Introduction à la qualité des eaux

Introduction

Nous avons tendance à penser à l'eau en vue d'un but précis : la qualité de l'eau est-elle assez bonne pour l'utilisation que nous voulons en faire? Une eau qui est bonne pour une chose ne l'est pas nécessairement pour une autre. Par exemple, nous croyons que la qualité de l'eau d'un lac est assez bonne pour que nous puissions nous baigner, mais pas suffisamment pour que nous la buvions. De même, l'eau potable peut servir à l'irrigation, mais l'eau d'irrigation ne satisfait pas nécessairement aux normes concernant l'eau potable. C'est la qualité de l'eau qui détermine son utilisation.

Par contre, les scientifiques s'intéressent à d'autres aspects de la qualité de l'eau. Pour eux, la qualité est caractérisée par les diverses substances en solution et en suspension dans l'eau, leur quantité et l'effet qu'elles ont sur les habitants de l'écosystème. C'est la concentration de ces substances qui détermine la qualité de l'eau et permet de savoir si cette eau convient à un usage en particulier.

L'eau potable, par exemple, est réglementée par des recommandations suffisamment rigoureuses pour protéger la santé humaine. En l'absence de recommandations de ce genre, divers problèmes de santé peuvent se poser.

L'eau est à l'environnement ce que le sang est à l'organisme humain; elle est essentielle à la survie de tous les êtres vivants -- plantes, animaux et humains -- et nous devons faire tout ce qui est possible afin de maintenir sa qualité pour les générations actuelles et futures.

Le Canada, paradis de l'eau?

Nous sommes choyés. Nous possédons de l'eau en abondance. Nos riviéres et nos lacs, qui ont suscité chez les explorateurs et les colons un sentiment de grandeur et de crainte, continuent aujourd'hui d'impressionner les Canadiens tout aussi bien que les visiteurs. Toutefois, en raison des pressions exercées par les humains à des fins d'aménagement, nombre de ces lacs et cours d'eau se détériorent.

Ce n'est pas surprenant. Nous rejetions des déchets humains et animaux ainsi que des substances chimiques dans l'environnement à une telle vitesse que même certains des plus grands lacs et des cours d'eau les plus importants, par exemple, les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent, ont de la difficulté à s'épurer et à maintenir la vie des populations qui les habitent.

Facteurs influençant la qualité de l'eau

Même l'eau des riviéres et des lacs les plus sains n'est pas complètement pure. N'importe quelle eau (même l'eau distillée) contient de nombreuses substances que l'on retrouve partout dans la nature, surtout des bicarbonates, des sulfates, du sodium, des chlorures, du calcium, du magnésium et du potassium.

Matières totales dissoutes décelées dans certains cours d'eau canadiens

Beaucoup de facteurs modifient la qualité de l'eau; ainsi, les substances en suspension dans l'air altèrent la composition de l'eau de pluie. La poussière, les gaz volcaniques et les gaz naturellement présents dans l'atmosphère comme le dioxyde de carbone, l'oxygène et l'azote se dissolvent ou restent pris dans les gouttes de pluie. Quand l'air contient d'autres substances comme du dioxyde de soufre, des produits chimiques toxiques ou du plomb, ces substances s'ajoutent à la pluie qui tombe sur le sol.

L'eau de pluie ruisselle sur la terre et s'infiltre dans le roc et le sol où elle dissout et absorbe d'autres composés. Ainsi, un sol riche en substances solubles comme la chaux augmentera la concentration de carbonate de calcium dans l'eau. En coulant sur des roches métallifères comme du minerai, l'eau accumulera également des métaux. Dans la région du Bouclier canadien, des endroits d'une très grande superficie sont recouverts d'une mince couche de sol pauvre en minéraux solubles. Les cours d'eau et les lacs de cette région présentent donc une très faible concentration de substances dissoutes.

Il faut également tenir compte des eaux de ruissellement des zones urbaines qui ont elles aussi un effet sur la qualité de l'eau. En effet, celles-ci emportent les débris qui jonchent les rues jusqu'à un cours d'eau ou une autre masse d'eau et détérioreront la qualité de l'eau en augmentant la concentration de diverses substances comme les éléments nutritifs (phosphore et azote), les sédiments, les déchets animaux (coliformes fécaux et agents pathogènes), les dérivés du pétrole et le sel utilisé pour déglacer les routes.

L'industrie, l'agriculture, l'exploitation minière et la foresterie peuvent aussi altérer de façon appréciable la qualité de l'eau des cours d'eau, des lacs et des réserves souterraines du Canada. Ainsi, l'agriculture peut accroître la concentration d'éléments nutritifs, de pesticides et de matières en suspension dans l'eau. Les activités industrielles peuvent augmenter la teneur de l'eau en métaux et en produits toxiques, accroître la quantité des matières en suspension, élever la température et réduire la quantité d'oxygène dissous dans l'eau. Dans chaque cas, l'écosystème aquatique en subira le contrecoup ou l'eau ne pourra plus servir à tous les usages, ou les deux.

Comment l'eau s'épure-t-elle?

L'eau est purifiée en grande partie par les actions routiniéres des organismes vivants. L'énergie solaire actionne le processus de la photosynthèse chez les plantes aquatiques, lequel produit de l'oxygéne. Les bactéries se servent de cet oxygéne pour décomposer certaines matières organiques, comme les plantes et les déchets animaux. Cette décomposition donne lieu à la production de dioxyde de carbone, de nutriants et d'autres substances dont les plantes et les animaux qui vivent dans l'eau ont besoin. Le cycle de purification continue lorsque ces plantes etces animaux meurent : les bactéries les décomposent et fournissent ainsi de la nourriture à de nouvelles générations d'organismes.

Malheureusement, ce processus, tout comme d'autres, ne touche pas ou que lentement de nombreuses substances toxiques dites persistantes qui sont source de grandes préoccupations environnementales.

La santé et la qualité de l’eau

Au Canada, nous sommes chanceux de posséder de nombreuses sources d'approvisionnement en eau potable. Aujourd'hui, les maladies liées à l'eau, comme la fiévre typhoïde, le choléra et la dysenterie, sont presque inconnues chez nous. Le traitement de l'eau et des eaux usées, la création et l'application de recommandations pour l'eau potable, les bonnes habitudes de santé et l'information du public sont tous des facteurs qui ont contribué à la diminution des maladies liées à l'eau au Canada. Les pays en voie de développement sont moins fortunés : 80 % des maladies qui y sévissent sont liées à l'eau.

Pour prévenir les maladies hydriques, les Canadiens doivent faire preuve d'une vigilance constante à l'égard de la contamination par les bactéries. La fermeture réguliére des plages et les épidémies locales montrent que la lutte n'est jamais terminée. Ces problémes soulignent la nécessité d'exercer un contrôle rigoureux sur la qualité de l'eau et d'améliorer le traitement de l'eau et des eaux usées.

Une sérieuse préoccupation concerne les produits chimiques toxiques de nombreuses sources différentes, incluant les industries, l'agriculture et la maison, et qui sont déverés dans nos eaux. Les effets de ces substances toxiques sur la santé humaine sont peut connus : bien souvent, ils ne sont pas décelables durant de longues périodes de temps et, en outre, il est difficile de les distinguer des incidences d'autres facteurs qui affectent notre vie de tous les jours (p. ex., nutrition, tension, qualité de l'air). Il reste beaucoup à faire pour contrôler la pollution par les produits chimiques toxiques. Entre-temps, nous pouvons tous contribuer à prévenir la pollution de l'eau en évitant d'abuser de l'eau et de la terre.

Faits au sujet de la qualité de l’eau

  • Environ 57 % des Canadiens sont desservis par une station d'épuration des eaux usées, comparativement à 74 % pour les Américains, 86,5 % pour les Allemands et 99 % pour les Suédois.
  • Dans les pays en voie de développement, 80 % des maladies sont dues à l'eau.
  • Vingt-six pour cent des Canadiens comptent sur les eaux souterraines pour leur consommation à domicile.
  • Une goutte d'huile peut rendre impropre à la consommation jusqu'à 25 litres d'eau.
  • Un gramme de 2,4-D (un herbicide d'usage domestique courant) peut contaminer 10 millions de litres d'eau potable.
  • Un gamme de BPC peut rendre jusqu'à 1 milliard de litres d'eau impropres à la vie aquatique en eau douce.
  • De l'eau contenant 1 gramme de plomb par 20 000 litres est impropre à la consommation. Dans les anciennes maisons, il arrive souvent que la tuyauterie est faite en plomb ou soudée au plomb, et ce plomb peut passer dans l'eau.
  • Les nitrates des engrais favorisent la croissance excessive des algues et des grosses plantes aquatiques, causant l'affreuse prolifération d'algues et faisant fuir le poisson gibier.
  • On peut souvent voir du méthane se dégager sous forme de bulles du fond des étangs; ce gaz est produit par la décomposition dans la vase des plantes et des animaux morts.
  • Une grande partie de la dureté de l'eau est due au calcium et au magnésium, deux éléments essentiels à l'être humain. On a constaté que, pour certains types de maladies cardiovasculaires, le taux de mortalité était plus élevé dans les régions où l'eau est douce que dans celles où l'eau est dure, et cela, dans de nombreuses parties du monde.
  • Le cuivre est un autre élément essentiel; c'est grâce à lui que le fer s'absorbe et se métabolise le mieux, et il aide à la formation des os. Il est souvent présent dans l'eau naturelle, mais, en concentration supérieure à 1 milligramme par litre, il peut rendre l'eau désagréable au goût.

Que pouvez-vous faire pour améliorer la qualité de l'eau?

Compte tenu des énormes problèmes mondiaux en matière d'environnement, chaque effort individuel en vue de protéger la qualité de l'eau est essentiel. Tout ce que nous faisons peut avoir et a un effet sur la qualité de l'eau et l'environnement dans son ensemble. Vous pouvez commencer par prendre les mesures suivantes :

Évitez d'utiliser des produits dangereux à la maison

La plupart des produits chimiques manufacturés sont sans danger pour l'être humain et l'environnement, plus particulièrement s'ils sont utilisés suivant les instructions qui figurent sur le contenant. Toutefois, certains ont un effet cumulatif nocif pour l'environnement lorsqu'ils sont surutilisés ou mal éliminés.

  • Vérifiez la présence d'avertissement sur l'étiquette. Les symboles utilisés sur les produits chimiques dangereux à usage domestique sont les suivants :

  • Les symboles utilisés sur les produits chimiques dangereux à usage domestique.

Les symboles d'avertissement sont établis en fonction de la forme. Plus le risque est grand, plus le symbole a d'angles. Lisez l'étiquette pour vous renseigner sur la façon d'utiliser le produit en toute sécurité et sur les précautions à prendre.

  • N'achetez que les produits nuisibles pour l'environnement qui sont indispensables, et seulement la quantité que vous pourrez utiliser complétement, pour ne pas avoir de reste dont vous devrez vous débarrasser.
  • Préférez les produits « sans danger pour l'environnement » (aussi appelés « écologiques ») désormais disponibles dans les supermarchés et les pharmacies.
  • Le gouvernement fédéral encourage l'usage de produits sans danger pour l'environnement. Cherchez le logo écologique « Choix environnemental ». Les produits qui l'arborent ont été testés et certifiés par l'Association canadienne de normalisation. Les colombes symbolisent les trois secteurs de la société -- les consommateurs, l'industrie et les gouvernements -- unis pour améliorer et protéger l'environnement. Ainsi sont identifiés les produits qui maximisent l'économie d'énergie et l'emploi de matériaux recyclés ou recyclables et réduisent au minimum l'utilisation de substances dangereuses pour l'environnement. De cette façon, le consommateur peut effectuer un choix éclairé.

N'utilisez pas à mauvais escient le réseau d'égouts

Ne jetez pas de déchets dans l'égout juste parce que c'est commode. Les produits domestiques toxiques peuvent endommager l'environnement et nous revenir dans l'eau et les aliments que nous consommons.

  • Jetez la soie dentaire, les cheveux, les couches jetables, les applicateurs en plastique de tampons et les autres choses du même genre dans la corbeille à papier, et non dans les cabinets, car cela peut créer de nombreux problèmes à la station d'épuration des eaux d'égout.
  • Utilisez toujours complètement (ou donnez-les à d'autres personnes pour qu'elles s'en servent) les produits de nettoyage pour le four, les cabinets et le tuyau d'égout de l'évier, les produits de nettoyage pour les tapis et l'ameublement ainsi que les polis à meuble, l'eau de javel, les décapants à rouille et les solvants, la peinture et la colle ainsi que la plupart des autres produits acides ou alcalins.
  • Metez de côté les restes de nourriture (sauf les produits laitiers et viandes) et utilisez-les pour faire du compost; ne les jetez pas dans l'égout.
  • Utilisez de la peinture au latex (à base d'eau) au lieu de la peinture à l'huile, et finissez-la au lieu de la ranger ou de la jeter.

N'utilisez pas de pesticides ni d'autres matières dangereuses dans votre jardin ou votre cour

Adoptez d'autres méthodes de répression des ravageurs, comme les suivantes :

  • Arrachez les mauvaises herbes à la main.
  • Coupez les feuilles infestées et débarrassez-vous-en.
  • Enlevez les insectes à l'aide d'un savon insecticide ou d'un tuyau d'arrosage.
  • Employez la méthode de compagnonnage des plantes
  • Posez des pièges à fourmis et à coquerelles au lieu de vous servir d'aérosols chimiques.
  • Utilisez un insecticide naturel comme de la terre d'infusoires, que vous pouvez vous procurer dans les centres-jardins.
  • Fertilisez avec des substances naturelles comme de la poudre d'os ou de la tourbe.

Ne jetez pas de produits dangereux dans les égouts pluviaux

À de nombreux endroits, les égouts pluviaux s'évacuent directement dans les cours d'eau avoisinants. Généralement, les eaux qu'ils recueillent ne sont pas traitées dans les stations d'épuration et peuvent donc causer des dommages immédiats au poisson et à la faune. Dans de nombreuses localités, la fermeture des plages est un exemple typique de la pollution produite par les eaux pluviales.

  • NE JETEZ PAS de l'huile, de la peinture, des solvants et d'autres produits dans les égouts pluviaux, dans la rue ou dans votre entrée d'auto.
  • ALLEZ les porter è vos installations locales de recyclage ou d'élimination. Certaines localités organisent même des journées où les gens sont invités à se dábarrasser de leurs déchets dangereux; pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, communiquez avec votre bureau local de santé ou de protection de l'environnement, ou encore avec une compagnie spécialisée dans l'élimination des déchets. Si des journées de ce genre ne sont pas organisées dans votre localité, proposez cette idée et faites-en la promotion.
  • COMMUNIQUEZ avec votre service local des incendies, qui normalement se chargera de vous débarrasser des restants d'allume-barbecue liquide, d'essence à briquet, de produits pétroliers et de mazout.

Pensez à la qualité de l'eau, même lorsque vous vous amusez

  • Les embarcations à moteur peuvent polluer l'eau lorsqu'il se produit des fuites ou des déversements d'essence. Pensez à vous servir d'un voilier, d'une chaloupe à rames, d'un canoé ou d'un kayak. Si vous utilisez une embarcation à moteur, gardez ce dernier en bon état pour éviter les pertes d'huile, d'essence et de solvant.
  • Si vous possédez un chalet, assurez-vous qu'il y existe un système convenable d'évacuation des eaux d'égout.
  • Lorsque vous faites du camping, enfouissez toujours les déchets biodégradables à au moins 60 m de distance (200 pi) de toute source d'eau. Utilisez seulement du savon biodégradable, et emportez vos ordures non biodégradables pour vous en débarrasser comme il se doit.

Faites davantage

Vous pouvez faire plus! Par exemple :

  • Faites des lectures portant sur les questions d'environnement.
  • Modifiez votre attitude, votre comportement et vos attentes.
  • Écrivez pour obtenir plus de renseignements sur les produits et les méthodes écologiques.
  • Incitez et soutenez des mesures fédérales, provinciales et municipales au sujet des problémes d'environnement.
  • Faites partie de groupes nationaux et locaux qui travaillent en vue de résoudre les problèmes d'environnement, et accordez-leur votre appui; ils sont toujours à la recherche de bénévoles et de talents divers.
  • Boycottez les produits dangereux pour l'environnement et laissez savoir aux magaisins pourquoi vous agissez ainsi.
  • Assistez aux audiences publiques, participez aux travaux des commissions consultatives, préparez des communications à l'intention des comités d'examen et demandez des renseignements; à titre de citoyen, ce sont là vos droits, et vous devriez les exercer.
  • Renseignez vos amis et éduquez vos enfants.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :