Le dévouement au cœur des grands projets

Le dévouement au cœur des grands projets

Durée : 9 minutes, 9 secondes.
Le téléchargement prendra peut-être un moment. Pour maximiser la fonctionnalité de cette page, veuillez activer le JavaScript.

Nous avons tous eu à changer d’emploi ou à travailler sous l’égide d’un nouveau gestionnaire, au moins une fois durant nos carrières dans la fonction publique fédérale. Et c’est toute une aventure que de s’installer adéquatement : le nouvel insigne de sécurité, les ressources humaines, et plus spécifiquement, les accommodations.

Un ajustement à ces changements peut être encore plus difficile pour une personne ayant une déficience, de quelque nature que ce soit : visible, invisible, temporaire, épisodique, permanente, physique ou non physique. Les besoins en matière d’accommodation varient d’une personne à l’autre, mais une chose est sûre : nous devons tous avoir tous les outils à notre disposition, pour exécuter nos tâches.

Une force non négligeable

Lorsque tous les membres sont inclus et en mesure de participer, nous devenons une force non négligeable. C’est pourquoi le gouvernement du Canada s’engage à créer un milieu de travail sans obstacle et à rendre le pays accessible aux personnes ayant un handicap. La stratégie sur l’accessibilité du gouvernement du Canada met en lumière 5 objectifs principaux visant à améliorer l’accessibilité au sein de la fonction publique, et l’un des plus grands défis demeure celui des mesures d’accommodations en milieu de travail. Le Fonds centralisé pour un milieu de travail habilitant (FCMTH) est un fonds de 10 millions de dollars géré par le Bureau de l’accessibilité au sein de la fonction publique (BAFP), au sein du Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT), pour une période de 5 ans, à partir du 1er avril 2019. Ce fonds a pour objectif d’améliorer l’accessibilité à la fonction publique, en mettant l’accent sur des moyens d’améliorer nos pratiques en matière d’accommodation dans les milieux de travail et à retirer les obstacles empêchant les employés ayant un handicap ou une déficience à faire leur travail.

Le Fonds investit dans les outils, les ressources et les solutions novatrices permettant de répondre à ces défis. Nous devons également éliminer les barrières autour de nos pratiques en matière de dotation, afin que la fonction publique soit en mesure d’attirer un plus grand nombre de personnes ayant un handicap et de fournir des accommodations leur permettant de contribuer pleinement, tout au long de leurs carrières.

Chargement : améliorations en cours

Diana Shaw-Malvern

Nous vous présentons Diana Shaw-Malvern, directrice du FCMTH, au sein du BAFP. À l’aide de sa très petite équipe (elle ne compte que 3 membres), elle a mis sur pied le FCMTH, et a lancé une Étude comparative approfondie sur les mesures d’adaptation en milieu de travail. Comprenant deux sondages en ligne (en mai et en octobre 2019), cette étude a été élaborée dans le but d’accroître la sensibilisation et de mieux saisir les expériences vécues par les fonctionnaires, face au processus actuel d’adaptation en milieu de travail. Les résultats de l’étude ont été validés, à la suite d’une comparaison avec d’autres études menées par d’autres gouvernements et d’autres acteurs, au Canada et à l’étranger.

« Les employés perdent beaucoup de temps pour acquérir cette documentation et une fois la demande acceptée, les employés attendent pendant des mois ou des années avant que leur mesure d’adaptation ne soit achetée et installée »

L’étude a fait rapport de conclusions majeures provenant de plus de 6 200 sondages remplis par des fonctionnaires dans l’ensemble du gouvernement. Ces derniers ont demandé une mesure d’adaptation pour eux-mêmes ou pour l’un de leurs employés, au cours des 3 dernières années. Les participants sondés ont mentionné que le processus actuel mettait beaucoup l’accent sur le modèle médical : la nécessité de souvent présenter une note du médecin, des certificats ou une preuve de handicap ou de blessure. Tant les employés que les superviseurs trouvent que c’est un processus beaucoup trop lourd et contraignant. « Les employés perdent beaucoup de temps pour acquérir cette documentation et une fois la demande acceptée, les employés attendent pendant des mois ou des années avant que leur mesure d’adaptation ne soit achetée et installée. », explique Diana. Plusieurs personnes ont également mentionné que le processus doit être géré par des conseillers neutres, qui seraient en mesure de trouver un équilibre entre les besoins des superviseurs et ceux des employés et qui sont des experts en matière de mesures d’adaptation liées à des blessures.

Les délais d’approvisionnement des mesures d’adaptations sont l’une des différentes conclusions de l’étude. Diana explique que les employés ont également fait part de leurs préoccupations quant aux obstacles auxquels ils se sont butés, lors d’un changement de carrière ou d’un changement de superviseur. Les répondants ont mentionné qu’ils ont dû prouver qu’ils avaient la même maladie ou le même handicap, à maintes reprises. Imaginez la situation suivante : vous avez finalement accès à un moyen vous permettant de bien faire votre travail. Il est l’heure de changer de carrière et vous devez tout recommencer à zéro. Diana explique que 40 % des répondants ont mentionné avoir dû prolonger leur congé de maladie à un moment de leur carrière — pendant plus de 6 mois pour la plupart —, parce qu’ils ne sentent pas que les mesures d’adaptation sont adéquates, dans leur milieu de travail. Nous avons également appris que plus de 40 % des répondants ont signalé que selon eux, leur handicap a été un obstacle lors de l’obtention d’une promotion pour laquelle ils étaient qualifiés et que plus de 50 % ont mentionné que leur poste actuel ne les stimule pas assez. Diana a également expliqué que les répondants ayant mentionné qu’ils n’ont pas reçu de mesures d’adaptation sont ceux qui sont le plus susceptibles de dire qu’ils ont des perspectives de carrière négatives. Les individus ayant des déficiences invisibles (problème de santé mentale, troubles cognitifs ou une intolérance au milieu) sont ceux signalant les résultats les plus négatifs.

Ayez votre passeport en main

Luna Bengio

« Le passeport emmagasine l’entente entre un employé et un gestionnaire. Il n’est donc plus nécessaire de renégocier pour de nouvelles mesures d’adaptation, lorsque les circonstances changent. Il doit bien sûr être mis à jour, pour veiller à ce sur quoi l’employé et le gestionnaire étaient d’accord demeure valide, afin de soutenir l’employé »

Les conclusions de l’étude nous ont permis de réaliser rapidement que le fait de permettre un accès opportun aux mesures d’adaptation et de réduire le nombre d’obstacles auxquels les fonctionnaires doivent faire face dans le but de bénéficier de ces mesures d’adaptation est de la plus haute importance. Luna Bengio — conseillère principale de Yazmine Laroche, la sous-ministre responsable du BAFP — a agi à titre de chef d’orchestre du Passeport pour l’accessibilité en milieu de travail du gouvernement du Canada, un outil élaboré dans le but d’améliorer le processus permettant aux fonctionnaires ayant un handicap d’accéder aux mesures d’adaptation en milieu de travail. Cet outil expliquerait les besoins en matière d’adaptation, les outils et les mesures approuvés par un gestionnaire, dans vos différents milieux de travail. Ce passeport vous accompagne tout au long de votre carrière au sein de la fonction publique. Vous n’aurez donc plus besoin de réexpliquer votre situation, lorsque vous changez d’emploi ou lorsqu’un nouveau gestionnaire est nommé pour votre milieu de travail. « Le passeport emmagasine l’entente entre un employé et un gestionnaire. Il n’est donc plus nécessaire de renégocier pour de nouvelles mesures d’adaptation, lorsque les circonstances changent. Il doit bien sûr être mis à jour, pour veiller à ce sur quoi l’employé et le gestionnaire étaient d’accord demeure valide, afin de soutenir l’employé. », explique Luna. Le passeport permet également aux employés de décrire les obstacles auxquels ils pourraient faire face dans leurs milieux de travail et de déceler les solutions en place permettant de les atténuer ou de les aborder.

La mise en œuvre du passeport se fait en deux phases. Nous sommes actuellement à la phase 1 : essais par des fonctionnaires. Toute personne souhaitant l’utiliser maintenant peut utiliser le formulaire temporaire [en format Microsoft Word], disponible ici. Pour la 2e phase, l’on fera appel à une plateforme virtuelle, facile d’accès pour les fonctionnaires. Fait à noter : le passeport est la propriété de l’employé. Il est donc facile de mettre à jour, d’enregistrer et de partager toute information pertinente avec un gestionnaire ou tout autre intervenant au sein d’un ministère.

Mieux collaborer

« Ce que nous faisons, c’est une véritable redéfinition de la culture autour des mesures d’adaptation en milieu de travail »

« Ce que nous faisons, c’est une véritable redéfinition de la culture autour des mesures d’adaptation en milieu de travail. Nous changeons de perspective, passant d’un processus reposant sur des obligations juridiques à un processus mettant l’accent sur le fait d’accueillir davantage de talents au sein de la fonction publique, en leur fournissant les outils et le soutien nécessaires pour qu’ils réussissent. Ce changement de culture s’harmonise avec la Loi canadienne sur l’accessibilité et c’est tout un privilège que de travailler sur un tel projet. », mentionne Luna, avec fierté. « Nous devons être conscients du fait que chaque personne communique, pense et travaille à sa façon. Tous les employés ont un rôle à jouer et nous devons créer les conditions permettant à tous les employés de participer équitablement et contribuant à leur plein potentiel. », ajoute Diana. Je ne peux m’empêcher de sourire, puisque ces conversations démontrent que des progrès se réalisent et me remplissent d’espoir. J’ai l’espoir qu’un jour, tous auront les mêmes opportunités, les mêmes outils et la même capacité de partager, puisque nous sommes encore plus forts lorsque nous sommes unis. Il est clair que le gouvernement du Canada fait des progrès en ce sens et j’ai confiance quant au fait qu’avec des gens comme Luna et Diana à la barre, nous nous rendrons à bon port.

 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :