Le gouvernement du Canada annonce un investissement qui contribuera à améliorer la sécurité économique des femmes à l’Île-du-Prince-Édouard

Communiqué de presse

Le 4 septembre 2019 – Summerside, Île-du-Prince-Édouard – Femmes et Égalité des genres Canada

Le gouvernement du Canada est résolu à faire progresser l’égalité des genres et reconnaît que la création d’un nombre plus important de possibilités qui permettront aux femmes de s’affirmer peut jouer un rôle important dans la promotion de l’autonomisation des femmes dans tous les secteurs de la vie au Canada. En investissant dans des projets qui améliorent la sécurité économique des femmes, nous aidons à faire en sorte que les femmes, les familles et les collectivités puissent prospérer, ce qui signifie une économie plus forte pour toute la population canadienne. 

Aujourd’hui, Bobby Morrissey, député d’Egmont, a annoncé, au nom de l’honorable Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, que le gouvernement fédéral investira 242 393 $ dans la Mi’kmaq Confederacy of PEI pour aider à améliorer la sécurité économique des femmes.

La Mi’kmaq Confederacy of PEI collaborera avec des partenaires du secteur privé pour améliorer les possibilités de carrière des femmes et des filles autochtones et de créer un cheminement leur permettant de siéger aux conseils et aux programmes d’organismes communautaires et de développement économique de la province.

La Mi’kmaq Confederacy of PEI est l’un des quelque 45 projets approuvés dans le cadre des deux appels de propositions du Programme de promotion de la femme intitulés Promouvoir la sécurité économique des femmes et Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones. Ces projets prendront appui sur les efforts déployés actuellement en vue d’étayer l’autonomisation économique des femmes et de faire progresser l’égalité des sexes pour l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens.

Citations

« Ces projets sont si importants : ils créent les bonnes conditions pour que les femmes puissent s’épanouir dans leur carrière – et dans leur vie. En finançant des organismes comme la Mi’kmaq Confederacy of PEI qui œuvrent pour éliminer les obstacles qui empêchent les femmes de progresser, nous veillons à ce que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens aient une chance réelle et équitable de réussir, peu importe leur genre. Notre gouvernement sait que lorsque nous investissons dans les femmes, nous renforçons l’économie pour tout le monde. »  

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres

« Nous avons besoin d’initiatives proactives et durables qui autonomisent les femmes autochtones et les aident à réaliser leurs aspirations professionnelles. La Mi’kmaq Confederacy of PEI fait un travail important pour améliorer la sécurité économique des femmes autochtones de l’Île-du-Prince-Édouard en veillant à ce que celles-ci soient embauchées, promues et aient la possibilité de devenir des cheffes de file. Les voix autochtones doivent être entendues et avoir un impact continu au sein de nos industries et de nos communautés. »

Bobby Morrissey
Député d’Egmont

« L’appui du gouvernement du Canada nous aidera à élaborer un modèle pratique et durable qui favorisera un avenir productif pour les femmes et les filles autochtones dans le développement économique. Pour y parvenir, il faudra beaucoup d’investissements et une collaboration avec les organismes locaux. Notre objectif consiste à tracer une voie efficace vers la réussite professionnelle des femmes et des filles autochtones de l’Île-du-Prince-Édouard, tout en inspirant des initiatives semblables dans tout le Canada atlantique. »

Kindra Bernard, coordinatrice de projet
Mi’kmaq Confederacy of PEI

Faits en bref

  • La McKinsey Global Institute estime que l’adoption de mesures pour favoriser l’avancement de l’égalité des genres – comme augmenter la participation des femmes au marché du travail et leur assurer une meilleure représentation dans le secteur des technologies – enrichirait le PIB du Canada de 150 milliards de dollars d’ici 2026.

  •  Les femmes sont toujours touchées de façon disproportionnée par l’insécurité économique. La comparaison des salaires horaires médians des femmes et des hommes de 15 ans et plus et du travail à temps plein au Canada en 2018 permet de constater que les femmes gagnaient seulement 88 cents pour chaque dollar gagné par les hommes. Les femmes en âge de travailler (25 à 54 ans) sont également beaucoup plus susceptibles de travailler à temps partiel, représentant 75 % de tous les travailleurs à temps partiel dans cette tranche d’âge en 2018. Un peu plus du quart (27 %) des femmes en âge de travailler à temps partiel ont déclaré que les responsabilités liées à la garde d’enfants expliquaient pourquoi elles travaillaient à temps partiel en 2018.

  • La sécurité économique se compose de la sécurité sociale de base, définie par l’accès aux besoins fondamentaux comme la santé, l’éducation et le logement.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Braeson Holland
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres
343-549-8825

Valérie Haché
Agente principale des communications
Femmes et de l’Égalité des genres Canada
819-420-8684


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :