Centre psychiatrique régional

Centre psychiatrique régional (CPR) est un hôpital psychiatrique à niveaux de sécurité multiples situé à Saskatoon, en Saskatchewan. Il est dirigé par le Service correctionnel du Canada (SCC) dans le cadre d'un contrat d'affiliation avec l'Université de la Saskatchewan. Le centre évalue les délinquants des systèmes pénaux fédéral et provincial, leur offre des programmes intensifs et donne des traitements à ceux atteints de troubles mentaux. Il offre aussi des soins médicaux jour et nuit.

Entrée principale du Centre psychiatrique régional. Tous les visiteurs, y compris les victimes, doivent se présenter au bureau de la sécurité. Les visiteurs ont accès au stationnement sur place.

Au moment de leur arrivée, les observateurs et les victimes doivent signer le registre des visiteurs. Une carte d'identité avec photo est requise. Une carte de visiteur est remise, que les visiteurs doivent porter en tout temps pendant la visite et bien à la vue du personnel de l'établissement. Un agent de communications régional de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) ou un coordonnateur de la liaison avec les victimes du Service correctionnel du Canada (SCC) accueille les observateurs et les victimes et les accompagne jusqu'aux salles d'attente et d'audience.

Le personnel de sécurité de l'établissement pourrait vous demander de déposer vos effets personnels dans un casier. Veuillez noter que les appareils photo et d'enregistrement ne sont pas autorisés pendant les audiences de libération conditionnelle.

Porte de la barrière menant sur le terrain sécurisé de l'établissement.

Vue de l'entrée de l'établissement principal.

Entrée principal du Centre psychiatrique régional.

Corridor conduisant à la salle d'audience.

Voici la salle d'attente. Un agent de communications régional de la CLCC ou un coordonnateur de la liaison avec les victimes du SCC donne une séance d'information avant l'audience. Il explique le processus décisionnel en matière de mise en liberté sous condition et répond aux questions. Les visiteurs s'assoient dans la salle d'attente avant l'audience, pendant les délibérations des commissaires et après l'audience. Les observateurs ont accès à des toilettes en toute sécurité.

Les participants aux audiences de libération conditionnelle de la CLCC sont les suivants : les commissaires, l'agent de libération conditionnelle du Service correctionnel du Canada, le délinquant et son assistant. L'assistant est une personne choisie par le délinquant pour l'accompagner à l'audience, par exemple un membre de la famille ou un avocat. Toutes les procédures sont enregistrées sur bande sonore.

Le greffier d'audience de la CLCC présente les participants. Il doit d'abord s'assurer que les garanties procédurales sont respectées. Ensuite, les commissaires peuvent commencer l'audience de libération conditionnelle.

Les observateurs et les victimes sont assis à l'arrière de la salle et peuvent être à proximité du délinquant. Un agent de sécurité est présent pendant toutes les audiences auxquelles assistent les victimes. Une victime peut présenter une déclaration aux commissaires. Elle peut la lire ou la présenter sur bande vidéo ou sur bande sonore.

Salle pour les audiences culturelles, lesquelles nécessitent la participation d'un conseiller culturel autochtone.

Les commissaires ouvrent l'audience en demandant à l'agent de libération conditionnelle du SCC de présenter le cas et de formuler des recommandations. Ensuite, les commissaires interrogent le délinquant sur ses antécédents criminels et sociaux, son comportement en établissement, son rendement à la suite des programmes qu'il a suivis et ses plans de libération. L'assistant du délinquant présente ses arguments après que les commissaires ont fini de poser leurs questions au délinquant. Lorsque les commissaires ont fini d'interroger le délinquant, les gens doivent quitter la salle afin de permettre aux commissaires de délibérer.

Les observateurs retournent dans la salle d'attente et peuvent poser des questions sur ce qu'ils ont pu observer.

Lorsque les commissaires ont pris leur décision, les participants reviennent dans la salle d'audience. Les commissaires font connaître leur décision et les motifs de celle-ci au délinquant. L'audience est alors terminée. Les observateurs retournent dans la salle d'attente et peuvent poser des questions et/ou obtenir des éclaircissements concernant la décision rendue.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :