Ontarien reconnu coupable de contrebande d'ivoire d'éléphant

Le 17 novembre 2016 - Newmarket (Ontario) - Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Le trafic illégal des espèces sauvages est interdit au Canada. L’exploitation des espèces dans le but de réaliser des profits n’est pas tolérée.

Le 14 novembre 2016, l’entreprise no 3062424 de l’Ontario, qui exerce ses activités sous le nom 888 Auctions Inc., et son directeur, M. Dong Heon Kim, ont plaidé coupable pour avoir exporté illégalement un produit de cuir de python ainsi que deux articles en ivoire d’éléphant, ce qui contrevient à la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial (WAPPRIITA). Une amende d’un montant total de 12 500 dollars a été imposée et l’entreprise et son propriétaire ont été condamnés à deux ans de probation.

Après avoir obtenu des renseignements de sécurité, la Direction générale de l’application de la loi d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), en collaboration avec l’Office of Law Enforcement du Fish and Wildlife Service des États-Unis (USFWS), a lancé une enquête qui visait les activités de l’entreprise 888 Auctions, en décembre 2013.

L’enquête conjointe a révélé qu’à une reprise, l’entreprise 888 Auctions avait placé une petite défense d’éléphant en ivoire, dont l’analyse scientifique ultérieure a conclu qu’il s’agissait d’un éléphant tué en 2001, avec une sculpture en ivoire, dans un colis faussement étiqueté comme étant un « ornement de cadeau ». Le colis a été expédié sans adresse de retour à un acheteur des États-Unis. Ces efforts, qui visaient à éviter la détection, ont été en vain, car le colis a été intercepté par les agents spéciaux de l’USFWS. On a déterminé que les deux morceaux d’ivoire appartenaient à un éléphant de forêt d’Afrique (Loxodonta cyclotis).

À une autre reprise, l’entreprise 888 Auctions a exporté illégalement une mallette en cuir de python vers les États-Unis, en février 2015.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) est mise en œuvre au Canada par l’intermédiaire de la WAPPRIITA. L’ivoire et la mallette de python ont été exportés sans le permis canadien d’exportation requis par la CITES.

Faits saillants

  • INTERPOL estime que le fruit de la criminalité liée aux espèces sauvages dans le monde atteint une valeur entre 8 et 23 milliards de dollars US, ce qui la classe au quatrième rang des activités illégales les plus lucratives après le trafic de stupéfiants, la traite des personnes et la contrefaçon.
  • Les populations d’éléphants d’Afrique ont subi d’énormes pressions liées au braconnage et au trafic de l’ivoire. On estime qu’entre 20 000 et 30 000 éléphants auraient été braconnés l’an dernier.
  • Le Canada ainsi que les États-Unis participent à la Conférence de Hanoï sur le commerce illégal des espèces sauvages qui se déroule le 17 novembre, au Vietnam. Cette assemblée de haut niveau réunissant des dirigeants de pays et des leaders de la conservation visera à élaborer des stratégies de lutte contre le trafic illicite des espèces, tout en protégeant l’utilisation durable des espèces sauvages dont des millions de personnes dépendent pour leur subsistance.

Liens connexes

Environnement et Changement climatique Canada a créé un service d’abonnement gratuit pour permettre à la population canadienne d’être tenue informée des mesures que prend le gouvernement du Canada en vue de protéger notre environnement naturel.

Coordonnées

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :