Village de guérison Kwìkwèxwelhp

L'Établissement KWÌKWÈXWELHP (autrefois appelé Elbow Lake) est situé à Harrison Mills en Colombie-Britannique. C'est un établissement à niveau de sécurité minimale pour Autochtones et met l'accent sur les enseignements spirituels et culturels. L'établissement a ouvert ses portes en 1975 et peut recevoir 87 détenus. Pour se rendre à l'établissement, il faut emprunter une route montante, sinueuse et en gravier.

Il faut tourner à gauche après le pont pour entrer sur le terrain de l'établissement.

Tous les visiteurs, y compris les observateurs et les victimes, doivent se présenter au poste de garde (bureau de service).

Au moment de leur arrivée, les visiteurs y compris les victimes doivent signer le registre des visiteurs. Une carte de visiteur est remise, que les visiteurs doivent porter en tout temps pendant la visite et bien à la vue du personnel de l'établissement. Un agent régional des communications de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) ou un coordonnateur de la liaison avec les victimes du Service correctionnel du Canada (SCC) accueille les observateurs et les victimes et les accompagne jusqu'aux salles d'attente et d'audience. Veuillez noter que les appareils photo et d'enregistrement ne sont pas autorisés pendant les audiences de libération conditionnelle.

Les visiteurs doivent se soumettre à une vérification au moyen d'un détecteur de métal manuel.

Les audiences de libération conditionnelle se déroulent à l'intérieur du bâtiment situé du côté droit de la photo. La salle d'attente y est également située. Veuillez noter que la pente pour se rendre au bâtiment est assez abrupte.

Voici la salle d'attente. Un agent de communications de la CLCC ou un coordonnateur de la liaison avec les victimes du SCC y donne une séance d'information avant l'audience. C'est là que le processus décisionnel en matière de mise en liberté sous condition est expliqué et qu'on répond aux questions. Les visiteurs s'assoient dans la salle d'attente avant l'audience, pendant les délibérations des commissaires et après l'audience. Les observateurs ont accès à des toilettes en toute sécurité.

L'Établissement Kwìkwèxwelhp tient des audiences avec l'aide d'un Aîné afin de favoriser un environnement tenant compte des différences culturelles. Le rôle de l'Aîné est de fournir aux commissaires des avis spirituels et culturels mais il ne peut rendre une décision sur le cas. En début d'audience, l'Aîné de la CLCC purifie les participants.

Le délinquant peut demander à l'Aîné de faire une prière.

Les participants à une audience avec l'aide d'un Aîné sont assis en cercle. Le greffier d'audience de la CLCC présente les participants : les commissaires, l'agent de libération conditionnelle du SCC, le délinquant et son assistant. Une victime peut présenter une déclaration aux commissaires. Elle peut la lire ou la présenter sur bande vidéo ou sur bande sonore. Toutes les procédures sont enregistrées sur bande sonore.

Le greffier d'audience de la CLCC présente les participants. Il doit d'abord s'assurer que les garanties procédurales sont respectées. Ensuite, les commissaires ouvrent l'audience en demandant à l'agent de libération conditionnelle du SCC de présenter le cas et de formuler des recommandations. Veuillez noter que la salle d'audience est petite. Les observateurs sont assis à l'extérieur du cercle mais près du délinquant. Il peut arriver que la victime se joigne au cercle. Un agent de sécurité est présent à toutes les audiences auxquelles assistent les victimes.

Ensuite, les commissaires interrogent le délinquant sur ses antécédents criminels et sociaux, son comportement en établissement, son rendement à la suite des programmes qu'il a suivis et ses plans de libération. L'assistant du délinquant présente ses arguments après que les commissaires ont fini de poser leurs questions au délinquant. Pour les audiences avec l'aide d'un Aîné, les délinquants peuvent tenir une plume d'aigle qui exige de celui-ci qu'il parle avec son coeur.

Lorsque les commissaires ont fini d'interroger le délinquant, tout le monde doit quitter la pièce afin de permettre aux commissaires de délibérer. Les observateurs et les victimes retournent dans la salle d'attente et peuvent poser des questions sur ce qu'ils ont pu observer.

Lorsque les commissaires ont pris leur décision, les participants reviennent dans la salle d'audience. Les commissaires font connaître leur décision et les motifs de celle-ci au délinquant. L'audience est alors terminée. Les observateurs retournent dans la salle d'attente et peuvent poser des questions et/ou obtenir des éclaircissements concernant la décision rendue.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :