Logement et itinérance des nouveaux arrivants à Hamilton

Official Title: Résumé – Examiner les liens : logement et itinérance chez les nouveaux arrivants à Hamilton, en Ontario

B. Newbold, S. Wayland, R. Wilton, K. Georgiades, O. Wahoush et K. Wilson, Université McMaster, 2011.

La présente étude porte sur l'expérience de nouveaux arrivants au Canada immédiatement après leur arrivée à Hamilton, en Ontario, afin de mieux comprendre les problèmes de logement et d'itinérance que rencontrent les nouveaux arrivants dans cette région.

Termes clés

Nouveaux arrivants et nouveaux immigrants : Les nouveaux citoyens canadiens, les immigrants, les réfugiés, les demandeurs d'asile, les migrants temporaires et toute autre personne née à l'étranger qui est arrivée au Canada au cours des cinq années précédant l'étude pour y vivre ou y travailler.

Autres immigrants : Les immigrants qui vivent au Canada depuis plus de cinq ans.

Non-immigrants : Les citoyens nés au Canada.

Enjeux

  • Dans le Recensement de 2006, les personnes nées à l'étranger représentaient 25 % de la population de d'Hamilton. Chaque année, plus de 3 000 nouveaux arrivants viennent vivre à Hamilton, ce qui en fait l'une des cinq villes canadiennes accueillant le plus grand nombre d'immigrants.
  • Les nouveaux arrivants rencontrent des difficultés particulières lorsqu'ils cherchent un logement. Par exemple, ils ont un crédit insuffisant, connaissent mal la région, disposent d'options de transport limitées et se heurtent à la barrière des langues.
  • De nombreux nouveaux arrivants au Canada vivent dans des logements bondés, précaires et insalubres.
  • Les immigrants qui vivent dans un quartier marginalisé ou dans un logement insalubre ont tendance à rester dans le même quartier, ce qui les marginalise davantage au fil du temps.

Méthode d'enquête

  • Des entrevues auprès de 14 répondants clés (p. ex. responsables de refuges, organismes d'établissement, gestionnaires immobiliers, responsables de services communautaires et promoteurs de logements) pour :
  • discuter du logement et de l'itinérance chez les nouveaux arrivants;
  • examiner les politiques de réinstallation et de logement des nouveaux arrivants.
  • Des entrevues auprès de 165 élèves immigrants et non immigrants de la 4e à la 8e année (et auprès de leur premier parent ou tuteur) pour examiner les effets directs des influences collectives et individuelles sur les problèmes de logement.
  • Douze entrevues auprès de réfugiés et de nouveaux immigrants pour examiner le rôle des catégories d'immigrants et leurs expériences en matière de logement.

Résultats des entrevues

  • Les nouveaux arrivants vivent divers types de stress. Ils portent par exemple le fardeau de devoir repartir à zéro : trouver un logement et des meubles adéquats, s'adapter à un nouveau milieu et comprendre comment fonctionne le système.
  • L'absence totale de logement semble peu commune chez les nouveaux arrivants. Ils vivaient plutôt dans des logements précaires ou insalubres ou faisaient partie de la population itinérante clandestine, et ils fréquentaient occasionnellement les refuges.
  • Les propriétaires demandaient souvent des références et une cote de crédit, ce que les nouveaux arrivants ne pouvaient fournir. Certains nouveaux arrivants estimaient que leurs relations avec les propriétaires étaient gênantes et négatives.
  • Les logements insalubres présentaient divers problèmes comme la présence de punaises de lits ou de coquerelles, la dégradation des installations et des risques pour la sécurité personnelle.
  • La langue était un obstacle lorsque les nouveaux arrivants n'étaient pas en mesure d'expliquer ce dont ils avaient besoin ou de comprendre les attentes relatives au logement.
  • Plusieurs nouveaux arrivants faisaient souvent partie de familles nombreuses. Compte tenu de la petite taille des logements disponibles, les membres d'une même famille devaient parfois se séparer. Cela occasionnait des problèmes financiers et privait les nouveaux arrivants du soutien mutuel que les membres de la famille peuvent se fournir lorsqu'ils vivent ensemble.
  • Malgré les contraintes relatives au financement, les employés des refuges tentaient d'établir des partenariats avec d'autres organisations pour offrir de meilleurs services aux nouveaux arrivants.

Résultats de l'enquête

  • Malgré le haut niveau de scolarité de leurs parents, les enfants de la première génération (nés à l'étranger) sont plus susceptibles de vivre dans un logement locatif.
  • Comparativement aux autres immigrants et aux non-immigrants, une plus grande proportion des nouveaux immigrants (90,5 %) et des réfugiés (79,1 %) ont indiqué vivent dans un logement locatif.
  • Au total, 47,1 % des réfugiés vivaient dans un logement subventionné comparativement à 21,7 % des autres immigrants et à 28,1 % des familles non immigrantes.
  • Une plus grande proportion des nouveaux immigrants (44,2 %) et des réfugiés (37,25 %) recevaient de l'aide sociale.
  • Quelque 14,3% des nouveaux immigrants ont indiqué avoir été victimes de discrimination lorsqu'ils cherchaient un logement comparativement aux autres immigrants (9,2 %) et aux non-immigrants (0 %).

Dans l'ensemble, les résultats de l'enquête confirment les perceptions selon lesquelles les réfugiés et les nouveaux immigrants sont plus susceptibles de vivre dans un logement locatif ou subventionné et d'être des bénéficiaires de l'aide sociale.

Recommandations

  • Investir dans la construction de nouveaux logements et la rénovation de logements existants.
  • Améliorer les sources d'information sur les options en matière de logement.
  • Renforcer la collaboration entre les fournisseurs de services pour accroître le partage des ressources.
  • Informer davantage la population, y compris les propriétaires, au sujet des questions de droit et des besoins en matière de logement des nouveaux arrivants.

Contactez-nous

Contactez-nous pour plus de renseignements sur cette étude.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :