Déclaration de la ministre Monsef à l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

Déclaration

Le 6 décembre 2018 

Ottawa – L’honorable Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine, a fait aujourd’hui la déclaration suivante à l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes : 

« Aujourd’hui, d’un océan à l’autre, des bougies seront allumées, des roses seront déposées et des larmes seront versées en mémoire des femmes qui ont été tuées le 6 décembre 1989 et de toutes les personnes qu’elles ont laissées derrière elles : amies et amis, parents et membres de leur communauté. À pareille date en 1989, le Canada a vécu une tragédie nationale lorsqu’un tireur a tué 14 femmes et en a blessées 13 autres à l’École polytechnique de Montréal, pour la seule et simple raison qu’elles étaient des femmes. 

Près de 30 ans plus tard, les Canadiennes et Canadiens continuent de se rassembler pour commémorer cet acte horrible de violence fondée sur le sexe qui a amené le Parlement à déclarer le 6 décembre Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. 

Marquée annuellement, cette journée importante s’inscrit dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le sexe, qui commence le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se conclue par la Journée internationale des droits de la personne, le 10 décembre. Les 16 jours se veulent un rappel significatif des répercussions tragiques et persistantes de la violence fondée sur le sexe et des personnes qui demeurent les plus vulnérables à ce type de violence, comme les membres de la diversité sexuelle, les femmes et les filles autochtones, les nouvelles arrivantes et les femmes atypiques ou en situation de handicap. 

Notre gouvernement travaille à bâtir un Canada plus inclusif en prenant des mesures concrètes pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Nous investissons plus de 200 millions de dollars dans des efforts visant à prévenir et à contrer la violence fondée sur le sexe, y compris la toute première stratégie fédérale portant sur cet enjeu. Nous nous assurons que les personnes qui fuient la violence familiale ont toutes un endroit où se réfugier en élargissant et en maintenant un réseau canadien de refuges et de maisons de transition, et nous travaillons de concert avec le milieu de l’enseignement supérieur afin de prévenir la violence fondée sur le sexe dans les campus. Ce ne sont là que quelques-unes des mesures que nous prenons, et notre gouvernement demeure déterminé à promouvoir l’égalité entre les sexes et à mettre fin à la violence avant qu’elle ne commence. 

J’encourage les Canadiennes et Canadiens à dénoncer tout ce qui perpétue la violence fondée sur le sexe dans notre société, ainsi qu’à réfléchir aux gestes qu’on peut poser individuellement pour changer la culture et faire reculer cette violence. Je les encourage aussi à utiliser les mots-clics #MESGestesComptent et #6 décembre dans les médias sociaux pour manifester leur appui à cette cause. 

Nous ne pouvons pas changer ce qui est arrivé à ces femmes, qui nous ont été enlevées par un acte de violence insensée le 6 décembre 1989, mais nous pouvons honorer leur mémoire et veiller à ce que toutes les Canadiennes soient libres de poursuivre leurs rêves sans la menace de violences fondées sur le sexe. Nous continuerons d’écouter les voix courageuses des survivantes et, ensemble, nous bâtirons un Canada plus fort, plus sûr et plus inclusif pour toutes et tous. »

Personnes-ressources

Braeson Holland
Attaché de presse
Cabinet de la ministre de la Condition féminine
343-549-8825


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :