Le gouvernement du Canada vient en aide aux survivantes de violence fondée sur le sexe à Edmonton

Communiqué de presse

Le 15 mars 2019 — Edmonton (Alberta) — ministère des Femmes et de l’Égalité des genres

Il est essentiel d’éliminer la violence fondée sur le sexe si nous comptons réellement renforcer la classe moyenne et donner à toutes et tous les mêmes chances d’y accéder. Car lorsque les femmes, les filles et les membres de la diversité sexuelle sont libres de vivre pleinement leur vie en toute sécurité, l’ensemble de la population canadienne en bénéficie. 

Aujourd’hui, l’honorable Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles et député d’Edmonton Mill, a annoncé au nom de l’honorable Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, qu’un organisme à Edmonton recevra des fonds fédéraux pour aider les survivantes de violence fondée sur le sexe. Le financement proviendra du Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe et bénéficiera notamment à des populations sous-desservies à l’heure actuelle, par exemple : les femmes autochtones et leurs communautés, l’enfance et la jeunesse, les femmes des communautés ethnoculturelles, la diversité sexuelle, y compris les personnes non binaires, ainsi que les femmes réfugiées, immigrantes ou en situation irrégulière, les aînées, les femmes des communautés de langue officielle en situation minoritaire, les femmes en situation de handicap, sans oublier les femmes des régions rurales, nordiques ou éloignées. 

Basée à Edmonton, l’Association des femmes indo-canadiennes recevra 450 000 $ pour créer et tester une approche de dépistage de violence qui sera utilisée lors des visites à domicile par les services de protection de l’enfance, du personnel infirmier et d’autres professionnelles et professionnels auprès des femmes autochtones, des nouvelles arrivantes, des réfugiées, des femmes en situation irrégulière et des femmes des communautés ethnoculturelles. Cette approche tiendra compte à la fois des traumatismes et de la culture afin de permettre aux femmes de signaler la violence et de recevoir des services de soutien essentiels en toute sécurité. 

L’an dernier, la ministre Maryam Monsef a annoncé un investissement de plus de 50 millions de dollars pour aider les survivantes de violence fondée sur le sexe et leur famille au Canada. Une soixantaine de projets communautaires seront financés grâce à ces fonds, dont le projet annoncé aujourd’hui.

Citations

« Au moyen de cet investissement, nous soutenons des organismes pour femmes comme l’Association des femmes indo-canadiennes, qui offrent des services essentiels aux survivantes de violence et à leur famille. L’enveloppe budgétaire a été décidée de concert avec des cheffes du mouvement des femmes, qui continuent d’éclairer par leurs judicieux conseils la mise en œuvre de la première stratégie canadienne pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Les cheffes de file ont réclamé plus d’argent, des sommes réparties sur de plus longues périodes pour répondre à la demande croissante de services, et des ressources pour soutenir les survivantes les plus marginales et sous-desservies. Elles ont aussi demandé une simplification de la procédure de demande de financement. Nous les avons entendues. La violence fondée sur le sexe est intolérable, quelle qu’en soit la forme, et nous continuerons de travailler avec les personnes survivantes, nos partenaires communautaires, le secteur privé et les autres paliers de gouvernement pour y mettre fin. » 

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres

« Nous sommes déterminés à tendre la main aux personnes dans le besoin. Les survivantes de violence fondée sur le sexe et leurs enfants font partie des membres vulnérables de cette collectivité, et notre gouvernement leur apporte son aide en veillant à ce qu’ils puissent recevoir un soutien qui tient compte de leur culture et de leurs traumatismes. » 

L’honorable Amarjeet Sohi, C.P.
Ministre des Ressources naturelles
Député d’Edmonton Mill Woods

« Les femmes immigrantes sont aux prises avec des facteurs qui augmentent leur vulnérabilité à la violence et à la discrimination. Grâce à cette aide financière du gouvernement fédéral, nous serons en mesure de formuler des solutions qui tiennent compte des différences culturelles et de la réalité des nouvelles Canadiennes dans notre ville. » 

Amrita Mishra, directrice des projets
Association des femmes indo-canadiennes

Faits en bref

  • En juin 2017, le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres (auparavant Condition féminine Canada) a annoncé la toute première stratégie fédérale pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe

  • À ce jour, plus de 200 millions de dollars ont été investis dans le cadre de la stratégie pour prévenir la violence fondée sur le sexe, soutenir les personnes survivantes et leur famille, de même que pour créer des systèmes juridiques et judiciaires mieux adaptés

  • L’appel de concepts Pratiques prometteuses pour aider les personnes survivantes et leur famille représente le financement le plus important à ce jour pour cette population cible dans toute sa diversité
  • Certains segments de la population sont plus vulnérables à la violence et peuvent être aux prises avec des obstacles particuliers, qui aggravent leur vulnérabilité ( Statistique Canada, 2015 ).

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Braeson Holland
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres
343-549-8825 

Joshua Kirkey
Gestionnaire des communications corporatives et internes
Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres
819-420-6884


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :