Archivée - Le 20 juillet 2001, les familles auront droit à la récente hausse de la Prestation fiscale canadienne pour enfant

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

OTTAWA (ONTARIO), le 17 juillet 2001 — La récente hausse de la Prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE) entrera en vigueur le 20 juillet 2001. En 2001-2002, plus de 80% des familles au pays, comptant 5,9 millions d’enfants, recevront la Prestation fiscale canadienne pour enfants. La prestation maximale versée aux familles à faible revenu s’élèvera à 2 372 $ par année pour le premier enfant, à 2 172 $ pour le deuxième et à 2 175 $ pour chaque autre enfant. La Prestation fiscale canadienne pour enfants est entièrement indexée en fonction du taux d’inflation.

La PFCE représente la contribution du gouvernement du Canada à l’initiative fédérale-provinciale-territoriale de la Prestation nationale pour enfants (PNE)*. En 2001-2002, le gouvernement fédéral investira près de 2,4 milliards de dollars dans la PNE. En outre, les dépenses totales engagées au chapitre de la PFCE pour toutes les familles augmenteront. Elles s’établiront à quelque 7,8 milliards de dollars. La hausse de 740 millions de dollars du budget de la Prestation nationale pour enfants, par l’entremise de la Prestation fiscale canadienne pour enfants, correspond cette année à près de 300 $ par enfant des familles dont le revenu net ne dépasse pas 21 744 $. Ainsi, en 2001-2002, 1,5 million de familles comptant 2,6 millions d’enfants profiteront de la Prestation nationale pour enfants.

La PNE vise à prévenir et à réduire la pauvreté chez les enfants au Canada et à favoriser la participation des parents au marché du travail en veillant à ce que le travail améliore toujours le sort des familles. La PNE vise également à réduire le chevauchement et le double emploi, grâce à l’harmonisation des programmes et des prestations offertes dans les provinces et les territoires.

« Depuis l’instauration de la Prestation nationale pour enfants en 1998, les hausses effectuées chaque année font en sorte que des mesures supplémentaires sont mises en œuvre à l’intention des familles à faible revenu dans le cadre de la Prestation nationale pour enfants, notamment des programmes de petits déjeuners, des services de garde à prix abordable et des ateliers pour les parents », a déclaré, pour ne citer que ceux-là, la ministre de Développement des ressources humaines Canada et coprésidente fédérale des ministres responsables des services sociaux, Mme Jane Stewart. « La Prestation nationale pour enfants procure aux enfants des familles à faible revenu de tout le pays un niveau plus sûr et uniforme de soutien du revenu de base. »

« L’engagement fédéral accru à l’égard de la Prestation nationale pour enfants nous permet de réorienter des fonds provinciaux et territoriaux vers des programmes et des services », a déclaré M. Harry Van Mulligen, ministre des Services sociaux de la Saskatchewan et coprésident provincial des ministres responsables des services sociaux. « Selon le rapport d’étape que nous avons publié en avril, le nombre des familles qui échappent à la pauvreté a beaucoup augmenté, et chaque province et territoire entend parler de nombreux exemples de réussite liés à la PNE. »

Les provinces et les territoires réinvestissent principalement dans les secteurs de la garde d’enfants, de la garde de jour, des services à la petite enfance, des services aux enfants à risque, des prestations pour enfants, des suppléments de revenu d’emploi et des prestations de maladie supplémentaires. Depuis l’instauration de la PNE en juillet 1998, par exemple, 3 800 familles de la Saskatchewan, comptant 8 100 enfants, ne vivent plus de l’aide sociale, grâce à la PNE et aux initiatives provinciales.

« Nous voulons veiller à ce que les parents soient mieux appuyés dans leurs efforts pour trouver un emploi et le conserver. La Prestation nationale pour enfants contribue à la réalisation de cet objectif, a ajouté Mme Jane Stewart. Le rapport récent du Conseil canadien du développement social est encourageant. Il y est dit que, grâce à la Prestation nationale pour enfants et à la vigueur du marché du travail, d’importants progrès ont été accomplis en vue de réduire l’incidence et la gravité de la pauvreté des familles de travailleurs avec enfants. »

-30-

Pour plus de renseignements sur la Prestation nationale pour enfants et le dernier rapport d’étape, consultez le site Web de l’union sociale, à l’adresse www.unionsociale.gc.ca où vous trouverez le document d’information ci-joint. Vous pouvez également communiquer avec :

Shannon Thrussell
Attachée de presse 
Cabinet de la ministre Stewart
(819) 953-2353

Bill Carney
Directeur des communications
Ministère des services sociaux de la Saskatchewan
(306) 787-0916


*Le gouvernement du Québec a indiqué qu’il est d’accord avec les principes de base de la Prestation nationale pour enfants. Cependant, il a choisi de ne pas participer à l’initiative parce qu’il souhaite gérer lui-même le dossier du soutien du revenu pour le compte des enfants du Québec, et a d’ailleurs pris des mesures comparables à ce chapitre. Les résidants du Québec profitent de la majoration de la Prestation fiscale canadienne pour enfants au même titre que tous les autres Canadiens. Ils bénéficient également des sommes considérables investies par le gouvernement du Québec dans les services aux familles et aux enfants, en application de la Politique familiale du Québec.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :