Document d'information - Le gouvernement du Canada vient en aide aux survivantes de violence fondée sur le sexe à Edmonton

Document d'information

Le Programme de promotion de la femme du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres

Suivant l’annonce d’Il est temps : La stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, en juin 2017, le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres (auparavant Condition féminine Canada) a créé le Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe (ci-après le Programme contre la VFS). 

Lancé officiellement en janvier 2018, le Programme contre la VFS fait complément au Programme de promotion de la femme. Il finance des organismes qui interviennent dans le domaine de la VFS. Les fonds leur servent à élaborer et mettre en œuvre des pratiques prometteuses, de nature à combler les lacunes dans le soutien couramment offert aux personnes survivantes et à leur famille. 

Bien que la violence touche les Canadiennes et Canadiens de tous âges, cultures, origines ethniques, lieux et horizons socioéconomiques, certains d’entre eux se butent à des obstacles additionnels au moment d’obtenir des services. Le Programme contre la VFS verse des fonds aux organismes admissibles qui souhaitent réaliser un projet local, régional ou national pour remédier aux lacunes dans le soutien offert à des populations qui sont sous-desservies à l’heure actuelle. Ces populations incluent : les femmes autochtones et leurs communautés, les personnes de la diversité sexuelle, notamment les personnes non binaires, de même que les femmes réfugiées, immigrantes ou en situation irrégulière, les aînées, les femmes des communautés de langue officielle en situation minoritaire, les femmes habitant une collectivité nordique, rurale ou éloignée, et les femmes en situation de handicap.

Appel de concepts : Pratiques prometteuses pour aider les personnes survivantes et leur famille

En janvier 2018, la ministre Monsef a annoncé l’affectation de 20 millions de dollars à un appel de concepts dans le cadre du Programme contre la VFS. Dans le foulée du budget de 2018, le gouvernement a plus que doublé le financement du jeune programme jusqu’à 50 millions de dollars, afin de permettre à un plus grand nombre d’organismes — notamment des centres d’aides aux victimes d’agression sexuelle — de venir en aide aux populations les plus vulnérables à cette violence. 

Le Programme contre la VFS a fait l’essai d’une approche novatrice pour faciliter l’accès de financement aux organismes communautaires. Cette approche se distingue de plusieurs façons : 

  • allongement de la période de financement, les projets pouvant durer cinq ans;
  • une procédure de demande en deux étapes, qui réduit l’information initialement demandée aux organismes et allège donc leur fardeau; 
  • admissibilité étendue pour inclure les associations syndicales; les gouvernements provinciaux ou territoriaux et les municipalités, ainsi que leurs organismes; les organismes et les instituts de recherche, les centres d’expertise, les établissements d’enseignement (p. ex. : universités, collèges, cégeps, écoles secondaires, de même que les conseils, commissions et districts scolaires), les organismes de santé publique, les hôpitaux et les prestataires de services de santé;
  • insistance sur l’essai et l’évaluation des pratiques prometteuses, afin de produire des résultats nets pour les Canadiennes et les Canadiens.

Association des femmes indo-canadiennes

Titre du projet : Culturally Appropriate and Safe Assistance through Home Visitation for Survivors of Violence — CASA (les visites à domicile comme moyen d’apporter une aide sûre et respectueuse des différences culturelles aux survivantes de violence) 

L’Association recevra 450 000 $ pour créer et tester une approche de dépistage de la violence qui sera utilisée lors des visites à domicile par les services de protection de l’enfance, du personnel infirmier et d’autres professionnelles et professionnels auprès des femmes autochtones, des nouvelles arrivantes, des réfugiées, des femmes en situation irrégulière et des femmes des communautés ethnoculturelles. Cette approche tiendra compte à la fois des traumatismes et de la culture afin de permettre aux femmes de signaler la violence et de recevoir des services de soutien essentiels en toute sécurité. 

Fondée à Edmonton en 1984, l’Association des femmes indo-canadiennes est un organisme canadien à but non lucratif qui encourage la pleine participation des personnes immigrantes ou membres de minorités visibles à la vie économique, sociale et politique du pays. Ses principales activités incluent : services d’établissement, counseling d’intégration, groupes d’entraide et mobilisation de la communauté.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :