Qualité des sédiments dans le bassin versant de l’océan Atlantique : chapitre 2


Lac Saint-François

Lac Saint-François - Stéphane Lorrain, Centre Sainte-Laurent

Au cours du dernier siècle, les activités industrielles de la région de Cornwall-Massena ont contribué à la contamination des sédiments du lac Saint-François. Depuis la fin des années 1980, la contamination au mercure se résorbe graduellement. En 2008, les sédiments du lac Saint-François s’avèrent peu contaminés par les métaux à l’exception du secteur nord en amont où le mercure et le zinc persistent.

Concentrations de mercure dans les sédiments  du lac Saint-François en 2008
Distribution spatiale du mercure dans les sédiments du lac Saint-François en 2008

La figure présente la distribution spatiale des concentrations de mercure dans les sédiments de surface du lac Saint-François en 2008. Les concentrations varient entre 0 et 0,67 microgrammes/g. Elle sont les plus élevées en aval de Cornwall en Ontario ainsi qu'en aval du lac près de Saint-Zotique.

Bien que leurs concentrations aient diminué d’environ 95 % depuis 1979, les BPC sont encore présents en 2008 dans les sédiments du secteur sud du lac Saint-François. Aussi, les scientifiques détectent des dioxines et des furanes partout où ils ont procédé à leur analyse. Les résultats montrent des concentrations relativement élevées dans le secteur sud du lac ainsi qu’en aval de Cornwall.

Dès les années 1960, les tributylétains (TBT) sont utilisés, entre autres, comme biocide que l’on applique sur la coque des navires et des petits bateaux pour empêcher les organismes de coller aux surfaces submergées. Les TBT appartiennent à la classe de composés organo-étains et sont reconnus comme toxiques. Au Canada, le Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2012) interdit la fabrication, l'utilisation la vente et l'importation de tributylétains (TBT). Malgré cette réglementation, ces composés demeurent largement utilisés dans plusieurs pays.

Les zones portuaires et les marinas présentent généralement les concentrations de TBT les plus élevées. Au lac Saint-François, ce sont dans les sédiments près de la marina Creg Quay à Bainsville en Ontario ainsi qu’à celle de Valleyfield que se trouvent les concentrations les plus élevées. Quant aux PBDE, la majorité des concentrations les plus élevées se situe dans le secteur amont du lac et prendrait sa source dans les Grands Lacs.  

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :