La campagne Halte aux pluies acides

Soumis par Sue Milburn-Hopwood

Le terme « pluies acides » est le nom populaire donné à un phénomène environnemental complexe qui se produit lorsque des émissions de composés sulfurés et azotés sont transportées sur de longues distances dans l’atmosphère, sont transformées par des processus chimiques, puis retombent sur Terre sous forme de pluie ou de neige. L’acide présent dans les dépôts pénètre ensuite dans l’environnement et peut avoir des effets nuisibles sur les lacs, les rivières et les sols sensibles; le poisson et son habitat; la sauvagine; les arbres et les bâtiments.

Dans les années 1980, la lutte contre les pluies acides était une priorité pour Environnement Canada. Les macarons « Halte aux pluies acides » faisaient partie d’une grande campagne menée par Environnement Canada pour réduire la pollution atmosphérique. Des études ont révélé que certaines parties du Bouclier canadien dans l’est du Canada étaient particulièrement sensibles à l’acidification. En 1985, le gouvernement fédéral et ceux des sept provinces les plus à l’est du pays (Manitoba et suivantes) ont convenu de réduire les émissions responsables des pluies acides. Pour s’attaquer à l’aspect transfrontalier du problème, le Canada et les États-Unis ont signé l’Accord entre le Canada et les États-Unis sur la qualité de l’air en 1991. Les deux pays y convenaient de réduire les émissions, d’unir leurs efforts pour régler les problèmes liés aux pluies acides et de collaborer dans le cadre d’initiatives scientifiques et techniques.

Les macarons pour la campagne Halte aux pluies acides.
Les macarons pour la campagne Halte aux pluies acides.

La question des pluies acides était devenue un dossier bien ficelé pour le Ministère, s’appuyant sur les efforts des scientifiques du Service de l’environnement atmosphérique, de la Direction des eaux intérieures, de la Direction des terres et du Service canadien de la faune, des responsables de la réglementation du Service de la protection de l’environnement et des experts des affaires internationales et des communications publiques. Ce travail a également jeté les bases de futurs accords bilatéraux et multilatéraux visant à s’attaquer à d’autres problèmes de pollution atmosphérique, comme l’ozone troposphérique, les polluants organiques persistants et les métaux lourds.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :