Notes pour une allocution de l'honorable Patricia A. Hajdu, C. P., députée Ministre de la Condition féminine Ce n'est jamais acceptable : Sommet de 2015 sur la violence et le harcèlement à caractère sexuel

Discours

Le 19 novembre 2015
Toronto (Ontario)

La version prononcée fait foi


Introduction

Bonjour.

Merci pour cette aimable présentation.

C'est un plaisir d’être parmi vous ce matin.

Je suis honorée de participer à ce sommet et ravie de partager la tribune avec tant de personnes qui ont consacré leur carrière et leur vie à l’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles.

J’ai beaucoup aimé la table ronde qui vient d’avoir lieu. Ces jeunes font un travail incroyable; leur militantisme est vraiment inspirant. Leurs propos m’ont rappelé que c’est vous – les travailleuses et les travailleurs de terrain – qui changez concrètement la vie des femmes et des filles.

Je sais très bien, pour avoir été moi-même directrice générale d’un refuge pour personnes sans-abri, l’importance de l’action militante et des organismes communautaires, qui contribuent grandement à promouvoir le changement. Je sais aussi que vos défis sont immenses et vos victoires petites, et je tiens donc à vous féliciter pour votre excellent travail.

Bien que je regarde ces défis sous un nouvel angle maintenant, ça ne m’empêche pas de croire que le gouvernement a également un rôle important dans la résolution des problèmes aussi complexes que la violence sexiste.

À titre de ministre de la Condition féminine, je tiens à vous rassurer sur un point : ce que nous faisons à l’échelon fédéral appuie et amplifie le merveilleux travail accompli dans les collectivités ontariennes et ailleurs au Canada.

Engagement du gouvernement du Canada

Nous savons bien l’envergure du problème.

Bien que le Canada soit foncièrement un pays où règnent la paix et la sécurité, la violence sexiste, incluant les agressions et le harcèlement à caractère sexuel, y demeure une réalité courante et cela doit changer.

Par exemple, nous savons que les Canadiennes de tous les horizons – jeunes, femmes en situation de handicap, Autochtones, immigrantes, etc. – sont victimes de violence. Pour trouver des solutions efficaces, nous devons prendre en considération les besoins et le vécu de chacune de ces populations.

De son côté, le gouvernement du Canada est bien résolu à faire le nécessaire pour protéger les droits des femmes et des filles et pour assurer la sécurité de toutes.

Voici notre plan.

Premièrement, nous allons travailler avec des expertes et experts ainsi que des porte-étendard de la cause à formuler et mettre en œuvre une stratégie et un plan d’action national de grande portée sur la violence sexiste. Ce plan d’action sera harmonisé avec les stratégies provinciales existantes.

Deuxièmement, nous allons travailler à faire en sorte que toute personne fuyant la violence familiale puisse trouver un refuge, c'est-à-dire que nous financerons le réseau canadien de refuges et maisons de transition, financement qui s’inscrira dans le cadre d’un vaste programme d’investissement dans l’infrastructure sociale.

Troisièmement, nous veillerons à ce que Condition féminine Canada continue de travailler avec des organismes pouvant collaborer à la réalisation de projets ponctuels qui visent à réduire et à prévenir la violence à l’échelle nationale, régionale et locale.

Enfin, nous serons des chefs de file. Nous nous emploierons à dire et à répéter que la violence faite aux femmes et aux filles « n’est jamais acceptable » – pour reprendre la formule du gouvernement de l’Ontario.

La campagne de CFC : #ArrêtonsLaViolence

Les gouvernements et les organismes de différentes régions du pays ont lancé des campagnes inspirantes en vue de sensibiliser les Canadiennes et Canadiens et de les inciter à participer aux efforts de prévention.

La campagne #QuiAiderezVous du gouvernement de l’Ontario en est un bon exemple.

Pour ce qui est du fédéral, je pense que nous pourrions utiliser notre capacité de rayonnement pour rallier encore plus de Canadiennes et de Canadiens à cette cause très importante.

C’est d’ailleurs dans cette optique que le gouvernement du Canada va profiter de l’approche du 25 novembre et des 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes pour lancer la campagne #ArrêtonsLaViolence. Cette campagne invite citoyennes et citoyens à visiter le site femmes.gc.ca et à prendre formellement l’engagement d’éliminer la violence faite aux femmes.

Par ce geste, les Canadiennes et les Canadiens de tous âges pourront s’engager personnellement à faire du Canada un lieu plus sûr pour toutes et tous.

Nous espérons que la campagne #ArrêtonsLaViolence contribuera à attirer l’attention sur la gamme des efforts qui sont déployés pour contrer la violence et sensibilisera le public à la nécessité d’adopter des solutions durables.

Conclusion

Éliminer la violence faite aux femmes et aux filles n’est pas un but irréaliste, bien que le chemin risque d’être long et ardu. Le sommet d’aujourd’hui est une étape importante sur ce chemin. En effet, il est une occasion de nous concerter autour d’objectifs communs, d’échanger des idées, de parler de nos victoires et de réitérer notre volonté d’apporter des solutions.

Je n’ai aucun doute que, grâce à nos efforts individuels et collectifs – au sein d’organismes représentant tous les secteurs de la société et tous les paliers de gouvernement –, nous réussirons à éliminer une fois pour toutes la violence faite aux femmes et aux filles.

Je vous remercie.


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Patricia A. Hajdu Condition féminine Canada Société et culture

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :