Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier pour la région du golfe du Maine : décembre 2016

Région du golfe du Maine

Décembre 2016

Événements météorologiques importants survenus dans le golfe du Maine - de septembre à novembre 2016

Malgré plusieurs épisodes de fortes pluies, les déficits de précipitations à long terme et les conditions de sécheresse se sont poursuivis en Nouvelle-Angleterre et dans certaines régions des Maritimes. La sécheresse s’est intensifiée en septembre et a persisté au cours des mois d’octobre et de novembre, ce qui a affecté les ressources en eau et l’agriculture (consulter la section des impacts pour plus de détails).

Le Massachusetts (MA), le New Hampshire (NH), le Maine (ME) et le Nouveau-Brunswick (N.-B.) ont été frappés par des orages violents à la mi-septembre. Des vents violents ont renversé des dizaines d’arbres et de lignes électriques, ce qui a provoqué une panne de courant chez plus de 22 000 clients dans le Sud du New Hampshire. Les fortes précipitations ont causé des inondations locales à Concord (NH), à Ashland (ME) et à Juniper (N.-B.).

Un système dépressionnaire intense alimenté par les restes de l’ouragan Matthew est passé à l’Est du Nouveau-Brunswick du 9 au 11 octobre. Plus d’une douzaine de records de précipitations extrêmes de 24 heures ont été battus dans les Maritimes, principalement en Nouvelle-Écosse (N.-É.). Sydney (N.-É.) a reçu 219 mm (8,60 po) de pluie le 10 octobre, ce qui en fait le jour le plus humide du site depuis 1870 et le troisième jour le plus humide enregistré en Nouvelle-Écosse. Sydney a également connu son mois d’octobre le plus humide de l’histoire. Les fortes pluies ont causé des inondations importantes (consulter la section sur les impacts pour plus de détails). D’autres secteurs de la région ont reçu jusqu’à 88 mm (3,46 po) de pluie. En outre, les rafales allant jusqu’à 137 km/h (85 mi/h) ont donné lieu à des restrictions visant les véhicules sur les ponts et à des annulations de passages de traversiers en plus de faire tomber des arbres et des fils électriques. Au moins 90 000 clients ont subi des pannes de courant dans les Maritimes, dont certaines ont duré plus de deux jours.

Du 21 au 23 octobre, un système dépressionnaire post-tropical provenant du Sud a fusionné avec un creux dépressionnaire de l’Ouest, ce qui s’est traduit en précipitations de pluie allant jusqu’à 161 mm (6,34 po). Les données les plus élevées ont été enregistrées dans le Sud du Maine. Plusieurs pieds d’eau ont inondé des routes, immobilisé des voitures et causé des fermetures de routes dans certains secteurs des trois États et à Halifax, en Nouvelle-Écosse. L’orage a également produit de forts vents, ce qui a contribué à des pannes de courant et à une mer agitée.

Plus de 30 records de chaleur ont été battus dans les Maritimes les 7 et 8 octobre, alors que plusieurs secteurs ont avoisiné les 25 °C (77 °F). Caribou (ME) a été témoin d’un record, à 24 °C (76 °F). Le 22 octobre, les températures se sont de nouveau approchées de 25 °C (77 °F), ce qui a permis d’établir une douzaine de nouveaux records de chaleur dans les Maritimes.

Des tempêtes consécutives ont apporté de la neige abondante au Nord du Maine et dans les Maritimes, à la fin de novembre. Du 27 au 29 novembre, les précipitations de neige allant jusqu’à 38 cm (15 po) et les rafales allant jusqu’à 110 km/h (68 mi/h) ont provoqué des pannes de courant pour plus de 35 000 clients dans les Maritimes. Ensuite, du 30 novembre au 1er décembre, la région a été touchée par des précipitations abondantes de neige mouillée allant jusqu’à 43 cm (17 po) et le Nord du Maine a enregistré les totaux les plus importants, Les arbres et les lignes électriques renversés ont laissé près de 80 000 clients sans électricité dans les Maritimes et dans le Maine.

Il s’agissait de la première saison des ouragans au-delà des normales depuis 2012. La saison a compté 15 tempêtes baptisées, y compris sept ouragans, dont trois majeurs.

Carte des événements météorologiques majeurs (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Carte de la région du golfe du Maine, qui comprend la partie est du Massachusetts, le New Hampshire, le Maine, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et les zones marines avoisinantes, présentant les événements météorologiques majeurs de l’automne de 2016 (septembre, octobre et novembre). Voici les principaux points :

  • La sécheresse s’est intensifiée et a persisté en Nouvelle-Angleterre, dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick et dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse au cours de l’automne.
  • Des orages au début d’octobre ont donné lieu à beaucoup de pluie et à des inondations au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.
  • Les températures superficielles des eaux du golfe du Maine ont été supérieures à la moyenne depuis le milieu de 2009.

Vue d’ensemble du climat régional - de septembre à novembre 2016

Température

Écarts par rapport à la normale
Carte des écarts de température par rapport à la normale (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Carte présentant les écarts de température, de septembre à novembre, par rapport à la normale dans la région du golfe du Maine. Les températures ont été supérieures à la normale dans toute la région. Dans la partie nord du Nouveau-Brunswick et les parties centrales du Maine, les températures ont été de 2 à 3 °C au-dessus de la normale. Ailleurs, les températures se situaient généralement entre 1 et 2 °C au-dessus de la normale.

Les températures automnales (la moyenne de septembre, octobre et novembre) ont été supérieures à la normale de 0,5 °C (1 °F) à 3 °C (5 °F).

En septembre, les températures ont oscillé entre des valeurs presque normales dans certains secteurs de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, des valeurs supérieures à la normale de 3 °C (5 °F) dans des secteurs du Maine et du Massachusetts.

En octobre, les données ont oscillé entre des températures presque normales dans le Sud du Maine et dans certains secteurs de la Nouvelle-Écosse, et des températures supérieures à la normale de 3 °C (5 °F) dans le centre du Maine et dans le Nord-Est du Nouveau-Brunswick.

En novembre, les données moyennes ont oscillé entre des températures presque normales dans le Sud du Maine et des valeurs supérieures à la normale de 4 °C (7 °F) dans le Nord-Est du Nouveau-Brunswick.

Précipitations

Pourcentage de la normale
Carte des précipitations exprimées en pourcentage de la normale (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Carte des précipitations totales pour la région du golfe du Maine présentant les précipitations totales exprimées en pourcentage des précipitations normales durant l’été 2016 (moyenne établie pour les mois de septembre, octobre et novembre). Les conditions étaient beaucoup plus sèches que la normale dans presque toute la région. Les précipitations dans la majeure partie du Massachusetts, du New Hampshire et du Maine ont varié entre 50 et 90 % de la normale. Certains secteurs côtiers ont reçu des précipitations près de la normale. La majeure partie du Nouveau-Brunswick et le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse ont rapporté 50 à 70 % de la quantité normale de précipitations. Le nord du Nouveau-Brunswick, le centre de la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont également connu des conditions de sécheresse, recevant 75 à 90 % des précipitations normales. Les précipitations dans le nord et l’est de la Nouvelle-Écosse étaient généralement près de la normale lorsqu'une moyenne a été calculée pour la saison.

À l’automne, les précipitations (accumulées de septembre à novembre) ont oscillé entre 25 % et 125 % de la normale, tandis que la plupart des régions ont reçu entre 50 % et 90 % de la normale.

Les précipitations de septembre ont varié entre 25 % et 90 % de la normale pour une majorité des secteurs de la région. Le Nord du Nouveau-Brunswick, près de la frontière avec le Québec, et quelques secteurs dans le Nord de la Nouvelle-Écosse représentent les principales exceptions, car ils ont reçu jusqu’à 150 % de la normale.

Les précipitations d’octobre ont oscillé entre 50 % de la normale dans certains secteurs du Maine et du Nouveau-Brunswick à 225 % de la normale dans l’est du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

En novembre, les précipitations ont varié entre 25 % de la normale et presque la normale dans la plupart des régions. Les régions les plus sèches se trouvaient dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick, dans le sud de la Nouvelle-Écosse et à Cape Cod (MA), en Ontario, tandis que certaines portions du Maine ont reçu 125 % de précipitations par rapport à la normale.

Température à la surface de la mer

Écarts par rapport à la normale
Carte des écarts de température superficielle de la mer par rapport à la normale (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Carte des écarts de température superficielle de la mer par rapport à la normale en période automnale dans la région du golfe du Maine, qui comprend le golfe même, la baie de Fundy et les eaux au sud de la Nouvelle-Écosse (moyenne établie pour les mois de septembre, octobre et novembre). Les températures superficielles de la mer étaient plus élevées que la moyenne à long terme dans tout le secteur. Les anomalies variaient de près de 1 °C à plus de 2 °C, les plus grandes anomalies se situant au-dessus des bassins profonds.

Les anomalies de température automnale à la surface de la mer (TSM) dans le golfe du Maine ont oscillé entre environ 1 °C (1 °F) à plus de 2 °C (4 °F). Le graphique ci-dessous présente des anomalies mensuelles de la TSM pour le golfe entre janvier 1982 et octobre 2016. À l’exception de quatre mois uniques, les anomalies ont été positives depuis la mi-2009. Les anomalies positives de 2016 ne sont surpassées que par celles de 2012. Les sommets dans les anomalies positives au cours de cette période chaude représentent les écarts les plus importants par rapport à la moyenne de toute la série temporelle.

Anomalies de température à la surface de la mer selon la période de 1985 et 2014. Anomalies moyennes de température à la surface de la mer tirées des données du radiomètre perfectionné à très haute résolution du NOAA.
Anomalies de température à la surface de la mer selon la période de 1985 et 2014 (voir description longue ci-dessous)

Source: School of Marine Sciences (École des sciences marines) de l’Université du Maine et NERACOOS
Description longue

Série chronologique des anomalies de température superficielle de la mer (TSM) du golfe entre janvier 1982 et octobre 2016. Le graphique de la série chronologique indique que les anomalies de TSM ont varié entre -1 °C et +1 °C de 1982 à la moitié de 2009, avec des anomalies négatives plus fréquentes que les anomalies positives entre 1985 et 1999. De la moitié de 2009 à 2016, les anomalies étaient presque toutes positives. Les sommets dans les anomalies au cours de cette période chaude représentent les écarts les plus importants par rapport à la moyenne de toute la série chronologique. Les anomalies atteignent 2 °C ou plus. La plus grande anomalie est survenue en 2012, la deuxième plus grande, en 2016.

Impacts régionaux - de septembre à novembre 2016

Rapport d’octobre 2016 du North American Drought Monitor
Carte de l’intensité de la sécheresse dans la région du golfe du Maine (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Carte de l’intensité de la sécheresse dans la région du golfe du Maine. Cette légende présente 5 niveaux d’intensité de sécheresse passant des conditions anormalement sèches (D0) à une sécheresse modérée, grave, extrême ou exceptionnelle (D1 à D4). La sécheresse a été grave ou extrême dans certaines régions du Massachusetts et dans le sud du New Hampshire. Elle a été grave dans le sud du Maine. La carte présente une sécheresse modérée dans presque tout le reste du Maine, et dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick et le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. La carte présente des conditions anormalement sèches ou une sécheresse modérée dans le centre du Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard et dans le centre et le nord de la Nouvelle-Écosse.

Logos (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Rangée du haut, de gauche à droite :

  • US Department of Agriculture
  • National Drought Mitigation Center
  • Comisión Nacional del Agua (Mexican National Commission of Water)

Rangée du bas, de gauche à droite :

  • Department of Commerce, USA
  • NOAA: National Oceanic and Atmospheric Administration, US Department of Commerce
  • Agriculture et Agroalimentaire Canada>
  • Environnement et Changement climatiques Canada

Débit d’eau souterraine en date du 28 septembre par rapport aux données historiques
Débit d’eau souterraine en date du 28 septembre par rapport aux données historiques (voir description longue ci-dessous)

Source: USGS
Description longue

Carte des eaux souterraines (données sur le niveau de l’eau provenant de puits) par rapport aux valeurs historiques dans le sud-est du New Hampshire et dans l’est du Massachusetts en date du 28 septembre 2016. Le marqueur indique l’emplacement du levé.

La couleur du marqueur représente la tranche des percentiles de la mesure du niveau des eaux souterraines par rapport à la répartition historique dans une des 8 tranches des percentiles : faible, largement inférieur à la normale (<10e percentile), inférieur à la normale (10e à 24e percentile), normal (25e à 75e percentile), supérieur à la normale (76e à 90e percentile), largement supérieur à la normale (>90e percentile), élevé et non classé.

La forme du marqueur (cercle, carré ou triangle) indique des mesures en temps réel, continues ou périodiques.

Le 28 septembre 2016, le niveau des eaux souterraines à ces endroits variaient généralement entre largement inférieur à la normale et normal. La plupart des données des stations du Maine étaient des mesures en temps réel. Les données des stations du New Hampshire et du Massachusetts étaient généralement des mesures en temps réel ou périodiques.

Débit d’eau en date du 12 septembre par rapport aux données historiques
Débit d’eau en date du 12 septembre par rapport aux données historiques (voir description longue ci-dessous)

Source: USGS
Description longue

Carte de répartition par points de l’écoulement fluvial par rapport aux valeurs historiques dans la région du golfe du Maine en date du 12 septembre 2016. Les points indiquent l’emplacement des levés de l’écoulement fluvial. La couleur du point représente le récent écoulement fluvial (12 septembre) par rapport à la répartition historique dans une des 8 tranches des percentiles : faible, largement inférieur à la normale (<10e percentile), inférieur à la normale (10e à 24e percentile), normal (25e à 75e percentile), supérieur à la normale (76e à 90e percentile), largement supérieur à la normale (>90e percentile), élevé et non classé.

L’écoulement fluvial était largement inférieur à la normale ou inférieur à la normale dans la majeure partie de la région, y compris dans le sud du Maine, dans certaines parties du sud et de l’est du Nouveau-Brunswick, et dans le sud-ouest et le centre de la Nouvelle-Écosse. Le nord du Maine et le nord et le centre du Nouveau-Brunswick ont enregistré un écoulement fluvial supérieur à la normale ou presque normal. L’écoulement fluvial à l’Île-du-Prince-Édouard était varié. L’écoulement fluvial dans l’est de la Nouvelle-Écosse continentale et au Cap-Breton était inférieur à la normale ou normal.

Photo du centre communautaire (voir description longue ci-dessous)

Source: Communications Nouvelle-Écosse
Description longue

Photo d’un bâtiment de deux étages, soit le centre communautaire de Southend à Sydney, au Cap-Breton, complètement entouré et partiellement inondé de crues. L’eau a atteint la mi-hauteur du rez-de-chaussée du bâtiment. La base d’une ligne électrique et un panneau d’arrêt à l’avant-plan ont également été inondés.

Sécheresse

Le niveau d’eau des rivières, des lacs et des réservoirs était largement inférieur à la normale en Nouvelle-Angleterre et dans certaines régions des Maritimes. Les données préliminaires indiquent que plus de 20 jauges à long terme dans les trois États ont enregistré un faible débit (en anglais seulement) avoisinant ou battant des records à la fin de septembre. Au cours de la même période, plus de 345 fournisseurs d’eau du Massachusetts et du New Hampshire avaient mis en œuvre des interdictions ou des restrictions. Le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse a également connu des restrictions d’eau. Au Massachusetts, des poissons sont échoués (en anglais seulement) le long de certains secteurs de certaines rivières et il y a un taux plus élevé de mortalité de poissons. De nombreux puits (en anglais seulement) privés et peu profonds se sont asséchés (en anglais seulement). Les résidents ont percé de nouveaux puits (en anglais seulement), transporté de l’eau ou utilisé l’eau en bouteille (en anglais seulement). Dans le sud de la Nouvelle-Écosse, des centres communautaires, des parcs et des écoles ont été ouverts pour permettre à la population de prendre une douche. York (ME) a mis en œuvre son interconnexion d’urgence avec un district hydrographique voisin, tandis que Cambridge a acheté de l’eau de la Massachusetts Water Resources Authority pour un montant estimé à 1,2 million de dollars par mois (en anglais seulement).

L’approvisionnement en eau décroissant a mis à l’épreuve les agriculteurs de la Nouvelle-Angleterre et du sud de la Nouvelle-Écosse, et certains d’entre eux ont dû transporter de l’eau. Dans beaucoup de ces régions, les rendements en foin ont été inférieurs à la moyenne. Plusieurs cultivateurs de canneberges du Massachusetts avaient peu ou pas d’eau pour la récolte (en anglais seulement). Toutes les cultures du Massachusetts ont connu une certaine perte, alors que les industries de production de foin, de canneberges et de pommes de terre ont subi des pertes importantes. Plusieurs agriculteurs de la Nouvelle-Écosse ont perdu des semis de sapins de Noël (en anglais seulement) en raison de la sécheresse. Les mauvaises conditions de pâturage ont amené certains agriculteurs à vendre leur bétail (en anglais seulement) tandis que d’autres ont dû utiliser des aliments supplémentaires, ce qui les a obligés à acheter davantage pour passer l’hiver. Les apiculteurs dans le sud du Maine ont rapporté que la production de miel était en baisse (en anglais seulement) et que plusieurs producteurs rapportent que leur production est nulle. Aux États-Unis, les agriculteurs des comtés touchés par une sécheresse importante sont devenus admissibles à une aide fédérale. En raison des conditions de sécheresse, les responsables ont maintenu les restrictions imposées par rapport aux feux et ont gardé les pompiers saisonniers en disponibilité une semaine de plus (en anglais seulement) que d’ordinaire dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Tempête de l’Action de grâces canadienne

Le Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, a subi des inondations importantes du 9 au 11 octobre. Plus de 1 800 maisons ont rapporté des dommages causés par l’eau, dont 38 ont été jugées inhabitables. Le centre communautaire de Southend, présenté en bas à gauche, a été gravement endommagé et devrait être démoli (en anglais seulement). De nombreux ponts (en anglais seulement), routes et ponceaux, ainsi que le seul chemin de fer de la région ont été emportés ou gravement endommagés. Dix-sept personnes ont été sauvées de leur véhicule, et jusqu’à douze véhicules de services des incendies (en anglais seulement) ont été endommagés. Plus de 5 000 demandes de réclamation ont été présentées, totalisant 85 millions de dollars (en anglais seulement) en dommages. La province demande une aide financière en cas de catastrophe.

Aperçu régional - Automne 2016-2017

La Niña

Consensus du CPC/IRI sur les prévisions probabilistes ENSO au debut décembre
Consensus du CPC/IRI sur les prévisions probabilistes ENSO au debut décembre (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Graphique des prévisions probabilistes ENSO officielles diffusées au début de décembre par le Climate Prediction Center (CPC) et l’International Research Institute (IRI) for Climate and Society des États-Unis.

Les graphiques à barres présentent les probabilités à intervalles de trois mois pour chaque élément ENSO (El Niño, conditions neutres et La Niña). Ces éléments sont respectivement en rouge, vert et bleu. Les intervalles vont de la fin de l’automne/du début de l’hiver (novembre 2016 à janvier 2017) jusqu'à l’été (juillet à septembre) 2017.

Les probabilités climatologiques sont décrites par des graphiques linéaires de la couleur correspondante pour les trois éléments.

Les barres indiquent que les conditions La Niña sont les plus probables (plus de 60 %) en début de période à la fin de l’automne/au début de l’hiver. Cette probabilité est plus élevée que la probabilité climatologique d’environ 30 %. La probabilité que La Niña se développe diminue au cours de l’hiver, alors que la probabilité de conditions neutres augmente. Les conditions neutres sont les plus probables ce printemps et cet été, à plus de 60 % au printemps et 50 % à l’été. Elles sont similaires ou légèrement plus élevées que les probabilités climatologiques.

Les probabilités climatologiques d’El Niño s’élèvent à environ 35 % en hiver et varient entre 20 et 25 % au printemps et en été. Les probabilités climatologiques de La Niña sont similaires à celles d’El Niño.

En novembre, les températures de la TSM plus froides que la normale dans l’océan Pacifique équatorial et les modèles atmosphériques indiquaient des conditions faibles de La Niña. Le Climate Prediction Center de la NOAA indique que les conditions faibles de La Niña devraient persister pendant l’hiver 2016-2017, avec une transition vers des conditions ENSO neutres (en anglais seulement) attendues de janvier à mars 2017.

Sécheresse

Carte d’aperçu des sécheresses aux États-Unis
Carte d’aperçu des sécheresses aux États-Unis (voir description longue ci-dessous)
Description longue

Carte d’aperçu des sécheresses dans les États de la Nouvelle-Angleterre. La légende présente 4 catégories : « sécheresse persistante », « sécheresse tendant à s'atténuer », « sécheresse en voie de disparaître » et « risque de sécheresse ». Il y a sécheresse persistante ou tendant à s’atténuer au Massachusetts, dans le sud du New Hampshire et dans certaines parties du centre et du sud du Maine. Il y a sécheresse en voie de disparaître dans le reste du Maine et du New Hampshire.

Les perspectives de sécheresse des États-Unis, produites par le Climate Prediction Center de la NOAA pour la période du 15 décembre 2016 au 31 mars 2017, prévoient que les conditions de sécheresse persisteront ou se maintiendront, mais qu’elles s’amélioreront au Massachusetts, dans le sud du New Hampshire et dans certaines parties du centre et du sud du Maine. Les conditions de sécheresse devraient s’atténuer dans le reste du Maine et du New Hampshire.

Températures et précipitations

Prévisions saisonnières de température diffusées par Environnement et Changement climatique Canada
Prévisions saisonnières de température diffusées par Environnement et Changement climatique Canada (voir description longue ci-dessous)
Description longue

La carte indique que les températures saisonnières moyennes de décembre 2016 à février 2017 seront supérieures à la normale dans les provinces maritimes. La probabilité de températures supérieures à la normale est de plus de 60 % dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, de plus de 70 % dans le sud-est du Nouveau-Brunswick et dans l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard, et de plus de 80 % en Nouvelle-Écosse et dans l’est de l’Île-du-Prince-Édouard.

Prévisions saisonnières de température diffusées par le Climate Prediction Center de la NOAA
Prévisions saisonnières de température diffusées par le Climate Prediction Center de la NOAA (voir description longue ci-dessous)
Description longue

La carte indique que les températures saisonnières moyennes de décembre 2016 à février 2017 seront supérieures à la normale au Massachusetts, au New Hampshire et dans le Maine. La probabilité de températures supérieures à la normale est de plus de 40 % dans l’est du Maine, où un « A » sur la carte indique une température supérieure à la normale. Elle est de plus de 33 % dans la partie est du Massachusetts, au New Hampshire et dans l’ouest du Maine.

De décembre 2016 à février 2017, Environnement et Changement climatique Canada et le Climate Prediction Center de la NOAA prévoient tous deux une possibilité accrue de températures supérieures à la normale dans l’ensemble de la région du golfe du Maine. Les prévisions pour la Nouvelle-Angleterre sont liées à des tendances de la température à long terme.

Pour les précipitations, les deux organismes prévoient des probabilités égales pour la région pour l’hiver 2016-2017. Cela signifie qu’il y a une probabilité de 33,3 % pour chacun des scénarios : précipitations supérieures à la normale, précipitations près de la normale ou précipitations inférieures à la normale.

La Niña peut influencer les températures et les précipitations de la région. Cependant, les conditions actuelles de La Niña devraient être faibles et de courte durée, de sorte que ses effets peuvent être plus variables. En outre, d’autres modèles de variabilité climatique comme l’oscillation arctique (en anglais seulement) ou l’oscillation nord-atlantique (en anglais seulement) peuvent dominer les modèles météorologiques de la région.

Contacts

NOAA:
Ellen Mecray
Samantha Borisoff

Environnement et Changement climatique Canada :
1-800-668-6767 (Canada seulement)
819-997-2800 (frais d'interurbain applicables)
ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Pour recevoir cette publication à chaque trimestre, inscrivez-vous (en anglais seulement)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :