Renouveler la fonction publique : Au-delà de 2020

Passer la table des matières
Logo d’Au-delà de 2020

Les Canadiens comptent sur leur fonction publique pour le professionnalisme, la prévisibilité et la stabilité. En même temps, afin de répondre aux besoins changeants des Canadiens, nous devons continuer à apprendre et à nous renouveler en examinant en profondeur notre façon de travailler.

Il est particulièrement urgent d’aller de l’avant dans le renouvellement de notre fonction publique, compte tenu de la période dynamique dans laquelle nous vivons. Étant donné l’évolution des technologies, de la circulation mondiale de l’information et des profondes différences dans les attentes et les méthodes de travail des générations, il ne suffit pas de lancer de nouveaux programmes et de nouvelles initiatives. Nous devons changer notre façon de voir notre travail, soit nos mentalités, ainsi que notre façon de travailler ensemble et avec les Canadiens, soit nos comportements.

C’est sur quoi porte Au-delà de 2020. Il s’agit de notre façon de travailler. Il s’agit de savoir comment nos actions quotidiennes peuvent changer les choses. Il ne s’agit pas d’adopter des méthodes de 1995 dans un appareil de 2019. Il s’agit d’évaluer comment nous abordons les problèmes. Prenons-nous des risques en essayant différentes façons de faire les choses? Cherchons-nous des perspectives différentes et sommes-nous aussi inclusifs que possible? Sommes-nous constamment en train d’apprendre et de grandir?

Ces questions portent sur nos mentalités et nos comportements. Et ce ne sont là que quelques-unes des questions que nous devrions nous poser pour devenir plus agiles, plus inclusifs et mieux outillés. Comme nous l’illustrons dans les sections qui suivent, nous sommes déjà en train d’apporter des améliorations dans ces domaines clés.

Nous mesurerons et suivrons les progrès au fur et à mesure. Les résultats du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux serviront de principal outil pour analyser nos progrès dans l’ensemble de la fonction publique et dans chaque organisation.

Le succès dépend de la mobilisation de l’expertise, des connaissances et de la passion de tous les fonctionnaires. D’un océan à l’autre, les fonctionnaires sont encouragés à travailler ensemble et à tirer parti des collectivités horizontales qui touchent l’ensemble du gouvernement (comme la Communauté nationale des gestionnaires et le Réseau des jeunes fonctionnaires fédéraux).


Agile

Une fonction publique agile doit faire preuve de courage en assumant de nouveaux rôles et en s’attaquant aux obstacles qui nous empêchent de réagir rapidement aux nouveaux défis.

L’agilité peut nous mettre mal à l’aise parce qu’elle nous oblige parfois à repousser les limites. Mais nous renforçons cette capacité en acceptant l’incertitude et en apprenant par l’expérimentation. Les fonctionnaires devraient sentir qu’ils peuvent remettre en question le statu quo et explorer de nouvelles façons d’élaborer des solutions.

Penser différemment à notre façon de travailler

L’agilité témoigne de la façon dont nous gérons, mobilisons et habilitons les fonctionnaires. En expérimentant des modèles de main-d’œuvre, les employés mettent à profit leurs compétences et leurs talents particuliers où et quand ils sont requis, en se concentrant moins sur leur emplacement physique.



S’inspirant d’initiatives axées sur la mobilité, comme les Agents libres du Canada et les micromissions , le programme Fellowship, parrainé par l’Unité de l’impact et de l’innovation du Bureau du Conseil privé, nous permet d’expérimenter des façons d’amener de nouvelles compétences importantes. Les principaux domaines de spécialisation actuels sont : la compréhension du comportement, la finance innovatrice, la mesure de l’impact, les prix liés à des défis et la science des données.

 

Nous comprenons que la capacité des fonctionnaires d’être plus mobiles dépend fondamentalement d’une compréhension réelle de notre effectif. L’équipe des renseignements d’affaires des Ressources humaines (RH) de Statistique Canada a élaboré un certain nombre d’outils interactifs qui permettent aux gestionnaires d’utiliser les données sur les RH pour prendre des décisions fondées sur des données probantes. L’un des outils est un tableau de bord à multiples facettes grâce auquel les utilisateurs peuvent consulter de façon interactive les résultats du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 2017. Cet outil, le premier sur le nouveau nuage d’innovation de Statistique Canada, a été consulté 20 000 fois par mois en moyenne depuis son lancement en avril 2018. Il a reçu une mention honorable dans la catégorie de la meilleure utilisation des analyses des personnes dans le cadre des prix nationaux en ressources humaines de 2018.

 

Le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada et Services publics et Approvisionnement Canada ont lancé un processus d’approvisionnement agile pour l’achat de biens et services numériques. Dans le cadre du processus d’appel d’offres traditionnel, nous fournissons souvent aux entreprises une description détaillée de la solution que nous voulons qu’elles fournissent. En revanche, le nouveau processus d’approvisionnement agile est caractérisé par un « approvisionnement basé sur les défis », où nous présentons un problème aux entreprises et les invitons à le résoudre. Il s’agit d’une approche novatrice et prometteuse pour les marchés publics.

 

Trois personnes assises sur un banc, en train de regarder un mur couvert de photos de fonctionnaires

Expérimentation

Être agile nous oblige à expérimenter et à essayer de nouvelles choses. Nous savons que nous n’avons pas toutes les réponses ou que nous n’avons pas la capacité de tout résoudre nous-mêmes.

Dans le cadre de l’initiative Impact Canada, divers ministères recourent à des prix pour attirer une expertise et des idées élargies et diversifiées, et accélérer la mise en place d’approches axées sur les résultats dans l’ensemble du gouvernement. Par exemple :

 

Concasseur de roche
Le défi À tout casser invite les Canadiens à proposer des solutions technologiques propres pour révolutionner la façon d’utiliser l’énergie dans les procédés de concassage et de broyage de roches de l’industrie minière, tel que ce broyeur souterrain qui pulvérise le minerai.

Nous travaillons également avec les organisations suivantes :

On m’encourage à innover ou à prendre des initiatives au travail. 66 %. Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 2018

À l’interne, le Secrétariat du Conseil du Trésor héberge un portail de l’expérimentation sur GCpédia (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada). On y présente des études de cas et d’autres outils, des événements et des ressources pour aider les fonctionnaires dans leur parcours expérimental.

Les employés de Services aux Autochtones Canada et du ministère des Finances Canada ont donné un exemple intéressant d’entrepreneuriat novateur. En travaillant ensemble, ils ont rapidement mobilisé des personnes aux antécédents variés dans les domaines du financement de projets et des activités commerciales, des projets énergétiques, des questions autochtones et des opérations gouvernementales, pour concrétiser le projet de raccordement au réseau dans le Nord de l’Ontario (en anglais seulement). Le projet est dirigé par Wataynikaneyap Power, un partenariat entre la société de services publics Fortis Inc. et 24 collectivités des Premières Nations qui en sont les propriétaires majoritaires. Il s’agit du plus important projet d’infrastructure énergétique dirigé par des Autochtones et appartenant à des Autochtones au Canada. Le projet reliera 16 collectivités éloignées des Premières Nations au réseau électrique provincial. La première communauté, la Première Nation de Pikangikum, a été branchée au réseau en décembre 2018.

 

Margaret Kenequanash

« Ce projet redéfinira les relations et la façon dont il faut mener les affaires avec les Premières Nations, et il créera une équité durable pour l’ensemble des Premières Nations. Les collectivités pourront ainsi participer utilement à la prospérité économique du pays. Nous tenons à remercier les deux ordres de gouvernement qui ont appuyé notre vision, c’est-à-dire posséder une infrastructure d’envergure sur nos territoires. Nous devons maintenant mettre en place la ligne qui apportera l’électricité dans les collectivités. C’est une époque passionnante! »

- Margaret Kenequanash
Présidente-directrice générale
Wataynikaneyap Power LP

Des actions et des décisions apparemment mineures peuvent donner lieu à des améliorations majeures

  • Diversification de l’économie de l’Ouest Canada expérimente le cotravail. L’organisation partage l’espace de travail avec les intervenants de la collectivité. En apprenant aux côtés de personnes qui font un travail différent du nôtre, nous pouvons favoriser l’innovation tant dans la collectivité que dans le secteur public.
  • Daniel Gray et Caroline Simard ont dirigé une petite équipe à la Direction générale de la gestion intégrée de l’Agence canadienne d’inspection des aliments pour mettre au point un nouveau système électronique efficace « de la facture au paiement » qui permet d’économiser de l’argent et de libérer des ressources afin qu’elles se concentrent sur des secteurs prioritaires.
    Caroline Simard et Daniel Gray
  • Expérimentation à l’œuvre, une initiative pangouvernementale dirigée par le Secrétariat du Conseil du Trésor, vise à renforcer les capacités des fonctionnaires en matière d’expérimentation et de pratique. Elle repose sur un modèle d’apprentissage par la pratique qui présente les expériences à petite échelle des ministères, du début à la fin, de façon ouverte par défaut. Vous voulez en savoir plus? Le projet fait l’objet d’un suivi ouvert sur Trello.
 

Système de paye Phénix

Voici la troisième année que nous traitons du système de paye Phénix dans ce rapport. Nous continuons d’entendre, tous les jours, des fonctionnaires nous parler de leurs problèmes de paye. Le message est clair : les problèmes du système demeurent généralisés et persistants. Même si nous continuons de réduire notre arriéré de cas, nous sommes encore loin de régler nos problèmes de rémunération.

Cependant, nous avons fait des progrès. Le Bulletin sur la paye renseigne les employés sur la rémunération dans la fonction publique, y compris sur les progrès réalisés pour éliminer l’arriéré des opérations de paye. Les employés du Centre de paye de la fonction publique de Miramichi (Nouveau-Brunswick) et de partout au pays continuent de travailler avec acharnement pour résoudre les problèmes de rémunération en suspens et rester à l’affût des nouveaux problèmes.

En l’espace de douze mois, l’arriéré des dossiers en attente a été réduit de plus de 20 %. Nous avons augmenté le nombre d’employés qui s’occupent des opérations de paye afin d’alléger certaines pressions et nous avons mis en place les équipes mixtes de paye – des équipes de rémunération attitrées pour les ministères et les organismes — afin de simplifier le processus de résolution des problèmes de paye pour les employés. Nous sommes reconnaissants à ces fonctionnaires de leurs efforts.

Christine Bransfield

« Une journée réussie en matière de rémunération, c’est lorsque nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que nos clients soient payés correctement. Lorsque les comptes sont rapprochés et que la paye est exacte, nous savons que le client sera satisfait et qu’il pourra se concentrer sur ses tâches quotidiennes sans se soucier de sa paye. »

- Christine Bransfield, chef d’équipe par intérim, Centre de paye de la fonction publique


Système de paye
Version texte - Système de paye

Rectangle formé d’une bordure verte et d’une bande verte dans le haut.

À l’intérieur de la bande, il est écrit Système de paye.

Le rectangle contient les images et les mots ci-dessous :

  • Un cercle vert à l’intérieur duquel il est écrit 70 %. Une flèche pointant vers le haut à l’intérieur de laquelle il est écrit 1. Votre paye ou rémunération a-t-elle été touché par les probèmes du système de paye Phénix?
  • Un cercle vert à l’intérieur duquel il est écrit 32 %. Une flèche pointant vers le bas à l’intérieur de laquelle il est écrit 2. Les problèmes liés à la paye ou à d’autres aspects de la rémunération vous causent-ils du stress au travail?
  • Un cercle vert à l’intérieur duquel il est écrit 36 %. Une flèche pointant vers le gauche à l’intérieur de laquelle il est écrit 0. Satisfaction envers le ministère ou l’organisme pour ce qui est de régler les problèmes de paye ou de rémunération.

Comparaisons par rapport au SAFF de 2017. Les flèches indiquent la direction du changement, et les nombres représentent la différence en points de pourcentage.

Nous continuons de travailler à la prochaine génération du système de paye et de ressources humaines de la fonction publique et nous reconnaissons la nécessité de régler les problèmes le plus rapidement possible. Cependant, nous apprenons aussi de nos erreurs et prenons le temps d’effectuer des consultations à grande échelle dans le but de :

  • mieux comprendre les aspects complexes de nos besoins en matière de paye et de ressources humaines;
  • mettre au point des solutions utilisables et concrètes pour répondre le mieux possible aux besoins de nos effectifs.

Les échecs de Phénix sont frustrants et très éprouvants, mais la résilience et l’agilité avec lesquelles les fonctionnaires y ont réagi sont encourageantes. La remise en état du système de paye demeure une priorité.

Inclusive

Je crois que mon ministère ou organisme respecte les différences individuelles (p. ex., la culture, les méthodes de travail, les idées). 78%. Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 2018

Bien que la diversité du Canada soit un fait, l’inclusion est un acte de volonté. Il peut s’agir simplement de la façon dont nous organisons les réunions ou sollicitons des opinions dans l’ensemble des équipes et des ministères, et ce à tous les niveaux, et des nombreux secteurs à l’extérieur de la fonction publique. Personne n’a le monopole des bonnes idées.

« Faites vous entendre. Participez. Apportez des changements à votre organisation. Si aucun dialogue n’est en cours en ce moment, penchez-vous sur comment vous pourriez en amorcer un. Le bon moment, c’est maintenant. »

– Caroline Curran, Bureau du dirigeant principal des ressources humaines

Empathie et compassion

Ann-Marie Jenkins et Mallory Chafe dans le Nord du Labrador
« Nous avons pu voir des sourires. Un monsieur nous a dit que nous venions de rendre sa vie beaucoup plus heureuse. »

En octobre 2018, Ann-Marie Jenkins et Mallory Chafe (toutes deux agentes de liaison de l’Agence du revenu du Canada) se sont rendues dans quatre collectivités inuites et innues du Nord du Labrador pour discuter d’avantages fiscaux et de crédits d’impôt. Ces discussions en personne ont permis à Ann-Marie et à Mallory d’intervenir ouvertement auprès des membres de la communauté et d’aider les gens à produire leurs déclarations. De fait, certains ont pu produire leur déclaration sur-le-champ! Ces agentes ont trouvé le voyage très enrichissant.

 

Milieux de travail sains

Nous devons faire preuve de leadership à tous les niveaux pour faire progresser l’inclusion dans la fonction publique. Nous avons vu des efforts déployés à la base, comme ceux du Bureau des conférenciers fédéraux sur les milieux de travail sains (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada), et à plus grande échelle, comme ceux des groupes horizontaux composés de fonctionnaires provenant des quatre coins du pays, pour amorcer des conversations sur des questions importantes, par exemple rendre le milieu de travail plus inclusif.

Mon ministère ou organisme fait un bon travail de sensibilisation à la santé mentale en milieu de travail. 71%. Sondage auprès des fonctionnaires

Tirant parti d’un bon nombre de ces efforts, le rapport Milieux de travail sains : Entamer un dialogue et prendre des mesures pour lutter contre le harcèlement dans la fonction publique s’appuie sur la rétroaction des employés pour déterminer les mesures à prendre pour mieux les soutenir. Des mesures précoces sont en cours, dont les suivantes :

  • des ministères et organismes ont commencé à offrir des services d’ombudsman aux employés;
  • le harcèlement est maintenant à l’ordre du jour de chaque réunion entre la direction et les syndicats de la fonction publique;
  • de nombreuses séances de mobilisation et de formation ont eu lieu, y compris la discussion de la Garde côtière canadienne sur l’expérience des femmes en mer dans les environnements opérationnels.


Les fonctionnaires profitent d’une série de cours améliorés de l’École de la fonction publique du Canada sur la prévention du harcèlement. De plus, le Secrétariat du Conseil du Trésor mettra sur pied, au printemps 2019, le Centre du mieux‑être, de la diversité et de l’inclusion de la fonction publique. Le Centre appuiera les ministères et organismes qui s’efforcent de régler les problèmes de harcèlement et qui contribuent à créer des milieux de travail sûrs, sains, diversifiés et inclusifs.

Un chien dont les yeux sont cachés par une bande noire
Tous les jours, les employés du Service canadien du renseignement de sécurité traitent des questions liées à la sécurité nationale — et il se trouve aussi qu’ils aiment les chiens! Voici un visiteur dont les yeux ont été noircis pour s’assurer que son identité demeure secrète.

Il existe de nombreuses façons de rendre nos espaces de travail plus sains. Et, comme c’est souvent le cas, faire preuve d’un peu de créativité peut mener loin. À titre d’exemple, les bureaux du Service canadien du renseignement de sécurité au Québec ont mis en place un horaire permettant aux employés d’amener leurs meilleurs amis — leurs chiens — au travail. L’équipe a constaté que le fait d’amener des animaux de compagnie au travail a amélioré le rendement, réduit le stress et favorisé des interactions sociales positives. Dans l’ensemble, c’est un tel succès que le bureau de Toronto a emboîté le pas! Voilà qui n’est pas négligeable.

 

En mai 2018, Santé Canada a mis sur pied le Centre de services de mieux‑être en milieu de travail. Son but est de simplifier l’accès aux services qui répondent aux besoins des employés quant à l’obligation de l’employeur de prendre des mesures d’adaptation pour les personnes handicapées, à la gestion de l’invalidité et à la déclaration d’incidents et d’accidents liés à la santé et à la sécurité au travail. Le Centre offre aux employés un point de contact unique pour coordonner les demandes de service en matière de ressources humaines, de gestion de l’information, de technologie de l’information et de sécurité.

 


Logo de l’ACS+

Nous avons tous de multiples facteurs identitaires qui se recoupent pour faire de nous qui nous sommes. C’est pourquoi les fonctionnaires utilisent l’Analyse comparative entre les sexes Plus (ACS+) pour évaluer les effets que les politiques, les programmes et les initiatives ont sur divers groupes de femmes, d’hommes et de personnes non binaires. Le « plus » de l’ACS+ va au‑delà des différences biologiques (sexe) et socioculturelles (genre). Il tient compte de nombreux autres facteurs identitaires, comme l’origine ethnique, l’origine ou l’identité autochtone, l’orientation sexuelle, l’âge, le lieu de résidence et le fait de vivre avec un handicap. Le cours en ligne sur l’ACS+ du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres vise à donner aux fonctionnaires les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour appliquer l’analyse comparative entre les sexes lorsqu’ils élaborent des politiques et des programmes.

 

Une diversité de perspectives

Un bon exemple d’effort visant à faire entendre diverses voix à la table de discussion est celui du Groupe de travail des sous‑ministres sur l’innovation dans le secteur public, qui compte parmi ses rangs des membres GC entrepreneurs (accessible uniquement sur le réseau du gouvernement du Canada) à mi-carrière. Ces membres apportent de nouvelles perspectives à la discussion et peuvent perfectionner leurs compétences en matière de leadership.

Logo du Carrefour de la croissance propre

Les équipes ou les ministères ne peuvent pas à eux seuls relever tous les défis. Le Carrefour de la croissance propre, lancé en janvier 2018, est un exemple de centre pangouvernemental de collaboration. Il regroupe 16 ministères et organismes fédéraux en vue d’aider les entreprises et les projets à :

  • manœuvrer dans les programmes et services de technologies propres;
  • échanger de l’information et promouvoir la coordination entre les programmes;
  • améliorer le suivi et les résultats des technologies propres pour les Canadiens.

Au cours de sa première année d’activité, le Carrefour a servi plus de 800 clients.

 

Mackenzie Larwill

« Il est extrêmement intéressant de travailler avec des personnes de cultures et d’intérêts ministériels variés et différents ainsi que de voir les effets qu’un but commun peut avoir. Je suis des plus fiers d’aider à établir ces relations et de continuer à les entretenir pour accroître la collaboration interministérielle en vue d’améliorer les résultats des technologies propres. »

– Mackenzie Larwill, analyste principal
Ressources naturelles Canada

Dans mon unité de travail, chaque personne est acceptée comme membre à part entière de l’équipe. 72%. Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 2018

Nous continuons d’œuvrer à la création d’un milieu de travail où les Autochtones qui font carrière dans la fonction publique, ou qui souhaitent le faire, sont soutenus et pleinement inclus dans tous les aspects de la vie de fonctionnaire. Par la voie du Groupe de travail des sous‑ministres sur la réconciliation, des outils ont été élaborés pour aider les ministères à travailler à la réconciliation au sein de la fonction publique, notamment :

  • un tableau synthèse du plan d’action qui décrit les obstacles et les solutions recommandées et qui fait état des progrès réalisés en matière de recrutement, de maintien en poste et de promotion;
  • un tableau de bord des sous‑ministres qui décrit les initiatives et les pratiques concrètes en milieu de travail qui peuvent être mises en place au titre des autorisations actuelles;
  • une fiche d’évaluation des progrès pour cerner les lacunes existantes, faire le point et fournir des données sur les initiatives visant à améliorer le recrutement, le maintien en poste et la promotion des employés et des cadres autochtones.

De plus, l’École de la fonction publique du Canada a mis sur pied un cercle consultatif composé de représentants autochtones gouvernementaux et non gouvernementaux qui jouent un rôle stratégique dans la définition de l’objectif principal du programme d’études et de l’orientation générale de la Série d’apprentissage sur les questions autochtones de l’École.

John Kenney

« Je suis très fier de la façon dont nous travaillons : en collaborant, en faisant preuve de transparence, en essayant de nouvelles choses, en menant des essais et en faisant évoluer nos travaux au fur et à mesure. »

– John Kenney, gestionnaire, Innovation sociale, Ressources naturelles Canada

Outillée

Nous concevons des milieux de travail qui optimisent le rendement, font de l’apprentissage un élément fondamental de l’emploi et offrent un accès amélioré à la technologie et aux outils.

La Feuille de route de la Stratégie de données

La Feuille de route de la Stratégie de données pour la fonction publique fédérale diffusée récemment jette les bases permettant à la fonction publique de créer une valeur publique accrue à partir des données qu’elle crée, recueille et gère. Le rapport fait suite à une mobilisation de près d’un an dans l’ensemble de la fonction publique.

 

Logo de la Feuille de route de la Stratégie de données pour la fonction publique fédérale Centre de données d’entreprise de Borden

En septembre 2018, Services partagés Canada, Construction de Défense Canada et le ministère de la Défense nationale ont ouvert à Borden, en Ontario, le plus grand centre de données ultramoderne du gouvernement. Le Centre de données d’entreprise de Borden :

  • soutient la prestation de programmes et services en ligne du gouvernement fédéral aux Canadiens;
  • offre une meilleure sécurité physique et cybersécurité pour les renseignements personnels des Canadiens;
  • contribue à une solution de technologies de l’information à long terme pour l’utilisation croissante que fait la population des services numériques.

Parfois, innover signifie simplifier. Nous avons au Canada plus de 700 centres de données, et près de 90 % d’entre eux sont en fait de simples pièces dans des immeubles de bureaux. À ce jour, Services partagés Canada a fermé 180 anciens centres de données et continue de faire migrer les applications et les données vers des environnements plus récents et plus sécuritaires, y compris les centres de données d’entreprise et des solutions axées sur l’informatique en nuage. Il reste beaucoup à faire, alors que nous travaillons à la migration vers un gouvernement numérique, pour libérer des ressources occupées à l’entretien des systèmes existants.

 

Apprentissage continu

Moufid Jarada, de Services partagés Canada, est mis en vedette dans Une journée dans la vie d’un inspecteur de l’aviation civile, une vidéo au sujet d’un emploi à Transports Canada qui exige de toujours être au courant des derniers règlements et des plus récentes technologies.

 

Transcription - Une journée dans la vie d’un inspecteur d’aviation civile

(Quatre personnes arpentent le hangar des aéronefs.)

(Plan de deux hommes, hissés sur une plateforme SkyJack, en pleins travaux d’entretien.)

(Plan d’un homme travaillant dans le hangar des aéronefs.)

(Plan de trois hommes marchant à l’extérieur, sur la piste.)

Moufid Jarada : Dès le moment où j’ai mis les pieds dans le hangar de Transports Canada à Ottawa, je savais que j’allais vivre une expérience incroyable. Les aéronefs que j’ai vus étaient aussi impressionnants que les gens que j’ai rencontrés tout au long de la journée.

(Un homme se tenant à l’extérieur du hangar des aéronefs, un hélicoptère au sol situé derrière lui, fait bonjour de la main à la caméra.)

Texte à l’écran : Moufid Jarada : une journée dans la vie d’un inspecteur d’aviation civile.

Moufid Jarada : Bonjour, je m’appelle Moufid Jarada, et j’ai participé à une journée dans la vie d’un inspecteur d’aviation civile.

(Gros plan d’une personne en uniforme de l’équipe d’aviation civile de Transports Canada.)

Moufid Jarada : L’équipe d’aviation civile de Transports Canada contribue à la sécurité de l’espace aérien canadien.

(Gros plan d’un aéronef portant le logo de Transports Canada et le drapeau canadien.)

Moufid Jarada : L’équipe règlemente et surveille le système national de transport aérien du Canada.

(Moufid et deux membres de l’équipe d’aviation civile traversent à pied l’espace de travail de l’équipe d’aviation civile.)

(Moufid et l’un des membres de l’équipe discutent.)

Moufid Jarada : Pour bien faire leur travail, les inspecteurs d’aviation civile doivent se tenir au courant des technologies et des règlements récents.

(Moufid et l’employé de l’aviation civile consultent des données sur trois écrans côte à côte.)

(Sur un gros plan, les trois écrans affichent des données géographiques.)

(Moufid parle avec deux membres de l’équipe.)

Moufid Jarada : Bon nombre d’inspecteurs sont aussi des pilotes, et dans le cadre de leurs fonctions, ils doivent maintenir leurs compétences à jour.

(Un aéronef dans un hangar est présenté en pleins travaux d’entretien.)

(Un employé de l’aviation civile, juché sur une plateforme, inspecte la queue de l’appareil.)

(Un écran montre des données sur une carte de la région des Grands Lacs du Canada.)

Moufid Jarada : J’ai eu la chance de participer à un aspect de l’entraînement rigoureux qu’ils doivent suivre pour bien faire leur travail.

(Deux feux rouges clignotent au bas d’un simulateur de vol.)

(Moufid est assis aux commandes dans le cockpit du simulateur. L’écran sur le pare-brise montre une piste.)

Moufid Jarada : C’était plutôt excitant et ce fut une expérience unique d’essayer le simulateur de vol.

(Gros plan : Les mains de Moufid actionnent les commandes du simulateur.)

(Le simulateur de vol est présenté depuis l’extérieur, en pleine inclinaison.)

Moufid Jarada : On a même évalué mes compétences en décollage et en atterrissage!

(Dans le cockpit du simulateur de vol, un employé de l’aviation civile forme Moufid.)

(Moufid et l’employé sont assis dans le cockpit du simulateur. L’écran montre une piste d’atterrissage.)

Moufid Jarada : Dans le cadre de leurs fonctions, les inspecteurs d’aviation civile procèdent à des inspections prévues et non annoncées.

(Moufid et deux employés de l’aviation civile sont dans le hangar. Moufid prend des photos.)

Moufid Jarada : Cela permet ainsi de s’assurer que les personnes qui travaillent dans le secteur du transport aérien suivent les règlements et les normes de sécurité au Canada.

(Des uniformes de l’aviation civile de Transports Canada sont présentés sur des cintres.)

(Des jumelles sont montrées en gros plan.)

(Moufid et deux employés de l’aviation civile arpentent le hangar des aéronefs.)

Moufid Jarada : Dans ma journée, j’ai visité les opérations de Nav Canada.

(L’extérieur de l’édifice de Nav Canada apparaît. Moufid et un employé de l’aviation civile rencontrent un employé de Nav Canada et lui serrent la main.)

(À l’extérieur, avec un aéroport en arrière-plan, Moufid et l’employé de Nav Canada discutent.)

Moufid Jarada : L’entreprise offre des services de navigation aérienne, ce qui comprend le contrôle de la circulation aérienne.

(Un avion de passagers décolle derrière une tour de contrôle du trafic aérien.)

Moufid Jarada : Encore une fois, j’ai fait la connaissance de professionnels extrêmement compétents et dévoués qui ont recours à la technologie de dernier cri dans l’exercice de leurs fonctions.

(À l’intérieur de Nav Canada, Moufid et deux hommes discutent.)

(Moufid et l’employé de Nav Canada discutent dans la tour de contrôle du trafic aérien. Des données du trafic aérien apparaissent sur les écrans d’ordinateur.)

(Par une baie vitrée, on aperçoit un contrôleur aérien dans la tour.)

Moufid Jarada : Comme je montais à bord d’un hélicoptère de Transports Canada, j’étais rassuré de constater que toute une équipe travaillait ensemble pour garder des passagers comme moi en sécurité dans le ciel et au sol.

(À l’extérieur, Moufid et deux employés de Nav Canada se dirigent vers un hélicoptère.)

(Moufid est assis dans l’hélicoptère et parle avec l’un des employés.)

(On aperçoit une banlieue depuis le ciel.)

(Dans l’hélicoptère, gros plan du pilote et des commandes au-dessus de lui.)

Moufid Jarada : Quelle journée fantastique!

(Un employé de Nav Canada aide Moufid à sortir de l’hélicoptère qui s’est posé.)

(Fond blanc, texte noir à l’écran : Créé et produit par les Services créatifs de Services publics et Approvisionnement Canada avec le soutien de Transports Canada (Aviation civile – Ottawa, Ontario).)

(Fond blanc, texte noir à l’écran : Mot-symbole Canada.)

Une silhouette avec des lignes de données dans le cerveau

Afin que la fonction publique du Canada possède les compétences et connaissances dont elle a besoin pour répondre aux besoins à l’ère numérique, l’École de la fonction publique du Canada a lancé l’Académie du numérique. Ouverte par défaut et axée sur la collaboration, l’Académie regroupe des contributeurs de divers ordres de gouvernement, du secteur privé et du secteur sans but lucratif. Le programme aide les fonctionnaires de tous les niveaux dans leurs efforts visant à moderniser les activités dans le but d’offrir à la population les services numériques auxquels elle s’attend.

 

Le Conseil fédéral de l’Atlantique, avec l’appui de Patrimoine canadien (région de l’Atlantique), a créé un programme interinstitutionnel qui permet aux employés fédéraux d’apprendre et de pratiquer leur deuxième langue officielle en travaillant au sein d’organisations dans des communautés de langue officielle en situation minoritaire. Ce programme profite à tous puisqu’il permet aux fonctionnaires de renforcer leurs compétences en langue seconde et aux groupes communautaires de recevoir une aide supplémentaire. En outre, en raison de ce succès, le programme sera adopté ailleurs au sein de Patrimoine canadien.

 
Quatre fonctionnaires assis sur un banc à l’extérieur et qui travaillent sur un ordinateur portable

De la même manière, l’Outil de compréhension linguistique du Bureau de la traduction contribue à maintenir une culture dynamique de bilinguisme et permet aux fonctionnaires de mieux comprendre les textes dans leur deuxième langue officielle. Cet outil a été intégré dans GCconnex pour traduire les publications des forums de discussion, mais il est également offert aux fonctionnaires pour encourager l’utilisation des langues officielles en milieu de travail.

Travail axé sur les activités

L’initiative Milieu de travail GC, ce n’est pas que de nouveaux locaux et de nouveaux meubles. C’est une question de personnel. Il s’agit de créer un environnement qui facilite la nouvelle façon de travailler dans une fonction publique moderne, confiante et très performante. Allant au-delà du concept de bureau ouvert de Milieu de travail 2.0, la vision de Milieu de travail GC est rendue possible par les études conceptuelles de milieu de travail axé sur les activités. Elle se caractérise par une variété de points de travail conçus pour favoriser la productivité et contribue à une gamme d’activités quotidiennes, du travail individuel à la collaboration, que ce soit dans un immeuble de bureaux ou un laboratoire ou aux premières lignes des services à la population. Nous accordons une grande importance à l’accessibilité pour les personnes handicapées, ce qui montre que nous sommes très conscients qu’il faut faire davantage pour éliminer les obstacles.

Transcription - Qu’est-ce qu’un milieu de travail axé sur les activités?

(Du texte apparaît sur un écran gris clair : milieu de travail axé sur les activités)

À l’écran, les mots-clés du texte de la boîte vocale apparaissent et disparaissent à l’aide d’une variété d’effets visuels.

(Le texte sort du cadre. Une ligne située en dessous du texte se transforme en bulle de texte. La bulle glisse vers le haut, et du texte apparaît à l’intérieur : de quoi il s’agit. En dessous, la silhouette d’une femme pointant vers la bulle de texte.)

Narratrice : vous avez peut-être entendu parler de l’idée d’un milieu de travail axé sur les activités. Vous vous demandez probablement de quoi il s’agit.

En fait, un milieu de travail axé sur les activités consiste en l’instauration d’un environnement de travail adapté aux besoins des gens qui y travaillent.

(L’image sort du cadre; du nouveau texte y entre : milieu de travail.)

(Des animations s’affichent autour du texte – un ordinateur, un clavier et une lampe de bureau.)

Narratrice : il s’agit de créer les meilleures conditions pour chaque activité qu’accomplissent les employés chaque jour.

(Le texte sort du cadre. Du texte apparaît dans le cadre : créer conditions. Plus de texte glisse dans le cadre et indique : créer les meilleures conditions.)

(Le texte sort du cadre, et du nouveau texte y apparaît : puissent réaliser. Du nouveau texte apparaît et indique : puissent réaliser leurs diverses fonctions quotidiennes.)

Narratrice : la modernisation du milieu de travail ne se limite toutefois pas à l’espace.

(Le texte sort du cadre par le haut, et du nouveau texte y apparaît, du bas vers le haut : modernisation du milieu de travail.)

(Du nouveau texte apparaît entre les mots : espace. Il les sépare, créant un graphique où modernisation apparaît à la verticale sur le côté, du milieu de travail apparaît à l’horizontale en bas et espace en diagonale entre les deux. Des flèches partent du mot espace et pointent vers les deux autres segments.)

Narratrice : il faut plutôt intégrer de manière équilibrée l’espace et les outils technologiques appropriés et adopter une culture tournée vers l’innovation et le progrès.

(Du texte apparaît à l’écran : espace et technologie. Les mots se trouvent des deux côtés d’une balance.)

(L’image de la balance glisse hors du cadre, laissant les deux termes. Du texte apparaît à l’écran pour former trois colonnes, avec du nouveau texte dans la colonne du milieu : culture apparaît entre espace sur la gauche et technologie sur la droite.)

Narratrice : c’est lorsque ces trois éléments sont réunis que nous bâtissons un environnement de travail moderne et flexible, qui permet aux organisations de remplir leurs objectifs ou de concrétiser leur vision.

(Le texte sort du cadre. Illustration du plan de surface d’un milieu de travail avec du texte qui glisse dans le plan : moderne et souple.)

(L’illustration sort du cadre. Du texte glisse sur l’écran : atteindre leurs objectifs.)

(Le texte sort du cadre, et du nouveau texte y apparaît : concrétiser leur vision.)

Narratrice : lorsque nous assignons un bureau à chaque employé (dans un bureau ou à un poste de travail), nous nous attendons à ce que l’employé y travaille.

(Le texte sort du cadre. L’illustration d’une personne assise à un bureau avec un ordinateur descend dans le cadre.)

(Un carré en pointillés se forme autour de l’illustration de la personne au travail, avec une flèche pointant vers le texte : « travaille ». L’illustration sort du cadre.)

Narratrice : or, les choses évoluent, et nous devons changer notre manière de travailler si nous voulons suivre.

(L’illustration d’une personne avec un ordinateur portable, assise dans un fauteuil, apparaît à l’écran. L’illustration sort du cadre. L’illustration d’une personne avec un ordinateur portable, assise à une table, apparaît à l’écran.)

Narratrice : le travail ne devrait plus être perçu comme un lieu où nous allons, mais comme une tâche que nous réalisons.

(L’illustration sort du cadre. L’illustration d’une bulle de localisation et du texte apparaissent à l’écran : endroit où l’on va. La bulle de localisation pivote et pointe vers un homme debout devant un bureau, travaillant sur un ordinateur portable. Texte à l’écran : quelque chose que l’on fait.)

Narratrice : grâce à la technologie qui nous permet la mobilité et compte tenu du besoin croissant de travailler en collaboration, l’attribution de bureaux devient de moins en moins pertinente.

(L’illustration sort du cadre. Les images d’un routeur, d’une tablette et d’une webcaméra apparaissent. Du texte apparaît dans le cadre : technologie.)

(Les icônes glissent vers le haut et sortent du cadre. Une illustration apparaît dans le cadre, montrant des personnes assises, en train de travailler. Texte au-dessus de l’illustration : collaboration. L’illustration sort du cadre.)

Narratrice : la conception de nos bureaux et notre culture doivent nous permettre de nous adapter à la nouvelle façon de travailler.

(L’illustration du plan de surface d’un milieu de travail passe de postes de travail individuels à un espace collaboratif. L’illustration sort du cadre.)

Narratrice : dans un milieu de travail axé sur les activités, vous trouverez différentes stations de travail où, n’importe quel jour, un employé peut choisir de travailler sur une foule d’activités qui correspondent le mieux à ses tâches courantes et à sa façon personnelle de travailler.

(du texte glisse sur l’écran : milieu de travail axé sur les activités.)

(Illustration : des zones de texte sont reliées au texte. Chaque zone présente le texte : espaces de travail.)

(Illustration : une femme apparaît et montre le mot tâches.)

Narratrice : vous trouverez divers espaces de travail, aménagés à proximité.

(L’illustration se transforme en un bureau situé en dessous du texte : espaces de travail.)

(Les illustrations de différents bureaux s’accumulent au-dessus de la première icône, comme des cartes.)

Narratrice : des aires de collaboration ouvertes de tailles et de formes diverses sont prévues à l’écart des zones de travail individuelles.

(Transition vers le plan de surface d’un bureau vide, avec du texte à côté : collaboration.)

(Le plan de surface glisse vers la gauche pour révéler le texte. Individuelles. D’autres espaces sont ajoutés au plan de surface.)

Narratrice : le rangement personnel, le rangement des dossiers, l’intimité visuelle, les niveaux de bruit et l’optimisation de l’éclairage ont été pris en compte dans l’aménagement des espaces et des stations de travail.

(Transition vers du texte à l’écran : rangement personnel.)

(Les mots des dossiers viennent assommer le mot personnel, et le texte devient : rangement des dossiers.)

(Depuis le haut, les mots l’intimité visuelle font sortir de l’écran les mots rangement des dossiers.)

(Depuis le haut, les mots les niveaux de bruit font sortir de l’écran les mots l’intimité visuelle.)

(Depuis le haut, les mots l’optimisation de l’éclairage font sortir de l’écran les mots les niveaux de bruit.)

(Depuis la gauche, le mot divers fait sortir de l’écran les mots l’optimisation de l’éclairage.)

(Les mots espaces de viennent se glisser sous le mot divers. Suivis par le mot travail, en dessous du reste.)

Narratrice : dans un milieu de travail axé sur les activités, l’espace est vu comme un outil, et non comme une technologie.

(Le texte milieu de travail axé sur les activités apparaît depuis le haut et chasse le texte précédent de l’écran.)

(Le texte remonte pour révéler une flèche en dessous, pointant vers le bas et vers le nouveau texte : comme un outil.)

Narratrice : le fait d’offrir un vaste éventail d’options nous permet d’acquérir une flexibilité accrue, d’améliorer notre productivité, et de renforcer la confiance et l’habilitation des employés.

(Le texte disparaît, et du nouveau texte apparaît : un large éventail d’options.)

(Le texte remonte pour révéler une flèche en dessous, pointant vers le bas et vers le nouveau texte : plus grande souplesse.)

(Le texte remonte de nouveau pour révéler une autre flèche pointant vers le bas et vers le nouveau texte : meilleure productivité.)

(Le texte remonte de nouveau pour révéler une autre flèche pointant vers le bas et vers le nouveau texte : renforce la confiance.)

(Le texte remonte de nouveau pour révéler une autre flèche pointant vers le bas et vers le nouveau texte : l’habilitation des employés.)

Narratrice : le succès ne se mesure plus au nombre d’employés assis à leur bureau; il tient plutôt à la meilleure façon d’introduire des lieux de travail flexibles, des technologies habilitantes et les bonnes mentalités pour l’appuyer.

(Le texte disparaît, et du nouveau texte apparaît : la réussite.)

(À côté, le symbole « égal » apparaît, suivi par neuf copies de la même illustration d’un employé à son bureau. Les images sont disposées dans un carré, avec trois employés de chaque côté.)

(La première rangée de trois employés s’efface pour laisser place au texte : des aires de travail souples. La deuxième rangée de trois employés s’efface pour laisser place au texte : des technologies habilitantes. La troisième rangée de trois employés s’efface pour laisser place au texte : inspirer une ouverture d’esprit.)

Narratrice : êtes-vous prêts pour l’avenir? Allons-y!

(L’illustration sort du cadre, remplacée par du nouveau texte : êtes-vous prêts pour l’avenir?)

(Le texte sort du cadre par le bas. Du nouveau texte, associé à l’image d’une femme, pouce en l’air, s’affiche dans le cadre : allons-y!)

(L’image sort du cadre par le bas. Du texte rebondit depuis le haut, dans le cadre : joignez-vous à la conversation #milieudetravailgc.)

(Le texte disparaît. La signature ministérielle de services publics et approvisionnement Canada, puis le mot-symbole Canada apparaissent.)

(Joignez-vous à la conversation #milieudetravailgc)

(Mot-symbole « Canada »)

(Signature ministérielle de services publics et approvisionnement Canada)

Il est essentiel que les utilisateurs participent à la conception des solutions. Prenons l’exemple d’une équipe de Services publics et Approvisionnement Canada, qui met à l’essai une façon de travailler hors d’un bureau désigné : les employés choisissent où et comment ils travaillent. Qu’il s’agisse de travailler à partir de divers bureaux, de la maison, ou pendant leurs déplacements quotidiens, ils disposent des outils nécessaires pour accomplir leurs tâches et collaborer avec leurs collègues.

Des fonctionnaires assis à une table et qui travaillent sur leur ordinateur portable
Des fonctionnaires qui travaillent à des bureaux modernes
Des fonctionnaires qui regardent deux personnes assises sur leur chaise en train de parler devant un écran
Des fonctionnaires qui bavardent autour d’une petite table
Une fonctionnaire qui pointe de l’écriture sur un tableau blanc, pendant que d’autres personnes la regardent
Trois fonctionnaires qui bavardent dans une salle de conférence

De plus en plus, les milieux de travail sont conçus pour faciliter une vaste gamme d’activités quotidiennes, comme le travail individuel et la collaboration, le travail dans un bureau à cloison et dans un laboratoire, le travail sur le terrain et l’exploration spatiale.

 

Cité parlementaire

Pendant que nous travaillons à améliorer les espaces de travail, les fonctionnaires s’affairent aussi à améliorer les chambres de la démocratie de notre pays. Pendant plus de 150 ans, les édifices du Parlement (les édifices du Centre, de l’Ouest et de l’Est) ont abrité le gouvernement. Nous sommes occupés à terminer le plus grand projet de restauration patrimoniale jamais vu au Canada. Services publics et Approvisionnement Canada a réussi à bien équilibrer la restauration et la modernisation afin de s’assurer que les immeubles historiques d’importance culturelle du Canada répondent aux besoins de la démocratie parlementaire du 21e siècle.

 
Parlement : L’édifice de l’Ouest en construction
Parlement : Un travailleur au site de restauration d’un édifice

Au fil des travaux, Services publics et Approvisionnement Canada veille également à rendre accessibles ces espaces importants. Les Canadiens pourront ainsi plus facilement profiter de la Colline du Parlement, ainsi que participer à notre démocratie parlementaire. Une fois les travaux terminés, la Cité parlementaire offrira :

  • un accès libre d’obstacle partout (entrées, commodités et sièges dans les nouvelles salles du Sénat et de la Chambre des communes);
  • des ascenseurs, des salles de bain, des comptoirs et des fontaines accessibles;
  • des bordures de chaussée plus basses et des rampes accessibles, des mains courantes, des systèmes hydrauliques d’ouverture des portes et des panneaux en braille.
Transcription - Amélioration de l’accessibilité dans la Cité parlementaire

(Vue aérienne des édifices de la Colline du Parlement; les symboles universels d’accessibilité y sont superposés)

(Vue extérieure de l’édifice de l’Ouest)

(Vue aérienne du Centre de conférences du gouvernement)

Narratrice : Services publics et Approvisionnement Canada enlève les obstacles qui freinent l’accès aux édifices centenaires de la Colline du Parlement et des environs.

(Séquence montrant l’intérieur du Centre de conférences du gouvernement)

(Panneau de désignation d’un ascenseur accessible aux personnes en fauteuil roulant)

(Vue aérienne de l’édifice de l’Ouest durant les travaux de construction; on aperçoit des échafaudages et de l’équipement de construction)

Nous restaurons et modernisons les édifices et améliorons l’accès pour l’ensemble de la population.

(Une personne en fauteuil roulant motorisé descend des rampes d’accès pour fauteuil roulant et franchit une entrée à accès facile)

Le nouveau Centre d’accueil des visiteurs offre la toute première entrée publique à accès facile aux édifices du Parlement.

(Une personne ayant une déficience visuelle marche avec sa canne, et une autre personne la guide à l’intérieur du Centre d’accueil des visiteurs)

La nouvelle Chambre des communes intérimaire et les nouveaux locaux provisoires du Sénat comprennent des sièges accessibles tant dans les chambres parlementaires que dans les tribunes du public.

(Plan de la salle du Sénat nouvellement rénovée)

(Une personne en fauteuil roulant motorisé entre dans la section accessible aux fauteuils roulants de la tribune de la Chambre des communes)

(Une personne en fauteuil roulant motorisé regarde la Chambre des communes à partir de la tribune)

(Plan de la salle du Sénat filmé depuis le plancher de celle-ci)

(Plan des sièges accessibles et de leurs caractéristiques à l’intérieur de la salle du Sénat)

(Gros plan d’une personne qui relève l’appuie-bras d’un siège accessible dans la Chambre des communes)

(Plan des murs du corridor à l’extérieur de la Chambre des communes)

(Plan d’une personne en fauteuil roulant motorisé qui sort d’un ascenseur)

(Plan d’une personne ayant une déficience visuelle qui lit une inscription en braille sur un panneau à côté d’une porte)

(Gros plan de la main qui lit l’inscription en braille sur le panneau)

Les nouveaux locaux restaurés seront dotés d’un accès facile à tous les étages.

(Une personne ayant une déficience visuelle bouge sa canne sur des points surélevés sur le plancher qui indiquent la présence de marches)

(Gros plan d’une main qui appuie sur un bouton d’accessibilité pour ouvrir une porte)

(Une personne en fauteuil roulant motorisé attend l’ouverture de la porte des toilettes après avoir actionné le dispositif d’ouverture de porte mécanique)

(Une personne en fauteuil roulant motorisé remplit sa bouteille d’eau à une fontaine accessible)

(Une personne en fauteuil roulant motorisé circule sur la tribune de la Chambre des communes)

(Vue aérienne des édifices de la Colline du Parlement; les symboles universels d’accessibilité y sont superposés)

Les modernisations apportées aux édifices de la Colline contribuent à créer un Canada plus inclusif et plus accessible.

(Mot-symbole Services publics et Approvisionnement Canada)

(Mot-symbole Canada)
 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :