Déclaration de Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine et chef de la délégation du Canada à la 61e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies

Déclarations

15 mars 2017
New York

La version prononcée fait foi

Bonjour, Hello, salam, aaniin.

Madame la Présidente, Messieurs et Mesdames les Déléguées.

Il y a quatre ans, je me trouvais ici, à la Commission de la condition de la femme, pour représenter ma collectivité de Peterborough-Kawartha, comme membre de la délégation d’ONG.

Aujourd’hui, je suis ravie d’être ici en tant que ministre de la Condition féminine de mon pays, pour vous faire part des progrès et des priorités du Canada en matière de promotion de l’égalité entre les sexes.

Le Canada, un membre fondateur de l’Organisation des Nations Unies, demeure déterminé à rallier le monde à la cause des droits de la personne, et tout particulièrement à l’avancement et à la protection des droits des femmes et des filles.

Madame la Présidente, dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire du Canada, le gouvernement canadien a souligné d’une façon toute spéciale la Journée internationale des femmes en prenant part à une initiative d’À voix égales, une ONG sans but lucratif qui œuvre à l’augmentation du nombre de femmes élues à des charges politiques.

C'est-à-dire que nous avons accueilli les Héritières du suffrage au Canada. Tous ceux et celles qui étaient présents ont vécu un moment historique : 338 jeunes femmes talentueuses, chacune représentant une circonscription électorale canadienne, ont pris place au Parlement du Canada.

Elles ont, de façon éloquente et respectueuse, discuté de questions telles que : la violence fondée sur le sexe, l’égalité des sexes, la réconciliation avec les peuples autochtones et la création d’une économie durable pour toute la population canadienne.

Madame la Présidente, le Canada partage les préoccupations de ces jeunes femmes.

Sous la direction de notre premier ministre, un féministe avoué qui est un ambassadeur de l’initiative onusienne He for She, mes collègues et moi avons reçu le mandat de soutenir la classe moyenne canadienne et de la faire croître.

Nos efforts englobent :

  • l’élaboration de stratégies en matière de logement, de réduction de la pauvreté et de prévention de la violence fondée sur le sexe ;
  • le lancement d’une enquête nationale indépendante sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées;
  • la bonification de l’aide financière aux personnes âgées qui ont travaillé fort pour construire notre pays;
  • l’élaboration d’un cadre national pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants et l’introduction d’un régime d’allocation pour enfants;
  • des travaux en vue d’une réforme du régime fédéral d’équité salariale, pour garantir que les femmes reçoivent le même salaire que leurs homologues masculins;
  • l’introduction de lois pour augmenter le nombre de sièges occupés par les femmes aux conseils d’administration des sociétés;
  • la participation aux efforts internationaux de l’ONU pour accroître la participation des femmes et des filles en sciences, dans les technologies, en génie et en mathématiques.

Conformément aux objectifs de développement durable de l’ONU, les femmes et les filles sont au centre de notre programme de développement international, comme en fait foi le récent engagement du Canada à consacrer 650 millions de dollars à la santé et aux droits sexuels et reproductifs.

Le Canada a bel et bien fait des progrès, mais il reste encore beaucoup à faire.

Ce travail nécessite une approche concertée avec les provinces, les territoires, les peuples autochtones, les ONG et d’autres intervenants qui œuvrent pour l’égalité entre les sexes.

La communauté internationale rassemblée ici est dépositaire d’un grand savoir. Les quelque 200 membres de la délégation du Canada seront à l’écoute de ce savoir collectif et offriront en retour le récit de leurs propres expériences.

En ce qui me concerne, l’image de ces 338 jeunes femmes inspirantes assises sur les banquettes du Parlement du Canada restera gravée à jamais dans ma mémoire comme rappel de tout ce qui peut être concrétisé.

Au nom de notre gouvernement, je vous fais la promesse que le Canada demeurera un participant actif aux efforts mondiaux visant à améliorer les perspectives économiques et sociales de nos filles, de nos sœurs et de nos mères.

Merci. Thank you. Tashakor. Miigwetch.

– 30 –


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :