Liste des substances toxiques : descriptions longues pour la fiche d'information sur les SPFO

Sulfonate de perfluorooctane dans l’environnement canadien

Descriptions des figures

Figure 1

Structure moléculaire du perfluorooctane de sulfonate ayant une chaine de huit groupes fluorocarbonnes terminant par un groupe de sulfonyl.

Figure 2

Cette figure comprend six carte du Canada représentant la distribution spatial des concentrations du perfluorooctane de sulfonate dans l’air, les sédiments, l’eau, les poissons et la faune (oeufs d’Étourneaux sansonnets et de Goélands argentés) partout au Canada entre 2006 et 2011.

Il y a des boîtes de lieux agrandis pour la carte des concentrations du perfluorooctane de sulfonate dans l’eau pour la région des Grands Lacs et la région Sud-Ouest du Canada; pour la carte des concentrations du perfluorooctane de sulfonate dans les œufs d’étourneaux pour la région des Grands Lacs et Calgary; pour la carte des concentrations du perfluorooctane de sulfonate dans les œufs de goélands pour la région des Grands Lacs.

À chaque carte il y a une référence de distances en kilomètres, indiquant 0, 250 et 500 kilomètres comme références. De plus, il y a une rose des vents pointant vers de haut de la figure indiquant le Nord.

Les concentrations mesurées sont représentées par des bars codés en couleurs aux endroits d’échantillonnage. La hauteur des bars représente la proportion de concentrations observées.  Lorsqu’il y avait plus d’un point de données disponible pour un milieu ou un emplacement donné, la valeur moyenne (moyenne géométrique) a été indiquée sur les cartes. Les cercles verts représentent les sites où des concentrations de sulfonate de perfluorooctane n’ont pas été détectées.

Les messages clés de cette figure sont décrits dans le document, en plus ils sont répétés ici.

Description par milieu :

Air : En ce qui concerne l’air, les concentrations de sulfonate de perfluorooctane ont été établies à partir d’échantillons recueillis soit par des échantillonneurs passifs, soit par des échantillonneurs à grand débit indiqué sur la carte par GD. L’échantillonnage à l’aide d’échantillonneurs à grand débit a été effectué à trois endroits au Canada en 2009 et on a observé que les concentrations de sulfonate de perfluorooctane moyenne géométrique étaient trois fois plus élevées dans l’air de Toronto à 1,5 picogrammes par mètre cube que dans celui du lac Supérieur à 0,43 picogrammes par mètre cube. Les concentrations de sulfonate de perfluorooctane étaient inférieures au seuil de détection de 0,2 picogrammes par mètre cube  à la station de l’Extrême-Arctique canadien Alert, Nunavut; cependant, les concentrations de ses précurseurs détectées pouvaient atteindre plusieurs picogrammes par mètre cube. L’échantillonnage à l’aide d’échantillonneurs passifs a été effectué à huit endroits au Canada en 2009, sur une période de trois mois. Des concentrations de sulfonate de perfluorooctane ont été détectées à Toronto Ontario à 8 picogrammes par mètre cube , dans un site agricole de la Saskatchewan à 5 picogrammes par mètre cube , à Whistler Colombie-Britannique à 4 picogrammes par mètre cube  , et à Alert Nunavut 2 picogrammes par mètre cube . Des concentrations élevées de sulfonate de perfluorooctane à 18 picogrammes par mètre cube  ont été décelés à un site situé dans le nord de l’Ontario. Toutefois, ces points de données se basaient sur un seul échantillon. On n’a pas décelé de sulfonate de perfluorooctane dans les autres sites canadiens.

En général, les résultats ont révélé que les concentrations atmosphériques de sulfonate de perfluorooctane dans les zones urbaines par exemple à Toronto, étaient du même ordre de grandeur que celles des sites plus éloignés par exemple le lac Supérieur, ce qui montre la diffusion généralisée du sulfonate de perfluorooctane dans l’atmosphère canadienne.

Sédiments : En 2008, 65 échantillons de sédiments de surface ont été prélevés sur 18 sites dans l’ensemble du Canada. La concentration de sulfonate de perfluorooctane la plus élevée dans les sédiments a été relevée dans le lac Ontario moyenne géométrique à 10 nanograms par gram poids sec. Du sulfonate de perfluorooctane a également été décelé dans les sédiments d’eaux libres des autres Grands Lacs à des concentrations de 0,89, 2,2 et 1,4 nanograms par gram poids sec dans le lac Érié, le lac Huron et le lac Supérieur, respectivement. Aux ports de Hamilton et de Toronto, lac Ontario et près de Thunder Bay, lac Supérieur, les concentrations de sulfonate de perfluorooctane dans les sédiments s’élevaient à 0,64, 1,9 et 0,54 nanogram par gram poids sec. La concentration de sulfonate de perfluorooctane dans les sédiments du lac Simcoe Ontario moyenne géométrique à 0,76 nanograms par gram poids sec était comparable à celles des sites des Grands Lacs, à l’exception du lac Ontario. En aval du bassin versant des Grands Lacs, la concentration de sulfonate de perfluorooctane dans le lac Saint-Pierre Québec s’élevait à 0,16 nanograms par gram poids sec. Dans les provinces de l’Atlantique, on a décelé du sulfonate de perfluorooctane dans la rivière Nappan, un site industriel situé au Nouveau-Brunswick à 2 nanograms par gram poids sec, le lac Kejimkujik Nouvelle-Écosse à 0,28 nanograms par gram poids sec) et la rivière Little Sackville N.-É. à 0,19 nanograms par gram poids sec. Dans l’ouest du Canada, on a décelé du sulfonate de perfluorooctane uniquement dans le lac Osoyoos C.-B. à 0,36 nanograms par gram poids sec. On n’a pas décelé de sulfonate de perfluorooctane dans les autres sites surveillés.

Dans l’ensemble, bien que la concentration la plus élevée de sulfonate de perfluorooctane dans les sédiments ait été observée dans le lac Ontario, qui est urbanisé, les niveaux n’étaient pas toujours associés à la population humaine. Par exemple, des concentrations relativement faibles de sulfonate de perfluorooctane ont été relevées dans le lac Érié, qui est une région très développée, ainsi que dans les ports de Hamilton et de Toronto. Ces concentrations étaient comparables à celles de sites plus éloignés par exemple le lac Supérieur.

Eau : La concentration de sulfonate de perfluorooctane était la plus élevée à un site du ruisseau Mill situé à Kelowna C.-B. moyenne géométrique à 10 nanograms par litre. Cette section du ruisseau Mill est urbanisée et influencée par les eaux de ruissellement urbaines. En outre, le ruisseau Wascana situé à Regina Saskatchewan contenait une concentration relativement élevée de sulfonate de perfluorooctane moyenne géométrique à 7,8 nanograms par litre. Ce site du ruisseau Wascana se situe à 8,5 kilomètres en aval du point de rejet d’une usine de traitement des eaux usées et est la station de collecte d’eau la plus touchée par les apports de l’usine de traitement des eaux usées. Des valeurs détectables supérieures à 2 nanograms par litre ont également été relevées dans le sud de l’Ontario port de Hamilton, rivière Niagara à Fort Érié, lac Ontario à l’île Wolfe, rivière Grand et rivière Thames, dans le fleuve Saint-Laurent à Québec, à Vancouver C.-B. ruisseau Still et rivière Serpentine, à Abbotsford C.-B. ruisseau Fishtrap et dans trois sites de l’Atlantique rivière Napan N.-B., rivière Sackville N.-É. et rivière Waterford Terre-Neuve-et-Labrador.

Plusieurs des rivières et des cours d’eau contenant des niveaux relativement élevés de sulfonate de perfluorooctane étaient situés dans des villes et étaient donc influencés par les activités urbaines. En comparaison, des concentrations de sulfonate de perfluorooctane ont été principalement décelées dans des plans d’eau de régions non urbaines et de sites de référence. La recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement visant le sulfonate de perfluorooctane dans l’eau est de 6 000 nanograms par litre, ce qui est 200 fois plus que la plus forte concentration mesurée dans l’eau au Canada à 31 nanograms par litre dans le ruisseau Mill à Kelowna C.-B.

Poissons : Des poissons prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire, par exemple le touladi et le doré jaune, ont été recueillis dans 21 sites situés dans tout le Canada de 2006 à 2010. Les niveaux de sulfonate de perfluorooctane variaient considérablement, les concentrations les plus élevées étant observées chez le touladi du lac Érié moyenne géométrique à 90 nanograms par gram poids humide et du lac Ontario moyenne géométrique à 62 nanogram par gram poids humide. Des concentrations relativement élevées de sulfonate de perfluorooctane moyenne géométrique ont également été relevées chez le doré jaune du fleuve Saint-Laurent 30 nanogram par gram poids humide, du réservoir Codette Saskatchewan à 24 nanograms par gram poids humide et du lac Diefenbaker Saskatchewan à 23 nanograms par gram poids humide ainsi que chez le touladi du havre Peninsula Ontario à 24 nanograms par gram poids humide et du lac Champlain Québec à 17 nanograms par gram poids humide. Les niveaux chez les poissons étaient principalement faibles inférieure à 3 nanograms par gram poids humide dans les plans d’eau situés dans le nord du Canada, les régions du Pacifique et de l’Atlantique ainsi que le lac Supérieur.

En général, les résultats concernant les poissons indiquaient des concentrations relativement élevées de sulfonate de perfluorooctane dans les zones urbaines, en particulier dans le sud de l’Ontario, comparativement aux lacs échantillonnés plus éloignés. La recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement concernant les tissus des poissons sont de 8 300 nanograms par gram poids humide, ce qui est 12 fois plus que la plus forte concentration mesurée chez les poissons au Canada à 189 nanograms par gram poids humide dans le lac Érié.

Œufs d’étourneaux : les sites désignés par un E signifient que les oeufs ont été recueillis aux décharges, par exemples, sites d’enfouissement. Des Étourneaux sansonnets ont été recueillis dans des décharges c’est-à-dire des sites d’enfouissement et dans d’autres sites en 2009, et ils ont été mesurés dans des échantillons combinés. La concentration de sulfonate de perfluorooctane la plus élevée moyenne géométrique de 703 nanograms par gram poids humide a été trouvée dans des oeufs d’étourneaux recueillis dans le site d’enfouissement de Brantford Ontario, qui se situe dans une région fortement urbanisée du sud de l’Ontario. Des concentrations de sulfonate de perfluorooctane relativement élevées moyenne géométrique de 148 nanograms par gram poids humide ont également été trouvées dans les oeufs d’étourneaux recueillis dans le site d’enfouissement de Calgary. Toutefois, en dehors de ces deux sites d’enfouissement, les concentrations de sulfonate de perfluorooctane aux sites d’enfouissement n’étaient pas supérieures à celles dans les autres sites. Par exemple, les concentrations de sulfonate de perfluorooctane moyenne géométrique étaient plus élevées chez les étourneaux recueillis dans les collectivités urbaines d’Indus Alberta à 199 nanograms par gram poids humide, de Delta C.-B. à 75 nanograms par gram poids humide et de Hamilton Ontario  à 41 nanograms par gram poids humide que chez ceux recueillis dans les sites d’enfouissement de Langley  C.-B. à 5,6 nanograms par gram poids humide, de Halton Ontario à 29 nanograms par gram poids humide, de Stoney Creek Ontario 28 nanograms par gram poids humide et d’Otter Lake N.-É. à 18 nanograms par gram poids humide.

Bien que la concentration de sulfonate de perfluorooctane la plus élevée ait été observée dans le site d’enfouissement extrêmement industrialisé de Brantford Ontario, les niveaux n’étaient pas toujours plus élevés dans les oeufs provenant d’emplacements urbains ou industrialisés que dans ceux provenant d’emplacements plus reculés.

Lorsque le site d’enfouissement de Brantford Ontario a été exclu, la recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux oeufs d’oiseaux était 7,5 fois supérieure à la concentration la plus élevée de sulfonate de perfluorooctane chez les étourneaux à 254 nanograms par gram poids humide à Indus Alberta. La recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux oeufs d’oiseaux était 1,6 fois plus élevée que les concentrations de sulfonate de perfluorooctane dans les oeufs d’étourneaux sur le site d’enfouissement de Brantford Ontario maximum de 1 184 nanograms par gram poids humide.

Œuf de goélands : En 2008, les oeufs des goélands étaient mesurés individuellement, tandis qu’entre 2009 et 2011, ils étaient mesurés dans des échantillons combinés. Les résultats des oeufs individuels et des oeufs regroupés diffèrent souvent; par conséquent, ils font l’objet de rapports distincts dans le présent document. En ce qui concerne les oeufs de goélands individuels, des concentrations relativement élevées de sulfonate de perfluorooctane moyenne géométrique ont été décelées dans des zones urbanisées des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, avec des niveaux supérieurs à 260 nanograms par gram poids humide. Les concentrations étaient plus faibles moyennes géométriques comprises entre 7 et 115 nanograms par gram poids humide dans les zones non urbaines, ainsi que dans les colonies marines sur les côtes atlantique et pacifique. De fortes concentrations ont également été trouvées dans les Grands Lacs dans les oeufs de goélands regroupés recueillis entre 2009 et 2011, les niveaux les plus élevés ayant été découverts dans le lac Érié à 676 nanograms par gram poids humide.

Les tendances spatiales des concentrations de sulfonate de perfluorooctane dans les oeufs de goélands étaient liées aux populations humaines. La recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux oeufs d’oiseaux  de1 900 nanograms par gram poids humide était 2,3 fois supérieure à la concentration de sulfonate de perfluorooctane la plus élevée observée chez les goélands de 811 nanograms par gram poids humide dans le lac Érié.

Figure 3

Un graphique illustrant les résultats des concentrations mesurées du composé précurseur du sulfonate de perfluorooctane, le N-méthyl perfluorooctane sulfonamidoéthanol, dans l’air à Alert Nunavut, entre les années 2006 et 2010.

L’axe des x : années

L’axe des y : logarithme naturel de concentration en picograms par mètre cube, l’écart de l’axe allant de moins 5 à 1.

Les messages clefs de cette figure sont décrits dans le document et répétés ci-dessous.

Les concentrations de ce composé précurseurs du sulfonate de perfluorooctane oscillaient entre des quantités non détectables et 2,6 picograms  par mètre cube et indiquent des tendances générales à la baisse.

Figure 4

Un graphique illustrant les résultats des concentrations mesurées de sulfonate de perfluorooctane dans les sédiments en suspensions à la Rivière Niagara entre les années 1980 et 2006.

L’axe des x : années

L’axe des y : concentrations en nanogram par gram poids sec, l’écart de l’axe allant de 0,2  à 1,2.

Les messages clefs de cette figure sont décrits dans le document et répétés ci-dessous.

Les concentrations de sulfonate de perfluorooctane dans les sédiments en suspension ont augmenté entre le début des années 1980 de 0,47 nanograms par gram poids sec et 2001, année pendant laquelle un pic de concentration de 1,1 nanograms par gram poids sec a été atteint. Après cette période, la concentration de sulfonate de perfluorooctane a diminué continuellement pour atteindre 0,48 nanograms pas gram poids sec en 2006.

Figure 5

Un graphique illustrant les résultats des concentrations mesurées de sulfonate de perfluorooctane dans un échantillon de carotte de sédiments du lac Ontario recueillie en 2006 et suivit d’une analyse rétroactive des années précédentes, c’est-à-dire 5 mesures datées d’entre 1980 et 2004.

L’axe des x : années

L’axe des y : concentrations en nanograms par gram poids sec, l’écart de l’axe allant de 0 à 14.

Les messages clefs de cette figure sont décrits dans le document et répétés ci-dessous.

La concentration de sulfonate de perfluorooctane a augmenté dans les carottes de sédiments du lac Ontario entre le début de la collecte des données et 2004.

Figure 6

Un graphique illustrant les résultats des concentrations moyennes géométriques mesurées de sulfonate de perfluorooctane chez le touladi du lac Ontario des années 1997 à 2010.

Deux suites de données sont illustrées, une pour les années 1979 à 2004 représentant les données reportées par Furdui et al. 2007 et 2008, et l’autre pour les années 1997 à 2010 représentant les données d’Environnement Canada.

Aussi illustrés à fin de comparaisons, sont les recommandations fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux tissues des poissons de 8 300 nanograms par gram poids humide, relative aux prédateurs aviaires de 8,2 nanograms pas gram poids humide, et relative aux prédateurs mammifères de 4,6 nanograms par gram poids humide.

L’axe des x : années

L’axe des y : concentrations en nanogramps par gram poids humide, l’écart de l’axe allant de 0 à      10 000.

Les messages clefs de cette figure sont décrits dans le document et répétés ci-dessous.

Les concentrations de sulfonate de perfluorooctane chez le touladi du lac Ontario ont présenté une augmentation globale entre les années 1979 et 2000. Toutefois, après cette période, les tendances relatives à la concentration se sont stabilisées, avec des niveaux de moyenne géométrique oscillant entre 44 et 109 nanogram par gram poids humide. Pour toutes les années, les concentrations observées chez le touladi étaient inférieures d’au moins un ordre de grandeur à la recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux tissus de poissons de 8 300 nanograms par gram poids humide, mais elles étaient 1,5 à 27 fois plus élevées que la recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative au régime alimentaire de la faune.

Figure 7

Un graphique illustrant les résultats des concentrations moyennes géométriques mesurées de sulfonate de perfluorooctane dans les œufs de Goélands argentés du lac Ontario flèche littorale de la rue Leslie, de la rivière Niagara et de la rivière Détroit île Fighting des années 1990 à 2010 (échantillonnés en 1990 et à chaque années entre 1997 et 2010). Les suites de données de chaque endroit y sont illustrées.

Aussi illustrés à fin de comparaisons, sont les recommandations fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux œufs d’oiseaux de 1 900 poids humide nanograms par gram et relative au régime alimentaire de la faune de 4.6 et 8.2 nanograms par gram poids humide.

L’axe des x : années

L’axe des y : concentrations en nanograms par gram poids humide, l’écart de l’axe allant de 0 à  2 000 nanograms par gram poids humide.

Les messages clefs de cette figure sont décrits dans le document et répétés ci-dessous.

La concentration moyenne de sulfonate de perfluorooctane oscillait entre approximativement 150 et 930 nanograms par gram poids humide. Les concentrations de sulfonate de perfluorooctane étaient inférieures aux concentrations indiquées dans la recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement concernant les œufs d’oiseaux de 1 900 nanograms par gram poids humide, pour toutes les années et tous les emplacements, mais elles étaient de 10 à 200 fois plus élevées que les concentrations indiquées dans la recommandation fédéral provisoire pour la qualité de l’environnement concernant le régime alimentaires de la faune. 

Figure 8

Un graphique illustrant les résultats des concentrations moyennes géométriques mesurées de sulfonate de perfluorooctane dans les œufs de Goélands argentés du lac Huron îles Channel-Shelter et Chantry et du lac Supérieur rocher Agawa des années 1997 à 2010. Les suites des donnes de chaque endroit y sont illustrées.

Aussi illustrés à fin de comparaisons, sont les recommandations fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement relative aux œufs d’oiseaux de 1 900 poids humide nanograms par gram et relative au régime alimentaire de la faune de 4.6 et 8.2 nanograms par gram poids humide.

L’axe des x : années

L’axe des y : concentrations en nanograms par gram poids humide, l’écart de l’axe allant de 0 à  2 000 nanograms par gram poids humide.

Les messages clefs de cette figure sont décrits dans le document et répétés ci-dessous.

Les concentrations de sulfonate de perfluorooctanevariaient considérablement également entre les années, entre 80 et 375 nanograms par gram poids humide. Un déclin général était évident. Les concentrations de sulfonate de perfluorooctane étaient inférieures aux concentrations indiquées dans la recommandation fédérale provisoire pour la qualité de l’environnement concernant les œufs d’oiseaux de 1 900 nanograms par gram poids humide, pour toutes les années et tous les emplacements, mais elles étaient de 10 à 200 fois plus élevées que les concentrations indiquées dans la recommandation fédéral provisoire pour la qualité de l’environnement concernant le régime alimentaires de la faune.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :