Tout le monde compte – un guide sur les dénombrements ponctuels au Canada – 2e Édition

Par Emploi et Développement social Canada

Cette publication est disponible dans d'autres formats en ligne, par téléphone au 1 800 O-Canada (1-800-622-6232), ou par téléimprimeur (TTY), au 1-800-926-9105. Aussi offerte en médias substituts sur demande : gros caractères, braille, audiocassette, CD avec fichier audio, disquette avec fichier texte, CD avec fichier texte, ou système DAISY.

Au sujet de ce guide

Ce guide a été élaboré par Emploi et Développement social Canada pour donner des lignes directrices aux collectivités qui veulent participer au dénombrement ponctuel de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI). Il comprend les normes de participation, les questions de base pour la sélection et le sondage qui seront communes à toutes les collectivités, de même que des lignes directrices pour la mise en œuvre d'un dénombrement ponctuel.

Les lignes directrices de ce guide ont été élaborées suite à un examen des pratiques exemplaires en matière de dénombrement ponctuel utilisées au Canada et à l'échelle internationale. Le guide tient également compte de l'apport des collectivités, y compris de l'apport du groupe de travail sur le dénombrement ponctuel de la SPLI. Il s'appuie sur le travail mené par l'Observatoire canadien sur l'itinérance de même que sur celui du Department of Housing and Urban Development des États-Unis.

Dans la 2e édition du Guide, les normes, les questions de base pour la sélection et le sondage et les lignes directrices ont été mises à jour en tenant compte de la rétroaction des collectivités qui ont pris part au dénombrement ponctuel coordonné de 2016 et du groupe de travail national sur le dénombrement ponctuel de la SPLI.

Le guide comprend cinq sections :

Veuillez noter que la forme masculine utilisée dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Le genre masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d'alléger le texte.

Remerciements

Emploi et Développement social Canada (EDSC) désire reconnaître la contribution des collectivités et des experts du Canada et d'autres pays qui ont fourni des conseils tout au cours de l'élaboration de l'approche pour le dénombrement ponctuel de la SPLI.

En particulier, les membres du groupe de travail sur le dénombrement ponctuel de la SPLI ont joué un rôle essentiel en partageant leurs expériences des dénombrements ponctuels et leur compréhension des besoins des collectivités et des personnes en situation d'itinérance. Les membres actuels et anciens du groupe de travail sont présentés ci-dessous :

  • Dr. Alina Turner, Turner Research and Strategy
  • Bob Hughes/Ken Salter, ASK Wellness, (Kamloops, C.-B.)
  • Bruce Pearce, End Homelessness St. John's (St. John's, T.-N.-L.).
  • Jennifer Hales/Celine Mauboules, Ville de Vancouver, (C.-B)
  • Christian Méthot, Centre de recherche de L'Hôpital Douglas (Montréal, Qc)
  • Christina Maes Nino, Social Planning Council of Winnipeg, Man.
  • Cindy Sue Montana McCormack, Social Planning and Research Council of Hamilton (Ont.)
  • Courtenay Defriend, Courtenay Defriend Consulting (Nanaimo, C.-B.)
  • Darren Cooney/Della Knoke,, Secrétariat sur l'itinérance de la province de l'Ontario
  • Erica Richmond, United Way Peterborough (Ont.)
  • Gwenda Drover, Newfoundland and Labrador Statistics Agency
  • James McGregor, Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal, QC
  • Jane Henderson, Choices for Youth (St. John's, T.-N.-L.)
  • Jesse Donaldson, Observatoire canadien sur l'itinérance (OCI)
  • Jesse Thistle, Observatoire canadien sur l'itinérance (OCI)
  • Laural Raine/Joseph Stalteri/Joey Reeder, Ville de Toronto (Ont.)
  • Marcel Swain/Linda Lavalee, Lu'ma Native Housing Society (Vancouver, C.-B.)
  • Marie Morrison, municipalité régionale de Waterloo (Ont.)
  • Matt Thompson, M. Thomson Consulting
  • Rachel Campbell/Dr. Nick Falvo/Meaghan Bell, Calgary Homeless Foundation (Alb.)
  • Mia Burgess, Central Okanagan Foundation (Kelowna, C.-B.)
  • Michael Mackenzie, Saint John Human Development Council, Saint John, NB
  • Naomi Leadbeater/Mark Anderson/Michelle Lemoine, Brandon (Man.)
  • Pierre-Luc Lortie, Ville de Montréal (Qc)
  • Sarah Brown, Youth Leadership Council, (St. John's, T.-N.-L.)
  • Dr. Stephen Gaetz, Observatoire canadien sur l'itinérance (OCI)
  • Susan McGee/Giri Puligandla/Robbie Brydon, Homeward Trust Edmonton, (Alb.)
  • Tim Richter, Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance (ACMFI)
  • Wally Czech, ACMFI et Ville de Lethbridge (Alb.)

Plusieurs des membres du groupe de travail ont également consulté leur collectivité pour obtenir de la rétroaction, notamment de personnes ayant vécu une situation d'itinérance. Leur contribution a été grandement appréciée. En outre, EDSC aimerait remercier d'autres experts qui ont été consultés au sujet de la méthodologie, tels qu'Alex Abramovich, Ph. D., (Centre for Addiction and Mental Health) et Kevin Barlow (Metro Vancouver Aboriginal Executive Council). EDSC tient également à remercier William Snow, Marcy Thompson et leurs collègues du Department of Housing and Urban Development pour nous avoir fait bénéficier de leur expérience en matière de coordination de dénombrement ponctuel, de même que les représentants de Continuums of Care du comté d'Arlington (VA), de la ville de New York (NY), du comté d'Hennepin (MN), d'Anchorage (AK), de Quincy (MA), et les représentants (Balance of State) de l'état de Géorgie aux États-Unis qui nous ont parlé de leur expérience dans la mise en œuvre de dénombrements ponctuels.

Aperçu de l'approche du dénombrement ponctuel de la SPLI

Le premier dénombrement ponctuel des personnes en situation d'itinérance, qui a été mené de façon coordonnée dans les collectivités provinciales et territoriales au Canada, a eu lieu en 2016. Les collectivités sont invitées à participer au second dénombrement ponctuel coordonné de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI), qui se tiendra en mars et avril 2017. Le présent guide explique l'approche du dénombrement ponctuel de la SPLI, et comprend des renseignements sur la méthodologie, le sondage et les lignes directrices à l'intention des collectivités voulant participer au dénombrement. Les collectivités participantes peuvent examiner le guide et les ressources disponibles sur le site Web de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance . Vous trouverez une liste de ressources supplémentaires à la section : Où trouver plus d'information?

Pourquoi effectuer un dénombrement ponctuel coordonné au Canada?

Plusieurs collectivités canadiennes mènent des dénombrements ponctuels périodiques depuis plus de dix ans. Ces collectivités ont adopté différentes approches pour mener leurs dénombrements. Les différences comprennent notamment le moment de l'année et la période du jour où le dénombrement est mené, les personnes qui sont considérées comme « sans-abri », et les questions du sondage. Il existe aussi beaucoup de similitudes entre les dénombrements. Par exemple, tous les dénombrements comprennent les personnes dormant dans des refuges ou dans la rue. Tous les dénombrements demandent des renseignements démographiques de base (en utilisant différentes formulations dans leurs questions).

En 2016, 32 collectivités canadiennes ont mis en œuvre un dénombrement ponctuel coordonné en utilisant des méthodes et des questions communes. Ce dénombrement a constitué une étape du processus pour dresser un portrait national de l'itinérance. Les meilleures estimations de l'itinérance au Canada se fondent actuellement sur les résultats du rapport : Faits saillants de l'Étude nationale sur les refuges 2005–2014 (Segaert, 2016), qui se basent sur les statistiques du recours aux refuges d'urgence dans des collectivités de la plupart des provinces et territoires. Une limite de cette méthode est qu'elle omet les sans‑abri qui n'utilisent pas le système de refuges. Dans le rapport État de l'itinérance au Canada : 2013, l'Observatoire canadien sur l'itinérance et l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance ont tenté de remédier à cette lacune en utilisant les résultats de huit dénombrements ponctuels pour estimer la taille de la population des sans-abri qui ne fréquentent pas les refuges.

Étant donné que plus de collectivités participeront en 2018, il sera possible de dresser un vaste portrait national qui servira de point de référence pour mesurer les progrès accomplis dans la réduction de l'itinérance. Puisqu'un plus grand nombre de programmes Logement d'abord et de plans communautaires pour réduire ou éliminer l'itinérance a été mis en œuvre, il est nécessaire de réaliser ce portrait national. C'est pourquoi les collectivités de l'ensemble du Canada ont été invitées à participer au dénombrement ponctuel coordonné en 2018.

À quoi sert un dénombrement ponctuel?

Un dénombrement ponctuel des personnes sans-abri a deux objectifs principaux :

  • Un comptage, ou dénombrement, des personnes en situation d'itinérance absolue : Cet exercice vise à déterminer le nombre de personnes sans-abri dans une collectivité qui vivent dans les refuges ou dans la rue à un moment donné. Les collectivités peuvent utiliser les dénombrements ponctuels, qui sont menés au cours d'années subséquentes, pour suivre les progrès dans la réduction de l'itinérance.
  • Un sondage de la population sans-abri : Au moyen d'un sondage, le dénombrement fournit à la collectivité des renseignements sur les données démographiques et les besoins en services de sa population sans-abri. Ces renseignements peuvent être utilisés pour orienter les ressources communautaires là où elles s'avèrent le plus nécessaires.

Un dénombrement ponctuel ne vise pas à :

  • Dénombrer l'ensemble des personnes qui sont sans-abri dans une collectivité au fil du temps. En mettant l'accent sur une seule journée, le dénombrement n'inclura pas certaines personnes qui entrent dans le cycle de l'itinérance et en sortent. Le dénombrement fournira plutôt une estimation du nombre de personnes qui sont sans-abri à un moment précis.
  • Dénombrer les personnes qui vivent en situation d'itinérance cachée (par exemple: les personnes qui ont recours à l'hospitalité temporaire). Un dénombrement ponctuel porte sur les personnes qui vivent en situation d'itinérance absolue (par exemple: qui dorment dans les refuges ou dans la rue le jour du dénombrement. Certaines collectivités sondent tout de même les personnes en situation d'itinérance cachée afin de recueillir des renseignements sur leurs besoins en services.

En quoi consiste l'approche du dénombrement ponctuel de la SPLI?

Le dénombrement ponctuel de base définit les éléments communs à tous les dénombrements ponctuels des collectivités individuelles. Il comprend les populations de base à inclure dans le dénombrement et les questions de base devant figurer dans le sondage de chaque collectivité.

Populations de base

L'approche du dénombrement ponctuel de base de la SPLI comprend les personnes sans-abri qui sont ou non dans les refuges.

Les personnes sans-abri qui ne sont pas dans les refuges comprennent les personnes qui dorment dans des endroits impropres à l'habitation humaine, y compris les endroits suivants : rues, ruelles, parcs et autres lieux publics, gares de transit, édifices abandonnés, véhicules, ravins et autres endroits extérieurs où l'on sait que les personnes sans-abri dorment.

Les personnes sans-abri qui sont dans les refuges comprennent les personnes dormant dans les endroits suivants : refuges d'urgence (pour tous ou seulement pour les hommes, les femmes, les jeunes, etc.), refuges en cas de phénomène météorologique extrême, refuges pour femmes victimes de violence, et logements de transition. Les personnes qui reçoivent un bon d'échange pour une chambre d'hôtel ou un motel au lieu d'un lit dans un refuge peuvent être incluses. Par contre, il exclut les personnes occupant un logement stable, qui sont inscrites aux programmes Logement d'abord ou qui vivent dans des logements sociaux ou subventionnés.

Questions de base pour la sélection et le sondage

Les questions de base pour les sans-abri qui ne sont pas dans les refuges et pour les sans-abri qui sont dans les refuges sont incluses à la section 4 Les questions de base du sondage comprennent les questions de sélection qui déterminent si le répondant est compris dans le dénombrement des sans-abri, et des questions de sondage standards. Les questions de sélection visent à identifier correctement les personnes en situation d'itinérance. Elles doivent être suffisamment inclusives pour inclure les personnes qui sont dans une situation d'itinérance absolue durant le dénombrement, mais suffisamment restrictives pour exclure les personnes qui ne sont pas vraiment en situation d'itinérance (par exemple: visiteurs dans la ville).

Les questions du sondage visent à recueillir des renseignements supplémentaires sur la population et ses besoins (par exemple: âge, sexe, statut d'Autochtone ou d'ancien combattant, sources de revenu, motifs de la perte du logement, etc.). En plus des questions de base, vous pouvez ajouter des questions qui sont pertinentes pour vos besoins d'information locaux. L'Observatoire canadien sur l'itinérance a dressé une liste de questions supplémentaires que vous pouvez considérer (Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels de l'OCI). Consultez la section 4 pour obtenir un complément d'information sur les sondages.

Normes de participation dans le cadre du dénombrement coordonné

Reconnaissant la nécessité de trouver un équilibre entre la rigueur méthodologique et la souplesse au niveau de la collectivité, l'approche de dénombrement ponctuel de la SPLI comprend les normes de base pour la méthode qui sera uniforme à l'échelle des collectivités, tout en permettant une souplesse pour la personnalisation de l'approche selon le contexte local de chaque collectivité. L'approche comprend aussi des normes recommandées, selon les meilleures pratiques utilisées par les collectivités au Canada. Les collectivités sont encouragées à adopter ces normes.

Normes de base

Normes de base nº 1 : Le dénombrement s'entend du nombre de personnes en situation d'itinérance au cours d'un soir donné entre le 1er mars et le 30 avril 2018.

Normes de base nº 2 : La méthode et le sondage utilisés par la collectivité comprennent les questions de base de sélection et du sondage, ainsi que les populations de base décrites dans le présent guide.

Normes de base nº 3 : La mise en œuvre à l'échelle locale du dénombrement ponctuel est fondée sur les consultations auprès du conseil consultatif communautaire (CCC) local de la SPLI et du conseil consultatif communautaire autochtone, le cas échéant. La méthodologie locale est approuvée par l'entité communautaire et l'entité communautaire autochtone de la SPLI, le cas échéant. Cette méthodologie doit être soumise à la SPLI pour examen avant le dénombrement.

Normes de base nº 4 : Les résultats du dénombrement de base sont communiqués à la SPLI au moyen du logiciel fourni. Ces renseignements contribueront à la compréhension de l'itinérance au Canada, mais ils ne seront pas utilisés pour faire rapport au public des conclusions des collectivités individuelles.

Normes de base nº 5 : Les dénombrements des sans-abri qui sont dans les refuges se fondent sur le nombre de personnes restant dans des refuges d'urgence, des refuges en cas de phénomène météorologique extrême, des refuges pour femmes victimes de violence, et des logements de transition au cours d'une nuit de l'année. S'il y a lieu, ils peuvent aussi inclure les familles ou les personnes qui ont reçu un bon d'échange pour une chambre d'hôtel ou un motel au lieu d'un lit dans un refuge. Il convient de souligner que les sondages menés dans les refuges ne servent pas au dénombrement, mais plutôt à renseigner sur la population de ces établissements.

Normes de base nº 6 : Les dénombrements des sans-abri qui sont dans les refuges sont fondés sur les données recueillies par les systèmes de données des refuges, lorsque disponibles, comme le Système d'information sur les personnes et les familles sans-abri (SISA). Les grandes collectivités peuvent utiliser une approche par échantillon pour le sondage, à savoir un échantillon représentatif des refuges, ou des résidents du refuge, dans la mesure où la stratégie d'échantillonnage utilisée est expliquée.

Normes de base nº 7 : Le dénombrement des personnes hors des refuges est fondé sur un sondage réalisé dans la rue au cours d'une période de 24 heures. Ce sondage peut porter sur l'ensemble de la collectivité, les lieux connus d'une collectivité ou un échantillon de quartiers, ou encore il peut utiliser une approche mixte (se reporter à la section 4 du guide). Le sondage peut comprendre les rues, les ruelles, les parcs et les autres lieux publics, les gares de transit, les édifices abandonnés, les véhicules, les ravins, et les autres endroits extérieurs où l'on sait que les personnes sans-abri dorment.

Normes de base nº 8 : L'entité communautaire est responsable de la qualité des données recueillies. Des efforts devraient être déployés pour veiller à ce que chaque personne soit comptée une seule fois (c'est à dire limiter les dédoublements) au moyen du sondage même et de l'élimination des dédoublements dans les données (consultez la section 5). L'entité communautaire est aussi responsable de veiller à ce que le personnel et les bénévoles reçoivent une formation adéquate, y compris sur les normes du dénombrement, les procédures du sondage, la gestion des données et la confidentialité, ainsi que sur la sécurité personnelle.

Normes recommandées

Normes recommandées nº 1 : L'approche du dénombrement ponctuel local (par exemple: questions de sondage ou populations supplémentaires, secteurs à couvrir, etc.) doit se fonder sur des consultations avec tous les secteurs concernés par l'itinérance, notamment, le CCC de la SPLI et le CCC autochtone, la municipalité, les refuges et les autres fournisseurs de services aux sans-abri, les fournisseurs de services aux Autochtones, la police locale et les services d'urgence, ainsi que les sociétés de transport. La coopération avec ces secteurs contribuera à une mise en œuvre réussie du dénombrement.

Normes recommandées nº 2 : Si possible, le rapport du dénombrement ponctuel local peut contenir des données provenant des institutions publiques locales – notamment les établissements correctionnels, les centres de détention pour mineurs, les hôpitaux, les centres de désintoxication – qui portent sur les personnes sans adresse fixe et dont la libération ou le congé est imminent, mais qui n'ont pas de plan de continuité des services ou des soins comprenant un logement. Ce nombre n'est pas inclus dans le dénombrement de base.

Normes recommandées nº 3 : Le coordonnateur du dénombrement ponctuel doit travailler en étroite collaboration avec le coordonnateur communautaire du SISA, et avec tout autre coordonnateur local des données des refuges, s'il y a lieu.

Normes recommandées nº 4 : Les résultats du dénombrement doivent être communiqués à la collectivité, en accordant une attention particulière aux partenaires du dénombrement, aux personnes qui travaillent dans le secteur et aux personnes qui vivent l'itinérance. Les résultats devraient aussi être communiqués à la province ou au territoire. Lorsque la municipalité exige de dénombrer les sans-abri, l'entité communautaire doit travailler de près avec la municipalité. L'entité doit veiller à ce que le dénombrement réponde aux exigences de la municipalité et que cette dernière ait accès aux données nécessaires pour produire un rapport.

Normes recommandées nº 5 : Bien que cela ne fasse pas partie du dénombrement, il peut être utile de faire un suivi des données contextuelles qui aident à expliquer les changements dans la population d'une année à l'autre. Ces données peuvent comprendre, entre autres choses, les taux d'inoccupation des logements locatifs, le nombre de personnes ayant des besoins de logement de base, et le nombre de résidents des logements supervisés permanents (Logement d'abord) ou des logements de transition à long terme.

Dénombrement ponctuel coordonné et semaine du registre

Les collectivités participant à la Campagne 20 000 foyers, dirigée par l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance, peuvent décider de combiner un dénombrement ponctuel et une semaine du registre. Une semaine du registre présente de nombreuses caractéristiques similaires à un dénombrement ponctuel, par exemple les bénévoles sondent les personnes en situation d'itinérance. Toutefois, une semaine du registre vise à évaluer les besoins des sans-abri et à dresser une liste de noms afin de prioriser les interventions auprès des personnes ayant besoin d'un logement. Ces approches diffèrent notamment parce qu'une semaine du registre ne fournit pas d'estimation ponctuelle de la taille de la population et que les activités se déroulent pendant deux ou trois jours (au cours d'une semaine donnée).

Lors du dénombrement ponctuel de 2016, plusieurs collectivités ont mené conjointement un dénombrement et une semaine du registre. Afin de maintenir l'intégrité des données du dénombrement ponctuel, il faut tenir compte des facteurs suivants :

  • Un dénombrement ponctuel se rapporte toujours à un jour particulier. Un dénombrement ponctuel complet doit être effectué le premier jour du processus combiné, ce qui signifie que le nombre de personnes dans les refuges est basé sur le taux d'occupation pendant la nuit en question et un dénombrement complet des personnes hors des refuges est effectué dans tous les lieux connus de la collectivité.
  • Durant les jours subséquents au cours de la semaine du registre, vous pouvez continuer à sélectionner les personnes à inclure au dénombrement, mais la sélection doit se rapporter au jour du dénombrement ponctuel.
  • Les questions de base doivent figurer en premier dans le sondage.

Bien que le dénombrement ponctuel ne soit plus un sondage anonyme dans un processus combiné, les avantages d'établir une liste de noms des personnes nécessitant un logement ont été démontrés par des collectivités ayant adopté cette approche (par exemple: Hamilton). Cette approche devrait être combinée à un système intégré de données communautaires (par exemple: le système d'information sur les personnes et les familles sans-abri [SISA] 4) afin de tenir la liste à jour.

Calendrier de mise en œuvre du dénombrement ponctuel

Un dénombrement ponctuel ne se réalise pas en une seule journée. Des mois de travail sont généralement nécessaires avant et après le dénombrement. Un calendrier détaillé se trouve à la section 2. Ce travail peut se diviser en quatre étapes :

1. Planification (quatre mois ou plus avant le dénombrement) : Cette période est utilisée pour identifier un coordonnateur et mobiliser la collectivité locale. Un comité local sur le dénombrement ponctuel peut être formé pour appuyer le coordonnateur et assumer diverses responsabilités (par exemple: analyse des données, recrutement des bénévoles, plan de communication). Le coordonnateur collabore ensuite avec ces partenaires pour commencer à élaborer les questions du sondage local et déterminer une stratégie pour trouver les personnes dans les lieux extérieurs. Établissez un plan de communication pour susciter l'intérêt des médias et de la collectivité dans son ensemble en vue d'obtenir des appuis et de favoriser le recrutement.

2. Préparation (d'un à quatre mois avant le dénombrement) : Les secteurs devant être couverts et toute autre question à ajouter au sondage devraient être déterminés de façon définitive à cette étape. Un plan est élaboré pour le jour du dénombrement (par exemple: un quartier général est déterminé, une liste des ressources nécessaires est établie). Le recrutement des bénévoles commence.

3. Mise en œuvre (moins d'un mois avant le dénombrement) : Il s'agit de la période caractérisée par la préparation de dernière minute pour le dénombrement. On obtient toute fourniture requise et on forme les bénévoles qui sont ensuite répartis dans des équipes.

Jour du dénombrement

4. Après le dénombrement (un jour ou plus après le dénombrement) : Les résultats du sondage devraient être saisis aussitôt que possible et être compilés avec les autres données (lorsque disponibles). L'analyse des données peut alors commencer (si vous utilisez le logiciel de dénombrement ponctuel de la SPLI, certains rapports peuvent être produits automatiquement). Les résultats devraient être communiqués aux bénévoles, à la collectivité en général et à la population de sans-abri elle-même. Le comité local sur le dénombrement ponctuel devrait se réunir de nouveau pour examiner l'expérience du dénombrement (vous pouvez interroger les bénévoles et le personnel pour connaître leur point de vue) et commencer à planifier le prochain dénombrement.

Calendrier de mise en œuvre

Établissement du plan et du calendrier du dénombrement ponctuel

Le temps, les efforts et les ressources dont une collectivité a besoin afin de procéder à son dénombrement ponctuel dépendent de sa taille, de sa situation géographique et des méthodes choisies; toutefois, des étapes communes doivent être suivies.

Planification (quatre mois ou plus avant le dénombrement)

Formation d'un comité local sur le dénombrement ponctuel : La formation d'un comité local pour appuyer la mise en œuvre du dénombrement ponctuel permettra de gagner l'appui de la collectivité à l'égard du dénombrement. L'expertise et l'expérience des membres du comité seront également utiles pour le dénombrement. Les membres devraient être sélectionnés au sein de l'entité communautaire et du CCC locaux de la SPLI, ainsi que de l'entité communautaire et du CCC autochtones, le cas échéant. Les membres devraient comprendre des représentants municipaux et des corps de police, des intervenants d'urgence qui interagissent avec la population sans-abri, ainsi que d'autres intervenants jouant un rôle important dans le soutien donné aux sans-abri. L'inclusion du coordonnateur communautaire local du SISA faciliterait l'accès aux données des refuges. Le comité devrait également comprendre une personne ayant vécu l'itinérance. Un élément clé de la réussite du dénombrement consistera à encourager les sans-abri à participer au processus. Des sous-comités peuvent être formés afin de prendre en compte des aspects précis du dénombrement (par exemple: recrutement de bénévoles, élaboration du sondage local et de la méthode ainsi que de la stratégie de communication).

Sélection d'un coordonnateur pour le dénombrement ponctuel : Selon la taille de la collectivité et la complexité du dénombrement, une personne peut être affectée exclusivement à ce poste. Idéalement, cette personne sera étroitement liée au secteur local de services aux sans-abri et aura une expérience de la coordination de projets communautaires. De nombreuses collectivités désignent un employé municipal pour agir à titre de coordonnateur.

Établissement d'un dialogue avec la collectivité : Élaborez une stratégie de communication relative au dénombrement en vue de susciter l'intérêt des médias et de la collectivité dans son ensemble. Communiquez rapidement l'intention de participer au dénombrement. La sensibilisation de la collectivité au dénombrement jouera un rôle clé dans le recrutement de bénévoles, tant pour le jour du dénombrement que pour contribuer aux phases de planification et de préparation. Des entreprises locales pourraient souhaiter soutenir le dénombrement par du financement ou des dons (par exemple: articles pour les répondants au sondage, nourriture pour les bénévoles, etc.).

Préparation (d'un à quatre mois avant le dénombrement)

Détermination de la méthode de recherche : En fonction de la taille, de la situation géographique et des ressources de la collectivité, différentes méthodes peuvent être utilisées pour définir les secteurs de recherche. Cet aspect est particulièrement important pour la partie du dénombrement ponctuel visant les sans-abri qui ne sont pas dans les refuges. Ces approches sont décrites à la section 3.

Finalisation du sondage : Les collectivités peuvent ajouter des questions aux questions de base dans le sondage visant les sans-abri qui ne sont pas dans les refuges tout comme dans celui visant les sans-abri qui sont dans les refuges. Le comité local sur le dénombrement ponctuel, un sous-comité ou le coordonnateur devrait consulter les intervenants locaux qui travaillent dans le domaine de l'itinérance (par exemple: les fournisseurs de services aux itinérants, les organismes communautaires qui apportent du soutien, les groupes de soutien aux anciens combattants) afin de déterminer quelles questions pourraient être ajoutées. Il sera important de trouver un équilibre entre le besoin d'information de la collectivité et le besoin de concision du sondage (moins de 15 minutes, si possible). Chaque question devrait avoir un objectif précis lié à la planification ou à l'affectation des ressources.

Recrutement des bénévoles : Le dénombrement ne peut être un succès sans la participation de bénévoles. La communication, tôt dans le processus, sera importante. En plus des personnes qui travaillent déjà dans le domaine, des leaders locaux et des groupes communautaires locaux peuvent être intéressés à participer (par exemple: politiciens locaux, groupes d'étudiants, communautés religieuses, associations d'amélioration des affaires, syndicats, etc.). Les équipes responsables du sondage auront sans doute besoin de bénévoles, qui pourront également solliciter des commandites, participer à la coordination le jour du dénombrement et à l'entrée de données après le dénombrement.

Préparation d'un plan pour le jour du dénombrement : Établissez un quartier général pour coordonner le dénombrement. Les grandes collectivités peuvent décider de mettre en place des centres de secteur, c'est-à-dire des bureaux satellites de quartier où les bénévoles peuvent se réunir avant et après leurs quarts dans les refuges à proximité ou sur leurs itinéraires. Déterminez les ressources requises (par exemple: équipement pour les équipes responsables du sondage, incitatifs à la participation). Élaborez un plan permettant d'organiser et de compiler les données tirées des questionnaires remplis.

Mise en œuvre (moins d'un mois avant le dénombrement)

Formation des bénévoles : Chaque bénévole doit recevoir de la formation sur la façon d'aborder les gens, de poser les questions de sélection et du sondage, de remplir les questionnaires ainsi que de demander de l'aide, au besoin. Les bénévoles devraient recevoir de la formation peu de temps avant le jour du dénombrement ponctuel pour réduire la possibilité que les bénévoles présents à la formation soient absents le jour du dénombrement ou que les bénévoles se présentent uniquement le jour du dénombrement. Voir la section 3 pour plus d'information sur la formation des bénévoles.

Préparation finale : Achetez les fournitures et préparez les trousses pour les équipes responsables du sondage. Préparez les cartes de recherche pour les équipes responsables du sondage (les services de planification urbaine pourraient être en mesure d'y contribuer). Livrez les formulaires et les fournitures aux refuges et aux centres de secteur. Les personnes identifiées comme étant sans-abri lors du sondage dans les lieux extérieurs pourraient avoir besoin de services d'urgence ou d'un refuge. Une ou plusieurs équipes d'intervention devraient être formées afin de répondre rapidement à ces besoins le jour du dénombrement.

Jour du dénombrement

Le déroulement le jour du dénombrement différera selon le moment déterminé pour procéder au dénombrement dans les refuges ou dans les lieux extérieurs, et si vous incluez ou non d'autres lieux dans le sondage, tels que les bureaux de services, ou des événements ciblés.

Consultez le site de l' Espace de travail communautaire sur l'itinérance pour prendre connaissance des différentes ressources sur la préparation pour le jour du dénombrement, un aperçu du dénombrement du point de vue des bénévoles, ainsi que sur les facteurs à considérer pour mettre en place votre quartier général et réaliser le sondage dans les refuges.

Après le dénombrement (un jour ou plus après le dénombrement)

Saisie des données du dénombrement et des réponses au sondage : Une équipe de bénévoles peut saisir les données du sondage. Le logiciel fourni par la SPLI peut être utilisé pour saisir les données et produire des rapports de base. Il importe de préserver la confidentialité des réponses afin de respecter la vie privée des répondants. Les données doivent être saisies le plus près possible du jour du dénombrement afin de faciliter l'épuration des données et le suivi auprès des enquêteurs en cas de réponses ambiguës.

Analyse des résultats et transmission à la SPLI : Le module sur les dénombrements ponctuels du SISA est offert pour assurer une méthode sécurisée de transmission des résultats à la SPLI. Le comité local du dénombrement ponctuel peut être consulté pour déterminer les analyses à réaliser. Le module de dénombrement peut produire des rapports de base, mais les analyses (plus avancées) doivent être effectuées au moyen d'un tableur ou de programmes statistiques. Pour les collectivités qui en sont à leur premier dénombrement, les rapports sur les résultats de dénombrement de d'autres collectivités peuvent donner des pistes d'analyses à effectuer.

Communication avec la collectivité : Afin de maintenir la participation de la collectivité dans le cadre du dénombrement et de ceux à venir, une stratégie de communication est essentielle. Préparez-vous à ce que les médias accordent beaucoup d'attention au dénombrement. Une stratégie de communication développée spécifiquement pour la population de sans-abri est également fortement encouragée. De cette façon, il est possible de renforcer leur volonté de participer à de futurs dénombrements ponctuels. Si possible, communiquez les résultats préliminaires rapidement.

Préparation du prochain dénombrement : Le comité local sur le dénombrement devrait étudier les leçons tirées du dénombrement et déterminer les aspects qui pourraient être améliorés en vue du prochain dénombrement (par exemple: questions, logistique, secteurs de recherche). On encourage la tenue de groupes de discussions ou d'un sondage auprès des bénévoles et du personnel affectés au dénombrement afin d'obtenir différents points de vue.

Établissement d'une approche locale

La méthode de base pour le dénombrement ponctuel de la SPLI vise à normaliser les éléments de base du dénombrement pour l'ensemble des collectivités. Cette méthode peut être adaptée à vos besoins locaux. Ce travail sera mené par votre coordonnateur du dénombrement ponctuel, avec l'aide d'un comité sur le dénombrement ponctuel. Cette section décrit les éléments clés du dénombrement qui sont nécessaires à la mise en œuvre du dénombrement ponctuel.

Participation des partenaires de la collectivité

La réussite du dénombrement dépend de la participation de la collectivité, préférablement sous la forme d'un comité sur le dénombrement ponctuel. Dans la plupart des collectivités, le coordonnateur ne sera pas en mesure d'effectuer seul toute la planification et la préparation. Le comité aiderait le coordonnateur en assumant certaines responsabilités, et contribuerait à obtenir un appui au sein de la collectivité pour le dénombrement. Des sous-comités peuvent être formés afin de se concentrer sur certains aspects du dénombrement, comme le recrutement de bénévoles, les questions de sondage local et la sollicitation de l'appui de la collectivité.

Il est essentiel d'obtenir la participation des organisations offrant des services aux sans-abri, en particulier des organisations offrant des services de première ligne, notamment des services d'intervention et de refuge, car leur expertise et leur connaissance de la population sans-abri seront nécessaires pour le dénombrement. Ces organismes doivent comprendre ceux qui ciblent des populations vulnérables particulières, y compris ceux qui offrent des services aux jeunes, aux Autochtones et aux anciens combattants (par exemple: les légions), le cas échéant. Vous pouvez aussi consulter les conseils locaux de planification sociale qui peuvent s'acquitter d'un mandat de recherche et fournir une expertise pour le dénombrement. Les organismes caritatifs locaux peuvent aussi offrir un soutien, particulièrement pour le recrutement des bénévoles.

Les municipalités locales de la collectivité peuvent être en mesure de fournir un appui administratif et logistique dans le cadre du dénombrement. Celles-ci peuvent disposer de cartes et participer à la définition des secteurs de recherche. Elles peuvent également contribuer à établir un lien entre le coordonnateur et les services municipaux ainsi que les intervenants d'urgence, comme la police, les travailleurs sociaux et les ambulanciers, dont bon nombre sont susceptibles d'être en contact étroit avec la population sans-abri. En outre, il est possible de communiquer avec les responsables des bibliothèques locales, des parcs municipaux et des sociétés de transport pour qu'ils aident à déterminer les emplacements, comme des abribus et des gares de transit, où peuvent dormir les sans-abri.

Les leaders de la communauté locale peuvent aider à promouvoir le dénombrement auprès d'une population plus vaste. Les politiciens locaux (fédéraux, provinciaux et municipaux), les personnalités connues et les autres leaders communautaires peuvent en accroître la visibilité, ce qui pourrait servir à soutenir le recrutement des bénévoles et à sensibiliser la population aux enjeux liés à l'itinérance, et ce, sur une plus grande échelle. Le fait de faire participer les leaders communautaires peut également renforcer le soutien nécessaire pour aborder les enjeux régionaux liés à l'itinérance relevés dans le dénombrement.

Si la collectivité a un coordonnateur de données des refuges, par exemple un coordonnateur des données du SISA ou un coordonnateur communautaire, cette personne ou organisation devrait participer au comité afin de faciliter l'accès aux données des refuges.

Les universités et collèges locaux peuvent être en mesure de fournir un appui en ce qui concerne les aspects techniques du dénombrement, comme la définition des secteurs de recherche (particulièrement si une méthode par échantillonnage est utilisée) et l'analyse des données. Des étudiants peuvent souhaiter faire du bénévolat au sein des équipes de sondage ainsi que pour la saisie et le nettoyage des données après le dénombrement.

Des entreprises ou des associations commerciales locales (par exemple: associations d'amélioration des affaires) peuvent souhaiter appuyer le dénombrement sous forme de financement, de fournitures pour les bénévoles (par exemple: planchettes à pince, papier, nourriture) ou pour les populations de sans-abri (par exemple: chaussettes, couvertures, cartes cadeaux pour restaurants ou épiceries), ou encore, en fournissant des bénévoles.

Vous devriez également envisager d'inclure au sein du comité des personnes ayant une expérience vécue de l'itinérance. Ces personnes peuvent contribuer à valider toute question locale ajoutée au sondage, à déterminer les emplacements à cibler par les équipes responsables du sondage, et solliciter d'autres personnes à devenir bénévoles le jour du dénombrement.

Mobilisation des bénévoles

Le recrutement des bénévoles devrait commencer dans les mois précédant le dénombrement (voir la section 2). Des bénévoles peuvent être trouvés dans les réseaux des personnes qui font partie du comité local sur le dénombrement ponctuel, ainsi qu'au sein du grand public. La plupart des collectivités procèderont à la sollicitation de bénévoles au moment de l'annonce du dénombrement.

De nombreuses collectivités se servent de services ou de forums en ligne pour l'inscription des bénévoles (par exemple: VolunteerSpot, Survey Monkey) souvent, pour un rôle ou un quart de travail particulier. Certains bénévoles pourraient désirer se retrouver ensemble au sein d'une équipe responsable du sondage, mais vous devriez vous assurer que chaque équipe comprend au moins une personne ayant des connaissances professionnelles sur la population sans-abri.

Il importe de maintenir la communication avec les bénévoles avant le dénombrement, ce qui peut comprendre des rappels de ce qu'ils doivent apporter pour le dénombrement et des documents de formation. Invariablement, des personnes qui se sont inscrites comme bénévoles se retireront avant le jour du dénombrement. Rappelez aux bénévoles qu'ils doivent vous aviser s'ils ne peuvent participer, de sorte que vous ayez moins de modifications de dernière minute à apporter à vos équipes de sondage.

Après le dénombrement, il est important de reconnaître la contribution des bénévoles et de communiquer les résultats du dénombrement. Les bénévoles pourront ainsi mesurer le fruit de leurs efforts et seront prêts à se porter de nouveau volontaires dans le cadre de futurs dénombrements.

Certaines collectivités plus petites ont réalisé des dénombrements uniquement avec l'aide du personnel d'intervention et du personnel des refuges. Cette approche est faisable seulement lorsqu'un nombre suffisant d'employés est disponible, et où la population sans-abri est relativement petite et stable. Cette approche a pour avantage que le personnel connaît déjà bien le travail auprès de la population et peut connaître le nom de la majorité d'entre eux. Le principal désavantage de cette approche est qu'elle réduit le potentiel de mobilisation de la collectivité dans le cadre du dénombrement. Les bénévoles pourraient ne jamais avoir rencontré un sans-abri ou parlé avec l'un d'eux auparavant. Le bénévolat est une occasion de réduire les barrières dans les collectivités, et il permet aux bénévoles de constater les besoins de leur collectivité.

Constitution des équipes responsables du sondage et formation

Les équipes responsables du sondage sont affectées à des refuges ou à des lieux extérieurs durant le dénombrement. Chaque équipe devrait être composée de deux à trois personnes, y compris au moins une personne ayant une expérience de travail avec des sans-abri. Il peut notamment s'agir de travailleurs sur le terrain, du personnel de refuges, d'intervenants en soins de santé publique, ou de travailleurs sociaux. Des membres d'organismes communautaires partenaires locaux ou des membres du grand public peuvent être sollicités afin de faire partie des équipes à titre de bénévoles. Dans les secteurs où les groupes linguistiques minoritaires forment une population importante, les équipes devraient comprendre une personne à l'aise dans cette langue, dans la mesure du possible.

Si des policiers ou d'autres intervenants de professions où l'on porte un uniforme désirent faire partie de ces équipes, il est préférable de leur demander de se présenter en civil le jour du dénombrement. Un uniforme peut être intimidant pour certains sans-abri. Il en est de même pour les clubs ou toute autre association sociale qui souhaitent être bénévoles ensemble. Dans leurs fonctions de bénévole, ils agissent en tant que représentants du dénombrement.

La formation doit être donnée peu de temps avant le dénombrement afin que l'information soit fraîche dans la mémoire des bénévoles. En outre, si la formation est donnée trop longtemps d'avance vous courez le risque de perdre un grand nombre de bénévoles en raison d'imprévus. Si possible, offrez différentes dates ou plages horaires près du jour du dénombrement pour la formation afin de tenir compte des différents horaires de travail.

La formation devrait comprendre des simulations pour familiariser les bénévoles avec les formulaires et les procédures. Du matériel de formation est inclus dans la Trousse d'outils du dénombrement ponctuel développée par l'Observatoire canadien sur l'itinérance, avec l'aide de la SPLI (Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels de l'OCI Ce matériel est accessible sur l'Espace de travail communautaire sur l'itinérance.

La formation devrait aborder les sujets suivants :

  • Objectif du dénombrement : Quelle est sa raison d'être et quels sont les bienfaits attendus pour la collectivité et les répondants.
  • La population : Quelles sont les personnes qui se retrouvent sans-abri et pourquoi? C'est une occasion de renseigner les bénévoles sur cette population et les causes de l'itinérance. Cela peut comprendre des renseignements spécifiques sur l'itinérance chez les Autochtones et les jeunes.
  • Approche : Comment aborder une personne pour qu'elle participe au sondage. Une explication des rétributions et des incitatifs. Comment poser les questions du sondage de façon respectueuse.
  • Sondage : Comment procéder à la sélection des sans-abri. Ce que chaque question cherche à savoir. L'importance de la collecte de données fiables.
  • Logistique et sécurité : Quel matériel sera fourni aux équipes de sondage. Quels vêtements porter et quoi apporter le jour du dénombrement. Qui contacter en cas d'urgence.

En raison de l'information abondante à couvrir durant le dénombrement, vous êtes encouragés à communiquer des renseignements de base avant la séance de formation.

Définition de la portée du dénombrement

Dénombrement dans les refuges

La partie du dénombrement ponctuel réalisé dans les refuges comprend les endroits suivants :

  • Refuges d'urgence : Sont compris les refuges généraux ainsi que ceux pour des populations particulières, telles que les femmes, les hommes, les jeunes et les Autochtones. Ils devraient aussi comprendre les refuges en cas de phénomène météorologique extrême et les refuges non officiels (par exemple: ceux établis par les organismes caritatifs ou confessionnels).
  • Refuges de transition (logement supervisé à court terme) : Ces refuges constituent une étape vers un logement permanent, où les clients peuvent demeurer à moyen terme (moins d'un an). Normalement, les logements de transition pour des séjours de plus d'un an ne sont pas inclus.
  • Refuges pour femmes victimes de violence (FVV) : Ces refuges aident les femmes à la recherche de protection contre la violence et la maltraitance. La majorité de ces refuges accepte les enfants qui accompagnent les femmes.
  • Hôtels (bons d'hôtel) : S'il y a lieu, le dénombrement des personnes dans les refuges peut aussi inclure les familles et les personnes qui ont reçu un bon d'échange pour une chambre d'hôtel ou de motel au lieu d'un lit dans un refuge.

Dans la mesure du possible, les données accessibles pour ces établissements peuvent aider à déterminer le dénombrement des sans-abri dans les refuges. Le Logiciel SISA est accessible gratuitement, et une formation gratuite est offerte par la SPLI. Lorsqu'il n'est pas possible d'obtenir ces renseignements dans un système de données, on peut utiliser l'un des formulaires modèles pour demander à un refuge des renseignements sur l'occupation (Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels de l'OCI). ). À tout le moins, l'information devrait comprendre le nombre de personnes qui a passé la nuit dans le refuge, mais l'enquêteur peut aussi demander le sexe et l'âge de chaque client dans le refuge au cours de cette nuit.

Dans les grandes collectivités, si les ressources sont insuffisantes pour sonder tous les clients dans tous les refuges, il est possible de procéder par échantillonnage. Cela peut comporter l'établissement d'un échantillon représentatif des refuges ou d'un échantillon aléatoire des clients. Une telle approche nécessite une expertise en échantillonnage statistique.

Dénombrement dans les lieux extérieurs

La partie du dénombrement ponctuel réalisée dans les lieux extérieurs devrait être effectuée dans des endroits publics ou extérieurs qui ne sont pas conçus pour l'habitation humaine. Cela peut inclure les rues, les ruelles, les parcs, les ravins, sous les ponts, les abribus, les édifices abandonnés et les automobiles stationnées. Il est important que la portée du dénombrement soit aussi complète que possible afin de n'exclure aucune partie de la population sans-abri.

Dans certaines régions géographiquement restreintes ou densément peuplées, il peut être possible d'adopter une approche de rayonnement total, qui permet de couvrir tous ces emplacements dans la collectivité. Il s'agit de l'approche idéale, mais elle est aussi très exigeante en termes de ressources, car il faut un grand nombre de bénévoles et de coordinateurs. Pour la plupart des collectivités, une autre approche est requise.

L'approche la plus souvent utilisée est une recherche dans les emplacements connus, où les équipes recensent les zones connues pour être fréquentées par les sans-abri (par exemple: parcs, ravins, campements). Cette approche est particulièrement utile dans les zones rurales et les zones peu peuplées des villes ou des banlieues. Les emplacements peuvent être déterminés par les fournisseurs de services et les intervenants d'urgence. Comme les zones rurales peuvent être vastes et peu peuplées, certaines collectivités mènent également une recherche avant le dénombrement pour déterminer les campements potentiels.

Dans les très grandes collectivités comprenant des zones de population de moindre densité, on peut vouloir considérer l'approche d'échantillonnage pour ces zones, approche selon laquelle un échantillon aléatoire de zones est recensé. Ces zones peuvent être définies par secteur de recensement. Le dénombrement effectué dans les zones échantillonnées est alors extrapolé aux zones non recensées. L'utilisation de cette approche exige une expertise en échantillonnage statistique.

Dans les collectivités ayant une combinaison de zones urbaines, suburbaines et rurales, il est approprié d'utiliser un éventail d'approches. Par exemple, Toronto effectue un sondage à rayonnement total dans le centre-ville et un échantillonnage statistique pour les zones suburbaines. La géographie, la taille et les ressources d'une collectivité influent sur le choix de l'approche, que ce soit par rayonnement total, échantillonnage, emplacements connus, ou une combinaison de ceux-ci.

De nombreuses collectivités incluent dans leur dénombrement des personnes qui d'après les observations sont clairement sans-abri. Les observations peuvent être utilisées pour les personnes qui ne participent pas au sondage, mais qui présentent des signes clairs révélant qu'il s'agit de sans-abri le soir du dénombrement. Par exemple, s'ils dorment à l'extérieur et s'ils ont toutes leurs possessions avec eux. Veuillez noter que la première solution devrait consister à poser les questions de sélection, si la chose est possible. Les questions de sélection fournissent des données plus fiables et donnent au répondant l'occasion de participer au sondage.

Certaines collectivités complètent leur dénombrement par une estimation du nombre de personnes « omises ». Une méthode possible consiste à utiliser des « leurres » le jour du dénombrement. Il s'agit de bénévoles qui sont postés à l'extérieur dans les zones devant être couvertes durant le dénombrement. Pour chaque leurre qui ne rencontre pas une équipe responsable du sondage, un nombre de personnes omises est estimé et ajouté au nombre recensé. Cette approche doit être utilisée avec prudence. Il est très difficile de confirmer que l'estimation des personnes omises correspond vraiment au nombre réel de sans-abri le jour du dénombrement.

Ajouter aux populations de base : les systèmes publics

Certaines collectivités incluent les personnes qui sont dans des « institutions publiques » (par exemple: les hôpitaux, les centres de désintoxication et les établissements correctionnels) et qui seront sans-abri à leur sortie prochaine de ces établissements. Votre collectivité peut vouloir compter ces personnes à des fins de planification locale. Cette population n'a pas été incluse dans l'approche de base puisque chaque collectivité participante devrait alors obtenir l'accès aux données de chaque institution. Ces institutions sont régies par différents ordres de gouvernement, que ce soit municipal, provincial ou fédéral. Un tel fardeau sur les collectivités a été jugé trop important.

La sélection des personnes dans les institutions publiques peut être difficile. Dans l'impossibilité de sonder cette population, il peut être difficile de déterminer si une personne doit être incluse ou non dans le dénombrement. Certaines collectivités ont été en mesure de sonder les personnes dans les établissements correctionnels, par exemple, bien que cela arrive rarement. Les systèmes de données sont utilisés par d'autres collectivités pour identifier les personnes sans adresse fixe (ou qui donnent l'adresse d'un refuge). Cette solution risque d'inclure les personnes qui sont dans les institutions publiques pendant de longues périodes et qui n'ont pas besoin d'adresse permanente. Des directives supplémentaires et des recommandations pour inclure les résidents des institutions publiques dans un dénombrement ponctuel seront diffusées prochainement.

Ajouter aux populations de base : l'itinérance cachée

Les personnes qui habitent avec d'autres personnes parce qu'elles ne peuvent obtenir leur propre logement sont souvent désignées comme en « situation d'itinérance cachée ». Un dénombrement ponctuel ne peut recenser les sans-abri cachés, car il est peu probable qu'ils se trouvent dans les endroits visés par le dénombrement et il n'existe pas de moyen de déterminer le nombre de personnes non dénombrées.

Néanmoins, vous pouvez envisager de sonder les sans-abri cachés afin de mieux comprendre leurs besoins. Afin de sélectionner correctement cette population, vous devez poser des questions de sélection complémentaires. Voir la section 4 du guide pour les questions complémentaires recommandées et les considérations connexes.

Si votre collectivité souhaite estimer la taille de la population des sans-abri cachés, une autre approche est recommandée (par exemple: une étude à prévalence temporelle, un sondage téléphonique).

Populations non visées par la portée du dénombrement
  1. Les personnes qui habitent dans un logement loué ou qui leur appartient, incluant celles qui ont accès à un logement permanent dans lequel elles peuvent retourner en toute sécurité. Par exemple, un visiteur de la ville qui demeure chez un ami peut avoir accès à un logement permanent dans sa ville de résidence. De même, un jeune qui passe la nuit chez quelqu'un d'autre peut avoir un logement permanent chez ses parents.
  2. Les personnes qui occupent un logement supervisé permanent ou qui participent à un programme Logement d'abord. Le dénombrement ponctuel vise, en partie, à mesurer le succès des programmes comme Logement d'abord ou les programmes de logements supervisés à réduire l'itinérance, et les inclure masquerait les progrès réalisés. Néanmoins, vous pouvez vous servir du dénombrement ponctuel pour faire connaître le succès que vous avez obtenu à loger des personnes à l'aide de ces programmes. Cette information peut servir à contextualiser les changements dans la population au fil du temps.
  3. Les personnes qui sont en situation de surpeuplement. Il s'agit de renseignements contextuels importants qui dénotent un besoin de logement dans une collectivité. Puisqu'il est impossible d'évaluer cette situation dans un dénombrement ponctuel, cette population est considérée comme hors de la portée du dénombrement.

Observation de sans-abri

Ce ne sont pas toutes les personnes pressenties qui seront intéressées à répondre aux questions de sélection. D'autres personnes peuvent être incapables de répondre aux questions (par exemple: ne peuvent se réveiller, obstacles linguistiques). Certaines de ces personnes peuvent toutefois être en situation d'itinérance. Pour dénombrer les personnes qui sont vraisemblablement sans-abri, mais qui ne participent pas au sondage, votre collectivité peut envisager de faire un suivi des sans-abri observés.

Les critères permettant d'inclure une personne à titre de sans-abri observé devraient être énoncés clairement. Par exemple, les personnes peuvent être considérées comme des sans-abri si elles sont couché à l'extérieur et si elles ont de nombreuses possessions avec eux (par exemple: des sacs à dos, des sacs à déchets, un panier d'épicerie, un sac de couchage, des couvertures, etc.).

Les observations devraient seulement être utilisées en dernier recours, puisque les données qu'elles fournissent sont moins fiables que celles fondées sur les dires de la personne elle-même. En outre, le fait de poser les questions de sélection fournit l'occasion de faire participer le répondant au sondage, de permettre à ce dernier de recevoir la rétribution/le cadeau de participation, et de recevoir de l'information sur les services. Si les observations sont utilisées, la proportion de votre dénombrement fondée sur les observations de sans-abri devrait être clairement indiquée dans votre rapport.

Gestion des données

Lorsque vous planifiez votre dénombrement, vous aurez besoin de vous préparer à effectuer l'entrée, le stockage et l'analyse des données. Chacune de ces étapes influera sur les questions que vous ajouterez à votre sondage local, sur le recrutement de partenaires et de bénévoles, et sur les ressources requises. En particulier, il est important de pouvoir protéger la vie privée des répondants au sondage. Les formulaires de sondage devront être gardés sous clé dans un endroit sécurisé, et les données brutes, une fois entrées, doivent être divulguées au besoin seulement, et ce, sans compromettre la confidentialité des répondants.

Cette partie du dénombrement peut être appuyée par la municipalité, si des ressources suffisantes existent, ou par une tierce partie (par exemple: une université ou un collège local). L'organisation choisie devrait avoir des règles et des systèmes en place pour satisfaire aux exigences susmentionnées de stockage des données, et la capacité de réaliser les analyses.

Consultez la section 5 pour obtenir plus d'information.

Sondages

Scénario et consentement

Les membres des équipes responsables du sondage devraient recevoir un scénario à suivre pour chaque rencontre. Le scénario est conçu pour être aussi bref que possible, tout en étant clair sur le but du sondage et la façon dont les résultats seront utilisés. Afin de satisfaire aux normes éthiques fondamentales, il est important que le répondant comprenne bien comment les renseignements fournis seront utilisés. Le scénario sert également à informer la personne que les renseignements qu'elle fournit resteront confidentiels et ne seront pas rendus publics au niveau individuel.

Questions de base

Vous trouverez ci-après les questions de sélection et les questions du sondage, questions qui figurent également dans les modèles de sondage recommandés sur l'Espace de travail communautaire sur l'itinérance. Les formulaires de sondage visant les sans-abri dans les refuges et ceux visant les sans-abri qui ne sont pas dans des refuges sont presque identiques, la principale différence étant les critères de sélection. Pour le dénombrement des sans-abri qui ne sont pas dans les refuges, les équipes responsables du sondage ne devraient sélectionner que les personnes qui sont des sans-abri ne se trouvant pas dans des refuges le soir du dénombrement. À l'inverse, pour le dénombrement des sans-abri se trouvant dans des refuges, les personnes se trouvant dans le refuge peuvent être considérées comme étant sans-abri aux fins du sondage tout comme les personnes qui se trouvent dans le refuge, mais ne peuvent y coucher, et prévoient coucher à l'extérieur. Les collectivités qui font des ajouts aux populations de base (par exemple: en ajoutant les sans-abri cachés ou les personnes se trouvant dans des institutions publiques) peuvent adapter leurs filtres de sélection en conséquence.

Les questions de base incluent des éléments visant à déterminer si le répondant est un sans-abri aux fins du dénombrement ponctuel, à obtenir des renseignements démographiques sur la population des sans-abri et à mettre en relief les besoins potentiels de services. Elles peuvent également être utilisées pour déterminer le soutien possible pour le répondant. Par exemple, les anciens combattants peuvent être admissibles à des programmes de soutien offerts par Anciens Combattants Canada ou peuvent être mis en relation avec des groupes de soutien d'anciens combattants. Vous trouverez ci-après la liste de questions pour la sélection et le sondage avec une explication pour chacune.

Questions de base pour la sélection

Question de sélection A

Avez-vous répondu à ce sondage mené par une personne ayant cet [identifiant, par exemple, badge]?

  • Oui
  • Non

Tous les membres des équipes responsables du sondage devraient porter un vêtement ou un insigne permettant de les identifier. Au cours du dénombrement, la même personne peut être abordée par deux équipes différentes. Cette question a pour but de réduire les dédoublements.

Question de sélection B

Souhaitez-vous participer au sondage?

  • Oui
  • Non

Cette question fait suite à une brève explication du but du sondage.

Question de sélection C

Où passerez-vous la nuit?

  1. Refuse de répondre
  2. Son appartement/sa maison
  3. Chez quelqu'un
  4. Motel/hôtel
  5. Hôpital, prison, centre de détention provisoire
  6. Refuge d'urgence ou refuge pour victimes de violence familiale
  7. Logement ou refuge de transition
  8. Lieu public (par exemple: Trottoir, parc, forêt, abribus)
  9. Véhicule (voiture, fourgonnette, véhicule récréatif, camion)
  10. Abri de fortune, tente ou cabane
  11. Immeuble abandonné/vacant
  12. Autre lieu non abrité (préciser) [insérer le lieu]
  13. Le répondant/la répondante ne sait pas (probablement sans-abri)

Cette question comprend une liste d'emplacements qui sont des refuges et d'autres qui n'en sont pas. Elle sera le principal outil pour déterminer si un répondant doit être considéré sans-abri. La procédure de sélection sera différente si vous sondez seulement les populations de base, ou si vous voulez inclure l'itinérance cachée. Pour les populations de base, les réponses de f à m servent à la sélection aux fins du sondage. Si le dénombrement des sans-abri dans les lieux extérieurs a lieu pendant le jour, la question sera « Où avez-vous dormi la nuit dernière? ».

Questions de base pour le sondage

Question de sondage 1

Quels membres de votre famille passeront la nuit avec vous?

  • Aucun
  • Partenaire
  • Enfant(s)/personne(s) à charge (indiquez l'âge et le sexe)
  • Autre adulte [insérer la réponse]
  • Refuse de répondre

Cette question est posée en premier afin de saisir ensemble les données de la famille. Le numéro de chaque membre adulte de la famille répondant au sondage sera inscrit sur le questionnaire de chacun des autres membres adultes de la famille. L'âge et le sexe de chaque enfant à charge se trouvant avec le répondant au moment du dénombrement doivent être notés sur le questionnaire. Les familles ont des besoins de service différents. Ceci vous permettra de déterminer le nombre de familles sans-abri dans votre collectivité et de mesurer les progrès dans la réduction de l'itinérance des familles.

Scénario : Pour les questions suivantes, « en situation d’itinérance » signifie toutes occasions où vous avez été sans logement sécuritaire, incluant les moments où vous avez dormi dans les refuges, dans les lieux extérieurs, ou temporairement chez quelqu'un.

Question de sondage 2

Quel âge aviez-vous lorsque vous vous êtes retrouvé en situation d’itinérance pour la première fois?

  • Âge (en année) : [insérer l'âge]
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Cette question vise à mieux comprendre les antécédents d'itinérance du répondant. Les personnes qui ont fait l'expérience de l'itinérance durant leur jeunesse courent un risque accru d'itinérance plus tard dans leur vie.

Questions de sondage 3 et 4

Au total, pendant combien de temps avez-vous été en situation d’itinérance au cours de la dernière année?

  • Durée [insérer la durée] jours / semaines / mois
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Au total, combien de fois différentes avez-vous vécu une situation d'itinérance au cours de la dernière année?

  • Nombre de fois : [insérer la réponse]
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Les enquêteurs devraient essayer d'obtenir la meilleure estimation possible. Ces questions donnent une indication de l'itinérance chronique ou épisodique possible. Les interventions de l'approche Logement d'abord donnent la priorité à ces groupes vulnérables. Les réponses à ces questions vous aideront à suivre les progrès de votre collectivité dans la réduction de l'itinérance et peut vous aider à rejoindre les personnes qui pourraient être admissibles aux programmes Logement d'abord.

Question de sondage 5

Avez-vous dormi dans un refuge d'urgence au cours de la dernière année? [Suggestion : donnez des exemples locaux]

  • Oui
  • Non
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Plusieurs collectivités ont des données complètes sur l'utilisation des refuges, mais peu d'information sur la population itinérante qui n'utilise pas les refuges. Cette question peut donner de l'information sur la taille et les besoins de cette population. Pour les sondages des personnes dans les refuges, les enquêteurs peuvent indiquer « Oui ».

Question de sondage 6

Depuis combien de temps êtes-vous à (nom de la collectivité)?

  • Durée [insérer la durée]
  • Depuis toujours
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

[Si une durée est mentionnée] Où habitiez-vous avant de déménager ici?

  • Indiquer la collectivité et la province /le pays [insérer la réponse]
  • Refuse de répondre

Certaines collectivités voient de hauts taux de migration parmi leur population de sans-abri. Les personnes récemment arrivées peuvent ne pas savoir où s'adresser pour obtenir des services dans la collectivité. Cette question peut donner à votre collectivité une indication du nombre de personnes récemment arrivées et de leurs besoins. La question de suivi permet de recueillir de l'information sur la migration entre collectivité.

Sondage Question 7

Vous identifiez-vous comme Autochtone ou avez-vous des ancêtres autochtones? Cela comprend les Premières Nations, les Métis, les Inuit, avec ou sans statut. [Si oui, demander au répondant de préciser.]

  • Oui
    • Premières Nations
    • Inuit
    • Métis
    • Sans Statut / Ascendance Autochtone
  • Non
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Vous pourriez envisager la possibilité d'ajouter « Autochtone » ou toute autre terminologie utilisée à l'échelle locale, en consultation avec votre collectivité. Assurez-vous que le langage utilisé est respectueux et bien-compris par les répondants éventuels. Les équipes responsables du sondage devraient donner des exemples adaptés au contexte local qui soient aussi inclusifs que possible. Les Autochtones sont souvent surreprésentés dans la population itinérante. Cette question peut donner plus d'information sur cette population et permettre de suivre les progrès pour combler leurs besoins.

Question de sondage 8

Êtes-vous arrivé au Canada en tant qu'immigrant(e) ou réfugié(e)?

  • Oui, immigrant(e)
  • Oui, réfugié(e)
  • Non
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

[Si la réponse est oui] Depuis quand êtes-vous au Canada?

  • Durée [insérer la durée] jours/semaines/mois /années
  • ou date [insérer la date] jour/mois/année
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

La plupart des récents arrivants (immigrants et réfugiés) auront reçu de l'aide pour s'établir au Canada. Un grand nombre de nouveaux arrivants peut signaler un problème qui peut être résolu en amont afin de prévenir l'itinérance.

Question de sondage 9

Avez-vous déjà servi dans les forces armées canadiennes ou la GRC?

(Précision : Les Forces sont la Marine, l'Armée ou la Force aérienne du Canada)

  • Oui, dans les Forces
  • Oui, dans la GRC
  • Non
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Cette question a récemment été ajoutée au SISA pour obtenir plus d'information sur l'utilisation des refuges par les anciens combattants. Les dénombrements ponctuels apportent un éclairage supplémentaire à leur expérience comme itinérants qui ne sont pas dans les refuges. De plus, les anciens membres des forces armées canadiennes et de la Gendarmerie royale du Canada peuvent être admissibles à de l'aide du ministère des Anciens Combattants et profiter de groupes d'entraide.

Question de sondage 10

Quel âge avez-vous [OU] En quelle année êtes-vous né(e)? [Si la personne n'est pas certaine, demander la meilleure estimation]

  • Âge (en années) : [insérer l'âge]
  • ou Année de naissance : [insérer l'année]
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Les répondants peuvent donner leur âge ou leur année de naissance pour répondre à cette question. Ceci fournit de l'information de base sur l'âge de la population itinérante. Les jeunes, les adultes et les personnes âgées ont tous besoin d'approches et de services différents.

Question de sondage 11

À quel genre vous identifiez-vous? [Montrer la liste. Ne pas lire les catégories sauf si on vous le demande]

  • Masculin
  • Féminin
  • Bispirituel
  • Femme Trans
  • Homme Trans
  • Altersexuel/Sexuellement Non Conformiste
  • Pas dans cette liste: [insérer la réponse]
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Comme la question sur l'âge, cette question sert à recueillir des renseignements démographiques de base sur la population des sans-abri. L'enquêteur montre les choix de réponse au répondant pour qu'il déclare une appartenance à un groupe. Il faut donner des précisions pour les réponses « pas dans cette liste ».

Question de sondage 12

Comment décrivez-vous votre orientation sexuelle, par exemple : hétérosexuel, gaie, lesbienne? [Montrer la liste.]

  • Hétérosexuel(le)
  • Gai
  • Lesbienne
  • Bisexuel(le)
  • Bispirituel(le)
  • En Questionnement
  • Allosexuel(le)
  • Pas dans cette liste : [insérer la réponse]
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Il a été constaté que les personnes qui se considère LGBTQ sont surreprésentés chez les jeunes sans-abri. Cette question vise à mieux comprendre leurs besoins et à améliorer la prestation des services. L'enquêteur montre les choix de réponse au répondant pour qu'il déclare une appartenance à un groupe.

Question de sondage 13

Qu'est-qui a causé la perte de votre dernier logement? [Ne pas lire les options. Sélectionnez les choix qui s'appliquent. « Logement » n'inclut pas les situations temporaires (par exemple dormir « d'un sofa à l'autre ») ou les séjours dans un refuge.]

  • Maladie ou condition médicale
  • Dépendance ou toxicomanie
  • Perte d'emploi
  • Incapable de payer le loyer ou l'hypothèque
  • Conditions de logement dangereuses
  • Subi de mauvais traitement par : parent / tuteur
  • Subi de mauvais traitement par : époux(se) / partenaire
  • Conflit avec : parent / tuteur
  • Conflit avec : époux(se) / partenaire
  • Incarcéré (prison)
  • Hospitalisation ou en programme de traitement
  • Autre raison : [insérer la réponse]
  • Ne sait pas
  • Refuse de répondre

Ceci est une question ouverte pour laquelle des catégories sont données. Les enquêteurs devraient sélectionner les catégories qui conviennent le mieux à la réponse à la question. Ces réponses peuvent aider à déterminer les trajectoires qui mènent à l'itinérance dans votre collectivité et les domaines d'action où les interventions pour prévenir l'itinérance peuvent être menées.

Question de sondage 14

Quelles sont vos sources de revenu? [On peut donner des exemples à partir de la liste. Cocher les choix qui s'appliquent.]

  • Emploi
  • Emploi informel ou autonome (par exemple Retour de bouteilles consignées, mendicité)
  • Assurance-emploi
  • Aide sociale/aide au revenu
  • Prestations d'invalidité
  • Prestations de la sécurité de la vieillesse (par exemple: RPC/SV/SRG)
  • Prestations fiscales pour familles et enfants
  • Dons d'argent par la famille/les amis
  • Autre source : [insérer la réponse]
  • Aucun revenu
  • Refuse de répondre

Ceci est une question ouverte pour laquelle des catégories sont données, incluant celles reliées à l'emploi, aux sources informelles (par exemple : retour de bouteilles), aux avantages fiscaux, à la famille et aux amis. Cette question peut être utilisée pour déterminer les sources d'aide qui sont utilisées et celles qui ne le sont pas. Par exemple, elle pourrait indiquer si oui ou non les personnes âgées itinérantes reçoivent la Pension de la sécurité de la vieillesse ou le Supplément de revenu garanti.

Familles et enfants

La question sur la famille demande au répondant l'âge et le sexe de chaque enfant à charge se trouvant avec lui au moment du dénombrement. On devrait aussi relier ses renseignements à ceux des autres membres de sa famille (partenaires, parents, grands-parents, etc.). Chaque formulaire de sondage (un exemple se trouve sur l'Espace de travail communautaire sur l'itinérance) devrait avoir un numéro de sondage unique pouvant servir d'identificateur anonyme pour le répondant. Dans le cas des familles, chaque membre devrait avoir son numéro indiqué sur les formulaires des membres adultes de sa famille après l'indication du lien familial (partenaire, parent, autre). Ceci permet de garder ensemble l'information de la famille et peut donner de l'information sur la taille de la famille.

Ajouter aux questions de base

Les questions de base de l'approche de la SPLI offrent certains renseignements démographiques sur la population des sans-abri, mais vous pouvez envisager d'ajouter d'autres questions pour votre dénombrement local. Il faut choisir les questions avec soin cependant, car on limite normalement la durée du sondage à quinze minutes ou moins (à quelques exceptions près).

Quelles questions devriez-vous ajouter? L'Observatoire canadien sur l'itinérance, en collaboration avec plusieurs collectivités, a préparé une série de questions qui peuvent être ajoutées aux questions de base de la SPLI. Ces questions ne sont pas obligatoires pour l'approche de la SPLI, mais vous pouvez les étudier afin de voir si elles répondent aux besoins d'information de votre collectivité. Ces questions sont accessibles en ligne : Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels de l'OCI.

Inclure les personnes en situation d'itinérance cachée

Bien qu'il soit impossible de dénombrer les personnes en situation d'itinérance cachée dans un dénombrement ponctuel, la réalisation d'un sondage auprès de ces dernières peut fournir des renseignements utiles à leur sujet et sur leurs besoins en services. Le principal défi associé à cette approche est de formuler des questions qui permettent de sélectionner les personnes sans-abri cachées et d'éliminer celles qui ont accès à un logement stable. Le défi réside en partie dans la difficulté à définir l'itinérance cachée. Un groupe de travail composé de représentants communautaires et de chercheurs a été formé pour formuler un ensemble de questions recommandées.

L'approche consiste à poser des questions complémentaires aux personnes qui indiquent, à la question de sélection C, qu'elles habitent chez quelqu'un d'autre. Les deux questions complémentaires suivantes sont alors recommandées :

Questions de sélection de base sur l'itinérance cachée

Question de sélection C1

Pouvez-vous y rester aussi longtemps que vous le voulez ou est-ce une situation temporaire?

  1. Oui
  2. Non
  3. Ne sait pas
  4. Refuse de répondre

Cette question vise à exclure les personnes qui habitent à long terme dans un logement stable, qu'elles ne considèrent pas comme le leur (par exemple: la maison d'un partenaire). Il faut poser la question suivante (C2) aux répondants qui habitent temporairement chez quelqu'un d'autre ou qui répondent non ou disent ne pas savoir (réponses b. ou c.).

Question de sélection C2

Y a-t-il une maison ou un appartement où vous pouvez retourner en toute sécurité?

  1. Oui
  2. Non
  3. Ne sait pas
  4. Refuse de répondre

Cette question vise à exclure les personnes qui ont accès à un logement sécuritaire et stable, où elles ne demeurent pas le soir du dénombrement. Il peut s'agir, par exemple, de personnes qui visitent la ville et demeurent chez un ami ou qui font la garde d'un domicile. Les personnes qui répondent non ou disent ne pas savoir (b. ou c.) sont incluses dans le sondage.

Il importe de souligner qu'il y aura toujours des exceptions, qui peuvent entraîner l'exclusion de personnes qui auraient dû être incluses (résultats faussement négatifs) ou la sélection de personnes qui auraient dû être exclues (résultats faussement positifs), mais c'est le cas de toutes les solutions de rechange envisagées. En offrant une formation judicieuse aux bénévoles au sujet des populations que vous voulez joindre dans le sondage, ceux-ci pourront discerner les personnes à inclure et à exclure.

Mise en œuvre du sondage des sans-abri qui sont dans les refuges

Préparation : Dans la plupart des collectivités, les clients des refuges constituent la majeure partie des personnes recensées dans le cadre du dénombrement ponctuel. Il faudrait communiquer, tôt dans le processus, avec les dirigeants des refuges afin d'obtenir leur appui pour le dénombrement. Chaque refuge devrait identifier un contact clé qui sera présent le soir du dénombrement. Si vous désirez utiliser les données des systèmes des refuges, vous devriez établir et conclure un accord sur la fourniture des données avec le refuge s'il n'existe pas encore de tel protocole.

Certains dirigeants de refuges pourraient avoir des réticences à ce que des équipes de sondage viennent dans leurs installations. Selon la taille et les ressources des refuges, il est possible que certains refuges demandent à des membres de leur personnel (qui recevraient la même formation que les bénévoles) de procéder au dénombrement. Cela pourrait être le cas en particulier dans les refuges pour personnes victimes de violence conjugale.

Les dirigeants de certains autres refuges pourraient refuser de divulguer les données relatives à leurs clients. Dans ces cas, il faut chercher à obtenir toute l'information que les dirigeants sont prêts à fournir. Au moins, ces informations devraient inclure le nombre de clients que leurs refuges accueillent le soir du dénombrement. Dans les plus grandes collectivités, il pourrait être possible d'utiliser les données provenant de refuges similaires pour estimer les caractéristiques des clients dans les refuges pour lesquels on ne peut obtenir de données autrement.

Nombre : Dans la mesure du possible, votre dénombrement (ou recensement) des personnes dans un refuge devrait être éclairé par les données des systèmes. Si vous ne pouvez utiliser les données des systèmes, il est recommandé de demander des renseignements aux refuges. Vous trouverez des options pour ce faire dans la Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels de l'OCI.

Approche du sondage : Les enquêteurs (le personnel du refuge ou les bénévoles) peuvent choisir de réaliser un sondage complet ou de procéder à un échantillonnage en fonction du nombre de personnes qui se trouvent dans le refuge le soir du dénombrement. Parce que certains refuges acceptent les arrivées très tardives, vous avez intérêt à mener le sondage le lendemain. Cela peut être particulièrement utile pour les personnes qui ne peuvent donner leur consentement au sondage le soir du dénombrement. Consultez chaque refuge afin de déterminer le moment optimal pour réaliser le sondage.

Consentement : Les enquêteurs doivent obtenir le consentement de la personne avant de procéder avec le questionnaire. Il est important d'obtenir le consentement du répondant afin de s'assurer qu'il soit conscient que la confidentialité sera maintenue et comprenne comment ses réponses seront utilisées.

Sélection : Pour dénombrer les personnes se trouvant dans les refuges, seules les questions de sélection A et B sont nécessaires pour confirmer que vous sondez seulement les clients qui y passent la nuit.

Questionnaire : Il y a 14 questions de base dans le sondage qui s'adresse aux sans-abri qui sont dans les refuges. Les enquêteurs devraient poser chaque question exactement comme elle est écrite afin d'assurer l'uniformité de l'interprétation de la question.

Rétribution : Une rétribution peut être considérée comme une façon d'encourager la personne, ou un remerciement pour avoir participé au sondage, ou les deux. Dépendant du point de vue, la rétribution peut être remise après que la personne ait été identifiée comme étant un sans-abri, après avoir participé au questionnaire, ou elle peut être séparée en deux, et remise après chacune de ces étapes. La rétribution peut prendre la forme de petits articles (par exemple: des bas, des articles de toilette, une collation) ou des cartes cadeaux (par exemple: pour un café ou une épicerie). Ceux-ci peuvent être achetés ou des dons peuvent être sollicités avant le dénombrement.

Services : Si cela n'a pas déjà été fait par le personnel du refuge ou du programme de logement, vous pourriez vouloir utiliser le dénombrement ponctuel comme une occasion de fournir de l'information sur les services disponibles. Certaines collectivités offrent aux répondants une liste de services disponibles dans la collectivité. Selon les réponses au sondage, les répondants peuvent être admissibles à divers programmes de soutien. Par exemple, les personnes qui sont sans-abri de façon chronique peuvent être admissibles à un programme Logement d'abord, les aînés à la Sécurité de la vieillesse ou au Régime de pensions du Canada, et les anciens combattants aux programmes offerts par Anciens Combattants Canada. Le personnel du refuge peut effectuer un suivi auprès des répondants afin de prendre les mesures appropriées pour connaître leur admissibilité.

Mise en œuvre du sondage des sans-abri qui ne sont pas dans les refuges

Préparation : Le coordonnateur et les membres du comité local, le cas échéant, détermineront les emplacements qui seront visés par le sondage. Des cartes indiquant l'itinéraire à suivre devraient être préparées pour chaque équipe de sondage.

Nombre : Le nombre de personnes dans les lieux extérieurs est établi en fonction des formulaires de sondage retournés qui comptent des personnes passant la nuit hors des refuges (question de sélection C). Si votre collectivité a décidé d'inclure les sans-abri observés, chaque enquêteur devrait recevoir une feuille de contrôle en plus des formulaires de sondage (voir l'Espace de travail communautaire sur l'itinérance pour des exemples). La feuille de contrôle permet de noter les personnes qui ne participent pas au dénombrement. Le nombre de sans-abri observés serait ajouté au nombre total des sondages.

Approche du sondage : Les équipes responsables du sondage devraient aborder toutes les personnes qu'elles rencontrent pour leur poser les questions de sélection. Dans certaines collectivités, on a remarqué que les gens hésitent à participer à un « sondage sur l'itinérance », c'est pourquoi on l'appelle « sondage sur les besoins en logement » dans le scénario recommandé, mais il doit être clair que l'objectif consiste à mieux comprendre l'itinérance.

Consentement : Comme c'est le cas pour le sondage auprès des sans-abri qui sont dans les refuges, les enquêteurs doivent obtenir le consentement des personnes avant de procéder avec le questionnaire. Il faut obtenir le consentement du répondant afin de s'assurer qu'il soit conscient que la confidentialité sera maintenue et comprenne comment ses réponses seront utilisées.

Sélection : Il faut poser les trois questions de sélection durant le sondage des personnes hors des refuges.

Questionnaire : Le sondage des sans-abri qui ne sont pas dans les refuges comprend 14 questions de base. Les enquêteurs devraient poser chaque question exactement comme elle est écrite afin d'assurer l'uniformité de l'interprétation de la question, mais c'est possible de donner des clarifications si nécessaire.

Rétribution : Une rétribution peut être considérée comme une façon d'encourager la personne, ou un remerciement pour avoir participé au sondage, ou les deux. Selon ce point de vue, une rétribution peut être donnée à une personne après que celle-ci ait été identifiée comme étant une personne sans-abri, après qu'elle ait participé au questionnaire, ou elle peut être divisée, avec une partie remise à chaque étape. Une rétribution peut être de petits articles (par exemple: des bas, des articles de toilette, une collation) ou des carte cadeaux (par exemple: pour un café ou une épicerie). Ceux-ci peuvent être achetés ou des dons peuvent être sollicités avant le dénombrement.

Services : Si possible, vous devriez offrir de trouver un refuge à la personne pour la nuit. Vous pouvez également décider de vous servir du dénombrement ponctuel comme une occasion de fournir de l'information sur les services disponibles. Certaines collectivités offrent aux répondants une liste des services disponibles dans la collectivité. Selon leurs réponses au sondage, les répondants peuvent être admissibles à divers programmes de soutien. Par exemple, les personnes qui sont sans-abri de façon chronique peuvent être admissibles à un programme Logement d'abord, les aînés à la Sécurité de la vieillesse ou au Régime de pensions du Canada, et les anciens combattants aux programmes offerts par Anciens Combattants Canada. Le personnel peut explorer ces options de façon routinière; il faut donc travailler étroitement avec eux lors du sondage afin de s'assurer qu'il n'y a pas dédoublement des efforts.

Après le dénombrement ponctuel

Le volume de travail nécessaire après la réalisation du dénombrement ponctuel ne devrait pas être sous-estimé. Selon la taille de la collectivité et le nombre de questionnaires remplis, l'entrée, le nettoyage et l'analyse des données peuvent prendre des semaines après le dénombrement. Vous devrez également établir une stratégie de communication à mettre en œuvre pour partager les résultats après le dénombrement. Le travail du comité local sur le dénombrement ponctuel se poursuivra après la journée du dénombrement alors qu'il examinera ce qui a bien fonctionné, ce qui peut être amélioré et ce qui peut être envisagé pour les prochains dénombrements.

Le lendemain

Collecte des questionnaires : Les questionnaires remplis doivent être recueillis auprès des refuges et des équipes responsables du sondage la nuit du sondage ou le matin suivant, au plus tard. Ramasser les questionnaires rapidement réduit la probabilité qu'ils soient perdus ou endommagés.

Reconnaissance des contributions : Un dénombrement ponctuel ne peut être effectué sans la contribution d'un ensemble de partenaires, dont les membres du comité local sur le dénombrement ponctuel, les refuges locaux, les bénévoles, les donateurs, ainsi que tout organisme local ayant été consulté. Un court message de remerciement peut leur être transmis immédiatement après le dénombrement afin de reconnaître leur investissement en temps ou en argent, lequel a contribué au succès du dénombrement. Cela encourage leur participation continue à la résolution du problème de l'itinérance et augmente les chances qu'ils appuient les dénombrements futurs.

Gestion et analyse des données

Le module de dénombrement du SISA sera fourni aux collectivités pour faciliter l'entrée et l'analyse des données, et la production de rapports. Chaque réponse est entrée dans le logiciel et les données sont sauvegardées, qu'il s'agisse de réponses aux questions de base ou à toute question ajoutée par votre collectivité. Le logiciel facilite le nettoyage des données en soulignant les dédoublements possibles des entrées ou les dates de naissance irréalistes. Une fois l'entrée des données effectuée, on peut les exporter sous forme de feuille de calcul. Le logiciel peut générer un rapport de base sur le dénombrement ponctuel, fondé sur les questions de base, ou encore produire des rapports personnalisés qui tiennent compte des questions supplémentaires. Le logiciel peut être utilisé pour la transmission protégée des résultats à la SPLI.

Du soutien sera disponible pour l'installation et l'utilisation du logiciel par l'intermédiaire du bureau d'assistance technique du SISA.

Stockage des données et confidentialité

Les réponses au dénombrement ponctuel doivent être anonymes. Les questionnaires ne doivent pas indiquer le nom du répondant ni aucun autre identificateur personnel. Même sans identificateur, les réponses peuvent parfois être utilisées pour identifier des personnes en particulier. Pour réduire un tel risque, les données doivent être stockées sur un ordinateur ou un serveur sécurisé, avec un accès limité.

Si possible, le fichier devrait être protégé par un mot de passe. Les réponses personnelles ou les données brutes ne devraient jamais être présentées ou rapportées. Il faudrait demander aux bénévoles et aux chercheurs qui travaillent avec les données de signer une entente de confidentialité.

Les versions papier des questionnaires remplis devraient être conservées dans un endroit sécurisé (par exemple: un classeur verrouillé). Il serait bon de garder ces versions papier entre chaque dénombrement ponctuel au cas où l'entrée des données devait être vérifiée. Lorsqu'elles ne sont plus nécessaires, les versions papier devraient être déchiquetées ou détruites de toute autre façon.

Si votre collectivité recueille des noms dans le cadre de son dénombrement ponctuel (par exemple: pour créer un registre de personnes sans-abri), veuillez vous assurer que les données transmises à la SPLI soient rendues anonymes, afin que personne ne puisse être identifiée.

Nettoyage des données

Une fois les questionnaires transmis à un emplacement central, l'entrée des données devrait commencer aussitôt que possible. Vous pourriez établir une entente avec une université ou un collège local pour effectuer l'entrée des données. En échange de l'accès aux données, l'université ou le collège peut être prêt à offrir un soutien pour l'entrée, le nettoyage et l'analyse des données.

Afin de réduire la probabilité d'erreurs durant le processus d'entrée des données, il est recommandé d'entrer chaque questionnaire dans deux bases de données distinctes, puis de comparer les réponses afin de déceler les incohérences. Les versions papier des formulaires peuvent être consultées afin de vérifier les réponses en cas d'incohérences.

Une personne-ressource pour chaque équipe responsable du sondage devrait être disponible durant ce processus afin d'offrir des clarifications s'il y a des ambiguïtés dans les réponses écrites. Des exemples de telles ambiguïtés peuvent inclure :

  • une écriture ou des marques illisibles;
  • des réponses multiples à une question n'exigeant qu'une seule réponse;
  • des réponses manquantes;
  • des réponses irréalistes (par exemple: une date de naissance en 1901, un ancien combattant de 16 ans).

Une fois l'entrée des données terminée, elle doit être vérifiée afin de déceler les données suspectes (par exemple: un ancien combattant de 16 ans) ou les dédoublements (c'est-à-dire déterminer les gens qui ont répondu deux fois au sondage). Néanmoins, vous devrez revoir manuellement les données pour vérifier si elles renferment des erreurs. Par exemple, lorsque deux entrées ont des réponses semblables pour plusieurs variables démographiques (par exemple: âge, sexe, état d'ancien combattant, identité autochtone), il peut s'agir d'un dédoublement. Il est à noter que lorsque vous avez un grand nombre de répondants, il y a plus de chances de trouver des personnes avec des variables démographiques semblables, et donc la norme pour le dédoublement doit avoir un seuil plus élevé. Afin de faciliter le processus, vous pouvez consulter un spécialiste de la statistique pour établir une norme pratique.

Analyse et interprétation des données

Dénombrement

Le dénombrement de base s'entend du nombre total de personnes qui ont dormi dans un refuge et celles qui ont dormi dans un lieu extérieur le soir du dénombrement. Puisque ce nombre est uniquement fondé sur les populations de base, il peut être comparé au fil des années et il peut être totalisé pour l'ensemble des collectivités. Cependant, ce nombre n'est pas parfait (certains sans-abri dans les lieux extérieurs peuvent refuser d'être sondés) mais il correspond au nombre minimal de sans-abri le soir du dénombrement.

Il est calculé comme A +B + C, où :

  1. Le nombre de personnes dans les refuges (y compris les refuges en cas de phénomène météorologique extrême et les refuges pour femmes victimes de violence)
  2. Le nombre de personnes dans les refuges de transition
  3. Le nombre de personnes désignées comme des sans-abri dans les lieux extérieurs (qui ont mentionné un lieu hors des refuges durant le sondage + les sans-abri observés, le cas échéant)

Résultats du sondage

Avant d'analyser les données, il est important de vous souvenir qu'un dénombrement ponctuel ne devrait pas être considéré comme représentatif de toutes les personnes qui sont sans-abri dans votre collectivité. Parce qu'il est effectué en une seule journée, il est plus probable qu'on y retrouve des sans-abri chroniques, à long terme, que des gens qui ne vivent que quelques épisodes d'itinérance. Comme mentionné auparavant, il s'agit d'une évaluation ponctuelle des gens qui sont en situation d'itinérance le jour du dénombrement.

Le logiciel fourni par la SPLI peut générer un certain nombre de rapports fondés sur les questions de base. Cela vous donnera des renseignements démographiques fondamentaux sur les répondants. Cela inclut, entre autres, des renseignements sur l'âge, le sexe, l'état d'ancien combattant et le statut d'autochtone.

S'il s'agit du premier dénombrement de votre collectivité, les analyses seront relativement simples, et examineront les relations entre les différents facteurs. Si vous avez déjà effectué deux ou plusieurs dénombrements, vous pourrez examiner les changements survenus dans le temps. Pour ces analyses, il est recommandé d'utiliser un programme statistique (par exemple: SPSS, SAS, Stata). Si vous n'avez pas les capacités nécessaires pour effectuer de telles analyses à l'interne, vous pourriez embaucher un consultant ou établir une entente avec un collège ou une université.

Transmission des résultats à la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance

On demande aux collectivités recevant un appui pour participer au dénombrement ponctuel coordonné de la SPLI d'envoyer leurs résultats à la SPLI. Le logiciel fourni par la SPLI est doté d'une fonction servant à transmettre les résultats à la SPLI une fois les données entrées et nettoyées.

Les données ne seront pas communiquées à des tierces parties, et les résultats de chaque collectivité ne seront jamais rendus publics. Les données de votre collectivité serviront plutôt à établir une image pancanadienne de l'itinérance. Elles serviront à améliorer notre compréhension des personnes touchées par l'itinérance, ainsi que des programmes de soutien nécessaires pour les aider à trouver un logement sûr.

Communication des résultats

Le dénombrement terminé, il peut y avoir beaucoup d'anticipation dans la collectivité, en particulier chez les partenaires du projet, pour connaître les résultats. Selon la taille de l'ensemble des données, le processus d'entrée, de nettoyage et d'analyse des données peut prendre des semaines. Certaines collectivités rédigent un rapport préliminaire renfermant quelques détails provisoires, suivi d'un rapport complet. Des exemples de rapports sur le dénombrement ponctuel préparé par des collectivités se trouvent sur l'Espace de travail communautaire sur l'itinérance.

Communication avec la collectivité. Les premiers résultats devraient être publiés dès que possible et peuvent inclure le dénombrement de la population de sans-abri et certains résultats démographiques qui peuvent être générés par le logiciel fourni par la SPLI. La collectivité, ayant investi temps et argent dans ce dénombrement, attendra les résultats avec impatience. Préparez-vous à ce que les médias accordent beaucoup d'attention au dénombrement, particulièrement si c'est le premier que votre collectivité mène. Une communication hâtive peut aider à garder les intervenants engagés et intéressés à trouver des solutions. Cela peut être fait par un communiqué de presse ou une annonce, la mise à jour d'un site Web ou un message sur les médias sociaux. Vous pouvez également envisager d'organiser une rencontre communautaire publique pour discuter des résultats.

Communication avec les personnes sans-abri. Bon nombre de personnes sans-abri auront pris le temps de répondre au questionnaire. Bien qu'elles aient pu recevoir une rétribution minime pour leur temps, il est important de souligner leur contribution et d'indiquer comment le dénombrement ponctuel peut les aider. Malheureusement, certaines de ces personnes peuvent encore être sans-abri lors de dénombrements futurs et, plus elles comprennent l'importance du dénombrement, plus elles seront prêtes à y participer de nouveau. Vous pourriez travailler avec les refuges ainsi que d'autres services de première ligne afin de déterminer la meilleure stratégie de communication.

Planification du prochain dénombrement

Le comité local sur le dénombrement ponctuel devrait se réunir de nouveau après le dénombrement afin d'examiner ce qui a bien fonctionné et ce qui peut être amélioré pour les prochains dénombrements. Vous devriez envisager effectuer un sondage anonyme auprès des partenaires et des bénévoles. La rétroaction des bénévoles, en particulier, fournira des renseignements sur la façon dont le dénombrement s'est déroulé sur le terrain. Comment le sondage a­t-il été mis en œuvre? Les équipes responsables du sondage ont-elles utilisé le libellé standard des questions? Le choix des emplacements ou la méthode d'échantillonnage ont-ils fait en sorte que des populations importantes ont été ignorées? Est-ce que la population des sans-abri était motivée à participer au sondage ou a-t-elle évité les équipes responsables? Les réponses à ces questions et à d'autres aideront votre comité local sur le dénombrement ponctuel à améliorer la mise en œuvre des prochains dénombrements.

Si possible, gardez les membres du comité engagés entre les dénombrements. Dans certaines collectivités qui effectuent des dénombrements annuels, la planification du prochain dénombrement commence aussitôt que le dernier est terminé. Les membres du comité peuvent vouloir se réunir lorsque certaines étapes clés sont franchies (par exemple: la publication du rapport préliminaire, la réalisation des analyses finales, la réalisation de l'examen après le dénombrement, etc.).

Où trouver plus d'information?

Des ressources sont disponibles au sein de collectivités qui ont effectué des dénombrements et d'organisations internationales qui appuient les dénombrements ponctuels. Veuillez noter que ce n'est pas toute l'information figurant dans ces ressources qui s'harmonisera nécessairement avec l'approche de dénombrement ponctuel de la SPLI, mais vous voudrez peut-être consulter ces ressources pour vous aider à mettre en œuvre votre dénombrement ponctuel :

L'Espace de travail communautaire sur l'itinérance

L'Espace de travail comprend une page sur les dénombrements ponctuels qui renferme des liens à plusieurs outils et ressources élaborés pour appuyer les collectivités, incluant des modèles de formulaires de sondage qui peuvent être adaptés par les collectivités pour répondre à leurs besoins :

  • Planification
  • Mobilisation des intervenants
  • Mobilisation des médias
  • Formation des bénévoles
  • Gestion des bénévoles
  • Formulaires de sondage et feuilles de contrôle
  • Gestion et analyse des données
  • Production de rapport

L'Espace de travail permet aux intéressés de poser des questions, d'échanger des leçons apprises et des ressources et d'améliorer notre compréhension collective des dénombrements ponctuels au Canada. Espace de travail communautaire sur l'itinérance.

Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels

La trousse comprend des modèles facultatifs, des modules, des études de cas et des directives supplémentaires afin de faciliter chaque étape de la mise en œuvre d'un dénombrement ponctuel. Elle comprend aussi des directives spécifiques sur la mobilisation des jeunes et des collectivités autochtones dans la planification et la mise en œuvre d'un dénombrement ponctuel. Cette trousse a été élaborée par l'Observatoire canadien sur l'itinérance. Trousse d'outils sur les dénombrements ponctuels de l'OCI

Le webinaire du Homeless Hub sur les dénombrements ponctuels

Dans ce webinaire, des chercheurs et des collectivités expérimentés présentent une brève introduction aux dénombrements ponctuels.

Webinaire du Homeless Hub: Using Point-in-Time Counts to Measure Progress Towards Ending Homelessness (En anglais seulement)

Rapports canadiens sur les dénombrements ponctuels

De nombreuses collectivités ont effectué périodiquement des dénombrements ponctuels au Canada. Les rapports sur ces dénombrements sont des références utiles pour obtenir des exemples de mise en œuvre locale de dénombrements ponctuels et savoir comment les résultats sont analysés et transmis à la collectivité. De nombreux rapports sont archivés sur l'Espace de travail communautaire sur l'itinérance.

Campagne 20 000 foyers

Ce site décrit la campagne et ce que comporte une semaine du registre. Si votre collectivité souhaite participer à la campagne et envisage d'entreprendre conjointement un dénombrement ponctuel et une semaine du registre, vous trouverez des ressources supplémentaires sur le site  Campagne 20 000 foyers.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :