Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier pour la région du golfe du Maine : juin 2015

PDF (839 Ko)

Région du golfe du Maine, juin 2015

Événements météorologiques majeurs de la région du golfe du Maine - de mars à mai 2015

Plusieurs fortes tempêtes ont frappé la région en mars et en avril. La tempête des 14 et 15 mars a laissé jusqu’à 60 cm (24 po) de neige et 40 mm (1,60 po) de pluie. Les vents ont soufflé jusqu’à 90 km/h (56 mi/h) dans les trois provinces, et des rafales maximales de 167 km/h (104 mi/h) ont été enregistrées à Grand Étang, en N.-É. Moncton, au N.-B., a signalé des conditions de blizzard pendant 12 heures. Du 17 au 18 mars, un autre blizzard a laissé jusqu’à 50 cm (20 po) de neige en Nouvelle-Écosse. La tempête du 21 au 22 mars a laissé jusqu’à 36 cm (14 po) de neige dans les provinces. Des conditions de blizzard ont été signalées pendant 18 heures à Bas Caraquet, au N.-B., et la visibilité est demeurée nulle pendant sept heures. La tempête du 21 au 22 avril a pour sa part déversé 108 mm (4 po) de pluie sur la région et des rafales atteignant 87 km/h (54 mi/h) ont été enregistrées. Les niveaux de débordement ont été surpassés le long du fleuve Saint-Jean au N.-B., ce qui a entraîné des fermetures de routes. De plus, un traversier n’a pas pu accoster à Digby, en N.-É., pendant 12 heures puisque la mer était trop agitée.

Une épaisseur de neige supérieure à la normale a persisté en mars et en avril dans l’ensemble de la région. Au Nouveau-Brunswick, l’épaisseur de neige moyenne à la fin du mois de mars était de cinq fois supérieure à la normale. À l’aéroport de Saint John, le sol était recouvert de plus d’un mètre (3 pi) de neige au 31 mars, alors que l’épaisseur normale de neige y est de 5 cm (2 po). Plusieurs régions des États-Unis ont observé une épaisseur de neige en mars se classant parmi les cinq épaisseurs les plus importantes de l’histoire pour ces régions. La neige accumulée, combinée aux précipitations additionnelles en mars, a contribué à l’effondrement de nombreuses toitures dans la région. À la fin du mois d’avril, Bas Caraquet, au N.-B., signalait toujours une épaisseur de neige record de 76 cm (30 po) au sol, alors que l’épaisseur normale y est de 2 cm (1 po). Saint John, au N.-B, et Charlottetown, à l’Î.-P.-É., ont reçu la plus grande quantité de neige totale (novembre-avril) de leur histoire.

À la mi-avril, les embâcles ont causé des inondations dans le nord du Maine et le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. De nombreuses routes ont dû être fermées dans ces deux régions. Un ordre d’évacuation obligatoire a été donné à Perth-Andover, N.-B., pendant deux jours, et l’état d’urgence a été déclaré pour plusieurs jours.

Les orages violents ont frappé la région à la fin du mois de mai. Les fortes pluies ont causé des crues soudaines, et des grêlons de la taille de billes ont été observés. Les forts vents ont abattu des arbres, causé des milliers de pannes de courant et endommagé des maisons et des véhicules. Une microrafale de 113 km/h (70 mi/h) est survenue dans le comté d’Essex, au Maine.

La neige abondante qui est tombée pendant l’hiver avait un contenu en eau près de la normale à inférieur à la normale dans de nombreuses régions, ce qui a produit des précipitations hivernales totales presque inférieures à la normale. Malgré les nombreuses tempêtes, les précipitations printanières étaient aussi sous la normale. Les conditions sèches ont engendré une sécheresse modérée dans certaines parties de la Nouvelle-Angleterre et une sécheresse anormale dans certaines parties du Nouveau-Brunswick au mois de mai.

Événements météorologiques majeurs de la région du golfe du Maine - de mars à mai 2015

Description longue de la carte Événements météorologiques majeurs

Cette carte montre la région du golfe du Maine, qui comprend le Massachusetts, le New Hampshire, le Maine, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et les zones maritimes environnantes. Les points saillants suivants sont notés :

  • Les rivières en crue et les embâcles ont entraîné des fermetures de routes dans le nord du Maine et du Nouveau-Brunswick au milieu et à la fin du mois d’avril.
  • Les tempêtes de neige en mars et les températures sous la normale ont maintenu en place la couche de neige accumulée, supérieure à la normale en mars et en avril.
  • Les précipitations sous la normale ont entraîné une sécheresse modérée dans certaines parties de la Nouvelle-Angleterre et des conditions anormalement sèches dans certaines parties du Nouveau Brunswick en mai.

Vue d’ensemble du climat régional - de mars à mai 2015

Température

Écarts par rapport à la normale

Température écarts par rapport à la normale

Description longue de la carte Température

La carte présentant les Écarts de température par rapport à la normale de la région du golfe du Maine montre les écarts de température par rapport à la normale, en moyenne au cours de mars, avril, et mai). Les trois provinces maritimes étaient beaucoup plus froid  que la normale. Certaines sections de la Nouvelle-Écosse ont été de 3 ° C (5,4 ° F) inférieur à la normale. La température moyenne de trois mois pour la Nouvelle-Angleterre a varié de 0 à 2 ° C (0 à 3,6 ° F) inférieur à la normale.

Les températures printanières (moyenne de mars, avril et mai) se sont situées entre des températures presque normales et des températures de 3 °C (5,4 °F) sous la normale.

Le mois de mars a été plutôt froid, avec des températures de 2 °C (3,6 °F) à 5 °C (9 °F) sous la normale. Fredericton, au N.-B., n’a connu que quatre jours de température au-dessus du point de congélation, alors que la moyenne est 22 jours.

En avril, les températures se sont situées entre des températures presque normales au Massachusetts et des températures de 3 °C (5,4 °F) sous la normale dans les Maritimes. Le 6 avril a été particulièrement froid, et 10 emplacements au Nouveau-Brunswick ont battu ou égalé les températures minimales historiques. Caribou, au Maine, a enregistré la température la plus basse jamais enregistrée en avril dans cette région.

Le mois de mai a été plutôt chaud, les températures se situant entre 1 °C (1,8 °F) et 4 °C (7,2 °F) au-dessus de la normale. Le Massachusetts et le New Hampshire ont tous deux connu un mois de mai record en termes de chaleur, tandis que le Maine a connu son troisième hiver le plus doux.

Normales de température et de précipitations selon la période 1981 à 2010. Données sur les précipitations du Canada et sur les océans : Analyse des précipitations au Canada. Données sur les précipitations des États-Unis : Données interpolées des stations.

Précipitations

Pourcentage de la normale

Précipitations - pourcentage des quantités normales

Description longue de la carte Précipitations

La carte présentant les Pourcentages de précipitations par rapport à la normale pour la région du golfe du Maine montre le total des précipitations selon un pourcentage de la normale, en moyenne pendant la période de mars, avril, et mai. La moyenne sur trois mois était inférieure à la normale dans la plupart des domaines. Les zones les plus sèches étaient Massachusetts, sud du New Hampshire, et sud-ouest du Maine, qui a reçu aussi peu que 25% de la quantité normale de précipitations totales. D'autres parties de la Nouvelle-Angleterre ont reçu 50% à 90% de la quantité normale. Une grande partie du Nouveau-Brunswick, et l'ouest de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard a reçu 75% à 90% de la quantité normale de précipitations. Il y avait des quantités normales dans les sections est des Maritimes.

Les précipitations pour le printemps (accumulées au cours de mars, avril et mai) se sont situées entre 25 % de la normale et près de la normale dans la majeure partie de la région. Le Massachusetts et le New Hampshire ont connu leur quatrième printemps le plus sec.

Le mois de mars a été extrêmement sec aux États-Unis et au Nouveau-Brunswick, certains secteurs n’ayant reçu que de 25 à 75 % des précipitations normales. Le Maine et le New Hampshire ont connu un mois de mars se classant parmi les 12 mois de mars les plus secs de leur histoire. À l’inverse, le mois de mars a été pluvieux en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard, certains secteurs ayant reçu des précipitations correspondant à 175 % des précipitations normales.

En avril, les précipitations se sont situées entre 50 % de la normale aux États-Unis et près de la normale dans les Maritimes.

Le mois de mai a été extrêmement sec, la plupart des secteurs de la région ayant reçu moins de 25 % des précipitations normales à 75 % des précipitations normales. Le Massachusetts a connu son deuxième mois de mai le plus sec, tandis que le New Hampshire a connu son 16e mois de mai le plus sec.

Températures à la surface de la mer

Écart par rapport à la normale

Températures à la surface de la mer

Description longue de la carte Températures à la surface de la mer

La carte présentant les Écarts de température à la surface de la mer par rapport à la normale de la région du golfe du Maine couvre la baie de Fundy, le golfe du Maine et les eaux au sud de la Nouvelle-Écosse. Elle montre l’écart par rapport à la normale de la température à la surface de la mer, en moyenne au cours de la période mars, avril, et mai. Les températures de surface de la mer étaient autant que 1 ° C (1,8 ° F) au-dessous de la normale sur toutes les régions côtières peu profondes et des zones extracôtiéres, avec peu au-dessus des températures normales dans les bassins plus profonds. Les détails des emplacements des anomalies froides et chaudes sont décrits dans le texte.

Les températures printanières à la surface de la mer dans le golfe du Maine ont été plus froides qu’à la normale, jusqu’à 1 °C (1,8 °F) plus froides, dans tous les secteurs de faible profondeur près de la côte, en particulier sur les côtes du Maine et du Nouveau-Brunswick, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et dans le bassin Minas. Des températures anormalement froides ont aussi été enregistrées dans les zones extracôtières au centre du golfe du Maine au sud de la baie Penobscot et sur presque toute la plate-forme néo-écossaise. Ces températures anormalement froides ont perduré après le fort refroidissement hivernal qui avait débuté en février. Les eaux de surface dans les bassins profonds du golfe du Maine (bassins Wilkinson et Jordan) sont demeurées quelque peu anormalement chaudes [environ 0,5 °C (0,9 °F)] à la suite des températures anormalement très élevées qui ont été observées tout au long de l’année 2014 et même à l’hiver 2015.

Anomalie de températures à la surface de la mer selon la période de 1985 à 2014. Anomalies de températures moyennes à la surface de la mer tirées des données du radiomètre perfectionné à très haute résolution du NOAA. Crédit : University of Maine School of Marine Sciences et NERACOOS.

Impacts régionaux - de mars à mai 2015

Printemps tardif

Printemps tardif

La glace se déplace dans le canal du cap Cod au début de mars. Photographie : Ron Horwood.

Description longue de la figure Printemps tardif

Cette image est une photographie du canal de Cape Cod avec un pont en arrière-plan. Une grande partie du canal est recouvert de morceaux de glace avec des zones limitées de l'eau ouverte près de chaque côté du canal.

La couverture de neige est demeurée en place plus tard qu’à la normale au printemps dans la plupart des secteurs de la région. Le début de la période de végétation a été retardé d’environ un mois, puisque de nombreux champs étaient trop humides ou étaient toujours recouverts de neige en avril. Le printemps tardif a aussi contribué à l’augmentation au-dessus de la normale du pollen d’arbres, ce qui a engendré une saison des allergies plus courte mais concentrée. En avril et en mai, la glace de mer et les ports gelés autour de l’Île-du-Prince-Édouard, au nord de la Nouvelle-Écosse et dans l’ouest du Cap Breton ont retardé le début de la saison de la pêche printanière du homard et du crabe des neiges d’environ 11 jours. Les activités des ramasseurs de coquillages et les services de traversiers ont également été retardés par la glace. Dans le Maine, la saison de la pêche sous la glace a été prolongée, mais le début de la saison de pêche en eaux libres a été repoussé.

La couverture de neige supérieure à la normale en Nouvelle-Écosse a fait en sorte que les oiseaux migrateurs et la faune ont eu de la difficulté à se nourrir, ce qui a entraîné l’affaiblissement et même la mort de certains animaux. La fonte des neiges tardive dans le nord de la Nouvelle-Angleterre a réduit la période de croissance des amphibiens qui se développent dans les bassins créés par la neige fondue et dont les pattes mettent plusieurs mois à pousser, et ce, avant que les bassins s’assèchent. Les chutes de neige supérieures à la normale ont probablement isolé les tiques aux pattes noires, qui transmettent des maladies aux humains.

La couverture de neige persistante a retardé de plusieurs semaines l’ouverture des terrains de golf en Nouvelle-Écosse, et l’équipe de baseball des Sea Dogs de Portland a dû reporter ses deux premiers matches de la saison. À l’Île-du-Prince-Édouard, la couverture de neige et les conditions humides ont rendu de nombreuses routes saisonnières impraticables et ont retardé l’ouverture des terrains de camping et des sentiers dans certains parcs provinciaux. Les conditions printanières plutôt difficiles ont empêché les agents immobiliers de faire visiter les chalets à l’Î.-P.-É. et ont retardé le début des nouvelles constructions en Nouvelle-Écosse. Les restrictions de poids sur les routes au printemps ont été prolongées d’une semaine dans certaines parties des Maritimes afin que les routes puissent reprendre leur forme après le soulèvement par le gel.

Surveillance de la sécheresse

Surveillance de la sécheresse

Carte des débits d’eau normaux en pourcentage pour le mois de mai de l’enquête géologique des É.-U. En rouge sont indiqués les niveaux grandement inférieurs à la normale (moins de 10 %), en orange sont indiqués les niveaux sous la normale (10 à 24 %), et en vert sont indiqués les niveaux correspondant à la normale (25 à 75 %).

Description longue de la carte Surveillance de la sécheresse

Cette image est une carte de la Nouvelle-Angleterre montrant les débit d'eau en pourcentage de la normale en mai. Il y a les niveaux grandement inférieurs à la normale dans le Massachusetts, dans le sud-est du New Hampshire, et certaines parties du sud du Maine. On y montre les niveaux inférieurs à la normale presque partout ailleurs sauf les niveaux proches de la normale dans les sections extrême nord-ouest du New Hampshire et du Maine.

Le Maine, le New Hampshire, le Massachusetts et le nord du Nouveau-Brunswick ont été anormalement secs pendant le printemps en raison de l’absence continue de précipitations. Vers la fin du mois de mai, des conditions de sécheresse modérée ont été observées au Massachusetts, dans le sud du New Hampshire et dans une partie du sud du Maine. Les débits d’eau étaient beaucoup plus bas que la normale dans ces secteurs. En date du 31 mai, l’humidité de la couche arable était considérée faible ou très faible sur 51 % du territoire du New Hampshire. Les rapports sur les cultures du ministère de l’Agriculture des États-Unis indiquaient que la croissance des plants était lente en raison de l’absence d’humidité et que certains agriculteurs irriguaient déjà leurs champs. Les conditions sèches ont aussi contribué à de nombreux incendies de forêt au Maine et au New Hampshire. Des incendies de forêt ont aussi été signalés en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. Les précipitations reçues au début du mois de juin ont contribué à réduire la sécheresse dans certains secteurs.

Aperçu régionale - pour l’été 2015

Température

Carte de l’aperçu saisonnier des températures

Carte d’Environnement Canada tracée le 31 mai.

Description longue de la carte Température d'Environnement Canada

La carte de l’aperçu saisonnier des températures, produite par l’Environnement Canada le 31 mai 2015, montre le pourcentage de probabilité de températures inférieures ou supérieures à la normale dans les Maritimes pour la période de trois mois allant de juin à aout 2015. Elle montre de 70% à 80% de probabilité de températures supérieures à la normale sur tous les trois provinces maritimes, à l'exception probabilité de plus de 80% dans la section extrême nord-ouest du Nouveau-Brunswick, pour les mois à venir.

Pour la période de juin à août, Environnement Canada prévoit des probabilités accrues de températures supérieures à la normale pour les Maritimes.

Carte de l’aperçu saisonnière des températures

Probabilités de températures supérieures à la normale
 

A : Supérieures à la normale

EC : Probabilités égales de températures supérieures, presque égales ou inférieures à la normale

33 : Probabilités de températures supérieures à la normale

Carte du Climate Prediction Center tracée le 21 mai.

Description longue de la carte Température du Climate Prediction Center

Cette image est une carte de l’aperçu saisonnière des températures, produite par la NOAA le 21 mai 2015, pour la période de trois mois allant de juin à août 2015. Elle montre une augmentation de la probabilité (33% et 40% de probabilité) de températures supérieures à la normale sur le Maine et sur le nord-est du New Hampshire. Il montre des chances égales de dessus, près, ou inférieures à la normale des températures sur le Massachusetts et sur le sud-ouest du New Hampshire.

Le Climate Prediction Center de la NOAA prévoit aussi des probabilités accrues de températures supérieures à la normale pour le Maine, le nord et l’est du New Hampshire et une partie du cap Cod. Des probabilités égales sont prévues ailleurs.

Précipitations

Environnement Canada et le Climate Prediction Center de la NOAA prévoient tous deux des probabilités égales de précipitations supérieures à la normale, près de la normale ou sous la normale pour la période de juin à août.

Sécheresse

Publié le 18 juin 2015

Les conditions de sécheresse devraient s’améliorer pendant l’été au Massachusetts, dans le sud du New Hampshire et dans le sud du Maine. Selon le Climate Prediction Center, les conditions devraient s’améliorer en raison de la proximité de la trajectoire des tempêtes estivales et de la tendance historique générale de précipitations au-dessus de la moyenne pendant les 10 à 15 derniers étés.

El Niño

Publié le 11 juin 2015

Pendant le mois de mai, les conditions El Niño sont demeurées présentes et se sont renforcées dans la partie équatoriale du Pacifique. Le Climate Prediction Center de la NOAA estime à 90 % les probabilités que les conditions El Niño demeurent présentes au cours de l’automne et à 85 % les probabilités qu’elles demeurent présentes au cours de l’hiver. Les effets El Niño dans la région sont en général faibles ou négligeables, surtout pendant l’été. Toutefois, El Niño a une incidence sur les activités des ouragans.

Saison des ouragans de l’Atlantique

Publié le 27 mai 2015

Bien que la saison des ouragans ait débuté tôt avec la tempête tropicale Ana en mai, la NOAA prévoit que la saison se situera sous la normale. On évalue à 70 % les probabilités que de 6 à 11 tempêtes reçoivent un nom. Sur ce nombre, de 3 à 6 pourraient devenir des ouragans et de 0 à 2 pourraient devenir des ouragans majeurs. Le principal facteur qui influe sur ces prévisions est El Niño, qui devrait contribuer à empêcher la formation d’ouragans.

Personnes-ressources

NOAA :
Ellen Mecray
Samantha Borisoff

Environnement Canada :
1-800-668-6767 (au Canada seulement)
819-997-2800 (des frais interurbains s'appliqueront)

Inscrivez-vous pour recevoir cette publication trimestrielle.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :