Un nouvel investissement fédéral pour améliorer la sécurité économique des femmes au Labrador

Communiqué de presse

Les projets aideront les femmes à participer plus pleinement à l’économie

Le 14 novembre 2018 – Happy Valley-Goose Bay – Condition féminine Canada 

Le gouvernement du Canada s’est engagé à promouvoir l’égalité entre les sexes et comprend l’importance d’offrir plus de possibilités aux femmes dans toutes les sphères de la vie au Canada pour renforcer leur autonomie. Par nos investissements dans des projets qui améliorent la sécurité économique des femmes, nous contribuons à créer des conditions propices à leur réussite, de même qu’à celle de leur famille et de leur collectivité. 

Yvonne Jones, députée du Labrador et secrétaire parlementaire du ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, a annoncé aujourd’hui au nom de l’honorable Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine, que le gouvernement du Canada financera deux projets qui contribueront à faire progresser la sécurité économique des femmes au Labrador et dans le nord-est de l’Ontario. 

Carrefour d’idées, de ressources, de compétences, d’expériences et de connaissances, le Conseil du statut de la femme de Mokami soutient les Labradoriennes confrontées à des défis économiques, y compris des problèmes de logement. L’organisme recevra 236 880 $ pour son projet intitulé Pathways to economic prosperity for women in transition (En route vers la prospérité économique pour les femmes en transition). Au cours des trois prochaines années, l'organisme se penchera sur les obstacles institutionnels et d’autres facteurs qui limitent les efforts locaux dans le but de faire progresser la sécurité et la prospérité économiques des femmes qui fuient la violence familiale dans la région rurale et éloignée du Labrador. Pour ce faire, il élaborera un plan d’action prévoyant des services de soutien complets. Le projet débouchera sur une série de recommandations et de pratiques exemplaires qui pourront être utilisées et adaptées par d’autres organismes communautaires de services pour accroître le soutien aux femmes fuyant la violence familiale dans des secteurs géographiques semblables. 

Le Conseil communautaire nunatukavut (NunatuKavut Community Council Inc.) offre des services de formation, d’emploi et de développement des compétences aux Inuites et Inuits du sud et du centre du Labrador. Il recevra 465 000 $ pour son projet intitulé Pathways to Economic Security for Indigenous Women in NunatuKavut and Northern Ontario (En route vers la sécurité économique pour les femmes autochtones du Nunatukavut et du nord de l’Ontario). Au cours des trois prochaines années, l’organisme travaillera avec ses partenaires à éliminer les obstacles systémiques qui empêchent les femmes autochtones d’obtenir un emploi valable dans les secteurs traditionnellement masculins, notamment le secteur minier du Labrador. Le projet contribuera à combler les lacunes dans l’application des politiques relatives aux plans provinciaux d’emploi des femmes. On créera en outre une version inuite-labradorienne du programme visant les mineuses autochtones afin de préparer plus de femmes autochtones à travailler dans le secteur minier. 

L’insécurité économique continue de toucher un nombre disproportionné de femmes. En 2015, au Canada, les Canadiennes ont gagné seulement 87 cents pour chaque dollar gagné par les Canadiens. Elles étaient en outre beaucoup plus susceptibles d’occuper un emploi à temps partiel (les femmes représentent 76 % de la main-d’œuvre à temps partiel), et 25 % d’entre elles affirmaient travailler à temps partiel en raison de leurs responsabilités parentales.

Citations

« Notre gouvernement sait que nos investissements dans les femmes profitent à toute la population puisqu’ils renforcent l’ensemble de l’économie. D’où l’importance de ces projets, qui créeront des conditions propices à l’épanouissement professionnel et personnel des femmes. Si nous finançons des organismes comme le Conseil du statut de la femme de Mokami et le Conseil communautaire nunatukavut, qui tentent d’éliminer les obstacles au succès des femmes, c’est pour nous assurer que les Canadiennes et Canadiens aient tous des chances équitables de réussite, peu importe leur sexe ou leur identité de genre. »

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre de la Condition féminine

« Depuis trop longtemps, des obstacles empêchent les femmes autochtones de participer pleinement à notre économique, en particulier dans le secteur des ressources naturelles. Notre gouvernement reconnaît qu’il faut par principe, de même que dans un esprit de réconciliation, faire davantage pour les appuyer dans leur recherche d’emplois valorisants. Ces projets ne sont que deux exemples parmi d’autres des moyens que nous mettons en œuvre pour éliminer les obstacles systémiques auxquels les femmes autochtones du Labrador se heurtent dans leur recherche d’emploi. Car nous savons bien que, lorsque les femmes ont la possibilité de participer pleinement au marché du travail, c’est l’ensemble de la société qui en bénéficie. »

Yvonne Jones
Secrétaire parlementaire du ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur
Députée du Labrador

« Le Conseil du statut de la femme de Mokami remercie le gouvernement du Canada pour ces trois années de financement. Nous pourrons ainsi continuer d’aider les femmes de Happy Valley–Goose Bay à surmonter les obstacles à leur sécurité économique. Nous avons hâte de mobiliser la collectivité et de travailler à la réalisation de ce projet avec des femmes qui ont un vécu pertinent. »

Raelene Vickers, directrice générale
Conseil du statut de la femme de Mokami

« Le Conseil communautaire nunatukavut est fier d’entreprendre ce projet, qui aidera les Inuites australes à obtenir un emploi viable dans l’industrie primaire au Labrador. Les femmes font partie intégrante du tissu culturel, social et politique du Nunatukavut. Ce projet donnera aux participantes les compétences et la confiance nécessaires pour réussir dans leur collectivité ou ses environs. Nous nous réjouissons de la contribution du gouvernement fédéral à ce projet et le félicitons d’investir proactivement afin d’améliorer les perspectives d’emploi et la vie des femmes autochtones. »  

Todd Russell, président
Conseil communautaire nunatukavut

Faits en bref

  • Le McKinsey Global Institute estime que l’adoption de mesures pour faire progresser l’égalité des sexes, notamment pour augmenter la participation des femmes au marché du travail et leur assurer une meilleure représentation dans le secteur des technologies, renforcerait l’économie du Canada, qui pourrait y gagner 150 milliards de dollars d’ici 2026.

  • La population autochtone enregistre une croissance quatre fois supérieure à celle du reste de la population canadienne. Ce bassin démographique représente un énorme vivier de talents. À l'intérieur de cette cohorte, les femmes autochtones jouent déjà un rôle vital dans notre économie et ont un potentiel de croissance exceptionnel.

  • Selon le recensement de 2016, le Canada compte 860 265 femmes et filles autochtones. Ces femmes étaient plus susceptibles que les hommes autochtones d’obtenir un diplôme universitaire. Selon l’Enquête sur le financement des petites et moyennes entreprises de 2014, elles étaient également les principales actionnaires de plus du quart de toutes les petites et moyennes entreprises autochtones au Canada.

  • Ces projets sont financés aux termes de deux appels de propositions, Promouvoir la sécurité économique des femmes et Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones, qui ont été annoncés en octobre 2017.

  • La sécurité économique comprend la sécurité sociale de base, c’est-à-dire la satisfaction des besoins de base comme la santé, l’éducation et le logement.   

  • Plus de 45 projets recevront un financement totalisant près de 15 millions de dollars dans le cadre de ces appels de propositions. Ces projets visent à éliminer les obstacles institutionnels à la sécurité économique des femmes, y compris l’accès aux services de garde, les iniquités salariales et l’écart salarial entre les femmes et les hommes.

  • Le Programme de promotion de la femme de Condition féminine Canada verse du financement à des organismes admissibles pour leur permettre de réaliser des projets cherchant à aplanir des obstacles systémiques à l’égalité au Canada. 

  • Le gouvernement du Canada s’est engagé à faire progresser la réconciliation avec le peuple inuit, les Premières Nations et la nation métisse. L’accent est mis sur l’établissement d’une relation renouvelée avec les peuples autochtones – une relation fondée sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Braeson Holland
Attaché de presse
Cabinet de la ministre de la Condition féminine
343‑549‑8825

Valérie Haché
Agente de communications
Condition féminine Canada
819‑420‑8684


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :