Rapport du Plan ministériel 2018 à 2019, Environnement et Changement climatique Canada, chapitre 1

Message de la ministre

À titre de ministre de d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), j’ai le plaisir de présenter le Plan ministériel 2018-2019.

Le gouvernement du Canada croit qu’une économie forte et un environnement sain vont de pair. Ceci sous tend la planification prospective d’ECCC. Le présent document décrit les plans et priorités du ministère et établit les résultats qu’il cherche à obtenir pour la population canadienne.

Il faut relever les défis que posent les changements climatiques pour assurer un meilleur avenir pour les prochaines générations. La mise en œuvre,  au cours de la prochaine année, du Cadre pancanadien (CP) sur la croissance propre et les changements climatiques constitue une étape essentielle pour assurer cet avenir.

À cette fin, nous continuerons de collaborer avec les provinces, les territoires, les peuples autochtones et d’autres afin d’améliorer les résultats dans le cadre du CP. Ensemble, nous redoublerons d’efforts pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, favoriser une croissance propre, mettre au point des instruments réglementaires, soutenir l’adaptation et la résilience aux changements climatiques, mettre en œuvre la tarification du carbone, investir dans l’économie à faibles émissions de carbone, et contribuer aux mesures internationales en matière de changement climatique.

Mes représentants et moi formerons des partenariats avec d’autres gouvernements pour stimuler l’action mondiale en matière de climat, notamment dans le cadre de la réunion ministérielle sur la lutte contre les changements climatiques, que nous co-présidons avec l’Union européenne et la Chine, de l’Alliance : Énergiser au-delà du charbon, avec le Royaume-Uni, qui vise à encourager l’élimination progressive de la production d’électricité à partir du charbon à l’échelle mondiale, et de la gestion des substances nocives pour la santé humaine et l’environnement. Nous continuerons d’apporter une précieuse contribution aux forums internationaux, comme la conférence annuelle des Nations Unies sur les changements climatiques visant à donner suite à l’Accord de Paris et la conférence du Protocole de Montréal, et nous jouerons un rôle important pour soutenir la présidence canadienne du G7 en collaborant sur les changements climatiques, les océans et l’énergie propre.

En 2018-2019, nous nous efforcerons également d’empêcher que le déclin des espèces en péril se poursuive, de rétablir des populations viables de ces espèces, de soutenir et d’améliorer la biodiversité partout au Canada et d’élargir les réserves nationales de faune, les refuges d’oiseaux migrateurs et les aires protégées du Canada. Ces travaux seront effectués grâce à l’investissement historique de 1,3 milliards de dollars sur cinq ans pour la conservation de la nature qui ont été annoncés dans le budget de 2018.

Le gouvernement du Canada respecte son engagement à établir de meilleures règles d’examen des grands projets. Les nouvelles règles régissant les processus d’évaluation et de réglementation environnementale protégeront notre environnement, nos poissons et nos cours d’eau, rétabliront la confiance du public et favoriseront la création d’emploi et de possibilités économiques. La nouvelle approche d’évaluation environnementale tiendra mieux compte des effets cumulatifs et appliquera la science et les connaissances traditionnelles autochtones afin de renforcer les évaluations.

Le budget de 2018 prévoit un financement de 130,3 millions de dollars sur cinq ans pour mener à bien la modernisation des systèmes de prévision et d’alerte météorologiques du Canada et revitaliser les stations de surveillance des eaux de façon à améliorer les prévisions hydrologiques. Ces nouvelles mesures permettront de fournir à la population canadienne des données exactes et à jour sur les conditions météorologiques et environnementales. Il s’agit notamment d’étudier et d’appliquer de nouvelles technologies pour obtenir plus rapidement des données météorologiques, hydrologiques et environnementales plus fiables.

Le superordinateur dont ECCC s’est récemment doté permettra une meilleure intégration des données et offrira des applications qui dépasseront de beaucoup nos capacités actuelles de prévision météorologique et environnementale.

Je vous invite à lire ce plan pour en savoir plus sur les priorités d’ECCC et sur notre engagement à les mettre en œuvre afin d’assurer un avenir plus propre et plus prospère.


L’honorable Catherine McKenna, C. P., députée Ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :