Document d'information - Un nouvel investissement fédéral contribuera à améliorer la sécurité économique des femmes à Laval

Document d'information

 Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres – Programme de promotion de la femme 

L’une des façons dont le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres fait progresser l’égalité au Canada consiste à offrir du financement aux organismes admissibles par l’entremise du Programme de promotion de la femme. Les projets sont choisis au moyen d’appels de propositions sur des thèmes particuliers, et d’un processus continu de réception de demandes qui permet au Programme de promotion de la femme de se pencher sur les enjeux émergents à mesure qu’ils se présentent.                                                  

Le Programme de promotion de la femme finance des projets qui visent à éliminer les obstacles systémiques à l’égalité des femmes dans trois domaines prioritaires, à savoir : l’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles; l’amélioration de la sécurité et de la prospérité économiques des femmes et des filles; et l’accès des femmes et des filles aux postes de responsabilité et de décision. 

Appels de propositions – Promouvoir la sécurité économique des femmes et Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones 

Le 2 octobre 2017, l’honorable Maryam Monsef, ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, a lancé deux appels de propositions. Le premier, intitulé Promouvoir la sécurité économique des femmes, invitait les organismes à présenter des demandes de financement pour des projets favorisant la sécurité économique des femmes tout en contribuant à l’avancement de l’égalité des sexes au Canada. Plus de 30 projets recevront au total 10 millions de dollars sous la forme de financement dans le cadre de cet appel de propositions. 

Cet appel de propositions comporte deux thèmes; le premier, Aplanir les obstacles systémiques grâce au partenariat, prévoit du financement pour aplanir les obstacles importants qui limitent la sécurité économique des femmes, notamment l’accessibilité des services de garde, l’écart salarial entre les sexes et la disparité salariale. 

Le deuxième thème, Mobiliser le secteur privé et augmenter ses investissements dans la cause des femmes, encourage les organismes à établir des partenariats avec le secteur privé pour trouver des solutions novatrices qui contribueront à améliorer la sécurité économique des femmes. 

Le deuxième appel de propositions, intitulé Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones, invitait les organismes à promouvoir la collaboration entre les femmes autochtones, les organismes autochtones, les collectivités autochtones et le secteur privé pour soutenir la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones partout au Canada. Quinze projets dans différentes régions du pays recevront près de cinq millions de dollars en financement dans le cadre de cet appel de propositions. 

Projet financé 

La Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) est un groupe féministe qui œuvre avec ses membres à l’amélioration de la qualité de vie et de la sécurité économique des femmes, plus particulièrement à Laval. Constituée en société en 1995, la TCLCF est engagée dans la défense collective des droits des femmes, notamment le droit à l’autodétermination et à la sécurité, au logement, à la santé et à l’indépendance économique. Elle s’emploie principalement à offrir du soutien aux femmes marginalisées à Laval et à créer des alliances avec les parties prenantes locales et régionales afin de lancer des actions collectives pour améliorer la vie de toutes les femmes. 

Description du projet

Le gouvernement du Canada accordera un financement de 295 725 $ à la TCLCF pour un projet d’une durée de 36 mois visant à améliorer la sécurité économique des femmes et intitulé « Laval mobilisé pour les femmes en situation de vulnérabilité : des partenaires unis dans l’action pour les changements structuraux ». 

Dans le cadre de ce projet, on collaborera avec de multiples partenaires dans des secteurs d’emploi clés afin d’éliminer les obstacles à l’emploi pour les femmes vulnérables à Laval. Les principaux résultats comprennent la réduction des obstacles systémiques comme le transport et l’accès aux services de garde, les possibilités de formation, les méthodes de jumelage et d’autres enjeux liés au placement. 

Les politiques, procédures et protocoles existants des fournisseurs de services à Laval feront l’objet d’une analyse comparative entre les sexes plus (ACS+). Les parties prenantes et des femmes ayant connu des obstacles à l’emploi, tels que pauvreté et problèmes de santé mentale et physique, seront incluses dans l’analyse au moyen de sondages, de groupes de discussion et de consultations générales. 

L’ACS+ aidera à déterminer les lacunes et les obstacles courants à éliminer dans les plateformes de services locales. De nouveaux protocoles et procédures seront élaborés par l’entremise de trois partenaires communautaires et de trois projets pilotes qui serviront à créer un modèle pouvant être incorporé dans des pratiques à l’échelon régional. 

Les principaux partenaires du projet comprennent la Division du développement social de la Ville de Laval, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval ainsi que Dimension Travail et le Réseau des organismes et intervenants en itinérance de Laval. 

Statistiques provinciales – Sécurité économique des femmes 

  • En 2018, le taux salarial horaire moyen des femmes au Québec était de 0,89 $ par dollar gagné par les hommes. Autrement dit, en 2018, il y avait un écart salarial de 0,11 $ entre les sexes au Québec. 
  • En 2018, le taux d’emploi était de 57,8 % chez les femmes et de 64,3 % chez les hommes au Québec. 
  • En 2018, 25,3 % des femmes en emploi et 12,4 % des hommes en emploi au Québec travaillaient à temps partiel. 
    Source : Statistique Canada. Tableau 14-10-0018-01 Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles (x 1,000). 

Statistiques nationales – Sécurité économique des femmes 

  • En 2015, 82 % des femmes du noyau de la population d’âge actif de 25 à 54 ans (6 millions) participaient au marché du travail. 
    Source : Statistique Canada. Tableau 14-10-0018-01 Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles (x 1,000). 
  • En 2018, les femmes du noyau de la population d’âge actif représentaient 48 % de la population active, soit une augmentation par rapport à 46,3 % en 1999 et à 35,4 % en 1976. 
    Source : Statistique Canada. Tableau 14-10-0018-01 Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles (x 1,000). 
  • En 2018, le taux national d’emploi chez les femmes était de 79,1 %, comparativement à 86,3 % chez les hommes. 
    Source : Statistique Canada. Tableau 14-10-0018-01 Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles (x 1,000). 
  • En moyenne, les femmes travaillent 5,8 heures de moins par semaine que les hommes (35,3 heures/semaine, comparativement à 41,1 heures/semaine). 
    Source : Statistique Canada. 2017. Les femmes et le travail rémunéré. 
  • Les mères seules avaient le revenu rajusté moyen le plus bas (25 300 $); elles étaient suivies des femmes célibataires (33 700 $). Les revenus rajustés moyens des pères seuls et des hommes célibataires étaient semblables (autour de 40 300 $). Il est à noter que le revenu ajusté moyen des mères seules était de 15 000 $ inférieur à celui des pères seuls. 
    https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-503-x/2015001/article/54930/c-g/c-g05-fra.htm

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :