Mener à bien ses ambitions : la mise en œuvre de l’application Alerte COVID

Le contexte de 2020 n’est comparable qu’à celui d’un scénario de film abordant la fin du monde. Personne n’aurait pu prédire l’arrivée de la COVID-19 en 2019, au bon vieux temps, lorsqu’on répondait « Merci. Suivant! » aux inconvénients mineurs auxquels on était confrontés, et que, sur les conseils de Marie Kondo, on réévaluait la pertinence de tous les articles de sa garde-robe, car on se demandait s’ils « suscitaient de la joie ». La vie pré-COVID, semble si lointaine maintenant, n’est-ce pas? Mais que cela nous plaise ou non, nous avons dû faire face à une nouvelle normalité : les masques obligatoires, les interactions sociales limitées, la distanciation physique et bien d’autres actions quotidiennes qui forment maintenant une liste de mesures nécessaires pour assurer le plus possible la sécurité de nos collectivités pendant la pandémie.

Au même moment, le Service numérique canadien (SNC) travaillait sans relâche et prenait des mesures qui se sont concrétisées par Alerte COVID, une application permettant d’aviser les Canadiens en cas de contact étroit avec une personne ayant reçu un résultat positif à un test de dépistage. À ce jour, les 4,3 millions de Canadiens qui l’ont téléchargée pourront témoigner que l’application est conviviale et simple à utiliser. Mais en fait, beaucoup de choses se trament derrière la simple interface que nous voyons.

« Il y a une urgence en santé publique, et le fait de savoir que cette application pourrait jouer un rôle essentiel dans la protection des Canadiens a accéléré le processus de mise en œuvre »

Nous avons eu le bonheur de discuter avec deux personnes brillantes ayant joué un rôle clé dans la livraison et la mise en œuvre de l’application, afin de porter un regard sur le processus de création. Emily Kuret, conceptrice du service Alerte COVID, affirme que même si certains jours, le sommeil se fait rare, son équipe trouve la motivation grâce à l’impact que l’application aura sur la santé publique. Son collègue Joshua Ruihley, responsable du produit, réitère : [traduction] « il y a une urgence en santé publique, et le fait de savoir que cette application pourrait jouer un rôle essentiel dans la protection des Canadiens a accéléré le processus de mise en œuvre ».

« Tout passe par la confiance »

« Notre priorité était de demander et de recueillir seulement ce dont nous avons besoin pour accomplir nos tâches ».

L’une des priorités de l’équipe était que l’application ne porte pas atteinte à la vie privée et à la sécurité des Canadiens. Emily affirme qu’à chaque suggestion, la question suivante se posait : « Comment le faire en respectant la vie privée et la sécurité? » Par conséquent, l’application utilise uniquement la fonction Bluetooth de votre téléphone pour déterminer si vous êtes entré en contact avec quelqu’un atteint de la COVID, rien de plus. Elle permet de suivre les cas de COVID à l’aide d’une clé à usage unique émise par les services de santé provinciaux, à entrer dans l’application par ceux qui reçoivent un résultat positif. La clé, c’est qu’aucune partie du processus n’est spécifiquement associée à l’identité des Canadiens. [traduction] « Notre priorité était de demander et de recueillir seulement ce dont nous avions besoin pour accomplir nos tâches », mentionne Emily. L’équipe du SNC a travaillé de concert avec le Centre canadien pour la cybersécurité et BlackBerry pour s’assurer qu’elle était totalement sécuritaire. « Bâtir un lien de confiance avec les Canadiens est capital », affirme Josh.

La collaboration est la clé

Emily et Josh ont tous deux souligné que cette application était le fruit d’un travail d’équipe et d’une collaboration importante entre diverses organisations, y compris les gouvernements fédéral et provinciaux. Tout à commencer avec une structure créée par Google et Apple qui permet de détecter son exposition à la COVID-19 même si son appareil est fermé. À partir de cette structure, un groupe de bénévoles à Shopify ont créé le COVID Shield, un système de notification d’exposition. À partir de là, le SNC est intervenu pour procéder à l’intégration en contexte canadien, d’abord en travaillant avec les services numériques de l’Ontario avant de passer au niveau fédéral, afin que le projet puisse être appuyé dans toutes les provinces du Canada.

Les défenseurs se réunissent

L’équipe a été formée le 15 juin. Emily a élaboré les trois éléments à travailler. Premièrement, en ce qui concerne les soins de santé, « comment intégrer la clé à usage unique aux pratiques de soins de santé et comment les professionnels de la santé distribueront-ils la clé? » Ensuite, il s’agissait de savoir comment créer un serveur pouvant supporter l’ensemble du pays. Et le dernier point, mais non le moindre, « comment amener le plus de gens possible à le télécharger et à l’utiliser? » C’est tout un exploit pour un délai si court, mais l’équipe a insisté pour attendre que l’application soit prête avant de la lancer. [traduction] « Nous avions une liste de vérification à suivre, la veille du lancement, et si nous n’avions pas l’impression que les critères étaient respectés, le lancement était reporté », explique Emily. Grâce à la détermination et au dévouement de l’équipe, l’application a été lancée le 31 juillet, à peine 45 jours après que l’équipe ait été mise sur pied. Selon Josh, [traduction] « Au SNC, nous sommes un service de développement faisant preuve de souplesse, ce qui signifie que nous nous adaptons en fonction de nos apprentissages. Bien que nous ayons subi une grande pression pour déroger à cette façon de faire afin de gagner du temps, nous avons continué à suivre nos instincts. Nous voulions agir dans l’intérêt de l’utilisateur et de la santé publique. »

« Mener à bien ses ambitions »

« Le fait d’avoir une idée bien définie de l’objectif final nous a aidés à surmonter les obstacles et à prendre des décisions plus éclairées ».

Pour surmonter les défis liés à la création d’une application à l’échelle nationale dans un court délai, Emily affirme que [traduction] « le fait d’avoir une idée bien définie de l’objectif final nous a aidés à surmonter les obstacles et à prendre des décisions plus éclairées ». Elle explique que chaque décision prise pour l’application est passée par deux filtres : 1. Cela nous aidera-t-il à amener le plus de gens possible à utiliser cette application, et 2. Cela contribuera-t-il à améliorer le fonctionnement même de l’application? Le fait de se poser constamment ces deux questions a aidé l’équipe à rester sur la bonne voie afin de livrer le produit qu’elle visualisait, en veillant à ce que l’objectif demeure le même et soit guidé par ces deux objectifs. « Je pense qu’il est possible d’obtenir les résultats souhaités lorsque vous avez un objectif final défini, et j’espère que les gens pourront considérer cela comme un exemple de prestation de services numériques », affirme Josh.

Cap sur l’avenir

« Nous sommes très déterminés à mieux servir les gens ».

En ce qui concerne l’avenir, Emily et Josh soulignent que leur travail est loin d’être terminé. « Nous sommes très déterminés à mieux servir les gens », dit Josh. Pour leur équipe, cela signifie perfectionner sans cesse l’application, en fonction des nouvelles découvertes grâce à la recherche continue, et ce, dans le but de toujours améliorer l’offre. Ils continuent également de se concentrer sur leurs partenariats avec les fournisseurs de soins de santé provinciaux et territoriaux afin que toutes les provinces et territoires soient concernées et que les Canadiens de partout au pays puissent obtenir une clé à usage unique en cas de test de dépistage positif.

Et à l’avenir? « À long terme, l’application ne serait plus nécessaire parce que la pandémie serait terminée », affirme Emily. Nous sommes d’accord avec vous à ce sujet, Emily, mais entre-temps, nous allons continuer à porter nos masques, à maintenir la distanciation, et à vérifier l’application.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, il est encore temps! Téléchargez l’application Alerte COVID maintenant, et unissons-nous pour limiter la propagation de la COVID-19 :

 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :