L’Accord États-Unis-Mexique-Canada crée des emplois pour la classe moyenne et contribue à l’égalité des sexes

Communiqué de presse

Le 16 novembre 2018 – Peterborough (Ontario) – Condition féminine Canada

Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine et députée de Peterborough-Kawartha, a coanimé aujourd’hui, au bureau de la Chambre de commerce du Grand Peterborough, une table ronde sur les avantages de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC). 

Le commerce nord-américain franchit une étape importante avec l’annonce de l’AEUMC, qui resserre les liens économiques déjà forts entre les trois pays participants, renforce la stabilité des relations commerciales de longue date du Canada et favorise la création de bons emplois bien rémunérés pour les Canadiennes et les Canadiens. 

Le gouvernement du Canada a veillé à ce que l’accord intègre des dispositions pour faire avancer l’égalité des sexes et l’autonomisation économique des femmes. Pour la première fois, l’accord comprend des obligations exécutoires concernant l’élimination de la discrimination fondée sur le sexe en matière d’emploi. Par ailleurs, des dispositions relatives au genre portant sur la responsabilité sociale des entreprises et sur les petites et moyennes entreprises ont été ajoutées à l’accord.

Citations

« Aujourd’hui, le milieu des affaires a souligné le rôle important de l’AEUMC dans la stabilité de notre économie et de notre accès aux marchés de notre partenaire commercial le plus important. Cet accord fait du Canada le seul pays du G7 ayant conclu des accords commerciaux avec tous les autres pays du G7. En réduisant les impôts des petites entreprises et en investissant dans les compétences professionnelles, l’innovation et l’infrastructure, le Canada démontre bien qu’il est ouvert au commerce. L’AEUMC permettra de créer de bons emplois bien rémunérés pour la classe moyenne dans notre région, de contribuer à la poursuite de la croissance et de la compétitivité de notre économie, et d’accroitre les échanges commerciaux canadiens en Amérique du Nord. Notre gouvernement prévoyait de signer une entente favorisant les intérêts des Canadiennes et des Canadiens, et c’est exactement ce que nous avons fait. »

L’honorable Maryam Monsef, P.C., députée
Ministre de la Condition féminine

« Ces tables rondes favorisent la revendication communautaire, car elles nous donnent une occasion privilégiée de parler, à notre députée et ministre, d’enjeux ayant des répercussions directes sur les affaires. Dans ce cas-ci, la ratification de l’AEUMC est essentielle à la création d’un climat de stabilité dans les échanges commerciaux, un élément vital pour les entreprises de Peterborough et de tout le pays. Aussi, l’occasion de discuter d’impôts importe beaucoup aux entreprises puisque le système fiscal fait une différence capitale sur le plan de leur croissance. »

Stuart Harrison, président et directeur général
Chambre de commerce du Grand Peterborough

Faits en bref

  • Les petites entreprises emploient huit-millions de Canadiennes et de Canadiens qui travaillent fort. Pour permettre à ces petites entreprises d’économiser et d’investir dans leurs activités plus facilement, le gouvernement du Canada a baissé leur taux d’imposition à 9 %, soit l’un des taux les plus faibles au monde.

  • Les petites et moyennes entreprises (PME) appartenant à des femmes représentent 40 % des PME à l’échelle mondiale pourtant, elles ne représentent que 15 % des entreprises exportatrices.

  • L’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) renforce nos relations commerciales privilégiées avec nos partenaires nord-américains et offre la stabilité et la prévisibilité qui sont si importantes pour les travailleuses et travailleurs de l’Ontario et les entreprises qui les emploient.

  • L’accord maintient l’accès des exportations de l’Ontario au marché américain qui se chiffrent à 179,2 milliards de dollars. Il contribue aussi à la stabilité des emplois bien rémunérés qui sont tributaires des exportations provenant, notamment, de l’industrie automobile et des secteurs des pièces d’automobile, du plastique, des pneus et de la transformation des aliments.

  • Le marché régional, mondialement concurrentiel, créé en 1994 dans le cadre de l’Accord de libre-échange nord-américain original représente aujourd’hui près de 486 millions de consommatrices et consommateurs et un PIB combiné de plus de 22 000 milliards de dollars américains.

  • En 2017, le commerce trilatéral a atteint près de 1 100 milliards de dollars américains – une valeur qui a plus que triplé depuis 1993.

  • Les États-Unis et le Mexique sont respectivement les premier et troisième partenaires du Canada en importance au chapitre du commerce international de marchandises.

  • Le Canada est respectivement le deuxième et le cinquième partenaire commercial des États-Unis et du Mexique en importance, et le plus important marché d’exportation des États-Unis.

  • Le Canada et les États-Unis partagent la frontière la plus longue et la plus sécuritaire au monde. Chaque jour, près de 400 000 personnes et 2,4 milliards de dollars de marchandises et services franchissent cette frontière.

  • Le Canada et les États-Unis entretiennent l’une des plus importantes relations commerciales au monde. Le Canada est le plus important marché des États-Unis — plus important que la Chine, le Japon et le Royaume-Uni réunis.

Liens connexes

Personnes-ressources

Ryan Young
Adjoint spécial (Communications) de l’honorable Maryam Monsef,
députée de Peterborough-Kawartha
705-927-7315 

Valérie Haché
Agente de communication
Condition féminine Canada
819-420-8684



Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :