Milieux de travail respectueux

Un milieu de travail diversifié, respectueux et ouvert est un des éléments fondamentaux pour s’assurer que nos employés bénéficient de l’environnement dont ils ont besoin pour offrir le meilleur service possible aux Canadiens.

Grâce à notre cadre pour la santé mentale, nous continuons de nous pencher sur un enjeu important pour de nombreux Canadiens. Le travail qui a été accompli jusqu’à maintenant a généré un élan au sein du ministère et a suscité beaucoup d’enthousiasme. La plupart des régions et des directions générales ont pris l’initiative de nommer un responsable ou un champion, d’élaborer leur propre plan d’action à l’appui des activités du Ministère et de veiller à ce que la santé mentale soit un thème clé lors des réunions de tout le personnel.

Par exemple, nos réseaux d’employés, nos réseaux d’employés, le blogue de la haute direction et nos champions permettent aux employés d’établir des liens entre eux et de discuter de leurs propres expériences en toute sécurité.

Au cours des mois et des années à venir, nous voulons aider les employés à améliorer leur conscience de soi afin de leur permettre de mieux prendre soin de leur santé mentale et veiller à ce que les employés et les gestionnaires aient les compétences et la confiance nécessaires pour offrir de l’aide à un collègue qui semble en difficulté. Mais avant tout, nous voulons changer la perception culturelle selon laquelle le fait de demander de l’aide est un signe de faiblesse.

Vidéo : Histoires d’excellence – Réflexion sur le soutien des milieux de travail respectueux

Transcription de la vidéo : Histoires d’excellence – Réflexion sur le soutien des milieux de travail respectueux

Je pense que Emploi et Développement social a vraiment une opportunité en or de vraiment démontrer leur leadership. Supporter en ce qui a trait les employés handicapés dans le milieu du travail.

Il existe des organisations qui ont déjà des outils; dans notre cas, nous devons tous ensemble mettre quelque chose en place.

Plus on a d’informations, de connaissances, par rapport à la santé mentale, mieux on peut en parler, mieux on peut arriver à les résoudre.

Les personnes qui prennent des décisions doivent tenir compte de la diversité des Canadiens à qui nous offrons des services.

Au niveau de la culture, je crois que les choses changent. La fonction publique se renouvelle beaucoup. Donc, à ce moment-là, je pense qu’il y a une volonté au niveau de la direction, avec ces nouvelles personnes qui arrivent dans le ministère, je crois que ça amène une nouvelle réflexion et de changer les choses.

C’est vraiment un travail d’équipe, [avec] les champions de la santé mentale dans chaque région et, de plus en plus, dans chaque direction générale. Nous allons créer un réseau qui réunira tous ces champions, de manière à ancrer la santé mentale dans la réalité quotidienne de notre organisation. Nous réunissons donc un tas de choses, nous expérimentons, nous faisons des essais. Nous avons décidé de commencer avec les petites choses qui fonctionnent puis d’apporter des améliorations en cours de route. C’est donc un effort continu, organique, au nom du Ministère.

Je pense que nous avons beaucoup progressé pour contrer la stigmatisation; beaucoup de personnes de tous les échelons de l’organisation ont uni leurs efforts pour régulariser la santé mentale. Nous avons mis en place de bonnes mesures de soutien. Nous nous penchons maintenant sur des mesures de rendement.

On a été offert une session sur le trouble de stress post-traumatique. Et ils nous ont donné les outils pour reconnaître quand on est en trouble, puis reconnaître qu’on devrait avoir de l’aide professionnelle.

Nous avons une assemblée annuelle de tout le Programme du Travail. Le sujet de la première assemblée, celle d’inauguration, était la santé mentale. Celui de la deuxième était la courtoisie et le respect. Nous essayons donc vraiment de réunir toutes les personnes nécessaires dans les conversations que nous tenons à ces assemblées.

Les témoignages sont l’une des activités que nous avons réalisées. J’ai moi-même donné mon témoignage sur mon parcours dans la santé mentale.

Quand d’autres employés voient que c’est correct d’en parler, ils commencent également à en parler. Sarah, tu as vraiment été d’une grande utilité pour créer une sorte d’effet « boule de neige ».

Un aspect important de la vision d’Objectif 2020, c’est de faire en sorte que tous les employés se sentent vraiment concernés, de permettre un libre échange d’idées et de solutions novatrices sur des problèmes, et de leur faire sentir qu’ils font partie intégrante des solutions à certaines de ces préoccupations.

D’autres façons de promouvoir la santé mentale et le respect à EDSC

Rencontrons D’Arcy

D’Arcy contribue à réduire les préjugés associés à la santé mentale et nous aide à amorcer une discussion à ce sujet.

Sue : Je vis avec la dépression (vidéo)

« Mon nom est Susan Spooner, mais on m’appelle également Susie ou Sue. Peu importe le nom que j’utilise, je n’ai plus honte d’admettre que je fais une dépression. Il n’est jamais trop tard pour en parler et pour agir. »

Réunion d’expertes ELLE : Santé mentale (vidéo)

« [Les femmes] connaissent mieux l’état de santé de leurs proches que le leur. Présentez-vous à vos rendez-vous et à vos examens, et soyez à l’affût des signes qui ne mentent pas. Cela est extrêmement important. »

Améliorer le milieu de travail, une conversation à la fois (vidéo)

Le dialogue est essentiel pour maintenir un milieu de travail sain.

Promesse à l’occasion de la Journée du chandail rose

Lors de la Journée du chandail rose tenue le 22 février 2017, le sous-ministre adjoint de la Direction générale des affaires publiques et des relations avec les intervenants, James Gilbert, a raconté son expérience personnelle en tant que victime d’intimidation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :