Le gouvernement du Canada investit dans des organismes de femmes sur l’île de Vancouver et aux îles Gulf 

Communiqué de presse

Le 21 mai 2019 — Vancouver (Colombie-Britannique) — ministère des Femmes et de l’Égalité des genres

Les organismes de femmes fournissent des services cruciaux à nos collectivités : ils aident les femmes et les filles à atteindre la sécurité financière, à échapper à la violence et à participer pleinement à tous les aspects de notre économie et de notre société. Pourtant, pendant beaucoup trop longtemps, ces organismes ont été sous-financés, sous-estimés et minés. Le gouvernement du Canada reconnaît l’importance vitale des organismes de femmes pour le mouvement féministe, et comprend que le moyen le plus efficace de faire progresser l’égalité des genres, c’est de maintenir et développer la capacité de ces organismes à accomplir leur précieux travail.

Voilà pourquoi Terry Duguid, secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et député de Winnipeg-Sud, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement du Canada va investir jusqu’à 4,2 millions de dollars dans les projets d’organismes de femmes et d’organismes autochtones au service des femmes sur l’île de Vancouver et aux îles Gulf. Il a fait cette annonce au nom de l’honorable Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres.

Les organismes suivants recevront des fonds (on trouvera des témoignages et renseignements additionnels dans le Document d’information ci-joint) :

  • Bridges for Women Society;
  • Haven Society;
  • Nanaimo Women’s Resources Society;
  • North Island Métis Association;
  • SWOVA Community Development and Research Society;
  • Victoria Sexual Assault Centre;
  • Westcoast Community Resources Society.

Les fonds octroyés à ces organismes proviennent des investissements historiques inscrits dans le budget de 2018 pour deux mécanismes de financement distincts : le Fonds de renforcement des capacités, créé pour assurer la viabilité du mouvement des femmes, et le Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe, qui vise à assurer un soutien adéquat aux victimes de violence genrée faisant partie de populations sous-desservies à l’heure actuelle.

Citations

« Avec ces investissements historiques, nous reconnaissons l’apport des femmes et des groupes de femmes qui s’emploient à faire tomber les barrières et nous leur exprimons notre gratitude, sachant les maigres ressources à leur disposition au cours des dernières décennies. Le mouvement des femmes au Canada a réclamé une source de financement fiable, prévisible et accessible pour assurer la durabilité de son travail. Nous l’avons entendu. Notre financement stable et souple aidera ces groupes de l’île de Vancouver et des îles Gulf à croître et perdurer; en effet, nous savons qu’investir dans les organismes de femmes est le moyen le plus efficace de faire progresser l’égalité des genres. En appuyant un mouvement qui a déjà obtenu des résultats remarquables, nous stimulons la croissance de la classe moyenne, nous renforçons les familles et les collectivités, et nous créons des changements durables qui vont profiter à toutes et tous. »

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres

« Grâce à cette nouvelle approche de financement, axée sur la durabilité, des organismes de femmes sur l’île de Vancouver et aux îles Gulf seront en mesure de fournir plus de services aux collectivités qui ont besoin de leur aide. Ces investissements dans la prévention de la violence fondée sur le sexe et la poursuite de l’égalité de genres sont des investissements dans l’avenir, car ils ont le pouvoir de transformer la société canadienne et l’économie du pays d’une manière qui profitera à l’ensemble des citoyennes et citoyens. »

Terry Duguid
Secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres
Député de Winnipeg-Sud

Faits en bref

  • Le budget de 2018 prévoyait des investissements de 100 millions de dollars sur cinq ans pour favoriser la viabilité et la pérennité du mouvement des femmes au Canada. Dans la foulée de ces investissements historiques, le budget de 2019 a annoncé l’octroi de fonds supplémentaires au Programme de promotion de la femme du ministère : 160 millions de dollars sur une période de cinq ans, à compter de 2019-2020. Le programme verse du financement à des organismes admissibles pour leur permettre de réaliser des projets qui visent à aplanir les obstacles systémiques à l’égalité entre les sexes, et ces fonds supplémentaires porteront son budget annuel à 100 millions de dollars en 2023-2024. 

  • Ce financement permettra aux organismes de femmes et aux organismes autochtones au service des femmes de prendre des mesures pour aplanir les obstacles systémiques qui nuisent au progrès des femmes; cela, tout en tenant compte des variations dans la manière dont l’identité de genre et les inégalités sont vécues au pays. 

  • À ce jour, le gouvernement du Canada a investi plus de 200 millions de dollars pour prévenir la violence fondée sur le sexe, soutenir les personnes survivantes et leur famille, de même que pour créer des systèmes juridiques et judiciaires mieux adaptés.

  • La violence fondée sur le sexe peut avoir des répercussions permanentes sur la santé physique, mentale, sexuelle et génésique des victimes. Non seulement ces répercussions sont-elles graves, mais elles ont aussi un coût élevé pour l’économie. On estime le coût des agressions sexuelles et de la violence entre partenaires intimes à plus de 12 milliards de dollars par année au Canada.

  • Du 3 au 6 juin 2019, le Canada sera l’hôte de la conférence internationale Women Deliver 2019. Cette édition de la conférence aura lieu à Vancouver, en Colombie-Britannique. Tenue tous les trois ans, Women Deliver est la plus grande conférence internationale sur l’égalité de genre en santé et sur les droits et le bien-être des femmes et des filles. 

  • Women Deliver s’inscrit dans un mouvement international pour une égalité ouverte sur la diversité, faisant une large place aux voies marginalisées, dont celles des Autochtones, de la jeunesse et des populations de régions en crise ou en conflit. Environ 7 000 personnes — sommités internationales, influenceuses, revendicateurs, universitaires, militantes, jeunes et journalistes — venues de plus de 160 pays différents y participeront. On s’attend en outre à ce que la conférence soit suivie en ligne par quelque 100 000 personnes additionnelles.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Braeson Holland
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres
343-549-8825

Valérie Haché
Conseillère principale en communications 
Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres
819-420-8684


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :