Inventaire des émissions de polluants atmosphériques : annexe 2


Annexe 2 - Élaboration de l’inventaire

A2.1 Aperçu du processus de compilation

Le processus de compilation des estimations des émissions consiste à établir des estimations des émissions des sources ponctuelles et des sources étendues et, si nécessaire, à rapprocher les estimations ainsi produites dans une base de données centrale (figure A2-1).

Premièrement, les émissions de sources ponctuelles sont compilées en extrayant les données sur les émissions et les installations de l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP), à partir de la base de données vérifiée de l’INRP. Les nouvelles installations sont identifiées dans les données extraites et sont classées dans les catégories de secteurs et de sous-secteurs de l’Inventaire des émissions de polluants atmosphériques (IEPA), selon la nature de leurs activités. Les données des sources ponctuelles font l’objet d’un processus de contrôle de la qualité avant d’être ajoutées à l’IEPA. Un résumé de ce processus est présenté au chapitre 4. Une liste des données finales sur les émissions de sources ponctuelles est ensuite produite, puis versée dans une base de données centrale.

Figure A2-1 : Aperçu du processus de compilation annuel de l’IEPA
Figure A2-1 (Voir la longue description plus bas)
Longue description pour la figure A2-1

Figure A2-1 : Cet ordinogramme donne un aperçu du processus de compilation annuel de l’Inventaire des émissions de polluants atmosphériques (IEPA) du Canada. Les émissions de sources ponctuelles sont compilées en extrayant les données annuelles sur les installations et les émissions de l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP). Les nouvelles installations sont identifiées dans les données extraites et sont classées par secteur et sous-secteur de l’IEPA selon la nature de leur activité. On effectue ensuite l’imputation des émissions de particules de taille non déclarée, puis on produit la liste finale des données d’émissions de sources ponctuelles et on la transfère à une base de données centrale.

Les données d’émissions de sources ponctuelles sont compilées, tandis que les émissions de sources étendues sont estimées. L’estimation des émissions de sources étendues consiste à recueillir les plus récents coefficients d’émission et les données d’activités ou des modèles d’émissions alimentés par des bases de données et à les analyser, puis à calculer les estimations des émissions.

L’étape suivante du processus de compilation consiste à éliminer tout comptage en double entre les estimations des émissions de sources étendues et de sources ponctuelles par un processus de rapprochement. Une fois que les estimations des émissions de sources étendues ont été transférées à la base de données centrale, ces estimations sont rapprochées avec les émissions de sources ponctuelles au moyen d’un utilitaire de base de données automatisé. Le rapprochement des émissions liées à l’utilisation de solvants et des émissions de mercure de sources étendues avec les émissions de sources ponctuelles est effectué séparément, puis les résultats sont transférés à la base de données centrale.

Les étapes finales du processus de compilation consistent à regrouper les données finales sur les émissions de sources ponctuelles et les données rapprochées sur les émissions de sources étendues dans la base de données centrale et de produire l’ébauche des sommaires des émissions à des fins d’assurance et de contrôle de la qualité et de consultation. Tout problème décelé est résolu, et la base de données centrale est mise à jour. La version finale des sommaires des émissions est ensuite préparée, et la base de données finale sur les émissions est utilisée pour répondre aux obligations nationales et internationales du Canada en matière de production de rapports.

L’estimation des émissions des sources étendues comporte un examen interne des méthodes d’estimation. Cet examen peut comprendre des recherches documentaires, la collecte et l’analyse des récents coefficients d’émissions et données sur les activités ainsi que des comparaisons avec des renseignements pertinents. On apporte des améliorations planifiées aux méthodes ou aux données et les estimations peuvent être recalculées pour une partie ou la totalité de la série chronologique, le cas échéant. Les estimations des émissions des sources étendues sont mises à jour à partir de données sur les activités, nouvelles ou actualisées. Les calculs sont habituellement effectués à l’aide de feuilles de calcul ou de modèles des émissions fondés sur des bases de données.

L’étape suivante du processus de compilation consiste à éliminer toute comptabilisation en double entre les estimations des émissions de sources étendues et de sources ponctuelles par un processus de rapprochement. Il faut effectuer le rapprochement entre les émissions de sources étendues et les émissions de sources ponctuelles pour les secteurs et les sous-secteurs où l’on retrouve ces deux types d’émissions (tableau A2-1). Par exemple, en 2015, un rapprochement a été effectué pour l’industrie des revêtements bitumineux, étant donné que des émissions de sources étendues et de sources ponctuelles ont été enregistrées pour ce secteur. La section A2.5.1 de ce document fournit plus d’information sur les rapprochements.

Le processus de rapprochement est effectué par un utilitaire de base de données automatisé après que les données sur les émissions de sources étendues et de sources ponctuelles ont été transférées à la base de données centrale. Le rapprochement des émissions de l’industrie du bois, des émissions provenant de l’utilisation de solvants et des émissions de mercure de divers secteurs est effectué séparément.

Les étapes finales du processus de compilation comprennent le regroupement de toutes les données rapprochées dans la base de données centrale pour produire l’ébauche des sommaires des émissions à des fins d’assurance et de contrôle de la qualité (AQ/CQ) et de consultation. La base de données finale sur les émissions est aussi utilisée pour répondre aux obligations nationales et internationales du Canada en matière de production de rapports.

A2.2 Estimation des émissions de sources étendues

La compilation des émissions de sources étendues dépend de renseignements comme les données sur la production et les niveaux d’activité pour chaque secteur. Les calculs des émissions de sources étendues sont fondés sur les dernières données disponibles au moment de la compilation. Au besoin, les données sont mises à jour l’année suivante.

Le tableau A2-1 contient la liste des secteurs et des sous-secteurs de sources étendues de l’IEPA et indique l’année de données sur les activités sur laquelle les estimations des émissions de sources étendues de 2015 sont fondées.

Les méthodes d’estimation et les modèles des émissions de sources étendues utilisés au Canada sont généralement fondés sur ceux qui ont été élaborés par l’Environmental Protection Agency des États-Unis (U.S. EPA) et sont adaptés pour tenir compte du climat, des combustibles, des technologies et des pratiques canadiens. Les méthodes appliquées pour l’IEPA du Canada concordent donc, de façon générale, avec celles utilisées aux États-Unis ou celles recommandées dans le guide pour l’inventaire des émissions (EMEP/AEE, 2013).

Les tableaux A2-2 à A2-12 résument, pour chaque catégorie de source, les méthodes utilisées pour estimer les émissions de sources étendues pour l’ensemble de la série chronologique. Ces tableaux fournissent une courte description, pour chaque catégorie de source :

  • des sources des émissions et des polluants estimés;
  • de la méthode générale utilisée pour l’inventaire;
  • des références pour les données sur les activités, les coefficients d’émissions ou le modèle des émissions utilisés.
Tableau A2-1 : Inventaire des émissions de polluants atmosphériques (IEPA) de 2015
Source Secteurs Sous-secteur Source ponctuell e (NPRI)tableau A2-1 Note a Source étendue (estimée par EC) Données sur les activités utilisées pour l'estimation
Minerais et industries minérales Vide Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie de l'aluminium Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie de l'aluminium Alumine (raffinage de bauxite) Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie de l'aluminium Fusion primaire et raffinage de l'aluminium Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie des revêtements bitumineux Vide 2014
Minerais et industries minérales Industrie du ciment et du béton Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie du ciment et du béton Fabrication du ciment Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie du ciment et du béton Fabrication de chaux 2015
Minerais et industries minérales Industrie du ciment et du béton Fabrication de produits de gypse Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie du ciment et du béton Fabrication de la chaux Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonderies Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonderies Moulage sous pression Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonderies Métaux ferreux 2011
Minerais et industries minérales Fonderies Métaux non ferreux Vide Vide
Minerais et industries minérales Sidérurgie Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Sidérurgie Primaire (haut fourneau et réduction directe du fer) Vide Vide
Minerais et industries minérales Sidérurgie Secondaire (four à arc électrique) 2015
Minerais et industries minérales Sidérurgie Recyclage d'acier 2015
Minerais et industries minérales Industrie des minerais de fer Vide Vide Vide Vide
 Minerais et industries minérales Industrie des minerais de fer Industrie des minerais de fer Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie des minerais de fer Bouletage Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie des produits minéraux Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie des produits minéraux Produits d'argile Vide Vide
Minerais et industries minérales Industrie des produits minéraux Autres produits minéraux Vide Vide
Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Industrie du charbon Vide Vide
 Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Mines de métaux Vide Vide
Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Potasse Vide Vide
Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Roche, sable et gravier 2015
Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Production de silice Vide 2015
Minerais et industries minérales Exploitation de mines et de carrières Autres minéraux Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonte et affinage de métaux non ferreux Vide Vide Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonte et affinage de métaux non ferreux Ni, Cu, Zi et Pb de première fusion Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonte et affinage de métaux non ferreux Pb et Cu de deuxième fusion Vide Vide
Minerais et industries minérales Fonte et affinage de métaux non ferreux Autres métaux Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Vide Vide Vide Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en aval Vide Vide Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en aval Raffinage de pétrole Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en aval Stockage en vrac et distribution des produits pétroliers raffinés 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en aval Autre industrie pétrolière en aval Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Transport et distribution des produits pétroliers Vide Vide Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Transport et distribution des produits pétroliers Distribution du gaz naturel 2015
Industrie pétrolière et gazière Transport et distribution des produits pétroliers Transport du gaz naturel 2015
Industrie pétrolière et gazière Transport et distribution des produits pétroliers Oléoducs et gazoducs Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Vide Vide Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Accidents et pannes d'équipement Vide 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Valorisation du bitume et du pétrole lourd Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Élimination et traitement des déchets Vide 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Production de pétrole brut lourd Vide 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Production légère moyenne de pétrole bruttableau A2-1 Note b 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Production et transformation du gaz natureltableau A2-1 Note c 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Extraction et traitement in situ des sables bitumineux 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Exploitation, extraction et traitement des sables bitumineux Vide Vide
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Stockage de produits pétroliers liquides Vide Vide
 Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Transport de produits pétroliers liquides Vide 2015
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière en amont Forage de puits/entretien/essais  Vide 2015
Production d'électricité (services publics) Vide Vide Vide Vide Vide
Production d'électricité (services publics) Charbon Vide Vide Vide
Production d'électricité (services publics) Diesel Vide Vide Vide
Production d'électricité (services publics) Gaz naturel Vide Vide Vide
Production d'électricité (services publics) Déchet Vide Vide Vide
Production d'électricité (services publics) Autres (production d'électricité) Vide Vide Vide
Fabrication Vide Vide Vide Vide Vide
Fabrication Fabrication d’abrasifs Vide Vide Vide
Fabrication Boulangeries Vide 2015
Fabrication Production de biocarburant Vide Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Vide Vide Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Fabrication de produits chimiques Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Production de fertilisants Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Fabrication de peintures et vernis Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Industrie pétrochimique Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Fabrication de plastiques et de résines synthétiques Vide Vide
Fabrication Industrie chimique Autres (industrie chimique) Vide Vide
Fabrication Électronique Vide 2015
Fabrication Préparation d'aliments Vide Vide Vide
Fabrication Fabrication de verre Vide Vide Vide
Fabrication Traitement des céréales Vide 2015
Fabrication Fabrication de produits métalliques Vide Vide Vide
Fabrication Fabrication de plastiques Vide Vide Vide
Fabrication Industrie des pâtes et papiers Vide Vide Vide
Fabrication Textiles Vide Vide Vide
 Fabrication Fabrication de véhicules (moteurs, pièces, assemblage, peinture) Vide Vide Vide
Fabrication Industrie du boistableau A2-1 Note d Vide Vide Vide Vide
Fabrication Industrie du bois Usines de panneaux 2014
Fabrication Industrie du bois Scieries 2014
Fabrication Industrie du bois Autres produits du bois Vide Vide
Fabrication Autres industries manufacturières Vide 2008
Transport et équipement mobile Vide Vide Vide Vide Vide
Transport et équipement mobile Air Transportation Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules lourds au diesel Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules lourds au diesel Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules lourds à essence GPL/GNL Vide Vide Vide
Transport et équipement mobile Camions légers au diesel Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules légers au diesel Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Camions légers à essence Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules légers à essence Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules légers GPL/GNL Vide Vide Vide
Transport et équipement mobile Light-duty LPG/NG Vehicles Vide Vide Vide
Transport et équipement mobile Transport maritime Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Motocyclettes Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Véhicules et équipements diesel hors route Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Consommation d'essence /GPL/GNC hors route Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Transport ferroviaire Vide Vide 2014
Transport et équipement mobile Usure des pneus et des garnitures de frein Vide Vide 2014
Agriculture Vide Vide Vide Vide Vide
Agriculture Production d'animaux Vide Vide 2015
Agriculture Production de la moisson Vide Vide Vide Vide
Agriculture Production de la moisson Production d'engrais Vide 2015
Agriculture Production de la moisson Récolte Vide 2015
Agriculture Production de la moisson Labourage de terre Vide 2015
Agriculture Production de la moisson Érosion éolienne Vide 2015
Agriculture Agriculture - combustibles Vide 2014
Commercial/Residentiel/Institutionel Vide Vide Vide Vide Vide
Commercial/Residentiel/Institutionel Usage de la cigarette Vide Vide 2013
Commercial/Residentiel/Institutionel Combustion de carburant commerciale et institutionnelle Vide 2015
Commercial/Residentiel/Institutionel Cuisson commerciale Vide Vide 2014
Commercial/Residentiel/Institutionel Combustion de carburant construction Vide Vide 2014
Commercial/Residentiel/Institutionel Foyer au bois de maison Vide Vide 2015
Commercial/Residentiel/Institutionel Source humaine Vide Vide 2015
Commercial/Residentiel/Institutionel Industrie du fret maritime Vide Vide Vide
Commercial/Residentiel/Institutionel Combustion de combustibles - secteur résidentiel Vide Vide 2014
Commercial/Residentiel/Institutionel Stations-service  Vide Vide 2015
Commercial/Residentiel/Institutionel Autres sources diverses Vide Vide 2015
Incinération et sources de déchets Vide Vide Vide Vide Vide
Incinération et sources de déchets Crématoriums Vide 2015
Incinération et sources de déchets Incinération commerciale et industrielle Vide Vide 2011
Incinération et sources de déchets Incinération municipale Vide 2011
Incinération et sources de déchets Déchets Vide Vide Vide Vide
Incinération et sources de déchets Déchets Sites d'enfouissement 2014
Incinération et sources de déchets Déchets Brûlage des déchets résidentiels Vide 2014
Incinération et sources de déchets Déchets Traitement et élimination des déchets Vide Vide
Incinération et sources de déchets Déchets Traitement de l'eau et des eaux usées 2015
Incinération et sources de déchets Autres incinération et services publics Vide Vide 2009
Peintures et Solvants Vide Vide Vide Vide Vide
Peintures et Solvants Nettoyage à sec Vide 2015
Peintures et Solvants Utilisation générale de solvants Vide Vide 2015
Peintures et Solvants Imprimerie Vide 2015
Peintures et Solvants Revêtements de surface Vide 2015
Poussière Vide Vide Vide Vide Vide
Poussière Transport de charbon Vide Vide 2015
Poussière Activités de construction Vide Vide 2012
Poussière Résidus miniers Vide Vide 2006
Poussière Routes pavées Vide Vide 2002
Poussière Routes non-pavées Vide 2002
Feux Vide Vide Vide Vide Vide
Feux Feux de forêts prescrites Vide Vide 2015
Feux Incendies d'immeubles Vide Vide 2015
Vide Vide Vide Vide Vide Vide
Vide Mercure dans les produitstableau A2-1 Note e Vide Vide 2008

Notes :

✓ Signifie oui

  • tableau A2-1 Note a Toutes les données sur les sources ponctuelles sont tirées de l'INRP 2015
  • tableau A2-1 Note b Les données de source ponctuelle consistent d’installations situées au Canada Atlantique. Pour les autres provinces, il s'agit des émissions de source étendues.
  • tableau A2-1 Note c Les données de source ponctuelle comprennent les installations situées au Canada Atlantique et les émissions de SO2 des installations de traitement du gaz naturel de l'Alberta.
  • tableau A2-1 Note d Les émissions de PM de sources étendues produites par les produits du bois ont été estimées par le Groupe des produits forestiers de la Direction générale de l’intendance environnementale d’ECCC. Les émissions de tous les autres polluants de sources étendues ont été estimées par la DIRP.
  • tableau A2-1 Note e Les émissions provenant de produits composés de mercure ont été calculées dans un inventaire distinct. Ces émissions sont déclarées par un grand nombre de secteurs, dont Sidérurgie, Incinération municipale, Source humaine et Sites d’enfouissement. Toutes les émissions de sources étendues de mercure dans les produits continuent d’être estimées et déclarées pour ces secteurs.

Tableau A2-2 : Méthodes d’estimation pour les industries du minerai et des minéraux (Secteur/sous-secteur)

Industrie des revêtements bitumineux
Description

Le secteur Industrie des revêtements bitumineux comprend les émissions rejetées pendant la fabrication de béton asphaltique (ou d’asphalte à chaud). La fabrication de béton asphaltique comprend le chauffage et le mélange du béton asphaltique à des granulats calibrés. Le secteur englobe à la fois des installations mobiles et permanentes de fabrication d’asphalte à chaud.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[b]f, B[k]f, I[cd]p

L’utilisation totale de l’asphalte par province ou territoire a été multipliée par des coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Les données sur le bitume fluidifié et le bitume en émulsion pour calculer les émissions de COV associées aux procédés d’asphaltage : SNC/GECO, Canada (1981)

Données sur l’utilisation de l’asphalte du secteur de la construction : Statistiques Canada (2015c)

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p : Senes Consultants (2008)

COV provenant de l’industrie des revêtements bitumineux : SNC/GECO Canada (1981)

Béton et produits connexes (sous Industrie du ciment et du béton)
Description

Le sous-secteur Béton et produits connexes comprend les émissions produites par les activités des usines à béton prêt à l’emploi.

Le béton est essentiellement composé d’eau, de ciment, de granulats fins (c.-à-d. du sable) et de gros granulats (c.-à-d. du gravier, de la pierre concassée ou du laitier de haut fourneau). Les usines à béton prêt à l’emploi emmagasinent, déplacent, mesurent et déchargent ces composants dans des camions; les composants sont ensuite transportés vers des chantiers ou traités avant d’être utilisés dans la fabrication de canalisations, de blocs de béton, etc.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, Pb, Cd

L’utilisation totale de ciment par province ou territoire (calculée à partir de données nationales, réparties selon la population provinciale-territoriale) a été multipliée par des coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Répartition de la consommation de ciment pour les provinces : CANMET (1993)

Données sur la production du ciment : RNCan (2015)

Données démographiques pour les provinces : Statistique Canada (2015b)

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, Pb, Cd : U.S. EPA (1998, 2010a)

Coefficients d’émissions pour la MPT, les PM10 et les PM2,5 rejetées par les camions-malaxeurs et les camions de chargement : (U.S. EPA 2006).

Les coefficients d’émissions de PM10 et de PM2,5 pour le transport du sable et des granulats ont été tirés d’une combinaison pondérée de coefficients d’émissions de MPT, en utilisant les renseignements contenus dans la base de données du calculateur de PM (PM Calculator) de l’U.S. EPA (2010a) (à l’aide du Code de classification des sources 30501101) :

CEPM10=0,51*CEMPT

CEPM2,5=0,15*CPMPT

Fonderies de métaux ferreux (sous Fonderies)
Description

Le sous-secteur Fonderies de métaux ferreux comprend des installations qui produisent des pièces moulées avec divers types de ferro-alliages ainsi que de petites fonderies de fer et d’acier qui ne sont pas associées à des installations intégrées de sidérurgie. Les types que l’on retrouve au Canada sont notamment les fonderies de métaux ferreux, les fonderies à four à arc électrique et les fonderies à four à induction.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2011 et elles ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

Production de silice (sous Mines et carrières)
Description

Le sous-secteur Production de silice s’applique à l’extraction et au traitement du sable de silice, surtout dans les industries du verre et de la fonte et l’affinage. Le traitement du sable industriel s’apparente au traitement utilisé pour produire le sable dont on se sert dans le secteur de la construction. Les émissions de poussières proviennent essentiellement du concassage et du criblage, plus spécialement lorsqu’il faut broyer le sable en très fines particules. Le tamisage à sec et humide, de même que la classification pneumatique sont des techniques employées pour obtenir la granulométrie désirée. Des méthodes par voie sèche ou humide sont utilisées pour éliminer la poussière, et des sacs filtrants sont couramment utilisés.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

La quantité totale de silice produite par province ou territoire a été multipliée par des coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

F. Menezes, Ressources naturelles CanadaNote de bas de page8

Les valeurs confidentielles de la production des provinces ont été estimées selon les données sur la répartition de la population : Statistique Canada (2016b)

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5 : EMEP/AEE (2013)

  • Roche, sable et gravier (sous Mines et carrières)

Tableau A2-3 : Méthodes d’estimation pour l’industrie pétrolière et gazière (Secteur/sous-secteur)

Stockage en vrac et distribution des produits pétroliers raffinés (sous Industrie pétrolière en aval)
Description

Le sous-secteur Stockage en vrac et distribution des produits pétroliers raffinés couvre les émissions fugitives de COV provenant des terminaux de distribution en vrac et des dépôts de stockage. Il comprend les composants volatils des combustibles qui sont émis pendant le transport de la raffinerie jusqu’à l’utilisateur final chaque fois que les réservoirs sont remplis ou vidés, ou lorsque les réservoirs sont ouverts à l’air libre, peu importe s’il s’agit de réservoirs hors-sol, de camions-citernes ou de wagons. De plus, le sous-secteur englobe les émissions provenant de l’évaporation des combustibles déversés au cours des opérations de transfert.

Seules les émissions fugitives de COV des dépôts de stockage sont estimées en tant que source étendue.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

COV

Le calcul des émissions tient compte des ventes brutes d’essence pour les véhicules automobiles routiers qui ont été multipliées par les coefficients d’émissions établis par Tecsult (2006).

Données sur les activités

Ventes brutes d’essence pour les véhicules automobiles : Statistique Canada (2015a)

Coefficients d’émissions (CE)

Étude portant sur la récupération des vapeurs dans les réseaux de distribution au Canada : Tecsult (2006)

Distribution du gaz naturel (sous Transport et distribution des produits pétroliers)
Description

Le sous-secteur Distribution du gaz naturel comprend les émissions de l’ensemble de l’infrastructure servant à la distribution du gaz naturel sur le marché.

Les émissions provenant des activités de construction connexes, des structures et activités auxiliaires (immeubles, bureaux, etc.) et des sources mobiles sont incluses, respectivement, dans les activités de construction, la combustion de carburant commerciale et les sources mobiles de l’IEPA.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les estimations des émissions ont été produites à partir d’un inventaire exhaustif et extrapolées à partir de données sur la production (Environnement Canada 2014, ACPP 2005)

Données sur les activités

Environnement Canada 2014b, AER 2016, BCOGC 2016, ACPP 2016, OCTNHE 2016a, OCTNHE 2016b, OCTNHE 2016c, OCTNHE 2016d, OCTNHE 2016e, SK MOE 2016a, SK MOE 2016b, Statistique Canada 2016e, Statistique Canada 2016f

Coefficients d’émissions (CE)

Environnement Canada, 2014

Transport du gaz naturel (sous Transport et distribution des produits pétroliers)
Description

Le sous-secteur Transport du gaz naturel comprend les émissions de l’ensemble de l’infrastructure servant au transport du gaz naturel.

Les émissions provenant des activités de construction connexes, des structures et des activités auxiliaires (bâtiments, bureaux, etc.) et des sources mobiles sont incluses, respectivement, dans les activités de construction, la combustion de carburant commerciale et les sources mobiles de l’IEPA.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les estimations des émissions ont été produites à partir de l’inventaire exhaustif de 2011 et extrapolées à partir de données sur la production (Environnement Canada 2014, ACPP 2005).

Données sur les activités

Environnement Canada 2014, AER 2016, BCOGC 2016, ACPP 2016, OCTNHE 2016a, OCTNHE 2016b, OCTNHE 2016c, OCTNHE 2016d, OCTNHE 2016e, SK MOE 2016a, SK MOE 2016b, Statistique Canada 2016e, Statistique Canada 2016f

Coefficients d’émissions (CE)

Environnement Canada 2014

Industrie pétrolière en amont
Description

Le secteur Industrie pétrolière en amont comprend les émissions de l’ensemble des infrastructures utilisées pour localiser, extraire, produire, transformer, traiter et transporter le gaz de pétrole liquéfié (GPL), le condensat, le pétrole brut, le pétrole lourd et le bitume naturel in situ sur le marché. Il comprend également les émissions des installations territoriales et extracôtières ainsi que le forage et l’exploration, la production de gaz et de pétrole classiques, l’exploitation minière à ciel ouvert, la production in situ de sables bitumineux, le traitement du gaz naturel et le transport du pétrole. Plus précisément, ce secteur est composé des sous-secteurs suivants :

  • Accidents et défectuosités de l’équipement
  • Élimination et traitement des déchets
  • Production à froid de pétrole brut lourd
  • Production de pétrole brut léger/moyen
  • Production et traitement du gaz naturel
  • Extraction et traitement in situ des sables bitumineux
  • Transport de liquides pétroliers
  • Forage/entretien/essais

Les émissions provenant des activités de construction connexes, des structures et des activités auxiliaires (bâtiments, bureaux, etc.) et des sources mobiles sont incluses, respectivement, dans les activités de construction, la combustion de carburant commerciale et institutionnelle, le transport et les sources mobiles de l’IEPA.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3

Les estimations des émissions ont été produites à partir de l’inventaire exhaustif de 2011 et extrapolées à partir de données sur la production (Environnement Canada 2014, ACPP 2005).

Données sur les activités

Environnement Canada 2014, AER 2016, BCOGC 2016, ACPP 2016, OCTNHE 2016a, OCTNHE 2016b, OCTNHE 2016c, OCTNHE 2016d, OCTNHE 2016e, SK MOE 2016a, SK MOE 2016b, Statistique Canada 2016e, Statistique Canada 2016f

En plus des estimations extrapolées, les estimations de SOx pour l’Alberta ont été ajustées pour tenir compte de la réglementation qui a été élaborée après la création de la première version du modèle. Les ajustements sont fondés à la fois sur les données historiques provinciales et sur les données de l’INRP. Pour les provinces de l’Atlantique, on a utilisé les données de l’INRP au lieu des estimations du modèle, en raison de l’exhaustivité des données fournies par les installations dans cette région. De plus, les estimations extrapolées pour les installations d’extraction et de traitement in situ des sables bitumineux sont rapprochées avec les données de l’INRP pour éliminer la double comptabilisation.

Coefficients d’émissions (CE)

Environnement Canada, 2014

Tableau A2-4 : Méthodes d’estimation pour le secteur de la fabrication (Secteur/sous-secteur)

Boulangeries
Description

Le sous-secteur Boulangeries rejette des composés organiques volatils (COV) au cours du processus de levage dans les boulangeries industrielles. Les émissions provenant des produits levés au moyen de poudre à pâte (utilisée surtout pour les pâtisseries) sont négligeables. Cependant, des COV sont émis lorsque des levures sont utilisées pour le levage, soit presque exclusivement dans la production de pain et de produits similaires.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

COV

La quantité totale de pain produit par province ou territoire a été multipliée par un coefficient d’émissions pour les COV.

Données sur les activités

Les valeurs de la production des industries boulangères ont été estimées en utilisant :

  • les valeurs de livraison nationales du pain et des produits de boulangerie : Statistique Canada (2016a)
  • les valeurs de livraison provinciales du pain et des produits de boulangerie : Statistique Canada (2016c)
  • l’Indice mensuel des prix à la consommation (IPC) pour le pain, le pain plat et les petits pains : Statistique Canada (2016c)
 
Coefficients d’émissions (CE)

Cheminfo (2005)

CECOV = 2,35 kg par tonne de produits de boulangerie

Industrie céréalière
Description

Le secteur Industrie céréalière regroupe les émissions provenant des silos à grains. Les silos à grains sont répartis en quatre groupes dans l’IEPA :

Les silos primaires reçoivent les céréales des producteurs par camion pour y être stockées ou prises en charge. Les céréales y sont parfois nettoyées ou asséchées avant leur transfert dans les silos terminaux ou les silos de conditionnement (U.S. EPA, 1985).

Les silos de conditionnement sont des installations de transformation des céréales ou des moulins. On y effectue le déchargement, le transport et le stockage des céréales, de même que la transformation ou le traitement en vue de leur utilisation dans la fabrication d’autres produits (U.S. EPA, 1985).

Les silos terminaux assèchent, nettoient, mélangent et stockent les céréales avant leur expédition vers d’autres terminaux (aux fins d’exportation) ou vers des silos de conditionnement.

Les silos de transbordement sont généralement destinés à des fonctions identiques à celles des silos terminaux.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

La production céréalière totale par province ou territoire a été multipliée par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant produit par les silos primaires, les silos de conditionnement, les silos terminaux et les silos de transbordement.

Données sur les activités

Données sur la production annuelle de céréales pour les régions : Commission canadienne des grains (2015)

Répartition de la capacité des élévateurs : Environnement Canada (1983)

Données sur les céréales (grains) : données annuelles par province sur les grandes cultures (Statistique Canada 2015b, CANSIM, tableau 001-0010).

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5 : Pinchin Environmental Ltd (2007)

Scieries, usines de panneaux, et autres produits du bois (sous Industries du bois)
Description

Le sous-secteur Scieries couvre les émissions des installations qui produisent habituellement du bois d’œuvre de feuillus et de résineux à partir des billes de bois. Les processus de conversion des billes mouillées en bois d’œuvre sec sont l’écorçage, le sciage, le séchage et le rabotage, autant d’étapes qui entraînent le rejet de polluants dans l’atmosphère.

Le sous-secteur Usines de panneaux comprend les émissions de plusieurs types d’usines qui produisent des matériaux à partir de bois d’œuvre de feuillus et de résineux. Ce sont notamment :

  • les usines de bois de placage et de contreplaqués;
  • les usines de panneaux de copeaux, composées principalement d’usines de panneaux de copeaux orientés (OSB); 
  • les usines de panneaux de particules et de panneaux de fibres à densité moyenne (MDF).

Le sous-secteur Autres produits du bois englobe les émissions provenant des fabricants de meubles et d’armoires, des usines de traitement du bois, des usines de fabrication de granules de bois et des fabricants de Masonite.

La combustion de divers combustibles, comme les résidus du bois, le gaz naturel, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) et le mazout, pour produire de l’énergie ou éliminer les déchets est une pratique courante dans les installations de produits du bois. D’importantes émissions de polluants atmosphériques proviennent de la combustion dans ce secteur.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Scieries et usines de panneaux :

  • MPT, PM10 et PM2,5 : en plus d’utiliser un certain nombre d’indicateurs de production, la méthode d’estimation tient compte des données sur les sources ponctuelles de l’INRP pour estimer les PM des installations qui ne présentent pas de déclaration à l’INRP (Ressources naturelles Canada, l’Association des produits forestiers du Canada, l’Association des fabricants de panneaux de composites, les renseignements des entreprises sur le Web, les rapports annuels, les publications de Resource Information Systems Inc. [RISI], les publications Madison et les discussions occasionnelles avec les représentants de l’industrie);
  • Tous les autres polluants : les estimations sur les taux de production, les données sur la combustion des déchets de bois et sur d’autres types d’utilisation de combustibles ont été utilisées pour estimer les émissions de ces polluants (Meil et al. 2009; U.S. EPA 2014a).

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2014 et elles ont été reportées à 2015.

Autres produits du bois :

Tous les polluants : Les émissions des sources étendues ne sont pas calculées pour ce sous-secteur. Les émissions sont plutôt représentées par les données des sources ponctuelles déclarées à l’INRP par les installations elles-mêmes.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2014 et elles ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Les données de l’INRP 2015 (EC, 2015a) et les sources de données des installations non déclarantes à l’INRP comprennent :

  • Ressources naturelles Canada : Situation sur la consommation d’énergie dans le secteur canadien des produits du bois (Meil et al. 2009)
  • Rapports annuels de l’Association des produits forestiers du Canada (rapports exclusifs)
  • Groupe de produits forestiers d’Environnement et Changement climatique Canada
  • Rapport intitulé RISI North American Wood Panels and Engineered Wood Products Capacity Report (RISI, 2013)
  • Madison’s 2014 Online Lumber Directory (Madison, 2014)
  • Communications verbales avec des représentants de l’industrie (non publiées)
Coefficients d’émissions (CE)

Scieries : U.S. EPA (2012a)

Fabrication de contreplaqué, de panneaux de particules et de panneaux de copeaux orientés : U.S. EPA (1995b)

Combustion de combustibles : Meil et al. (2009); U.S. EPA (1992, 1995b, 2014a)

Tableau A2-5 : Méthodes d’estimation pour le transport et l’équipement mobile (Secteur/sous-secteur)

Transport aérien
Description

Le secteur Transport aérien comprend les émissions des aéronefs, mais ne couvre pas l’équipement de soutien dans les aéroports (ces émissions sont considérées comme des applications hors route).

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités propres aux aéronefs (atterrissage et décollage) par province et par territoire ont été multipliées par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Les estimations des émissions provenant du secteur du Transport aérien ont été calculées à l’aide des statistiques relatives aux mouvements d’aéronefs (Statistique Canada, 2015d), une base de données élaborée par Statistique Canada d’après les données recueillies pour chaque vol par les tours de contrôle aéroportuaires, lesquelles étaient sous la responsabilité de Transport Canada avant 1996, et sous la responsabilité de NAV CANADA par la suite. Il s’agit de données à très haute résolution, les seules connues sur les mouvements des aéronefs au Canada.

Coefficients d’émissions (CE)

Pour ce qui est des aéronefs utilisant du carburant de turbomoteur, les coefficients d’émissions pour les hydrocarbures (HC), le CO et les NOx sont tirés de la base de données de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI, 2009) ou de la base de données de Hagstrom (2010) pour les décollages et atterrissages, et de la base de données de EMEP/CORINAIR (2006) pour les coefficients d’émissions en vol. Les coefficients d’émissions sont cartographiés par rapport à des aéronefs représentatifs et d’après les caractéristiques des moteurs. Le SO2 a été estimé en tant que bilan de soufre d’après les données tirées des rapports intitulés Teneur en soufre des combustibles liquides (EC, 2013). Les données sur le NH3 ont été tirées de Coe et al. (1996). Quant aux données sur les émissions de matière particulaire (PM) lors des décollages et atterrissages, elles proviennent d’un document de Wayson et al. (2009) qui établit un lien entre l’indice de fumée - une donnée compilée dans la base de données de l’OACI - et un coefficient d’émissions exprimé en grammes par kilogramme (g/kg) de combustible consommé.

Quant aux aéronefs utilisant l’essence d’aviation, les coefficients d’émissions de COV, de CO, de PM10 et de NOx proviennent de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC, 2007). Les émissions de ces polluants en vol n’ont pas été quantifiées, en raison de l’absence de coefficients d’émissions. Le SO2 a été estimé en tant que bilan de soufre, d’après les données tirées des rapports intitulés Teneur en soufre des combustibles liquides (EC, 2013). Le coefficient d’émissions pour le NH3 a été tiré de Coe et al. (1996). On a calculé que les PM2,5 correspondaient à 69 % des PM10 en conformité avec l’U.S. EPA (2005a). Le plomb a été estimé en tant que bilan de plomb, en utilisant la rétention de 5 % de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2013). La MPT correspond aux PM10 (U.S. EPA, 2005a). Les émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) non standards ont été estimées en tant que rapport des PM10 ou des HC/COV, d’après les profils de spéciation de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2005a).

Transport maritime
Description

Le secteur Transport maritime comprend les émissions des navires de la marine marchande, mais non les émissions des moteurs d’embarcations de plaisance (celles-ci sont mentionnées dans les applications hors route).

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités propres aux navires (les déplacements) ont été multipliées par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Mouvements des navires :

SNC-Lavalin Environment (2012)

Aucune donnée sur les activités n’étant disponible, les estimations des émissions ont été établies par des interpolations linéaires pour les années allant de 2011 à 2014.

Coefficients d’émissions (CE)

Les coefficients d’émissions proviennent de diverses sources et diffèrent selon le type de navire, le port en lourd, la taille et le type de moteur, le carburant et les mouvements (en route, au mouillage et à quai). Pour cette itération de l’IEPA, on a utilisé le Marine Emission Inventory Tool (MEIT, v. 4.1).

Les sources des coefficients d’émissions, les applications et les sommaires sont fournis à la section 3.3 du document de SNC Lavalin Environnement (2012). Le MEIT fait normalement état des hydrocarbures (HC), mais pas des COV. Un taux de conversion de HC en COV a été extrait de l’U.S. EPA A (2010c). Les émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) non standards ont été estimées en tant que fraction des PM10 ou des HC/COV, d’après les profils de spéciation de l’U.S. EPA (2005a).

Véhicules routiers
Description

Les véhicules routiers comprennent : les véhicules lourds au diesel, les camions lourds à essence, les camions légers au diesel, les véhicules légers au diesel, les camions légers à essence, les véhicules légers à essence, les motocyclettes et l’usure des pneus et des garnitures de frein.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités propres aux véhicules (kilomètres véhicules parcourus) ont été multipliées par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant dans le modèle Motor Vehicle Emissions Simulator (MOVES) (la version MOVES2014 a été utilisée pour le présent rapport).

Les émissions de COV provenant du ravitaillement sont incluses dans le secteur Stations-service.

Données sur les activités

Les données sur le parc automobile (dénombrement), selon le type de carburant, l’année du modèle et le poids nominal brut du véhicule, proviennent de DesRosiers Automotive Consultants (DAC, 2014) et de R. L. Polk & Co. (Polk & Co., 2013) pour les véhicules légers et les véhicules lourds, respectivement. Les données sur les motocyclettes proviennent de la base de données Immatriculations de véhicules automobiles routiers, remorque et motoneige (immatriculations) (Statistique Canada, 2013). Le rapport de 2013 sur les statistiques annuelles de l’industrie du Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur (CIMC, 2013) a été utilisé pour estimer la répartition par année de modèle des motocyclettes, répartition qui est ensuite appliquée aux données sur le parc de motocyclettes obtenues de Statistique Canada. Le niveau effectif d’activités est fondé sur le nombre de kilomètres véhicules parcourus (KVP). Pour estimer le nombre de KVP, le nombre de véhicules est multiplié par les taux d’accumulation de kilométrage fournis par Stewart-Brown Associates (Stewart-Brown, 2012).

Coefficients d’émissions (CE)

Les coefficients d’émissions pour les véhicules routiers sont intégrés dans le modèle MOVES. Pour plus de renseignements sur MOVES, consulter le site (en anglais seulement), les guides de l’utilisateur de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2012b, 2014b) et le guide technique de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2010b).

Véchicules et équipements hors route
Description

Les véhicules et les équipements hors route comprennent : les véhicules et équipements hors route au diesel et les véhicules et équipements hors route à l’essence/GPL/GNC

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités propres aux applications (heures d’utilisation, facteur de charge) ont été multipliées par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant dans le modèle NONROAD.

Données sur les activités

Les données sur les applications (nombre de véhicules/moteurs, facteur de charge, heures d’utilisation), selon le type de carburant, l’année du modèle et le code de classification de la source, proviennent d’Environnement Canada (2011).

Données sur la consommation hors route d’essence : (ECCC 2016)

Coefficients d’émissions (CE)

Les coefficients d’émissions pour les applications hors route sont intégrés dans le modèle NONROAD. Pour cette itération de l’IEPA, on a utilisé la version NONRAD 2012c. Cette version, qui se fonde sur la version NONROAD 2008 de l’U.S. EPA, a été modifiée par Environnement et Changement climatique Canada afin d’exploiter les données sur les activités détaillées. Le modèle a été utilisé suivant les directives du guide de l’utilisateur pour NONROAD 2005-2008 (U.S. EPA, 2005b), étant donné que la fonctionnalité des modèles est la même.

Les émissions des PCA non standards ont été estimées en tant que fraction des PM10 ou des HC/COV, d’après les profils de spéciation dans la base de données SPECIATE 4.2 (U.S. EPA, 2008). Pour plus de renseignements sur le modèle NONROAD, consulter le site Web (en anglais seulement).

Transport ferroviaire
Description

Le secteur Transport ferroviaire couvre les émissions provenant de la consommation de combustibles des moteurs de locomotive.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les activités des chemins de fer (consommation de carburant) ont été multipliées par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Données sur la consommation de carburant : Statistique Canada (2015c)

Coefficients d’émissions (CE)

En 2013, l’Association des chemins de fer du Canada (ACFC) a signé un protocole d’entente (PE) sur les émissions des locomotives avec Transports Canada pour la période 2011-2015. En vertu des modalités du PE, l’ACFC fournit une multitude de données sur l’industrie, y compris sur les coefficients d’émissions.

Les coefficients d’émissions des HC, du CO, du SO2, des PM10 et des NOx ont été tirés de l’ACFC (2013). Les HC ont été convertis en COV à l’aide de la méthode de l’U.S. EPA (2011). Les rapports de PM10 aux PM2,5 et à la MPT proviennent de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2005a). Le coefficient d’émissions du NH3 a été tiré de Coe et al. (1996). À l’exception des dioxines/furanes, les émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) non standards ont été estimées en tant que fraction des PM10 ou des HC/COV, d’après les profils de spéciation de l’U.S. EPA (2011). Le coefficient d’émissions de dioxines/furanes (0,54 ng/L) provient de l’U.S. EPA (2006).

Tableau A2-6 : Méthodes d’estimation pour l’agriculture (Secteur/sous-secteur)

Production animale
Description

Le sous-secteur Production animale comprend les émissions résultant de la volatilisation de NH3 provenant de l’azote dans le fumier, les émissions de matières particulaires rejetées par les bâtiments d’élevage et l’alimentation du bétail, ainsi que les émissions de composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) rejetés par les bâtiments d’élevage, la gestion du fumier et l’alimentation du bétail.

La volatilisation de l’ammoniac est un processus chimique qui se produit lorsque le fumier est excrété ou entreposé à l’air libre. Une fois que les animaux excrètent le fumier, celui-ci passe par différentes étapes avant l’épandage dans les champs. La volatilisation de l’ammoniac se produit à chacune des étapes de ce cycle, qui comprend la production de fumier dans les bâtiments d’élevage, le transport vers le site de stockage à long terme, le stockage et l’épandage dans les champs.

L’élevage du bétail produit des émissions de PM primaires en raison du transport, par voie aérienne, de fragments de plumes, de matières fécales, de débris de peau ou de squames, de déchets animaux, de spores, de bactéries, de moisissures, de fragments de litière, etc. Comme les bâtiments d’élevage doivent comporter des systèmes de ventilation qui renouvellent l’air, une certaine quantité des PM présentes dans les bâtiments d’élevage fermés sera rejetée dans l’atmosphère par ces systèmes.

Les émissions de COVNM découlant de l’élevage du bétail sont le résultat de processus biologiques qui décomposent partiellement les aliments pendant leur entreposage et leur digestion. Les émissions provenant du fumier excrété sont produites à toutes les étapes du cycle de gestion du fumier. Par conséquent, les sites d’émission incluent les parcs d’ensilage, les bâtiments d’élevage, les parcs de fumier et les champs agricoles, sur lesquels le fumier est épandu ou qui sont utilisés comme pâturage.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, NH3, COVNM

La méthode générale a été élaborée par Environnement et Changement climatique Canada en collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire Canada dans le cadre d’un projet de recherche national : l’Initiative des normes agroenvironnementales nationales (INENA).

Des méthodes décrivant les estimations des émissions de NH3 ont été publiées pour toutes les grandes catégories de bétail (bovin laitier, bovin non laitier, porcin et volaille). Les détails sur les paramètres utilisés et les méthodes propres aux différentes catégories d’animaux sont présentés dans les publications suivantes : Sheppard et Bittman (2010, 2012); Sheppard et al. (2007a, 2007b, 2009a, 2009b, 2010a, 2011a; 2011b). Les méthodes employées pour les espèces mineures, comme les chevaux, les chèvres, les animaux à fourrure (visons, renards), les sangliers, les chevreuils, les wapitis, les lapins et la volaille, sont tirées de Battye et al. (1994).

Les méthodes utilisées pour les émissions des matières particulaires provenant de l’élevage du bétail ont été élaborées par AAC en vue d’être incluses dans le Programme national d’analyse et de rapport en matière de santé agroenvironnementale (PNARSA), publié tous les cinq ans avec le Recensement de l’agriculture. La méthode s’harmonise à celle décrite dans le guide pour l’inventaire des émissions de polluants atmosphériques du Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe (EMEP) et Core Inventory of Air Emissions in Europe (CORINAIR) (EMEP/CORINAIR 2002), mais a recours à des coefficients d’émissions propres au pays. Les méthodes sont publiées dans Pattey et Qiu (2012) et dans Pattey et al. (2015).

La méthode utilisée pour estimer les émissions de COVNM est fondée sur la méthode de niveau 1 décrite dans le guide pour l’inventaire des émissions de polluants atmosphériques du Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe/de l’Agence européenne pour l’environnement 2013 (EMEP/AEE, 2013).

Données sur les activités

Les estimations annuelles des populations de bovins, de moutons et de porcs sont présentées comme la moyenne simple des relevés semestriels ou trimestriels (Statistique Canada 2016f, 2016g). Ces relevés de moindre envergure sont corrigés selon les estimations des populations du Recensement de l’agriculture, qui sont réalisées tous les cinq ans, pour veiller à l’exactitude des estimations.

Les données sur les populations d’autres animaux d’élevage, comme les chevaux, les chèvres, les bisons, les lamas et les alpagas, les chevreuils et les élans, les sangliers, les lapins et les volailles sont tirées uniquement du Recensement de l’agriculture, et les estimations annuelles des populations sont élaborées par interpolation linéaire afin d’éviter de trop grandes variations pour les années de recensement. Lorsque les données sur les populations de certaines catégories d’animaux d’élevage n’étaient pas disponibles dans le Recensement de l’agriculture, elles ont été maintenues constantes ou ont été jugées nulles.

Les estimations relatives aux populations reproductrices de visons et de renards sont tirées du recensement annuel de Statistique Canada intitulé Bilan des visons et renards dans les fermes d’élevage et nombre de fermes (Statistique Canada, 2016h). Les données sur les populations de lapins sont tirées de réponses au Recensement de l’agriculture fournies sur le site Web de l’Information sur le marché des viandes rouges d’AAC (AAC, 2016).

Coefficients d’émissions (CE)

Ammoniac :

Les coefficients d’émissions de l’ammoniac sont une moyenne pondérée de diverses fractions d’émissions produites pendant les différentes étapes du cycle du fumier et du cycle de la production animale.

Les intrants pour le calcul du coefficient d’émissions sont une combinaison de données de l’Enquête sur les pratiques des fermes d’élevage (EPFÉ), qui définit ce que les animaux consomment et comment ils reçoivent leur nourriture durant l’année, et de paramètres génériques tirés de la littérature scientifique ou provenant d’opinions d’experts. Ces renseignements sont distribués spatialement par écorégion.

Les populations animales ont été réattribuées à une matrice de bâtiments d’élevage et de systèmes de gestion du fumier en fonction de leur proportion relative dans la population agricole en général..

Les fractions de NH3 à chaque étape du cycle du fumier ont été tirées en partie du guide du Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe (EMEP)/Core Inventory of Air Emissions in Europe (EMEP/CORINAIR 2002), et en partie d’études canadiennes. Les coefficients d’émissions pondérés résultants ont été appliqués aux populations des sous-catégories d’animaux tirées des données de recensement à l’échelle spatiale de l’écorégion.

Modèle ayant servi au calcul des émissions de NH3 : Sheppard et al. (2010a)

Matière particulaire :

Les coefficients d’émissions de matière particulaire totale (MPT) pour la volaille sont tirés de Van Heyst (2005) et de Van Heyst et Roumeliotis (2007). Les coefficients d’émissions pour les bovins, les porcins sont des valeurs moyennes provenant de Takai et al. (1998) et de Seedorf (2004). Quant aux PM10 et aux PM2,5, on a estimé les émissions à partir des coefficients d’émissions de la MPT, et on a multiplié le résultat par 0,45 et 0,1 pour obtenir les coefficients d’émissions pour les PM10 et les PM2,5, respectivement.

Le poids moyen des animaux est utilisé pour convertir les coefficients d’émissions sous la forme de g d-1 AU-1 en kg tête-1 an-1.

Les coefficients d’émissions pour les bovins ont aussi été attribués à d’autres types d’animaux en présumant que les coefficients d’émissions par unité animale pour les moutons, les chèvres, les bisons, les lamas, les alpagas et les chevaux correspondaient à ceux des bovins. Les valeurs moyennes du poids corporel des bovins concordent avec les données tirées de Boadi et al. (2004) après les corrections pondérales selon la méthode décrite dans le Rapport d’inventaire national 1990-2013 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada (EC, 2015b). Toutes les autres valeurs de poids des animaux s’accordent avec les valeurs utilisées pour les estimations de l’excrétion d’azote dans le rapport d’Environnement Canada (2015b).

À l’heure actuelle, on n’estime pas les émissions des visons, des renards, des sangliers, des chevreuils, des wapitis ni des lapins.

Composés organiques volatils non méthaniques :

Les coefficients d’émissions pour tous les animaux sont tirés du tableau 3-2 du EMEP/AEE (2013). Pour les catégories d’animaux d’élevage pour lesquels différents coefficients d’émissions sont proposés, le coefficient d’émissions excluant l’alimentation à base d’ensilage a été choisi, sauf pour les vaches laitières et les bovins en parc d’engraissement, pour lesquels le coefficient d’émissions incluant l’alimentation à base d’ensilage a été utilisé. Un coefficient d’émissions pondéré a été calculé pour les bovins à l’aide d’une fraction du temps passé à chacune des étapes de la production, conformément à Boadi et al. (2004).

Épandage d’engrais (sous Production de la moisson)
Description

Le sous secteur Épandage d’engrais comprend les émissions provenant des engrais azotés synthétiques appliqués aux cultures annuelles et vivaces.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, NH3

Ammoniac :

La méthode est une version simplifiée de la méthode appliquée par Sheppard et al. (2010b) à un intervalle annuel.

Elle fait intervenir un modèle de régression conçu par Bouwman et al. (2002) et des coefficients d’émissions calculés pour le NH3, en prenant en compte les paramètres les plus importants qui influent sur les émissions des engrais azotés synthétiques, à partir d’une méta-analyse des études scientifiques.

Particules :

Méthode à l’étude.

Données sur les activités

Statistique Canada (2015e) publie des données sur les types d’engrais azotés utilisés dans les exploitations agricoles.

Superficies d’ensemencement des cultures annuelles et pérennes :

Statistique Canada (2015d) - tableau CANSIM no 001-0010 - Estimation de la superficie, du rendement, de la production et du prix moyen à la ferme des principales grandes cultures, en unités métriques, annuel, de 1990 à 2015.

Les propriétés du sol, dont le pH et le pouvoir d’échange cationique, sont prises en compte dans les calculs par l’utilisation de données sur le polygone de sol provenant d’une base de données à l’échelle nationale décrivant les types de sols associés aux pédo-paysages.

Coefficients d’émissions (CE)

Les coefficients d’émissions de l’ammoniac ont été calculés à l’aide de l’équation de régression linéaire multiple de Bouwman et al. (2002). Cette méthode emploie des paramètres de régression qui diffèrent selon la nature des engrais azotés synthétiques, le mode d’application, le type de culture, le pH du sol et la capacité d’échange cationique.

On a établi une matrice de coefficients d’émissions pour chaque combinaison de ces conditions à l’échelle du Canada. Les coefficients d’émissions provinciaux et nationaux moyens sont des moyennes pondérées des proportions relatives des diverses combinaisons de types d’engrais et de pratiques d’application selon les types de sols et les différents éco-districts du pays.

Méthode pour la MPT, les PM10 et les PM2,5 à l’étude.

Récolte (sous Production de la moisson)
Description

Les activités agricoles de récolte entraînent l’émission de matière particulaire dans l’atmosphère. Cette matière particulaire produite par les récoltes, que l’on appelle aussi poussière céréalière, comprend des particules de céréales et de plantes sèches, des moisissures, du pollen, des spores, de la silice, des bactéries, des champignons, des insectes et peut-être aussi des résidus de pesticides. Ces émissions sont produites par le déplacement de véhicules sur le sol ou le traitement des matières végétales par l’équipement agricole.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

On calcule les émissions des matières particulaires provenant des récoltes en multipliant un coefficient d’émissions et un coefficient d’activité mettant les émissions en rapport avec la superficie récoltée.

Données sur les activités

Les données sur les activités qui permettent d’établir les estimations des émissions de matière particulaire provenant des pratiques de travail du sol viennent principalement d’une combinaison de données du Recensement de l’agriculture et d’estimations de superficie fondées sur les analyses des données d’observation de la Terre. Les données d’activité sur les superficies des grandes cultures, ce qui comprend les pratiques de mise en jachère et de travail du sol au niveau des districts écologiques de 1990 à 2015, s’accordent avec les données déclarées dans le Recensement de l’agriculture et dans la catégorie Terres cultivées dont la vocation n’a pas changé du secteur Affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie du Rapport d’inventaire national 1990 2015 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada (EC, 2015).

Coefficients d’émissions (CE)
Il n’y a pas de coefficients d’émissions pour les récoltes au Canada. Les coefficients proposés par CARB (2003) pour les PM 10 servent au calcul des émissions de particules dans ce cas. Là où on ne dispose pas, par CARB (2003), de coefficients propres à certaines cultures, le calcul se fait par approximation (pour ces cultures) d’après les cultures représentatives les plus proches (Pattey et Qiu, 2012).
Pratiques de travail du sol (sous Production de la moisson)
Description

Les pratiques de travail du sol donnent lieu à l’émission de PM à cause de perturbations mécaniques, par exemple lors de l’ensemencement, de la préparation du lit de semence et en cours de culture.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

Le travail du sol est le moyen courant pour les agriculteurs de préparer le sol à l’ensemencement et au désherbage. Les particules émises sont les particules de sol qui gagnent l’atmosphère pendant le travail du sol par perturbation mécanique de la surface.

Les émissions de particules des activités de travail du sol sont proportionnelles à la superficie travaillée. Elles dépendent en outre de la nature des pratiques et du nombre de fois que le sol est labouré par année. Les calculs en question sont décrits plus en détail dans Pattey et Qiu (2012).

Le nombre de labours annuels dépend des pratiques. Ils sont peu nombreux par année dans le cas du travail de conservation du sol par rapport au travail classique. Ainsi, il y aura réduction des émissions de particules d’un travail réduit ou d’une culture sans labour, parce que justement les labours seront moins nombreux dans l’année.

Données sur les activités

Les données sur les activités qui permettent d’établir les estimations des émissions de PM provenant des pratiques de travail du sol viennent principalement d’une combinaison de données du Recensement de l’agriculture et d’estimations de superficie fondées sur les analyses des données d’observation de la Terre. Les données d’activité sur les superficies des grandes cultures, ce qui comprend les pratiques de mise en jachère et de travail du sol au niveau des districts écologiques de 1990 à 2015, s’accordent avec les données déclarées dans la catégorie Terres cultivées dont la vocation n’a pas changé du secteur Affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie du Rapport d’inventaire national 1990-2015 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada (EC, 2015).

Les indicateurs de couverture du sol nous renseignent sur le nombre de labours par année selon les types de culture et les pratiques de travail du sol (Huffman et al. 2012).

Coefficients d’émissions (CE)

Les coefficients d’émissions des pratiques de travail du sol ont été calculés au moyen de la méthode de U.S. EPA (1985).

Érosion éolienne (sous Production de la moisson)
Description

L’érosion éolienne est un phénomène courant qui se produit lorsque le vent balaie des terres agricoles exposées et soulève des particules ensuite entraînées dans l’atmosphère.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

Les émissions produites par l’érosion éolienne des terres agricoles ont été calculées en multipliant la superficie de terres cultivées par un coefficient d’émissions.

Données sur les activités

Les données sur les activités qui permettent d’établir les estimations des émissions de matière particulaire provenant des pratiques de travail du sol viennent principalement d’une combinaison de données du Recensement de l’agriculture et d’estimations de superficie fondées sur les analyses des données d’observation de la Terre. Les données d’activité sur les superficies des grandes cultures, ce qui comprend les pratiques de mise en jachère et de travail du sol au niveau des districts écologiques de 1990 à 2015, s’accordent avec les données déclarées dans la catégorie Terres cultivées dont la vocation n’a pas changé du secteur Affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie du Rapport d’inventaire national 1990-2015 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada (EC, 2015).

Coefficients d’émissions (CE)

On calcule le coefficient d’émissions de matières particulaires pour l’érosion éolienne à l’aide de l’équation de Woodruff et Siddoway (1965), mais en tenant compte de l’incidence du sol et de la couverture végétale sur les émissions de PM (Huffman et al. 2012). Le coefficient d’émissions des PM provenant des terres agricoles a été calculé au moyen de la méthode décrite dans Pattey et Qiu (2012).

Consommation de combustibles
Description

Le sous-secteur Agriculture - Combustibles comprend les émissions produites principalement par les sources de combustion externes utilisées pour le chauffage des lieux et de l’eau, ainsi que pour le séchage des cultures.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les émissions ont été calculées pour dix types de combustibles : le gaz naturel, les liquides du gaz naturel, le kérosène et le pétrole de chauffage, le mazout léger, le mazout lourd, le charbon bitumineux canadien, le charbon sub­bitumineux, la lignite, l’anthracite et le charbon importé.

L’utilisation totale par type de combustible et par province ou territoire a été multipliée par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Statistique Canada (2015c)

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO : U.S. EPA (1998) (Les coefficients d’émissions ont été choisis pour représenter le type d’équipement de combustion caractéristique pour chaque type de combustible.)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO pour le gaz naturel : U.S. EPA (2004a) Teneur en soufre des combustibles liquides : EC (2010) Teneur en soufre du charbon : CEA (2002)

NH3 : Battye et al. (1994); Coe et al. (1996)

Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f : CARB (2005); U.S. EPA (1998, 2003, 2004a) (Les coefficients d’émissions ont été choisis pour représenter le type d’équipement de combustion caractéristique pour chaque type de combustible.)

Tableau A2-7 : Méthodes d’estimation pour le secteur commercial-résidentiel-institutionnel (Secteur/sous-secteur)

Usage de la cigarette
Description

Le secteur Usage de la cigarette comprend deux sources d’émission :

  1. la fumée principale des cigarettes, qui est celle que le fumeur expire dans l’air;
  2. la fumée latérale, qui est celle qui émane directement de l’extrémité des cigarettes.
 
Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f

Le nombre moyen de cigarettes fumées par les fumeurs annuellement par province et territoire a été calculé et multiplié par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Santé Canada (2015); Statistique Canada (2014c)

Aucune donnée sur les activités n’étant disponible, les estimations des émissions pour 2014 ont été reportées à 2015, et les estimations pour 1998 ont été calculées par interpolation linéaire.

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5 : Ott et al. (1996)

COV : Wallace et al. (1987)

CO : Ott et al. (1992)

NH3 : Roe et al. (2004)

Hg, Cd, Pb : Gray et Boyle (2002)

Dioxines/furanes : U.S. EPA (2004b)

B[a]p, B[p]f, B(b)k : Ding et al. (2005)

Combustion de carburant commerciale et institutionnelle, Combustion de carburant construction et Combustion de combustibles - secteur résidentiel
Description

Les sous-secteurs Combustion de carburant commerciale et institutionnelle, Combustion de carburant construction et Combustion de combustibles - secteur résidentiel comprennent les émissions produites principalement par les sources de combustion externes utilisées pour le chauffage des lieux et de l’eau, ainsi que pour le chauffage de matériaux. Les établissements commerciaux, les établissements de soins de santé et d’enseignement, les installations gouvernementales et d’administration publique, les résidences et les sites de construction se classent tous parmi ces catégories.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Les émissions ont été calculées pour dix types de combustibles : le gaz naturel, les liquides du gaz naturel, le kérosène et le pétrole de chauffage, le mazout léger, le mazout lourd, le charbon bitumineux canadien, le charbon sub­bitumineux, la lignite, l’anthracite et le charbon importé.

L’utilisation totale par type de combustible et par province ou territoire a été multipliée par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Statistique Canada (2015c)

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO : U.S. EPA (1998)

(Les coefficients d’émissions ont été choisis pour représenter le type d’équipement de combustion caractéristique pour chaque type de combustible.)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO pour le gaz naturel : U.S. EPA (2004a)

Teneur en soufre des combustibles liquides : EC (2010)

Teneur en soufre du charbon : CEA (2002)

NH3 : Battye et al. (1994); Coe et al. (1996)

Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f : CARB (2005); U.S. EPA (1998, 2003, 2004a)

Les coefficients d’émissions ont été choisis pour représenter le type d’équipement de combustion caractéristique pour chaque type de combustible.)

Cuisson commerciale
Description

Le sous-secteur Cuisson commerciale comprend les émissions provenant de la cuisson de la viande et des frites dans les opérations de restauration commerciales, qui sont classées selon les cinq catégories d’établissement de restauration suivantes : ethnique, service rapide, familial, fruits de mer et steak et BBQ. Les types de viande dont on tient compte sont les suivants : bifteck, hamburger, volaille avec peau, volaille sans peau, porc, fruits de mer et autres. De plus, on tient compte des cinq appareils de cuisson commerciaux suivants : grils entraînés par chaîne, grils à feu doux, friteuses, plaques de cuisson plates et plaques de cuisson à rabat. Les opérations commerciales répertoriées sont toutes définies comme étant des points de distribution d’aliments commerciaux ouverts au public qui offrent des repas et des collations préparés pour consommation sur place ou à l’extérieur, et dont les opérations sont menées à un endroit fixe.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, COV, CO, B[a]p

Cuisson commerciale de viande (de 1999 à 2014) :

  1. 1. On a déterminé le nombre de restaurants dans chaque province ou territoire faisant partie de l’une ou l’autre des catégories suivantes : ethnique, service rapide, familial, fruits de mer et steak et BBQ.
  2. On a déterminé la fraction des restaurants équipés d’appareils de cuisson commerciaux (c.-à-d. grils entraînés par chaîne, grils à feu doux, friteuses, plaques de cuisson plates et plaques de cuisson à rabat), le nombre moyen d’unités de chaque type d’appareil par restaurant et la quantité moyenne d’aliments cuits (c.-à-d. bifteck, hamburger, volaille avec peau, volaille sans peau, fruits de mer, etc.) sur chaque type d’appareil.
  3. Pour obtenir les estimations des émissions finales, on a appliqué des coefficients d’émissions propres à chaque polluant à chacun des types d’aliment et à chacun des types d’appareil de cuisson commercial.

Cuisson commerciale de la viande (de 1990 à 1998) :

Les estimations des émissions pour 1999 ont été extrapolées rétrospectivement jusqu’en 1990 à l’aide du produit intérieur brut (PIB) selon le SCIAN [72] : Hébergement et services de restauration (Statistique Canada, 2007).

Cuisson commerciale de frites (de 1990 à 2014) :

La consommation nationale annuelle de frites congelées a été multipliée par la population provinciale ou territoriale annuelle et par un coefficient d’émissions propre aux COV.

Tout type de cuisson commerciale (2015) :

Aucune donnée sur les activités n’étant disponible pour 2015, les estimations des émissions pour 2014 ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Cuisson commerciale de la viande (de 1999 à 2014) :

Les données sur les activités ont été estimées à l’aide de ce qui suit :

  • Recensement annuel des restaurants au Canada : ReCount Database (The NPD Group, 2016)
  • Statistiques sur le nombre d’appareils de cuisson commerciaux, pour chacun des cinq types de restaurants (E.H. Pechan & Associates, 2003)
  • Statistiques sur le nombre moyen de livres de viande cuite sur chaque type d’appareil, pour chacun de sept types de viande (E.H. Pechan & Associates, 2003)

Cuisson commerciale de frites (de 1990 à 2014) :

Les données sur les activités ont été estimées à l’aide de ce qui suit :

  • Données démographiques provinciales/territoriales (Statistique Canada, 2016b)
  • Taux annuel de consommation de frites congelées au Canada (USDA Foreign Agricultural Service, 2015)
  • On suppose que 80 % des frites sont achetées dans un restaurant (E.H. Pechan & Associates, 2003)

Cuisson commerciale de la viande :

MPT, PM10, PM2,5, COV, CO, B[a]p : E.H. Pechan & Associates (2003)

Cuisson commerciale de frites :

COV : CE = 0,21 g/kg (E.H. Pechan & Associates, 2003)

Foyer au bois de maison
Description

Le secteur Foyer au bois de maison englobe les émissions provenant du bois consumé dans les résidences urbaines et rurales à des fins de chauffage primaire et supplémentaire, à des fins esthétiques ainsi que pour le chauffage de l’eau dans les résidences principales et secondaires. Cela comprend les appareils de chauffage au bois, comme les foyers, les poêles à bois, les poêles à granules, les chaudières à bois à l’extérieur ainsi que divers dispositifs utilisés en quantité plus limitée, comme les cuisinières au bois.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

La quantité de bois brulée par type d’appareil et par province a été multipliée par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant par type d’appareil.

Données sur les activités

Les données sur les activités tirées de Réalités canadiennes (1997, 2006) et de TNS Canada (2012) ont été converties, passant de quantités exprimées en unités de volume à des quantités exprimées en unités de masse, à l’aide des données recueillies sur les espèces de bois brûlé. La consommation de bois a ensuite été interpolée et extrapolée à partir des trois points dans le temps (1996, 2006 et 2012) à la série chronologique, à l’aide des renseignements statistiques sur les appareils de chauffage au bois résidentiels tirés de Statistique Canada (1997, 2010) et de Tracey (2014).

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3 : Gulland (2000)

Pb, Cd, Hg, B[a]p, B[p]f, B[k]f : U.S. EPA (1995b)

Dioxines/furanes : EC (2000)

Source humaine
Description

Les sources d’émissions du secteur Source humaine comprennent la respiration et la transpiration.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

NH3

Les données démographiques annuelles par province et territoire ont été multipliées par un coefficient d’émissions de NH3.

Données sur les activités

Statistique Canada (2015b)

Coefficients d’émissions (CE)

Roe et al. (2004)

CENH3 = 0,0168 kg par année-personne

Stations-services
Description

Le secteur Stations-service comprend les émissions fugitives de COV produites par le transfert et le stockage de carburant dans le cadre de la commercialisation des produits pétroliers raffinés, de même que les émissions fugitives produites par le ravitaillement des véhicules routiers et hors route.

Les émissions produites par le ravitaillement des véhicules hors route incluent les émissions produites par le ravitaillement des appareils autres que des véhicules (tondeuses, souffleuses, etc.).

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

COV

Commercialisation des produits pétroliers raffinés

Les émissions sont calculées en multipliant les données sur la consommation d’essence par des coefficients d’émissions pour le remplissage et la respiration des réservoirs souterrains.

Dans le cas de la Colombie-Britannique et de l’Ontario, les émissions des stations-service sont ventilées par domaine réglementé et domaine non réglementé. Un taux d’efficacité de 50 % des mesures antipollution est appliqué au remplissage de réservoirs de stockage souterrains dans les domaines réglementés dans ces deux provinces. Pour les autres provinces et territoires du pays, aucun pourcentage d’efficacité des mesures antipollution n’a été présumé.

Ravitaillement des véhicules hors route

Les émissions produites par le ravitaillement des véhicules hors route sont calculées en multipliant les données sur la consommation hors route d’essence par un coefficient d’émissions pour le ravitaillement des véhicules sans dispositif antipollution.

Ravitaillement des véhicules routiers

Les émissions produites par le ravitaillement de véhicules routiers sont calculées par le modèle MOVES. Cette année, les estimations ont été calculées à l’aide du modèle MOVES2014. Les activités propres aux véhicules (kilomètres véhicules parcourus) ont été multipliées par les coefficients propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Commercialisation des produits pétroliers raffinés : Ventes brutes d’essence pour les véhicules automobiles (Statistique Canada, 2015b)

Ravitaillement des véhicules hors route : Données sur la consommation hors route d’essence (ECCC, 2016)

Ravitaillement des véhicules routiers : Les données sur le parc automobile (dénombrement), selon le type de carburant, l’année du modèle et le poids nominal brut du véhicule, proviennent de DesRosiers Automotive Consultants (DAC, 2014) et de R. L. Polk & Co. (Polk & Co., 2013) pour les véhicules légers et les véhicules lourds, respectivement.

Les données sur les motocyclettes proviennent de la base de données Immatriculations de véhicules automobiles routiers, remorque et motoneige (immatriculations) (Statistique Canada, 2013). Le rapport de 2013 sur les statistiques annuelles de l’industrie du Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur (CIMC, 2013) a été utilisé pour estimer la répartition par année de modèle des motocyclettes, répartition qui est ensuite appliquée aux données sur le parc de motocyclettes obtenues de Statistique Canada. Le niveau effectif d’activités est fondé sur le nombre de kilomètres véhicules parcourus (KVP). Pour estimer le nombre de KVP, le nombre de véhicules est multiplié par les taux d’accumulation de kilométrage fournis par Stewart-Brown Associates (Stewart-Brown, 2012).

Coefficients d’émissions (CE)

Commercialisation des produits pétroliers raffinés et ravitaillement des véhicules hors route : Émissions par évaporation provenant des activités des stations-service (U.S. EPA, 2008)

Ravitaillement des véhicules routiers : Les coefficients d’émissions pour les véhicules routiers sont intégrés dans le modèle MOVES. Pour plus de renseignements sur MOVES, consulter le site (en anglais seulement), les guides de l’utilisateur de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2012b, 2014b) et le guide technique de l’U.S. EPA (U.S. EPA, 2010b).

Autres sources diverses
Description

Les émissions dans le secteur Autres sources diverses proviennent des déchets dus aux couches des nourrissons.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

NH3

Les estimations annuelles de la population âgée de 0 à 3 ans par province et territoire ont été multipliées par un coefficient d’émissions de NH3.

Données sur les activités

Nombre d’enfants âgés de 0 à 3 ans par province et territoire : Statistique Canada (2015a).

Coefficients d’émissions (CE)

Roe et al. (2004)

CENH3 = 0,0136 kg de NH3 par année-personne

Tableau A2-8 : Méthodes d’estimation pour le secteur de l’incinération et des déchets (Secteur/sous-secteur)

Crématoriums
Description

Le secteur Crématoriums comprend les émissions provenant de la combustion des cercueils et des dépouilles.

La combustion de combustibles liée au fonctionnement de la fournaise du crématorium ou du four crématoire est exclue du secteur. Les émissions provenant de la crémation sont incluses dans le secteur Combustion de carburant commerciale et institutionnelle.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, CO, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB

Le nombre de crémations par année par province et territoire a été multiplié par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Les données sur les activités des sources étendues sont tirées de rapports annuels produits par la Cremation Association of North America (CANA) : le sommaire du rapport statistique annuel de la CANA 2012 (CANA, 2013) et le rapport statistique annuel provisoire de la CANA (CANA, 2016). Aucune donnée sur les activités n’étant disponible pour 2001 au sujet de l’ensemble des provinces et des territoires, et pour la période allant de 2002 à 2007 au sujet du Québec, les estimations des émissions pour ces années ont été calculées par interpolation linéaire.

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5 : U.S. EPA (2014a)

COV, HCB : EMEP/AEE (2013)

SOx, NOx, CO : EMEP/AEE (2009)

Hg, Cd, Pb : U.S. EPA (2014a)

Dioxines/furanes : U.S. EPA (2014a)

B[a]p, B[p]f, B(b)k, I[cd]p : U.S. EPA (2014a)

Le poids moyen présumé d’une dépouille et d’un cercueil est d’environ 150 livres.

Incinération industrielle et commerciale
Description

Le secteur Incinération industrielle et commerciale comprend l’incinération des déchets provenant des établissements industriels, commerciaux et institutionnels. Les émissions de la combustion des déchets de bois sont incluses dans d’autres secteurs, comme l’industrie des pâtes et papiers, l’industrie du bois et la production d’électricité.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg,

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2011 et ont été reportées à 2015

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

Incinération municipale
Description

Le secteur Incinération municipale comprend les émissions produites par l’incinération des déchets domestiques, des déchets non dangereux et des déchets industriels.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, dioxines/furanes

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2011 et ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

Sites d’enfouissement (sous Déchets)
Description

Le sous-secteur Sites d’enfouissement comprend les émissions provenant des sites d’élimination utilisés pour divers types de déchets, comme les déchets domestiques, commerciaux, dangereux, liquides et les déchets industriels solides non dangereux ainsi que les boues d’épuration. Les sites d’élimination peuvent être désignés pour recevoir un seul type de déchets ou plusieurs. Les matériaux déposés dans les sites d’enfouissement sont quotidiennement recouverts de terre pour prévenir la dispersion des déchets par le vent, leur consommation par les animaux et le dégagement d’odeurs. Par conséquent, des émissions de PM sont causées par l’érosion éolienne, le mouvement des véhicules lourds et le déchargement de déchets.

Les autres principales émissions des sites d’enfouissement sont le CH4, le CO2 et les COV connexes qu’on retrouve en faibles concentrations dans les gaz s’échappant des sites.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, COV

La quantité de déchets enfouis par province et territoire a été appliquée aux coefficients d’émissions de PM.

Les émissions de COV sont calculées en tant que concentration du total des gaz s’échappant des sites, lequel est dérivé des émissions de CH4.

Données sur les activités

Les données provinciales sur les quantités de déchets envoyés dans les sites d’enfouissement et sur les émissions de CH4 produites par les sites d’enfouissement proviennent de la section des déchets et des sources à ciel ouvert de la Division des inventaires et rapports sur les polluants d’Environnement et Changement climatique CanadaNote de bas de page9.

Les émissions de CH4 ont été estimées à l’aide du modèle Landfill Air Emissions Estimation, qui repose sur le modèle Scholl Canyon (U.S. EPA 1990).

Coefficients d’émissions (CE)

MPT : BCMELP (1997)

PM10, PM2,5 : GVRD et FVRD (2003). Le CEPM10 est calculé à l’aide d’un pourcentage de répartition de 8 % du CETPM. Le CEPM2,5 est calculé à l’aide d’un pourcentage de répartition de 2 % du CETPM.

COV : U.S. EPA (1995a). La concentration par défaut de COV dans le gaz d’enfouissement est de 835 ppmv.

Incinération de déchets résidentiels (sous Déchets)
Description

Les émissions du sous-secteur Incinération de déchets résidentiels sont causées par l’incinération sur place des déchets résidentiels dans des barils dans les arrière-cours ou des foyers à ciel ouvert dans les régions rurales.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2014 et ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

Description

Le secteur Autres incinérations et services publics concerne les émissions provenant de l’incinération des boues d’épuration et des autres petits incinérateurs.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2011 et ont été reportées à 2015

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

  • Autres incinérations et services publics

Tableau A2-9 : Méthodes d’estimation pour les peintures et les solvants (Secteur/sous-secteur)

Nettoyage à sec, utilisation générale de solvants, imprimerie et revêtements de surface
Description

Le secteur Nettoyage à sec comprend les émissions provenant des entreprises qui font le nettoyage à sec des tissus et des articles de cuir.

Le secteur Utilisation générale de solvants englobe les émissions qui proviennent d’une vaste gamme d’applications dans les domaines résidentiel, commercial, industriel et institutionnel. Les applications industrielles comprennent des utilisations comme : le dégraissage, la fabrication d’adhésifs et de produits scellant, d’aérosols, d’agents de gonflement et de résines. Ce secteur inclut également l’utilisation de produits de consommation et commerciaux, de pesticides et de produits de soins personnels.

Le secteur Imprimerie couvre les émissions provenant de la fabrication ou de l’utilisation d’encres d’imprimerie. Le secteur concerne la flexographie, la gravure, la typographie, la lithographie et d’autres procédés d’impression.

Le secteur Revêtements de surface comprend les émissions provenant d’une vaste gamme d’applications et d’industries, incluant les personnes et les entreprises qui prennent part à la fabrication ou à l’utilisation de peintures et de revêtements.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

COV

Comme méthode d’analyse, on a utilisé surtout une approche descendante fondée sur le bilan massique national qui comporte la collecte de données statistiques sur les activités de production, de distribution, d’utilisation finale et d’élimination des produits contenant des COV, puis l’établissement des relations entre les phases. Cependant, des données plus détaillées sur les quantités de solvants et les pratiques sont recueillies auprès d’un sous-ensemble d’utilisateurs, de producteurs et de distributeurs de solvants et de préparations au Canada.

Données sur les activités

Quantités de solvants utilisées (1990 à 2004) : Cheminfo (2007)

Quantités de solvants utilisées (2005 à 2014) : Cheminfo (2016a)

Vingt-neuf solvants vendus sur le marché, définis comme des COV selon la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), ont été répertoriésNote de bas de page10.

La consommation nationale a été déterminée à l’aide d’une approche fondée sur le bilan massique :

Consommation = Production + Importations - Exportations +/- Variation de l’inventaire

La « variation de l’inventaire » est un tampon de volume entre l’approvisionnement total (production et importations) et la demande totale (consommation domestique et exportations) (Cheminfo, 2016a). Pour la plupart des solvants, la valeur est de zéro à cause du manque de données détaillées sur les changements apportés à l’inventaire (Cheminfo, 2016a).

Les renseignements sur la production, le commerce et la variation de l’inventaire ont été recueillis dans diverses sources documentaires, auprès de Statistique Canada et lors de rencontres avec un sous ensemble de producteurs et de distributeurs.

Les émissions découlant de la consommation nationale sont attribuées à de nombreux domaines d’application de sources réactives et émissives. Dans bon nombre des cas, l’attribution par défaut repose sur la distribution historique de l’utilisation de solvants déterminée par des études antérieures (Cheminfo, 2016a). On a utilisé les résultats d’un sondage ainsi que l’information recueillie lors de consultations téléphoniques et dans des sources documentaires pour établir les estimations des émissions de COV et de l’utilisation de solvants, pour chaque solvant et chaque application (Cheminfo, 2016a).

La répartition par provinces et territoires est fondée sur des indicateurs macroéconomiques, comme la population, les ménages et le produit intérieur brut (PIB), les services commerciaux et la fabrication (Cheminfo, 2016a). Dans le cas de certaines applications industrielles, des attributions précises ont été tirées d’études antérieures propres à des secteurs (Cheminfo, 2016a).

Les estimations prévues de l’utilisation totale de solvants à l’échelle nationale pour l’année 2015 ont été formulées d’après l’utilisation totale de solvants à l’échelle nationale pour l’année de référence antérieure ainsi que la croissance macroéconomique et les ratios de croissance en matière de solvants (Cheminfo, 2016b).

Coefficients d’émissions (CE)

L’estimation de l’utilisation de technologies antipollution a été appliquée à chaque domaine d’application des solvants. En particulier, les émissions ont été calculées en multipliant la quantité estimée de solvants utilisés dans un domaine d’application par le pourcentage estimé des COV non soumis à des mesures antipollution ou :

ÉCOV=Quantitésolvantsutilisés ×(100 %-% LimitésCOV)

où ÉCOV correspond à l’estimation des émissions de COV.

Mesures antipollution (1990 à 2004) : Cheminfo (2007)

Mesures antipollution (2005 à 2014) : Cheminfo (2016a)

Si les technologies antipollution n’ont pas été estimées aux fins d’une utilisation, l’hypothèse est que 100 % des COV provenant des solvants s’étaient évaporés.

Seule une petite partie des émissions de COV estimées a été réduite par l’utilisation des technologies antipollution. L’efficacité de ces technologies (exprimée sous forme de pourcentages) est prise en compte dans les applications suivantes : flexographie, rotogravure, lithographie, revêtements d’aéronefs, revêtements d’équipementier automobile, fabrication de boîtes métalliques, revêtement de bobines de métal, fabrication de meubles de métal, adhésifs et produits scellant et fabrication de résines (Cheminfo, 2016a).

Tableau A2-10 : Méthodes d’estimation de la poussière (Secteur/sous-secteur)

Transport de charbon
Description

Le secteur Transport de charbon comprend les émissions de PM produites par le transport de charbon. La majorité du charbon extrait au Canada est transportée vers des terminaux de transbordement ou d’exportation par train-bloc. Le charbon importé au Canada est transporté par cargos hors mer. Une petite quantité de charbon est transportée par camion (CCME, 2001).

Les pertes au chargement et au déchargement sont estimées et déclarées par les exploitations minières dans le cadre de l’INRP comme des émissions fugitives. Les émissions provenant de la combustion de combustibles (diesel, essence ou mazout) durant le transport du charbon sont inventoriées séparément, dans la catégorie Sources mobiles.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

Les coefficients d’émissions moyens ont été calculés à partir des quantités de charbon transportées, de la distance parcourue et du type de méthode de confinement (contrôlé, environnement fermé, wagon couvert, etc.) (CCME, 2001). Les coefficients d’émissions résultants ont été multipliés par la production annuelle de charbon des provinces et des territoires.

Données sur les activités

Production nationale et provinciale de charbon : RNCan (2015)

Sommaires climatologiques mensuels : EC (2015c)

Sommaires climatologiques mensuels : EC (2015c)

Coefficients d’émissions (CE)

CCME (2001)

Activités de construction
Description

Le secteur des Activités de construction comprend les émissions de PM résultant principalement des perturbations des sols sur les sites de construction. L’ampleur de la perturbation des sols est liée à la superficie et à la durée du projet de construction. La région géographique, le type de construction (résidentielle, industrielle-commerciale-institutionnelle [ICI], travaux de génie) et les caractéristiques du sol sont pris en compte.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2012 et sont reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Résidus miniers
Description

Le secteur des Résidus miniers couvre les émissions de particules résultant principalement de l’érosion éolienne dans les étangs de résidus miniers situés sur des sites miniers actifs et inactifs.

Les concentrateurs utilisés pour l’exploitation minière produisent un concentré finement broyé riche en métaux voulus et un flux de résidus miniers chargé de matières solides. Cette boue est envoyée dans des étangs de résidus miniers où les solides se déposent et le surnageant est soit recyclé dans le processus, soit rejeté en tant qu’effluent. La conservation des solides submergés dans des étangs de résidus est pratique courante, même lorsque la mine est inactive ou fermée. Si, pour une raison ou une autre, les solides dans l’étang ne sont plus submergés, des émissions fugitives de particules se produisent par dispersion éolienne.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2005 et reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

Routes pavées
Description

Les émissions du secteur Poussière routes pavées proviennent des émissions de PM primaires et secondaires (remises en suspension).

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

On obtient les émissions primaires en multipliant le nombre total de kilomètres parcourus par les véhicules pour chaque province ou territoire par coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

La méthode utilisée pour obtenir les émissions secondaires (remises en suspension) est actuellement à l’étude. Les émissions ont été estimées la dernière fois en 2002 et elles ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Primaires On estime les kilomètres véhicules parcourus (KVP) en multipliant le nombre de véhicules par les taux d’accumulation de kilométrage fournis par Stewart-Brown et associés (Stewart-Brown, 2012).

Coefficients d’émissions (CE)

Primaires - PCSCE/AEE (2013)

Secondaires - Méthode à l’étude.

Routes non pavées
Description

Les émissions du secteur Poussière - routes non pavées proviennent des émissions de PM remises en suspension.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2002 et elles ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

Tableau A2-11 : Méthodes d’estimation pour les feux (Secteur/sous-secteur)

Feux de forêts prescrites
Description

Les émissions du secteur Feux de forêts prescrites comprennent les émissions de feux contrôlés utilisés pour la gestion des terres. Le brûlage dirigé sert à l’élimination des déchets de coupes forestières, à la gestion de la production forestière, à la lutte contre les insectes et à la réduction des risques de feux de forêt destructeurs. Le brûlage dirigé est pratiqué par l’industrie forestière et les agents forestiers pour gérer les terres publiques. Ce secteur exclut le brûlage des résidus agricoles.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

La masse totale annuelle de bois éliminé par brûlage, par province et territoire, a été multipliée par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Le nombre total d’hectares brûlés dans chaque province et territoire par année (CIFFC, 2016; PCA, 2016; NFD, 2016) a été multiplié par un facteur de conversion pour chaque province et territoire (EC, 1992) afin de convertir la superficie brûlée en masse de déchets de bois brûlés. Les coefficients d’émissions propres à chaque polluant et à chaque province ont ensuite été appliqués à la masse de bois brûlé afin de déterminer les émissions de polluants des feux.

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3 :

Totues les provinces et territoires (sauf la Colombie Britannnique) : U.S. EPA (1995a)

Colombie Britannnique : GVRD et FVRD (2003), BCMWLAP (2004).

Dioxines/furanes, B[p]f, B[k]f : Lemieux et al. (2004) B[a]p, I[cd]p : Johnson et al. (1992)

Incendies de structures
Description

Les émissions du secteur Incendies de structures comprennent les émissions provenant des véhicules incendiés (automobiles, trains et aéronefs) et des incendies d’immeubles. Les incendies de structures émettent de grandes quantités de polluants en raison de la combustion rapide et incomplète.

Méthode d’inventaire générale

Polluants estimés :

MPT, PM10, PM2,5, NOx, COV, CO, NH3

Les tonnes de structures brûlées par année par province et territoire ont été multipliées par les coefficients d’émissions propres à chaque polluant.

Données sur les activités

Les données annuelles liées aux incendies de structures ont été obtenues pour chaque province et territoire auprès du secrétaire-trésorier du Conseil canadien des directeurs provinciaux et des commissaires des incendies (CCDPCI)Note de bas de page11 et des membres suivants :

 

Le nombre d’incendies de structures de chaque province et territoire a été multiplié par un coefficient de charge pour convertir le nombre d’incendies en tonnes de structure brûlée (EIIP, 2001).

Coefficient de charge = 1,04 t de structure brûlée/incendie

Aucune donnée sur les activités n’étant disponible, les estimations des émissions pour 2001, 2002 et 2004 ont été calculées par interpolation linéaire.

Coefficients d’émissions (CE)

MPT, PM10, PM2,5, NOx, COV, CO : GVRD et FVRD (2003)

NH3 : Battye et al. (1994)

Tableau A2-12 : Méthode d’estimation pour le mercure dans les produits (Secteur/sous-secteur)

Mercure dans les produits
Description

Les émissions du secteur Mercure dans les produits comprennent les émissions de Hg contenu dans les produits pendant tout leur cycle de vie, de la fabrication à l’élimination finale. Cela comprend notamment les produits suivants :

  • Interrupteurs automobiles
  • Interrupteurs et relais
  • Batteries
  • Amalgames dentaires
  • Tubes fluorescents
  • Lampes non fluorescentes
  • Appareils de mesure et de contrôle
  • Thermomètres
  • Thermostats
  • Appareils d’équilibrage des pneus

Les émissions provenant des dispositifs ci-dessus ont une incidence sur les secteurs et sous-secteurs suivants :

  • Sidérurgie - (secondaire) four à arc électrique
  • Sidérurgie - recyclage d’acier
  • Électronique
  • Autres industries
  • Incinération municipale
  • Autres types d’incinération
  • Humaine
  • Autres sources diverses
  • Sites d’enfouissement
  • Traitement de l’eau et des eaux usées
  • Incinération des déchets résidentiels
 
Méthode d’inventaire générale

Polluants estimé :

Hg

Méthode à l’étude.

Les émissions provenant des sources étendues ont été estimées la dernière fois en 2008 et elles ont été reportées à 2015.

Données sur les activités

Méthode à l’étude.

Coefficients d’émissions (CE)

Méthode à l’étude.

A2.3 Recalculs

Les recalculs constituent une pratique essentielle pour s’assurer que les tendances en matière d’émissions de polluants atmosphériques sont à jour et cohérentes à l’interne. Voici les circonstances qui justifient une modification ou une amélioration des données et des méthodes :

  • Les données disponibles ont changé;
  • De nouvelles méthodes d’inventaire sont désormais disponibles;
  • La méthode utilisée antérieurement n’est pas conforme aux bonnes pratiques;
  • Une catégorie de sources d’émission est devenue une catégorie clé;
  • La méthode utilisée antérieurement n’est pas représentative des pratiques ni des technologies;
  • Des erreurs dans les versions antérieures sont corrigées.

On ne procède pas systématiquement à un nouveau calcul des données sur les émissions des sources ponctuelles provenant de l’INRP. Un certain nombre d’établissements recalculent plutôt leurs estimations des émissions de sources ponctuelles à mesure que de nouveaux coefficients d’émissions deviennent disponibles, et ils présentent à nouveau le rapport sur les émissions déclarées à l’INRP sous forme de mise à jour. Généralement, ces recalculs par les installations sont effectués pour quelques années seulement de leurs émissions historiques.

En revanche, les nouvelles données sur les activités sont intégrées aux estimations des sources étendues au fur et à mesure qu’elles deviennent disponibles, et ces mises à jour se retrouvent dans les tendances dégagées en continu. Des tendances actualisées d’après les données à jour sur les sources ponctuelles et étendues sont publiées d’année en année. Ainsi, le calcul des émissions de l’industrie des revêtements bitumineux, de la combustion de combustibles (secteurs commercial et résidentiel), de l’utilisation de combustibles dans les activités agricoles et de la combustion de combustibles dans les activités de construction repose sur les quantités de combustibles utilisées selon la publication de Statistique Canada Bulletin sur la disponibilité et écoulement d’énergie au Canada (DEEC) qui, dans l’année, n’est pas disponible avant décembre (Statistique Canada, 2015c). C’est pourquoi les estimations d’émissions de ces secteurs sont fondées sur les données sur les activités de 2014 et reportées à l’année d’inventaire 2015 en attendant que des données sur les activités soient disponibles pour 2015. Une fois que les données du DEEC de Statistique Canada sont disponibles, les estimations des émissions de sources étendues de ces mêmes secteurs sont mises à jour.

On a recalculé les émissions des sources étendues suivantes pour la version 2017 de l’IEPA. Une courte description des recalculs et des conséquences sur les niveaux d’émission est fournie dans les tableaux A2-13 to A2-23.

  • Industries du minerai et des minéraux : industrie des revêtements bitumineux; industrie du ciment et du béton; sous-secteur roche, sable et gravier; production de silice;
  • Industrie pétrolière et gazière : raffinage du pétrole et stockage en vrac et distribution des produits pétroliers raffinés; distribution de gaz naturel; transport de gaz naturel et industrie pétrolière en amont;
  • Fabrication : usines de panneaux et scieries;
  • Transport et équipement mobile : transport maritime; véhicules routiers; véhicules et équipements hors route;
  • Agriculture : production animale; épandage d’engrais; récolte; pratiques de travail du sol; érosion éolienne et utilisation de combustible;
  • Commercial-résidentiel-institutionnel : combustion de combustibles - commercial et institutionnel; combustion de combustibles - construction; cuisson commerciale; source humaine; combustion de combustibles - résidentiel; stations-service et autres sources diverses; 
  • Incinération et sources de déchets : crématoriums; incinération commerciale et industrielle; incinération municipale; sites d’enfouissement; autre incinération et services publics; incinération de déchets résidentiels;
  • Peintures et solvants : nettoyage à sec; utilisation générale de solvants; imprimerie et revêtements de surface;
  • Poussière : routes pavées et routes non pavées;
  • Feux : feux de forêts prescrites ;
  • Mercure dans les produits : industries du minerai et des minéraux; fabrication; commercial-résidentiel-institutionnel; incinération et déchets.

Dans les tableaux A2 13 à A2 23, le terme « important » désigne les variations des niveaux d’émissions de plus de +/-10 %.

Tableau A2-13 : Recalculs pour le secteur Industries du minerai et des minéraux
Secteur/sous-secteur Pollutants Description Répercussions sur les émissions
Industrie des revêtements bitumineux MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une version plus récente des données du DEEC.

Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont donné lieu à aucune variation importante des niveaux d’émissions (>+/-10 %).

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu aux variations suivantes à l’échelle nationale : +18 % (+6 kt) pour les MPT, +18 % (+1,3 kt) pour les PM10, +18 % (0,28 kt) pour les PM2,5, +16 % (88 t) pour les SOx, +21 % (+200 t) pour les NOx, +50 % (+2,8 kt) pour les COV, +20 % (0,66 kt) pour le CO, +14 % (+2,6 kg) pour le Cd, +16 % (+3,0 kg) pour le Hg et +17 % (+1,9 kg) pour les HAP.

Ciment et béton MPT, PM10, PM2,5, Pb et Cd Les nouveaux calculs ont été effectués à l’aide des données sur l’activité à jour.

Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont donné lieu à aucune variation importante (supérieure à +/-10 %) des niveaux d’émissions.

Pour 2014, les estimations des niveaux d’émissions de tous les polluants ont augmenté de 10 % (MPT : +4,0 kt; PM10 : +1,2 kt; PM2,5 : +0,6 kt; Pb : +10 kg; Cd : +0,10 kg).

Roche, sable et gravier (sous Mines et carrières) MPT, PM10, PM2,5,

On a recalculé les estimations des émissions de 1990 à 2015 en raison des variations dans les coefficients d’émissions. Les coefficients d’émissions proviennent maintenant des coefficients d’émissions de niveau 1 fixés pour l’Exploitation des carrières et extraction de minerai autre que le charbon dans le Guide 2013 du PCSCE/AEE.

Les données sur le niveau d’activité pour la série chronologique entière ont été mises à jour pour concorder avec les plus récentes données de RNCan.

Les mises à jour de la méthode et des données sur le niveau d’activité ont donné lieu à des diminutions et à des augmentations des estimations des émissions de sources étendues des matières particulaires.

Pour 1990, les variations importantes à l’échelle nationale étaient de +59 % pour les MPT (+30 kt) et de -51 % pour les PM10 (-13 kt).

Pour 2014, les variations importantes à l’échelle nationale étaient de +72 % pour les MPT (+41 kt) et de -53 % pour les PM10 (-15 kt).

Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à aucune variation des émissions supérieure à +/-10 % en 1990 et en 2014 pour les PM2,5.

Production de silice (sous Mines et carrières) MPT, PM10, PM2,5

On a recalculé les estimations des émissions de 1990 à 2015 en raison des variations dans les coefficients d’émissions. Les estimations liées à la production de silice ne sont plus réparties en production de silice fine et grossière; elles sont maintenant multipliées par des coefficients d’émissions de niveau 1 fixés pour l’Exploitation des carrières et extraction de minerai autre que le charbon dans le Guide 2013 du PCSCE/AEE.

Les données sur le niveau d’activité pour la série chronologique entière ont été mises à jour pour concorder avec les plus récentes données de RNCan.

Les émissions ont diminué pendant la série chronologique entière pour tous les polluants.

Pour 1990, les variations à l’échelle nationale étaient de -89 % pour les MPT (-1,6 kt), de -43 % pour les PM10 (-0,076 kt), et de -81 % pour les PM2,5 (-0,042 kt).

Pour 2014, les variations à l’échelle nationale étaient de 84 % pour les MPT ( 1,1 kt), de 21 % pour les PM10 ( 0,027 kt), et de -73 % pour les PM2,5 ( 0,028 kt).

Tableau A2 14 : Recalculs pour le secteur Industrie pétrolière et gazière
Secteur Pollutant Description Répercussions sur les émissions
Raffinage du pétrole et stockage en vrac et distribution des produits pétroliers raffinés (sous Industrie pétrolière en aval) COV On a procédé à de nouveaux calculs pour la série chronologique entière par suite de l’accessibilité des données à jour sur le niveau d’activité. Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à aucune variation des niveaux d’émissions supérieure à +/-10 % pour les COV en 1990 et en 2014.
Distribution de gaz naturel (sous Transport et distribution des produits pétroliers) MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO On a effectué de nouveaux calculs pour les années récentes (2011 à l’année en cours) par suite de l’accessibilité à des données à jour sur l’activité. On a effectué de nouveaux calculs pour les années récentes (2011 à l’année en cours) par suite de l’accessibilité à des données à jour sur l’activité.
Transport de gaz naturel (sous Transport et distribution des produits pétroliers) MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3 On a effectué de nouveaux calculs pour les années récentes (2011 à l’année en cours) par suite de l’accessibilité à des données à jour sur l’activité.

Pour 2014, à l’échelle nationale, les données à jour sur le niveau d’activité ont donné lieu à une variation importante des émissions de NH3 uniquement; les estimations des émissions de NH3 ont varié de -22 % (-0,00041 kt).

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de moins de +/-10 % en 2014 pour les autres polluants.

Industrie pétrolière en amont MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3 De nouveaux calculs ont été effectués pour les années récentes (de 2011 à l’année en cours) par suite de l’accessibilité à des données à jour sur l’activité. Pour 2014, les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation des émissions supérieure à +/-10 % pour aucun des polluants.
Tableau A2 15 : Recalculs pour le secteur Fabrication
Secteur/sous-secteur Pollutants Description Répercussions sur les émissions
Usines de panneaux (sous Industrie du bois) MPT, PM10, PM2,5 Correction des données omises pour les polluants MPT, PM10 et PM2,5 pour les années 1990 à 2014.

Pour 1990, aucune variation n’a été constatée dans les niveaux d’émissions de tous les polluants à l’exception des MPT, des PM10 et des PM2,5, dont les émissions ont varié de +100 %, soit de +4 043 t, +2 348 t et +769 t, respectivement.

Pour 2014, il n’y a de variation des niveaux d’émissions pour aucun des polluants.

Scieries (sous-secteur de l’Industrie du bois) MPT, PM10, PM2,5 Correction des données omises pour les polluants MPT, PM10 et PM2,5 pour les années 1990 à 2014.

Pour 1990, il n’y a de variation des niveaux d’émissions pour aucun des polluants à l’exception des MPT, des PM10 et des PM2,5, dont les émissions ont varié de +100 %, soit de +6 275 t, +2 241 t et +829 t, respectivement.

Pour l’année 2014, il n’y a de variation des niveaux d’émissions chez aucun des polluants.

Tableau A2-16 : Recalculs pour le secteur Transport et équipement mobile
Secteur Pollutant Carburant Description Répercussions sur les émissions
Transport maritime MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p Mazout lourd, diesel marin, gazoil marin Mises à jour des modèles à partir des versions 4.0 à 4.3.1 de l’Outil d’inventaire des émissions marines, nouvelle interpolation pour les années situées entre 2010 et 2015, et élimination des émissions de gaz d’évaporation provenant du carburant transporté.

Pour 1990, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation importante des émissions de COV (-53 % ou -6,5 kt). Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation supérieure à 10 % pour aucun des autres polluants.

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation importante des émissions de MPT (+120 % ou +8,2 kt), de PM10 (+120 % ou +7,9 kt), de PM2,5 (+120 % ou +7,3 kt), de SOx (+284 % ou +80 kt) et de COV (-48 % ou -8,9 kt). Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions supérieure à 10 % pour aucun des autres polluants.

Véhicules routiers (comprennent les secteurs suivants : véhicules lourds au diesel, camions lourds à essence, véhicules lourds au GPL/GN, camions légers au diesel, véhicules légers au diesel, camions légers à essence, véhicules légers à essence, véhicules légers à GPL/GNC, camions légers à GPL/GNC, motocyclettes, usure des pneus et des garnitures de frein) MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p Tous les carburants de transport

Mise à jour du modèle MOVES (2010 à 2014Note de bas de page26). En plus de faire la mise à jour généralisée de tous les taux d’émissions des polluants, on estime maintenant les PM10 directement à l’aide du modèle MOVES plutôt qu’avec un rapport de PM2,5.

Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) harmonise les estimations des émissions issues de l’utilisation en route et hors route de carburant par les véhicules routiers et hors route avec les données sur le carburant du BDEEC. Cette harmonisation s’effectue maintenant à l’échelle provinciale plutôt que nationale. Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Pour 1990, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation importante des émissions de MPT (-34 % ou -19 kt), de PM10 (-34 % ou -19 kt), de PM2,5 ( 43 % ou -21 kt), de SOx (-55 % ou -35 kt), de COV (-47 % ou 333 kt), de CO (-25 % ou 1 878 kt), de NOx (-34 % ou 367 kt), de NH3 (-25 % or 1,7 kt), de dioxines/furanes ( 100 % ou -3,4 g ET), de B[a]p (-99 % ou -1,0 t), de B[p]f (-100 % ou -1,2 t), de B[k]f ( 100 % ou -1,2 t) et d’I[cd]p (-99 % ou -0,6 t).

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation importante des émissions de PM2,5 (-19 % ou -3,4 kt), de COV (-23 % ou -39 kt), de CO (-19 % ou -374 kt), de NH3 ( 11 % ou -0,8 kt), de dioxines/furanes (-100 % ou 11 g ET), de B[a]p (-99 % ou -0,2 t), de B[p]f (-99 % ou 0,2 t), de B[k]f (-99 % ou 0,2 t) et d’I[cd]p (-98 % ou -0,1 t). Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation supérieure à 10 % pour aucun des autres polluants.

Comme les émissions de Hg n’ont pas été estimées à l’aide de la méthode précédente, il n’y a aucune valeur de comparaison pour 1990 ou 2014.

Les émissions de Pb n’ont pas été estimées à l’aide de la méthode actuelle; il n’y a donc aucune valeur de comparaison pour 1990 ou 2014.

Véhicules et équipements hors route MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3 Tous les carburants de transport ECCC harmonise les estimations des émissions issues de l’utilisation sur route et hors route de combustible avec les données sur le combustible du BDEEC. Cette harmonisation s’effectue maintenant à l’échelle provinciale plutôt que nationale. Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Pour 1990, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation importante des émissions de MPT (-32 % ou -25 kt), de PM10 (-31 % ou -24 kt), de PM2,5 ( 31 % ou -23 kt), de SOx (-14 % ou -4,5 kt), de COV (-61 % ou 1 013 kt), de CO (-59 % ou 2 899 kt), de NOx (-17 % ou 75 kt) et de NH3 ( 45 % ou 0,25 kt).

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation importante des émissions de MPT (-18 % ou -4,2 kt), de PM10 (-18 % ou -4,2 kt), de PM2,5 ( 18 % ou -4,0 kt), de SOx (-17 % ou -0,05 kt), de COV (-23 % ou -51 kt), de CO (-18 % ou 299 kt), de NOx ( 17 % ou 41 kt) et de NH3 (-18 % ou -0,06 kt).

Comme les émissions de B[a]p, de B[p]f, de B[k]f et de I[cd]p n’ont pas été estimées à l’aide de la méthode actuelle, il n’y a aucune valeur de comparaison pour 1990 ou 2014.

Tableau A2 17 : Recalculs pour le secteur Agriculture
Secteur Pollutant Description Répercussions sur les émissions
Production animale NH3 COV

Une nouvelle catégorie d’animaux a été ajoutée : mules et ânes. Des corrections ont été apportées aux populations de renards, de visons et de lapins. Les corrections ont surtout touché les populations avant le recensement de 2011. On a apporté des modifications à la superficie des terres agricoles cette année pour réduire les différences entre les estimations de la superficie des terres agricoles à l’échelle provinciale établies par l’observation de la Terre et celles établies par recensement. Les modifications apportées aux superficies ont également causé une nouvelle répartition mineure des animaux d’élevage dans les provinces, et comme les coefficients d’émissions de NH3 varient selon l’écorégion, elles ont donné lieu à de petites variations d’émissions.

Une nouvelle méthode de niveau 1 permettant d’estimer les COV autres que le méthane a été appliquée selon les directives du PCSCE (voir la description de la méthode).

Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à aucune variation des niveaux d’émissions supérieure à 10 % pour le NH3 en 1990 et en 2014.

Les émissions de COV recalculées ont diminué de 128 kt ou 57 % en 1990, et de 153 kt ou 61 % en 2014.

Épandage d’engrais (sous Production de la moisson) NH3 On a apporté des modifications à la superficie des terres agricoles cette année pour réduire les différences entre les estimations de la superficie des terres agricoles à l’échelle provinciale issues de l’observation de la Terre et celles issues du recensement. Les catégories « superficie des terres agricoles établies par observation de la Terre » et « superficie des terres agricoles établies par recensement » ont été rapprochées à l’aide de facteurs d’échelle provinciale, ce qui a donné lieu à des variations en matière de superficie de cultures annuelles et vivaces et donc à une variation, là aussi, de la répartition de N de synthèse entre les cultures annuelles et les cultures vivaces. Les nouveaux calculs n’ont donné lieu à aucune variation des niveaux d’émissions supérieure à 10 % pour le NH3 en 1990 et en 2014.
Récolte (sous Production de la moisson) MPT, PM10, PM2,5 La mise à jour des données sur l’activité concernant la superficie de cultures annuelles par suite du rapprochement entre les estimations de la superficie annuelle des terres agricoles à l’échelle provinciale issues de l’observation de la Terre et celles issues du recensement, indiquées dans la section des recalculs pour l’ammoniac, a donné lieu à une augmentation de 2 Mha de la superficie de cultures annuelles en 1990 et à une diminution de 2,2 Mha en 2014 par comparaison avec les valeurs du rapport de l’IEPA de 2016. Par suite de ces changements, les émissions de MPT, de PM10 et de PM2,5 ont augmenté de 20,1 kt, de 9,2 kt et de 1,8 kt ou 6,7 % en 1990, et ont diminué de 14,7 kt, de 6,7 kt et de 1,3 kt ou 5,8 % en 2014, respectivement.
Pratiques de travail du sol (sous Production de la moisson) MPT, PM10, PM2,5 En plus des changements apportés à la superficie des cultures annuelles et des cultures vivaces par suite d’un rapprochement entre les estimations de la superficie provinciale des cultures annuelles issues de l’observation de la Terre et celles issues du recensement, par comparaison avec les valeurs du rapport de l’IEPA de 2016, la superficie des terres où on fait un travail du sol classique, des terres où on fait un travail du sol réduit et des terres où on ne fait aucun travail du sol a augmenté de 1,3 Mha, de 0,6 Mha et de 0,1 Mha en 1990, respectivement, et a diminué de 0,3 Mha, de 0,5 Mha et de 1,4 Mha en 2014, respectivement. Les émissions de MPT, de PM10 et de PM2,5 ont augmenté de 195 kt, de 40,9 kt et de 19,5 kt (ou de 6,0 %) en 1990, et ont diminué de 84,5 kt, de 17,8 kt et de 8,5 kt (ou de 8,2 %) en 2014, respectivement.
Érosion éolienne (sous Production de la moisson) MPT, PM10, PM2,5 La mise à jour des données sur l’activité indiquée dans le secteur Pratiques de travail du sol a eu davantage d’incidences sur les estimations du secteur Érosion éolienne. Les émissions de MPT, de PM10 et de PM2,5 ont augmenté de 25,1 kt, de 12,5 kt et de 2,5 kt (ou de 0,8 %) en 1990 et ont diminué de 195 kt, de 97,5 kt et de 19,5 kt (ou de 8,6 %) en 2014, respectivement.
Utilisation de combustible MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines et furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Comparativement aux valeurs de l’année 1990, les nouveaux calculs ont donné lieu aux variations suivantes : +20 % (+32 t) pour les MPT; +16 % (+20 t) pour les PM10.

Pour 1990, il n’y a aucune variation importante (supérieure à +/-10 %) des niveaux d’émissions pour aucun des autres polluants.

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu aux variations suivantes : +407 % (+624 t) pour les MPT, +265 % (+390 t) pour les PM10, +97 % (+140 t) pour les PM2,5 et -29 % ( 0,01 kg) pour le B[a]p. Les émissions des autres polluants ont varié de moins de +/-10 % en 2014.

Tableau A2 18 : Recalculs pour le secteur Commercial-résidentiel-institutionnel
Secteur Pollutans Description Répercussions sur les émissions
Combustion de carburant - commercial et institutionnel MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Comparativement aux valeurs de l’année 1990, les nouveaux calculs ont donné lieu aux variations suivantes : +32 % (+679 t) pour les MPT et +22 % (+421 kt) pour les PM10. En ce qui concerne tous les autres polluants, les niveaux d’émissions n’ont pas varié de manière importante (variations inférieures à +/-10 %).

Pour 2014, les émissions de MPT on varié de +17 % (+380 t), celles de PM10, de +13 % (290 t), celles de SOx, de -29 % (-1 300 t), celles de NH3, de +18 % (34 t), celles de Pb, de +16 % (26 kg), celles de HAP, de +15 % (0,31 kg) et celles de dioxines et furanes, de +23 % (0,04 g ET). Les émissions des autres polluants ont varié de moins de +/-10 %.

Combustion de combustibles - construction MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Comparativement aux valeurs de l’année 1990, les nouveaux calculs ont donné lieu aux variations suivantes : +41 % (+78 t) pour les MPT, +27 % (+48 t) pour les PM10 et +11 % (+18 t) pour les PM2,5. En ce qui concerne tous les autres polluants, les niveaux d’émissions n’ont pas varié de manière importante (variations inférieures à +/-10 %).

Pour 2014, les émissions de MPT ont varié de -37 % (-77 t), celles de PM10, de -28 % (-47 t), celles de PM2,5, de -13 % (-15 t), celles de NOx, de -12 % (-232 t), celles de NH3, de -12 % ( 4,3 t), celles de Pb, de 51 % ( 6,5 kg), celles de Cd, de -14 % (-1,4 kg), celles de Hg, de -17 % ( 0,4 kg), celles de dioxines et furanes, de 39 % ( 0.01 g ET) et celles de HAP, de -58 % (-0,27 kg). Les émissions des autres polluants ont varié de moins de +/-10 %.

Cuisson commerciale MPT, PM10, PM2,5, COV, CO, B[a]p Une nouvelle méthode d’estimation a été appliquée pour la série chronologique (Pechan et associés, 2003). Par conséquent, les émissions de deux nouveaux polluants ont été estimées (COV et CO).

Les nouveaux calculs ont donné lieu à une augmentation importante des niveaux d’émissions de tous les polluants pour toutes les années.

Pour 1990, les niveaux d’émissions des MPT et des PM10 ont varié de +449 % (+12 241 t), des PM2,5, de +409 % (+11 129 t), et du B[a]p, de +9 464 % (+100 kg).

Pour 2014, les niveaux d’émissions des MPT et des PM10 ont varié de +408 % (+13 934 t), ceux des PM2,5, de +370 % (+12 648 t), et ceux du B[a]p, de +10 930 % (+116 kg).

Source humaine NH3, Hg

Des données à jour sur la population par province et territoire ont été intégrées à la série chronologique.

Les méthodes d’estimation utilisées pour le mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est par considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée pour la série chronologique entière.

 

Les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de NH3 et de Hg de moins de +/-10 % en 1990 et en 2014.
Combustion de combustibles - résidentiel MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions supérieure à 10 % pour aucun des polluants.

Pour 2014, les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation de +14 % des niveaux d’émissions de Hg (+9,7 kg) et de -96 % (-4 200 t) des niveaux d’émissions de SOx. Les émissions des autres polluants ont varié de moins de +/-10 %.

Stations-service COV

Commercialisation des produits pétroliers raffinés : La méthode d’estimation utilisée pour les stations-service a été remplacée, passant d’une approche par facteur de croissance à l’utilisation de coefficients d’émissions tirés de l’AP-42 (U.S. EPA). Les émissions découlant du ravitaillement des véhicules routiers ont été retirées, car elles sont déjà comprises dans les estimations relatives aux véhicules routiers aux fins des nouveaux calculs.

Ravitaillement des véhicules hors routes : Les données sur l’activité ont été mises à jour à l’aide d’une édition plus récente du BDEEC.

Ravitaillement des véhicules routiers : Les incidences de la nouvelle méthode d’estimation des émissions découlant du ravitaillement des véhicules routiers ne peuvent être quantifiées, car les émissions provenant de cette source n’ont pas été calculées séparément dans les méthodes d’estimation antérieures. Les nouveaux calculs des émissions de COV relatives au ravitaillement des véhicules routiers sont présentés au tableau A2-16, à Véhicules routiers.

Commercialisation des produits pétroliers raffinés : Les nouveaux calculs n’ont pas donné lieu à une variation des niveaux d’émissions supérieure à +/-10 % pour les COV en 1990 et en 2014.

Ravitaillement des véhicules hors routes : Les nouveaux calculs ont donné lieu à une diminution de -63 % (9 900 t) des estimations des émissions de COV pour 1990, et de -25 % (990 t) des estimations des émissions de COV pour 2014.

Autres sources diverses NH3, Hg

Des données à jour sur la population par province et territoire ont été intégrées à la série chronologique.

Les méthodes d’estimation utilisées pour le mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée pour la série chronologique entière.

Les nouveaux calculs ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de NH3 et de Hg de moins de +/-10 % en 1990 et en 2014.
Tableau A2-19 : Recalculs pour le secteur Incinération et sources de déchets
Secteur Pollutant Description Répercussions sur les émissions
Crématoriums MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB

Les données sur l’activité de 2008 à 2014 ont été mises à jour pour qu’elles correspondent au plus récent rapport de la Cremation Association of North America (CANA, 2016). Ce rapport comprend une nouvelle source de données pour les données sur la crémation provenant du Québec. Les données de 2002 à 2007 ont été mises à jour pour qu’elles correspondent au rapport de 2013 de la CANA.

Une interpolation a été requise pour combler les lacunes en matière de données pour 2001 et pour toutes les provinces.

En raison des incohérences dans les sources de données pour le Québec, on a dû effectuer une interpolation des données sur l’activité au Québec pour les années 2002 à 2007.

La mise à jour des données sur l’activité n’a donné lieu à une variation des niveaux d’émissions supérieure à +/-10 % pour aucun des polluants en 1990 et en 2014.
Incinération commerciale et industrielle MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, HCB Un CQ a été réalisé pour la mise à jour des données désuètes.

Les émissions n’ont pas varié en 1990.

En 2014, les émissions des MPT, des PM10 et PM2,5 ont varié de -46 % (-11 t), de -48 % (-8 t) et de -29 % (-3 t), respectivement. Les émissions de Cd ont varié de 77 % (-2 kg), tandis que celles du Hg ( 105 kg), des dioxines/furanes ( 0.44 g ET) et du HCB (-41 g) ont toutes varié de -100 %. Les émissions de tous les autres polluants ont varié de moins de +/-10 % en 2014.

Incinération municipale MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes

Antérieurement, les émissions de sources étendues n’ont pas été estimées après 2011. En attendant l’examen complet de la méthode, on reporte maintenant les données de déclaration de 2011 jusqu’à l’année 2015.

Les méthodes d’estimation utlilisées pour le mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée à la série chronologique entière.

Les émissions de Hg ont varié de +13 % (+48 kg) en 1990 et de +245 % (+327 kg) en 2014.

Les émissions des autres polluants n’ont pas varié en 1990.

Pour 2014, les émissions de tous les polluants sauf le Hg ont varié de +100 %. Les émissions ont augmenté de 10 t pour les MPT, de 2 t pour les PM10, de 1 t pour les PM2,5, de 129 t pour les SOx, de 153 t pour les NOx, de 38 t pour les COV, de 56 t pour le CO, de 19 t pour le NH3, de 146 kg pour le Pb, de 26 kg pour le Cd et de 0,000004 g ET pour les dioxines et furanes.

Sites d’enfouissement (sous Déchets) MPT, PM10, PM2,5, COV, Hg

Les pourcentages de répartition des PM10 et des PM2,5 dans les MPT ont été mis à jour pour toutes les provinces, sauf la Colombie Britannique.

La méthode d’estimation des émissions de COV a été mise à jour à l’aide de l’AP 42 (U.S. EPA) pour tenir compte des pratiques actuelles d’enfouissement au Canada. On a utilisé les nouvelles concentrations de COV dans les émissions fugitives de gaz d’enfouissement.

Les données sur l’activité ont été mises à jour dans la série chronologique entière pour la quantité de méthane rejeté et la quantité de déchets enfouis.

Les méthodes d’estimation des émissions de mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode soit appliquée pour la série chronologique entière.

Les émissions de PM10 et de PM2,5 ont varié de +347 % (+843 t) et de +396 % (+241 t) en 1990, et de +217 % (+967 t) et de +239 % (+277 t) en 2014, respectivement.

Les émissions de COV ont varié de -41 % ( 4 583 t) et de -8 % (-635 t) en 1990 et en 2014, respectivement.

Les émissions des MPT et du Hg n’ont pas varié de plus de +/-10 %.

Incinération de déchets résidentiels (sous Déchets) MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p, HCB

Les données de 2014 sont reportées jusqu’à ce qu’un examen complet de la méthode puisse être réalisé.

Les méthodes d’estimation des émissions de mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode soit appliquée pour la série chronologique entière.

Pour 2014, les émissions de Hg ont augmenté de 131 % (91 kg). Les émissions des autres polluants n’ont pas varié de plus de +/-10 %.
Autre incinération et services publics MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, Pb, Cd, Hg, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p

Un CQ a été réalisé pour la mise à jour des données désuètes.

Une nouvelle méthode a été appliquée pour les émissions de mercure dans les produits.

Pour 1990, seules les émissions de Hg ont varié; elles ont augmenté de 51 % (194 kg).

Pour 2014, les émissions des polluants suivants ont toutes augmenté de 75 % : MPT (50 t), PM10 (5 t), PM2,5 (1 t), NOx (169 t), NH3 (20 t), Pb (5 kg), Cd (2 kg). Les émissions de CO ont varié de +10 % (+177 t), celles de Hg, de +100 % (+218 kg), et celles de dioxines et de furanes, de +100 % (+0,00 g ET). Les émissions de SOx et de COV n’ont pas varié de plus de +/-10 %.

Tableau A2-20 : Recalculs pour le secteur Peintures et solvants
Secteur Pollutant Description Répercussions sur les émissions
Nettoyage à sec COV Les corrections apportées par Cheminfo à son étude de 2016(a) ont entraîné des changements dans les estimations des émissions de COV pour les années 2005 à 2014. Les niveaux d’émissions de COV ont varié de moins de +/-10 % en 2005 et de -11 % (-19 t) en 2014.
Utilisation générale de solvants COV Les corrections apportées par Cheminfo à son étude de 2016(a) ont entraîné des changements dans les estimations des émissions de COV pour les années 2005 à 2014. Les niveaux d’émissions de COV ont varié de moins de +/-10 % en 2005 et en 2014.
Imprimerie COV Les corrections apportées par Cheminfo à son étude de 2016(a) ont entraîné des changements dans les estimations des émissions de COV pour les années 2005 à 2014. Les niveaux d’émissions de COV ont varié de moins de +/-10 % en 2005 et de +20 % (+3 139 t) en 2014.
Revêtements de surface COV Les corrections apportées par Cheminfo à son étude de 2016(a) ont entraîné des changements dans les estimations des émissions de COV pour les années 2005 à 2014. Les niveaux d’émissions de COV ont varié de moins de +/-10 % en 2005 et de +11 % (+7 361 t) en 2014.
Tableau A2-21 : Recalculs pour le secteur Poussière
Secteur Pollutant Description Répercussions sur les émissions
Routes pavées MPT, PM10, PM2,5

Une nouvelle méthode d’estimation a été appliquée pour les émissions primaires de poussière des routes pavées.

La méthode d’estimation des émissions secondaires de poussière des routes pavées et non pavées fait l’objet d’un examen, car elle n’a pas été mise à jour depuis 2002. Antérieurement, de 2003 à 2014, les émissions étaient fondées sur les kilomètres véhicules parcourus. Dans cette mise à jour, les valeurs sont maintenues constantes depuis la dernière fois que les émissions ont été calculées à l’aide de l’ancienne méthode. Une méthode à jour sera appliquée pour la série chronologique entière.

Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus de +/-10 % pour aucun des polluants.

Pour 2014, les nouveaux calculs effectués ont donné lieu à une variation importante des émissions de MPT (-19 % ou -679 kt), de PM10 (-19 % ou -130 kt) et de PM2,5 (-19 % ou -31 kt).

Routes non pavées MPT, PM10, PM2,5 La méthode d’estimation des émissions secondaires de poussière des routes non pavées fait l’objet d’un examen, car elle n’a pas été mise à jour depuis 2002. Antérieurement, de 2003 à 2014, les émissions étaient fondées sur les kilomètres véhicules parcourus. Dans cette mise à jour, les valeurs sont maintenues constantes depuis la dernière fois que les émissions ont été calculées à l’aide de l’ancienne méthode. Une méthode à jour sera appliquée pour la série chronologique entière.

Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus de +/-10 % pour aucun des polluants.

Pour 2014, les nouveaux calculs effectués ont donné lieu à une variation importante des émissions de MPT (-23 % ou -2 234 kt), de PM10 (-23 % ou -701 kt) et de PM2,5 (-23 % ou -105 kt).

Tableau A2-22 : Recalculs pour le secteur Feux
Secteur Pollutant Description Répercussions sur les émissions
Feux de forêts prescrites MPT, PM10, PM2,5, SOx, NOx, COV, CO, NH3, dioxines/furanes, B[a]p, B[p]f, B[k]f, I[cd]p Parcs Canada a réévalué toutes les données de brûlage dirigé de 1990 à 2015 et a fourni des données à jour sur l’activité pour la série chronologique. Les données à jour sur l’activité n’ont donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus +/-10 % pour aucun des polluants en 1990 et en 2014.
Tableau A2-23 : Sommaire des recalculs dus à des modifications ou à des améliorations des méthodes pour le mercure dans les produits
Secteur Pollutant Description Impact on Emissions
Industries du minerai et des minéraux Hg Les méthodes d’estimation des émissions de mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée à la série chronologique entière.

Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont pas donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus de +/-10 % pour le Hg en 1990.

Pour 2014, les niveaux d’émissions de Hg ont varié de -46 % (-174 kg).

Fabrication Hg Les méthodes d’estimation des émissions de mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée à la série chronologique entière. Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont pas donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus de +/-10 % pour le Hg. Pour 2014, les niveaux d’émissions de Hg ont varié de -81 % (-14 kg).
Commercial-résidentiel-institutionnel Hg Les méthodes d’estimation des émissions de mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée à la série chronologique entière. Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont pas donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus de +/-10 % pour le Hg. Pour 2014, les niveaux d’émissions de Hg ont varié de -81 % (-14 kg).
Incinération et déchets Hg Les méthodes d’estimation des émissions de mercure dans les produits font l’objet d’un examen. La méthode utilisée pour estimer les émissions de 2009 à 2014 n’est pas considérée comme fiable. Dans le présent inventaire, les émissions sont maintenues constantes (à leurs niveaux de 2008) jusqu’à ce qu’une méthode révisée soit appliquée à la série chronologique entière. Pour 1990, les nouveaux calculs n’ont pas donné lieu à une variation des niveaux d’émissions de plus de +/-10 % pour le Hg. Pour 2014, les niveaux d’émissions de Hg ont varié de -17 % (-172 kg).

A2.4 Émissions de sources ponctuelles

Cette section porte sur les procédures utilisées pour intégrer les sources ponctuelles dans l’IEPA.

Les provinces ont fourni des données sur les émissions de sources ponctuelles pour les années 1985, 1990, 1995 et 2000. Dans certains cas, elles ont fourni des données supplémentaires pour les années intermédiaires ou pour mettre à jour les rapports initiaux. Les tendances pour les années intermédiaires ont été estimées à l’aide de techniques d’interpolation. La compilation des émissions de 2001 à 2005 a eu lieu durant une transition en vue d’utiliser les données sur les émissions déclarées à l’INRP, comme la principale source d’émissions industrielles. En général, les données sur les sources ponctuelles de l’INRP ainsi que les données fournies par les provinces ont été utilisées pour les inventaires de 2002, de 2004 et de 2005, et, pour les années 2001 et 2003, on a fait appel à l’interpolation.

Depuis 2005, les renseignements sur les émissions de sources ponctuelles provenaient principalement de l’INRP, et peu de données étaient transmises par les gouvernements provinciaux (Alberta, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, Ontario et Québec) sur certaines sources non déclarantes à l’INRP.

Dans l’INRP, les substances sont regroupées selon les cinq parties indiquées ci-dessous. Pour chaque partie, il y a des seuils ou des déclencheurs de déclaration, qui déterminent si les installations ont à produire un rapport.

  • Partie 1A - Substances principales, et Partie 1B - Substances à d’autres seuils de déclaration
  • Partie 2 - Hydrocarbures aromatiques polycycliques
  • Partie 3 - Dioxines, furanes et hexachlorobenzène
  • Partie 4 - Principaux contaminants atmosphériques (PCA)
  • Partie 5 - Composés organiques volatils différenciés par espèce (COV)

Le tableau A2-24 montre les 17 polluants atmosphériques dont les émissions sont déclarées dans l’IEPA ainsi que leurs seuils de déclaration pour l’INRP. Les détails sur les exigences de déclaration à l’INRP pour chaque groupe de substances sont présentés dans le Guide de déclaration à l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP), 2014 et 2015 (EC, 2015d). Aucune donnée sur les COV recueillie dans la partie 5 n’est utilisée dans l’IEPA.

Tableau A2-24: Seuils de l'INRP pour les polluants atmosphériques
Substance Partie de l'INRP (catégorie de seuil) Critère de seuil quantitatif Seuil de concentration
Ammoniac 1A 10 tonnes de MPO MPO par poids de ≥ 1 %
Cadmium 1B 5 kg de MPO MPO par poids de ≥ 0,1 %
Plomb 1B 50 kg de MPO MPO par poids de ≥ 0,1 %
Mercure 1B 5 kg de MPO s.o.
Benzo[a]pyrène 2 50 kg HAP totaux s.o.
Benzo[b]fluoranthène 2 50 kg HAP totaux s.o.
Benzo[k]fluoranthène 2 50 kg HAP totaux s.o.
Indeno[1,2,3-c,d]pyrène 2 50 kg HAP totaux s.o.
Dioxines et furanes 3 Axé sur les activités s.o.
Hexachlorobenzène 3 Axé sur les activités s.o.
Monoxyde de carbone 4 20 tonnes de rejets dans l'air s.o.
Oxydes d’azote 4 20 tonnes de rejets dans l'air s.o.
Dioxyde de soufre  4 20 tonnes de rejets dans l'air s.o.
Composés organiques volatils 4 10 tonnes de rejets dans l'air s.o.
Matière particulaire totale 4 20 tonnes de rejets dans l'air s.o.
PM10 - particules <= 10 microns 4 0,5 tonne de rejets dans l'air s.o.
PM2.5 - particules <= 2,5 microns 4 0,3 tonne de rejets dans l'air s.o.

Notes :

s.o. - sans object

MPO - substance fabriquée, traitée ou utilisée d’une autre manière

En 2015, environ 6 200 installations ont déclaré à l’INRP le rejet d’un ou de plusieurs polluants visés par l’IEPA.

À l’aide de la base de données de l’INRP de 2015 (la version datée du 7 septembre 2016), les renseignements sur les installations et les données sur les émissions pour les polluants atmosphériques indiqués dans le Table A2-24 ont été extraits pour chaque province et territoire. Le processus de contrôle de la qualité décrit à la Section 4.1 a été appliqué aux données de l’INRP afin d’identifier les valeurs aberrantes ou les rapports de substances manquants. À chaque installation dont les renseignements/données ont été extraits de l’INRP, on a attribué une source, un secteur et un sous-secteur de l’IEPA.

Dans le cas des installations présentant une première déclaration à l’INRP, les codes du Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) (Statistique Canada, 2012), fournis par les installations, ont permis d’attribuer les classifications connexes de secteur et de sous-secteur de l’IEPA. Parfois, une recherche et une vérification supplémentaires ont dû être effectuées pour attribuer la bonne classification aux installations où un certain nombre d’activités diffèrent de celles visées par le code SCIAN fourni à l’INRP par les installations.

Les installations présentant des déclarations à l’INRP ne déclarent pas nécessairement des émissions pour les trois fractions de matières particulaires (PM). Lorsqu’un rapport est présenté à l’INRP pour une ou deux seulement des trois fractions de matières particulaires, une procédure de répartition a été appliquée afin d’estimer un ensemble complet d’émissions de matières particulaires pour l’installation. Cette procédure repose sur les profils de distribution des matières particulaires propres à chaque secteur, établis à partir des émissions de particules déclarées par les installations à l’INRP pour les années d’inventaire de 2006 à 2014. Les rapports de répartition ont été calculés pour chaque installation, puis une moyenne a été calculée par secteur. Les résultats obtenus sont présentés au Table A2-25.

La procédure de distribution des PM décrite par les équations A2-1, A2-2 et A2-3 est appliquée au cas par cas pour combler les lacunes dans les données..

Équation A2-1 : Rapport de répartition des émissions de PM10

Rapport de PM10= Émissions de PM10/ÉmissionOù : s de MPT

Où :

  • Rapport de PM10 = Proportion des émissions de PM10 du secteur par rapport aux émissions de MPT
  • Émissions de PM10 = Émissions de PM10 du secteur
  • Émissions de MPT = Émissions de MPT du secteur

Équation A2-2 : Rapport de répartition des émissions de PM2,5

Rapport de PM2,5^ =Émissions de PM2,5^/Émissions de MPT

Où :

  • Rapport de PM2,5 = Proportion des émissions de PM2,5 du secteur par rapport aux émissions de MPT
  • Émissions de PM2,5 = Émissions de PM2,5 du secteur
  • Émissions de MPT = Émissions de MPT du secteur

Équation A2-3 : Rapport de répartition PM2,5/PM10

Rapport PM2,5/PM10 = Émissions de PM2,5/Émissions de PM10

Où :

  • Rapport PM2,5/PM10 = Rapport des émissions de PM2,5 sur les émissions de PM10 pour le secteur
  • Émissions de PM2,5 = Émissions de PM2,5 du secteur
  • Émissions de PM10 = Émissions de PM10 du secteur

Les émissions de MPT, de PM10 et de PM2,5 calculées au moyen de la procédure de répartition sont ajoutées à la liste des émissions de sources ponctuelles, et il est indiqué que ce sont des estimations d’Environnement et Changement climatique Canada.

Tableau A2-25 : Rapports de répartition des particules (PM)
Secteur Sous-secteur Rapport de PM10 Rapport de PM2,5 Rapport de PM2,5/PM10
Industrie de l'aluminium Vide Vide Vide Vide
Industrie de l'aluminium Fusion primaire et raffinage de l'aluminium 0,686 0,559 0,798
Industrie de l'aluminium Alumineries secondaires (incluant le recyclage) 0,951 0,937 0,926
Industrie des revêtements bitumineux Vide 0,385 0,177 0,513
Industrie du ciment et du béton Vide Vide Vide Vide
Industrie du ciment et du béton Industrie du ciment et du béton 0,623 0,310 0,474
Industrie du ciment et du béton Mélange de béton et produits 0,497 0,230 0,465
Industrie du ciment et du béton Fabrication de la chaux 0,576 0,309 0,512
Fonderies Vide Vide Vide Vide
Fonderies Moulage sous pression 0,711 0,510 0,810
Fonderies Métaux ferreux 0,711 0,510 0,723
Fonderies Métaux non ferreux 0,927 0,490 0,719
Sidérurgie Vide Vide Vide Vide
Sidérurgie Primaire (haut fourneau et réduction directe du fer) 0,598 0,403 0,650
Sidérurgie Secondaire (four à arc électrique) 0,616 0,474 0,802
Sidérurgie Recyclage d'acier 0,711 0,510 0,287
Industrie des minerais de fer Vide Vide Vide Vide
Industrie des minerais de fer Industrie minière de minerai de fer 0,513 0,191 0,432
Industrie des minerais de fer Bouletage 0,480 0,212 0,410
Industrie des produits minéraux Vide Vide Vide Vide
Industrie des produits minéraux Produits d'argile 0,802 0,094 0,484
Industrie des produits minéraux Autres produits minéraux 0,762 0,545 0,665
Exploitation de mines et de carrières Vide Vide Vide Vide
Exploitation de mines et de carrières Industrie du charbon 0,368 0,064 0,147
Exploitation de mines et de carrières Mines de métaux 0,532 0,283 0,509
Exploitation de mines et de carrières Roche, sable et gravier 0,460 0,165 0,397
Exploitation de mines et de carrières Autres minéraux tableau A2-25 Note a 0,465 0,197 0,398
Métaux non ferreux Vide Vide Vide Vide
Métaux non ferreux Ni, Cu, Zi et Pb de première fusion 0,649 0,375 0,606
Métaux non ferreux Pb et Cu de deuxième fusion 0,574 0,396 0,748
Métaux non ferreux Autres métaux 0,494 0,444 0,859
Industrie pétrolière en aval Vide Vide Vide Vide
Industrie pétrolière en aval Stockage en vrac et distribution des produits pétroliers raffinés 0,100 0,100 0,750
Industrie pétrolière en aval Autre industrie pétrolière en aval 0,743 0,641 0,628
Transport et distribution des produits pétroliers Vide Vide Vide Vide
Transport et distribution des produits pétroliers Distribution du gaz naturel 1,000 1,000 1,000
Petroleum Product Transportation and Distribution Transport du gaz naturel 1,000 1,000 1,000
Transport et distribution des produits pétroliers Transport de produits pétroliers liquides 1,000 1,000 1,000
Industrie pétrolière en amont Vide Vide Vide Vide
Industrie pétrolière en amont Valorisation du bitume et du pétrole lourd 0,729 0,451 0,603
Industrie pétrolière en amont Valorisation du bitume et du pétrole lourd 0,915 0,876 0,997
Industrie pétrolière en amont Production et transformation du gaz naturel 0,915 0,876 0,997
Industrie pétrolière en amont Extraction et traitement in situ des sables bitumineux 0,995 0,994 1,000
Industrie pétrolière en amont Exploitation, extraction et traitement des sables bitumineux 0,956 0,908 0,947
Industrie pétrolière en amont Exploitation, extraction et traitement des sables bitumineux 0,690 0,594 0,756
Charbon Vide 0,578 0,293 0,484
Diesel Vide 0,735 0,608 0,924
Gaz naturel Vide 0,909 0,663 0,902
Déchets Vide 0,734 0,540 0,760
Autres (production d'électricité) Vide 0,735 0,608 0,924
Fabrication d’abrasifs Vide 0,842 0,773 0,371
Boulangeries Vide 0,947 0,931 0,857
Industrie chimique Vide Vide Vide Vide
Industrie chimique Fabrication de produits chimiques 0,737 0,595 0,754
Industrie chimique Production de fertilisants 0,575 0,235 0,520
Industrie chimique Fabrication de peintures et vernis 0,919 0,564 0,701
Industrie chimique Industrie pétrochimique 0,894 0,424 0,587
Industrie chimique Fabrication de plastiques et de résines synthétiques 0,791 0,566 0,744
Industrie chimique Autres (industrie chimique)tableau A2-25 Note b Varie Varie Varie
Électronique Vide 0,958 0,833 0,834
Préparation d'aliments Vide 0,651 0,409 0,634
Fabrication de verre Vide 0,836 0,755 0,919
Traitement des céréales Vide 0,387 0,140 0,338
Fabrication de produits métalliques Vide 0,747 0,590 0,771
Fabrication de plastiques Vide 0,731 0,474 0,817
Industrie des pâtes et papiers Vide 0,737 0,560 0,757
Textiles Vide 1,000 1,000 0,759
Fabrication de véhicules (moteurs, pièces, assemblage, peinture) Vide 0,694 0,427 0,748
Industrie du bois Vide Vide Vide Vide
Industrie du bois Usines de panneaux 0,596 0,361 0,589
Industrie du bois Scieries 0,423 0,197 0,451
Industrie du bois Autres produits du bois 0,688 0,549 0,732
Autres industries de fabricationtableau A2-25 Note c Vide Varie Varie Varie
Production d'animaux Vide 0,280 0,058 0,208
Production de la moisson Vide Vide Vide Vide
Production de la moisson Production d'engrais 0,490 0,140 0,286
Production de la moisson Récolte 0,455 0,091 0,200
Production de la moisson Labourage de terre 0,210 0,100 0,476
Production de la moisson Érosion éolienne 0,500 0,100 0,200
Agriculture - combustibles Vide 0,646 0,503 0,749
Combustion de carburant commerciale et institutionnelle Vide 0,761 0,581 0,599
Industrie du fret maritime Vide 0,396 0,147 0,365
Incinération commerciale et industrielle Vide 0,718 0,359 0,479
Incinération municipale Vide 0,737 0,680 0,913
Déchets Empty Vide Vide Vide
Déchets Sites d'enfouissement 0,778 0,603 0,743
Déchets Traitement et élimination des déchets 1,000 1,000 1,000
Déchets Production d'énergie à partir des déchets 1,000 1,000 0,968
Déchets Traitement de l'eau et des eaux usées 0,778 0,603 0,743
Nettoyage à sec Vide 1,000 1,000 1,000
Peinturestableau A2-25 Note d Vide Varie Varie Varie
Revêtements de surface Vide 0,942 0,786 0,792
Routes non-pavéestableau A2-25 Note e Vide 0,265 0,027 0,100

Notes :

Selon les émissions de sources ponctuelles de 2006 à 2013, sauf indication contraire.

  • tableau A2-25 Note a Aux fins de ce tableau, cette catégorie ne comprend pas le calcaire.
  • tableau A2-25 Note b Les valeurs des ratios PM pour ces catégories varient selon le sous-secteur: Autres industries chimiques - valeurs comprises entre 0,465 et 0,886.
  • tableau A2-25 Note c Les émissions de PM de sources étendues produites par les produits du bois ont été estimées par le Groupe des produits forestiers de la Direction générale de l’intendance environnementale d’ECCC. Les émissions de tous les autres polluants de sources étendues ont été estimées par la DIRP.
  • tableau A2-25 Note d Les émissions provenant de produits composés de mercure ont été calculées dans un inventaire distinct. Ces émissions sont déclarées par un grand nombre de secteurs, dont Sidérurgie, Incinération municipale, Source humaine et Sites d’enfouissement. Toutes les émissions de sources étendues de mercure dans les produits continuent d’être estimées et déclarées pour ces secteurs.
  • tableau A2-25 Note e. Les fractions sont calculées à partir des fractions de matières particulaires figurant dans le guide Boîte à outils de l'INRP qui s'intitule Guide pour l'estimation des émissions de poussière des routes industrielles non asphaltées.

A2.5 Rapprochement des émissions de sources ponctuelles et de sources étendues

L’application d’un protocole de rapprochement permet d’éviter la double comptabilisation des émissions au moment de combiner les données des sources étendues et des sources ponctuelles afin de dresser l’IEPA final. Le rapprochement est effectué au niveau des sous secteurs pour chaque province et territoire du Canada. Le table A2-1 de la section A2.2 contient une liste complète des secteurs qui ont dû faire l’objet de rapprochement.

A2.5.1 Procédures générales

La méthode pour le rapprochement des émissions de sources ponctuelles et de sources étendues d’une province, d’un secteur et d’un sous secteur et pour un polluant donné est la suivante :

  • Si la quantité totale d’émissions de sources étendues est supérieure ou égale à la quantité totale d’émissions de sources ponctuelles, l’estimation rapprochée des émissions de sources étendues est égale à l’estimation des émissions de sources étendues totales moins l’estimation des émissions de sources ponctuelles totales, comme l’indique l’équation A2-4.

Équation A2-4:

Si, Sources étenduesTotales≥Sources ponctuellesTotales
Alors, Sources étenduesRAP=Sources étentudesTotales-Sources ponctuellesTotales

  • Si la quantité totale d’émissions de sources étendues est inférieure ou égale à la quantité totale d’émissions de sources ponctuelles, l’estimation rapprochée des émissions de sources étendues est égale à zéro, comme l’indique l’équation A2-5.

Équation A2-5:

Si, Sources étenduesTotales≤Sources ponctuellesTotales
Alors, Sources étenduesRAP= 0

Quelques points à prendre en considération :

  • En général, les émissions de Sources étenduesRAP représentent les émissions d’installations non déclarantes (y compris les installations de plus petite taille et celles dont les émissions n’atteignent pas les seuils des exigences de déclaration).
  • Lorsque les émissions de Sources étenduesRAP = 0 (équation A2-5), on considère que les données sur les émissions de sources ponctuelles représentent la totalité des sources d’émissions du secteur.

Pour la plupart des secteurs industriels, les données sur les émissions des sources ponctuelles de l’INRP tiennent compte de toutes les émissions rejetées par les installations, de sorte que les estimations des émissions des sources étendues ne sont pas nécessaires (c.-à-d. Sources étenduesRAP = 0). Toutefois, dans le cas de certains secteurs industriels qui ont encore une composante de sources étendues, le rapprochement s’avère nécessaire.

Des procédures de rapprochement sont effectuées pour les secteurs et sous-secteurs qui rejettent des émissions de sources étendues et de sources ponctuelles (tableau A2-1). Par exemple, pour 2015, une procédure de rapprochement a été réalisée pour l’industrie des revêtements bitumineux.

A2.5.2    Industrie du bois

On n’a pas rapproché les émissions de matières particulaires (MPT, PM10 et PM2,5) des scieries et des usines de panneaux (secteur de l’industrie du bois) à l’aide de la procédure décrite à la section A2.5.1. Les données déclarées par les installations à l’INRP dans le cas des scieries et des usines de panneaux ont plutôt servi à caractériser l’ensemble de l’industrie. Ces données sur les sources ponctuelles ont été utilisées conjointement avec un certain nombre d’indicateurs de production afin d’estimer les émissions de matières particulaires des installations qui ne sont pas tenues de déclarer leurs données à l’INRP, mais qui sont en activité. Les estimations en question ont été présentées comme émissions de sources étendues. La somme des émissions des sources étendues et des sources ponctuelles de l’INRP représente la totalité des émissions de ces sous-secteurs. Il y a eu rapprochement des émissions de tous les autres polluants au niveau des sous secteurs et des provinces en fonction de la procédure et des équations types décrites à la section A2.5.1.

A2.6 Nettoyage à sec, utilisation générale de solvants, imprimerie et revêtements de surface

Les émissions de sources étendues pour les secteurs du nettoyage à sec, de l’utilisation générale de solvants, de l’imprimerie et des revêtements de surface (catégorie de source Peintures et solvants) visent au total 92 différents types de solvants et d’applications. La difficulté à surmonter consiste à rapprocher les estimations des émissions de sources étendues et les émissions de sources ponctuelles déclarées par les installations, qui comprennent diverses sources (utilisation de solvants ainsi que processus, combustion de combustibles, poussière des routes, etc.) regroupées selon le même Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN). À cause de la complexité de ce secteur, le rapprochement des émissions des sources étendues et des sources ponctuelles de l’INRP doit se faire en plusieurs étapes à l’aide d’une application spéciale en base de données (Cheminfo, 2016a) :

  1. attribuer les émissions des sources étendues d’utilisation de solvants selon les classes du SCIAN du niveau à quatre chiffres tirées de l’INRP;
  2. répartir les totaux des COV de l’INRP selon les classes du SCIAN du niveau à quatre chiffres dans les groupes d’émissions de type « processus » et de type « solvant »;
  3. soustraire les émissions tirées de l’INRP de type « solvant » des émissions liées à l’utilisation de solvants de sources étendues.

Si, lorsqu’on soustrait les émissions des sources ponctuelles des émissions des sources étendues pour une certaine utilisation de solvants, on obtient une valeur négative peu élevée, l’estimation des émissions pour cette source étendue est de zéro. Cependant, si le rapprochement donne une valeur négative élevée, il faut examiner et vérifier les estimations des émissions des sources étendues et des sources ponctuelles et les pourcentages de répartition pour cette utilisation de solvants et ajuster les estimations en conséquence.

A2.7 Mercure dans les produits

Du mercure peut être rejeté dans l’atmosphère au cours du cycle de vie des produits qui en contiennent, notamment pendant la fabrication, la distribution, l’utilisation, l’évacuation, le transport et l’élimination finale et dans le flux de déchets (y compris lors d’un bris et du traitement de produits contenant du mercure). Ainsi, le rapprochement des émissions atmosphériques de Hg provenant de produits contenant du mercure avec les données déclarées à l’INRP par les installations fait intervenir un examen et une caractérisation de la source des émissions figurant dans les estimations des installations déclarantes (principalement dans le secteur des déchets, p. ex. le sous-secteur des sites d’enfouissement), le but étant de s’assurer que les émissions de Hg estimées selon l’approche du cycle de vie ne figurent pas en double dans les données déclarées par les installations).

A2.8 Références

[ACFC] Association des chemins de fer du Canada. 2013. Programme de surveillance des émissions de locomotives 2011.

[AEAC] Agriculture et Agroalimentaire Canada. 2016. Red Meat Market Information, Alternative Livestock, Rabbit industry at a glance.

[AER] Alberta Energy Regulator. 2016. AER Compliance Dashboard - Incidents (en anglais seulement). [cité le 16  août 2016].

[APC] Agence Parcs Canada. 2015. Brûlages dirigés - 1990 à 2015. Agence Parcs Canada.

Battye R., W. Battye, C. Overcash, S. Fudge. 1994. Development and Selection of Ammonia Emission Factors (en anglais seulement). Durham (NC). No de rapport de l’EPA/600/R-94/190.

[BCMWLAP]  British Columbia Ministry of Water, Land and Air Protection. 2004. 2000 British Columbia Emissions Inventory of Criteria Air Contaminants: Methods and Calculations (en anglais seulement) (Format PDF 1.22 Mo). Victoria (BC).

[BCOGC] British Columbia Oil and Gas Commission. 2016. Drilling Kicks and Blowouts by Area (en anglais seulement).

Boadi D.A., K. H. Ominski, D. L. Fulawka, K. M. Wittenberg. 2004. Improving Estimates of Methane Emissions Associated with Enteric Fermentation of Cattle in Canada by Adopting an IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) Tier-2 Methodology. Winnipeg (Manitoba).

Bouwman A. F., L. J. M. Boumans, N. H. Batjes. 2002. Estimation of global NH3 volatilization loss from synthetic fertilizers and animal manure applied to arable lands and grasslands. Global Biogeochemical Cycles 16 (2):8-1-8-14.

[CANA] Cremation Association of North America. 2013. Annual CANA Statistics Report 2012: Executive Summary (en anglais seulement) (Format PDF 563 Ko). [Consulté le 11 août 2016].

[CANA] Cremation Association of North America. 2016. Annual CANA Statistics Report (DRAFT). Rapport non publié. Reçu de Barbara Kemmisle 24 juillet 2016.

[CANMET] Canada Centre for Mineral and Energy Technology. 1993. Present and Future Uses of Energy in the Cement and Concrete Industries in Canada. Rapport inédit. Mississauga (Ontario) : Holderback Consulting. Préparé pour Énergie, Mines et Ressources Canada. 

[CAPP] Canadian Association of Petroleum Producers. 2005. Extrapolation of the 2000 UOG Emission Inventory to 2001, 2002 and 2003. Calgary (Alberta): Clearstone Engineering Ltd.

[CAPP] Canadian Association of Petroleum Producers. 2016. Statistical Handbook for Canada’s Upstream Petroleum Industry (en anglais seulement). [révisé 2016 mai ; cité le 16 août 2016].

[CARB] California Air Resources Board. 2003 Emission Inventory Procedural Manual Volume III: Methods for Assessing Area Source Emissions.

[CARB] California Air Resources Board. 2005. California Air Toxics Emission Factor Database (en anglais seulement) [base de données en ligne].

[CCG] Commission canadienne des grains. 2013. Grain Statistics Weekly 2012 - 2014.

[CCME] Conseil canadien des ministres de l’Environnement. 2001. A Study of Fugitive Coal Dust Emissions in Canada. Rapport inédit. Préparé pour le CCME.

[CEA] Canadian Electricity Association. 2002. Perspectives: Understanding Mercury (en anglais seulement) (Format PDF 210 Ko). 1 (1)

Cheminfo Services. 2005. Survey of Small and Medium Commercial Baking Establishments to Estimate Average VOC Emission Factors. Rapport inédit. Markham (Ontario) : Cheminfo. Préparé pour Environnement Canada.

Cheminfo Services. 2007. Volatile Organic Compound (VOC) Emissions from the Use of Solvents in Canada - Inventory Improvement and Trends Compilation - Task #2: VOC Emission Trends Compilation 1985-2005. Rapport inédit. Markham (Ontario) : Cheminfo. Préparé pour Environnement Canada.

Cheminfo Services. 2016a. Compilation of Volatile Organic Compound (VOC) Emissions from the Use of Solvents in Canada: Inventory Update. VOC Emission Trends Compilation: 2005 to 2014. Rapport inédit..  Markham (Ontario): Cheminfo.Préparé pour  Environnement et Changement climatique Canada.

Cheminfo Services. 2016b. User Manual for the Solvent VOC Database Model. Final Report Version 3. Rapport inédit. Markham (Ontario): Cheminfo. Préparé pour Environnement et Changement climatique Canada.

CIFFC] Canadian Interagency Forest Fires Centre. 2016. Canada Report 2015 (en anglais seulement).

[CNLOPB] Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board. 2016a. Production Summary by Well - Hibernia (en anglais seulement) (Format PDF 311 Ko). [cité le 16 août 2016].

[CNLOPB] Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board. 2016b. Production Summary by Well (en anglais seulement) (Format PDF 174 Ko) - Terra Nova. [cité le 16 août 2016].

[CNLOPB] Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board. 2016c. Production Summary by Well - White Rose (Format PDF 135 Ko). [cité le 16 août 2016].

[CNLOPB] Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board. 2016d. Production Summary by Well - North Amethyst (en anglais seulement) (Format PDF 219Ko). [cité le 16 août 2016].

[CNLOPB] Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board. 2016e. Environment Statistics - Spill Frequency and Volume Annual Summary (en anglais seulement) (Format PDF 70.4 Ko). [cité le 16 août 2016].

Coe D. L., H. H. Main, L. R. Chinkin, C. Loomis, J. Wilkinson. 1996. Review of current methodologies for estimating ammonia emissions-Draft Final Report. Santa Rosa (CA): Sonoma Technology. No de rapport STI-95310-1580-DFR. Préparé pour le California Air Resources Board.

[DAC] DesRosiers Automotive Consultants. 2014. Census of Vehicles in Operation in Canada. Richmond Hill (Ontario). Préparé pour Environnement Canada.

Ding Y. S., J. S. Trommel, X. J. Yan, D. Ashley, C. H. Watson. 2005. Determination of 14 polycyclic aromatic hydrocarbons in mainstream smoke from domestic cigarettes (en anglais seulement). Environmental Science & Technology 39 (2):471-78.

[DGRV] District régional de Vancouver, [FVRD] District régional de Fraser Valley. 2003. 2000 Emission Inventory for the Canadian Portion of the Lower Fraser Valley Airshed - Detailed Listing of Results and Methodology. Burnaby (Colombie-Britannique). District régional de Vancouver.

[EC] Environnement Canada. 1983. Inventaire national des émissions de polluants atmosphériques (1978). Ottawa (Ontario) : Environnement Canada, Direction générale des programmes de protection de l’environnement. No de rapport : SPE 3-EP-83-10.

[EC] Environnement Canada. 1992. Estimation des émissions de gaz provoquant l’effet de serre au Canada en 1990. Ottawa (Ontario) : Environnement Canada. No de rapport : SPE 5/AP/4.

[EC] Environnement Canada. 2010. Teneur en soufre des combustibles liquides (Format PDF 599 Ko). Gatineau (Québec) : Environnement Canada, Division du pétrole, du gaz et de l’énergie de remplacement.

[EC] Environnement Canada. 2011. Canadian Off-road Equipment Population. Rapport inédit. Mississauga (Ontario) : Environnement Canada. No de rapport : CA12-00333A. Préparé pour Environnement Canada.

[EC] Environnement Canada. 2013. Sulphur in Liquid Fuels [base de données confidentielle]. Gatineau (Québec) : Environnement Canada, Division du pétrole, du gaz et de l’énergie de remplacement.

[EC] Environnement Canada. 2014. Technical Report on Canada’s Upstream Oil and Gas Industry. Vols. 1 - 4. Préparé pour Environnement Canada. Calgary (AB): Clearstone Engineering Ltd.

[EC] Environnement Canada. 2015a. Inventaire national des rejets de polluants (INRP), 2014 [base de données en ligne]. Gatineau (Québec) : Environnement Canada, Inventaire national des rejets de polluants.

[EC] Environnement Canada. 2015b. Rapport d’inventaire national 1990-2013: Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada. Rapport du Canada présenté à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Gatineau (Québec).

[EC] Environnement Canada. 2015c. Sommaires climatologiques mensuels [base de données en ligne]. Environnement Canada, Équipe nationale de réponse aux demandes du public [cité le 14 août 2015].

[EC] Environnement Canada. 2015d. Guide de déclaration à l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) 2014 et 2015. Gatineau (Québec).

[ECCC] Environnement et Changement climatique Canada. 2016. Données sur la consommation hors route d’essence, de 1980 à 2015. Gatineau (Québec) : Environnement et Changement climatique Canada.

E.H. Pechan & Associates, Inc. 2003. Methods for Developing a National Emission Inventory for Commercial Cooking Processes: Technical Memorandum (en anglais seulement) (Format PDF 603Ko). Rapport inédit. Springfield (VA) : Pechan. Préparé pour l’U.S. EPA.

[EIIP] Emission Inventory Improvement Program. 2001. EIIP Technical Report Series Volume 3: Area Sources (en anglais seulement). Rapport no : EPA 454/R-97-004.

[EIIP] Emission Inventory Improvement Program. 2001. EIIP Technical Report Series Volume 3: Area Sources (en anglais seulement). Rapport no : EPA 454/R-97-004.

Gray N., P. Boyle. 2002. Heavy metals range of emissions from 26 selected brands. Ann Oncol (13):19-21.

Gulland J. 2000. Non-Industrial Fuel Combustion Sector: Residential Fuel Wood Combustion. Rapport inédit. Gatineau (Québec). Préparé pour Environnement Canada.

Hagstrom M. 2010. TPengs FOI orig comp data 031105 corr 071129 Jason Hickey 13 June 2010. Stockholm (SE). Department of  Systems Technology. Swedish Defence Research Agency.

Huffman T, Coote D.R, Green M. 2012. Twenty-five years of changes in soil cover on Canadian Chernozemic (Mollisol) soils, and the impact on the risk of soil degradation. Canadian Journal of Soil Science 92:471-479.

[OACI] Organisation de l’aviation civile internationale. 2009. ICAO Aircraft Engine Emissions Databank (en anglais seulement) [base de données en ligne].

Johnson ND, Scholtz MT, Cassidy V, Davidson K, Ord D. 1992. MOE Toxic Chemical Emission Inventory for Ontario and Eastern North America. Mississauga (Ontario): Ortech International. Rapport no :P92-T61-5429/OG.

Lemieux PM, Lutes CC, Santoianni DA. 2004. Emissions of organic air toxics from open burning: a comprehensive review (en anglais seulement). Progress in Energy and Combustion Science 30 (1):1-32.

Madison. 2014. Madison’s 2013 Online Lumber Directory (en anglais seulement).

Meil J, Bushi L, Garrahan P, Aston R, Gingras A, Elustondo D. 2009. Situation sur la consommation d’énergie dans le secteur canadien des produits du bois. Ottawa (Ontario). No au catalogue : M144-214/2009.

[METPCB] Ministère de l’Environnement, des Terres et des Parcs de la Colombie-Britannique. 1997. British Columbia Inventory of Common Air Contaminants Emitted in 1995 from Miscellaneous Area Sources Outside of the Lower Fraser Valley. Victoria (Colombie-Britannique).

[MMIC] Motorcycle & Moped Industry Council. 2013. Motorcycle, Scooter & All-Terrain Vehicle Annual Industry Statistics Report, 2013. Markham (Ontario): MMIC.

[BDNF] Base de données nationale sur les forêts. 2016. Tableau 6.4 Superficie de terrain préparé par tenure, par traitement et par province ou territoire, 1990-2015 (en anglais seulement). Base de données nationale sur les forêts. Parties A et B.

[RNCan] Ressources naturelles Canada. 2014. Statistiques en ligne sur les minéraux et les mines - Production minérale du Canada, par province et territoire. Ottawa (Ontario). RNCan.

[RNCan] Ressources naturelles Canada. 2015. Statistiques annuelles - Production minérale du Canada, par province et territoire. Ottawa (Ontario). RNCan.

Ott W, Lagan L, Switzert P. 1992. A time series model for cigarette smoking activity patterns: Model validation for carbon monoxide and respirable particles in a chamber and an automobile. J Exp Anal Epid 2:175-200.

Ott W, Switzer P, Robinson J. 1996. Particle Concentrations Inside A Tavern Before And After Prohibition Of Smoking: Evaluating The Performance Of An Indoor Air Quality Model (en anglais seulement) (Format PDF 2.52 Mo). J Air Waste Manag Assoc 46:1120-34.

[OFAC] Office federal de l’aviation civile. 2007. Aircraft Piston Engine Emissions Summary Report. Confédération suisse. Rapport no : 0/3/33/33-05-003.022.

 [PCSCE/CORINAIR] Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe / Core Inventory of Air Emissions. 2006. Emission Inventory Guidebook. Version 2.3. Copenhague (Danemark). European Environment Agency.

[PCSCE/AEE] Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe / Agence européenne pour l’environnement. 2009. EMEP/EEA Air Pollutant Emission Inventory Guidebook: Technical Guidance to Prepare National Emission Inventories. Part B: Sectoral Guidance Chapters. Luxembourg: Office for Official Publications of the European Communities. Rapport technique no : 9/2009.

[PCSCE/AEE] Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe / Agence européenne pour l’environnement. 2013. EMEP/EEA Air Pollutant Emission Inventory Guidebook 2013. Technical Guidance to Prepare National Emission Inventories. Luxembourg: Publications Office of the European Union. Rapport technique no : 12/2013.

[PCSCE/CORINAIR] Programme concerté de surveillance continue et d’évaluation du transport à longue distance des polluants atmosphériques en Europe / Core Inventory of Air Emissions. Emission Inventory Guidebook. 3rd Edition. Copenhague (Danemark). UNECE/EMEP Task Force on Emissions Inventories and Projections European Environment Agency [cité le 4 décembre 2015]. Rapport no : 30.

Pattey E, Qiu Guowang Q. 2012. Trends in Primary Particulate Matter Emissions from Canadian Agriculture. Journal of the Air & Waste Management Association 62 (7):737-47.

Pattey E, Qiu G, Fiset S, Ho E, MacDonald D, Liang C. 2015 Primary Particulate Matter Emissions and Trends from Canadian Agriculture. València, Spain: 23rd International Conference on Modelling, Monitoring and Management of Air Pollution.

Pinchin Environmental Ltd. 2007. CAC Emissions from the Canadian Grain Handling Industry - 1985-2007. Rapport inédit. Mississauga (Ontario). Santé Canada.

Polk & Co. 2014. Trucking Industry Profile Database [unpublished database]. Polk &Co.  Préparé pour Environnement Canada.

Réalités canadiennes. 1997. Residential Fuelwood Combustion in Canada. Volumes I, II et III. Hull (Québec) : Canadian Facts. Préparé pour Environnement Canada.

Réalités canadiennes. 2006. Residential Fuelwood Combustion in Canada.Volume I. Hull (Québec) : Canadian Facts. Préparé pour Environnement Canada.

[RISI] Resource Information Systems Inc. 2013. North American Wood Panels and Engineered Wood Products Capacity Report, 2013 (en anglais seulement).

Roe SM, Spivey MD, Lindquist HC, Thesing KB, Strait Randy P and Associates Inc. 2004. Estimating ammonia emissions from anthropogenic nonagricultural sources - Draft final report (en anglais seulement) (Format PDF 402 Ko). Rapport inédit. U.S EPA, Emission Inventory Improvement Program.   

Santé Canada. 2015. Enquête de surveillance de l’usage du tabac au Canada (ESUTC) - Tableaux supplémentaires - Annuel), (février-décembre 2013) [tableaux en ligne]. Ottawa (Ontario) [révisé le 3 février 2015;cité le 3 juin 2015].

Seedorf J. 2004.An emission inventory of livestock-related bioaerosols for Lower Saxony, Germany (en anglais seulement). Atmospheric Environment 38:6565-81.

Senes Consultants. 2008. Update of Process Emission Profiles for Hot Mix Asphalt (HMA) Manufacturing Establishments across Canada. Rapport inédit. Richmond Hill (Ontario): Senes Consultants. Préparé pour Environnement Canada.

Sheppard SC, Bittman S. 2010. Farm survey used to guide estimates of nitrogen intake and ammonia emissions for beef cattle, including early season grazing and piosphere effects. Anim Feed Sci Tech 167:688-698.

Sheppard SC, Bittman S. 2012. Farm practices as they affect NH3 emissions from beef cattle. Can J Anim Sci 92:525-543.

Sheppard SC, Bittman S, Tait J, Sommer SG, Webb J. 2007a. Sensitivity analysis of alternative model structures for an indicator of ammonia emissions from agriculture. Can J Soil Sci 87 (Special Issue):129-139.

Sheppard SC, De Jong R, Sheppard MI, Bittman S, Beaulieu MS. 2007b. Estimation of ammonia emission episodes for a national inventory using a farmer survey and probable number of field working days. Can J Soil Sci 87:301-313.

Sheppard SC, Bittman S, Swift M, Beaulieu M, Sheppard M. 2011b. Ecoregion and farm size differences in dairy feed and manure nitrogen management: A survey (Format PDF 351 Ko). Can J Anim Sci 91:459-473.

Sheppard SC, Bittman S, Tait J. 2009b. Monthly NH3 emissions from poultry in 12 Ecoregions of Canada. Can J Anim Sci 89:21-35.

Sheppard SC, Bittman S, Swift ML, Tait J. 2010a. Farm practices survey and modelling to estimate monthly NH3 emissions from swine production in 12 Ecoregions of Canada. Can J Anim Sci 90:145-58.

Sheppard SC, Bittman S, Bruulsema TW. 2010b. Monthly ammonia emissions from fertilizers in 12 Canadian Ecoregions. Can J Soil Sci 90:113-127.

Sheppard S, Bittman S, Swift M, Tait J. 2011a. Modelling monthly NH3 emissions from dairy in 12 Ecoregions of Canada. Can J Anim Sci 91:649-61.

Sheppard SC, Bittman S, Swift M, Beaulieu M, Sheppard M. 2011b. Ecoregion and farm size differences in dairy feed and manure nitrogen management: A survey (Format PDF 351 Ko). Can J Anim Sci 91:459-473.

[SK MOE] Saskatchewan Ministry of Economy. 2016a. 2015 Crude Oil Volume and Value Summary (en anglais seulement). [révisé le 29 février 2016; cité le 24 août 2016].

[SK MOE] Saskatchewan Ministry of Economy. 2016b. Petroleum and Natural Gas Spill Report Directory (en anglais seulement). [révisé le 9 août 2016; cité le 16 août 2016].

SNC-Lavalin Environment. 2012. National Marine Emissions Inventory for Canada, 2010. Rapport inédit. Burnaby (Colombie-Britannique): SNC-Lavalin. Préparé pour Environnement Canada.

SNC/GECO Canada Inc., Ontario Research Foundation. 1981. A Nationwide Inventory of Anthropogenic Sources and Emissions of Primary Fine Particulate Matter. Rapport inédit. Montréal (Québec). SNC/GECO. Préparé pour Environnement Canada.

Statistique Canada. 1997. Products Shipped by Canadian Manufacturers, 1995. Ottawa (Ontario). Statistique Canada. No au catalogue : 31-211-XPB.

Statistique Canada. 2007. Tableau CANSIM 379-0019 : Produit intérieur brut (PIB) aux prix de base, selon le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN), mensuel (dollars x 1 000 000) [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada [révisé le 27 septembre 2007; consulté le 2 juin 2016].

Statistique Canada. 2010. Les habitudes de dépenses au Canada, 2009 (Format PDF - Ko). Ottawa (Ontario). Statistique Canada. No au catalogue : 62-202-X.

Statistique Canada. 2012. Le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) - Canada 2012.  Ottawa (Ontario). Statistique Canada. No au catalogue : 12-501-X.

Statistique Canada. 2013. Tableau CANSIM 405-0001 et tableau 405-0004 : Immatriculations de véhicules automobiles routiers, remorque et motoneige (immatriculations) [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada.

Statistique Canada. 2015a. Estimations démographiques annuelles : Canada, provinces et territoires (91-215-X)  Ottawa: Statistique Canada, 2015. Catalogue no. 91-215-X.

Statistique Canada. 2015b. Tableau CANSIM 051-001: Estimations de la population, selon le groupe d'âge et le sexe au 1er juillet, Canada, provinces et territoires annuel (personnes sauf indication contraire) [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario): Statistique Canada  [révisé le 28 septembre 2015; cité le 18 avril 2016].

Statistique Canada. 2015c. Base de données du Bulletin sur la disponibilité et écoulement d’énergie au Canada, de 1990 à 2014. Statistique Canada.

Statistique Canada. 2015d. Tableau CANSIM 001-0010 : Estimation de la superficie, du rendement, de la production et du prix moyen à la ferme des principales grandes cultures, en unité métriques, annuel, de 1908 à 2014 [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada [cité le 4 décembre 2015].

Statistique Canada. 2015e. Tableau CANSIM 405-0002 : Ventes de carburants destinés aux véhicules automobiles, par province et territoire [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada.

Statistique Canada. 2016a. Tableau CANSIM 304-0014 : Stocks, ventes, commandes et rapport des stocks sur les ventes pour les industries manufacturières, selon le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN), Canada mensuel (dollars sauf indication contraire). [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada [cité le 26 septembre 2014].

Statistique Canada. 2016b. Tableau CANSIM 051-0001 : Population par année, par province et territoire [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada [cité le 31 mai 2016].

Statistique Canada. 2016c. Tableau CANSIM 304-0015 : Ventes pour les industries manufacturières, selon le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) et province mensuel (dollars). [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario).

Statistique Canada. 2016d. Tableau CANSIM 329-0075 : Indices des prix des produits industriels, selon le Système de classification des produits de l’Amérique du Nord (SCPAN) mensuel (indice, 2010 = 100). [base de données en ligne]. Ottawa (Ontario). Statistique Canada [cité le 26 septembre 2014].

Statistique Canada. 2016e. Tableau CANSIM 131-0001 Approvisionnements et utilisations du gaz naturel historiques  mensuel (mètres cubes x 1 000 000).

Statistique Canada. 2016f. Tableau  CANSIM 126-0001 Approvisionnements et utilisations du pétrole brut et équivalent historiques mensuel (mètres cubes x 1 000).   

Statistique Canada. 2016g.Tableau CANSIM 003-0004Statistiques de porcs, nombre de porcs dans les fermes à la fin d'une période semestrielle semestriel (tête x 1 000). [cité le 14 juillet 2016].

Statistique Canada.  2016h. Tableau CANSIM 003-0015 Bilan des visons et renards dans les fermes d'élevage et nombre de fermes annuel (nombre sauf indication contraire). [cité le 10 août  2016].

Stewart-Brown Associates. 2012. Kilometre Accumulation Rates in British Columbia and Ontario. Abbotsford (Colombie-Britannique). Préparé pour Environnement Canada.

Takai H, Pedersen S, Johnsen JO, Metz JHM, Groot Koerkamp PWG, Uenk GH, Phillips VR, Holden MR, Sneath RW, Short JL, White RP, Hartung J, Seedorf J, Schröder M, Linkert KH, Wathes CM. 1998. Concentrations and emissions of airborne dust in livestock buildings in Northern Europe (en anglais seulement). Journal of Agricultural Engineering Research 70 (1):59-77.

Tecsult Inc. 2006. Study on gasoline vapour recovery in Stage I distribution networks in Canada. Rapport no : 0514676. Préparé pour Environnement Canada.

The NPD Group, Inc. 2016. Base de données ReCount, 1999 à 2014. North York (Ontario): NPD Group.

TNS Canada. 2012. Residential Fuelwood Combustion in Canada. Rapport inédit. Ottawa (Ontario). TNS Canada. Préparé pour  Ressources naturelles Canada.

Tracey K. 2014. Residential Fuelwood Combustion in Canada. Rapport inédit. Gatineau (Québec). Environnement Canada, Division des inventaires et rapports sur les polluants.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 1985. Compilation of Air Pollutant Emission Factors (en anglais seulement). 5th Edition. Research Triangle (NC): Office of Air Quality Planning and Standards [cité le 27 août 2014].

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 1990. Landfill Air Emissions Estimation Model: User’s Manual (en anglais seulement). Washington (DC). Rapport no : EPA-600/8-90-085a.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 1992. Compilation of Air Pollutant Emission Factors, Volume I: Stationary Point and Area Sources. 4th Edition (en anglais seulement) Office of Air Quality Planning and Standards.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 1995a. Compilation of Air Pollutant Emission Factors, Volume I: Stationary Point and Area Sources. 5th Edition. Research Triangle Park (NC): US Environmental Protection Agency, Office of Air Quality Planning and Standards.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 1995b. Compilation of Air Pollutant Emission Factors, Volume I: Stationary Point and Area Sources. 5th Edition (en anglais seulement) [updates for 2002]. Research Triangle Park (NC): Office of Air Quality Planning and Standards.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 1998. Compilation of Air Pollutant Emission Factors, Volume I: Stationary Point and Area Sources. 5th Edition (en anglais seulement). Research Triangle Park (NC): Office of Air Quality Planning and Standards.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2003. Draft Dioxin Reassessment.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency 2004a.WebFIRE. Factor Information Retrieval (FIRE) Data System (en anglais seulement). Clearinghouse for Inventories & Emission Factors.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2004b. Exposure and Human Health Reassessment of 2, 3, 7, 8-Tetrachlorodibenzo-p-Dioxin (TCDD) and Related Compounds (en anglais seulement). Washington (DC): National Academy of Sciences (External Review Draft). Rapport no : EPA/600/P-00/001Cb.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2005a. Documentation for Aircraft, Commercial Marine Vessel, Locomotive, and other Nonroad Components of the National Emissions Inventory, Vol 1 - Methodology. Research Triangle Park (NC). Contract No. 68-D-02-063.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2005b. User’s Guide for the Final NONROAD2005 Model (en anglais seulement) (Format PDF 2.08 Mo). Washington (DC): Office of Transportation and Air Quality. Rapport no : EPA420-R-05-013.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2008. SPECIATE 4.2: Speciation Database Development Documentation (en anglais seulement). Research Triangle Park (NC): Office of Research and Development. Rapport no : EPA/600-R-09/038.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2010a. PM Calculator (en anglais seulement) [base de données en ligne]. Research Triangle Park (NC): Office of Air Quality Planning and Standards.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2010b. Technical Guidance on the Use of MOVES2010 for Emission Inventory Preparation in State Implementation Plans and Transportation Conformity (en anglais seulement) (Format PDF - Ko). Washington (DC): Office of Transportation and Air Quality. Rapport no : EPA-420-B-10-023.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2010c. Documentation for the Commercial Marine Vessel Component of the National Emissions Inventory (en anglais seulement). Morrisville (NC): Eastern Research Group. Préparé pour the U.S. EPA. Contract No. EP-D-07-097.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2011. Documentation for Locomotive Component of the National Emissions Inventory Methodology (en anglais seulement). Morrisville (NC): Eastern Research Group for Emissions. Contract No. EP-D-07-097

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2012a. EPA memorandum - EPA Region 10 HAP and VOC Emission Factors for Lumber Drying, December 2012 (en anglais seulement) (Format PDF 370 Ko).

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2012b. User Guide for MOVES2010b (en anglais seulement) (Format PDF 5.39 Mo). Washington (DC): Office of Transportation and Air Quality. Rapport no : EPA-420-B-12-001b.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2013. Calculating Piston-Engine Aircraft Airport Inventories for Lead for the 2011 National Emissions Inventory. Office of Transportation and Air Quality. Rapport no : EPA-420-B-13-040. T

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2014a. WebFIRE (en anglais seulement) [base de données en ligne]. Durham (NC): Technology Transfer Network Clearinghouse for Inventories & Emissions Factors.

[U.S. EPA] United States Environmental Protection Agency. 2014b. User Guide for MOVES2014 (en anglais seulement). Washington (DC). Rapport no : EPA-420-B-14-055.

USDA Foreign Agricultural Service 2015. Canada Potatoes and Potato Products Annual 2015 (en anglais seulement). Rapport non publié. Global Agricultural Information Network (GAIN). Rapport No.: CA15085.

Van Heyst BJ. 2005. Final Report: Evaluation of Emission Factors for the Improvement of the Estimation Methodology for Particulate Matter from Agricultural Poultry Industry. University of Guelph: Rapport no. . K2361-04-0116.

Van Heyst BJ, Roumeliotis TS. 2007. Size fractionated particulate matter emissions from a broiler house in southern Ontario, Canada. Sci Total Environ 383:174-182.

Wallace L, Pellizzari E, Hartwell TD, Perritt R, Ziegenfus R. 1987. Exposures to benzene and other volatile compounds from active and passive smoking (en anglais seulement). Arch Environ Health 42 (5):272-279.

Wayson RL, Fleming GG, Lovinelli R. 2009. Methodology to estimate particulate matter emissions from certified commercial aircraft engines (en anglais seulement). J Air Waste Manag Assoc 59 (1):91-100.

Woodruff NP, Siddoway FH. 1965. A Wind Erosion Equation. Soil Science Society Proceedings 29 (5):602-608.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :