Points saillants de l’Étude nationale sur les refuges 2005 à 2016

De : Emploi et Développement social Canada

Table des matières

Formats substituts

Cette publication est disponible dans d'autres formats en ligne, par téléphone au 1-800-O-Canada (1-800-622-6232), ou par téléimprimeur (TTY), au 1-800-926-9105. Aussi offerte en médias substituts sur demande : gros caractères, braille, audiocassette, CD avec fichier audio, disquette avec fichier texte, CD avec fichier texte, ou système DAISY.

Remerciements

Les données présentées dans cette étude ont été compilées par la Direction de la politique de lutte contre l'itinérance, Direction générale de la sécurité du revenu et du développement social, Emploi et Développement social Canada.

Nous tenons à souligner la collaboration et les efforts de la province de l'Alberta, de BC Housing, de la ville de Toronto et de la région de Peel ainsi que de chacun des 216 fournisseurs de services qui ont fourni des données aux fins du présent rapport. Grâce à cette collaboration, nous sommes en mesure d'approfondir notre compréhension collective de l'itinérance au Canada et d'appuyer la prise de décisions éclairées ainsi que l'élaboration de politiques et de programmes pour prévenir et réduire l'itinérance.

Nous souhaitons également remercier le personnel des refuges d'avoir recueilli les données, ainsi que les utilisateurs des refuges d'avoir accepté de partager leurs renseignements.

Auteurs et principaux enquêteurs

Annie Duchesne, analyste
Jacqueline Rivier, analyste
Patrick Hunter, analyste principal
Ian Cooper, gestionnaire

Résumé

L'Étude nationale sur les refuges consiste en une analyse continue des tendances entourant le recours aux refuges pour sans-abri au Canada. Elle fournit l'estimation la plus fiable de l'itinérance à l'échelle nationale, et elle est essentielle si l'on veut comprendre l'évolution des tendances au fil du temps. On compte un peu plus de 15 400 lits répartis dans 400 refuges d'urgence au Canada. L'information utilisée dans le cadre de cette étude a été recueillie auprès de plus de 200 refuges au Canada, dont la plupart utilisent le Système d'information sur les personnes et les familles sans abri (SISA). Le présent rapport met à jour l'Enquête nationale sur les refuges 2005-2014 au moyen de nouvelles données relatives aux années 2015 et 2016. Bien que ces données montrent une diminution continue du nombre de personnes et de familles qui ont recours aux refuges chaque année, le taux d'occupation au niveau national demeure supérieur à 90 %. On constate également que les personnes qui s'identifient comme Autochtones demeurent surreprésentées dans les refuges.

Liste des figures

Introduction

L'Étude nationale sur les refuges consiste en une analyse des tendances entourant le recours aux refuges pour sans‐abri au Canada. Le présent rapport constitue la troisième analyse des données nationales sur les refuges d'urgence recueillies au fil du temps. La première étude, publiée en 2013, couvrait la période allant de 2005 à 2009. L'information en question a été mise à jour en 2016, de sorte que la période d'analyse allait de 2005 à 2014. Ce rapport permet de mettre à jour et d'étoffer les constatations grâce à l'intégration des données relatives à 2015 et à 2016.

L'Étude nationale sur les refuges constitue l'étude nationale la plus complète sur l'itinérance au Canada, et elle est essentielle si l'on veut comprendre l'évolution des tendances au fil du temps. Elle décrit les caractéristiques démographiques de la population de sans-abri ayant recours aux refuges au Canada (les familles, les jeunes, les Autochtones, etc.) et les tendances reliées au taux moyen d'occupation des refuges, au nombre total de Canadiens qui ont recours aux refuges, à l'utilisation des lits dans les refuges et à la durée du séjour des personnes qui utilisent le système des refuges d'urgence du Canada.

Le présent rapport est fondé sur les données recueillies à l'aide du Système d'information sur les personnes et les familles sans abri (SISA) et sur celles obtenues en vertu des ententes de partage de données conclues avec des collectivités et des fournisseurs de services. Cela comprend des renseignements anonymes ayant trait à près de 3,1 millions de séjours effectués dans plus de 200 des quelque 400 refuges d'urgence au Canada entre 2005 et 2016.

L'Étude nationale sur les refuges est menée dans le cadre du programme Vers un chez-soi, programme communautaire visant à prévenir et à réduire l'itinérance en offrant du soutien et du financement directs aux collectivités désignées (centres urbains), aux collectivités autochtones, aux collectivités territoriales et aux collectivités rurales et éloignées de tout le Canada.

Visitez la page Vers un chez-soi pour en savoir plus sur la stratégie.

Les questions sur l'information contenue dans ce rapport peuvent être transmises à l'adresse de courriel suivante : ESDC.ISSD.RHInfo-infoVCS.DGRSDS.EDSC@hrsdc-rhdcc.gc.ca

Systèmes et méthodes

L'Étude nationale sur les refuges se fonde sur des renseignements anonymisés qui ont trait à près de 3,1 millions de séjours dans plus de 200 des quelque 400 refuges d'urgence du Canada entre 2005 et 2016. L'étude englobe uniquement des refuges d'urgence, car les données reçues de ces établissements sont les plus complètes et les plus fiables, et celles qui représentent le meilleur indicateur disponible des grandes tendances en matière d'itinérance. Bien que le rapport représente l’étendue de l’utilisation des refuges, l’itinérance parmi les populations qui sont moins susceptibles d’avoir accès à un refuge, telles que les personnes autochtones et les jeunes, risque d’être sous-estimée.

Un échantillon en grappes stratifié de refuges d'urgence a été utilisé pour assurer l'exactitude des estimations du nombre et des caractéristiques des personnes ayant recours aux refuges. Pour la partie de l'étude portant sur les années 2014 à 2016, l'échantillon a englobé la plupart des refuges les plus importants au Canada, où l'on retrouvait environ 70 % de l'ensemble des lits des refuges d'urgence répertoriés au pays. L'échantillon comprend seulement des refuges d'urgence pour les personnes et les familles, et non des refuges pour femmes victimes de violence, des logements de transition ou des lieux d'hébergement pour réfugiés. La méthodologie de l'étude tient également compte des personnes qui utilisent les services de plus d'un refuge en ajustant les poids d'échantillonnage en fonction du taux moyen de double comptage des clients à l'intérieur des strates.

L'étude contient des données administratives obtenues des refuges d'urgence au moyen du SISA ainsi que des données similaires fournies par des partenaires, dont la ville de Toronto, la région de Peel, la province de l'Alberta et BC Housing. Seuls les champs dont les données présentent une cohérence suffisante sont utilisés dans l'analyse. Dans le cas des refuges, seuls ceux pour lesquels on dispose de données annuelles complètes sont inclus dans l'échantillon.

Bien que la période couverte aille de 2005 à 2016, 3 variables démographiques ont été recueillies pour la première fois en 2014 afin de mieux comprendre l'itinérance au Canada : le statut de citoyenneté, l'identité autochtone et le statut d'ancien combattant.

Système d'information sur les personnes et les familles sans abri (SISA)

Le SISA a été élaboré par EDSC en consultation avec des collectivités; il est mis gratuitement à la disposition des collectivités, en échange de la communication de données anonymes sur les refuges. Le SISA est un système complet de collecte de données et de gestion de cas qui sert à appuyer les activités courantes des fournisseurs de services aux sans-abri et à assurer la coordination des services, et qui aide les clients à accéder en temps utile aux programmes qui conviennent. Le SISA est conçu pour appuyer la mise en œuvre de l'approche d'accès coordonné en permettant à plusieurs fournisseurs de services de la même collectivité d'accéder en temps réel aux données sur l'itinérance et d'aiguiller les clients vers les services appropriés au bon moment. Le SISA permet à ces fournisseurs de services de collaborer grâce à un système communautaire auquel on peut accéder à partir d'une variété d'appareils dotés d'une connexion Internet, tels que des ordinateurs portatifs, des téléphones intelligents et des tablettes.

Le SISA est un outil de premier plan pour recueillir des renseignements sur le secteur de l'itinérance. En adoptant le SISA, les collectivités se dotent de la capacité de recueillir et d'analyser des renseignements sur le secteur de l'itinérance, ce qui peut servir à surveiller les tendances existantes, à cerner les tendances émergentes et, de façon plus générale, à étayer la prise de décisions. EDSC reçoit des données anonymisées rattachées à 38 champs dans le cadre d'une entente de transmission de données avec les refuges et les collectivités qui utilisent le SISA. En fournissant leurs données à EDSC, les utilisateurs du SISA contribuent également à enrichir les connaissances et à faire progresser la compréhension de l'itinérance au Canada.

1. Utilisation du système des refuges

Plus de 14 000 Canadiens ont dormi dans un refuge d'urgence en moyenne chaque nuit.

Le recours aux refuges au Canada demeure élevé, avec un taux d'occupation de 91 % en 2016. Cette année-là, plus de 14 000 Canadiens ont dormi dans un refuge d'urgence en moyenne chaque nuit. Entre 2005 et 2011, le taux d'occupation était plus variable, atteignant un pic notable en 2008 et en 2009, au lendemain de la crise financière de 2008, avant de redescendre, en 2010, aux niveaux ayant précédé la récession. Entre 2012 et 2016, l'occupation des refuges s'est stabilisée, oscillant entre 91 % et 92 %.

On compte un peu plus de 15 400 lits répartis dans 400 refuges d'urgence au CanadaNote de bas de page 1. Même si le nombre total de lits dans les refuges d'urgence au Canada était à peu près le même en 2005 et en 2016 (15 774 en 2005 et 15 413 en 2016), la demande de lits dans les refuges a augmenté au cours de la même période. Le nombre de nuitées correspond au nombre de fois où un lit dans un refuge donné est utilisé pendant une année. Les refuges d'urgence ont fourni des services à plus de personnes par nuit en 2016 qu'en 2005 (5,1 millions et 4,76 millions de nuitées, respectivement).

Figure 1 : Nombre de nuitées et taux national d'occupation des refuges (2005 à 2016)

Description – Figure 1. Le nombre de nuitées et taux national d'occupation des refuges (2005 à 2016)
Description – Figure 1. Le nombre de nuitées et taux national d'occupation des refuges (2005 à 2016)
Nombre de nuitées et taux national d'occupation des refuges 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Taux d'occupation 82,7 % 82,0 % 79,1 % 85,5 % 94,6 % 83,2 % 86,3 % 91,6 % 91,2 % 92,4 % 91,2 % 91,0 %
Nuitées 4 759 753 4 668 304 4 463 715 4 783 768 5 263 182 4 526 169 4 686 469 5 012 230 4 970 010 5 057 813 5 0127 307 5 121 681

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

2. Clients des refuges et nuitées

Le nombre de personnes différentes utilisant les refuges d'urgence a diminué.

Malgré l'augmentation de la demande de lits dans les refuges, le nombre annuel d'utilisateurs distincts a diminué graduellement de près de 20 %, passant d'environ 156 000 en 2005 à 129 000 en 2016.

Figure 2 : Nombre estimatif de clients des refuges par année (2005 à 2016)

Description – Figure 2. Le nombre estimatif de clients des refuges par année (2005 à 2016)
Figure 2 : Nombre estimatif de clients des refuges par année (2005 à 2016)
Nombre estimatif de clients des refuges par année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Nombre de clients 156 030 150 663 146 884 151 621 146 726 141 854 137 415 141 405 134 262 136 866 132 511 129 127

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

3. Utilisation des refuges selon le groupe d'âge

La majorité des clients des refuges d'urgence sont des adultes (25 à 49 ans).

Les adultes âgés de 25 à 49 ans constituent le principal groupe de clients des refuges d'urgence (52,5 %); viennent ensuite les adultes âgés de 50 à 64 ans (20,8 %). Les jeunes non accompagnésNote de bas de page 2 (de 13 à 24 ans) représentent eux aussi une fraction significative de la population de clients des refuges (17,3 %). Dans le cas des enfantsNote de bas de page 3 (de 0 à 16 ans), cette proportion est de 6,3 %. Pour leur part, les aînés qui ont recours aux refuges sont relativement peu nombreux, ne constituant que 3,1 % des clients de ces derniers.

Figure 3 : Distribution des clients des refuges par groupe d'âge (2016)

Description – Figure 3. La distribution des clients des refuges par groupe d'âge (2016)
Figure 3 : Distribution des clients des refuges par groupe d'âge (2016)
Selon le groupe d’âge Enfants (0 à 16 ans) accompagnés Jeunes (13 à 24 ans) non accompagnés Adultes (25 à 49 ans) Adultes plus âgés (50 à 64 ans) Aînés (65 ans et plus)
2014 6,3 % 17,3 % 52,5 % 20,8,% 3,1 %

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

Le nombre de clients adultes a diminué de 30 % entre 2005 et 2016 (passant de 97 177 à 67 764), ce qui explique en grande partie la diminution globale du nombre de clients des refuges au cours de la période à l'étude, comme le montre la figure 2. Le nombre de clients des refuges qui sont des jeunes non accompagnés âgés de 13 à 24 ans a quant à lui diminué de près de 25 %, passant de 29 591 en 2005 à 22 398 en 2016. Par contre, le nombre d'enfants qui ont séjourné dans des refuges a augmenté de 35 %, passant de 5 998 en 2005 à 8 124 en 2016. Dans le cas des utilisateurs âgés de 50 à 64 ans, leur nombre a augmenté de plus de 25 %, atteignant 26 839 en 2016 comparativement à 21 209 en 2005. Le nombre d'aînés ayant recours aux services des refuges d'urgence a lui aussi augmenté de 50 %, passant de 2 680 en 2005 à 4 003 en 2016.

Figure 4 : Nombre estimatif de clients des refuges par groupe d'âge (2005 à 2016)

Description – Figure 4. Le nombre estimatif de clients des refuges par groupe d'âge (2005 à 2016)
Figure 4 : Nombre estimatif de clients des refuges par groupe d'âge (2005 à 2016)
Selon le groupe d’âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Enfants (0 à 16 ans) accompagnés 5 339 5 764 6 422 6 327 8 167 6 007 5 446 6 277 6 425 5 780 8 124 6 147
Jeunes (13 à 24 ans) non accompagnés 32 757 31 270 31 250 30 313 31 256 27 225 26 256 25 362 23 653 25 501 22 398 18 737
Adultes (25 à 49 ans) 95 820 90 931 86 824 89 304 81 463 77 836 75 245 76 449 71 113 71 824 67 764 69 121
Adultes plus âgés (50 à 64 ans) 18 856 19 779 19 442 22 214 22 071 25 049 25 953 28 640 28 088 28 951 26 839 27 146
Aînés (65 ans et plus) 2 244 2 214 2 338 2 466 2 566 3 505 3 721 4 028 4 454 4 332 4 003 5 256

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

4. Utilisation des refuges pour familles

Le taux d'occupation des refuges pour familles en 2016 s'est établi à 85,7 %, soit une augmentation de 27 % depuis 2005.

En 2016, les refuges pour famille ont affiché un taux d'occupation de 85,7 %, soit une augmentation de 27 % depuis 2005. Le taux d'occupation de ces refuges a nettement augmenté (114,2 %) en 2009 à la suite de la crise financière de 2008. Les taux d'occupation des refuges pour familles sont demeurés relativement stables depuis 2011, se situant entre 84 % et 90 %.

Figure 5 : Taux d'occupation des refuges pour familles (2005 à 2016)

Description – Figure 5. Le taux d'occupation des refuges pour familles (2005 à 2016)
Figure 5 : Taux d'occupation des refuges pour familles (2005 à 2016)
Taux d'occupation des refuges pour familles 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Taux d’occupation 67,3 % 70,0 % 69,5 % 85,4 % 114,2 % 76,3 % 84,2 % 89,8 % 89,4 % 86,3 % 0,0 % 0,0 %

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

5. Durée du séjour dans les refuges selon le groupe d'âge et par les familles

Le nombre de jours passés dans un refuge a augmenté au fil du temps.

Depuis 2010, la durée des séjours dans les refuges a augmenté pour tous les groupes d'âge ainsi que pour les familles. Selon les estimations limites produites au moyen d'une régression binomiale négative tronquée tenant compte du sexe, de l'âge, de la situation familiale et des séjours multiples, le séjour type dans les refuges par les familles qui ont fait un seul séjour était d'une durée de 24,9 jours, soit près de 2 fois plus longtemps que la durée estimative des séjours par des particuliers (13,2 jours). Les adultes plus âgés et les aînés séjournaient eux aussi nettement plus longtemps que les autres groupes d'âge, avec une durée de séjour estimative de 22,1 jours pour les premiers et de 27,6 jours pour les seconds en 2016.

Figure 6 : Nombre typique de jours passés dans un refuge (2010 à 2016)

Description – Figure 6. Le nombre typique de jours passés dans un refuge (2010 à 2016)
Figure 6 : Nombre typique de jours passés dans un refuge (2010 à 2016)
Selon le groupe d’âge 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Jeunes (13 à 24 ans) non accompagnés 7,0 8,1 8,2 9,8 8,6 8,7 10,5
Adultes (25 à 49 ans) 7,8 8,5 8,3 10,1 9,7 10,3 12,6
Adultes plus âgés (50 à 64 ans) 15,3 16,6 15,8 19,2 18,1 18,4 22,1
Aînés (65 ans et plus) 21,1 21,1 20,2 23,0 23,5 24,3 27,6
Familles 15,4 17,6 16,9 19,5 22,0 21,2 24,9

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

La majorité (environ 50 % à 60 %) des séjours en refuge au cours d'une année donnée sont de courte durée (1 à 4 jours), et 30 % à 40 % ont une durée moyennement longue (5 à 30 jours). En 2016, 53,6 % des séjours en refuge ont duré entre 1 et 4 jours. On observe un rapport inverse entre les séjours de courte durée et ceux de durée moyenne. La proportion de longs séjours (plus de 30 jours) a augmenté lentement mais de façon constante, passant d'environ 9 % en 2005 à quelque 14 % en 2016. Cette augmentation des séjours de plus longue durée a contribué à la hausse de la demande de nuitées (figure 1).

Figure 7 : Pourcentage de séjours de courte durée, de durée moyenne et de longue durée par année (2005 à 2016)

Description – Figure 7. Le pourcentage de séjours de courte durée, de durée moyenne et de longue durée par année (2005 à 2016)
Figure 7 : Pourcentage de séjours de courte durée, de durée moyenne et de longue durée par année (2005 à 2016)
Durée des séjours 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Courte (1 à 4 jours) 52,4 % 54,6 % 54,0 % 59,2 % 57,2 % 48,1 % 48,6 % 48,7 % 47,2 % 50,6 % 55,0 % 53,6 %
Moyenne (5 à 30 jours) 38,9 % 37,1 % 36,9 % 32,4 % 32,5 % 40,8 % 39,5 % 38,7 % 39,6 % 38,1 % 32,7 % 32,7 %
Longue (31 jours et plus) 8,7 % 8,3 % 9,2 % 8,4 % 10,3 % 11,0 % 11,9 % 12,6 % 13,2 % 11,3 % 12,3 % 13,7 %

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

6. Utilisation des refuges selon le sexe

La majorité des clients des refuges d'urgence sont des hommes, et l'écart entre les hommes et les femmes s'accentue avec l'âge.

La proportion d'hommes et de femmes ayant eu recours à des refuges a peu changé au cours de la période à l'étude (2005 à 2016). En 2016, 69,5 % des clients des refuges étaient des hommes et 29,7 %, des femmes, tandis que 0,8 % ont déclaré un genre autre qu'homme ou femme. Les femmes sont en moyenne plus jeunes que les hommes. Ainsi, l'âge moyen des hommes est de 40 ans, comparativement à 37 ans pour les femmes. La proportion d'enfants de sexe masculin (49,9 %) et de sexe féminin (48,8 %) qui séjournent dans les refuges est similaire, mais la proportion d'hommes s'accroît au fil des groupes d'âge subséquents, tandis que c'est l'inverse pour les femmes. Parmi les clients âgés de 65 ans et plus, 77,8 % sont des hommes. Il est à noter que les refuges pour femmes victimes de violence ne sont pas inclus dans cette étude; il est donc probable que le recours aux refuges par les femmes selon le présent rapport soit sous-estimé.

Figure 8. Utilisation des refuges selon le sexe et le groupe d'âge (2016*)

Description – Figure 8. L'utilisation des refuges selon le sexe et le groupe d'âge (2016*)
Figure 8. Utilisation des refuges selon le sexe et le groupe d'âge (2016*)
Selon le groupe d’âge Enfants (0 à 16 ans) accompagnés Jeunes (13 à 24 ans) non accompagnés Adultes (25 à 49 ans) Adultes plus âgés (50 à 64 ans) Aînés (65 ans et plus)
Homme 49,9 % 63,2 % 70,2 % 77,9 % 77,9 %
Femme 48,8 % 35,3 % 29,0 % 21,7 % 21,9 %

* Les données de la figure 8 rendent compte uniquement des réponses des hommes et des femmes.

Source : Données recueillies au moyen du SISA et en vertu d'ententes de partage de données.

7. L’utilisation de refuges par les peuples autochtones

Les Autochtones demeurent surreprésentés dans les refuges d'urgence du Canada.

Bien que cette étude couvre la période de 2005 à 2016, des renseignements sur l’identité autochtone ont été recueillis pour la première fois en 2014. Les Autochtones demeurent surreprésentés dans les refuges d'urgence du Canada. Le nombre de clients autochtones des refuges est demeuré relativement stable entre 2014 et 2016. Selon les estimations, entre 34 400 et 45 300 Autochtones {nombre estimé : 39 700}Note de bas de page 4 ont eu recours aux refuges d'urgence en 2016; en 2014, ce nombre oscillait entre 38 080 et 45 820 {nombre estimé : 40 519}. Le pourcentage de clients de refuges au Canada qui déclarent être d'ascendance autochtone est d'environ 31 %, alors que les Autochtones représentaient 5 % de la population canadienne en 2016Note de bas de page 5. Toutefois, cette proportion varie sensiblement d'une région à l'autre, allant de moins de 5 % dans certaines collectivités suburbaines à plus de 90 % dans de nombreuses collectivités du Nord. Dans chacune des collectivités pour lesquelles on dispose de données, les Autochtones sont surreprésentés dans les refuges par rapport à l'ensemble de la population.

8. Utilisation des refuges par d'autres groupes de population

Anciens combattants

La proportion de clients des refuges qui déclarent avoir fait leur service militaire a diminué entre 2014 et 2016.

En 2016, 1,8 % des clients des refuges – soit environ 2 400 personnes – ont déclaré avoir fait leur service militaire. Il s'agit d'une baisse par rapport à la proportion enregistrée en 2014 (première année où cette information a été recueillie), soit 2,2 %, ou près de 3 000 personnes. En général, les clients des refuges qui ont déclaré avoir servi dans l'armée étaient des hommes (84,4 %). Parmi les clients ayant déclaré avoir fait leur service militaire, les hommes tendaient à être plus âgés que les femmes (moyenne de 48 ans et de 38 ans, respectivement). Près de la moitié (42,7 %) des femmes ayant déclaré avoir servi dans l'armée avaient moins de 30 ans, contre 13,8 % des hommes.

Immigrants, réfugiés et résidents temporaires

Le nombre de réfugiés ayant recours aux services de refuges d'urgence a augmenté entre 2014 et 2016.

En 2016, plus de 7 600 clients des refuges, soit 5,9 %, ont déclaré ne pas être citoyens canadiens, comparativement à 4,9 % en 2014. Cela comprend 5 067 résidents permanents ou immigrants, 1 991 réfugiés et 558 résidents temporaires (en vertu d'un visa d'étudiant, de travailleur ou de visiteur). Par rapport à 2014, la première année de collecte de ces données, le nombre de résidents permanents ou d'immigrants qui ont eu recours aux refuges est demeuré stable (5 067 en 2016 contre 5 036 en 2014), tandis que le nombre de réfugiés a grimpé de près de 900 (1 991 en 2016 contre 1 096 en 2014). Les non-citoyens étaient plus susceptibles d'avoir accès au système des refuges en tant que familles (35 %) que les citoyens (12 %). Les données des lieux d'hébergement pour réfugiés ne sont pas incluses dans cette analyse.

Conclusion

En 2016, le nombre estimatif de personnes ayant eu recours aux services de refuges se situait à son niveau le plus bas des 12 dernières années. Le nombre annuel de personnes ayant recours aux refuges est passé de 156 000 en 2005 à 129 000 en 2016.

Cependant, en dépit de cette diminution du nombre de clients, le taux d'occupation a augmenté depuis 2005 et est demeuré constamment supérieur à 90 % depuis 2012.

La prolongation de la durée des séjours est une tendance qui s'est maintenue pour tous les types de clients, en particulier ceux qui sont âgés de plus de 50 ans. Pour cette raison, bien que le nombre de clients des refuges ait diminué en 2016, il y avait encore en moyenne plus de 14 000 Canadiens dans les refuges d'urgence chaque nuit.

En 2016, 69,5 % de la clientèle des refuges était de sexe masculin et 29,7 %, de sexe féminin. La distribution des clients des refuges entre hommes et femmes n'a pas beaucoup changé depuis 2005.

Toujours en 2016, l'âge moyen des clients des refuges d'urgence était de 39,5 ans. Les femmes avaient tendance à être un peu plus jeunes que les hommes (37,0 ans et 40,5 ans, respectivement).

Le recours aux refuges par les familles est demeuré relativement stable depuis 2011, les taux d'occupation de ce type de refuges se situant entre 84 % et 90 %. Il y a toutefois eu une augmentation marquée de la durée des séjours des familles, et cette tendance s'est poursuivie en 2016. Le séjour des familles dans un refuge est habituellement près de 2 fois plus long que celui des particuliers.

Bien que les données des lieux d'hébergement pour réfugiés ne soient pas incluses dans la présente étude, on a pu observer une augmentation du nombre de réfugiés utilisant les services des refuges, ce nombre passant d'environ 1 100 en 2014 à près de 2 000 en 2016. À l'opposé, le nombre de résidents permanents ou d'immigrants qui ont eu recours aux refuges est demeuré stable au cours de cette période. Par ailleurs, les non-citoyens étaient plus susceptibles d'avoir accès au système des refuges en tant que familles (35 %) que les citoyens canadiens (12 %).

Les Autochtones demeurent surreprésentés parmi les clients des refuges; environ 31 % de l'ensemble des clients ont déclaré une ascendance autochtone.

Une étude nationale complète des refuges pour la période allant de 2005 à 2016 doit être menée à bien à l'automne de 2019. Les analyses futures feront état de profils plus détaillés au niveau des groupes de population et des groupes d'âge.

Glossaire

Adulte : Personne âgée de 25 à 49 ans.

Nuitées : Nombre de fois où un lit dans un refuge donné est utilisé pendant une année.

Enfant : Toute personne de moins de 13 ans OU personne âgée de 13 à 16 ans qui est accompagnée d'un parent ou d'un tuteur pendant son épisode d'itinérance.

Refuge d'urgence : Établissement qui offre un logement temporaire à court terme aux personnes et aux familles sans abri. L'établissement peut offrir ou non d'autres services – nourriture, vêtements, services de conseil, etc.

Itinérance : Condition de vie d'une personne ou d'une famille qui n'a pas de logement stable, permanent et adéquat, ou qui n'a pas la possibilité, les moyens ou la capacité de s'en procurer un dans l'immédiat.

Itinérance chez les Autochtones : fait référence aux « Autochtones qui se retrouvent sans logement en raison de la colonisation, de traumatisme ou de conditions sociales, culturelles, économiques et politiques les mettent en situation de pauvreté. Ne pas avoir de logement inclut : les individus qui alternent entre le logement et l’absence de logement, qui vivent dans la rue, qui sont hébergés temporairement chez des connaissances, qui ont recours aux refuges d’urgence, qui vivent dans des logements inabordables, inadéquats, inférieurs aux normes et non sécuritaires ou qui vivent sans la garantie de sécurité; toute personne, sans égard à l’âge, qui quitte un établissement (comme un hôpital, un centre de traitement en santé mentale et en toxicomanie, une prison, une maison de transition), qui fuit un logement non sécuritaire en raison d’abus dans toutes ses définitions, et tout jeune qui fait la transition de toute forme de soins.

Famille : Ensemble des personnes déclarant être en compagnie d'un ou de plusieurs membres de leur famille pendant leur épisode d'itinérance.

Refuge pour familles : Établissement qui offre un hébergement temporaire à court terme aux familles.

Immigrant : Un immigrant reçu ou un résident permanent est une personne à qui les autorités de l'immigration ont accordé le droit de vivre de façon permanente au Canada. Cette information est autodéclarée au moment de l'admission dans un refuge.

Autochtone : Personne qui déclare être membre d'une Première Nation, Métis, Inuit ou Indien inscrit ou non inscrit, peu importe son statut de résident ou de membre.

Particulier : Personne qui ne fait pas partie d'une famille avec enfants pendant un épisode d'itinérance. Un particulier sans abri peut être un adulte célibataire, un jeune non accompagné ou un membre d'un ménage comptant de multiples adultes ou de multiples enfants.

Adulte plus âgé : Personne âgée de 50 à 64 ans.

Refuge d'intervention saisonnière, temporaire ou d'urgence en cas d'alerte météorologique : Établissement ouvert de façon temporaire pour offrir des espaces de refuge additionnels sur une base saisonnière ou en cas de conditions météorologiques extrêmes (hiver, tempête, canicule, etc.).

Aîné : Personne âgée de 65 ans et plus.

Clients des refuges : Particuliers et familles qui utilisent le système des refuges d'urgence du Canada.

Logement de transition : Établissement qui offre un refuge temporaire, mais qui se distingue des refuges d'urgence par la durée plus longue des séjours et par le plus grand nombre et la plus grande variété des services de soutien offerts aux clients. Le logement de transition est une étape intermédiaire entre le refuge d'urgence et le logement permanent. La durée des séjours va généralement de 3 mois à 3 ans.

Jeune : Personne âgée de 13 à 16 ans qui n'est pas accompagnée d'un parent ou d'un tuteur pendant son épisode d'itinéranceNote de bas de page 6. Les personnes âgées de 17 à 24 ans sont considérées comme étant des jeunes, peu importe qu'elles soient accompagnées ou non.

Ancien combattant : Ancien membre des Forces armées canadiennes. Cette information est autodéclarée au moment de l'admission dans un refuge.

Citoyen canadien : Personne qui est née au Canada ou qui a obtenu la citoyenneté canadienne dans le cadre du processus de naturalisation du Canada. Cette information est autodéclarée au moment de l'admission dans un refuge.

Réfugié : Personne craignant d'être persécutée, à qui l'on a offert l'asile au Canada, et qui ne veut pas ou ne peut pas retourner dans son pays d'origine. Cette information est autodéclarée au moment de l'admission dans un refuge.

Demandeur d'asile : Personne qui a demandé l'asile au Canada. Cette information est autodéclarée au moment de l'admission dans un refuge.

Lieu d'hébergement pour réfugiés : Établissement qui fournit un logement temporaire destiné expressément aux réfugiés, aux demandeurs d'asile ou aux immigrants.

Résident permanent : Personne qui a obtenu le statut de résident permanent en immigrant au Canada, mais qui n'est pas citoyen canadien. Cette information est autodéclarée au moment de l'admission dans un refuge.

Titulaire d'un visa : Personne admise au Canada à titre de résident temporaire (visiteur, étudiant ou travailleur).

Refuge pour femmes victimes de violence : Établissement qui offre un refuge temporaire aux femmes seules ou aux femmes ayant des enfants qui fuient la violence familiale. Ce type de refuge peut servir de centre de crise, de logement transitoire ou de logement de deuxième étape.

Infographie - Points saillants de l'étude nationale sur les refuges 2005 à 2016
 Infographie - Points saillants de l'étude nationale sur les refuges 2005 à 2016
Description textuelle

L’Étude nationale sur les refuges 20115-2016 est une analyse constante des tendances de l’itinérance au Canada. En 2016, on a estimé que le nombre d’usagers des refuges d’urgence était à son plus bas depuis 12 ans

Nombre d'utilisateurs d'abris d'urgence (2016) :

  • Nombre annuel d’utilisateurs de refuges : 129 000
  • Nombre de Canadiens utilisant les refuges une nuit donnée : 14 000
  • Taux d’occupation : 91 %

Diminution constante du nombre de particuliers et de familles utilisant les refuges par an

Caractéristiques démographiques des usagers des refuges (2016) :

  • 6,3 % enfants (0 à 16 ans accompagnés d'un adulte)
  • 17,3 % de jeunes (de 13 à 24 non accompagnés)
  • 3,1 % d'aînés (65 ans et plus)
  • 20,8 % personnes âgées (50 à 64 ans)
  • 52,5 % d’adultes (25 à 49 ans)
  • 30 % de femmes
  • 70 % d'hommes
  • Âge moyen : 39,5 ans

Anciens combattants :

% Usagers des refuges : 1,8
% De la population générale au Canada: 1,85 *
* pourcentage approximatif d'anciens combattants dans la population totale

Citoyens non canadiens (inclut les immigrants, les réfugiés, les détenteurs de visa qui n’ont pas la citoyenneté canadienne) :

% Usagers des refuges : 5,9
% Population générale au Canada : 7,0
Source: Recensement de Statistique Canada 2016

Autochtones:

% Usagers des refuges : 31
% Population générale au Canada : 4,9
Source: Recensement de 2016, Statistique Canada

Ressources additionnelles

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :