Aires protégées au Canada

Accéder au PDF (1.33 Mo)

Les aires protégées sont des terres et des eaux dont l'utilisation est restreinte pour la conservation de la nature.Note de bas de page [1] La protection n'empêche pas toujours l'utilisation de ces aires, y compris certaines activités industrielles et la récolte de ressources biologiques. La conservation de la nature doit cependant constituer l'objectif primordial.

Aperçu des résultats

  • En date de fin 2016,
    • 10,5 % (1,05 million de kilomètres carrés [km2]) du territoire terrestre (terres et eaux douces) du Canada et 0,96 % (55 000 de km2) de son territoire marin ont été reconnus comme étant protégés.
    • le gouvernement fédéral avait protégé un total de 514 000 km2, une légère baisse par rapport à 5 ans plus tôt. Cela reflète le transfert de terres à des compétences provinciales et territoriales.Note de bas de page [2]
  • Au cours des 20 dernières années, la superficie totale protégée a augmenté de près de 70 % et, au cours des 5 dernières années, elle a connu une hausse de 8 %.

Tendances dans la proportion de superficie protégée, Canada, 1990 à 2016

Ligne supérieure dans le graphique indique le pourcentage de la superficie terrestre au Canada. La ligne inférieure du graphique indique le pourcentage du territoire marin protégé au Canada - description longue ci-dessous.
Description longue

La ligne supérieure dans le graphique indique le pourcentage de la superficie terrestre au Canada (terres et eaux douces) protégée entre 1990 et 2016. La ligne inférieure du graphique indique le pourcentage du territoire marin protégé au Canada entre 1990 et 2016.

Données du graphique
Tendances dans la proportion de superficie protégée, Canada, 1990 à 2016
Année Superficie terrestre protégée (kilomètres carrés) Pourcentage de la superficie terrestre protégé Superficie marine protégée (kilomètres carrés) Pourcentage de la superficie marine protégé
1990 547 905 5,5 19 743 0,34
1991 548 408 5,5 19 762 0,34
1992 563 734 5,6 20 186 0,35
1993 578 384 5,8 20 427 0,36
1994 581 889 5,8 20 432 0,36
1995 613 544 6,1 22 199 0,39
1996 631 155 6,3 23 061 0,40
1997 643 115 6,4 23 082 0,40
1998 673 511 6,7 23 825 0,41
1999 696 351 7,0 24 058 0,42
2000 706 109 7,1 24 158 0,42
2001 728 809 7,3 24 189 0,42
2002 736 932 7,4 24 392 0,42
2003 793 448 7,9 27 593 0,48
2004 803 141 8,0 29 991 0,52
2005 829 759 8,3 31 410 0,55
2006 836 440 8,4 31 770 0,55
2007 862 792 8,6 31 963 0,56
2008 914 282 9,2 40 841 0,71
2009 942 670 9,4 41 396 0,72
2010 950 203 9,5 50 583 0,88
2011 974 631 9,8 50 671 0,88
2012 991 169 9,9 50 673 0,88
2013 1 024 930 10,3 51 321 0,89
2014 1 026 906 10,3 51 321 0,89
2015 1 049 942 10,5 52 667 0,92
2016 1 052 642 10,5 55 025 0,96

Remarque : Le territoire terrestre du Canada couvre 9 984 670 km2 et son territoire marin est d'environ 5 750 000 km2. Les chevauchements entre les aires protégées ont été corrigés.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1.89 KB)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les aires terrestres incluent les terres et l'eau douce. Pour les aires protégées pour lesquelles la date de création n'est pas connue, il est présumé que celles-ci ont été protégées avant 1990. Seules les aires reconnues comme étant protégées selon les normes internationales sont incluses.
Source : Conseil canadien des aires écologiques (2017) Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation (SRSAC). Les données du Québec ont été utilisées avec la permission de la province. Les données sont à jour au 31 décembre 2016.

Complément d'information

Bien que la répartition et la taille de chacune des aires protégées soient très variables à travers le Canada, la superficie totale est proche de la taille de l'Ontario. Les aires protégées les plus vastes ont tendance à être situées dans le Nord du Canada, où l'agriculture, la colonisation, les réseaux routiers et autres utilisations des terres couvrent une plus petite superficie.

Aires protégées, Canada, 2016

Carte du Canada présente la répartition et la taille des aires protégées terrestres et marines - description longue ci-dessous
Description longue

La carte du Canada présente la répartition et la taille des aires protégées terrestres (terres et eaux douces) et des aires marines protégées en 2016.

Explorez les données avec la carte interactive

Comment cet indicateur est calculé

Source : Conseil canadien des aires écologiques (2017) Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation (SRSAC). Les données sont à jour au 31 décembre 2016.

Les aires protégées bien gérées constituent une façon de conserver les espèces et leurs habitats pour les générations présentes et futures. À l'échelle internationale, les pays se sont entendus pour conserver au moins 17 % des zones terrestres et 10 % des zones marines d'ici 2020. Le Canada s'est engagé à travailler à atteindre cet objectif.

Des lois ou des accords limitent l'intensité et le type d'activité humaine permis sur les terres et les eaux protégées. Une zone peut être protégée parce qu'elle est représentative d'un élément du paysage terrestre ou marin canadien, tel que la forêt boréale ou une plate-forme continentale, ou pour conserver des espèces sauvages en péril, des habitats fauniques, ou des secteurs uniques ou vulnérables sur le plan écologique.

Aires protégées terrestres, par province et territoire

Aperçu des résultats

  • La proportion de la superficie terrestre (terres et eaux douces) protégée varie selon la province ou le territoire, se situant entre 3,2 % à l'Île-du-Prince-Édouard et 15,3 % en Colombie-Britannique

Pourcentage total de la superficie terrestre protégée par province et territoire, Canada, 2016

Graphique à colonnes montre le pourcentage de la superficie terrestre  protégée dans chaque province et territoire - description longue ci-dessous.
Description longue

Le graphique à colonnes montre le pourcentage de la superficie terrestre (terres et eaux douces) protégée dans chaque province et territoire en 2016.

Données du graphique
Pourcentage total de la superficie terrestre protégée par province et territoire, Canada, 2016
Province ou territoire Superficie de la province ou du territoire (kilomètres carrés) Superficie protégée (kilomètres carrés) Pourcentage de la province ou du territoire protégé
Colombie-Britannique 944 735 144 858 15,3
Alberta 661 848 83 140 12,6
Nouvelle-Écosse 55 284 6 513 11,8
Yukon 482 443 56 334 11,7
Manitoba 647 797 71 139 11,0
Ontario 1 076 395 114 470 10,6
Nunavut 2 093 190 211 299 10,1
Québec 1 512 418 150 588 10,0
Territoire du Nord-Ouest 1 346 106 125 657 9,3
Saskatchewan 651 036 55 654 8,5
Terre-Neuve-et-Labrador 405 212 29 472 7,3
Nouveau-Brunswick 72 908 3 378 4,6
Île-du-Prince-Édouard 5 660 180 3,2

Remarque : Les superficies terrestres incluent les aires terrestres et d'eau douce.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1.22 KB)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les aires incluent les terres et l'eau douce, mais ne comprennent pas les aires marines. Les provinces et les territoires ne font pas tous rapport des aires protégées qui sont des propriétés privées.
Source : Conseil canadien des aires écologiques (2017) Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation (SRSAC). Les données sont à jour au 31 décembre 2016.

Complément d'information

La Colombie-Britannique a protégé 15,3 % de ses zones terrestres et l'Alberta a protégé 12,6 % de son territoire. Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard ont protégé moins de 8 % de leur territoire. Les provinces et territoires restants ont protégé entre 9 % et 12 % de leur territoire.

Chaque province a réservé des zones aux fins de conservation et le degré de progrès vers l'atteinte des objectifs de protection varie d'une administration à l'autre. La superficie protégée par la Nouvelle-Écosse s'est accrue rapidement au cours des dernières années grâce aux efforts consacrés par la province pour atteindre son objectif, qui était de protéger 12 % du territoire de la province avant 2015.

Aires marines protégées, par autorité compétente

Les aires marines protégées sont un outil de gestion clé qui contribue à améliorer la santé, l'intégrité et la productivité de nos écosystèmes marins.

Aperçu des résultats

  • Environnement et Changement climatique Canada gère deux types d'aires protégées : les réserves nationales de faune et les refuges d'oiseaux migrateurs. En 2016, il protégeait la plus grande proportion des aires marines protégées du Canada.
    • le Refuge d'oiseaux migrateurs du golfe Reine-Maud, couvrant plus de 6 500 kilomètres carrés (km2) d'habitat marin, est la plus grande aire marine protégée au Canada en date de décembre 2016.
  • La superficie d'aires marines protégées a augmenté de plus de 2 300 km2 en 2016 : la plus grande partie de cette superficie a été protégée par Pêches et Océans Canada, qui a créé la zone marine d'Anguniaqvia niqiqyuam en 2016, en collaboration avec les Inuvialuit.

Aires marines protégées par autorité compétente, Canada, 2016

Graphique à colonnes présente la quantité d'aires marines protégées - description longue ci-dessous.
Description longue

Le graphique à colonnes présente la quantité d'aires marines protégées, incluant les aires protégées côtières, dont les différentes autorités compétentes sont responsables. La proportion de territoire marin protégé est indiquée au-dessus de chaque colonne. La somme des pourcentages protégés est supérieure à 100 en raison du chevauchement qui existe entre les autorités compétentes.

Données du graphique
Aires marines protégées par autorité compétente, Canada, 2016
Autorité compétente Superficie marine protégée (kilomètres carrés) Pourcentage de la totalité des aires protégées
Sous-total provincial 10 277 18,7
  Québec 5 377 -
  Colombie-Britannique 4 650 -
  Provinces de l'Atlantique 170 -
  Manitoba 80 -
Pêches et Océans Canada 12 751 23,2
Parcs Canada 13 723 24,9
Environnement et Changement climatique Canada 19 616 35,6
Correction pour les chevauchements entre autorités compétentes

-1 342

 

-
Grand total 55 025 -

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les pourcentages présentés au-dessus des colonnes du graphique représentent la superficie géographique protégée par chaque autorité compétente. La somme des pourcentages est supérieure à 100 en raison du chevauchement entre les autorités compétentes.
Source : Conseil canadien des aires écologiques (2017) Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation (SRSAC). Les données sont à jour au 31 décembre 2016.

Complément d'information

Pêches et Océans Canada, Parcs Canada et Environnement et Changement climatique Canada ont des mandats spécifiques mais complémentaires en ce qui concerne l'établissement d'aires protégées marines:

  • les zones de protection marine établies en vertu de la Loi sur les océans (Pêches et Océans Canada) sont établies pour protéger et conserver les espèces marines et leurs habitats, y compris les espèces pêchées, en voie de disparition ou menacées, les habitats uniques et les zones de forte productivité biologique ou de grande biodiversité.
  • les aires marines nationales de conservation (Parcs Canada) sont mises en place pour protéger et conserver des exemples représentatifs du patrimoine naturel et culturel marin du Canada pour permettre au public de connaitre et d'apprécier ce patrimoine.
  • les réserves marines de faune (Environnement et Changement climatique Canada) sont créées pour protéger et conserver des habitats de diverses espèces sauvages, y compris les oiseaux migrateurs et les espèces menacées.

Ces départements contribuent au réseau d'aires marines protégées (AMP) qui a comme objectif d'assurer la protection à long terme de la biodiversité marine, des fonctions écosystémiques et des caractéristiques naturelles particulières du milieu marin.

Ces différentes autorités compétentesNote de bas de page [3] protègent les aires à des fins différentes et contrôlent la quantité d'activité humaine (telle que le transport, la pêche ou les activités de loisirs) qui est permise.

Les efforts de conservation marine comprennent une grande variété d'activités de gestion et d'intendance. Par exemple, on peut citer les fermetures de zones de pêche afin de protéger les écosystèmes vulnérables, le soutien au rétablissement d'espèces en péril, la prévention et l'atténuation de l'impact des espèces envahissantes aquatiques et le renforcement de l'intervention canadienne visant à contrer la pollution marine provenant des navires.

Aires protégées, par région écologique

Les écozones sont des régions possédant des traits écologiques distincts ou caractéristiques, tels que le climat et la végétation.

Aperçu des résultats

  • Plus de 20 % de la superficie terrestres de 3 écozones, soient la Toundra de la Cordillère, la Maritime du Pacifique et la Cordillère arctique est protégée
  • La Plate-forme Nord, dans l'océan Pacifique, est l'écozone marineNote de bas de page[4] ayant la plus grande proportion protégée (7 %)
  • 13 % de la superficie des Grands Lacs située au Canada est protégée

Pourcentage des écozones protégées, Canada, 2016

Carte présente le pourcentage de chaque écozone protégée - description longue ci-dessous.
Description longue

La carte présente le pourcentage de chaque écozone protégée. Les régions écologiques Maritime du Pacifique, Cordillère arctique et Toundra de la Cordillère ont la plus grande proportion de superficie protégée. Moins de 1 % des biorégions marines du Bassin arctique, du Complexe de la baie d'Hudson, des Plates-formes de Terre-Neuve et du Labrador ainsi que de la Plate-forme néo-écossaise est protégé.

Données du graphique
Pourcentage des écozones protégées, Canada, 2016
Étiquette sur la carte Nom de l'écozone Superficie de l'écozone (kilomètres carrés) Superficie protégée (kilomètres carrés) Pourcentage de la région protégée
T01 Cordillère arctique 233 618 53 698 23,0
T02 Haut-Arctique 1 481 480 105 596 7,1
T03 Bas-Arctique 957 139 152 829 16,0
T04 Taïga des plaines 554 014 38 160 6,9
T05 Taïga du Bouclier 1 322 786 105 916 8,0
T06 Bouclier boréal 1 897 362 179 379 9,5
T07 Maritime de l'Atlantique 110 590 8 868 8,0
T08 Plaines à forêts mixtes 116 206 2 102 1,8
T09 Plaines boréales 779 471 59 004 7,6
T10 Prairies 465 990 27 394 5,9
T11 Cordillère montagnarde 437 761 80 125 18,3
T12 Maritime du Pacifique 216 942 52 371 24,1
T13 Cordillère boréale 557 937 96 582 17,3
T14 Taïga de la Cordillère 231 161 19 034 8,2
T15 Plaines hudsoniennes 350 693 43 758 12,5
T16 Toundra de la Cordillère 28 980 7 134 24,6
T17 Hautes-terres de l'Atlantique 93 017 3 689 4,0
T18 Plateaux semi-arides 56 434 5 266 9,3
M01 Détroit de Géorgie 8 969 426 4,8
M02 Plate-forme Sud 28 158 785 2,8
M03 Haute mer du Pacifique 315 724 6 200 2,0
M04 Plate-forme Nord 101 663 7 141 7,0
M05 Bassin arctique 752 053 165 0,02
M06 Ouest de l'Arctique 539 807 12 060 2,2
M07 Archipel arctique 268 792 3 445 1,3
M08 Est de l'Arctique 782 636 8 629 1,1
M09 Complexe de la baie d'Hudson 1 244 670 8 700 0,7
M10 Plates-formes de Terre-Neuve et du Labrador 1 041 588 215 0,02
M11 Plate-forme néo-écossaise 416 296 2 399 0,6
M12 Golfe du Saint-Laurent 246 648 4 854 2,0
M13 Grands Lacs 88 250 11 672 13,2

Remarque : Les écozones sont numérotées et codées avec un T pour les régions terrestres et un M pour les régions marines.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 2.02 KB)

Comment cet indicateur est calculé

Source : Conseil canadien des aires écologiques (2017) Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation (SRSAC). Les données sont à jour au 31 décembre 2016. Pour les écozones, Conseil canadien des aires écologiques (2014) Écozones du Canada V5b.

Complément d'information

Les écozones terrestres ayant un haut niveau d'urbanisation et de développement, ou qui sont largement utilisées à des fins agricoles, ont tendance à avoir de petites proportions d'aires protégées. Par exemple, seulement 1,8 % de la superficie des Plaines à forêts mixtes, situées dans le sud de l'Ontario et le long du fleuve Saint-Laurent, et 6 % des Prairies sont protégées.

En contraste, les écozones terrestres avec une grande proportion de superficie protégée ont tendance à être des zones éloignées ou à valeur récréative élevée. Par exemple, 17 % ou plus de la superficie des écozones situées dans la Cordillère de l'Ouest est protégée.

Une tradition de protection n'a pas été instaurée depuis aussi longtemps pour les zones marines. À l'exception de la Plate-forme Nord au large des côtes de la Colombie-Britannique, la proportion des aires marines protégées se situe entre 0,02 % et 4,8 %.

Chaque écozone est unique et la protection suppose l'inclusion de zones qui représentent les différentes parties de l'écozone et des sites de valeur particulière. Les défis liés à la mise en place des aires protégées comprennent la concurrence avec d'autres utilisations, telles que l'agriculture, les activités industrielles ou les lieux d'habitation, et la protection peut être limitée par l'étendue des aires écologiquement intactes comprises dans l'écozone.

À propos des indicateurs

Que mesurent les indicateurs

Les indicateurs sur les Aires protégées au Canada présentent la quantité et la proportion des aires protégées terrestres (terres et eaux douces) et marines du Canada qui ont été reconnues en vertu de la définition internationale d'une aire protégée qui est : « un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d'assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés ».Note de bas de page[5] L'accès aux terres et/ou à l'eau, leur utilisation et les activités menées à l'intérieur de l'aire protégée sont légalement restreints, principalement dans le but de conserver la biodiversité, indépendamment de la désignation de propriété qui lui a été donnée (par exemple, parc, aire de conservation ou réserve faunique).

Pourquoi ces indicateurs sont importants

L'étendue de l'aire qui est protégée est une mesure de la réponse apportée par l'humain à la perte de biodiversité et d'habitats naturels. Plus l'étendue des aires protégées au Canada augmente, plus le nombre de terres et d'étendues d'eau échappant aux pressions directes exercées par l'activité humaine augmente, contribuant ainsi à la conservation de la biodiversité et à l'amélioration de la santé des écosystèmes. Ces écosystèmes sains procurent à leur tour des avantages, tels que de l'eau propre, l'atténuation des changements climatiques et des maladies, et l'amélioration de la santé humaine.

De nombreux pays placent les aires protégées au cœur de leurs programmes pour préserver la biodiversité, les écosystèmes et les services écosystémiques. Les parties à la Convention sur la diversité biologique, dont le Canada, ont établi l'objectif ambitieux de conserver au moins 17 % des aires terrestres et d'eaux intérieures, et 10 % des aires marines d'ici 2020.Note de bas de page[6] Il s'agit de l'un des 20 objectifs collectivement appelés les objectifs d'Aichi, mis en place en octobre 2010.

Les aires protégées contribuent également aux Objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unis, plus particulièrement la cible 14.5 « D'ici à 2020, préserver au moins 10 pour cent des zones marines et côtières, conformément au droit national et international et compte tenu des meilleures informations scientifiques disponibles » et la cible 15.1 « D'ici à 2020, garantir la préservation, la restauration et l'exploitation durable des écosystèmes terrestres et des écosystèmes d'eau douce et des services connexes, en particulier des forêts, des zones humides, des montagnes et des zones arides, conformément aux obligations découlant des accords internationaux ».

L'indicateur principal permet de mesurer le progrès réalisé vers l'atteinte de deux objectifs de la Stratégie fédérale de développement durable 2016-2019 :

  • D'ici à 2020, au moins 17 % des zones terrestres et des eaux intérieures sont conservées au moyen de réseaux d'aires protégées et d'autres mesures efficaces de conservation par zone
  • D'ici à 2020, 10 % des zones côtières et marines sont protégées, grâce à des réseaux d'aires protégées et d'autres mesures efficaces de conservation par zone

Il contribue aussi à faire état des résultats obtenus par rapport à l'Objectif 1 des Buts et objectifs canadiens pour la diversité d'ici 2020 : « D'ici 2020, au moins 17 % des zones terrestres et d'eaux intérieures et 10 % des zones côtières et marines sont conservées par l'entremise de réseaux d'aires protégées, et d'autres mesures efficaces de conservation dans des superficies clairement définies ».

Le gouvernement du Canada s'est également donné comme objectif provisoire de conserver 5 % des zones marines et côtières avant 2017.

Quels sont les indicateurs connexes

L'indicateur sur l'Intégrité écologique des parcs nationaux résume l'état des parcs nationaux, un élément important des aires protégées canadiennes.

L'indicateur sur les Tendances mondiales des aires protégées compare les aires protégées au Canada avec celles d'un groupe de pays sélectionnés.

Côtes et océans sains

G6

Cet indicateur permet de mesurer le progrès réalisé vers l'atteinte de l'objectif à long terme suivant de la Stratégie fédérale de développement durable 2016-2019 : les côtes et les océans contribuent à des écosystèmes sains, résilients et productifs.

Terres et forêts gérées de manière durable

G8

Cet indicateur permet de mesurer le progrès réalisé vers l'atteinte des objectifs à long terme suivants de la Stratégie fédérale de développement durable 2016-2019 : les terres et les forêts soutiennent la biodiversité et fournissent divers services écosystémiques pour les générations à venir.

Accéder au PDF (1.33 Mo)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :