).
  • Dans la mesure du possible, il est utile de fonder l’enseignement sur les connaissances que les apprenants possèdent déjà. Par exemple, la plupart des gens possèdent un minimum de connaissances sur le paiement des factures et la gestion des dépenses, et ces connaissances de base sont un point de départ pour établir un budget plus complexe pour le ménage ou dans le but d’épargner. Par contre, il faut plus de temps pour transmettre une information nouvelle à l’égard de laquelle les apprenants ont peu de connaissances ou d’expérience. Il est donc important soit de chercher des liens sur lesquels les apprenants peuvent s’appuyer ou de prévoir plus de temps pour leur permettre d’absorber les nouveaux concepts et de les utiliser.
  • Bien souvent, les gens ont des opinions fausses, non objectives ou incomplètes sur les finances personnelles, ce qui peut nuire à l’acquisition d’une information et d’idées nouvelles. Les apprenants devraient avoir la possibilité d’exprimer leurs opinions pour que les instructeurs puissent leur attirer leur attention sur les sources d’erreur et leur fournir des connaissances fiables.
  • Étant donné que les adultes disposent d’un vaste éventail d’expériences sur lesquelles s’appuyer, les apprenants eux-mêmes peuvent être une précieuse ressource d’apprentissage. Par exemple, bon nombre d’entre eux auront des exemples d’erreurs financières dont ils voudront peut-être parler au moyen de questions ouvertes, d’une discussion en classe et de séances par petits groupes. Ils peuvent aussi donner des exemples de situations dans lesquelles il a été fort utile de posséder telles ou telles connaissances ou compétences.
  • Les expériences d’apprentissage doivent être souples et accessibles à des apprenants ayant des valeurs et des points de vue différents et se trouvant à différentes étapes de la vie. Les expériences financières et les valeurs des nouveaux arrivants au Canada différent de celles des élèves qui terminent l’école secondaire ou des travailleurs qui comptent de nombreuses années d’expérience. Les instructeurs doivent être soucieux des divers styles et besoins en matière d’apprentissage et pouvoir adapter leurs présentations pour qu’elles intéressent le plus grand nombre possible d’apprenants aux antécédents variés. En confiant divers types de travaux à faire par petits groupes et individuellement, les instructeurs devraient pouvoir répondre à une diversité de besoins précis.
  • Enfin, l’environnement d’apprentissage, tant physique que psychologique, peut avoir une importante incidence. Les sujets financiers peuvent être complexes, voire fastidieux, et les apprenants peuvent facilement se déconcentrer. Le fait de diviser les sujets en segments plus courts s’accompagnant de différents types d’activités, par exemple des présentations directes, des démonstrations, des vidéos, la recherche en ligne, des discussions, des feuilles de travail, des activités pratiques, des travaux par petits groupes, etc., aidera à retenir leur attention.

Selon Zemke et Zemke, dans un cadre d’apprentissage idéal, l’instructeur joue le rôle de facilitateur aidant les apprenants à prendre des mesures concrètes pour atteindre leurs objectifs plutôt que celui de dispensateur de connaissances. « L’instructeur doit établir un équilibre entre sa présentation de la nouvelle matière, le débat et la discussion, le partage d’expériences estudiantines pertinentes et le temps disponible. Paradoxalement, il appert que les instructeurs soient davantage capables d’établir un contrôle lorsqu’ils risquent de le perdre. Lorsqu’ils mettent leur ego de côté et répriment la tendance à se sentir menacés par la contestation des plans et méthodes, ils acquièrent le genre de contrôle facilitant qu’exige l’enseignement aux adultes. »

Trouver le juste milieu pose un défi aux instructeurs dans le domaine des finances personnelles, en raison de l’information essentielle à transmettre en un temps restreint. Toutefois, la séance d’apprentissage sera plus profitable aux apprenants si on leur donne le temps de saisir les rudiments des principes de base plutôt qu’en les exposant à une diversité de faits et de conseils, qu’ils ne retiendront que très peu.

Démarche adoptée pour élaborer Vos outils financiers

La démarche pédagogique adoptée dans Vos outils financiers tient compte des principes énoncés ci-dessus.

  • Les documents sont subdivisés en segments.
  • Ils sont modulaires, ce qui permet aux apprenants de choisir ce qu’ils veulent apprendre, et la quantité qu’ils veulent apprendre à la fois.
  • L’information et les activités sont ciblées sur des connaissances et des compétences pratiques qui aideront les apprenants à résoudre des questions financières courantes.
  • Les concepts s’accompagnent d’exemples et d’études de cas pour aider les apprenants à mieux comprendre les idées et à lier les concepts à leur propre expérience.
  • L’information et les activités sont présentées de manière à donner aux apprenants la possibilité d’examiner les sujets d’étude, de les appliquer, d’en discuter et d’y réfléchir, et de mettre en pratique de nouvelles compétences financières.
  • Ils présentent l’information et enseignent les connaissances de diverses façons, par écrit, visuellement et par des moyens interactifs, pour susciter l’intérêt des apprenants et s’adapter à divers styles d’apprentissage.
  • Ils attirent l’attention des apprenants sur des ressources qui peuvent leur fournir un complément d’information et d’outils qui leur permettront d’améliorer leur gestion financière.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :