Document d'information -  Le gouvernement du Canada annonce un financement destiné aux organisations de femmes de la région métropolitaine de Montréal

Document d'information

Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres – Programme de promotion de la femme 

L’une des façons dont le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres fait progresser l’égalité des genres au Canada est d’accorder du financement aux organismes admissibles par l’entremise du Programme de promotion de la femme. Les projets sont sélectionnés au moyen d’appels de propositions portant sur des thèmes précis et d’un processus d’admission continu qui permet au Programme de promotion de la femme d’aborder les nouveaux enjeux au fur et à mesure qu’ils surviennent.

Le Programme de promotion de la femme finance des projets qui s’attaquent aux obstacles systémiques à l’égalité des femmes dans trois domaines prioritaires : mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles; améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes et des filles; et encourager les femmes et les filles à occuper des postes de direction.

Appels de propositions visant le renforcement des capacités 

En octobre 2018, la ministre Monsef a annoncé un appel de propositions dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités du Programme de promotion de la femme. Les projets à l’échelle locale, provinciale et nationale étaient admissibles à différents montants de financement, en fonction de leurs besoins et de leur portée particuliers. 

Le 8 mars 2019, Journée internationale de la femme, la ministre Monsef a annoncé que plus de 250 organisations de femmes de tout le pays recevraient des fonds du Fonds de renforcement des capacités. 

L’objectif est de financer des propositions qui augmenteront la capacité des organisations de femmes admissibles et des organisations autochtones au service des femmes, dont les initiatives contribuent à un mouvement de femmes viable au Canada qui favorise l’égalité des genres. Le financement augmentera la capacité des organismes à croître, à répondre à la demande croissante de leurs services et à continuer de travailler ensemble pour régler les questions d’égalité des genres. Le Fonds résulte de l’annonce dans le budget de 2018 d’un financement de 100 millions $ sur 5 ans pour aider à soutenir un mouvement de femmes viable et durable partout au Canada. 

Projets au Québec 

L’annonce faite aujourd’hui à Montréal, au Québec, a permis de dresser le profil de 10 projets sélectionnés pour recevoir un financement fédéral dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités 

Centre des femmes afghanes de Montréal

Titre du projet : Planification stratégique et développement vers l’avenir
Montant du financement : 218 246 $ 

Le Centre des femmes afghanes de Montréal recherche une plus grande durabilité afin de demeurer pertinent pour son groupe cible : les femmes immigrantes. Les activités seront dirigées sur la durée du financement afin d’élaborer des programmes et d’autres stratégies de développement du financement pour travailler à la viabilité de l’organisation. Cette capacité accrue exigera des ajustements continus pour sensibiliser les partenaires, les membres, et particulièrement les membres potentiels, qui sont culturellement appropriés, continus et accueillants pour les femmes et les filles nouvellement immigrantes. 

Le Centre des femmes afghanes est un organisme sans but lucratif établi à Montréal qui a vu le jour en 2002. Le Centre offre des services de formation, d’éducation et de soutien aux immigrantes et aux réfugiées. 

« Les femmes qui viennent d’arriver au Canada font face à un ensemble unique de défis et ont besoin d’un soutien qui les aide à se sentir accueillies et valorisées. Ils peuvent former un réseau familier avec l’aide d’organismes comme le nôtre et se renseigner sur les possibilités qui s’offrent à elles au Canada dans un environnement sûr et non menaçant. Ce nouveau financement du gouvernement du Canada nous aidera à agrandir le Centre des femmes et à aider un plus grand nombre de femmes à se bâtir un avenir meilleur dans leur pays d’adoption. » 

Makai Aref, présidente
Centre des femmes afghanes de Montréal

Y des Femmes de Montréal 

Titre du projet : Maintien de l’ACF
Montant du financement : 212 650 $ 

Le Y des Femmes de Montréal pilotera une activité de revenu durable sous la forme d’une entreprise sociale, conformément à ses valeurs d’égalité, d’inclusion et de non-violence. Les bénéfices de l’entreprise seront investis pour bâtir un avenir meilleur pour les filles, les femmes et leurs familles. Cette entreprise sociale communautaire répondra d’abord aux besoins de la clientèle du programme du Y des Femmes de Montréal, puis à ceux de l’ensemble de la communauté du centre-ville afin d’inclure davantage d’aidants et de familles dans le quartier.

« Ce financement à long terme du gouvernement fédéral permettra au Y des Femmes de Montréal de développer un modèle d’entreprise d’économie sociale qui permettra de projeter l’organisme vers l’avenir.  Fidèle à ses valeurs de solidarité, de respect et d’inclusion, le Y des Femmes prendra le pouls de la communauté pour mettre en place un projet d’économie sociale novateur qui répondra aux besoins des femmes et des filles de Montréal tout en contribuant à pérenniser l’organisme avec des revenus autonomes.  Ce projet sera mis en place par des femmes, pour des femmes et avec des femmes, comme nous l’avons toujours fait depuis presque 145 ans. » 

Mélanie Thivierge, présidente et directrice générale
Y des Femmes de Montréal

Centre d’encadrement pour jeunes femmes immigrantes   

Titre du projet : Plan de transition pour la consolidation et le développement du CEJFI 
Montant du financement : 197 238 $ 

Le Centre d’encadrement pour jeunes femmes immigrantes (CEJFI) vise à promouvoir l’égalité entre les sexes au Canada et à mieux soutenir les femmes immigrantes en raison des multiples obstacles qu’elles ont tendance à rencontrer lorsqu’elles tentent d’exercer leurs droits et libertés sociales. Pour renforcer leurs capacités organisationnelles, le CEJFI prévoit utiliser leur projet pour renforcer leurs capacités en développant un cadre de planification stratégique autour des besoins clés de croissance par une meilleure gestion des ressources humaines et financières et une meilleure gouvernance.

Le CEJFI a été fondé en 1998 par des femmes dans le but de promouvoir la vitalité des filles et des jeunes femmes immigrantes en réunissant divers organismes communautaires publics et privés pour soutenir les jeunes femmes et les femmes immigrantes. 

« L'augmentation du volume de la clientèle que nous desservons et des activités en leur faveur exige le renforcement des capacités du personnel et de la gouvernance du CEJFI.

Avec ce nouveau financement du gouvernement du Canada, nous allons élaborer et mettre en oeuvre un plan stratégique pluriannuel robuste et un système de gestion performant. Ces actions nous permettront de répondre adéquatement aux besoins croissants des jeunes femmes immigrantes afin de les aider à réussir leurs vies dans leur nouveau pays. » 

Régine Algende Tshombokongo, directrice générale
Centre d’encadrement pour jeunes femmes immigrantes

Fédération des femmes du Québec
 
Titre du projet : De Fédération à Fédération+
Montant du financement : 500 000 $ 

La Fédération des femmes du Québec (FFQ) tente de mieux répondre aux besoins de ses membres diversifiés. À ce titre, elle examinera les pratiques organisationnelles au moyen d’une analyse comparative entre les sexes Plus (ACS+). Ce type d’analyse n’a pas été effectué au sein de la FFQ depuis de nombreuses années et les méthodes actuelles doivent être réévaluées et modifiées pour tenir compte des problèmes auxquels les femmes font face aujourd’hui. La FFQ élaborera un plan intégré de communication et de relations publiques pour s’assurer qu’elle pourra se réorganiser et prendre de l’expansion pour devenir une organisation financièrement indépendante.

À l’occasion du 25e anniversaire du suffrage féminin au Québec, Thérèse Casgrain a réuni des femmes qui ont partagé et exprimé le besoin de former une fédération pour défendre les intérêts et les droits des femmes. Un an plus tard, en 1966, la FFQ a vu le jour. 

« Chaque organisation, dont la nôtre, peut améliorer ses pratiques, processus et procédures. Nous croyons que l’approfondissement de nos pratiques d’analyse comparative entre les sexes plus nous aidera à mieux répondre aux besoins de nos membres. Nous sommes reconnaissantes d’avoir reçu ce financement du gouvernement fédéral et nous savons qu’il nous aidera à apporter des changements positifs à long terme et de façon plus pérenne que par le passé. » 

Gabrielle Bouchard, présidente
Fédération des femmes du Québec

 
Femmes Autochtones du Québec 

Titre du projet : Développement des capacités organisationnelles des femmes autochtones du Québec
Montant du financement : 554 940 $ 

Femmes Autochtones du Québec souhaite dresser un portrait nouveau et plus clair de ses forces, de ses défis, de ses possibilités et de ses risques. Les fonds fournis serviront à assurer la pérennité du travail de l’organisation en solidifiant sa structure et en favorisant la transmission des connaissances et la synergie de collaboration entre les différents niveaux d’employés, la direction et le Conseil des représentants élus. Les principales activités seront entreprises à l’échelle du Québec et comprendront : une évaluation approfondie de la santé organisationnelle, un processus d’élaboration stratégique, la mise en œuvre de politiques internes et des processus d’évaluation des équipes. 

Femmes Autochtones du Québec défend les intérêts des femmes autochtones, de leurs familles et de leurs communautés partout dans la province. L’organisation soutient les femmes autochtones dans leurs efforts pour améliorer leurs conditions de vie par la promotion de la non-violence, de la justice, de l’égalité des droits et de la santé. Elle appuie également les femmes dans leur engagement envers leur communauté. 

« Les femmes autochtones et leur famille partout au Québec se fient sur notre association. Notre travail exige un nouveau chemin qui soutiendra et autonomisera nos membres dans la poursuite de rôles de leadership dans la communauté afin de servir les générations à venir. C’est avec beaucoup de reconnaissance que nous recevons cet investissement du gouvernement du Canada. Ce financement nous permettra de voir l’avenir plus positivement et augmente notre confiance en nos efforts pour croitre et réussir en tant qu’organisme. » 

Viviane Michel, présidente
Femmes Autochtones du Québec

La Maison Parent-Roback 

Titre du projet : Renforcement des compétences du conseil d’administration de la MPR en matière de financement privé
Montant du financement : 211 209 $ 

Maison Parent-Roback (MPR) cherche à améliorer les compétences de ses membres en collecte de fonds. Elle développera une culture philanthropique et mènera une campagne de financement récurrente. Le projet lui permettra de former ses membres à la pratique de la collecte de fonds privés.

Depuis 1997, la MPR réunit des groupes nationaux et régionaux de femmes, une maison d’édition et un centre de ressources pour améliorer la situation des femmes, éliminer la violence et promouvoir la justice sociale. Elle offre des outils et des programmes d’éducation, de formation, de recherche, d’analyse et de partage des connaissances et des pratiques exemplaires.  

« Promouvoir le bien-être des femmes, l’élimination de la violence et la promotion de la justice sociale nous demande d’agir dans la communauté. Nos efforts de collectes de fonds doivent être modernisés, simplifiées et durables afin que nous puissions nous concentrer sur notre travail. Ce financement du gouvernement fédéral va nous permettre de former nos membres afin qu’elles apprennent comment assurer la pérennité des collectes de fonds dans le but d’en faire profiter les femmes et la communauté entière. » 

Danielle Fournier, présidente
La Maison Parent-Roback

Les Scientifines

Titre du projet : Vers une plus grande efficacité organisationnelle!
Montant du financement : 250 000 $ 

Les Scientifines cherchent à renforcer leurs capacités en matière de financement de la recherche, de responsabilisation et de promotion afin de compléter les efforts récents visant à améliorer l’efficacité organisationnelle. Des plans de financement et de fidélisation des donneurs seront élaborés et mis en œuvre afin d’accroître la probabilité de récidive des donneurs. Une base de données sera également créée afin de réduire la manipulation des données et d’améliorer la connaissance des données tout en permettant la récupération efficace des statistiques pertinentes à des fins de production de rapports. De nouveaux outils et de nouvelles applications de communication numérique seront utilisés pour améliorer le rayonnement et moderniser notre image et nos méthodes de prestation de services.

Créées par quatre femmes en 1987 dans le cadre d’un projet universitaire visant à promouvoir les sciences auprès des jeunes filles du Québec, Les Scientifines ont été constituées en société sans but lucratif en 1993. Les Scientifines s’efforcent d’aider les femmes qui s’intéressent aux sciences et à la technologie à trouver l’éducation et le soutien de leurs pairs pour réussir. 

« La recherche de financement est un processus exigeant qui demande  beaucoup de temps et de ressources. C’est avec plaisir que nous voyons le gouvernement du Canada offrir cet investissement sans précèdent pour les groupes de femmes, avec des échéanciers souples permettant aux organisations comme la nôtre de croître et de s’améliorer. Nos programmes aident les jeunes femmes se heurtant à des obstacles économiques et sociaux qui limitent leur accès au système d’éducation et nuisent au développement de la confiance dont elles ont besoin pour réussir dans un monde qui change rapidement. » 

Valérie Bilodeau, Directrice générale
Les Scientifines 

L’R des centres de femmes du Québec 

Titre du projet : Projet Action et réponse collective – Agir ensemble et nous donner les moyens de lutter contre la violence faite aux femmes
Montant du financement : 541 912 $ 

L’R des centres de femmes du Québec cherche à créer une plateforme pour promouvoir des stratégies de plaidoyer et de sensibilisation pour leur expertise sur la violence faite aux femmes. L’organisation a l’intention de former environ 250 travailleurs enracinés dans les communautés rurales et urbaines de la province afin qu’ils puissent travailler dans le cadre d’un système de soutien « d’intervention collective » au moment d’intervenir lors d’incidents de violence faite aux femmes. Ce réseau de 250 personnes pourrait mobiliser jusqu’à 300 000 femmes par an. Cette activité renforcera la capacité de l’ensemble du réseau dans ses efforts de plaidoyer pour lutter contre la violence à l’égard des femmes. 

L’R des centres de femmes du Québec forme un réseau de soutien à travers le Québec qui fait la promotion de la justice sociale, de l’égalité et de l’équité pour les femmes. L’organisation travaille à aider les femmes victimes de violence sexuelle dans toutes les régions de la province par l’entremise d’un réseau de 87 L’R des centres de femmes. 

« Nous travaillons pour adapter nos services aux besoins des femmes du Québec, mais les régions urbaines et rurales exigent des stratégies différentes. Notre regroupement est fort de 87 membres dans toutes les régions de la province, mais nos besoins financiers sont complexes. Cet investissement du gouvernement du Canada va nous permettre de croître, d’améliorer la reconnaissance des centres de femmes comme ressources de 1ere ligne en violences, et de poursuivre le travail important de former les femmes à travailler en équipe lorsqu’elles répondent aux besoins des personnes victimes de violence sexuelle ou de violence de leur partenaire intime. » 

Stéphanie Vallée, présidente
L'R des centres de femmes du Québec

PINAY

Titre du projet : De la base au sommet : Renforcement des capacités et renforcement de l’égalité
Montant du financement : 196 740 $ 

PINAY cherche à améliorer sa capacité organisationnelle. Grâce à leur projet, ils renforceront la capacité de service et diversifieront les sources de financement. Le financement accordé pour atteindre ces objectifs favorisera une meilleure gouvernance et permettra à PINAY d’accumuler des ressources tout en évaluant la prestation de services afin d’améliorer la durabilité. Les principales activités comprennent la planification et la mise en œuvre d’un plan stratégique complet, ainsi que la recherche et l’application d’un modèle de financement amélioré qui réduira la dépendance de PINAY à l’égard de sources de financement et de dons erratiques. Le projet devrait améliorer le rayonnement de PINAY auprès de la population féminine immigrante de la ville de Montréal et de sa banlieue. 

PINAY est une organisation de femmes philippines qui a été fondé en 1991 au Québec et qui vise à habiliter et à organiser ses membres, plus particulièrement les domestiques philippines. La majorité de ses membres sont des travailleuses migrantes visées par le Programme des aides familiaux résidants. Depuis deux décennies, PINAY rassemble les travailleuses domestiques et leurs partisans dans la lutte pour les droits fondamentaux et le bien-être.

« Les travailleuses migrantes et les travailleuses domestiques sont souvent victimes de discrimination ou sous-payées et beaucoup estiment qu’elles n’ont pas les mêmes droits que les citoyens ordinaires. Notre objectif est d’aider les femmes qui travaillent comme domestiques à comprendre leurs droits fondamentaux et leur bien-être et à obtenir de l’aide au besoin. Le financement fourni par ce nouveau modèle pluriannuel nous permettra de travailler à notre stratégie de croissance afin de devenir plus durables et d’accroître notre capacité organisationnelle d’expansion et de rayonnement dans les banlieues, un secteur mal desservi par des organismes comme le nôtre. » 

Fiel Salazar, présidente
PINAY, Montréal 

L’envol des Femmes 

Titre du projet : Développer la capacité de collecte de fonds
Montant du financement : 200 462 $ 

L’envol des Femmes veut devenir une organisation plus forte et plus durable, mieux en mesure d’offrir des services diversifiés pour améliorer le bien-être des femmes et les possibilités qui leur sont offertes. Les principales activités qui seront appuyées par ce financement comprendront des séances de formation qui répondront aux besoins de l’organisation. La portée immédiate du projet sera une amélioration de la capacité globale de service et de soutien, mais à mesure que le projet progressera, les résultats seront bénéfiques pour les utilisateurs des services qui voudront peut-être devenir membres du conseil ou du personnel. L’envol des Femmes a l’intention de partager les techniques et les outils de formation élaborés à partir de la mise en œuvre des objectifs du projet avec tout organisme montréalais au service des femmes dans le besoin. 

L’envol des Femmes soutient les mères et offre une variété de soutien et de services dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce de Montréal.  

« Aider les mères à s’aider elles-mêmes ne semble pas être un modèle de service compliqué, mais le besoin de nos services et de notre système de soutien peut facilement submerger notre personnel et nos ressources. Nous desservons certaines des femmes les plus vulnérables de Montréal – des mères monoparentales isolées, à faible revenu, avec des enfants de moins de cinq ans. Ce financement pluriannuel du gouvernement du Canada nous aidera à accroître notre capacité d’aider ces femmes pendant que nous grandissons en toute sécurité et de façon réfléchie – sans perdre de vue la nécessité financière d’administrer les nombreux programmes que nous offrons. » 

Grace Campbell, directrice exécutive
L’envol des Femmes


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :