Document d'information - Le gouvernement du Canada annonce un investissement dans des organismes de femmes au Québec

Document d'information

Femmes et Égalité des genres Canada — Programme de promotion de la femme

Femmes et Égalité des genres Canada s’emploie à promouvoir l’égalité des sexes et, pour ce faire, le Ministère intervient dans trois axes prioritaires : augmenter la sécurité et la prospérité économiques des femmes; encourager la participation des femmes à la vie démocratique et au pouvoir et, enfin, mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Femmes et Égalité des genres Canada joue également un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) à l’échelle du gouvernement.

L’une des méthodes qu’emploie Femmes et Égalité des genres Canada pour promouvoir l’égalité des genres au Canada est d’accorder des fonds à des organismes admissibles dans le cadre du Programme de promotion de la femme. Les projets sont sélectionnés au moyen d’appels de propositions portant sur des thèmes précis, ainsi que d’un processus d’admission continu qui permet au Programme de promotion de la femme d’aborder les nouveaux enjeux à mesure qu’ils surviennent.

Le Programme de promotion de la femme finance des projets qui visent à éliminer les obstacles systémiques à l’égalité des femmes dans trois axes prioritaires : mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles, améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes et des filles et favoriser leur accès à des rôles de chef de file.

Appel de propositions visant le renforcement des capacités

En octobre 2018, la ministre Monsef a annoncé le lancement d’un appel de propositions dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités du Programme de promotion de la femme. Les projets à l’échelle locale, provinciale, territoriale et nationale étaient admissibles à différents montants de financement, selon leur portée et leurs besoins internes particuliers.

Le 8 mars 2019, lors de la Journée internationale de la femme, la ministre Monsef a annoncé que plus de 250 organismes de femmes de tout le pays recevraient un financement du Fonds de renforcement des capacités.

L’objectif est de financer des propositions qui renforceront la capacité des organismes de femmes et des organismes autochtones admissibles qui travaillent à promouvoir l’égalité des femmes, dont les initiatives contribuent à la présence au Canada d’un mouvement de femmes viable qui favorise l’égalité des genres. Le financement permettra d’accroître la capacité organisationnelle et aidera les organismes à travailler en concertation afin de régler des questions qui touchent l’égalité des genres. Ce financement offre aux organismes la marge de manœuvre nécessaire pour présenter une demande de financement afin de répondre à leurs besoins particuliers en matière de capacité. Le financement résulte de l’annonce, dans le budget de 2018, d’un financement de 100 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir un mouvement de femmes viable et durable partout au Canada.

Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe de Femmes et Égalité des genres Canada

À la suite de l’annonce de juin 2017 de Il est temps : La Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, Femmes et Égalité des genres Canada (anciennement Condition féminine Canada) a lancé le Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe en janvier 2018.

Le Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe complète le Programme de promotion de la femme du Ministère et aide les organismes qui œuvrent dans le secteur de la lutte contre la violence fondée sur le sexe à élaborer et à adopter des pratiques prometteuses pour combler le manque de soutien aux personnes survivantes et à leur famille.

Bien que la violence touche des personnes de tous les genres, âges, cultures, ethnies, lieux géographiques et milieux socioéconomiques, certaines populations sont plus à risque et font face à des obstacles supplémentaires pour accéder aux services. Le Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe répond à ce besoin en versant des fonds aux organismes admissibles à l’échelle locale, régionale et nationale pour des projets qui comblent les lacunes dans le soutien de groupes précis de personnes survivantes, y compris les femmes autochtones et d’autres populations mal desservies, comme les enfants et les jeunes, les communautés LGBTQ2, les femmes sans statut, réfugiées ou immigrantes, les personnes âgées, les femmes vivant dans des communautés de langue officielle en situation minoritaire, les femmes vivant dans des communautés nordiques, rurales et éloignées, et les femmes en situation de handicap.

Appel de concepts : Pratiques prometteuses pour aider les personnes survivantes et leur famille

En janvier 2018, la ministre Monsef a annoncé un financement de 20 millions de dollars pour un appel de concepts dans le cadre du nouveau Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe. À la suite du dépôt du budget de 2018, le financement du Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe a plus que doublé, ce qui signifie qu’un plus grand nombre d’organismes, comme les centres d’aide aux victimes d’agressions sexuelles, sont en mesure de mieux aider les groupes de population qui sont les plus à risque d’être victimes de violence. Le Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe repose sur une approche de soutien aux organismes communautaires novatrice, qui met l’accent sur :

  • une période de financement plus longue pouvant aller jusqu’à cinq ans;
  • un processus de demande en deux étapes, qui a réduit le fardeau administratif pour les organismes demandeurs; moins de renseignements à fournir dans la phase conceptuelle initiale, ce qui représente une simplification du processus de demande pour les organismes;
  • l’élargissement du bassin de bénéficiaires admissibles pour inclure les groupes d’ouvriers et les syndicats; les provinces, les territoires, les municipalités et leurs organismes; les organismes et instituts de recherche, les centres d’expertise, les établissements d’enseignement (p. ex. universités, collèges, cégeps, écoles secondaires, commissions scolaires ou districts scolaires), ainsi que les établissements de santé, les hôpitaux et les prestataires de services de soins de santé;
  • l’essai et l’évaluation de pratiques prometteuses, ce qui se traduira par des répercussions et des résultats clairs pour la population canadienne.

Projets au Québec

L’annonce d’aujourd’hui fait état de :

CLES – Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle

Titre du projet : CLES en Main
Montant du financement : 450 000 $ dans le cadre du processus de demande en continu du Programme de promotion de la femme

Ce projet de 35 mois vise à renforcer la capacité organisationnelle de l’organisme afin de lui permettre de continuer à promouvoir des changements sociaux et systémiques en faveur de l’égalité des genres. La capacité organisationnelle sera renforcée en particulier dans les domaines de la gestion des ressources humaines, de la planification stratégique, du développement de partenariats, de la collaboration et du réseautage et de la diversification des sources de financement.

Mise sur pied en 2005, la CLES regroupe 50 groupes membres, plus de 150 membres individuelles et de nombreuses personnes sympathisantes qui croient qu’un monde sans prostitution est possible. Le travail de l’organisme comprend trois principaux volets : les services aux femmes qui ont un vécu en lien avec l’industrie du sexe et leurs proches, la sensibilisation et la formation, ainsi que l’action politique.

Info-Femmes inc.

Titre du projet : Diversification des sources de financement
Montant du financement : 149 584 $ dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités.

Ce projet de 36 mois vise à renforcer la  capacité organisationnelle de l’organisme afin de lui permettre de continuer à promouvoir des changements sociaux et systémiques en faveur de l’égalité des genres. Info-Femmes augmentera ses capacités principalement par une meilleure planification stratégique, le développement de partenariats, la collaboration et le réseautage ainsi que l’élaboration d’une stratégie de défense des droits.

L’organisme Info-Femmes a pour mission de briser l’isolement des femmes en leur offrant un lieu conçu par des femmes et pour des femmes où elles peuvent tisser des liens, partager leurs difficultés et mettre en commun leurs expériences et solutions. Elles peuvent aussi bénéficier d’outils, comme des cours, des ateliers et des conférences, pouvant les aider si nécessaire à reprendre le contrôle sur leur situation.

AFEAS – Association féminine d’éducation et d’action sociale

Titre du projet : Femmes solidaires dans le renouveau
Montant du financement : 749 999 $ dans le cadre du Fonds de renforcement

Ce projet de 60 mois vise à renforcer la capacité organisationnelle de l’organisme afin de lui permettre de continuer à promouvoir des changements sociaux et systémiques en faveur de l’égalité des genres. Les capacité organisationnelle de l’organisme sera renforcée dans les domaines de la gestion des ressources humaines, de la gouvernance du conseil d’administration, de la planification stratégique et de la planification de la succession, du développement de partenariats, de la collaboration et de la mise en réseau, de l’élaboration d’une stratégie de défense des droits, ainsi que de la mise en œuvre de la gestion axée sur les résultats. Une capacité organisationnelle renforcée permettra à l’AFEAS de maintenir une organisation stable, capable de renouveler ses membres et d’augmenter leur nombre, ainsi que de recruter de nouveaux employés afin de poursuivre son mandat, qui est de faire progresser le rôle des femmes dans la société.

Née en 1966, l’AFEAS défend les intérêts des femmes québécoises et canadiennes auprès de diverses instances, comme les gouvernements, les conseils municipaux, les institutions publiques et parapubliques. L’organisme permet à ses milliers de membres à travers le Québec de porter leurs voix à la défense de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes

Titre du projet : La violence basée sur le sexe vécue en contexte prémigratoire : les impacts sur le parcours et l’adaptation des femmes immigrées et réfugiées installées au Québec
Montant du financement : 709 000 $ dans le cadre du Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe.

La Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI) documentera l’impact des traumatismes prémigratoires sur les femmes réfugiées et immigrantes pendant leur intégration et leur installation au Canada. Cela permettra aux parties prenantes de mieux répondre à leurs besoins en cernant les facteurs de risque et en réagissant plus efficacement pour réduire la revictimisation au Canada.

Créée en 1979, la TCRI est un regroupement d’une centaine d’organismes œuvrant auprès des personnes réfugiées, immigrantes et sans statut. Sa mission vise la défense des droits et la protection des personnes réfugiées et immigrantes au Québec dans leur parcours d’immigration, d’établissement et d’intégration en matière de services, d’aide, de soutien, de réflexion critique et de solidarité sur le territoire du Québec.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :