Guide relatif à l'évaluation des personnes handicapées - Comment établir et mettre en place des mesures d'adaptation en matière d'évaluation - Troubles d'apprentissage

Que devez-vous savoir à propos de ces troubles?

Selon Troubles d'apprentissage - Association canadienne (TAAC) :

« L'expression "troubles d'apprentissage" fait référence à un certain nombre de dysfonctionnements pouvant affecter l'acquisition, l'organisation, la rétention, la compréhension ou le traitement de l'information verbale ou non verbale. Ces dysfonctionnements affectent l'apprentissage chez des personnes qui, par ailleurs, font preuve des habiletés intellectuelles essentielles à la pensée ou au raisonnement. Ainsi, les troubles d'apprentissages sont distincts de la déficience intellectuelle.

Les troubles d'apprentissage découlent d'atteintes d'un ou de plusieurs processus touchant la perception, la pensée, la mémorisation ou l'apprentissage. Ces processus incluent entre autres le traitement phonologique, visuo-spatial, le langage, la vitesse de traitement de l'information, la mémoire, l'attention, et les fonctions d'exécution telles que la planification et la prise de décision8. »

Les troubles d'apprentissage varient en degré de sévérité et peuvent affecter l'acquisition et l'utilisation :

  • Du langage oral : Touchent l'écoute, l'expression orale, la compréhension du discours et la mémoire des choses présentées oralement. Il peut s'agir d'une difficulté à différencier des sons, à distinguer des sons par rapport aux bruits de fond et à mettre des sons en séquence. Ces troubles sont aussi appelés : difficulté de traitement des informations auditives ou problème de compréhension orale.
  • De la lecture : Touchent le décodage, la connaissance phonétique, la reconnaissance des mots, la compréhension et la mémoire des choses perçues visuellement. Il peut s'agir de problèmes visuo-perceptifs comme la distinction des formes (par exemple, voir une différence entre des lettres de formes semblables), la mise en séquence de lettres et de mots (par exemple, inversion de lettres) et la distinction entre une image et l'arrière-plan. Ces troubles sont aussi appelés : dyslexie ou problème de perception visuelle.
  • De l'écriture : Comprennent les problèmes d'organisation des idées à mettre par écrit, d'orthographe (aussi appelé dysorthographie), de syntaxe et de grammaire.
  • Des mathématiques : Touchent le calcul et la résolution de problèmes. Il peut s'agir d'un problème d'inversion de chiffres, d'un manque de mémoire pour les symboles quantitatifs ou d'erreurs dans l'écriture de chiffres ou l'alignement de colonnes (aussi appelé dyscalculie).

La définition adoptée par TAAC spécifie également que :

« Les troubles d'apprentissage peuvent aussi impliquer des déficits sur le plan organisationnel, social, de même qu'une difficulté à envisager le point de vue d'autrui.

Les troubles d'apprentissage découlent de facteurs génétiques ou neurobiologiques ou d'un dommage cérébral, lesquels affectent le fonctionnement du cerveau, modifiant ainsi un ou plusieurs processus reliés à l'apprentissage. Les troubles d'apprentissage ne sont pas initialement attribuables à des problèmes d'audition ou de vision, à des facteurs socio-économiques, à des différences culturelles ou linguistiques, à un manque de motivation ou à un enseignement inadéquat, bien que ces facteurs puissent aggraver les défis auxquels font face les personnes ayant des troubles d'apprentissage. Les troubles d'apprentissage peuvent être associés à des troubles attentionnels, comportementaux et socio-affectifs, à des déficits d'ordre sensoriel ou à d'autres conditions médicales. »

De quelle information ou documentation professionnelle a-t-on besoin et de qui ?

La personne ayant un trouble d'apprentissage est la première source d'information sur la façon dont ses limitations fonctionnelles l'affectent et sur les mesures d'adaptations appropriées à ses besoins spécifiques. Toutefois, en raison de la grande diversité des genres et de l'étendu des limitations fonctionnelles associées aux troubles d'apprentissage, les postulants et les postulantes devront généralement fournir de l'information d'un professionnel ou d'une professionnelle qualifiée dans le domaine pour préciser la nature des limitations fonctionnelles et leur importance.

Les postulants ou les postulantes peuvent présenter divers documents pour justifier leurs besoins en mesures d'adaptation, tels des rapports scolaires sur les mesures d'adaptation prises à leur égard ou des notes de leur médecin de famille. Toutefois, afin de déterminer des mesures d'adaptation appropriées un rapport d'évaluation fait par une professionnelle ou un professionnel du domaine qui est membre de l'association professionnelle appropriée, est requis afin de complémenter l'information obtenue auprès du postulant ou de la postulante. Comme les limitations fonctionnelles associées aux troubles d'apprentissages sont complexes et sujettes à interprétation, il est essentiel d'obtenir un portrait précis de leurs effets actuels sur le mode de fonctionnement de la personne.

La documentation doit refléter le mode de fonctionnement actuel du postulant ou de la postulante. En général, des évaluations approfondies menées après l'âge de 18 ans sont jugées adéquates. Cependant, s'il s'est écoulé beaucoup de temps depuis la rédaction du rapport, on peut demander au postulant ou à la postulante de retourner voir un ou une professionnelle pour savoir si une nouvelle évaluation s'impose. De plus, si le rapport indique que l'état n'est pas stable, une mise à jour peut être nécessaire. Pour obtenir d'autre information sur la documentation professionnelle requises et les normes qu'elle devrait rencontrer, référer à la section Normes en matière de documents professionnels.

Typiquement, le rapport devrait inclure :

  • une description claire de la nature et de la portée des limitations fonctionnelles actuelles;
  • un sommaire interprétatif des résultats obtenus aux tests standardisés utilisés lors de l'évaluation faite par la professionnelle ou le professionnel;
  • une description des moyens compensatoires utilisés par la personne, s'il y a lieu;
  • une description des mesures d'adaptation que la personne utilise, a utilisées ou desquelles elle pourrait bénéficier.

Avoir cette information dans le rapport ou la documentation professionnelle permet d'obtenir une description des forces et limites de la personne de manière à identifier les mesures d'adaptation qui seront utilisées lors de l'évaluation. Des mesures d'adaptation spécifiques peuvent être suggérées dans ce rapport ou cette documentation professionnelle. Bien que ces suggestions ne puissent pas toujours être transférables à une situation d'évaluation donnée, en raison du contexte à l'intérieur duquel elles ont été émises (par exemple, pour l'école plutôt que pour des situations de recrutement), ces suggestions peuvent néanmoins fournir de l'information pertinente. Lorsqu'il y a une différence entre les suggestions émises par la professionnelle ou le professionnel et les mesures d'adaptation déterminées pour une situation d'évaluation donnée, il peut être nécessaire de consulter avec la professionnelle ou le professionnel ou encore avec un autre expert familier tant avec le postulant ou la postulante qu'avec les enjeux particuliers à la situation d'évaluation. Ceci peut arriver dans des situations plus complexes de détermination de mesures d'adaptation pour certains troubles d'apprentissages, dont la dyslexie. Le Centre de Psychologie du Personnel a rencontré cette situation à l'occasion lors de la détermination des mesures d'adaptation pour les tests standardisés de la Commission de la Fonction Publique, plus particulièrement dans un dossier qu'ils ont géré, le dossier Powers. Le postulant ou la postulante doit consentir par écrit à cette nouvelle consultation (voir étape 3 de la section Établir et mettre en place des mesures d'adaptation en matière d'évaluation).

Quels sont les éléments clés à considérer?

Lorsqu'on détermine les mesures d'adaptation à être utilisées lors de l'évaluation pour les personnes ayant des troubles d'apprentissage, les trois éléments suivants devraient être considérés :

1. La nature et la portée des limitations fonctionnelles de la personne doivent être bien comprises. Les questions qui suivent peuvent vous aider à obtenir de l'information pertinente.

  • Quelles sont les habiletés ou fonctions sous-jacentes spécifiques affectés par le trouble d'apprentissage : Est-ce la compréhension de l'oral, l'expression orale, la compréhension de l'écrit, l'expression écrite, le raisonnement, les mathématiques, la coordination motrice, les aptitudes sociales, la mémoire de travail, la vitesse de traitement de l'information, la construction visuelle?
  • Quelle est l'ampleur des limitations imposées par le trouble (légère, modérée, grave)?
  • Est-ce que le trouble d'apprentissage coexiste avec une autre déficience, par exemple, un trouble déficitaire de l'attention qui entraîne d'autres limitations fonctionnelles? Si tel est le cas, le professionnel ou la professionnelle l'aura probablement indiqué dans son rapport, et vous pouvez consulter la section sur les Troubles de déficit d'attention et/ou hyperactivité.
  • Quelles sont les mesures d'adaptation que le postulant ou la postulante utilise au travail pour accomplir des tâches semblables à celles exécutées lors de l'évaluation?

Il est important de mentionner à nouveau que la personne handicapée est la première source d'information sur la façon dont ses limitations fonctionnelles l'affectent et sur les mesures d'adaptation appropriées à ses besoins spécifiques. Par conséquent, même si pour la déficience discutée ici une documentation d'un professionnel ou d'une professionnelle devra être fournie, l'information sur les limitations fonctionnelles sera également obtenue suite à des échanges avec la personne. Pour vous aider à recueillir l'information nécessaire, vous pouvez vous référer au questionnaire disponible à l'appendice 2.

Le rapport ou la documentation fournie par un professionnelle ou une professionnelle permettra une compréhension précise des limitations fonctionnelles complexes associées au trouble d'apprentissage. Pour plus d'information sur les exigences en matière de documentation professionnelle, se référer à la section Normes en matière de documents professionnels.

2. La connaissance de l'outil d'évaluation qui sera utilisé est requise. En fonction des caractéristiques de l'outil d'évaluation, les mesures d'adaptation nécessaires pour un outil particulier peuvent ne pas être nécessaires pour un autre outil. Voici certaines considérations pour vous aider à identifier les caractéristiques de l'outil d'évaluation.

Pour une entrevue :

  • Est-ce que de la documentation écrite est fournie avant ou pendant l'entrevue? Si oui, y a-t-il beaucoup de lecture?
  • Est-ce qu'il y a une période avant l'entrevue pour préparer les réponses?
  • Quelle est la durée prévue des réponses données oralement?
  • Est-ce qu'il y a une composante écrite? Si oui, y a-t-il beaucoup d'écriture?
  • Quel est le temps alloué?

Pour un test écrit :

  • Est-ce des questions à développement, à réponses brèves ou à choix multiple?
  • Est-ce une étude de cas, un exercice de panier de gestion?
  • Est-ce un examen à livre ouvert?
  • Combien y a-t-il de questions?
  • Y a-t-il beaucoup de lecture ou d'écriture?
  • Quel est le temps alloué?
  • Est-ce que les instructions sont transmises oralement ou par écrit?

Pour une situation interactive :

  • Est-ce que c'est une situation de groupe? Si oui, combien y a-t-il de participants?
  • Est-ce que des documents écrits sont donnés avant ou pendant la situation? Si oui, y a-t-il beaucoup de lecture?
  • Quelle est la durée prévue de l'exercice au niveau des interactions orales?
  • Est-ce qu'il y a une composante écrite? Si oui, y a-t-il beaucoup d'écriture?
  • Quel est le temps alloué?

3. La connaissance de la qualification évaluée est essentielle. Cette information vous aidera à vous assurer que les mesures d'adaptation ne modifieront pas la nature et le niveau de la qualification évaluée. Voici des éléments de questionnement :

  • Quelle(s) qualification(s) sera (seront) évaluée(s) par l'outil d'évaluation? S'agit de connaissances, de capacités/compétences, d'aptitudes ou de qualités personnelles?
  • Est-ce qu'il y a une exigence au niveau de la rapidité d'exécution?
  • Est-ce que le niveau de la qualification évaluée reflète les exigences du poste?

Déterminer les mesures d'adaptation qui seront utilisées lors de l'évaluation demande nécessairement une recherche et une analyse des trois éléments mentionnés ci-haut; au niveau de l'incidence qu'ils ont les uns sur les autres, et l'application des Principes des mesures d'adaptation en matière d'évaluation. Cette analyse est la justification qui sous-tend les mesures d'adaptation proposées. Cette justification doit expliquer en quoi les mesures d'adaptation permettent à la personne de démontrer pleinement ses qualifications, tout en empêchant ses limitations fonctionnelles de la désavantager. Elle explique également comment la personne ne bénéficie pas d'un avantage comparativement aux autres dans le processus de nomination, et ainsi, que le mérite est préservé.

Exemples de mesures d'adaptation lors de l'évaluation et considérations

Voici des exemples et des considérations qui peuvent être utiles lors de la détermination des mesures d'adaptation à être utilisées lors de l'évaluation. Vous trouverez également des exemples spécifiques de mesures d'adaptation en fonction des limites fonctionnelles possibles.

En regardant ces exemples, gardez à l'esprit que les mesures d'adaptation doivent être déterminées en fonction de chaque cas. Ainsi, leur pertinence dépendra donc de la nature et la portée des limites fonctionnelles de la personne, de l'outil d'évaluation utilisé et de la qualification mesurée. Les mesures d'adaptation doivent, si possible, ressembler à la manière dont la personne exécuterait habituellement la tâche si elle était au travail, et ne doivent pas altérer la nature et le niveau de la qualification évaluée. Pour plus de détails, référez à la section Établir et mettre en place des mesures d'adaptation en matière d'évaluation.

Séance individuelle : Il est nécessaire d'offrir une séance individuelle chaque fois que les procédures de d'administration d'évaluation diffèrent des procédures habituelles.

Temps additionnel : Il faut habituellement accorder plus de temps aux postulants et aux postulantes qui ont des difficultés d'apprentissage. On détermine le temps additionnel requis en fonction de chaque cas, car l'étendue et la nature des limitations varient beaucoup d'une personne à une autre. Pour ce faire, on doit tenir compte séparément du temps dont le postulant ou la postulante a besoin pour comprendre l'information reliée à l'évaluation (compréhension de l'écrit, compréhension de l'oral) et pour répondre aux questions (par écrit ou verbalement).

Pauses additionnelles : Une prolongation du temps d'administration de l'évaluation suppose généralement que des pauses supplémentaires seront nécessaires, lesquelles ne doivent pas être incluses dans le temps d'administration de l'évaluation comme tel. Un chronomètre doit être utilisé pour compter le temps exacte passé pour l'évaluation et le temps des pauses.

Choix des formats : Les formats des évaluations et du matériel préparatoire peuvent être modifiés selon la nature des limitations. Par exemple, si un postulant ou une postulante a de la difficulté à lire, un format oral ou un texte imprimé en gros caractères pourrait être approprié, selon les circonstances.

Utilisation de technologies d'adaptation : Les postulantes et les postulants sont habituellement les mieux placés pour vous dire comment répondre à leurs besoins par l'intermédiaire d'une technologie d'adaptation ou par d'autres moyens. Règle générale, il faudrait leur fournir les appareils ou le logiciel dont ils se servent habituellement. Pour une brève description des technologies d'adaptation possible, se référer au glossaire disponible à l'appendice 4.

Pour des difficultés de compréhension orale : Modifier les instructions orales ou les questions d'entrevue pour les personnes qui ont une difficulté de compréhension orale :

  • Ralentir le débit lors de la présentation des instructions ou des questions d'entrevue.
  • Simplifier les instructions ou les questions en les présentant par petits blocs d'information. Avant de passer à une autre étape, vérifier si le postulant ou la postulante a bien compris.
  • Pour vérifier si le postulant ou la postulante a bien compris, lui demander de répéter les instructions ou les questions d'entrevue dans ses propres mots.
  • Présenter les instructions ou les questions d'entrevue verbalement et sous forme écrite simultanément et accorder du temps additionnel au postulant ou à la postulante pour qu'il puisse ou qu'elle puisse les relire.

Pour des difficultés à lire :

  • Les instructions écrites peuvent être données verbalement.
  • Vérifier, à l'aide d'une question brève, si les instructions ont bien été comprises.
  • Il est possible de lire le matériel d'évaluation, d'utiliser une disquette avec un synthétiseur de la parole ou une version enregistrée (avec ou sans la copie papier de l'évaluation placée devant le postulant ou la postulante).

Pour les difficultés à lire qui sont liées à la perception visuelle :

  • Placer une pellicule plastique de couleur sur les documents à lire.
  • Remettre une règle au postulant ou à la postulante pour l'aider à se concentrer sur une ligne à la fois.

Pour les difficultés à écrire :

  • Utilisation d'un logiciel de vérification orthographique et grammaticale : il est important de noter que cette mesure d'adaptation peut-être inappropriée en fonction de la qualification mesurée.

Pour les difficulté à parler :

  • Le postulant ou la postulante peut avoir recours à un communicateur de textes écrits (voir le Glossaire à l'appendice 4) ou utiliser un ordinateur portatif.
  • Les évaluateurs et les évaluatrices devraient prendre garde de ne pas pénaliser des postulants ou des postulantes pour un trouble de la parole. Il faut rajuster les critères d'évaluation en se concentrant sur le contenu du message et en éliminant les facteurs touchés tel que la rapidité d'élocution, prononciation, clarté, volume, etc.

8 Troubles d'apprentissage - Association canadienne (TAAC). Définition adoptée le 9 avril 2002. Site Web : http://www.ldac-taac.ca/

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :