Rapport d’inventaire des émissions de polluants atmosphériques du Canada : annexe 2 partie 3

A2.2  Estimations internes : suite

Tableau A2-3 :  Méthodes d’estimation pour l’industrie pétrolière et gazière par secteur/sous-secteur

Stockage en vrac et distribution de produits pétroliers raffinés (sous Industrie pétrolière et gazière en aval)

Description

Le sous-secteur Stockage en vrac et distribution de produits pétroliers raffinés couvre les émissions fugitives de COV provenant des terminaux de distribution en vrac et des dépôts de stockage. Il comprend les composants volatils des combustibles qui sont émis pendant le transport de la raffinerie jusqu’à l’utilisateur final chaque fois que les réservoirs sont remplis ou vidés, ou lorsque les réservoirs sont ouverts à l’air libre, peu importe s’il s’agit de réservoirs hors-sol, de camions-citernes ou de wagons. De plus, le sous-secteur englobe les émissions provenant de l’évaporation de combustibles déversés au cours d’opérations de transfert.

Seules les émissions fugitives de COV provenant de terminaux de distribution en vrac sont estimées à l’interne.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
COV

Le calcul des émissions tient compte des ventes brutes d’essence pour les véhicules automobiles routiers qui ont été multipliées par les coefficients d’émission établis par (Tecsult Inc., 2006).

Données sur les activités

Ventes brutes d’essence pour les véhicules automobiles : (Statistique Canada, BDEE, s. d.)

Coefficients d’émission (CE)

Étude portant sur la récupération des vapeurs dans les réseaux de distribution au Canada : (Tecsult Inc., 2006)

Distribution de gaz naturel (sous Industrie pétrolière et gazière en aval)

Description

Le sous secteur Distribution de gaz naturel comprend les émissions de toutes les infrastructures utilisées pour recevoir du gaz naturel sous haute pression provenant des conduites de transport, puis réduire la pression pour la distribution aux utilisateurs finaux. Ce secteur se compose de gazoducs de distribution (conduites de distribution principales et conduites de branchement) et de postes de mesure et de régulation, jusqu’à l’inclusion des compteurs de gaz des clients.

Les émissions provenant des activités de construction connexes, des structures et activités auxiliaires (immeubles, bureaux, etc.) et des sources mobiles sont incluses dans les activités de construction, l’utilisation de combustibles – secteurs commercial et institutionnel et les secteurs pour la catégorie de sources Transport et équipements mobiles, respectivement, de l’IEPA.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les estimations d’émissions sont établies à partir de données provenant d’inventaires globaux (EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014; CAPP, A national inventory of GHG, CAC and H2S emissions by the upstream oil and gas industry, 2005) et d’extrapolations (CAPP, Extrapolation of the 2000 UOG emission inventory to 2001, 2002 and 2003, 2005) depuis 2012, selon la longueur des gazoducs.

Données sur les activités

Longueur de gazoduc, par provinceNote de bas de page 1 

Coefficients d’émission (CE)

(EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014)

Transport et stockage de gaz naturel (sous Industrie pétrolière et gazière en amont)

Description

Le sous secteur Transport de gaz naturel englobe les émissions de toutes les infrastructures utilisées pour transporter du gaz naturel par gazoduc destiné aux entreprises de distribution locale. Ce secteur se compose de gazoducs de grand diamètre, de stations de compression et d’installation de compteurs. Le stockage du gaz naturel comprend les émissions de toute l’infrastructure servant à entreposer le gaz naturel pendant une période autre qu’une période de pointe (p. ex., l’été) en vue de sa livraison pendant des périodes de demande de pointe (p. ex., l’hiver). Le gaz est stocké dans des champs de production épuisés, des nappes aquifères ou des cavernes de sel, avec les installations comprenant les conduites, les compteurs, les stations de compression et les déshydrateurs. Les émissions qui proviennent de services intermédiaires (usines de chevauchement, entre autres) et d’usines à gaz font partie de la production et du traitement du gaz naturel. Les émissions provenant des activités de construction connexes, des structures et des activités auxiliaires (bâtiments, bureaux, etc.) et des sources mobiles sont incluses dans les activités de construction, l’utilisation de combustibles – secteurs commercial et institutionnel et les secteurs pour la catégorie de sources Transport et équipements mobiles, respectivement, de l’IEPA.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les estimations d’émissions sont établies à partir de données provenant d’inventaires globaux (EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014; CAPP, A national inventory of GHG, CAC and H2S emissions by the upstream oil and gas industry, 2005) et d’extrapolations (CAPP, Extrapolation of the 2000 UOG emission inventory to 2001, 2002 and 2003, 2005) après 2012. Les émissions inhérentes au transport du gaz naturel sont extrapolées selon la longueur des gazoducs et les émissions attribuables au stockage du gaz naturel, selon les volumes annuels du gaz injecté et extrait.

Données sur les activités

Longueur des gazoducs, par provinceNote de bas de page 2 

Injection du gaz naturel, y compris le stockage du gaz naturel et son extraction (Statistique Canada, Tableau 25-10-0057-01, s. d.)

Coefficients d’émission (CE)

(EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014)

Industrie pétrolière et gazière en amont

Description

L’industrie pétrolière et gazière en amont comprend les émissions provenant de l’infrastructure qui permet de localiser, d’extraire, de produire, de traiter et de transporter du gaz naturel, du pétrole brut (pétrole léger/moyen, pétrole lourd, bitume), du gaz de pétrole liquéfié (GPL) et du condensat jusqu’au marché. Cette industrie comprend également les émissions des installations territoriales et extracôtières ainsi que le forage et l’exploration, la production de gaz et de pétrole classiques, l’exploitation minière à ciel ouvert, la production in situ de sables bitumineux, le traitement du gaz naturel et le transport du pétrole. Plus précisément, le secteur est composé des sous-secteurs suivants :

  • Accidents et défaillances d’équipements;
  • Élimination et traitement de déchets;
  • Production à froid de pétrole brut lourd;
  • Production de pétrole brut léger/moyen;
  • Production et traitement du gaz naturel;
  • Extraction in situ des sables bitumineux;
  • Transport de produits pétroliers liquides;
  • Forage, entretien et essais de puits.

Les émissions provenant des activités de construction connexes, des structures et des activités auxiliaires (bâtiments, bureaux, etc.) et des sources mobiles sont incluses, respectivement, dans les activités de construction, l’utilisation de combustibles - secteurs commercial et institutionnel, les secteurs de la catégorie de sources Transport et équipements mobiles, respectivement, de l’IEPA.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les estimations d’émissions sont produites à l’aide de données d’inventaires globaux (EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014; CAPP, A national inventory of GHG, CAC and H2S emissions by the upstream oil and gas industry, 2005)et d’extrapolations (CAPP, Extrapolation of the 2000 UOG emission inventory to 2001, 2002 and 2003, 2005) après 2012, et elles ont fait appel à diverses données sur les activités à l’échelle provinciale.

Données sur les activités

(EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014; AER, Upstream petroleum industry flaring and venting report, 2018; AER, Alberta Energy Resource Industries Monthly Statistics, Gas Supply and Disposition, 2018; AER, Alberta’s energy reserves and supply/demand outlook, 2018; AER, VPR6800 Supply and disposition of gas (economics), 2018; AER, AER Compliance Dashboard – Incidents, 2018; Gouvernement de la Colombie-Britannique, 2018; BCOGC, 2018; CAPP, Statistical handbook for Canada’s upstream petroleum industry, 2018; OCTNLHE, Production summary by well – Hebron, 2018) (OCTNLHE, Production summary by well – Hibernia, 2018; OCTNLHE, Production summary by well – Terra Nova, 2018; OCTNLHE, Production summary by well – White Rose, 2018; OCTNLHE, Production summary by well – North Amethyst, 2018; OCTNLHE, Environment statistics: Spill frequency and volume annual summary, 2018) (Statistique Canada, Tableau 25-10-0055-01, s. d.; Statistique Canada, Tableau 25-10-0047-01, s. d.; Statistique Canada, Tableau 25-10-0063-01, s. d.; Statistique Canada, Tableau 25-10-0014-01, s. d.)

En plus des estimations obtenues par extrapolation, les estimations des émissions de SOx provenant des activités de traitement du gaz naturel en Alberta sont ajustées pour tenir compte de la réglementation élaborée après la création du modèle d’origine. Les corrections apportées sont fondées sur les données historiques provinciales et les données de l’INRP jusqu’à 2005. Depuis 2006, les données de l’INRP sur les émissions de SOx des usines de gaz de l’Alberta ont été utilisées, car elles couvrent l’ensemble des installations. Pour les provinces de l’Atlantique, les données de l’INRP ont été utilisées au lieu des estimations du modèle, en raison de l’exhaustivité des données fournies par les installations dans cette région. De plus, les estimations extrapolées pour les installations d’extraction in situ des sables bitumineux sont rapprochées avec les données de l’INRP pour éliminer la double comptabilisation. Les données de l’INRP relatives à l’exploitation, à l’extraction et à la valorisation des sables bitumineux sont également utilisées, compte tenu de la couverture globale des installations du sous-secteur.

Coefficients d’émission (CE)

(EC, Technical report on Canada’s upstream oil and gas industry, 2014)

Tableau A2-4 : Méthodes d’estimation pour la fabrication par secteur/sous-secteur

Boulangeries

Description

Le secteur Boulangeries rejette des composés organiques volatils (COV) au cours du processus de levage dans les boulangeries industrielles. Les émissions provenant des produits levés au moyen de levure chimique (utilisée surtout pour les pâtisseries) sont négligeables. Cependant, des COV sont émis lorsque des levures sont utilisées pour le levage, soit presque exclusivement dans la production de pain et de produits similaires.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
COV

La quantité totale de farine de blé disponible par personne est multipliée par la population, la fraction d’utilisation de la farine dans les produits de boulangerie à la levure, le rapport entre le produit et la farine, et un coefficient d’émission pour les COV.

Données sur les activités

Les valeurs de la production des industries boulangères ont été estimées en utilisant :

  • la quantité de farine de blé disponible à l’échelle nationale : (Statistique Canada, Tableau 32-10-0054-01, 2017);
  • les données sur la population pour les provinces et territoires : (Statistique Canada, Tableau 051-0001, s. d.);
  • la fraction d’utilisation de la farine dans les produits de boulangerie à la levure et le rapport entre le produit et la farine : (Cheminfo Services, Survey of small and medium commercial baking establishments to estimate average VOC emission factors, 2005).
Coefficients d’émission (CE)

(Cheminfo Services, Survey of small and medium commercial baking establishments to estimate average VOC emission factors, 2005)

CECOV = 2,35 kg par tonne de produits de boulangerie

Industrie céréalière

Description

Les émissions produites par le secteur Industrie céréalière comprennent les émissions des silos à grains. Les silos à grains sont répartis en quatre groupes dans l’IEPA :

Les silos primaires reçoivent les céréales des producteurs par camion pour y être stockées ou prises en charge. Les céréales y sont parfois nettoyées ou asséchées avant leur transfert dans les silos terminaux ou les silos de conditionnement (U.S. EPA, Compilation of Air Pollutant Emission Factors, 1985).

Les silos de conditionnement sont des installations de transformation des céréales ou des moulins. On y effectue le déchargement, l’acheminement et le stockage des céréales, de même que la transformation ou le traitement en vue de leur utilisation dans la fabrication d’autres produits (U.S. EPA, Compilation of Air Pollutant Emission Factors, 1985).

Les silos terminaux servent à assécher, à nettoyer et à entreposer les grains destinés aux expéditions.

Les silos de transbordement sont généralement destinés à des fonctions identiques à celles des silos terminaux.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5

La production céréalière totale par province ou territoire a été multipliée par les coefficients d’émission propres à chaque procédé employé par les silos primaires, les silos de conditionnement, les silos terminaux et les silos de transbordement. Le calcul des émissions fait l’objet d’un rapprochement avec les émissions déclarées aux fins de l’INRP.

Données sur les activités

La Commission canadienne des grains (CCG) fournit sur une base hebdomadaire des données annuelles cumulatives relativement aux livraisons et aux expéditions de grains pour les provinces de l’Ouest (Alb., C.-B., Man. et Sask,), où l’on retrouve la majorité des cultures céréalières du pays. Ces données portent sur les silos primaires, les silos de conditionnement, les silos de transbordement et les silos terminaux. Les rapports suivent un cycle de production agricole « d’août à juillet » et trois rapports hebdomadaires représentatifs sont sélectionnés pour estimer la production de grains pour une année civile; semaines 21 et 22 (S22) et semaine 52 (S52) de l’année précédente (AP), et semaines 21 et 22 (S22) de l’année en cours (AC). AP-S52 correspond à la production de grains d’août et juillet et AP S22, à la production de grains d’août à décembre de l’année précédente (CCG, 2017). L’estimation de la production de grains pour l’année civile en cours est calculée comme suit :

Production de grains = (AP-S52) – (AP-S22) + (AC-S22)

Estimation de la répartition des grains entre les provinces : La CCG ne déclare pas de données sur les livraisons de grains aux silos primaires pour les provinces de l’Est (N.-S., N.-B. et Î.-P.-É.). Par conséquent, les livraisons de grains à des silos primaires à l’extérieur des provinces de l’Ouest sont présumées correspondre aux livraisons de grains en Ontario (Ont.).

La répartition des grains entre l’Ouest et l’Est du Canada est effectuée en fonction du total de grains canadiens livrés (Statistique Canada, Tableau 32-10-0351-01, 2017). Toutefois, comme la somme de chaque type de grain indique la quantité annuelle de grains reçus dans l’Ouest du Canada comme une seule valeur et non par province, deux hypothèses sont formulées pour estimer les réceptions de grains dans les provinces. Premièrement, on présume que tous les grains reçus par les silos primaires de l’Ontario sont transférés à des silos de conditionnement de l’Ontario (y les transferts interprovinciaux). Deuxièmement, la portion des réceptions partagées par chacune des provinces est calculée en fonction des proportions provinciales tirées de l’inventaire des émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) de 1995. Cet inventaire indique également la répartition par province en ce qui concerne les silos de transbordement. Tous les grains des silos de conditionnement en Ontario sont par la suite transportés vers des silos terminaux, tandis que les silos de transbordement de l’Ontario reçoivent des grains des provinces de l’Ouest et y en expédient.

Contrairement aux silos de conditionnement, les silos terminaux ne se trouvent que dans quatre ports situés dans trois provinces : la C.-B. (Vancouver et Prince-Rupert), l’Ont. (Thunder Bay) et le Man. (Churchill). À l’aide des données sur les réceptions et les expéditions sur chaque port tirées des statistiques du CCG, il est possible de calculer la capacité de traitement des silos terminaux en établissant la moyenne des grains reçus par chacun des ports et expédiés à partir de ceux-ci (Ont. [Thunder Bay,], C.-B. [Vancouver et Prince-Rupert] et Man. [Churchill]).

Coefficients d’émission (CE)

Pour chaque processus, les émissions sont calculées en multipliant le niveau d’activité total (production de grains en milliers de tonnes métriques) par le coefficient d’émission, l’efficacité du contrôle et le rapport de manutention. Le rapport de manutention correspond à la quantité réelle de grains traités dans le cadre d’un processus. Les émissions du processus de manutention sont régies par le coefficient « efficacité du contrôle ». On suppose qu’il n’y a pas de perte entre les processus, de sorte que le niveau d’activité est le même pour tous les processus dans chacun des silos. Par conséquent, le total des émissions canadiennes de MPT, de PM10 et de PM2,5 est la somme des émissions provenant de tous les processus dans les quatre types de silos. Les coefficients d’émission et les autres paramètres sont présentés dans la section qui suit.

Émissions = Niveau d’activité × (1 – Efficacité du contrôle) × Coefficient d’émission × Rapport de manutention

L’ensemble des coefficients d’émission et des paramètres sont identiques dans toutes les provinces.

Source : Pinchin Environmental (2007).

Silo primaire
Processus Coefficient d’émission (kg/t)-MPT Coefficient d’émission (kg/t)-PM10 Coefficient d’émission (kg/t)-PM2,5 Efficacité du contrôle (%) Rapport de manutention
Expédition et réception 0,10 0,03 0,01 75 1
Transport de transfert 0,04 0,01 0,00 0 0,5
Nettoyage 1,50 0,38 0,07 75 0,5
Séchage 1,40 0,35 0,06 75 S/o*
Pavillon de travail 2,25 0,35 0,06 75 S/o*
Silo de conditionnement
Processus Coefficient d’émission (kg/t)-MPT Coefficient d’émission (kg/t)-PM10 Coefficient d’émission (kg/t)-PM2,5 Efficacité du contrôle (%) Rapport de manutention
Réception 0,05 0,02 0,00 75 1
Prénettoyage et traitement 0,04 0,01 0,00 0 1
Bâtiment de nettoyage 0,04 0,01 0,00 0 1
Bâtiment pour le broyeur 35,00 17,50 2,98 97 1
Silo de transbordement
Processus Coefficient d’émission (kg/t)-MPT Coefficient d’émission (kg/t)-PM10 Coefficient d’émission (kg/t)-PM2,5 Efficacité du contrôle (%) Rapport de manutention
Réception et expédition 0,10 0,03 0,00 90 1
Transport de transfert 0,01 0,00 0,00 90 1,2
Pavillon principal 0,03 0,02 0,00 90 2,2
Silo terminal
Processus Coefficient d’émission (kg/t)-MPT Coefficient d’émission (kg/t)-PM10 Coefficient d’émission (kg/t)-PM2,5 Efficacité du contrôle (%) Rapport de manutention
Expédition et réception 0,04 0,01 0,00 90 1
Transport de transfert 0,01 0,00 0,00 90 2
Nettoyage 0,04 0,01 0,00 0 0,5
Séchage 1,50 0,38 0,07 90 0
Pavillon principal 0,03 0,02 0,00 90 3

*Sans objet (n’entre pas dans les calculs pour ces processus)

Rapprochement : Les émissions calculées à l’échelle provinciale sont considérées comme des estimations des sources diffuses (SD). Les valeurs relatives aux sources ponctuelles (SP) sont celles qui sont déclarées directement par les installations de manutention des grains à l’Inventaire national des rejets de polluants; elles constituent l’estimation la plus fiable des valeurs d’émission. Ainsi, une procédure de rapprochement est exécutée entre les estimations des valeurs des SD et des SP avant leur soumission à l’inventaire. Lorsqu’on constate que les valeurs cumulatives des SD d’une province sont inférieures aux valeurs cumulatives des SP dans la même province, les valeurs des SD sont remplacées par les valeurs des SP. La priorité des valeurs des SP sur les valeurs des SD est déterminée en fonction de leur fiabilité.

Entreposage et stockage : Il s’agit des émissions de particules classées par catégorie pour les installations qui entreposent des grains. Les émissions provenant de SP sont additionnées par province pour les installations déclarantes.

Scieries, usines de panneaux et autres (industrie du bois) (sous Industrie du bois)

Description

Le sous-secteur Scieries couvre les émissions des installations qui produisent habituellement du bois d’œuvre de feuillus et de résineux à partir des billes de bois. Les processus de conversion des billes mouillées en bois d’œuvre sec sont l’écorçage, le sciage, le séchage et le rabotage, étapes qui entraînent toutes le rejet de polluants dans l’atmosphère.

Le sous-secteur Usines de panneaux comprend les émissions de plusieurs types d’usines qui produisent des matériaux à partir de bois d’œuvre de feuillus et de résineux, tels que :

  • les usines de bois de placage et de contreplaqués;
  • les usines de panneaux de copeaux, composées principalement d’usines de panneaux de copeaux orientés (OSB);
  • les usines de panneaux de particules et de panneaux de fibres à densité moyenne (MDF).

Le sous-secteur Autres (industrie du bois) englobe les émissions provenant des fabricants de meubles et d’armoires, des usines de traitement du bois, des usines de fabrication de granules de bois et des fabricants de masonite.

L’utilisation de divers combustibles, comme les résidus du bois, le gaz naturel, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) et le mazout, pour produire de l’énergie ou éliminer les déchets est une pratique courante pour les installations de l’industrie du bois. D’importantes émissions de polluants atmosphériques proviennent de la combustion dans ce secteur.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines et furanes, B[a]p, B[b]f, B[k]f, I[cd]p

Scieries et usines de panneaux :

  • MPT, PM10 et PM2,5 : en plus d’utiliser un certain nombre d’indicateurs de production et de capacité, la méthode d’estimation tient compte des données déclarées par les installations à l’INRP pour estimer les PM des installations qui ne présentent pas de déclaration à l’INRP (Ressources naturelles Canada, Association des produits forestiers du Canada, Association des fabricants de panneaux de composites, renseignements des entreprises sur le Web, rapports annuels, publications de Resource Information Systems Inc. (RISI), publications Madison et discussions occasionnelles avec les représentants de l’industrie);
  • Tous les autres polluants : les estimations sur les taux de production, les données sur la combustion des déchets de bois et sur d’autres types d’utilisation de combustibles ont été utilisées pour estimer les émissions de ces polluants (Meil et coll., 2009; U.S. EPA, WebFIRE [base de données sur Internet], 2014).

Les estimations internes pour les usines de panneaux ont été reportées à 2016 en fonction de la capacité des usines en 2015. Des données sur la capacité mises à jour étaient disponibles pour 2017.

Autres (Industrie du bois) :
tous les polluants : il n’y a aucune estimation interne des émissions calculée pour ce sous-secteur. Depuis 2005, les émissions proviennent des données déclarées par les installations à l’INRP.

Données sur les activités

Les données de l’INRP 2017 et les sources de données des installations non déclarantes à l’INRP comprennent :

  • Ressources naturelles Canada : Situation sur la consommation d’énergie dans le secteur canadien des produits du bois (Meil et coll., 2009);
  • Rapports annuels de l’Association des produits forestiers du Canada (rapports exclusifs);
  • Groupe de produits forestiers d’Environnement et Changement climatique Canada;
  • Rapport intitulé RISI North American Wood Panels and Engineered Wood Products Capacity Report (RISI, 2013);
  • Madison’s 2017 Online Lumber Directory (Madison, 2017);
  • Communications verbales avec des représentants de l’industrie (non publiées).
Coefficients d’émission (CE)

Scieries : (U.S. EPA, EPA memorandum - EPA Region 10 HAP and VOC emission factors for lumber drying, 2012)

Fabrication de contreplaqué, de panneaux de particules et de panneaux de copeaux orientés : (U.S. EPA, Compilation of Air Pollutant Emission Factors, 1995)

Utilisation de combustibles : (Meil et coll., 2009; U.S. EPA, Compilation of Air Pollutant Emissions Factors, 1992; U.S. EPA, Compilation of Air Pollutant Emission Factors, Volume I: Stationary Point and Area Sources, 1995; U.S. EPA, WebFIRE [base de données sur Internet], 2014)

Tableau A2-5 : Méthodes d’estimation pour le transport et es équipements mobiles par secteur/sous-secteur

Transport aérien

Description

Le secteur Transport aérien comprend les émissions des aéronefs, mais ne couvre pas l’équipement de soutien dans les aéroports (ces émissions sont comptabilisées dans les applications hors route).

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, B[a]p, B[b]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités propres aux aéronefs (atterrissage et décollage) par province et par territoire ont été multipliées par les coefficients d’émission propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Le calcul des émissions estimées du transport aérien se fonde sur les statistiques relatives aux mouvements des aéronefs (Statistique Canada, Statistiques relatives aux mouvements des aéronefs (base de données), s. d.). Il s’agit d’une base de données établie par Statistique Canada d’après les données sur les vols individuels, consignées par les tours de contrôle des aéroports qu’exploite NAV CANADA depuis 1996 et Transports Canada avant 1996. Il s’agit de données à très haute résolution, les seules connues sur les mouvements des aéronefs au Canada.

Coefficients d’émission (CE)

Pour ce qui est des aéronefs utilisant du carburant de turbomoteur, les coefficients d’émission pour les hydrocarbures (HC), le CO et les NOx sont tirés de la base de données de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) (OACI, 2009) pour les décollages et atterrissages et du guide de 2006 pour l’inventaire des émissions du EMEP/CORINAIR (AEE, EMEP/CORINAIR, 2006) pour les coefficients d’émission en vol. Les coefficients d’émission sont établis par rapport à des aéronefs représentatifs d’après les caractéristiques des moteurs. Le SO2 a été estimé en tant que bilan de soufre d’après les données tirées des rapports sur la teneur en soufre des combustibles liquides (EC, Teneur en soufre des combustibles liquides, 2010). Les coefficients d’émission de NH3 sont tirés de (Coe et coll., 1996). Les émissions de PM au cours des atterrissages et des décollages se fondent sur un document publié par (Wayson et coll., 2009)), qui établit une corrélation entre l’indice de fumée de la banque de données de l’OACI et un coefficient d’émission exprimé en g/kg de carburant consommé.

Quant aux aéronefs utilisant de l’essence d’aviation, les coefficients d’émission de COV, de CO, de PM10 et de NOx proviennent de l’Office fédéral de l’aviation civile (FOCA, 2007). Les émissions de ces polluants en vol n’ont pas été quantifiées, en raison de l’absence de coefficient d’émission. Le SO2 a été estimé en tant que bilan du soufre d’après les données tirées des rapports sur la teneur en soufre des combustibles liquides (EC, Sulphur in liquid fuels, 2013). Les coefficients d’émission de NH3 sont tirés de (Coe et coll., 1996). Il a été calculé que les PM2,5 correspondaient à 69 % des PM10 en conformité avec (U.S. EPA, Documentation for Aircraft, Commercial Marine Vessel, Locomotive, and other Nonroad Components of the National Emissions Inventory, Vol 1 – Methodology, 2005). Le plomb a été estimé en tant que bilan du plomb, en utilisant la rétention de 5 % de l’U.S. EPA (U.S. EPA, Calculating Piston-Engine Aircraft Airport Inventories for Lead for the 2011 National Emissions Inventory, 2013). Les MPT sont égales aux PM10 (U.S. EPA, Documentation for Aircraft, Commercial Marine Vessel, Locomotive, and other Nonroad Components of the National Emissions Inventory, Vol 1 – Methodology, 2005). Les émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) non standards ont été estimées en tant que fraction des PM10 ou des HC/COV, d’après les profils de spéciation de l’U.S. EPA (U.S. EPA, Documentation for Aircraft, Commercial Marine Vessel, Locomotive, and other Nonroad Components of the National Emissions Inventory, Vol 1 – Methodology, 2005).

Transport maritime

Description

Le secteur Transport maritime comprend les émissions des navires de la marine marchande, mais non les émissions des moteurs d’embarcations de plaisance (celles-ci sont mentionnées dans les applications hors route).

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines et furanes, B[a]p, B[b]f, B[k]f, I[1,2,3-cd]p

Les activités propres aux navires (les déplacements) ont été multipliées par les coefficients d’émission propres à chaque polluant.

Données sur les activités

L’Outil d’inventaire des émissions des navires (OIEN) est la principale source des données (ECCC, OIEN, version 4.3.1, 2016; ECCC, OIEN 2015, 2018) sur les émissions de polluants suivants : NOx, CO, HC, SO2, MPT, PM10, PM2,5 et NH3. L’OIEN fournit des données pour les années 1980, 1985, 1987, 1990, 1995, 2000, 2005, 2010 et 2015, ainsi que des données prévisionnelles pour 2020.

Coefficients d’émission (CE)

Les coefficients d’émission du NOx, du CO, des HC, du SO2, des MPT, des PM10, des PM2,5 et du NH3 sont tirés directement de l’OIEN. Les émissions de B[a]p, de B[b]f, de B[k]f, d’I(1,2,3-cd)p, de Pb, de Cd, de Hg et des dioxines/furanes ont été estimées en tant que fraction des PM, d’après les profils de spéciation tirés de la Documentation for the Commercial Marine Vessel Component of the National Emissions Inventory Methodology (U.S. EPA, Contrat No. EPA420-F-09-025, 2009). Le facteur de corrélation entre les HC et les COV est tiré du document Emission Factors for Locomotives (U.S. EPA, Contrat No. EPA420-F-09-025, 2009).

Véhicules routiers

Description

Les véhicules routiers comprennent les secteurs suivants : les véhicules lourds au diesel, les véhicules lourds à essence, les camions légers au diesel, les véhicules légers au diesel, les camions légers à essence, les véhicules légers à essence, les véhicules au propane et au gaz naturel, les motos et l’usure des pneus et des garnitures de frein.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines et furanes, B[a]p, B[b]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités propres aux véhicules (kilomètres parcourus en véhicule) ont été multipliées par les coefficients d’émission propres à chaque polluant dans le modèle Motor Vehicle Emissions Simulator (MOVES) (la version MOVES2014 a été utilisée pour le présent rapport).

Les émissions de COV provenant du ravitaillement en carburant sont incluses dans le secteur des stations-service.

Données sur les activités

Les données sur le parc automobile (nombre de véhicules), selon le type de carburant, l’année du modèle et le poids nominal brut du véhicule, proviennent de (DAC, 2017) et de (Polk & Co., 2017) pour les véhicules légers et les véhicules lourds, respectivement. Les données sur les motos proviennent des publications intitulées « Immatriculations de véhicules » et « Immatriculations de véhicules automobiles routiers, remorque et motoneige » (Statistique Canada, Tableau 405-0001, s. d.; Statistique Canada, Tableau 405-0004, s. d.). Le rapport sur les statistiques annuelles de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur (CIMC, 2013) a été utilisé pour estimer la répartition par année de modèle des motos, répartition qui est ensuite appliquée aux données sur le parc de motos obtenues de Statistique Canada. Le niveau effectif d’activités est fondé sur le nombre de kilomètres véhicules parcourus (KVP). Pour estimer les KVP, le nombre de véhicules est multiplié par les taux d’accumulation de kilométrage fournis par Stewart-Brown Associates (Stewart-Brown Associates, 2012).

Coefficients d’émission (CE)

Les coefficients d’émission pour les véhicules routiers sont intégrés dans le modèle MOVES. Il est possible d’obtenir d’autres précisions sur le modèle MOVES sur le site Web, dans les guides d’utilisation de l’U.S. EPA (U.S. EPA, User guide for MOVES2010b, 2012; U.S. EPA, User guide for MOVES2014, 2014), ainsi que dans le document de conseils techniques de l’U.S. EPA (U.S. EPA, Technical guidance on the use of MOVES2010 for emission inventory preparation in state implementation plans and transportation conformity, 2010).

Véhicules et équipements hors route

Description

Les véhicules et équipements hors route comprennent : les véhicules et équipements hors route au diesel et les véhicules et équipements hors route à l’essence/GPL/GN.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les activités propres aux applications (heures d’utilisation, facteur de charge) ont été multipliées par les coefficients d’émission propres à chaque polluant dans le modèle NONROAD.

Données sur les activités

Les données sur les applications (nombre de véhicules/moteurs, facteur de charge, heures d’utilisation), selon le type de carburant, l’année du modèle et le code de classification de la source, proviennent de (EC, Canadian off-road equipment population, 2011). Le paramètre des heures d’utilisation a été révisé en 2018 pour certains types d’équipement. Par exemple, les heures d’utilisation des motoneiges sont désormais classées par type de moteur (p. ex., deux temps, quatre temps) (ECCC, Off-road Equipment Analysis - Snowmobiles, 2018). Les données sur la quantité d’équipement de construction utilisé dans le cadre de l’exploitation des sables bitumineux sont désormais fournies par The Parker Bay Company (ECCC, Off-road Equipment Analysis - Oil Sands Mining Equipment, 2018).

Coefficients d’émission (CE)

Les coefficients d’émission pour les applications hors route sont intégrés dans le modèle NONROAD. Pour cette itération de l’IEPA, la version NONRAD 2012c a été utilisée. Cette version, qui se fonde sur la version NONROAD 2008 de l’U.S. EPA, a été modifiée par Environnement et Changement climatique Canada afin d’exploiter les données sur les activités détaillées. Le modèle a été utilisé selon le guide d’utilisation de la version NONROAD 2005/2008 (U.S. EPA, User's guide for the final NONROAD2005 model, 2005), étant donné que les modèles ont tous le même mode de fonctionnement.

Pour plus de renseignements sur le modèle NONROAD, consulter le site en ligne.

Transport ferroviaire

Description

Le secteur Transport ferroviaire englobe les émissions provenant de l’utilisation de combustibles pour les moteurs de locomotive.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :
MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines et furanes, B[a]p, B[b]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités des chemins de fer (consommation de carburant) ont été multipliées par les coefficients d’émission propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Données sur la consommation de carburant : (Statistique Canada, BDEE, s. d.)

Coefficients d’émission (CE)

Les coefficients d’émission des HC, du CO, du SO2, des PM10 et des NOx ont été tirés du rapport du Programme de surveillance des locomotives 2011 (Association des chemins de fer du Canada, Programme de surveillance des émissions de locomotives 2011, 2013) et du rapport du Programme de surveillance des locomotives 2015 (Association des chemins de fer du Canada, Programme de surveillance des émissions des locomotives 2015, 2018) . Le facteur de corrélation entre les HC et les COV et entre les MPT et les PM10 sont tirés du document Emission factors for Locomotives (U.S. EPA, Contrat No. EPA420-F-09-025, 2009). Les émissions de PM2,5, de NH3, de Pb, de Cd, de Hg, de B[a]p, de B[b]f, de B[k]f et d’I[cd]p ont été estimées en tant que fraction des PM10 ou des COV, d’après les profils de spéciation tirés de la Documentation for Locomotive Component of the National Emissions Inventory Methodology (U.S. EPA, Documentation for locomotive component of the National Emissions Inventory Methodology, 2011). Le coefficient d’émission pour les dioxines et les furanes (0,54 ng/L) provient du rapport « An inventory of sources and environmental releases of dioxin-like compounds in the United States for the years 1987, 1995, and 2000 » (U.S. EPA, EPA/600/P-03/002F, 2006).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :