Projet de mine d'or Blackwater — Décision relative à l'évaluation environnementale

Communiqué de presse

Le 15 avril 2019 — Ottawa — Agence canadienne d'évaluation environnementale

Le gouvernement du Canada s'emploie à protéger l'environnement tout en stimulant l'économie et en créant de bons emplois pour les Canadiens.

Aujourd'hui, la ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, a annoncé que le projet de mine d'or Blackwater pouvait aller de l'avant. Cette décision fait suite à un processus d'évaluation environnementale rigoureux et fondé sur les données scientifiques, qui a permis de conclure que le projet n'est pas susceptible d'entraîner des effets environnementaux négatifs importants lorsque les mesures d'atténuation sont prises en compte. Le promoteur, New Gold Inc., peut maintenant faire des démarches pour obtenir des autorisations et permis éventuels auprès de ministères fédéraux.

Le projet consiste en la construction, l'exploitation et la fermeture d'une mine d'or et d'argent à ciel ouvert située à environ 110 kilomètres au sud-ouest de Vanderhoof, en Colombie-Britannique. Le projet, évalué à 1,8 milliard de dollars, pourrait créer jusqu'à 1 500 emplois pendant la construction et 495 emplois pendant l'exploitation, tout au long de la durée de vie du projet, selon les chiffres fournis par le promoteur.

La déclaration de décision de la ministre établit 172 conditions que le promoteur doit remplir pendant toute la durée de vie du projet. Ces conditions permettront de réduire ou d'éliminer les effets potentiels sur l'environnement et comprennent des mesures visant à protéger les terres humides, les poissons et leur habitat, les oiseaux migrateurs, l'usage courant des terres et des ressources par les peuples autochtones, les patrimoines et les structures naturels et culturels, ainsi que la faune et les espèces en péril.

Citations

« Le gouvernement du Canada protège l'environnement et s'emploie à stimuler l'économie. Grâce à l'évaluation de ce projet, fondée sur les données scientifiques et les connaissances autochtones, et à la mise en place de mesures juridiquement contraignantes qui protégeront l'environnement, nous contribuons à créer de la croissance économique ainsi que près de 2 000 emplois pour la collectivité. »

— L'honorable Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Le gouvernement du Canada s'est engagé à l'égard d'une relation renouvelée avec les peuples autochtones, fondée sur la reconnaissance des droits, le respect, la collaboration et le partenariat. À l'appui de ce partenariat, l'Agence et le Bureau de l'évaluation environnementale de la Colombie-Britannique ont travaillé à la coordination des évaluations environnementales fédérale et provinciale avec plusieurs groupes autochtones afin d'évaluer les effets du projet sur leurs droits ancestraux respectifs.

  • Pour prendre sa décision, la ministre a pris en compte le rapport d'évaluation environnementale et les commentaires recueillis auprès du public et des groupes autochtones.

  • Le rapport renferme les conclusions et les recommandations de l'Agence en ce qui a trait aux effets environnementaux potentiels du projet, une évaluation des répercussions du projet sur les droits des Autochtones, les mesures d'atténuation proposées, l'importance des effets environnementaux négatifs éventuels et les exigences du programme de suivi.

Liens connexes

Personnes-ressources

Sabrina Kim
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l'Environnement et du Changement climatique
819-743-7138
Sabrina.Kim2@canada.ca

Karen Fish
Conseillère en communications
Agence canadienne d'évaluation environnementale
613-552-1195
Karen.Fish@canada.ca

Suivez-nous sur Twitter : @ACEE_CEAA


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :