Modèles d'organisation des services de soutien au logement, des services de soutien cliniques et des services de soutien complémentaires

Information pour les Modèles d'organisation des services

La gestion des cas graves et le suivi intensif dans le milieu sont deux modèles de gestion de cas de l'approche Logement d'abord assortis de normes bien définies et d'un ensemble de données fiables. Ces modèles sont les deux principales façons d'organiser les services de soutien au logement, les services de soutien cliniques et les services de soutien complémentaires et de les offrir aux clients de l'approche Logement d'abord. Soulignons que chacun de ces modèles doit être envisagé comme un continuum et non comme une norme absolue. Il est entendu que les collectivités adaptent ces modèles à la situation locale.

Dans la pratique, la plupart des collectivités appliquent la gestion des cas graves et le suivi intensif dans le milieu de manière très générale, en organisant les services de soutien au logement, les services de soutien cliniques et les services de soutien complémentaires offerts aux personnes sans abri qui sont des clients de l'approche Logement d'abord en fonction du milieu communautaire particulier et des besoins définis par la clientèle. Pour en savoir plus sur la grande diversité des modes d'organisation et de prestation du programme Logement d'abord dans les collectivités, veuillez consulter les Études de cas.

Gestion des cas graves

La gestion des cas graves est un modèle d'équipe selon lequel des travailleurs sociaux, seuls ou en équipe, mettent la personne en contact avec les services de soutien au logement, les services de soutien cliniques et les services de soutien complémentaires réguliers. Les gestionnaires de cas offrent des services externes, tissent des liens et assurent la coordination avec d'autres services afin d'aider la personne à accéder aux services dont elle a besoin. Les équipes de gestion des cas graves peuvent comprendre des intervenants du secteur des services de soutien au logement et des services de soutien complémentaires, en liaison avec les services de soutien cliniques réguliers.

Voici quelques-unes des caractéristiques précises de la gestion des cas graves :

  • Relation individualisée entre le gestionnaire de cas et le client fondée sur une démarche axée sur le rétablissement (des intervenants du secteur des services de soutien au logement et des services de soutien complémentaires peuvent faire partie de l'équipe des gestionnaires de cas).
  • Le gestionnaire de cas négocie l'accès aux services ordinaires dont le client pense avoir besoin pour atteindre ses objectifs.
  • Le gestionnaire de cas assure la liaison entre les clients et les professionnels de la santé (p. ex. médecin de famille) et d'autres services.
  • Le gestionnaire de cas accompagne souvent les clients à des réunions ou des rendez-vous afin de faciliter la réalisation de leurs objectifs ou la satisfaction de leurs besoins.
  • Les gestionnaires de cas sont disponibles à des heures régulières; la charge de travail est souvent partagée pour assurer une couverture sept jours sur sept, douze heures par jour.
  • Le coefficient employé-client équivaut généralement à un gestionnaire de cas pour 20 clients.
  • La durée du service est déterminée par les besoins du client, l'objectif étant de réduire l'aide apportée et de faciliter la transition aux services réguliers dans les plus brefs délais. Dans certains cas, il est possible que les clients puissent faire la transition dans un délai de douze à seize mois.

Gestion des cas graves et Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance

Les activités de gestion des cas graves seraient admissibles au financement au titre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI) renouvelée, et les collectivités peuvent utiliser le financement de la SPLI pour soutenir les équipes de gestion des cas graves, entièrement ou en partie. L'approche de la SPLI consiste à négocier des services dans le contexte des systèmes de soutien existants. Elle concorde avec l'approche globale du modèle de gestion des cas graves, qui vise à assurer la liaison entre les clients et les services réguliers. Il est prévu que la plupart des collectivités adopteront l'une ou l'autre variante du modèle de gestion des cas graves pour leurs programmes Logement d'abord.

Suivi intensif dans le milieu

Le suivi intensif dans le milieu est un modèle multi-professionnel global, axé sur le rétablissement, qui comprend d'ordinaire des services de soutien cliniques complets, fournis notamment par un psychiatre, un médecin, du personnel infirmier et des spécialistes en toxicomanie, réunis au sein d'une même équipe qui répond à tous les besoins des clients. L'équipe peut également offrir des services de soutien au logement et des services de soutien complémentaires. Sinon, l'équipe de suivi intensif dans le milieu peut assurer la liaison entre le client et les services réguliers de soutien au logement et les services de soutien complémentaires. Cette équipe offre des services intensifs, axés sur le client, aux personnes aux prises avec de graves problèmes de santé mentale ou de toxicomanie. Elle fournit une gamme de services de soutien directement aux personnes qui ne seront peut-être pas prêtes à être intégrées aux services réguliers avant un certain temps (p. ex. services de rétablissement et de mieux-être; soutien par les pairs; intégration des services de santé mentale et de toxicomanie).

Voici quelques-unes des caractéristiques des équipes de suivi intensif dans le milieu :

  • Une équipe multidisciplinaire de professionnels de la santé qui offrent des services complets directement au client.
  • Les membres de l'équipe sont disponibles en tout temps et ils offrent de l'aide en temps réel.
  • Les membres de l'équipe de suivi intensif dans le milieu se réunissent régulièrement, parfois quotidiennement, avec le client et entre eux.
  • L'équipe est mobile et les membres rencontrent souvent les clients à domicile.
  • Le coefficient employé-client est généralement d'une équipe de suivi intensif dans le milieu pour dix clients.
  • Les volets du programme s'appuient sur le choix du client, le soutien par les pairs et l'importance accordée au rétablissement.
  • Les services sont offerts de manière illimitée et des transferts à des services de moindre intensité sont prévus dans le cas des clients stables.

Suivi intensif dans le milieu et Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance

La création de nouvelles équipes de suivi intensif dans le milieu n'est pas admissible au financement au titre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI), car la santé est un domaine de compétence provinciale et territoriale. La prestation directe de services de soutien cliniques continus (services d'un psychiatre, d'un médecin, d'un membre du personnel infirmier ou d'un spécialiste en toxicomanie) n'est pas une activité admissible. On s'attend à ce que les collectivités qui n'ont pas d'équipes de suivi intensif dans le milieu proposent un modèle de type gestion des cas graves prévoyant l'accès négocié aux services réguliers.

Dans les collectivités où se trouve une équipe de suivi intensif dans le milieu, l'approche de la SPLI consiste à nouer des collaborations avec les équipes de suivi intensif dans le milieu en place dans la province ou le territoire.

Dans tous les cas, on incite les collectivités à travailler avec les partenaires locaux, les autorités sanitaires et les provinces et territoires afin d'offrir les services coordonnés dont les clients ont besoin d'une manière viable qui favorise l'autonomie et évite l'établissement de tout lien de dépendance à long terme.

Signalons que le financement pour les services de soutien au logement et les services de soutien complémentaires peut être utilisé pour améliorer l'accès aux équipes existantes. De la même façon, dans le contexte de la SPLI, il serait possible de financer un poste de coordonnateur ou de pair intervenant afin de faciliter l'accès aux services de soutien cliniques en place ou de tirer parti de la création d'une nouvelle équipe de suivi intensif dans le milieu qui pourrait être financée à même des fonds ne provenant pas de la SPLI.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :