Ce que nous avons entendu – Premier sondage sur l’ébauche de la Stratégie sur l’accessibilité au sein de la fonction publique du Canada

Sur cette page

Aperçu

Une ébauche préliminaire de la Stratégie a été élaborée à des fins de consultation. Un sondage sur la Stratégie a été lancé à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées (JIPH).

Plusieurs méthodes de diffusion ont été utilisées :

  • des courriels ont été transmis à tous les participants inscrits à la JIPH et à tous les présidents et champions des personnes handicapées;
  • nous avons demandé aux chefs des communications de diffuser le sondage au sein de leur organisation;
  • le sondage a été annoncé sur GCIntranet, GCpédia et Twitter.

Le sondage a eu lieu entre le 3 décembre 2018 et le 31 janvier 2019, et tous les employés de la fonction publique, au sens de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, pouvaient y prendre part.

Le sondage était également disponible en format Word et les répondants au sondage pouvaient aussi soumettre leurs commentaires par courriel.

  • 2 302 réponses ont été reçues en provenance de 56 ministères, de l’ensemble des provinces et des territoires, ainsi que de l’étranger.
  • 53 % d’entre vous ont déclaré être des personnes handicapées.

Les répondants étaient représentatifs de l’ensemble des groupes d’âge, des groupes fonctionnels et d’autres groupes démographiques.

Le rapport suit la structure du document de consultation : vision et principes, chacun des six piliers et autres questions.

Les réponses aux questions fermées sont fournies ci-dessous. Les réponses aux questions ouvertes ont été analysées par thème et résumées dans chaque section.

Vision et principes

  • 84 % des répondants ont estimé que la vision et les principes directeurs étaient adéquats.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Énoncé de vision

La plupart d’entre vous ont approuvé la vision et les principes directeurs. Beaucoup d’entre vous se sont prononcés en faveur de l’initiative.

«  Vous êtes vraiment sur la bonne voie. Cette mesure se faisait attendre depuis longtemps... Je suis une personne atteinte du syndrome d’Asperger et j’aurais aimé voir ces mesures mises en œuvre plus tôt. J’ai presque 30 ans de service à mon actif! Mieux vaut tard que jamais! »

Cependant, beaucoup d’entre vous n’ont pas aimé que la vision repose sur une comparaison entre le gouvernement du Canada et les autres administrations.

«  Ce qui est au cœur de la vision, ce n’est les Canadiens mais le souci de faire mieux que les autres. L’objectif n’est pas garantir l’accessibilité pour faire mieux que les autres, mais pour améliorer la vie de tous les Canadiens. »

Quelques-uns d’entre vous ont estimé que la vision était vague et qu’elle gagnerait à être plus spécifique. Par exemple, certains d’entre vous ont laissé entendre qu’elle devrait mentionner explicitement les personnes handicapées ou qu’elle devrait être axée sur l’accessibilité en particulier plutôt que sur l’accessibilité et l’inclusion.

En outre, certains d’entre vous auraient voulu que nous définissions concrètement ce que sont l’accessibilité et l’inclusion.

Principes directeurs

Presque tous ceux qui ont commenté les principes directeurs les approuvaient en substance. Cependant, vous avez été nombreux à suggérer des améliorations concernant la formulation retenue.

Plusieurs d’entre vous nous ont demandé que l’on s’assure de rédiger les principes directeurs dans un langage clair et concret.

Certains d’entre vous nous ont demandé que l’on décrive clairement les divers handicaps.

Quelques-uns d’entre vous ont proposé que l’on intègre de nouveaux principes, tels que la communication, l’ouverture, la transparence, la compréhension, l’inclusion et la responsabilité.

«  Ces principes sont formidables, toutefois, j’en ajouterais un : communication et transparence. Je note – que malgré tous nos efforts – la communication n’est pas au rendez-vous lorsqu’il s’agit de parler des résultats, des réussites et surtout des échecs (et les leçons que nous en avons tirées). Parlons ouvertement et honnêtement de ce que nous faisons, soyons fiers de nos succès et parlons ouvertement de ce qui n’a pas fonctionné. S’il vous plaît. S’il vous plaît. S’il vous plaît. »

Principe de collaboration

Beaucoup d’entre vous ont approuvé le principe de collaboration. Plusieurs d’entre vous ne savaient pas exactement ce que signifiait la collaboration dans le contexte de la stratégie, d’autant plus que certaines des collaborations proposées n’apparaissaient pas dans les mesures ultérieures (p. ex. les provinces).

Selon certains d’entre vous, l’objectif de la collaboration devrait être différent. Plusieurs d’entre vous ont suggéré que les syndicats ainsi que les organisations qui représentent les personnes handicapées devraient être explicitement mentionnés.

Quelques-uns d’entre vous ont souligné l’importance de la collaboration au sein du gouvernement du Canada.

Principe du changement de culture

Beaucoup d’entre vous ont fait des commentaires sur les composantes importantes du changement de culture.

Vous nous avez suggéré de faire appel à des spécialistes des sciences du comportement, vous avez mentionné que nous devrions nous concentrer sur l’augmentation de l’auto‑identification, et vous avez indiqué que l’on pourrait parler de véritable changement de culture lorsque tous les employés se sentiraient à l’aise dans leur milieu de travail.

Certains d’entre vous se demandaient si le changement de culture était un principe en soi.

Certains d’entre vous ont approuvé l’idée de reformuler la question de l’adaptation après coup pour adopter la conception de l’accessibilité dès le départ et mettre l’accent sur la nécessité d’être accessible pour que tous puissent contribuer pleinement.

Cependant, beaucoup d’entre vous ont rappelé que l’obligation d’adaptation était un principe important des droits de la personne qui devait être préservé.

Principe du «  Rien à notre sujet »

Vos commentaires sur le principe du «  Rien à notre sujet » ont surtout porté sur la façon dont il a été formulé.

Principe de durabilité

Peu d’entre vous ont fait des commentaires sur le principe de durabilité.

Quelques-uns d’entre vous nous ont suggéré d’ajouter le processus de recrutement au libellé du principe.

Certains d’entre vous ont exprimé leur scepticisme quant à la capacité de soutenir le changement.

Emploi

Description de l’état actuel et de l’état souhaité

  • 81 % des répondants ont convenu qu’il s’agissait de descriptions appropriées de l’état actuel et de l’état souhaité.

Mesures prioritaires

  • 57 % d’entre vous ont déclaré que le gouvernement du Canada devrait envisager d’autres mesures.
Tableau 1. Tableau de notation des mesures prioritaires dans le pilier Emploi
Très important Assez important Ni important ni pas  important Sans grande importance Pas important Ne sais pas/vide
Accélérer les demandes de mesures d’adaptation par l’entremise d’un système et de ressources centralisés 65 % 20 % 7 % 2 % 2 % 3 %
Créer un passeport d’employé pour les employés fédéraux handicapés (c’est-à-dire, les fonds et les outils accompagnent les employés handicapés dans leurs nouveaux postes au sein du gouvernement du Canada) 62 % 25 % 6 % 1 % 2 % 3 %
Créer des trousses d’accueil pour les fonctionnaires fédéraux handicapés 58 % 28 % 7 % 1 % 2 % 5 %
Modifier la terminologie et les pratiques relatives à l’«  obligation de prendre des mesures d’adaptation » pour être plus positif, proactif et axé sur les résultats 56 % 25 % 10 % 3 % 4 % 1 %
Intégrer la notion de l’accessibilité au programme de formation de l’École de la fonction publique du Canada 52 % 33 % 9 % 2 % 2 % 3 %
Recruter des jeunes personnes handicapées (de moins de 35 ans) 42 % 33 % 18 % 2 % 3 % 2 %
Organiser des campagnes ciblées de recrutement à l’interne et à l’externe dans certains groupes professionnels 32 % 38 % 17 % 3 % 5 % 5 %

Mesures de réussite

  • 70 % des répondants conviennent qu’il s’agissait des bonnes mesures de réussite.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Nécessité d’un plus grand soutien pour obtenir des mesures d’adaptation

Beaucoup d’entre vous ont exprimé leur frustration à l’égard de la situation actuelle des mesures d’adaptation.

Vous nous avez indiqué que le processus était complexe, lent, qu’il comportait de nombreux niveaux d’approbation et que les exigences n’étaient pas uniformes.

Vous avez suggéré qu’il devrait y avoir plus d’aide pour déterminer la façon de recevoir des mesures d’adaptation.

Vous avez laissé entendre que le processus devrait être plus simple et nécessiter moins de documentation.

«  Créer un processus simplifié afin de réduire les obstacles et d’éviter la répétition inutile des processus. Par exemple, le fait d’avoir plusieurs gestionnaires et chefs d’équipe peut causer des difficultés lorsqu’il s’agit d’expliquer votre déficience ou de fournir inlassablement toute la paperasserie. »

Vous avez suggéré qu’il devrait y avoir plus de ressources à la disposition des personnes handicapées, comme des renseignements sur : 

  • la façon de recevoir des mesures d’adaptation;
  • les types de mesures d’adaptation et les ressources d’accessibilité disponibles.

Vous avez indiqué que ces ressources devraient être personnalisées selon les différentes circonstances, par exemple à la suite d’un recrutement ou d’un congé de maladie.

«  Un plus grand nombre de séances d’information sur les mesures d’adaptation, peut-être une qui serait obligatoire pour tous les fonctionnaires au moment de leur nomination à la fonction publique, afin d’informer les employés de leurs droits et de la nature des mesures d’adaptation (puisque la plupart des gens ne savent pas de quoi il s’agit avant de découvrir ce terme dans le cadre de leur emploi). »

Soutien centralisé pour les mesures d’adaptation

Bon nombre d’entre vous appuyaient l’idée d’une approche centralisée de la gestion des mesures d’adaptation.

«  Il devrait y avoir un dossier central sur les mesures d’adaptation au sein de la fonction publique qui contient les renseignements médicaux et les recommandations d’adaptation pour la fonction publique. Ce dossier contient des examens médicaux privés qui pourraient être conservés séparément. Habituellement, les ministères exigent des renseignements qui sont très invasifs. »

Cependant, certains d’entre vous nous ont aussi mis en garde contre les dangers de la centralisation.

«  Augmenter le nombre de personnes dans les régions responsables du respect de l’obligation d’adaptation. Cela ne sert à rien d’avoir quelqu’un à Ottawa qui essaie d’aider quelqu’un à Saskatoon. »

Responsabilité de respecter l’obligation de prendre des mesures d’adaptation

Plusieurs d’entre vous ont laissé entendre qu’il devrait y avoir une plus grande responsabilisation à l’égard de l’obligation de prendre des mesures d’adaptation, par exemple en l’incluant dans le processus de gestion du rendement et en ayant un ombudsman pour enquêter sur les cas de non-respect de cette obligation.

Vous avez également suggéré que les gestionnaires qui ont atteint ou dépassé les quotas de représentation et d’inclusion des personnes handicapées soient récompensés.

«  Comme il est obligatoire pour chaque ministère de mettre sur pied un comité de santé et de sécurité au travail, il devrait être également obligatoire pour chaque ministère de mettre sur pied un comité sur l’accessibilité qui relève d’une autorité compétente. »

Barrières comportementales

Bon nombre d’entre vous ont mentionné les défis liés à l’ignorance ou aux préjugés dont sont victimes les personnes handicapées.

Vous avez souligné que la stigmatisation entourant les handicaps, en particulier les handicaps invisibles, était un problème sérieux.

Vous avez encouragé le gouvernement du Canada à sensibiliser le public à l’importance de s’exprimer et de s’auto-identifier.

Vous avez parlé de l’importance d’organiser plus d’activités pour informer et sensibiliser les parties concernées et développer l’empathie.

«  Empêcher les égocentriques, les tyrans et les narcissiques de commander les autres. Faire en sorte que chaque employé soit le gendarme qui veille sur l’application de la loi morale et qu’il n’ait pas à craindre de commenter le comportement d’une autre personne qui ne respecte pas le code de conduite en matière de respect et d’inclusion. »

Consulter et renforcer les réseaux de personnes handicapées

Vous avez suggéré d’avoir des réseaux permettant aux personnes handicapées de partager leurs expériences et que leur rétroaction soit sollicitée au fur et à mesure que les processus sont élaborés et mis en œuvre.

Vous avez également suggéré que ces réseaux d’employés handicapés soient tenus de présenter des rapports aux sous-ministres sur leur expérience.

«  Organiser des rencontres pour les personnes handicapées afin qu’elles tissent un réseau et découvrent comment les autres collègues handicapés réussissent à travailler efficacement malgré ce handicap (échange des pratiques exemplaires). Il pourrait y avoir une rencontre annuelle pour chaque type de handicap mentionné dans le formulaire d’auto-identification : aveugle, mobilité, santé mentale, etc. Élaborer un réseau de mentors pour les gestionnaires. Jumeler un gestionnaire ayant déjà un employé handicapé avec un gestionnaire ayant un nouvel employé en situation de handicap. Soutien et échange. »

Ressources pour les gestionnaires

Bon nombre d’entre vous ont laissé entendre qu’il devrait y avoir de la formation et des ressources pour que les gestionnaires sachent comment recruter des employés handicapés et les aider à exploiter leur plein potentiel.

Vous avez également laissé entendre qu’il devrait y avoir une formation générale pour que tous sachent comment tenir des réunions accessibles et inclusives et comment produire des documents accessibles.

«  Une sorte de questionnaire d’admission. En tant que gestionnaire, je ne suis pas un expert des besoins des personnes handicapées et j’aimerais avoir un outil d’intégration qui m’aiderait à déterminer là où des mesures d’adaptation peuvent être prises dès le départ plutôt que d’attendre que ces personnes en fassent la demande. Par exemple, j’ai un employé en fauteuil roulant électrique, et toutes les portes de notre immeuble ne sont pas accessibles avec son dispositif d’accès. Le monte-charge et l’ascenseur du premier étage de notre immeuble menant au rez-de-chaussée ont été hors service pendant des mois et aucune vraie mesure d’adaptation n’a été prise. Les responsables des installations doivent en faire plus pour rendre tous nos bâtiments aussi accessibles que possible plutôt que d’attendre qu’une personne soulève la question. »

Recrutement des personnes handicapées

Vous avez fourni de nombreuses idées sur la façon d’améliorer le recrutement et la promotion des personnes handicapées, comme l’établissement de quotas, l’organisation de concours réservés aux personnes handicapées et l’établissement de partenariats avec des groupes de revendication pour trouver des candidats handicapés.

Vous avez demandé s’il était possible de mieux adapter certains postes à certains handicaps.

Vous avez mentionné qu’il devrait y avoir des partenariats avec les syndicats.

Vous avez également suggéré que l’on revoit les processus de recrutement sous l’angle de l’accessibilité et que les mesures d’adaptation pour les concours ne devraient être demandées qu’une seule fois plutôt que d’avoir à les répéter inlassablement.

«  Lorsque j’ai participé à des processus de sélection, j’ai dû demander des mesures d’adaptation pour chaque processus. Cela me retarde en ce qui concerne ma possibilité de passer les examens, ce qui est stressant. Le besoin d’adaptation pour chacun des processus a été le même. Ce serait bien d’avoir une approbation générale et de demander des changements seulement lorsque les circonstances sont différentes. »

Perfectionnement et promotion des personnes handicapées

Vous avez souligné l’importance d’inclure les questions d’accessibilité dans tous les aspects de la gestion des personnes, comme le processus de gestion du rendement ainsi que l’apprentissage et le perfectionnement.

Quelques-uns d’entre vous ont mentionné les obstacles à l’apprentissage d’une langue seconde en raison d’un trouble d’apprentissage.

Vous avez suggéré d’encourager la direction à offrir plus de possibilités d’emploi intérimaire aux personnes handicapées, ainsi qu’à élaborer des programmes de mentorat.

Plus grande souplesse

Certains d’entre vous ont souligné l’importance des modalités de travail plus souples, comme le télétravail et le travail à temps partiel.

«  Il est nécessaire de faire mieux comprendre la politique de télétravail telle qu’elle a été définie lorsque le modèle 2.0 a été encouragé, mais où les employés sont maintenant confinés à de petits espaces. De nombreux ministères n’ont pas adopté le principe du slogan : travailler partout plus intelligemment et plus simplement. »

Communauté fonctionnelle des ressources humaines

  • 209 d’entre vous ont déclaré faire partie de la communauté fonctionnelle des ressources humaines.

La plupart d’entre vous ont réitéré les mêmes points. Cependant, vous avez fait quelques remarques qui sont propres à votre poste.

Vous avez souligné le besoin d’obtenir de plus amples directives sur la façon de gérer les mesures d’adaptation.

Certains d’entre vous ont souligné le besoin de s’assurer qu’un plan réaliste pour éliminer tous les obstacles à l’inclusion accompagne le plan visant à accroître la proportion de personnes handicapées au sein de la population active : p. ex. la lenteur du processus d’adaptation, les obstacles liés aux locaux à bureaux et les attitudes préjudiciables à l’égard des personnes handicapées.

«  Des objectifs d’embauche réalistes doivent être fixés et être mesurés en fonction de leur atteinte. Mon organisme continue de lutter pour embaucher des personnes handicapées et les gestionnaires sont mal informés sur ce que signifie avoir un handicap, la façon de prendre des mesures d’adaptation et comment ne pas craindre les personnes handicapées. »

Vous avez souligné la nécessité de voir l’inclusion des personnes handicapées comme une question stratégique en matière de ressources humaines et une occasion d’accroître le bassin de talents dans lequel puiser. Vous nous avez suggéré d’établir des partenariats avec des organisations de défense des droits des personnes handicapées pour faire progresser le recrutement.

Environnement bâti

Description de l’état actuel et de l’état souhaité

  • 86 % des répondants ont convenu qu’il s’agissait de descriptions appropriées de l’état actuel et de l’état souhaité.

Mesures prioritaires

  • 40 % d’entre vous ont déclaré que le gouvernement du Canada devrait envisager d’autres mesures.
Tableau 2. Tableau de notation des actions prioritaires dans le pilier Environnement bâti
Très important Assez important Ni important ni pas  important Sans grande importance Pas important Ne sais pas/vide
Vérifier l’accessibilité de tous les édifices gouvernementaux et établir un processus pour déterminer la faisabilité des mesures d’adaptation dans l’environnement bâti accessible et d’un mécanisme d’établissement des priorités des mesures 67 % 26 % 3 % 2 % 1 % 1 %
Mettre à jour les politiques et les directives sur la gestion des installations et de l’approvisionnement en même temps au moment de mettre à jour le Code national du bâtiment du Canada (qui sera entièrement harmonisé d’ici 2020), et exiger que tous les locaux soient conformes aux normes sur l’accessibilité 72 % 23 % 2 % 1 % 1 % 1 %

Mesures de réussite

  • 80 % des répondants conviennent qu’il s’agissait des bonnes mesures de réussite.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Obtenir la participation des personnes handicapées au moment de la conception et de la modernisation des bâtiments

Bon nombre d’entre vous ont fait des commentaires sur la nécessité de chercher des solutions universelles qui répondraient le mieux à tous les types d’incapacité, y compris les obstacles physiques, sensoriels et cognitifs.

Beaucoup d’entre vous ont trouvé les normes actuelles insuffisantes en matière d’accessibilité. Plusieurs d’entre vous ont souligné des exemples de rénovations récentes d’immeubles appartenant au gouvernement ou loués par celui-ci qui ne tenaient pas compte de l’accessibilité.

Bon nombre d’entre vous ont fait remarquer que la seule façon d’assurer l’accessibilité consiste à faire participer les personnes handicapées à la conception et à l’amélioration des immeubles loués et possédés.

«  Une consultation plus large lors de la conception de nouveaux bâtiments et lors de la rénovation et de l’aménagement d’installations existantes. Des installations et des équipements accessibles sont souvent synonymes d’une bonne conception (pour tout le monde), et la simple conformité au Code ne suffit généralement pas. »

Problèmes de santé, de sûreté et de sécurité

Certains d’entre vous ont exprimé des préoccupations au sujet de l’état des bâtiments dans lesquels ils travaillent en ce qui concerne la santé, la sécurité et la sûreté, comme :

  • la mauvaise qualité de l’air;
  • le manque d’indices visuels d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes;
  • le manque de planification sur la façon d’évacuer de l’immeuble les personnes à mobilité réduite.

Espaces de travail à aire ouverte

Bon nombre d’entre vous ont souligné les défis que posent les lieux de travail à aire ouverte en raison du manque d’espace pour les personnes qui utilisent des marchettes et des fauteuils roulants pour se déplacer et de l’effet du bruit constant sur les personnes :

  • qui sont neurodifférentes;
  • qui ont des troubles d’apprentissage;
  • qui ont des problèmes de santé mentale.

Autres suggestions

Vous avez également laissé entendre que les employeurs doivent déployer plus d’efforts pour promouvoir les fonctions et les caractéristiques d’accessibilité existantes.

Vous avez suggéré que le gouvernement du Canada accroisse l’utilisation de la technologie en milieu de travail afin d’améliorer l’accessibilité, comme l’utilisation de l’orientation numérique pour les personnes ayant une déficience visuelle.

Certains d’entre vous ont aussi souligné l’importance d’offrir un stationnement accessible.

«  Tenir compte des besoins de communication numérique des personnes aveugles pour trouver leur chemin à l’extérieur et à l’intérieur. Établir une norme de navigation numérique pour les applications de navigation des téléphones intelligents. »

Collectivité des biens immobiliers

  • 31 d’entre vous ont déclaré faire partie de la communauté fonctionnelle des biens immobiliers.

Plusieurs d’entre vous ont souligné la nécessité d’affecter des fonds supplémentaires à l’amélioration de l’environnement bâti.

Vous avez suggéré que l’on effectue un examen de tout l’environnement bâti (loué et détenu comme propriété) et que les ministères disposent d’un personnel supplémentaire possédant l’expertise technique nécessaire pour examiner l’état des bâtiments et recommander des améliorations.

«  Déterminer d’où proviendra le financement des immobilisations pour ces travaux d’aménagement. Est-ce par l’intermédiaire des services de biens immobiliers de chaque ministère? En outre, comme cela peut prendre beaucoup de ressources, y aura-t-il des ressources humaines supplémentaires pour cette fonction? »

Technologie de l’information et des communications (TIC)

Description de l’état actuel et de l’état souhaité

  • 91 % des répondants ont convenu qu’il s’agissait de descriptions appropriées de l’état actuel et de l’état souhaité.

Mesures prioritaires

  • 32 % d’entre vous ont déclaré que le gouvernement du Canada devrait envisager d’autres mesures.
Tableau 3. Tableau de notation des actions prioritaires dans le pilier TIC
Très important Assez important Ni important ni pas important Sans grande importance Pas important Ne sais pas/vide
Activer les fonctions d’accessibilité sur tous les appareils utilisés par les employés ayant des besoins en matière d’accessibilité 79 % 17 % 2 % 0 % 1 % 1 %
Établir une norme de 15 jours ouvrables pour les employés ayant des besoins en matière d’accessibilité afin qu’ils reçoivent les outils de technologie de l’information et des communications (TIC) entièrement fonctionnels et accessibles dont ils ont besoin pour faire leur travail 72 % 20 % 3 % 1 % 1 % 2 %

Mesures de réussite

  • 85 % des répondants conviennent qu’il s’agissait des bonnes mesures de réussite.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Nécessité de recevoir les outils de TIC dans des délais raisonnables

Bon nombre d’entre vous se sont plaints de la longueur et de la complexité des processus qu’ils doivent suivre pour recevoir les outils dont ils ont besoin pour faire leur travail ainsi que du fait que ces processus sont centralisés.

Certains d’entre vous se sont plaints du trop grand nombre de niveaux d’approbation (p. ex. gestionnaires, notes médicales) et du fait que l’on mettait trop accent sur la sécurité et sur les autres risques au détriment de la fonctionnalité.

«  Le processus d’examen de la sécurité des nouvelles technologies demandées par les personnes handicapées est excessif. On ne leur fait pas confiance, et les dispositifs retenus tiennent rarement compte de l’expérience utilisateur de la personne qui a besoin de ces mesures. »

Bon nombre d’entre vous ont demandé à ce que l’on fasse preuve d’une plus grande souplesse concernant les types d’outils mis à la disposition des employés.

Beaucoup d’entre vous ont aussi demandé que les outils les suivent quand ils changent d’emploi.

Vous avez également suggéré que les employés disposent d’un plan d’adaptation qui serait révisé annuellement et qui les suivrait tout au long de leur carrière.

Besoin d’un centre d’expertise sur les mesures d’adaptation

Beaucoup d’entre vous ont reconnu qu’il était nécessaire de disposer d’un centre d’expertise doté d’un financement suffisant pour fournir un soutien en matière de mesures d’adaptation technologique.

Vous avez reconnu le travail important du Programme d’accessibilité, d’adaptation et de technologie informatique adaptée (AATIA).

Vous avez suggéré qu’un tel centre d’expertise devrait gérer les demandes plutôt que les gestionnaires et qu’il pourrait offrir des ressources aux nouveaux employés pour les informer des outils à leur disposition et de la façon de les utiliser.

«  Rendre obligatoire (ou du moins fortement recommandé aux employés handicapés) une rencontre avec le personnel de l’AATIA pour déterminer les types d’outils, de logiciels, etc. disponibles pour les aider dans leur travail, et définir un calendrier approprié pour la mise en place de ces solutions ».

Accessibilité par défaut

Bon nombre d’entre vous ont souligné l’importance de tenir compte de l’accessibilité dès le début et de réduire le besoin de mesures d’adaptation après coup.

Vous avez laissé entendre que l’accessibilité devait être une condition préalable à l’achat de TIC et que les personnes handicapées devaient tester les produits avant leur achat.

Vous avez également commenté les défis liés aux restrictions de sécurité sur la technologie.

« Il faut ajouter un élément supplémentaire à la politique d’approvisionnement pour que l’équipe d’approvisionnement sache qu’un examen de l’accessibilité d’un produit, d’un système ou d’un service sur le point d’être acheté doit être effectué afin de répondre aux besoins des employés ayant une déficience, un peu comme la boîte “sécurité” à cocher aujourd’hui. »

Consultation des personnes handicapées

Bon nombre d’entre vous ont souligné l’importance de faire participer et de consulter les personnes handicapées, tant les clients que les employés, afin de s’assurer que les outils et les systèmes répondent aux besoins des utilisateurs.

«  Consulter les employés et les Canadiens handicapés pour savoir pourquoi certaines TIC ne leur sont pas accessibles. Diagnostiquer d’abord le problème avant d’essayer de le résoudre. »

Télétravail

Certains parmi vous ont souligné l’importance du télétravail pour les personnes handicapées et ont demandé que la technologie du télétravail soit fonctionnelle et largement disponible.

Outils pour la communauté fonctionnelle de la TI

  • 153 répondants ont déclaré faire partie de la communauté fonctionnelle des technologies de l’information.

Bien que la plupart de vos commentaires étaient semblables à ceux des autres répondants, quelques-uns portaient sur la nécessité pour le personnel des TIC de disposer d’outils et de formation supplémentaires, comme les réseaux d’employés, les ressources, les cours, les outils, afin d’améliorer l’accessibilité.

«  Il est important de s’assurer que tout le monde dispose de ces outils d’accessibilité.  En tant que développeur de logiciel, je dois développer des fonctionnalités pour assurer l’accessibilité aux utilisateurs finaux, mais je n’ai pas les outils pour tester ce processus et je ne peux pas vraiment comprendre le contexte de certaines situations d’accessibilité. »

Plusieurs d’entre vous ont fait remarquer que des ressources supplémentaires seraient nécessaires pour éliminer les obstacles technologiques pour les employés handicapés.

Vous avez suggéré que l’ampleur de la stratégie soit proportionnelle au montant des ressources qui pourraient être investies.

Vous avez laissé entendre qu’il devrait y avoir un budget ciblé pour améliorer la technologie.

Conception et prestation des programmes et services

Description de l’état actuel et de l’état souhaité

  • 94 % des répondants ont convenu qu’il s’agissait de descriptions appropriées de l’état actuel et de l’état souhaité.

Mesures prioritaires

  • 24 % d’entre vous ont déclaré que le gouvernement du Canada devrait envisager d’autres mesures.
Tableau 4. Tableau de notation des mesures prioritaires dans le pilier Programmes et services
Très important Assez important Ni important ni pas important Sans grande importance Pas important Ne sais pas/vide
Créer une trousse d’outils sur les programmes et les services accessibles 58 % 31 % 5 % 1 % 1 % 3 %
Élaborer une formation sur l’accessibilité à l’intention des fonctionnaires qui travaillent à la conception et à la prestation des programmes et des services 71 % 23 % 4 % 1 % 1 % 1 %

Mesures de réussite

  • 84 % des répondants conviennent qu’il s’agissait des bonnes mesures de réussite.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Réponses de ceux qui servent le public

  • 34 % des répondants ont indiqué qu’ils sont dans une position qui leur permet de fournir des services directement au public.

La plupart des réponses sur la conception et la prestation des programmes et services ont été données par ceux d’entre vous qui servent le public.

Formation et outils

Beaucoup d’entre vous ont noté l’importance de la formation. Certains d’entre vous ont suggéré que la formation sur l’accessibilité devrait être obligatoire pour tous les employés.

Toutefois, vous avez également souligné l’importance d’offrir une formation ciblant différents publics, comme les gestionnaires, les collectivités fonctionnelles et ceux qui servent le public.

Vous avez suggéré que la formation :

  • soit disponible sous différents formats (en personne, en ligne);
  • soit complétée par des ressources accessibles en tout temps.

Vous avez suggéré que les personnes handicapées participent à l’élaboration et à la prestation de la formation.

Pour ce qui est du contenu, vous avez laissé entendre qu’il devrait y avoir une formation sur des domaines spécifiques, comme le langage gestuel américain (American Sign Language ou ASL), le braille ainsi que sur la façon de rendre les documents accessibles à tous.

Enfin, certains d’entre vous ont mentionné que des outils et des technologies à jour devraient être disponibles pour compléter la formation.

  • «  Il ne s’agit pas seulement de formation. Recevoir de la formation sur quelque chose et ne pas l’utiliser pendant des années, c’est inutile. Avoir accès facilement à de l’information et à de l’expertise, c’est un facteur crucial! Il y a trop de variables pour une méthodologie de formation unique. »

Rendre possible la participation des personnes handicapées du début à la fin

Plusieurs d’entre vous ont souligné l’importance d’inclure les personnes handicapées dans la conception des programmes et des services dès le début.

Vous avez suggéré que les personnes handicapées devraient participer aux essais des produits avant de les accepter.

Vous avez également laissé entendre qu’il devrait y avoir un processus d’approbation confirmant que le programme ou le service est accessible avant son lancement.

Vous avez fourni des idées sur la façon dont les personnes handicapées pourraient participer aux processus, par exemple en mettant sur pied un laboratoire de conception ou en nouant des partenariats avec des groupes de défense des droits.

«  Mettre un laboratoire à la disposition des ministères du gouvernement du Canada pour tester l’ accessibilité de nos divers programmes et services».

Quelques-uns d’entre vous nous ont suggéré de faire participer davantage les personnes handicapées à la prestation des services.

«  De nombreux cadres supérieurs pensent encore que les employés sourds ne devraient pas travailler avec le public, comme pour le recouvrement par l’entremise des opérateurs de relais de messages, mais de nombreux contribuables sourds doivent communiquer avec des agents de services ou des agents de recouvrement en passant par des opérateurs de relais de messages. De plus, certains gestionnaires ont toujours des préjugés à l’égard des personnes handicapées, ce qui ralentit, voire entrave l’évolution professionnelle des personnes handicapées. »

Vérification des programmes et des services

Plusieurs d’entre vous ont également souligné l’importance d’élaborer des mécanismes de rétroaction pour cibler les obstacles.

Vous avez également laissé entendre que des personnes handicapées, des défenseurs de celles-ci ou des experts en accessibilité devraient effectuer les vérifications de l’accessibilité.

Certains d’entre vous ont suggéré que les programmes et services gouvernementaux soient examinés afin de déterminer là où des améliorations immédiates devraient être apportées.

«  Un examen spécifique des services gouvernementaux les plus importants et les plus utilisés contribuerait à orienter la stratégie et à la rendre plus précise. Bien que ces stratégies aient tendance à être très générales et qu’elles n’aient donc pas beaucoup de sens, un examen permettrait d’établir des objectifs concrets qui se traduiraient par des améliorations et des progrès. »

Importance de la prestation de services par divers canaux

Quelques-uns d’entre vous ont fait remarquer que le fait de tenter d’améliorer la satisfaction des clients mènerait généralement à un meilleur service pour les personnes handicapées.

Bon nombre d’entre vous étaient d’avis que la qualité du service diminuait à mesure que le service en personne diminuait.

Bon nombre d’entre vous ont souligné l’importance d’offrir des services par divers moyens, notamment en personne, par téléphone ou par voie numérique.

Vous avez été également nombreux à mentionner les défis liés aux obstacles à la communication qui nécessiteraient une formation, des outils et des ressources supplémentaires.

Vous avez noté l’importance d’inclure les options ASL et le langage des signes québécois (LSQ).

«  Les sites Web du gouvernement du Canada, les options téléphoniques (p. ex. pour les malentendants), etc. doivent être améliorés pour permettre aux Canadiens d’interagir plus facilement avec nous. Ces investissements sont nécessaires (pas seulement pour la technologie afin de soutenir les employés) pour s’assurer que tous les Canadiens ont un accès égal aux services gouvernementaux. »

Ressources pour les clients handicapés

Vous avez suggéré que des ressources spécifiques soient élaborées pour les clients handicapés.

Vous avez aussi mentionné qu’il serait utile de mettre en place un point de contact pour les personnes handicapées qui tentent d’accéder aux programmes et services.

Vous avez indiqué qu’il devrait y avoir un point central pour accéder à l’information sur les programmes et services qui ciblent les personnes handicapées.

L’établissement éventuel de partenariats avec des organismes de défense des droits pour offrir un service plus personnalisé a aussi été préconisé.

«  Le programme des agents de liaison de l’Agence du revenu du Canada (ARC) serait une excellente façon d’offrir des services partout au pays où nous pourrions nous rendre dans certains cas. »

Améliorer la conception des politiques

Quelques-uns d’entre vous ont noté qu’il était nécessaire de renforcer l’accessibilité dans le cadre d’autres processus stratégiques, tels que l’analyse comparative entre les sexes + (ACS+), les mémoires au Cabinet (MC) et les présentations au Conseil du Trésor du Canada (CT).

«  Intégrer l’accessibilité au processus d’élaboration des politiques et des programmes. Rendre obligatoire la présence d’une section sur l’accessibilité dans les MC et les présentations au CT décrivant comment les personnes ayant des capacités différentes ont été embauchées, comment l’établissement des coûts a été envisagé et comment chacune des options assurera à tous des services accessibles axés sur l’utilisateur. »

Approvisionnement

Description de l’état actuel et de l’état souhaité

  • 86 % des répondants ont convenu qu’il s’agissait de descriptions appropriées de l’état actuel et de l’état souhaité.

Mesures prioritaires

  • 17 % d’entre vous ont déclaré que le gouvernement du Canada devrait envisager d’autres mesures.
Tableau 5. Tableau de notation des actions prioritaires dans le pilier Approvisionnement
Très important Assez important Ni important ni pas important Sans grande importance Pas important Ne sais pas/vide
Mettre à jour la politique du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada en matière d’approvisionnement afin d’y inclure les exigences en matière d’accessibilité 66 % 26 % 4 % 1 % 1 % 2 %
Rendre accessible le système d’approvisionnement en ligne de Services publics et Approvisionnements Canada (SPAC) pour les fournisseurs et les acheteurs 58 % 31 % 6 % 1 % 1 % 4 %
Développer une trousse d’approvisionnement accessible 54 % 33 % 7 % 1 % 1 % 4 %
Accélérer l’acquisition du matériel nécessaire pour les personnes handicapées par l’entremise de SPAC 73 % 19 % 4 % 1 % 1 % 2 %
Faire l’acquisition de biens et de services auprès d’entreprises appartenant à des personnes handicapées et étant exploitées par celles-ci 23 % 25 % 32 % 5 % 12 % 3 %
Effectuer des essais auprès des utilisateurs pour s’assurer que les expériences des fournisseurs et des acheteurs sont accessibles 59 % 30 % 7 % 1 % 1 % 3 %

Mesures de réussite

  • 82 % des répondants conviennent qu’il s’agissait des bonnes mesures de réussite.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Définir l’accessibilité dans l’approvisionnement

Certains d’entre vous ont exprimé des préoccupations quant aux conséquences d’un système de biens et services accessibles à tous.

Vous avez noté que l’éventail des biens et services achetés par le gouvernement du Canada était vaste et que certains ne se prêtaient pas facilement à l’accessibilité, comme les avions de chasse et les parachutes.

Toutefois, ceux d’entre vous qui nous ont parlé de la nécessité de biens et de services accessibles ont surtout fait référence aux technologies d’adaptation et d’assistance et au mobilier ergonomique.

Bon nombre d’entre vous ont fait preuve de prudence lorsqu’il s’agit d’acheter des biens et des services accessibles, car les personnes ont des besoins uniques et il n’est peut-être pas rentable de tout rendre accessible.

Essais de produits par des personnes handicapées

Beaucoup d’entre vous ont souligné la nécessité d’écouter les personnes handicapées et ont aimé l’idée de faire tester des produits par ces personnes.

«  Les essais par les utilisateurs en général ne vont pas assez loin. Les personnes ayant des besoins d’accessibilité ou un handicap devraient tester les outils, équipements ou accessoires dont elles ont besoin pour travailler. Par exemple, l’une de mes employées a une jambe en métal, si elle s’assoit sur certains fauteuils, cela lui cause beaucoup de douleur et d’inconfort. Approvisionnement ne la laissera pas essayer d’autres chaises qui pourraient répondre à ses besoins et elle a une évaluation ergonomique. L’équipe d’approvisionnement veut commander une chaise selon les spécifications et c’est tout. Le risque pour les contribuables canadiens est que l’argent soit dépensé inutilement, car le produit final pourrait ne pas répondre aux besoins des employés. »

Cependant, certains d’entre vous se sont demandé s’il était possible de faire tester tous les produits par des personnes handicapées et ont laissé entendre que davantage de travail devrait être fait avec les entreprises pour établir des normes.

Nécessité de mettre en place des pratiques d’approvisionnement plus efficaces

Bon nombre d’entre vous ont exprimé le besoin de mettre en place des pratiques d’approvisionnement efficaces en matière d’accessibilité et se sont plaints de la complexité et de la lenteur du processus d’approvisionnement en général.

«  Améliorer l’ensemble du processus d’approvisionnement - non seulement pour les employés handicapés, mais pour tous les employés. Il est difficile de faire face à des temps d’attente prolongés pour les biens achetés qui sont nécessaires pour effectuer son travail. »

Vous avez suggéré qu’il devrait y avoir une stratégie dans l’ensemble de l’administration fédérale sur l’acquisition d’outils d’adaptation pour assurer l’uniformité et l’efficience.

Vous avez aussi indiqué qu’il serait utile d’avoir des offres à commandes en place pour accélérer le processus.

Alors que certains ont laissé entendre qu’il fallait définir une approche centralisée, d’autres voulaient un processus décentralisé.

Entreprises appartenant à des personnes handicapées ou dirigées par des personnes handicapées

Quelques-uns d’entre vous se sont dits en faveur de l’achat de biens auprès d’entreprises appartenant à des personnes handicapées ou dirigées par ces dernières.

Vous avez suggéré que cela pourrait comprendre les entreprises qui embauchent des personnes handicapées.

Cependant, il ressort de la plupart de vos commentaires que vous n’approuvez pas l’idée.

Collectivité fonctionnelle Approvisionnement

  • 18 d’entre vous travaillent dans le domaine de l’approvisionnement.

Vous nous avez dit qu’il faut élaborer de la formation et des ressources pour ceux qui s’occupent de l’approvisionnement.

Vous avez suggéré que SPAC dresse un catalogue des biens et services accessibles.

Vous nous avez aussi mis au défi d’établir une portée réalisable.

«  De la formation devrait être offerte aux employés responsables de l’approvisionnement en biens et services accessibles et de la façon de les obtenir. Un portail de formation ayant des liens avec les efforts nationaux déployés pour l’acquisition d’outils d’adaptation devrait être ajouté aux sites intranet de tous les ministères du gouvernement. »

Transport

Description de l’état actuel et de l’état souhaité

  • 61 % des répondants ont convenu qu’il s’agissait de descriptions appropriées de l’état actuel et de l’état souhaité.

Mesures prioritaires

  • 15 % d’entre vous ont déclaré que le gouvernement du Canada devrait envisager d’autres mesures.
Tableau 6. Tableau de notation des actions prioritaires dans le pilier Transports
Très important Assez important Ni important ni pas  important Sans grande importance Pas important Je ne sais pas / Blanc
Créer une directive et un processus pour s’assurer que les véhicules puissent être accessibles pour les passagers et les conducteurs 43 % 37 % 9 % 3 % 4 % 3 %

Mesures de réussite

  • 68 % des répondants conviennent qu’il s’agissait des bonnes mesures de réussite.

Résumé des thèmes des questions ouvertes

Presque tous ceux d’entre vous qui ont formulé des commentaires ont déclaré qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un transport accessible pour tous les conducteurs et passagers et que les modifications doivent être apportées en fonction des besoins spécifiques.

«  Il est irréaliste de dire que tous les véhicules seraient accessibles. Ça dépend du type de handicap. Personnellement, ma jambe droite est amputée au‑dessous du genou et je dois faire déplacer la pédale d’accélérateur vers la gauche. Une autre personne peut avoir besoin d’une adaptation au volant. Dans le monde réel, il est pratiquement impossible pour quelqu’un comme moi de louer une voiture parce que peu d’entreprises ont toutes ces variations sur leurs véhicules, et lorsqu’elles ont un véhicule adapté, elles demandent des centaines de dollars juste pour le louer. Vous pouvez vous retrouver avec un parc de voitures peu utilisées parce qu’il n’y a que peu de personnes avec ce handicap précis. »

Bon nombre d’entre vous ont indiqué que le niveau d’accessibilité est vague et qu’il doit être mieux défini.

« Une politique claire sur ce qui constitue un véhicule entièrement accessible et sur les types de véhicules qui doivent être entièrement accessibles pourrait être plus utile.»

Autres

Obstacles systémiques

On vous a interrogé sur les obstacles systémiques. La plupart d’entre vous ont fait des commentaires sur les barrières attitudinales, comme les perceptions négatives et la stigmatisation.

Vous avez également fait des commentaires sur les obstacles dans les processus de RH, du recrutement à l’apprentissage en passant par la gestion du rendement, les technologies de l’information et des communications et l’espace de travail physique.

Enfin, vous avez fait mention des longs retards dans la prise de mesures d’adaptation.

Autres mesures dans les communautés fonctionnelles

Nous vous avons interrogé sur d’autres mesures que votre communauté fonctionnelle pourrait prendre. De nombreuses suggestions étaient couvertes par les domaines déjà traités dans la Stratégie.

Cependant, certains d’entre vous au sein de la communauté fonctionnelle des communications pensent qu’on pourrait faire davantage pour améliorer l’accessibilité des communications.

«  Éduquer la communauté des communications au sujet de l’accessibilité afin qu’elle puisse à son tour faire de même pour ses clients. Enseigner à la communauté des communications Web comment rendre les documents accessibles. »

Autres commentaires

On vous a demandé s’il manquait quelque chose dans la Stratégie. Beaucoup d’entre vous pensaient que tous les thèmes pertinents avaient été abordés dans le sondage.

Vous étiez nombreux à souligner l’importance des centres d’expertise au sein de chaque ministère ou d’un centre d’expertise centralisé.

«  Il faut qu’il y ait une entité qui pilote le dossier de l’accessibilité pour toute la fonction publique. De nombreux intervenants (biens immobiliers, systèmes de TI, RH, sécurité) dirigent chacun leurs propres initiatives. Mais, nous devons uniformiser les mesures prises. Un des défis actuels est que chaque intervenant et chaque ministère a une stratégie d’accessibilité distincte, sans système commun. En conséquence, la mobilité est un obstacle, car passer d’un ministère à un autre signifie qu’on doit apprendre à utiliser de nouveaux outils ou de nouvelles pratiques sur l’accessibilité, en plus d’apprendre un nouvel emploi. La conception universelle est accessible, et il doit y avoir une norme de conception et un ensemble d’outils. »

Beaucoup d’entre vous ont souligné que la Stratégie devrait déboucher sur des mesures concrètes, que les actes positifs devraient être récompensés et les mauvais actes sanctionnés.

Table des matières
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :