Document d’information - Le gouvernement du Canada annonce un investissement dans les organismes de femmes au Yukon

Document d'information

Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres — Programme de promotion de la femme 

Le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres fait progresser de plusieurs façons l’égalité entre les femmes et les hommes au Canada, notamment au moyen de son Programme de promotion de la femme, qui finance les projets d’organismes admissibles. Les projets sont sélectionnés au moyen d’appels de propositions portant sur des thèmes précis ou parmi l’arrivage continu de propositions, ce qui donne au Programme la souplesse voulue pour répondre à mesure aux enjeux nouveaux.

Le Programme de promotion de la femme finance des projets qui ciblent les obstacles systémiques à l’égalité dans trois domaines prioritaires, à savoir : l’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles, l’amélioration de la sécurité économique des femmes et des filles, et l’accès des femmes et des filles aux postes de responsabilité et de décision.

Appel de propositions visant le renforcement des capacités :

En octobre 2018, la ministre Monsef a annoncé un appel de propositions visant le Fonds de renforcement des capacités du Programme de promotion de la femme. Les organismes ont été invités à demander du financement pour des projets locaux, provinciaux ou nationaux, les montants disponibles variant selon la portée des projets et les besoins à combler.

Le 8 mars 2019, Journée internationale des femmes, la ministre a annoncé que plus de 250 organismes avaient été choisis pour recevoir des fonds.

L’objectif de cet appel de propositions était de financer des projets devant renforcer les capacités des organismes de femmes et des organismes autochtones au service des femmes qui contribuent à un mouvement des femmes viable au Canada, dans le but de promouvoir l’égalité entre les sexes. Les sommes versées aideront les organismes à croître, à répondre à la demande croissante de services et à continuer de travailler ensemble pour l’égalité. Elles découlent du budget de 2018, dans lequel le gouvernement avait annoncé l’affectation de 100 millions de dollars sur cinq ans pour favoriser la viabilité et la pérennité du mouvement des femmes d’un bout à l’autre du Canada.

Projets au Yukon

L’annonce d’aujourd’hui a mis en relief trois projets financés au Yukon en vertu du Fonds de renforcement des capacités.

Les EssentiElles

Titre du projet : Une gouvernance solide pour un organisme plus solide!

Financement total : 133 680 $

Les EssentiElles offrira à son personnel de la formation sur les communications interpersonnelles et se dotera d’un plan stratégique pour renforcer sa gouvernance, rehausser la capacité de ses membres et améliorer son fonctionnement.

Fondé en 1995, Les EssentiElles est un organisme à but non lucratif qui défend les intérêts des Franco-Yukonnaises.

« Nous avons pris l’engagement de fournir des services essentiels pour les femmes francophones dans le Yukon. Notre capacité à fournir ces services sera renforcée grâce au soutien financier du gouvernement du Canada. Nous pouvons désormais élargir la structure de gestion au cours des prochaines années, ce qui permettra d’assurer un renforcement de la gouvernance et de l’organisation pour les Franco-yukonnaises. »

Jocelyne Isabelle, directrice générale
Les EssentiElles

Centre pour femmes Victoria Faulkner

Titre du projet : VFWCHuman Resources Policies Redevelopment (Refonte des politiques de gestion des ressources humaines du Centre pour femmes Victoria Faulkner)

Financement total : 244 625 $

De concert avec le Collège du Yukon, le Centre embauchera une adjointe ou un adjoint à la recherche pour revoir ses politiques en matière de ressources humaines et sa vision stratégique. Les politiques et stratégies seront revues à la lumière d’une optique décolonialiste, centrée sur les femmes et le Nord. Le résultat sera communiqué à d’autres organismes qui interviennent auprès des femmes. Ainsi, ceux qui veulent imiter le centre et revoir leurs propres politiques pourront s’appuyer sur une étude approfondie des meilleures pratiques.

Le Conseil yukonnais de la condition de la femme a ouvert son premier centre pour femmes à Whitehorse en 1974. L’année suivante, ce centre a déménagé dans l’ancien immeuble de la YWCA pour rouvrir sous le nom Centre pour femmes Victoria Faulkner. Incorporé en 1976, le Centre a son propre conseil d’administration indépendant et sert continuellement la communauté depuis.

« Nous sommes reconnaissantes envers le gouvernement du Canada, qui comprend nos besoins financiers. Grâce à sa nouvelle approche de financement pour les organismes de femmes, nous allons pouvoir franchir une nouvelle étape dans notre prestation de services. Le projet quinquennal que nous avons entrepris améliorera les retombées du soutien offert aux Yukonnaises qui font appel à nos services et comptent sur nous pour offrir une programmation respectueuse de leur culture, dans un cadre inclusif, qui favorise l’égalité de genre. »

Kara Garcia-Rideout, accompagnatrice de maintien en logement
Centre pour femmes Victoria Faulkner

Conseil yukonnais de la condition de la femme

Titre du projet : Increasing the Strength and Capacity of YSWC (Renforcer le Conseil et développer ses capacités)

Financement total : 550 620 $

Le Conseil va rédiger un plan stratégique conçu pour restaurer le partenariat communautaire et régional, de manière à pouvoir pérenniser son travail. Il entreprendra aussi d’améliorer sa santé financière, sa gouvernance, sa gestion des ressources humaines et ses capacités de coopération et de partenariat, ce qui améliorera sa stabilité financière.

Le Conseil joue depuis plus de quarante ans un rôle fédérateur, réunissant les femmes pour que leur action concertée débouche sur des changements. Sa vision : créer un monde où toutes et tous ont des possibilités égales, et où l’accès à la justice n’est plus un frein à l’élimination de la violence genrée.

« Notre capacité de croître dépend des fonds à notre disposition, et les changements que nous travaillons à apporter peuvent demander des années avant d’être pleinement réalisés. L’aide financière du gouvernement fédéral nous permettra de restructurer notre approche en l’alignant avec un tout nouveau plan stratégique pour améliorer la viabilité du Conseil sur plusieurs années et renforcer nos liens partenariaux avec la collectivité. »

Aja Mason, codirectrice
Conseil yukonnais de la condition de la femme

Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres — Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe

Suivant l’annonce d’Il est temps : La stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, en juin 2017, le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres (auparavant Condition féminine Canada) a créé le Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe (ci-après le Programme contre la VFS).

Lancé officiellement en janvier 2018, le Programme contre la VFS fait complément au Programme de promotion de la femme. Il finance des organismes qui interviennent dans le domaine de la VFS. Les fonds leur servent à élaborer et mettre en œuvre des pratiques prometteuses, de nature à combler les lacunes dans le soutien couramment offert aux personnes survivantes et à leur famille.

Bien que la violence touche les Canadiennes et Canadiens de tous âges, cultures, origines ethniques, lieux et horizons socioéconomiques, certains d’entre eux se butent à des obstacles additionnels au moment d’obtenir des services. Le Programme contre la VFS verse des fonds aux organismes admissibles qui souhaitent réaliser un projet local, régional ou national pour remédier aux lacunes dans le soutien offert à des populations qui sont sous-desservies à l’heure actuelle. Ces populations incluent : les femmes autochtones, les personnes de la diversité sexuelle (LGBTQ2), les femmes réfugiées, immigrantes ou en situation irrégulière, les aînées, les femmes des communautés de langue officielle en situation minoritaire, les femmes habitant une collectivité nordique, rurale ou éloignée, de même que les femmes en situation de handicap.

Projets au Yukon

L’annonce d’aujourd’hui a mis en relief deux projets financés au Yukon en vertu du Programme contre la VFS.

Liard Aboriginal Women’s Society (LAWS)

Titre du projet : Following Our Peoples Way: Building a Circle of Dignity and Justice / Gūdené’ K’éh Gūs’ānī : (Dans les pas de nos ancêtres : créer un cercle de dignité et de justice)

Financement total : jusqu’à 1 million de dollars

LAWS est un organisme reconnu pour sa capacité à offrir une programmation innovante dans un cadre complexe, caractérisé par la résistance politique et interculturelle, le racisme, la discrimination fondée sur le genre, la déportation culturelle et des obstacles psychosociaux majeurs, dont les dépendances et la violence latérale. Durant ce projet, LAWS fera l’essai d’un nouveau modèle d’assistance juridique aux femmes et aux filles autochtones qui ont survécu à de la violence fondée sur le sexe. Ce modèle aura un caractère communautaire et sera ancré dans la culture traditionnelle.

LAWS est un organisme autochtone à but non lucratif au service des Kaskas au Yukon et dans le nord de la Colombie-Britannique. Il a été fondé au Yukon en 1998.

« Grâce à ce nouveau projet, les communautés kaskas pourront mieux venir en aide aux survivantes de violence fondée sur le sexe, de sorte qu’elles retrouvent leur dignité et un sentiment de sécurité. Nous remercions le gouvernement du Canada de financer notre projet, qui améliorera l’accès des femmes et des jeunes de la nation kaska à une aide respectueuse de leur culture. »

Ann Maje Raider, directrice générale
Liard Aboriginal Women’s Society

Conseil yukonnais de la condition de la femme

Titre du projet : A Blueprint for Change (Un plan de transformation)

Financement total : jusqu’à 625 000 $

À l’heure actuelle, il n’y a pas de services au Yukon pour les femmes qui veulent sortir de l’industrie du sexe, pas plus que de programmes de prévention ou services pensés pour répondre à leurs besoins. Le Conseil va concevoir et mettre en œuvre des mesures de soutien conçues sur mesure pour les survivantes d’exploitation sexuelle qui veulent sortir de l’industrie du sexe au Yukon; il veillera à ce que ces mesures respectent la culture des intéressées et favorisent leur sécurité.

Le Conseil joue depuis plus de quarante ans un rôle fédérateur, réunissant les femmes pour que leur action concertée débouche sur des changements. Sa vision : créer un monde où toutes et tous ont des possibilités égales, et où l’accès à la justice n’est plus un frein à l’élimination de la violence genrée.

« Le Yukon a un taux très élevé de violence envers les femmes — quatre fois le taux moyen du pays. Il n’y a pas de programme ou politique qui traite spécifiquement de l’industrie du sexe ou de l’exploitation sexuelle, et il est temps de remédier à cette lacune. C’est justement le but de notre projet, et grâce à l’aide financière du gouvernement du Canada, nous avons le financement stable qu’il faut pour le faire. Nous allons veiller à ce que les solutions mises au point tiennent compte de la culture, contribuent à promouvoir les droits et la sécurité des femmes dans l’industrie, et à ce qu’elles les aident dans leur transition vers une nouvelle vie une fois qu’elles sont prêtes à sortir de l’industrie. »

Charlotte Hrenchuk, consultante et ancienne coordonnatrice
et Heidi Marion, codirectrice
Conseil yukonnais de la condition de la femme

Go to Ruwix.com to learn the solution of the Rubik's Cube and other twisty puzzles like Pyraminx, Square-1 etc.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :