Qualité des sédiments dans le bassin versant de l’océan Atlantique : chapitre 1

Lac Ontario

Lac Ontario - Environnement Canada

Le lac Ontario, le plus en aval des Grands Lacs, reçoit principalement les eaux de la rivière Niagara et se déverse dans le fleuve Saint-Laurent. Le mercure, utilisé dans de nombreux procédés industriels au 20e siècle, est considéré comme le principal contaminant inorganique présent dans les sédiments. Or, les concentrations de mercure ont diminué de plus de 25% depuis les trois dernières décennies au lac Ontario, à la suite de l’application de plans de réduction de la pollution des effluents. Malgré cette diminution, il est encore détecté à des concentrations relativement élevées. Outre le mercure, les scientifiques détectent, dans le lac Ontario, d’autres métaux dont le cadmium, le plomb et le zinc.

À l’égard des biphényles polychlorés (BPC), les concentrations ont diminué de 40% au cours des trente dernières années au point d’être sous le critère d’effet probable (CEP). Bien que les scientifiques observent aussi une baisse des concentrations des dioxines et des furanes ainsi que de dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT), un pesticide utilisé dans les années 1960, leurs concentrations demeurent élevées dans les sédiments du lac Ontario.

Pour les polybromodiphényléthers, communément appelés PBDE, les concentrations ont plus que triplé dans les sédiments du lac Ontario entre 1983 et 2004. En 2004, les concentrations demeurent significatives à l’embouchure de quelques tributaires, notamment près des pôles urbains que sont Toronto et Hamilton.

 

Concentrations de PBDE mesurées dans les sédiments  du lac Ontario en 2004
Distribution spatiale des concentrations de PBDE  dans les sédiments du lac Ontario en 2004

La figure présente la distribution spatiale des concentrations de polybromodyphényléthers dans les sédiments de surface du lac Ontario en 2004. Elles varient entre 0 et 816 nanogrammes/gramme. Des concentrations élevées sont mesurées près de Hamilton avec 430 ng/g et Toronto avec 149 ng/g. Cependant, c'est près de Picton que l'on observe la plus forte concentration avec 816 ng/g.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :