Le gouvernement du Canada vient en aide aux survivantes de violence fondée sur le sexe à Montréal

Communiqué de presse

Le 7 mars 2019 — Montréal (Québec) — ministère des Femmes et de l’Égalité des genres

Il est essentiel d’éliminer la violence fondée sur le sexe si nous comptons réellement renforcer la classe moyenne et donner à toutes et tous les mêmes chances d’y accéder. Car lorsque les femmes, les filles et les membres de la diversité sexuelle sont libres de vivre pleinement leur vie en toute sécurité, l’ensemble de la population canadienne en bénéficie.

Aujourd’hui, Marc Miller, député de Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Sœurs et secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochones, a annoncé au nom de l’honorable Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, l’octroi de fonds fédéraux pour aider les survivantes de violence fondée sur le sexe à Montréal. Le financement bénéficiera notamment à des populations couramment sous-desservies, par exemple : les femmes autochtones et leurs communautés, l’enfance et la jeunesse, les femmes des communautés ethnoculturelles, les femmes réfugiées, immigrantes ou en situation irrégulière, de même que les femmes en situation de handicap.

Le Y des femmes de Montréal recevra 850 000 $ pour la réalisation de son projet « Approche de graduation et VFS à Montréal ». Le but du projet est d’améliorer les services aux nouvelles immigrantes qui sont des survivantes de violence fondée sur le sexe, sans égard à leur statut juridique. Pour ce faire, il fera l’essai d’une version modifiée de l’approche de graduation. Diverses activités seront entreprises dans le cadre du projet pour aider les femmes et leur famille à vivre leur deuil, améliorer leur sécurité économique et acquérir les compétences nécessaires pour devenir autonomes dans la collectivité.

L’an dernier, la ministre Maryam Monsef a annoncé un investissement de plus de 50 millions de dollars pour aider les survivantes de violence fondée sur le sexe et leur famille au Canada. Une soixantaine de projets communautaires seront financés grâce à ces fonds, dont le projet annoncé aujourd’hui.

Citations

« Des milliers de femmes et d’enfants à Montréal font chaque année appel aux services du Y des femmes. Cet investissement sert à soutenir des organismes pour femmes comme le Y des femmes de Montréal, qui offrent des services essentiels aux survivantes de violence et à leur famille. L’enveloppe budgétaire a été décidée de concert avec des cheffes du mouvement des femmes, qui continuent d’éclairer par leurs judicieux conseils la mise en œuvre de la première stratégie canadienne pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Les cheffes de file ont réclamé plus d’argent, des sommes réparties sur de plus longues périodes pour répondre à la demande croissante de services, et des ressources pour soutenir les survivantes les plus marginales et sous-desservies. Elles ont aussi demandé une simplification de la procédure de demandes. Nous les avons entendues. La violence fondée sur le sexe est intolérable, quelle qu’en soit la forme, et nous continuerons de travailler avec les personnes survivantes, nos partenaires communautaires, le secteur privé et les autres paliers de gouvernement pour y mettre fin. »

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres

« Le Y des femmes est au service des femmes à Montréal depuis plus d’un siècle et il est primordial d’appuyer l’important travail qu’il accomplit. J’ai donc été ravi de rendre visite à l’organisme pour parler du financement de 850 000 $ que lui versera le gouvernement fédéral pour l’essai de son approche novatrice d’aide aux victimes de violence fondée sur le sexe. Notre stratégie fédérale pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe ne serait pas possible sans des partenaires comme le Y des femmes de Montréal. »

Marc Miller
Député de Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Sœurs
Secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochones

(Gazouiller cette citation)

« Nous sommes très heureuses que notre projet d’accompagnement global pour les femmes d’immigration récente qui ont été victimes de violences fondées sur le sexe, ait obtenu ce financement du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres. Ce nouveau projet permettra de tester et d’adapter l’Approche de graduation afin de répondre aux besoins des victimes, et ce, en tenant compte des besoins prioritaires de chacune, dans les différentes sphères de sa vie (logement, formation, emploi, santé, etc.) L’adaptation de cette approche et la collaboration avec de nombreux partenaires permettra non seulement d’apporter des changements concrets et durables dans la vie de ces femmes, mais elle pourra aussi par la suite être appliquée à plus large échelle et contribuer à améliorer les pratiques en matière d’accompagnement des femmes victimes de violences fondées sur le genre. »

Mélanie Thivierge, Présidente-directrice Générale
Y des femmes de Montréal (YWCA Montreal)

Faits en bref

  • En juin 2017, le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres (auparavant Condition féminine Canada) a annoncé la toute première stratégie fédérale pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe.

  • À ce jour, plus de 200 millions de dollars ont été investis dans le cadre de la stratégie pour prévenir la violence fondée sur le sexe, soutenir les personnes survivantes et leur famille, de même que pour créer des systèmes juridiques et judiciaires mieux adaptés.

  • L’appel de concepts Pratiques prometteuses pour aider les personnes survivantes et leur famille représente le financement le plus important à ce jour pour cette population cible dans toute sa diversité.

  • Certains segments de la population sont plus vulnérables à la violence et peuvent être aux prises avec des obstacles particuliers, qui aggravent leur vulnérabilité (Statistique Canada, 2015).

  • La violence fondée sur le sexe peut avoir des répercussions permanentes sur la santé physique, mentale, sexuelle et génésique des victimes. Non seulement ces répercussions sont-elles graves, mais elles ont aussi un coût élevé pour l’économie. On estime le coût de la violence conjugale et des agressions sexuelles à plus de 12 milliards de dollars par année au Canada.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Braeson Holland
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres
343-549-8825

Valérie Haché
Agente des communications
Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres
819-420-8684

Suivez le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres :


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :