Philosophie de commandement

En guise de point de départ, nous devons tous embrasser la notion selon laquelle, ultimement, tout ce que nous faisons au sein l’Armée vise à produire des forces de combat dont le rôle fondamental est de combattre et de gagner. Tout découle de cette réalité, et renforcit notre polyvalence inhérente dans notre prise en charge et l’atteinte de l’excellence opérationnelle dans une gamme très vaste de tâches sous le seuil du combat. Dans cette optique, l’essence de ma philosophie de commandement se trouve dans les 13 grands domaines d’intérêt illustré plus bas. Lamise en application de ceux-ci pourrait varier quelque peu, tout dépendamment du statut militaire ou civil du personnel, mais je m’attends à ce que tous au sein de l’Armée les prennent au sérieux.

Le leadership
L' engagement et le but
Le commandement de mission

Je crois fermement au commandement de mission – c’est-à-dire formuler l’intention (le « pourquoi ») et ensuite habiliter les subordonnés afin qu’ils puissent accomplir leurs tâches. La tendance de centraliser nos ressources et nos politiques va à l’encontre de cette philosophie. Ceci étant dit, nous utiliserons le commandement de mission non seulement pour exécuter ces politiques, mais également pour les façonner et les développer. La portée et la complexité de ces enjeux auxquels nous sommes confrontés signifient qu’une personne à elle seule ne détient pas toutes les réponses et que nous devons exploiter la sagesse là où elle se trouve – et cela veut souvent dire sur le plancher. Qui est plus, une seule personne ne peut pas porter sur ses épaules le fardeau de toutes les décisions, le pouvoir doit donc être réparti et le commandement exercé collectivement. Dans cette ère de changements rapides, le commandement de mission implique également d’apprivoiser les innovations locales et de s’assurer de diffuser à grande échelle ces initiatives qui connaissent du succès.

L'agilité et le changement

Je définis l’agilité comme la capacité de s’adapter rapidement aux circonstances changeantes. Les avancements technologiques qui se font à un rythme accélérer, la capacité de nos ennemis à s’adapter rapidement et la mondialisation de l’information contribuent tous à l’incertitude et à la volatilité de notre environnement opérationnel. Nous devons être en mesure de nous adapter ou nous allons devenir inutiles et nous devrons faire face à la défaite. L’agilité est basée sur un état d’esprit, un état qui doit être inculqué tout au long de l’instruction, à tous les niveaux et grades. Nous ne pouvons pas nous restreindre à un plan, à une seule façon de faire les choses, ni à unestructure existante. Nous devons reconnaître, créer et saisir les possibilités devant nous. Il est fondamentalement difficile de remettre en doute le statu quo et nous devons encourager et permettre l’innovation à chaque occasion qui se présente. Une partie de l’agilité passe par l’initiative – prendre conscience du changement de la situation, déterminer ce qui doit être fait et le faire, et ce, sans réserver de surprises à la chaîne de commandement. Tout en demeurant conscients que les leçons difficiles sont apprises à la dure, nous devons instaurer dans notre culture que le « changement est une constance ».

Le travail d'équipe, le respect et la dignité

L’Armée est un groupe diversifié formé de membres de la Force régulière, de la Réserve, de Ranger et de civils qui reflètent la composition du Canada. Tous constituent un élément essentiel au sein de notre mission et, ensemble, nous formons « Une Armée ». J’estime que la diversité est un multiplicateur de forces qui nous permet de mieux gérer les enjeux complexes et c’est pourquoi elle doit être cultivée et protégée. Le respect mutuel est la clé, et je n’ai pas de temps à consacrer aux membres de l’Armée qui ne traitent pas les autres avec dignité, qui nuisent au maintien d’un environnement inclusif, qui ne font pas la promotion d’un milieu de travail exempt de harcèlement ou qui dégagent une toxicité. Nous devons redoubler d’efforts afin de veiller à ce que l’Armée soit le reflet du talent inhérent de la société canadienne. Soyez accueillant envers les autres, prenez soin d’eux et prenez soin l’un de l’autre. De même, nous aurons un solide esprit d’équipe avec tous les intervenants externes. Si vous avez des divergences d’opinions, tentez de voir les choses du point de vue de l’autre et d’assumer des intentions positives. Le quartier général supérieur n’est pas l’ennemi – nous faisons face à suffisamment de vrais ennemis qui tentent de nous faire du mal.

La discipline et la conduite

Nos militaires en uniforme, qui font partie de la seule institution ayant pour mandat de mettre en application une force létale collective au nom de la nation, sont tenus de respecter des normes plus élevées que la population générale. Cela doit se refléter dans toutes nos activités, en service et hors service, et même sur internet où le faux sentiment d’anonymat finira par tomber. Notre société est bombardée de théories du complot, d’idéologies extrémistes, de croyances haineuses et d’une culture de la sexualisation. Elles n’ont pas leur place dans notre Armée. Tous, militaires et civils, sont toujours vus comme des représentants de l’institution. Nous devons tous refléter et défendre les valeurs de l’institution, tant en paroles qu’en gestes. Rien n’attaque notre crédibilité plus rapidement qu’une divergence entre nos valeurs et nos actions commises, surtout par nos leaders. Intervenez en cas de comportement inapproprié, peu importe le contexte – si vous ne la faites pas, vous jouez un rôle accessoire. L’autodiscipline est essentielle – c’est ce qui fait qu’une personne prendra la bonne décision même en l’absence de supervision. En outre, je m’attends à ce que les leaders de tous les niveaux soient vigilants et qu’ils imposent rigoureusement des normes morales – dans des sous-cultures divergentes qui comblent des vides de leadership, des valeurs indésirables feront certainement surface.

Retenir notre talent

La gestion et la rétention du talent, surtout de nos leaders intermédiaires, méritent une mention spéciale. La santé à long terme et le professionnalisme de notre Armée sont fondés sur l’établissement de conditions pour le maintien et l’emploi de nos militaires aux endroits qui répondent le mieux à leurs besoins. En collaboration avec le COMPERSMIL, nous devons faire la transition d’un système de gestion des carrières de l’ère industrielle vers un système beaucoup plus personnalisé. Il n’est pas nécessaire d’avoir un cheminement traditionnel unique pour tous. Nous devons nous efforcer d’avoir une communication prévisible, honnête et transparente. Les leaders de tous les niveaux doivent s’investir personnellement dans la rétention. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre du talent.

Les éléments fondamentaux

En dépit de nos meilleurs efforts, nous ne réussirons jamais à être complètement prêts pour le prochain conflit – mais nous devons être suffisamment préparés pour celui-ci. Cela exige un solide ancrage dans les principes fondamentaux de notre profession. Bon nombre de ces derniers ne sont pas nouveaux – tous les militaires en uniforme doivent pouvoir tirer, se déplacer, communiquer, être en bonne forme physique et êtres résilients sur le plan mental. Les récentes opérations ont fait ressortir de nouveaux principes qui doivent désormais faire partie de notre ligne de base, notamment la lutte contre les engins explosifs improvisés, le soin des blessés au combat et les engagements avec la population. Après avoir maîtrisé les compétences de base de soldat, tous doivent maîtriser les compétences de base de leur groupe professionnel. Maîtriser nos principes fondamentaux démontre un vrai professionnalisme et nécessite du temps et des efforts délibérés.

La communication

Interne. La pandémie nous a rappelé notre besoin fondamental de l’interaction social. Communiquez tôt et souvent dans les deux sens de la chaîne de commandement. Informez fréquemment les subordonnés en utilisant des moyens multiples, mais principalement tentez de communiquer en personne, face à face. Rappelez-vous du vieil adage lorsque vous recevez de l’information : « que dois-je en faire et qui d’autre dois -je mettre au courant de la situation ». Lorsque vous devez faire un signalement, n’oubliez pas que les mauvaises nouvelles ne s’améliorent pas avec le temps et qu’une communication excessive est une bonne chose. Je m’attends à ce que vous compreniez tous les besoins essentiels en information et que vous fassiez les signalements appropriés lorsque des incidents surviennent. Le but premier est d’opérer dans un environnement « sans surprise ».

Externe. Nous serons proactifs et agiles dans le domaine de l’information public. Nous nous approprierons le narratif, nous serons les premiers à véhiculer la vérité, à détruire les mythes et les mensonges toxiques et, selon le niveau permis par la loi et la sécurité opérationnelle, nous serons transparents. À défaut d’information, le narratif sera rempli par des spéculations et des mensonges. Dans l’ensemble de l’Armée, nous interagirons activement avec les médias et nous augmenterons notre présence sur les médias sociaux.

L’intendance

Nous faisons face à des pressions considérables au niveau des ressources – mais cela a toujours été le cas dans toute l’histoire de notre Armée. Voyons-le comme une obligation de trouver des moyens novateurs afin d’assurer notre disponibilité opérationnelle. Nous devons discipliner rigoureusement notre intendance des ressources, prendre soin de notre équipement et créer un sentiment d’appartenance. Par ailleurs, nous devons être les intendants de nos données et de l’information – le caractère opportun, l’intégrité et la sécurité de l’information – car cet aspect prend une importance de plus en plus grande dans notre profession. Enfin, les commandants à tous les niveaux seront personnellement investis dans le processus de planification des activités et la gestion des finances afin d’en « obtenir plus pour notre argent ».

La protection de la force

La vie de soldat présente des risques inhérents. Ceci étant dit, aucune de nos fonctions ne justifie la prise de risques inutiles pour la protection de la force. J’enjoins tous les membres de l’Armée à intervenir s’ils sont témoins d’activités non sécuritaires – le bon sens doit prévaloir. Soyez vigilants et curieux. Si quelque chose semble anormal – posez des questions et intervenez. Enquêtez et tirez des leçons des « quasi-incidents ». Pour terminer, souvenez-vous de la sécurité opérationnelle et de la cybersécurité – nos ennemis connaissent plusieurs façons de recueillir des données de renseignement.

Le perfectionnement professionnel

L’histoire a démontré à plusieurs reprises que l’activité la plus importante qu’une armée peut entreprendre est le perfectionnement de ses leaders subalternes. Avec le rythme rapide des changements dans l’environnement opérationnel, nous ne pouvons pas voir la formation militaire professionnelle périodique comme seule réponse à tous nos enjeux. Je m’attends à ce que tous les commandants mettent en place des programmes de développement professionnel qui comprennent la lecture, la rédaction et la publication afin de contribuer à notre bagage de connaissance professionnelle. En tant que commandants, les leaders subordonnés que nous formons seront notre seul héritage durable et significatif et c’est eux qui nous conduiront à la réussite dans notre prochain combat. Ce principe de perfectionnement professionnel s’applique à tout le monde – s’efforcer de s’améliorer chaque jour en tant que personne et en tant que professionnel. Une journée dans l’Armée sans rien apprendre, est une journée de perdue.

L’état de santé général et les vies équilibrées

Un bon état de santé dans tous les domaines améliore grandement non seulement la qualité de vie, mais également le rendement individuel et collectif et représente un contributeur clé à la disponibilité opérationnelle. Nous devons nous efforcer d’améliorer les performances physiques et les capacités cognitives et établir les conditions d’un mode de vie saine et équilibrée, qui seront grandement améliorées par de nombreux efforts:

  1. Nous mettrons en œuvre et ferons évoluer de façon dynamique l’initiative Mission : Prêts comme l’un des principaux catalyseurs de l’état de santé général de l’Armée. Elle continuera de reposer sur de nombreuses initiatives liées à la santé et au mieux-être global des FAC, notamment la stratégie de performance physique qui a récemment été publiée, Équilibre. Je demeure convaincu que la puissante combinaison d’activités physiques quotidiennes, d’une saine nutrition, d’une bonne hygiène du sommeil et de prévention des blessures portera ses fruits dans tous les aspects de la vie professionnelle et personnelle.
  2. La quantité de travail à accomplir dépasse nos capacités. Je m’attends à un établissement systématique des priorités des tâches et à une communication claire sur ce qui ne sera pas fait. En raison de notre culture, nous tentons de tout faire et nous abandonnons certaines tâches par défaut et non suite à une décision délibérée.
  3. Je m’attends à ce que tous maintiennent un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie familiale. Dans notre profession, le « service avant soi » prévaudra la majorité du temps, mais face à certains événements de la vie, nos besoins et ceux de notre famille passeront en premier. Prenez vos jours de congés – tous vos jours – aux fins prévues. Dans le monde branché dans lequel nous vivons, évitez d’empiéter sur le temps personnel des autres en envoyant des courriels qui ne sont pas urgents sur le plan opérationnel après les heures de travail ou la fin de semaine. Si vous faites du télétravail, assurez-vous de faire une séparation entre le travail et la maison. Reconnaissez les signes d’épuisement que ce soit les vôtres ou ceux de vos collègues et prenez les mesures nécessaires pour remédier à la situation – nous avons besoin de vous à long terme.
  4. Enfin, l’équilibre social est essentiel. La pandémie a clairement fait ressortir ce besoin. Créez des occasions pour sortir, discuter, socialiser et bâtir des réseaux de soutien avec les autres et savourez ces occasions. La vie dans l’Armée va au-delà du travail.

En terminant, je suis impatient de relever les défis de soldat avec vous. Ensemble, nous serons les intendants de la réussite de l’Armée. Je recommande fortement à tous les commandants de partager ce document aux militaires de tous les grades.

Lieutenant-général W.D Eyre
Commandant de l'Armée canadienne

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :