Tête-à-tête avec Tassi

De : Emploi et Développement social Canada

Colonne mensuelle par l’honorable Filomena Tassi

Stratégie nationale sur la démence pour le Canada

Août 2019

Il est fort possible que vous soyez, maintenant ou à l’avenir, atteint de démence, ou que l’un de vos proches le soit. Plus de 419 000 Canadiens âgés de 65 ans ou plus ont reçu un diagnostic de cette maladie. On prévoit que ce nombre connaîtra une hausse alors que la durée de vie augmente et que notre population vieillit.

Un diagnostic de démence change le cours d’une vie, non seulement pour la personne qui le reçoit, mais aussi pour la famille, les proches aidants et la communauté. La démence peut affecter la mémoire, les relations et l’autonomie. Il est essentiel de comprendre les incidences de la démence et de connaître les meilleures façons d’améliorer la qualité de vie des personnes touchées par cette maladie et celle de leurs proches aidants.

C'est pourquoi le gouvernement du Canada déploie des efforts sur de nombreux plans afin de s'assurer que les aînés atteints de démence et leurs proches aidants sont valorisés et soutenus et qu'ils ont la meilleure qualité de vie possible. Nous sommes aussi déterminés à faire en sorte que la démence fasse l'objet de prévention et qu'elle soit traitée efficacement et mieux comprise. Plus récemment, afin de poursuivre dans la foulée de ces priorités, nous avons travaillé en collaboration avec des personnes atteintes de démence, des proches aidants, des groupes de défense d'intérêts, des professionnels de la santé, des chercheurs et des représentants des gouvernements provinciaux et territoriaux pour élaborer la première stratégie nationale sur la démence pour le Canada. Le document intitulé Une stratégie nationale sur la démence pour le Canada : Ensemble, nous y aspirons présente trois objectifs nationaux : prévenir la démence; faire progresser les thérapies et trouver un remède; améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de démence et des proches aidants.

Les travaux de mise en œuvre de la stratégie serviront de complément au travail qu’effectuent déjà les provinces et les territoires. Dans le budget de 2019, on a annoncé un investissement de 50 millions de dollars sur cinq ans afin d’aider à accroître la sensibilisation à l’égard de la démence et de sa prévention, de réduire la stigmatisation, de soutenir les collectivités inclusives à l’égard des personnes atteintes de démence, d’élaborer et de diffuser des lignes directrices et des pratiques exemplaires et de mieux comprendre les incidences de la démence grâce à une surveillance accrue.

Pour que soit poussée davantage la recherche sur la démence au Canada, l’octroi d’une somme de 32 millions de dollars sur cinq ans a été annoncé en juin 2019 afin de soutenir la phase II du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement. Cette somme s’ajoute au financement permanent de 4 millions de dollars par année pour l’investissement en matière de démence dans les communautés, qui soutient des projets communautaires visant à relever les défis associés à la démence ainsi qu’à optimiser le bien-être des personnes atteintes de démence et celui de leurs proches aidants.

Une des priorités absolues du gouvernement du Canada consiste à aider tous les aînés canadiens à vivre en santé et de façon autonome et active. Nous continuerons à axer grandement et distinctement nos efforts sur leur santé et leur bien-être afin que les aînés, y compris ceux qui sont atteints de démence et leurs proches aidants, puissent vivre aussi pleinement que possible, et ce, dans la dignité et le respect.

La ministre des Aînés, L’honorable Filomena Tassi

Aînés autochtones

Juillet 2019

Chaque année, en juin, nous célébrons le Mois national de l'histoire des Autochtones et la Journée nationale des peuples autochtones. En juin, les Canadiens de partout au pays ont pris le temps de réfléchir à l'histoire et aux traditions pleines de richesses et aux contributions importantes des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

En tant que ministre des Aînés, je m'efforce de faire en sorte que les perspectives et les expériences des aînés soient incluses dans la vie de notre communauté et, pendant les célébrations, j'ai aussi réfléchi au rôle fondamental que jouent les aînés dans le renforcement des communautés autochtones.

Pour de nombreuses communautés autochtones, rester attaché aux terres, à la nourriture, à la spiritualité, à la médecine, aux activités et aux langues traditionnelles est essentiel à la santé et au bien-être de leur peuple.

Les aînés des Premières Nations, inuits et métis veulent vieillir chez eux, c'est-à-dire demeurer dans leur communauté en bénéficiant des services de santé et du soutien dont ils ont besoin pour vivre en sécurité, de façon autonome et dans la dignité.

Comme de nombreux Autochtones vivent dans des communautés éloignées et qu'ils ont moins accès aux services de soins de santé offerts dans les grandes villes, les aînés peuvent devoir quitter leur communauté pour recevoir des soins de santé. Cela touche les communautés autochtones parce que la riche connaissance qu'ont les aînés de la terre, de la culture et des traditions est si importante pour ces communautés.

La contribution des aînés autochtones à cet égard est telle que nous voulons nous assurer qu'ils peuvent continuer de jouer un rôle clé. C'est pourquoi nous reconnaissons l'importance des aînés autochtones dans leurs communautés en faisant des investissements qui les aideront à demeurer dans ces communautés.

Le gouvernement du Canada est déterminé à rendre nos communautés plus accessibles et à faire en sorte que le vieillissement chez soi soit une option viable pour tous les aînés autochtones – et pour tous les autres aînés du Canada. C'est pourquoi, dans le budget de 2019, nous avons investi 35 millions de dollars pour soutenir les aînés des Premières Nations et les personnes en situation de handicap vivant dans les réserves. Cette mesure leur permettra de mieux maintenir leur indépendance et de rester près de leur famille. Nous avons également investi 8,5 millions de dollars pour inciter les communautés des Premières Nations et inuites à participer à l'élaboration d'une stratégie de soins de longue durée.

Enfin, je suis très heureuse d'informer les lecteurs qu'après un travail soutenu, la Loi canadienne sur l'accessibilité est entrée en vigueur le 21 juin 2019. Cette loi permettra d'assurer l'accessibilité dans les secteurs de compétence fédérale en cernant, en prévenant et en éliminant les obstacles qui entravent la participation pleine et égale des personnes en situation de handicap dans la société.

Nous savons que des aînés de tous les milieux peuvent se trouver en situation de handicap et se heurter à des obstacles, de sorte que les mesures prévues dans cette loi contribueront à faire en sorte que, peu importe où ils vivent, les aînés puissent continuer de participer à la vie sociale et civique dans un Canada exempt d'obstacles.

Je me réjouis de notre engagement à poursuivre nos efforts afin de faire du Canada un pays plus inclusif.

La ministre des Aînés, L'honorable Filomena Tassi

Le mois de juin est le Mois de sensibilisation aux mauvais traitements envers les aînés.

Juin 2019

Le mois de juin est le Mois de sensibilisation aux mauvais traitements envers les aînés, durant lequel nous informons les gens au sujet de cette forme de maltraitance partout au Canada et dans le monde. Malheureusement, les aînés de toutes les conditions sociales peuvent être particulièrement vulnérables aux mauvais traitements d'ordre physique, psychologique ou financier.

Les mauvais traitements envers les aînés sont inacceptables et n'importe qui dans n'importe quelle relation peut en être la victime. C'est pourquoi je veux encourager les aînés et leur famille à s'informer et à faire preuve de vigilance pour repérer tout signe de mauvais traitements envers les aînés.

Voici quelques façons de repérer et d'aider à prévenir les mauvais traitements envers les aînés :

Apprenez à reconnaître les signes! Des choses comme des blessures physiques inexpliquées, une mauvaise utilisation des médicaments, une baisse soudaine de l'argent disponible, de la confusion au sujet de nouveaux documents juridiques, de la déshydratation, une mauvaise alimentation ou une mauvaise hygiène sont autant d'indicateurs de possibles mauvais traitements.

Avez-vous des soupçons? Dites quelque chose! Photographiez les blessures, signalez tout comportement ou incident bizarre aux autorités et parlez-en à vos amis et à votre famille pour les informer.

Vous n'êtes pas seul : la prévention des mauvais traitements envers les aînés est une question qui nous concerne tous!

Le gouvernement du Canada s'emploie également à mettre fin à l'exploitation financière. L'an dernier, le gouvernement a proposé des dispositions législatives pour faire progresser les droits des consommateurs de services bancaires afin d'assurer une meilleure protection dans ce domaine. Nous avons également lancé une enquête publique sur les tactiques de vente trompeuses et à forte pression souvent utilisées par les fournisseurs de télécommunications et nous adopterons bientôt une solution éprouvée pour combattre les pratiques de vente agressives et trompeuses.

En outre, le budget de 2019 propose d'investir 100 millions de dollars supplémentaires sur cinq ans dans le programme Nouveaux Horizons pour les aînés. L'une des priorités du programme est d'éduquer les aînés et leur famille au sujet des mauvais traitements afin qu'ils puissent les prévenir ou y mettre fin. De plus, l'Initiative de lutte contre la violence familiale sensibilise le public aux facteurs de risque de la violence familiale et à la nécessité pour le public de participer à son élimination.

Alors que notre société vieillit, il est de plus en plus important d'éviter que les aînés dans nos communautés soient maltraités.

Ensemble, nous pouvons aider à réduire et à prévenir les mauvais traitements envers les aînés.

La ministre des Aînés, L'honorable Filomena Tassi

Passez à l’action ce printemps

Mai 2019

La recherche montre que l’activité physique quotidienne peut réduire le risque de maladie chronique ou d’invalidité et contribuer à maintenir la mobilité. Bien entendu, l’activité est bénéfique non seulement pour votre corps, mais aussi pour tous les autres aspects de votre vie. Elle vous aide à demeurer indépendant et engagé dans la communauté, rehausse votre confiance et améliore votre santé mentale.

C’est pourquoi le gouvernement du Canada continue d’encourager les Canadiens de tous âges à devenir actifs. Les Directives canadiennes en matière d’activité physique recommandent que les adultes, y compris les aînés, fassent chaque semaine au moins 2,5 heures d’activité physique d’intensité modérée à élevée. Maintenant que le temps se réchauffe, il est plus facile de faire des promenades, de visiter un parc communautaire ou d’essayer une nouvelle activité avec un ami.

Si vous n’avez pas l’habitude d’être actif ou si vous cherchez des idées sur la façon de le devenir, il existe des ressources pour vous aider. Dans le budget de 2019, nous avons proposé de promouvoir l’inclusion et la pleine participation des aînés en augmentant le financement du programme Nouveaux Horizons pour les aînés, qui favorise la santé et le bien-être des aînés dans les communautés de tout le pays. Alors, impliquez-vous et trouvez un programme près de chez vous.

L’activité physique n’est pas le seul moyen de rester en bonne santé : la consommation quotidienne d’une variété d’aliments sains contribue grandement à maintenir votre bien-être. C’est pourquoi le gouvernement du Canada a récemment remanié le Guide alimentaire canadien, qui propose une nouvelle approche simplifiée en matière de saine alimentation. Jetez-y un coup d’œil pour en savoir plus sur les effets salutaires de boire plus d’eau et de manger plus de légumes, de fruits, de grains entiers et de protéines à base de plantes.

À titre de ministre des Aînés, je suis déterminée à promouvoir le vieillissement actif et en santé pour que les aînés canadiens puissent profiter pleinement de leur vie et continuer d’apporter une contribution importante à la société.

Tout le travail que nous accomplissons pour améliorer la sécurité du revenu des aînés et l’engagement dans leurs communautés a un seul objectif : aider les aînés canadiens à profiter d’une retraite digne, sûre et active.

Le printemps est arrivé! Sortez et profitez-en!

La ministre des Aînés, l’honorable Filomena Tassi

Mettez plus d’argent dans vos poches lors de la période des impôts

Avril 2019

La période des impôts est de retour! Si vous êtes une personne âgée, vous pourriez être admissible à des prestations et à des crédits qui vous aideront à mettre plus d'argent dans vos poches.

En tant que ministre des Aînés, je veux m'assurer que les aînés canadiens sont au courant de tous les avantages que leur offre le gouvernement du Canada. Ci-dessous, je vous décris certains des avantages fiscaux que nous avons établis pour vous aider à réduire votre facture d'impôt.

Fractionnez pour épargner : Vous pourriez avoir le droit d'utiliser le fractionnement du revenu de pension pour équilibrer vos impôts. Vous pouvez fractionner jusqu'à 50 % de votre revenu de pension admissible avec votre époux ou conjoint de fait.

Montant en raison de l'âge : Vous l'avez mérité! Vous pourriez avoir le droit de réclamer jusqu'à 7 333 $ dans votre déclaration si vous aviez 65 ans ou plus le 31 décembre 2018 et que votre revenu net était inférieur à 85 863 $.

Maximisez vos déductions pour frais médicaux : Conservez vos reçus de frais médicaux; vous pourriez avoir droit à une déduction pour les frais médicaux admissibles que vous ou votre conjoint avez payés au cours de la dernière année d'imposition.

Vous pourriez être admissible à beaucoup d'autres prestations et crédits d'impôt qui peuvent vous aider à augmenter vos rentrées de fonds, comme le crédit canadien pour aidants naturels et le crédit d'impôt pour personnes handicapées. Renseignez-vous sur ces crédits et sur d'autres avantages imposables pour les aînés.

Cotiser à votre régime enregistré d'épargne-retraite est une autre excellente façon de réduire votre impôt à payer. Vous pouvez le faire jusqu'à la fin de l'année civile au cours de laquelle vous atteignez l'âge de 71 ans. Vous pouvez également cotiser à un compte d'épargne libre d'impôt en effectuant des retraits libres d'impôt et sans limite d'âge.

Il est également devenu plus facile de vous assurer de recevoir votre pension de la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti non imposable versé aux aînés à faible revenu; un grand nombre d'aînés canadiens sont maintenant admissibles à l'inscription automatique! Nous utiliserons les renseignements sur le revenu figurant dans votre déclaration de revenus et de prestations pour réévaluer automatiquement votre admissibilité au Supplément de revenu garanti chaque année.

Enfin, je sais que produire la déclaration de revenus peut être un fardeau, mais il y a de l'aide. Remplir votre déclaration de revenus vous aide à tirer le maximum de l'aide fournie par le gouvernement.

Pour vous assurer de ne manquer aucune partie de l'argent auquel vous avez droit, recherchez des bénévoles communautaires qui pourraient être en mesure de faire vos impôts pour vous. Trouvez un comptoir d'impôts gratuits près de chez vous.

Tous ces allégements fiscaux peuvent s'additionner, alors profitez des possibilités et des avantages auxquels vous avez droit pour vos impôts cette année!

La ministre des Aînés, l'honorable Filomena Tassi

Mois de la prévention de la fraude 2019

Mars 2019

En ma qualité de ministre des Aînés, j’aimerais prendre le temps de remercier les aînés pour la précieuse contribution qu’ils ont apportée et qu’ils continuent d’apporter dans nos communautés, nos milieux de travail et nos familles. Je m’engage à faire en sorte que le Canada soit bien préparé pour répondre aux besoins uniques des aînés et faire la promotion des possibilités qui leur sont offertes. Je suis heureuse de pouvoir vous faire part de certaines des initiatives que le gouvernement du Canada entreprend pour améliorer tous les aspects de la qualité de vie des aînés canadiens. J’espère que la présente sera la première de nombreuses chroniques, alors restez à l’écoute!

Mars est le Mois de la prévention de la fraude. Je profite donc de l’occasion pour souligner le travail du gouvernement du Canada visant à aider les Canadiens, particulièrement les aînés, à reconnaître, à rejeter et à signaler la fraude.

Les stratagèmes frauduleux – comme les fraudes financières, dans les télécommunications et par courriels – ciblent des personnes de tous les horizons, de tous les âges et de tous les niveaux de revenu. Je m’emploie à mettre en place les bonnes mesures pour protéger les aînés, comme tous les Canadiens, contre la fraude.

Le gouvernement du Canada appuie des initiatives qui aident à protéger les aînés canadiens contre les fraudeurs, comme le Forum sur la prévention de la fraude – un groupe de plus de 100 organismes qui luttent contre la fraude. De plus, nous recueillons de l’information sur la fraude pour nous assurer que nos mesures d’éducation et de sensibilisation sont adaptées aux stratagèmes les plus perfectionnés mis au point par les fraudeurs.

En complément de notre travail sur la fraude, j’ai récemment participé à une table ronde pour lancer l’élaboration d’un code de conduite pour les banques qui améliorerait les services aux aînés et à tous les Canadiens. L’an dernier, le gouvernement a déposé des dispositions législatives pour faire progresser les droits des consommateurs de services bancaires afin que chacun puisse bénéficier d’une meilleure protection dans ce domaine.

De plus, nous appuyons des initiatives qui aident les Canadiens, y compris les aînés, à utiliser la technologie numérique et Internet de façon sécuritaire et efficace. Nous avons également lancé une enquête publique sur les tactiques de vente trompeuses et à forte pression souvent utilisées par les fournisseurs de services de télécommunications, et je m’attends à ce que le rapport qui en découle soit soumis au cours des prochains mois.

N’oubliez pas que nul n’est à l’abri de la fraude. Vous pouvez vous protéger et protéger les autres en apprenant à reconnaître et à signaler les tentatives de fraude, et en obtenant de l’aide si vous ou une personne que vous connaissez avez été victime de fraude. Pour accéder aux ressources sur la prévention de la fraude, visitez le site Canada.ca/aines, ou composez le 1 800 O-Canada. Si vous croyez avoir été la cible de fraudeurs, communiquez avec le Centre antifraude du Canada ou composez le 1 888 495-8501.

La ministre des Aînés, l’honorable Filomena Tassi

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :