Résumé

Résumé

Le Rapport d’étape de 2015 sur la Stratégie fédérale de développement durable fournit des renseignements sur la façon dont le gouvernement fédéral met en place la Stratégie fédérale de développement durable (SFDD) 2013-2016, plus particulièrement les progrès réalisés à l’égard des objectifs et des cibles. Conjointement avec la SFDD, ce rapport appuie l’objectif de la Loi fédérale sur le développement durable qui est de rendre le processus décisionnel en matière d’environnement plus transparent et plus responsable devant le Parlement.

Le présent Résumé donne un aperçu général en date de 2015 des progrès accomplis pour chacun des objectifs et chacune des cibles de la SFDD 2013-2016. Le reste du rapport fournit des renseignements contextuels sur les objectifs et les cibles.

Objectifs et cibles de la SFDD 2013-2016 État d’avancement
Relever les défis des changements climatiques et de la qualité de l'air

Objectif 1
Changements climatiques — Afin d’atténuer les effets des changements climatiques, de réduire les niveaux d’émission de gaz à effet de serre (GES) et de s’adapter aux impacts inévitables.

En 2013, les émissions de sources anthropiques de GES du Canada étaient de 23 Mt d’équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2) sous les niveaux de 2005. Le gouvernement du Canada a continué de poursuivre son approche secteur par secteur pour réglementer les émissions de GES. Il a aussi continué d’aider les Canadiens et les entreprises à diminuer leurs émissions de GES, grâce à des mesures telles que le soutien au développement et au déploiement de technologies propres innovantes.

Au cours des cinq dernières années, la compréhension de l’adaptation s’est améliorée et des progrès ont été réalisés grâce à une mobilisation élargie et à des politiques, plans et pratiques pour  accroître la résilience face aux changements climatiques.

Cible 1.1
Atténuation des changements climatiques — Réduire de 17 % les émissions totales de GES du Canada par rapport aux niveaux d’émission de 2005, d’ici 2020.

En date de 2013, le niveau des émissions de GES du Canada était inférieur de 3,1 % par rapport au niveau de 2005 qui s’élevait à 749 Mt d’éq. CO2.

Cible 1.2

Adaptation aux changements climatiques — Faciliter la réduction de la vulnérabilité des particuliers, des collectivités, des régions et des secteurs économiques aux impacts des changements climatiques grâce à la création et à la distribution de renseignements et d’outils.

Le gouvernement fédéral a continué d’établir et d’échanger des connaissances scientifiques et des outils pour aider les provinces et les territoires, les collectivités, les secteurs et les Canadiens à gérer les risques liés au climat.

Objectif 2

Pollution atmosphérique — Réduire au minimum les menaces à la qualité de l’air afin que les Canadiens puissent respirer de l’air pur, qui appuiera également des écosystèmes sains.

De nombreuses menaces à la qualité de l’air ont été réduites. Les concentrations ambiantes de dioxyde de soufre (SO2), de dioxyde d’azote (NO2) et de composés organiques volatils (COVs) et les concentrations de pointe d’ozone troposphérique (O3) ont diminué substantiellement au cours des vingt dernières années.

Les concentrations annuelles moyennes d’O3 et les concentrations annuelles moyennes et de pointe des particules fines (P2,5) à l’échelle nationale – principaux composants du smog – sont demeurées relativement stables depuis 2000.

Cible 2.1

Polluants atmosphériques — Améliorer la qualité de l’air extérieur en assurant la conformité aux limites d’émissions réglementées nouvelles ou modifiées d’ici 2020 et réduire du même coup les émissions de polluants atmosphériques à l’appui de l’atteinte des objectifs du Système de gestion de la qualité de l’air (SGQA).

Des améliorations sont notables. Les règlements nouveaux et modifiés concernant les polluants atmosphériques ont contribué à une diminution soutenue des niveaux d’émissions de quatre principaux polluants atmosphériques : émissions d’oxyde de soufre (SOx), d’oxyde d’azote (NOx), de monoxyde de carbone (CO) et de composés organiques volatils (COVs) qui étaient de 28 % à 63 % inférieurs en 2013 à ce qu’ils étaient en 1990. 

Cible 2.2

Qualité de l’air intérieur — Aider à protéger la santé des Canadiens en leur procurant des lignes directrices axées sur la santé et d’autres outils pour soutenir les mesures visant à mieux gérer la qualité de l’air intérieur.

Le gouvernement fédéral a continué d’établir des lignes directrices, des mesures d’atténuation, des normes pour les produits et des initiatives de communication sur la qualité de l’air intérieur.

L’évaluation des risques à la santé liés à la qualité de l’air intérieur pour le dioxyde d’azote a été achevée et forme la base des Lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur résidentiel pour le dioxyde d’azote qui ont été publiées en août 2015.

Le gouvernement a aussi terminé les évaluations des risques pour la santé en vue de soutenir l’élaboration d’une ébauche des Niveaux de référence sur la qualité de l’air intérieur pour certains composés organiques volatils.

Maintenir la qualité et la disponibilité de l'eau

Objectif 3

Qualité de l’eau et quantité d’eau — Protéger et améliorer l’eau pour qu’elle soit propre, saine et sécuritaire pour tous les Canadiens et qu’elle soutienne des écosystèmes sains.

Au cours des 10 dernières années, la qualité et la quantité de l’eau douce des cours d’eau canadiens sont demeurées généralement stables.

De plus, en ce qui concerne la qualité de l’eau potable, la plupart des avis d’ébullition de l’eau ont été diffusés par mesure de précaution durant l’entretien ou la réparation de l’équipement, plutôt qu’en raison de la détection d’agents pathogènes dans l’eau traitée.

Cible 3.1
Systèmes d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées des Premières Nations dans les réserves — Accroître le pourcentage de réseaux d’approvisionnement en eau potable des Premières Nations sur les réserves présentant des risques faibles de 27 % à 50 % d’ici 2015. Augmenter le pourcentage de réseaux de traitement des eaux usées des Premières Nations sur les réserves affichant des risques faibles de 35 % à 70 % d’ici 2015.

Le pourcentage de systèmes d’eau potable des Premières Nations dans les réserves qui ont obtenu une cote « risque faible » a augmenté, passant de 27 % en 2009-2011 à 57 % en 2014-2015.

Il y avait 48 % des systèmes de traitement des eaux usées des Premières Nations dans les réserves qui obtenaient une cote « risque faible » en 2014-2015, comparativement à 38 % en 2009-2011.

Cible 3.2

Qualité de l’eau potable — Contribuer à protéger la santé des Canadiens en élaborant jusqu’à 15 lignes directrices/documents d’orientation sur la qualité de l’eau d’ici 2016. 

Entre 2013 et 2015, 10 lignes directrices et documents d’orientation sur la qualité de l’eau potable, nouveaux ou mis à jour, ont été approuvés par les provinces et les territoires, et nous sommes en bonne voie d’atteindre la cible de 15 lignes directrices/documents d’orientation d’ici 2016.

Cible 3.3
Les Grands Lacs ─ Secteurs Préoccupants — Prendre des mesures au niveau fédéral pour rétablir des utilisations bénéfiques aux fins du retrait de la liste de cinq secteurs préoccupants canadiens et de la réduction du nombre d’utilisations bénéfiques compromises dans les autres secteurs préoccupants de 25 % d’ici 2018.

Depuis 2010, aucun secteur préoccupant n’a été retiré de la liste. Cependant, l’évaluation de 2014 a révélé que depuis l’évaluation initiale de chaque secteur préoccupant, l’action soutenue du gouvernement fédéral et de ses partenaires a diminué le nombre d’utilisations bénéfiques considérées comme étant « altérées » de 33 % (de 120 à 80).

Cible 3.4
Grands Lacs — Contribuer à la restauration et à la protection des Grands Lacs en élaborant des cibles pour la gestion des éléments nutritifs dans le lac Érié et les autres Grands Lacs d’ici 2016, selon les besoins, et les faire accepter à l’échelle binationale.

En 2014, des représentants du Canada, des États-Unis, de l’Ontario et des huit états des Grands Lacs ont convenu d’élaborer des cibles de réduction du phosphore pour le lac Érié d’ici le printemps 2016. Des consultations publiques ont eu lieu à l’été 2015 sur la possibilité de fixer des cibles de réduction de 40 % pour le lac Érié.

Cible 3.5
Le Fleuve Saint-Laurent — Prendre les mesures fédérales pour réduire les polluants et améliorer la qualité de l’eau, conserver la biodiversité et assurer la pérennité des usages du fleuve Saint-Laurent d’ici 2016.

Les concentrations de phosphore à la plupart des stations de surveillance le long du fleuve Saint-Laurent ont excédé les recommandations pour la qualité de l’eau plus de 50 % du temps pendant la période de 2010 à 2012, tandis que les concentrations d’azote les ont excédées plus de 50 % du temps à un site seulement.

Cible 3.6
Lac Simcoe et Sud-Est de la Baie Georgienne — Réduction d’une quantité estimative de 2 000 kg de charges en polluants phosphorés dans le lac Simcoe d’ici 2017, ce qui favorisera l’atteinte de la cible de la province de l’Ontario de réduire les charges de phosphore dans le lac Simcoe à 44 000 kg/an d’ici 2045. Réduction d’une quantité estimative de 2 000 kg de charges en polluants phosphorés dans les bassins versants du sud-est de la baie Georgienne d’ici 2017.

Les projets de réduction du phosphore réalisés avant mars 2015 grâce au Fonds d’assainissement du lac Simcoe et du sud-est de la baie Georgienne préviennent l’apport d’environ 4 040 kg de phosphore par an dans le bassin versant du lac Simcoe.

Également, les projets d’intendance empêchent environ 124 kg de phosphore par an d’atteindre le sud-est de la baie Georgienne et ses affluents.

Cible 3.7

Bassin du Lac Winnipeg — D’ici 2017, réduire l’apport en phosphore dans les cours d’eau du bassin du lac Winnipeg, à l’appui du plan global de la province du Manitoba visant à réduire de 50 % les déversements de phosphore dans le lac Winnipeg afin d’atteindre les mêmes niveaux qu’avant 1990.

En date de mars 2015, les projets d’intendance soutenus par le Fonds d’intendance du bassin du lac Winnipeg empêchaient, selon les estimations, 14 800 kg de phosphore par an d’entrer dans le lac et ses affluents.

En 2013, les concentrations de phosphore dans le lac Winnipeg étaient de 100 % supérieures aux niveaux d’avant 1990, soit 0,1 milligramme par litre en 2013, comparativement à 0,05 milligramme par litre avant 1990.

Cible 3.8
Pollution des mers – Déversements de polluants nocifs — Protéger l’environnement marin grâce à une réduction annuelle de 5 % du nombre de déversements de polluants nocifs dans l’environnement marin par des navires relevés au cours des patrouilles antipollution de 2013 à 2016.

Avec une augmentation de 70 % des heures de patrouilles par rapport à 2009-2010, on a relevé, en 2013-2014, 44 déversements par des navires identifiés, comparativement à 21 en 2009-2010, ce qui représente une augmentation annuelle de 20 %.

Cible 3.9
Pollution des mers – Immersion en mer — S’assurer que l’immersion autorisée en mer est durable de manière à ce que 85 % des activités de suivi environnemental des sites d’immersion ne fassent pas ressortir la nécessité de prendre des mesures de gestion à l’égard des sites (comme la fermeture des sites) de 2013 à 2016.

Depuis 2004, le pourcentage de sites d’immersion en mer autorisés et ne nécessitant aucune mesure de gestion a été supérieur à la valeur cible de 85 %, ce qui indique que les sites d’immersion en mer du Canada sont utilisés de manière durable.

En 2013-2014, le gouvernement a réalisé des projets de surveillance à 11 sites d’immersion en mer, soit 12 % des sites en usage.

Cible 3.10

Paramètres de rendement agroenvironnemental — Atteindre une valeur comprise entre 81 et 100 pour chaque indice de rendement agroenvironnemental sur la qualité de l’eau et du sol d’ici le 31 mars 2030.

L’indice de performance agroenvironnementale de la qualité du sol a augmenté, passant de 66 en 1981 à 77 en 2006, grâce à l’amélioration de la gestion des fermes. Entre-temps, l’indice de performance agroenvironnementale de la qualité de l’eau a reculé, passant de 94 en 1981 à 78 en 2006.

Cible 3.11
Effluents des eaux usées et industrielles — Réduire les risques associés aux effluents des eaux usées (eaux résiduelles) et des secteurs industriels d’ici 2020.

La conformité réglementaire réduit les risques liés aux rejets d’effluents dans les cours d’eau. Les indicateurs mesurant la qualité des effluents des mines de métaux et des usines de pâtes et papiers rejetés dans l’environnement indiquent une conformité réglementaire stable ou améliorée.

Cible 3.12

Gestion durable des ressources en eau — Promouvoir une gestion durable des ressources en eau grâce à la collecte de données ainsi qu’à l’enrichissement et à la diffusion des connaissances de 2013 à 2016.

Les clients des gouvernements provinciaux et territoriaux ont très bien coté le Programme hydrométrique du gouvernement du Canada à l’égard de la diffusion de leurs données (cote de 8 sur 10 dans un sondage sur la satisfaction de la performance).

Protéger la nature et les Canadiens

Objectif 4
Conserver et restaurer les écosystèmes, la faune et l’habitat et protéger les Canadiens — Écosystèmes résilients jouissant de populations fauniques en santé, de sorte que les Canadiens puissent bénéficier des aires naturelles, des ressources et des services écologiques pour les générations à venir.

En 2010, 77 % des espèces sauvages du Canada évaluées dans le Rapport sur la situation générale des espèces sauvages au Canada ont été classées « en sécurité ». Le nombre d’aires protégées et l’aire protégée totale au Canada a continué de croître.

Cible 4.1

Espèces en péril — D’ici 2020, les populations d’espèces en péril répertoriées dans les lois fédérales affichent des tendances qui correspondent aux programmes de rétablissement et aux plans de gestion.

Sur les 307 espèces en péril qui faisaient l’objet d’un programme de rétablissement définitif ou d’un plan de gestion en mai 2015, 112 espèces avaient des objectifs  axés sur la population qui t ont été réévaluées. . De ces 112 espèces, 43 (soit 38 %) affichent des tendances de population conformes aux objectifs définis dans les programmes de rétablissement.

Cible 4.2
Oiseaux migrateurs — Améliorer la proportion d’espèces d’oiseaux migrateurs qui atteignent leurs objectifs en matière de population. 

Les données de référence indiquent que plus de la moitié des espèces d’oiseaux migrateurs que l’on trouve régulièrement au Canada ont des populations qui se situent à l’intérieur d’un intervalle acceptable.

Cible 4.3
Écosystèmes terrestres et intendance de l’habitat — Contribuer à la cible nationale voulant que, d’ici 2020, au moins 17 % des zones terrestres et d’eaux intérieures soient conservées par l’entremise de réseaux d’aires protégées, et d’autres mesures efficaces de conservation dans des superficies clairement définies.

En date de fin 2014, 10,3 % de la superficie terrestre du Canada (terres et eaux douces) est protégée, et il est attendu que ce pourcentage continue d’augmenter.

En date de 2015, 80 700 km2 d’habitat pour la sauvagine avaient été protégés depuis 1990 et en date de 2014, 1 836 km2 d’habitat pour les espèces en péril avaient été protégés depuis 2000.

Cible 4.4
Amélioration de la santé des parcs nationaux — Améliorer la condition d’au moins un indicateur d’intégrité écologique dans 20 parcs nationaux d’ici 2015.

En mars 2015, les mesures de gestion avaient entraîné l’amélioration d’au moins un indicateur d’intégrité écologique dans 20 parcs nationaux.

Cible 4.5
Écosystèmes marins — D’ici 2020, 10 % des zones côtières et marines sont conservées par l’entremise de réseaux d’aires protégées, et d’autres mesures efficaces de conservation dans des superficies clairement définies.

Entre 1990 et 2014, les zones de protection côtières et marines ont augmenté, passant de 0,32 % à 0,9 % du territoire maritime du Canada.

Cible 4.6
Espèces exotiques envahissantes — D’ici 2020, les voies d’invasion des espèces exotiques envahissantes sont identifiées, et des plans d’intervention ou de gestion fondés sur les risques sont en place dans le cas des voies d’invasion et des espèces prioritaires.

Aucune nouvelle espèce exotique envahissante ne se serait établie au Canada en 2012 et en 2013.

Le gouvernement fédéral procède à l’élaboration des évaluations des voies d’invasion et des risques pour les espèces, y compris des évaluations des mauvaises herbes en vue d’une quarantaine potentielle et des évaluations des espèces aquatiques en vue d’une possible élaboration de règlements.

Le gouvernement fédéral a élaboré une matrice des risques et des impacts pour cinq groupes de pathogènes hautement prioritaires et a réalisé une évaluation des risques que pose le Phytophthora ramorum (appelé couramment mort subite du chêne) pour diverses espèces d’arbres du Canada comme le chêne et le mélèze.

Cible 4.7

Catastrophes, urgences et incidents environnementaux — Les catastrophes, urgences et incidents environnementaux sont évités ou leurs incidences sont atténuées.

En date de mars 2015, 86 % des institutions fédérales ont évalué leurs plans stratégiques d’urgence et pris des mesures pour parer aux risques liés à leurs domaines de responsabilité.

Parmi les 2 449 installations qui ont mis en œuvre des plans d’urgence environnementale en 2014-2015, 21 d’entre elles ont signalé des urgences environnementales (0,9 %).

Cible 4.8

Gestion des produits chimiques — Réduire les risques pour les Canadiens et les incidences sur l’environnement et la santé humaine que posent les rejets de substances nocives.

Le gouvernement fait des progrès pour réduire les risques que présentent les rejets de substances nocives pour l’environnement et la santé :

  • En 2013, les émissions de mercure, de plomb et de cadmium dans l’atmosphère ont été réduites à environ 10 % des niveaux de 1990 (réductions des émissions de 88 %, de 90 % et de 90 %, respectivement).
  • Les données de surveillance des substances nocives dans l’environnement montrent que les concentrations de polybromodiphényléthers (PBDE) dans les poissons et les sédiments diminuent, et que les concentrations de sulfonate de perfluorooctane (SPFO) dans l’eau et les tissus des poissons sont dans les limites recommandées pour la qualité de l’eau et la santé du poisson. Toutefois, dans certains cas, ces concentrations dépassent les seuils de nocivité pour la faune se nourrissant de poisson.
  • En date du 31 mars 2014, 100 % des déclarations de substances nouvelles reçues avaient été évaluées dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques.

Objectif 5

Ressources biologiques — Utilisation économique et écologique efficace des ressources – Production et utilisation durables des ressources biologiques.

Entre 1990 et 2013, la récolte annuelle de bois d’œuvre au Canada a fluctué entre 47 % et 85 % de l’approvisionnement en bois, et 48 % des principaux stocks de poissons étaient considérés en santé en 2014, une augmentation par rapport à 46 % en 2011.

Cible 5.1

Pêches durables — Améliorer la gestion et la conservation des grands stocks.

En 2014, 99 % des 155 grands stocks de poissons étaient récoltés à des niveaux durables, une augmentation par rapport à 90 % en 2011.

Cible 5.2

Aquaculture durable — D’ici 2020, toute forme d’aquaculture au Canada est gérée dans le cadre d’un régime scientifique qui préconise l’utilisation durable de ressources aquatiques (y compris les ressources marines, d’eau douce et terrestres) par des moyens qui conservent la biodiversité.

Les plans de gestion intégrée de l’aquaculture ont été complétés pour les poissons et les mollusques de la Colombie-Britannique. Le plan pour les espèces d’eau douce est en cours d’élaboration. Des programmes scientifiques nationaux dans le domaine de l’aquaculture sont en place pour éclairer les autres processus réglementaires (p. ex., Règlement sur les activités liées à l’aquaculture) en vertu de la Loi sur les pêches.

Cible 5.3

Gestion durable des forêts — Contribuer à la cible nationale voulant que, d’ici 2020, des progrès continus soient réalisés en matière de gestion durable des forêts du Canada.

Grâce à sa participation aux conseils consultatifs et comités, Ressources naturelles Canada (RNCan) fournit une expertise aux parties prenantes sur la manière de relever les défis liés au maintien de la durabilité des écosystèmes forestiers. En 2013-2014, 77 représentants de RNCan siégeaient aux comités et conseils consultatifs sur les perturbations, une augmentation par rapport aux 73 au cours de la période de rapport précédente.

Cible 5.4

Agriculture durable — D’ici 2020, les paysages agricoles exploités fournissent un niveau stable ou amélioré de biodiversité et de capacité d’habitat.

En 2013-2014, plus de 85 % des parcours du Programme de pâturages communautaires étaient cotés bons ou excellents pour leur capacité à soutenir la biodiversité et à fournir un habitat pour la faune.

Quatre-vingt-quinze pour cent des exploitations agricoles appliquent les mesures de leur plan environnemental de la ferme afin d’améliorer l’évaluation et l’atténuation des risques agroenvironnementaux.

Réduire l'empreinte environnementale – en commançant par le gouvernement

Objectif 6
Émissions de gaz à effet de serre (GES) et énergie — Réduire l’empreinte carbone et la consommation d’énergie des activités fédérales.

Les émissions globales des activités fédérales ont été réduites depuis 2005.

Les ministères et organismes responsables poursuivent leurs efforts pour atteindre leurs propres cibles de réduction des GES, en appui à la cible globale de réduction des émissions fédérales de 17 % d’ici 2020-2021.

Cible 6.1
Réduction des émissions de GES — Le gouvernement du Canada réduira les émissions de gaz à effet de serre provenant de ses bâtiments et parcs de véhicules de 17 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2020.

En 2013-2014, les ministères et organismes responsables ont réduit les émissions de GES provenant de leurs bâtiments et de leurs parcs de véhicules de 2,5 % par rapport à l’exercice 2005-2006.

Objectif 7
Gestion des déchets et des biens — Réduire les déchets générés et atténuer les impacts environnementaux des biens tout au long de leur durée de vie utile.

Le gouvernement a réalisé des progrès en matière de gestion des déchets et des biens : 37 des 54 projets immobiliers et bâtiments appartenant à l’État ont atteint un niveau élevé de rendement environnemental, 85 % des cibles d’achats écologiques SMART ont été atteintes (ou sont en voie de l’être) et 100 % des ministères visés par la SFDD ont élaboré une approche visant à maintenir et à améliorer la durabilité des pratiques et des politiques en milieu de travail.

Cible 7.1

Rendement environnemental des biens immobiliers — À compter du 1er avril 2014 et conformément aux cadres de durabilité des biens immobiliers des ministères, les projets et les activités du gouvernement du Canada dans le domaine immobilier atteindront un haut niveau de rendement écologique reconnu par l’industrie.

Les gardiens des biens immobiliers fédéraux continuent d’intégrer les résultats environnementaux dans la prise de décision portant sur les biens immobiliers, pour appuyer les cibles que cherche à atteindre le gouvernement en matière de réduction des gaz à effet de serre, de gestion des déchets et des biens et de gestion de l’eau, et pour économiser sur les coûts des services publics.

À ce jour, un total de 37 sur 54 projets immobiliers et bâtiments appartenant à l’État et un total de 26 sur 36 nouvelles constructions et projets de rénovation majeure ont atteint un niveau de haute performance environnementale reconnu dans l’industrie, depuis l’exercice 2012-2013.

Cible 7.2
Achats écologiques — À compter du 1er avril 2014, le gouvernement du Canada continuera de prendre des mesures pour intégrer des facteurs environnementaux à ses achats, conformément à la Politique d’achats écologiques.

On continue de faire des progrès dans la mise en œuvre de la Politique d’achats écologiques, avec plus de 14 600 spécialistes des achats ou de la gestion du matériel qui ont terminé la formation sur les achats écologiques au cours des trois dernières années.

De plus, en 2013-2014, 96 % des 26 ministères visés par la SFDD avaient inclus l’élément de soutien ou de participation aux achats écologiques dans les évaluations du rendement des employés qui gèrent les achats et la gestion du matériel.

Cible 7.3
Activités écologiques en milieu de travail — À compter du 1er avril 2015, le gouvernement du Canada mettra à jour et adoptera des politiques et des pratiques visant à rehausser l’écologisation de ses activités en milieu de travail.

Le gouvernement a réduit l’incidence environnementale du milieu de travail fédéral dans des secteurs clés. Entre 2011 et 2014, le gouvernement fédéral a fait don de plus de 369 000 ordinateurs, ordinateurs portatifs, écrans et imprimantes au programme Ordinateurs pour les écoles, et a augmenté le ratio moyen d’employés par imprimante d’un ratio de 4 pour 1 à un ratio de 8,5 pour 1 (se débarrassant ainsi d’environ 27 500 imprimantes).

De plus, sur une période de deux ans, la consommation annuelle de papier a diminué d’environ 540 millions de feuilles et l’utilisation de 20 000 cartouches d’encre a été éliminée, permettant au gouvernement d’économiser environ 4,5 millions de dollars.

Cible 7.4
Écologisation des services aux clients — D’ici le 31 mars 2015, les ministères fixeront des cibles selon les critères SMART pour réduire l’impact environnemental de leurs services aux clients.

Puisqu’il s’agit d’une cible nouvelle et facultative, les données ne sont pas encore disponibles pour fournir une mesure des progrès.

Objectif 8
Gestion de l’eau — Améliorer la gestion des ressources en eau dans les opérations fédérales.

Le gouvernement a ajouté un nouvel engagement visant à améliorer la gestion de l’eau dans l’exploitation de son parc immobilier.

Cible 8.1

Gestion de l’eau — À compter du 1er avril 2014, le gouvernement du Canada prendra des mesures supplémentaires pour améliorer la gestion de l’eau dans son portefeuille immobilier.

Les 15 ministères et organismes gardiens visés par la SFDD font des progrès pour améliorer la gestion de l’eau dans leurs parcs immobiliers et pour déterminer des secteurs d’action prioritaires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :